Tous les articles par Jean-Michel Roux

Docteur et Maître de Conférences en Urbanisme et Aménagement, Directeur de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble. Chercheur au sein de l’UMR 5194 CNRS PACTE (Politiques publiques, Action politique, Territoires). Urbaniste praticien OPQU (« urbaniste qualifié, certificat n°347, renouvelé en 2012, de l’Office Professionnel de Qualification des Urbanistes »), membre du collectif BazarUrbain, lauréat du Palmarès des Jeunes Urbanistes 2007.

Nouvelle tribune à Dijon

Le stade Gaston-Gérard de Dijon inaugure sa nouvelle tribune Est de 5000 places ce samedi 16 septembre 2017 à l’occasion du match de Ligue 1 Dijon FCO-ASSE. C’est l’aboutissement d’un projet de démolition-reconstruction de deux ans.

Le stade Gaston-Gérard, baptisé ainsi en 1969 en l’honneur de l’ancien député-maire de Dijon, a été inauguré en 1934. Il s’inscrit alors dans un parc omnisports typique du mouvement moderne, le Parc de Montmuzard. Le stade est circo-rectangulaire (une forme remontant au stade olympique de Londres en 1908, le White City) et omnisports avec son terrain de foot et sa piste d’athlétisme. Le parc comprend entre autres un vélodrome et des terrains de tennis.

Plan du parc omnisports (1934). Source: https://www.metropole-dijon.fr/Les-grands-projets/Un-grand-stade-pour-le-DFCO

Devenu vétuste, la collectivité Dijon Métropole fait le choix de ne pas le démolir entièrement pour reconstruire un nouveau stade comme par exemple Grenoble et son Stade Berti rasé pour laisser place au Stade des Alpes. Elle procède alors par étapes. Les premiers travaux de rénovation sont effectués en 2007. En 2015, le succès sportif du Dijon FCO se confirmant avec une remontée en Ligue 2 en 2012, une nouvelle tribune Est est décidée pour une capacité de 4978 places contre 2429 précédemment. La démolition s’effectue en juillet par grignotage (cf son time lapse). La « première pierre » est posée en décembre de la même année et les travaux se terminent dans le courant de 2017.  Elle est partiellement ouverte au public le 4 février dernier lors de la réception du Paris-SG.

Vue de la nouvelle Tribune Est (projet). http://www.info-stades.fr

La piste d’athlétisme disparaît, faisant passer le stade d’une forme cirque-rectangulaire à un stade « à l’anglaise » avec quatre tribunes rapprochées du bord du terrain et se faisant face1. Les angles ne sont pas (encore?) comblés par des virages et la toiture est chargée de donner une unité architecturale.

Cette nouvelle tribune, dont le coût des travaux est estimé à 19,3 millions d’euros en 2015 a été conçue par le cabinet d’architecte Guervilly & Mauffret2. Dijon Métropole met en avant l’intégration de la tribune à son quartier et sa multi-fonctionnalité: « sa façade, rappelant une habitation urbaine, s’ouvre sur un parvis qui donne sur la rue du stade et entre en résonance avec les constructions de l’écoquartier Hyacinthe-Vincent.  (…) Construite sur trois niveaux, cette tribune a une capacité d’environ 5000 places . La structure accueille aussi les bureaux du DFCO, une salle de réception modulable de 1200 m², 20 loges, la boutique du club et les vestiaires du personnel (stadiers) ».

La collectivité met aussi en avant le choix de garder le stade à son emplacement initial pour son insertion urbaine, dans un « parc arboré », lui permettant d’être desservi par le tramway et « entouré par un réseau de parkings de proximité (1 km à la ronde) ».

Les stades sont comme les villes. Ils peuvent être la réalisation d’un projet planifié sur une table rase. Ils sont aussi, le plus souvent, un palimpseste, c’est-à-dire le résultat sur le temps long, d’opérations de construction et reconstruction.

 

  1. Cette disposition permet de mettre les spectateurs aux « premières loges »: à 8,2 mètres de la ligne de touche en volée basse et 12,4 mètres en volée haute []
  2. Le groupement Jean Guervilly comprend non seulement le cabinet Guervilly & Mauffret (Paris-Saint-Brieuc), mais aussi Hervé Regnault (architecte à Chalon-sur-Saône), le groupe Alto Sarl, BSO Sarl, Bethak, ECB Sarl, Avec acoustique, Casso & associés, LTC Eurl, Nr Conseils []

Au stade de la décroissance. La Mosson

Certaines villes doivent gérer une démographie et une économie déclinantes: Detroit et Flint aux USA, les villes d’Allemagne de l’Est, Saint-Etienne plus près de chez nous. Ce déclin pose d’énormes problèmes urbanistiques, depuis le sur-dimensionnement des réseaux à la gestion du parc immobilier. Elles entrent alors dans une phase de décroissance urbaine. Certaines en profitent pour se ré-inventer, d’autres n’ont guère de choix que de détruire ou de rendre à la nature des quartiers entiers. Les stades connaissent aussi parfois des phases de décroissance. Comment les gestionnaires et utilisateurs de ces équipement font-il face à la désaffection populaire? Exemple récent avec le stade de la Mosson à Montpellier.

Le stade de Gerland à Lyon, propriété de la Ville, a récemment vu sa capacité réduite à la suite du départ de son club de football résident, l’Olympique Lyonnais. Le nouveau club résident, l’équipe de rugby du LOU, n’avait pas les moyens d’occuper un stade de 41 000 places. D’importants travaux de reconfiguration sont actuellement en cours pour ramener sa capacité à 25 000 places « au quotidien » (extensible 35 000 places si besoin). Les coûts des travaux, confiés au cabinet AIA Architecte et réalisés par Eiffage, s’élèverait à quelques 38 millions d’euros selon Lyon Capitale, pris en charge par les actionnaires du club.

Stade de Gerland, configuration avant réduction de sa capacité, 2004.

Cette solution ambitieuse de réduction-reconfiguration n’est pas à la portée de toutes les bourses de club ou de collectivités publiques, surtout si l’avenir de l’édifice en tant que tel, n’est pas assuré sur le long terme. La capacité utile du stade de la Mosson, enceinte de Montpellier, appartenant à la Communauté d’Agglomération, va être réduite de 5 000 places cette saison. Commence l’annonce L’Equipe du jeudi 17 août 2017, « Montpellier a annoncé qu’il réduisait la capacité du stade de la Mosson, sacrifiant environ 5 000 places. Le stade disposera désormais d’une capacité de 22 000 au lieu de 27 000. (…) Pour l’ensemble des matchs à domicile de la saison, la tribune Aigoual sera intégralement fermée et la tribune Cévennes partiellement ouverte. (…) Depuis plusieurs saisons, la fréquentation du stade de Montpellier, sacré champion de France en 2012, a chuté passant d’une moyenne de 17 492 à 12 356 spectateurs ».

Plan du stade de la Mosson. Source: http://plan-stade.fr

En fait, il ne s’agira guère que de condamner l’accès au deuxième tiers de la tribune d’honneur: le niveau « Cévennes » avec ses 5 452 places. Le dernier tiers, le niveau « Aigoual » et ses 4 508 places étant déjà fermé. La partie basse de la tribune, exposée aux caméras, reste ouverte. Le stade sera passé progressivement de 1997 à 2017 d’une capacité officielle de 35 500 places assises à une capacité utile de 22 000 places. Les coûts d’exploitation et la sécurité sont une première explication. Il est probable que cela soit aussi la conséquence des nouvelles exigences de la Ligue Nationale de Football qui souhaite pénaliser les clubs présentant aux caméras de télévision des tribunes vides ou clairsemées1. Mieux vaut alors concentrer le public sur la partie basse d’une tribune en cadrant judicieusement…

Cette décision laisse aussi penser que le club et la ville vont cesser d’investir excessivement dans l’entretien d’un stade dont l’avenir s’écrit en pointillés depuis les annonces faites par le maire Philippe Saurel de construire un nouveau stade à proximité du quartier commercial d’Odysseum2.

Nul doute aussi que les inondations successives du stade doivent peser dans la décision. En effet, le stade a été noyé à plusieurs reprises lors de ce qu’on appelle les « épisodes cévenols »3: le 12 décembre 2002, fin septembre 2014 puis début octobre 2014. A chaque fois les dégâts ont été considérables. En 2014 le club a dû se replier temporairement sur le stade voisin du rugby (stade Altrad).

Photo AFP. source: https://www.lematin.ch/sports/football/le-stade-de-la-mosson-a-montpellier-a-ete-inonde/story/18650528. Le 7 octobre 2014.

La disparition programmée du stade de la Mosson pose questions. Pourquoi a-t-on décidé en premier lieu de construire un tel équipement dans une zone inondable soumise aux « épisodes cévenols », à proximité de la rivière de la Mosson? Pourquoi a-t-on ensuite décidé de le rénover pour la Coupe du Monde 1998 en portant sa capacité à 35 000 places assises pour un coût total de travaux de 130 millions de francs? Pourquoi fait-on maintenant le choix de ne pas conserver le stade en faisant des travaux de protection? Que deviendra enfin le stade de la Mosson, une fois le nouveau stade « Loulou Nicollin » construit dans le quartier de l’Odysseum? Comme Ulysse durant son Odyssée, combien la « Mosson » va-t-il subir de vicissitudes avant de savoir de quoi son avenir sera fait?

 

N.b. Un colloque sur le thème «(Dé)constuire la ville : saisir la décroissance urbaine comme opportunité», se tiendra les 5 et 6 octobre 2017 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne.

  1. D’après le site web de L’Equipe du 29 juin 2017, en marge de la convention 2017 du football professionnel à Cannes, le directeur général exécutif de la LFP Didier Quillot a envisagé de sanctionner financièrement, via les droits télé alloués dans le cadre de la licence club, les équipes qui ne rempliraient pas leurs tribunes situées en face des caméras de télévision, comme l’a fait la Liga en Espagne []
  2. Annonce faite en marge des funérailles du président emblématique du club « Loulou » Nicollin, décédé le 29 juin 2017 []
  3. Un orage, pluie ou épisode cévénol est un phénomène météorologique qui intervient principalement dans les Cévennes et ses environs, dont Montpellier. Il se forme lorsque le vent chaud et humide en provenance du Golfe du Lion se dirige vers le nord. Au moment où il butte contre le massif montagneux des Cévennes, il rencontre l’air froid présent en altitude. Se forment alors classiquement des nuages chargés de pluie. Mais dans ce cas, les nuages sont bloqués par la montagne et se reforment perpétuellement. Ils provoquent dans un premier temps des pluies sur les massifs qui finissent par s’étaler en général jusqu’en plaine, provoquant d’importantes inondations []

Perivolia municipal stadium, a ground with a citrus smell

Looking for a stadium in Creta (Greece) for groundhopping purpose, can be a very exciting leisure if you are not using a GPS (sat nav). I have tried it with the home stadium of Platanias FC in Chania – or Xania – in the North-western part of the island. But the try is definitely worth if you are not a fan of starchitecture, tradium or international stadia manufactured ambiance.

 

Not being an expert of Greek Superleague, it will be difficult to realize that Chania has, in fact, a team playing in top division since it is named Platanias FC1. The Chania’s club is named from the place it comes from: an awfully touristic small town on the Cretan Sea. Platanias is a deme, a local community different from the one of Chania, located 10 km (6,2 miles) eastward. But Platanias FC is not playing there anymore, rather in Perivolia which is a village in Mournies…  a regional unit of Chania’s municipality.

Do not make any mistake with another Mournies in Creta ; a village nearby Ierapetra, same island, but on the south-eastern part, facing the Libyan Sea. If you are there looking for the stadium right in time for kick-off, you will be disappointed… Perivolia is also a location nearby Réthymnon, the third largest city in Creta, one hour ago by car from our Perivolia. Different mistake… same punishment: no game in time!

Once you know, for sure, that Platanias FC’s ground, Perivolia Municipal Stadium, is to be found nearby Chania, somewhere over the national road, toward the South, you are almost there. Do not be ashamed to get lost again, you are not the only one. The roads leading to the place are tricky and you do not expect a stadium in such a rural area. Many other people got lost before you, many Greeks fans amongst them. A small stadium nearby is covered by spray paints of Attica fans that probably made a mistake and spoiled some precious spray cans.

Arriving to Perivolia municipal stadium from the countryside roads.

Once you are there, you start to wonder why a town planning authority has decided that such a small lot of land, surrounded by fields, would be an ideal location for a national sport ground. It is just a tiny building plot in the countryside, surrounded by a small road leading to the industruous suburbs of Chania, a weird « fairy land », a 5×5 soccer, some citrus fields with its characteristic red-orange soil, and some olive trees.

A strange neighbourhood…

But was it planned? Never mind. In 1959, some persons decided that the land was available and they built a national stadium. The stadium  was later  « given » to the municipal authority of Chania and renovated in 2012 (consequence of the economical crisis or promotion of Platanias FC to top division?).

The stadium is located 4 km South of Chania, nearby the national road, completely outside the city. You access it either by a suburban road (Eleftherias) or by small countryside roads. The only sign of an urban life is the bus stop and its two typically Greek small chapels.

Bus stop and last stop for praying for Platanias FC.

Do not except to be guided by the floodlights or a name over the roof advertising a beer or insurance company: there is no name on the stadium. Not even « Perivolia municipal stadium » on the main stand. There is no car park below or nearby the stadium, and even more, no open space around it. How could people park there?  You cannot walk all around the stadium because of citrus and olive fields. Only two faces are directly accessible from the public realm. The temporary stand built on the East are well above the old fencing wall and you can enjoy the smell and vision of the citrus on the half time. You can almost pick a fruit.

The East stand with its citrus foreground.

The stadium is painted in blue and white, not red and white, colors of Platanias FC. Are those colors a remaining of the national ownership? Is dedicated to Uruguay or Argentina? Maybe Manchester City or Maracanã?

Southside wall with its blue gate dating from the time it was a national stadium?

The outside walls seems to be regularly bleached by the municipality to cover the away fans signatures. The stadium is surrounded a by a small wall (2 m. or 6,56 ft high) directly on the road. It is surelevated by a fence made or iron grid used for the building industry, a typical way of fencing field and house in Creta.

White bleached wall and its hand-made fencing.

The stadium is nevertheless beautiful under the Summer sky, when empty. The ambiance is absolutely peaceful. The stunning landscape of laurels, olive and citrus trees  with the mountains in the distance (Lefki Ora, the white mountains) and the smell of eucalyptus trees contribute to the success of the location. At the end, we can have only one regret: Platanias was playing away in AEK Athens this very week…

  1. The club is currently competing in the Superleague for the first time in its history, after winning the promotion play-offs of 2011–12. It is even the only cretan club playing at that level, OFI and Ergotelis, the far better known clubs of Heraklion, being in the second division []

Le fardeau de Furiani

Les clubs de football français sont des entreprises de spectacle sportif fragiles. Contrairement aux clubs des ligues fermées nord-américaines, la rétrogradation sportive peuvent les frapper. Quand le club est économiquement fragile, c’est alors une rétrogradation administrative qui s’en suit, faisant passer le club en quelques semaines du statut professionnel au statut amateur. Le stade, outil de travail principal du club, devient alors trop coûteux… et les collectivités locales héritent d’un fardeau lourd à porter. Le Mans et Grenoble en ont fait la cruelle expérience par le passé. Bastia (Corse) est en train de la vivre.

Le stade de Furiani. Photo: Dany Tolenga, 2012. http://www.info-stades.fr/stade/23/bastia-stade-armand-cesari-furiani

Rétrogradation sportive et rétrogradations administratives
Le Sporting Club de Bastia (SCB) est un pensionnaire historique de la Ligue 1 de football avec 34 participations cumulées. Vainqueur d’une coupe de France et finaliste de la coupe de l’UEFA, il fait partie du patrimoine du sport français. Son stade, Armand-Cesari, est plus connu sous le nom de stade de Furiani, du nom de la localité proche de Bastia qui l’accueille. Il est réputée pour son ambiance survoltée en dépit de sa petite capacité (16 000 places) et de sa vétusté. Il est aussi connu pour l’effondrement d’une tribune provisoire lors de la demi-finale de la coupe de France de football qui fit 18 morts et 2 357 blessés en 1992. Le stade de Furiani appartient à la Communauté d’Agglomération de Bastia (CAB) qui le loue au club via une convention avec sa Société anonyme sportive professionnelle (SASP) .

Le club a été relégué sportivement en deuxième division nationale (L2) en mai 2017. Couvert de dettes, il a été ensuite rétrogradé administrativement en National 1 – la troisième division nationale – par la DNCG (Direction Nationale de Contrôle de Gestion, cf note infra), le « gendarme financier » du football français. La sanction a été confirmée en appel, puis par un avis du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Mais la DNCG et le Comité exécutif de la Fédération française de football n’ayant pas validé à ce jour le budget bastiais pour le National 1, le SCB pourrait finalement évoluer en National 3, soit le cinquième niveau national, dans lequel jouait l’équipe réserve1. Le club perdrait alors son statut professionnel et devrait repartir sous l’entité de son association (et non plus la SASP, en liquidation), détentrice du numéro d’affiliation.

Quid du stade Furiani?
Que deviendrait alors le stade de Furiani ? Le club redevenu amateur n’aura pas les moyens d’y évoluer, pas plus d’ailleurs que l’autre club amateur de la ville, le CA Bastia, qui évolue depuis juillet 2017 au stade municipal Paul Antoniotti de Borgo, une commune de la périphérie bastiaise.

Le club corse doit, selon l’AFP citée par L’Equipe, une somme de 500 000 euros à la communauté d’agglomération de Bastia (CAB). « Le stade Armand-Cesari génère des coûts fixes estimés à 1,5 million d’euros par an, selon la CAB : 5 à 600 000 euros sont destinés à l’entretien de la pelouse, l’éclairage et les assurances, 400 000 euros servent à l’entretien des bâtiments, bureaux, tribunes et toitures, et enfin 500 000 euros servent à payer l’annuité d’emprunt ».

La CAB s’interroge actuellement sur les conditions futures d’utilisation du stade ainsi que sa finalité.  Elle a, de plus comme le précise L’Express, saisi le tribunal administratif de la ville car elle doit également faire face à une « détérioration de la pelouse, qui semble inutilisable, faute d’entretien depuis plusieurs semaines. Jusqu’à présent, la convention bipartite stipule que cet entretien est entièrement à la charge du club ». Un expert doit être désigné ; une démarche indispensable, selon la CAB, afin de « disposer d’un cadre juridique approprié pour défendre et préserver le stade ».

Cette catastrophe sportive et économique nous interroge, non seulement sur la nature des relations public-privé en matière de gestion des stades d’équipes professionnelles, mais aussi sur la difficulté à conjuguer, dans le cas des ligues ouvertes européennes, l’incertitude sportive avec l’incertitude économique.

Note: La Direction Nationale de Contrôle de Gestion est une commission indépendante hébergée par la Ligue de football professionnel (LFP), chargée de surveiller les comptes des clubs de football professionnels en France. Après examen de la situation d’un club, notamment de sa situation juridique et financière, la DNCG peut prendre une ou plusieurs décisions concernant l’effectif et la participation du club aux compétitions. Les sanctions concernant l’effectif peuvent être : 1/ une interdiction partielle ou totale de recruter de nouveaux joueurs, 2/ un recrutement contrôlé avec limitation du budget prévisionnel ou de la masse salariale prévisionnelle, les contrats de joueurs devant alors être homologués par la DNCG, ou 3/une limitation du nombre de joueurs du club pouvant être mutés dans l’équipe première.
Les décisions de la DNCG concernant la participation du club aux compétitions peuvent être : 1/une rétrogradation dans la division inférieure, 2/ une interdiction d’accession à la division supérieure, ou 3/une exclusion des compétitions.
Sources: https://fr.wikipedia.org/wiki/Direction_nationale_du_contrôle_de_gestion

  1. La FFF (Fédération Française de Football) a entériné depuis la publication de l’article le départ au cinquième échelon []

Des stades déjà rentabilisés pour les JO 2024?

Le 11 juillet 2017, les représentants de la candidature de Paris pour accueillir les JO de 2024 , les coprésidents Tony Estanguet et Bernard Lapasset ainsi que la maire de Paris Anne Hidalgo, ont présenté le projet de candidature au Comité international olympique (CIO). Paris est désormais seule en lice pour accueillir cette édition après l’accord entre le CIO et Los Angeles qui se propose d’organiser l’édition de 2028. Le dossier de Paris repose sur l’utilisation au maximum des sites et équipements déjà en place afin de réduire les coûts. Mais nécessiteront-ils vraiment aucun travaux?

Fort logiquement, le dossier français fait la part belle, pour le tournoi olympique de football, aux stades qui ont été construits ou rénovés pour l’Euro 2016 de football ou qui doivent servir lors de la Coupe du monde de rugby 2023, pour laquelle la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate le 9 février 2017.

Le tournoi olympique sera réparti dans neuf stades :
– Parc des Princes (48 500 places) à Paris
– Stade Pierre-Mauroy (50 000 places) à Villeneuve-d’Ascq
– Stade de la Beaujoire (37 500 places) à Nantes
– Groupama Stadium, ex-Parc OL (59 000 places) à Décines
– MatMut Atlantique (42 000 places) à Bordeaux
– Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places) à Saint-Etienne
– Allianz Riviera (35 000 places) à Nice
– Stadium de Toulouse (33 000 places)
– Stade Orange ex-Vélodrome (67 000 places) à Marseille

En-dehors du Parc-des-Princes, tous les autres figurent dans la liste des neufs stades prévus pour accueillir le rugby en 2023. Huit d’entre eux (exception faite de la Beaujoire) ont déjà accueilli l’Euro 2016. Un groupe d’une dizaine de stades se détachent donc désormais en France pour accueillir les grandes compétitions en raison de leur taille et de leur niveau d’équipement plus que pour la répartition géographique1.

Si le principe de faire l’économie de la construction de nouveaux stades pour les seuls Jeux Olympiques semblent un principe de bon sens, le dossier de Paris ne sous-estiment-ils pas cependant les coûts de remise aux normes de ces équipements, douze ans après leur livraison? L’exemple actuel du stade de la Licorne à Amiens n’incite pas à l’optimisme. Le stade du club d’Amiens, qui vient de rejoindre la première division nationale en football, a été livré il y a moins de 18 ans. Il va devoir pourtant faire l’objet de travaux de rénovation de toiture pour 8,8 millions d’euros ainsi que d’autres aménagements (nouveaux sièges pour 660 000 €, éclairage pour 350 000 € et vidéoprotection pour environ 300 000 €) afin de répondre aux exigences de la Ligue.

 

  1. les Hauts-de-France, l’Ile-de-France, PACA et Auvergne-Rhône-Alpes ont chacune deux stades alors que l’est et le grand ouest et le centre de la France en sont dépourvus []

Yiannis Papamatheakis et les jours heureux d’OFI Héraklion

Yiannis Papamatheakis est une figure de légende du football crétois. Il est l’homme qui a porté OFI1, le principal club d’Héraklion, jusqu’à une coupe de Grèce en 1987 et sept incursions en coupe d’Europe.  En villégiature sur la côte sud de l’île, il a accepté de répondre à nos questions. Portrait d’un président « à l’ancienne » d’un petit club grec et de son stade, le Theodoros Vardinogiannis.

 

Les années de gloire d’OFI

Comme beaucoup de Crétois, Yiannis Papamatheakis, a quitté un jour son île pour aller à Athènes faire des études. Comme beaucoup de Crétois, il a dû prendre partie pour l’un des deux grands clubs grecs. Il assiste dès sa première année d’étude au derby entre l’Olympiakos Le Pirée et le Panathinaïkos d’Athènes (PAO)… et choisit Le Pirée, pour la beauté du  jeu qu’il développe. Mais parce qu’OFI était l’équipe principale de l’île, il assiste à toutes les rencontres du club crétois à Athènes.

Justement, lors d’un match d’OFI dans la capitale, il rencontre les dirigeants du club. Quelques années plus tard, en 1977, ceux-ci lui proposent de rentrer au bureau du club. La proposition est tentante. Papamatheakis vient de perdre père et mère, ainsi qu’un frère en sept mois… Ses amis le pressent d’accepter afin de l’aider à faire son deuil. Et puis OFI est un club amateur, sans grande histoire.

Deux ans plus tard, le football grec passe au professionnalisme2. OFI est de l’aventure et se trouve un mécène idéal en la personne de Vardis Vardinogiannis, l’un des huit enfants de la richissime famille d’armateur d’origine crétoise3. Son frère, Yiorgos prend, quant à lui, la tête du Panathinaïkos d’Athènes.

En 1981, Vardis Vardinogiannis4 décide de changer le président en place. Il repère alors Papamatheakis et se renseigne à son sujet. Etudes, compétences professionnelles, caractère personnel, tout y passe. Les premiers amours pour l’Olympiakos ne pèsent finalement pas trop lourd dans la balance et Papamatheakis se voit proposer la présidence.

Papamatheakis demande que soit d’abord épongée la dette du club, de quelques 40 millions de drachmes. Quitte à aller en prison, autant y aller pour ses propres malversations! Le mécène lui remet alors la somme en mains propres. Rapidement le jeune président règle les dettes en cours, réorganise le club et retourne bientôt 12 millions de drachmes à l’armateur. Le contrat de confiance entre le jeune président et son actionnaire principal est scellé. Il va durer 21 ans. Le jeune président décide aussi de garder son emploi de cadre dans la banque. Il sera président bénévole et rendra des comptes chaque année à son actionnaire.

Le bureau d’OFI au grand complet avec deux journalistes (aux extrémités) entourant le Président Papamatheakis, 1981. Sources personnelles.

Le stade d’OFI, le Theodoros Vardinogiannis, appartient alors à la section amateur du club. Elle concède l’usufruit du stade à la section professionnelle pour une durée de 99 ans en échange de 25% des recettes aux guichets.  Situé dans le faubourg de Kaminia, aux portes de l’ancienne muraille vénitienne, le stade a été construit en 1951 sur les ruines d’un ancien cimetière juif et arménien. C’est un vrai stade «à l’anglaise»: les quatre tribunes qui se font face ont été construites au gré des finances du club… et donc de son mécène.

Le stade Vardinogiannis et son insertion urbaine, 2010.

Les murs des tribunes sont construits à l’alignement des rues alentours. Pas de parvis, pas de dégagement autour du stade. Aucun parking lié au stade. Pas de façade noble et urbaine et une entrée officielle pas franchement magnifiée…

Façade et entrée principale du stade, 2010.

C’est pourtant dans ce stade vétuste, exigüe et à l’ambiance sulfureuse qu’OFI connaît ses heures de gloire sous la présidence de Papamatheakis. Des finances saines, des « rapports de bon voisinage » avec le Panathinaïkos pour le recrutement des joueurs, un stade qui met la pression sur l’adversaire et voilà OFI qui se met à tutoyer les sommets du championnat grec, à l’affut d’une défaillance d’un des quatre grands clubs du pays (PAO et AEK à Athènes, Olympiakos au Pirée, PAOK à Salonique).

Le président Papamatheakis, quand il faisait l’intérêt des journaux grecs.

En 1987, OFI remporte la coupe de Grèce contre Iraklis Salonique, offrant à son président un retour sur l’île, en bateau comme il se doit, et un triomphe dans les rues d’Heraklion. Sept participations à la coupe de l’UEFA conforte un temps OFI comme une des places importantes du football grec. Qu’importe alors les rapports compliqués du président Papamatheakis avec les supporteurs radicaux d’OFI, cette fameuse Gate 4 qui lui reproche (au même titre que d’autres supporteurs d’ailleurs en Grèce), les liens de consanguinité entre leur club et le Panathinaïkos de l’autre frère Vardinogiannis…

Fresque des supporteurs radicaux de l’OFI (gate 4), 2010.

 

Les années sombres d’OFI et de son stade

Au début des années 2000, les vicissitudes du football grec finissent par lasser Papamatheakis et les Vardinogiannis. Le premier se retire complètement du monde du football pour se consacrer à sa famille. Les différents partis politiques lui tendent les bras. Il refuse poliment. Reste pour lui la satisfaction du devoir accompli et la nostalgie des matchs de coupe d’Europe dont cette fameuse qualification face à l’Atletico de Madrid.

Vardis et Yiorgos Vardinogiannis se retirent respectivement d’OFI et du Panathinaïkos F.C. Si le club de la capitale y survit, les choses tournent au vinaigre pour OFI. Le club ne connaîtra plus jamais d’heures de gloire et finira même par être dépassé dans sa propre île par le voisin et rival Ergotelis Heraklion et par le modeste Platanias FC de La Canée. Aujourd’hui OFI végète en deuxième division et son stade, le Theodoros Vardinogiannis Stadium, est désormais particulièrement vétuste.

En 2000, le stade devient assis et sa capacité est réduite de 10 500 à 8 500 places. Certaines tribunes sont rénovées progressivement mais avec plus ou moins de bonheur. Un des pylônes d’éclairage, fait ainsi sa place à travers une tribune comme le perce-neige au printemps.

Stade Theodoros Vardinogiannis, 2010.

Et pourtant, et pourtant, c’est dans ce stade que préfère toujours jouer l’OFI, rejetant le confort, la modernité et les coûts prohibitifs d’occupation du stade Pankritio, situés à quelques centaines de mètres. L’OFI n’est pas près de se séparer de la nostalgie des années Papamatheakis…

 

Ce portrait doit beaucoup à Katerina Papayiannakis qui nous a mis en contact avec Yiannis Papamatheakis et a assuré traduction franco-grec de l’entretien. Cet article est dédié à la mémoire d’Aristea Komis, décédée ce même jour et dont la voix riante égaye le fond sonore de notre conversation.

  1. Omilos Filathlon Irakleiou, en grec OΦΗ, est un club omnisport fondé en 1925 []
  2. Le football devient professionnel en France en 1932… []
  3. Les Vardinogiannis sont originaires de Rethymnon, en Crète. D’extraction modeste, les huit frères et soeurs, réussissent à faire fortune, dans la Grèce d’après-guerre, étendant leurs activités du transport maritime aux pétroles, en passant par la banque, les médias ou la promotion immobilière. []
  4. Vardis Vardinogiannis, est un armateur et industriel grec né en 1933 à Rethymnon, en Crète.  Il est connu pour sa réussite exceptionnelle dans les affaires, en particulier dans le transport de pétrole, y compris en contournant l’embargo de la Rhodésie par les Nations Unies (1966). []

Groupama stadium

Après plusieurs années de recherche, le club de Lyon vient d’officialiser le 12 juillet 2017 la signature de la convention de naming de son nouveau stade de Décines. Exit le Stade des Lumières ou le Parc OL, veuillez dire maintenant le Groupama Stadium.

Suivant l’exemple des clubs nord-américains, britanniques ou allemands, certains clubs français cherchent de plus en plus à diversifier leurs sources de revenu et les rendre pérennes sur plusieurs années en pratiquant le naming. Cet anglicisme désigne une pratique qui consiste à renommer temporairement – généralement une dizaine d’années –  un équipement sportif du nom d’un mécène. La pratique n’est pas récente. Le pionnier français est Le Mans (MUC 72) qui obtient des Mutuelles MMA, dès 2007, quelques 10 millions d’euros sur 10 ans pour son nouveau stade.

Les sommes récoltées en France sont généralement très en-dessous de ce que les entreprises anglo-saxonnes acceptent d’investir.  En 2011, « La banque américaine JP Morgan a ainsi déboursé 300 millions de dollars (220 millions d’euros) sur 10 ans pour prêter son nom au Madison Square Garden des New-York Knicks (NBA). »1 Les principaux contrats signés à ce jour en France  ne concernent que des assureurs et ne dépassent guère les 20 millions d’euros sur 10 ans, comme pour le Matmut Atlantique de Bordeaux en 2015. Des chiffres qui ont certes doublé en 8 ans, tout en restant très bas… au point que certains clubs préfèrent parier sur leur nom historique (PSG et son Parc-des-Princes) ou choisissent à contre-courant de continuer d’honorer anciennes gloires locales (stade Jean-Bouin d’Angers renommé en 2017 Raymond-Kopa ou stade Pierre-Mauroy de Lille).

L’Olympique Lyonnais cherchait depuis 18 mois un mécène pour le naming du nouveau stade de Décines, un mécène capable de s’engager sur un « partenariat industriel global, moderne et innovant » pour reprendre les termes du club. D’après Lyon Capitale, l’objectif visé, 8 à 10 millions d’euros par an ne sera pas atteint, même si le contrat devrait osciller, selon les résultats sportifs entre 5,5 et 7 millions d’euros. Il inclurait aussi le naming du centre d’entraînement (Groupama OL Training Center) et celui du centre de formation (Groupama OL Academy), qui rapportait jusqu’ici un million d’euros par an. La confidentialité de l’accord ne permet pas de savoir si le sponsoring maillot entre en compte.

Selon le club, l’assureur verra son nom associé non seulement à l’extérieur du stade mais aussi « dans l’arène, sur le parcours des clients VIP et du grand public, ainsi que dans les zones sportives, et permettra à Groupama Rhône-Alpes Auvergne d’utiliser l’image du stade pour promouvoir ses offres et services. Groupama Rhône-Alpes Auvergne bénéficiera (…) d’un dispositif réceptif d’envergure lors de tous les événements organisés au Groupama Stadium, avec l’utilisation des espaces 365 jours par an ».

La durée du contrat, trois ans seulement, alors que ce type de mécénat s’étend généralement sur dix ans, laisse quelque peu interrogatif, tout comme les objectifs de la « structure commerciale commune » qui sera créée dans le cadre du partenariat.

Il ne faudra pas confondre le Groupama Stadium, à Décines, et le Groupama Aréna… le stade du Ferencváros TC situé à Budapest (Hongrie) et qui a été construit à l’emplacement du Stade Flórián Albert, ancien stade du club, démoli en 2013.

L’entrée principale du Groupama Aréna avec la statue de Flórián Albert (à gauche) et la statue de Ferenc Springer (à droite). source: Kispados, wikipédia hongrois

Après le MMArena du Mans, le Matmut Atlantique de Bordeaux, l’Allianz Riviera de Nice, les assureurs prennent de l’assurance dans le naming des stades de football français. L’assurance que le spectacle sera au rendez-vous?

  1. «Le “naming” débarque en France… avec ses contradictions», France 24, 27 janvier 2011 []

Impressões sobre o estádio Stade des Alpes

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du Stade des Alpes (Grenoble) lors d’un match décisif pour la montée du GF38 du CFA en National (de la 4e à la 3e division nationale).  Quatrième et dernière étape d’un travail commencé au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne et poursuivi au Parc Olympique Lyonnais de Décines et au Parc-des-Princes de Paris.

 

O Stade des Alpes foi inaugurado em 2008 e está situado na cidade de Grenoble, região Rhone Alpes. O equipamento fica na borda do Parc Paul-Mistral e foi construído no espaço do antigo Stade Charles-Berty destruído em 2003.

Stade des Alpes e a ambiência do Parc Paul Mistral. Fonte: própria autora

A maior parte da população da cidade não aprovou a construção do estádio alegando que, por não haver tradição de futebol, ele se tornaria um “elefante branco” e um desastre financeiro. Logo, para justificar sua importância, além da equipe Grenoble Foot 38, em 2014 o estádio foi transformado em sede do FC Grenoble Rugby e da equipe de hockey Brûleurs de Loups, nos jogos de inverno.

A população também fez objeção ao estádio pela sua localização no centro da cidade, que poderia causar muito engarrafamento em dias de jogo, poluição sonora, poluição visual, bem como poderia destruir cerca de 200 árvores antigas que ficam no parque ao lado.

Uma vez aceito pela população, o estádio deveria ser construído prezando pelo meio ambiente, transparência de sua estrutura física e ter portões que abrem em dias cotidianos e se fecham enquanto acontecem as partidas. O acesso é feito pelo tram e não há estacionamento no local.

Fui conhecer o equipamento no dia 13 de maio, às 18 horas, em uma partida do Grenoble Foot 38 conta a equipe Le Puy. Era um jogo decisivo que poderia levar a equipe anfitriã da quarta divisão do Campeonato Francês para o “National” ou terceira divisão.

No Parc Paul Mistral é possível sentir a natureza por perto, um cheiro bom que sai das árvores. Logo na descida da linha C do Tram é possível avistar o estádio e o grande número de torcedores que ficam em volta. Além do odor do mato e das árvores, há um misto de cheiro de cerveja e comida que os torcedores se deleitam. É uma atmosfera de jogo e não poderia ser diferente.

O azul e branco da equipe Grenobloise era visto em camisas e bandeiras por todos os cantos, mas principalmente em echarpes, já que o dia estava frio e a maioria das pessoas estava usando casaco em tom neutro, como preto e cinza.

Bandeira distribuída no estádio. Fonte: própria autora

A entrada do estádio é feita pelas portas que se fecham em dias de jogo e acessamos primeiramente pelos seguranças e depois subimos as escadas que dão acesso diretamente às cadeiras. A visibilidade do campo não é total, como nas arenas, logo, quem fica em determinados locais do equipamento, como nas partes inferiores, não consegue acompanhar todo o campo de visão da partida.

Acesso ao estádio. Fonte: própria autora
Os Ultras Red Kaos. Fonte: própria autora

Diferentemente das outras partidas, os Ultras não ficam nas extremidades do estádio, pois elas estavam fechadas. Dessa forma, somente as tribunas Sud e Nord foram ocupadas. A distribuição de torcedores no espaço, que tem capacidade para aproximadamente 20.000 torcedores (25 mil quando abre para a capacidade total), fica esquematizada da seguinte maneira: Tribune Sud : 4 000 places, Tribune Nord : 6 000 places, Tribune Est : 5 000 places, Tribune Ouest : 5 000 places, Tribune presse : 68 places.

Todos estavam próximos e o local estava muito cheio. Era um misto de alegria com expectativa para uma partida decisiva para a equipe anfitriã. Os Ultras, conhecidos como Red Kaos não se calavam e davam musicalidade ao ambiente, além da evidência das cores da equipe.

O estádio transparente me dava a visibilidade dos Alpes e isso fazia daquele ambiente uma pintura, um quadro. Era difícil me concentrar na partida ao mesmo em tempo que aquela paisagem estava bem ali, bela na minha frente.

O estádio e as montanhas. Fonte: Group 38

Como em todas as partidas na França é possível acompanhar o tempo e o placar por grandes telas que ficam nos cantos do estádio. Esse jogo não tinha locutor como no jogo do PSG, mas uma pessoa que falava de coisas pontuais e importantes da partida, como o início, cartões, expulsões etc.

No intervalo a música estava muito alta e isso atrapalhava muito de conversar sobre a partida, os melhores momentos e assuntos triviais. Incomodava bastante. No Brasil é praxe recente ter músicas nos intervalos, acredito que tenha sido depois da Copa do Mundo, mas nada tão alto que chegue a atrapalhar.

Havia muitas crianças no estádio e que ficavam correndo de um lado para o outro. Jogavam papel para todos os lados e não se concentram no jogo. Coisas de crianças.

Ficamos nas cadeiras da parte inferior no primeiro tempo da partida, mas depois subimos para que pudéssemos ter melhor visibilidade do jogo. Acessamos o nível mais alto pulando as próprias cadeiras me fazendo lembrar dos jogos que ia no Mineirão, antes da reforma.

Disposição das cadeiras. Fonte: própria autora

Assim como nas outras partidas, foi possível ouvir um cântico Argentino, mais especificamente da equipe do Boca Juniors e que “viralizou” mundo afora. Os papéis picados também é inspiração Argentina e o estádio estava pleno deles, “os papelitos”. Cores, papéis, cânticos, bandeiras, gritos, euforia, enfim, uma atmosfera incrível de uma partida decisiva de futebol.

Assim como acontece com a equipe do Saint-Etiénne, os torcedores da equipe de Grenoble também confecciona um jornal para falar das partidas, classificação e demais assuntos sobre o futebol.

Jornal dos torcedores. Fonte: própria autora

Ao final, a equipe Grenoble Foot 38 conseguiu colocar 10 mil torcedores no estádio e ascender para o National. Foi uma tremenda festa. Várias fumaças coloridas, papelitos voando, a equipe saudando os torcedores. Uma enorme emoção! Acessamos o gramado para comemorarmos juntos. Me senti parte do espetáculo. Nem o frio incomodava mais. Incrível!

Comemoração. Fumaça dos Ultras e a equipe saudando os torcedores. Fonte: própria autora
“Invasão” do campo pelos torcedores que comemoram o título. Fonte: própria autora

Impressões sobre o estádio Parc des Princes

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du Parc-des-Princes de Paris lors d’un match de championnat entre PSG et le SC Bastia. Troisième étape d’un travail commencé au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne et au Parc Olympique Lyonnais de Décines.

 

O Estádio Parque dos Príncipes foi reformado para a Euro 2016 e custou em torno de 75 milhões de euros. O equipamento ocupa uma área de 70 mil metros quadrados e tem capacidade para 48 mil torcedores. Foi inaugurado em 1972 e pertence à prefeitura da cidade de Paris. É palco de jogos de rugby, mas principalmente abriga partidas de uma das equipes de futebol mais fortes da França, o Paris Saint-German.

A equipe do PSG faz parte do grupo Qatar Sports Investments e, por esse investimento milionário vindo dos Emirados Árabes, a estrutura do clube também mudou e os torcedores, por consequência, passaram a ser mais selecionados pelos altos preços dos ingressos cobrados nas partidas do seu time.

Antes dessa negociação, porém, as torcidas organizadas, aqui chamadas de Ultras, ficaram impedidas de acessar o estádio desde 2010. A medida se deu devido a episódios de violência causados por elas. No entanto, o então presidente do clube Nasser Al-Khelaifi pediu a volta dos Ultras ao estádio, pois disse que o mesmo tinha “perdido a alma” e os novos torcedores não “sabiam torcer”. Em negociação com a polícia parisiense, foi permitido o retorno dos Ultras no ano de 2016.

O jogo que eu estava indo presenciar era do segundo colocado da Ligue 1 do campeonato francês, PSG, contra o último colocado, Bastia, para a antepenúltima rodada. Era uma tarde de sábado, dia 06 de maio, e eu seguia para a estação do metrô Colonel Fabien sentido estádio Parque dos Príncipes. Encontrei dois amigos brasileiros e seguimos juntos.

O metrô seguia com torcedores, a maioria uniformizado, mas nenhum deles estava cantando ou aparentemente empolgado. O Paris estava praticamente sem chances de ganhar o campeonato, pois no jogo anterior havia perdido para a equipe de Nice e se distanciado do primeiro colocado, Mônaco.

Ao chegar no estádio a emoção tomou conta, pois sempre quis conhecer o tão famoso Parc des Princes. Logo me deparei com uma arquitetura que me lembrou o Mineirão e, dessa forma, mais encantada eu fiquei.

Fachada do estádio Parc des Princes. Fonte: própria autora

Fazia muito frio e estava chovendo um pouco no entorno, talvez por isso os torcedores seguiam diretamente para dentro do estádio. O acesso é muito fácil e havia muitos informantes. As pessoas bebiam, mas não vi muitos bares por perto. Não havia tendas de comida, nem mesmo o cheiro dela por perto. Era somente o aroma de folhas molhadas das árvores que prevalecia no ar.

Fiquei na Tribuna Boulogne, uma das extremidades do estádio. Essa tribuna faz oposição à Tribuna Auteuil, mas em ambas ficam lotados os Ultras. É comum os estádios franceses terem essa divisão: as tribunas das extremidades comportam os Ultras e nas tribunas laterais ficam os demais torcedores e expectadores de comportamento mais reservado e calmo.

Como me separei dos meus amigos – eles compraram ingresso para a Tribuna Auteuil – eu preferi ficar em um local mais tranquilo para poder observar. Não tive que seguir a numeração do meu ingresso – assim como sempre faço no Brasil – então isso facilitou bastante a escolha de um local mais tranquilo. Sentia muito frio onde estava, mas em momento algum desfez meu encantamento. Eu estava realizando um sonho! O estádio é muito monumental como tudo em Paris. A dimensão dele me fez sentir pequena diante de tamanha imensidão.

Panorâmica da parte interna do estádio Parc des Princes. Fonte: Leandro Gavião

Muitas crianças circulavam no gramado, mas nas cadeiras não havia muitas delas. Presença maciça de homens e somente algumas figuras femininas e infantis. Uma espécie de narrador/animador fala o tempo todo o que me lembrou uma partida de vôlei no Brasil. Ele incentiva os torcedores a gritarem os nomes dos jogadores enquanto eles vão sendo apresentados. É como se fosse um ritual, o primeiro nome é falado pelo narrador e o segundo nome é gritado pelos torcedores. As pessoas ficam eufóricas com o momento. Apesar desse sentimento de algo mecânico da necessidade de um narrador/animador, é empolgante sentir a torcida vibrando com o momento.

Antes do início efetivo do jogo os jogadores fizeram um minuto de silêncio pelo ocorrido no estádio do Bastia em 1992, o chamado L’Enfer de Furiani. 25 anos de uma tragédia que matou alguns torcedores pela queda de uma das partes do estádio. Um silêncio triste que me remeteu ao acidente trágico da Chapecoense e os inúmeros silêncios feitos mundo afora em homenagem a equipe. Bastante recente para esquecer. Os torcedores presentes respeitaram o momento e em silencia pareciam sentir a dor novamente do que ocorreu no passado.

O jogo começou e as extremidades seguiam cantando e encorajando a equipe do PSG. Um mosaico enorme simbolizando o estádio se abriu do lado oposto (Tribuna Auteuil), bem como um ecoar de cantos se espalhava pelo estádio. Os animadores das organizadas, figuras comuns que ficam juntos aos Ultras, seguiam incansáveis e de costas para a partida. Isso é impressionante, pois parece que essa dinâmica é um processo pertencente ao continuum do jogo, faz parte do andamento da partida. É parte fundamental ser o 12º jogador. O torcedor faz pulsar o estádio como se fosse um coração batendo, dando vida. Lembrei a Geral dos estádios brasileiros

Tribuna Auteuil. Fonte: própria autora

O tempo todo se via bandeiras e echarpes e era possível ouvir cânticos de encorajamento. As extremidades não ficavam quietas, cientes da missão máxima de colocar a equipe avante. Inclusive os Ultras não pararam de cantar nem mesmo no intervalo. Várias canções “importadas”, inclusive uma do Boca Júnior e que eu consegui acompanhar cantando junto. Isso unia os Ultras e a partir do momento que equipe anfitriã fez um gol, esses cânticos aumentaram.

De costas os animadores dos Ultras. Fonte: Leandro Gavião

Mas as extremidades seguiam sozinhas na animação, pois nas laterais, Tribunas Paris e Presidentielle, os torcedores permaneciam sentados e a vibração só ocorria quando acontecia algum gol. Tinha uma sensação que todos que estavam nas laterais eram somente expectadores de um show e estavam ali só para apreciar. Talvez isso tenha acontecido pelo frio que fazia no dia ou mesmo por ser aquele lugar mais um atrativo turístico de Paris e muitos dos expectadores eram somente curiosos em ver uma partida de uma das equipes mais conhecidas da Europa.

Tribuna Presidentielle. Fonte: própria autora

Não senti nenhum clima de animosidade por parte dos Ultras, mas eles são muito vigiados o tempo todo pelos inúmeros seguranças do estádio. É um controle excessivo, mas talvez necessário, pois não sei o que ocorreu no passado. Eu sequer pude colocar os pés na cadeira da frente, pois suponho que isso não seja permitido, uma vez que ninguém fazia. Me senti intimidade, logo, não fiz nada que havia feito no estádio de Saint-Etiénne (pés nas cadeiras, ficar de pé o tempo todo etc). Não é legal mesmo colocar os pés em outra cadeira, mas estamos em um estádio, isso é apropriação, faz parte do lugar…

Seguranças no estádio. Fonte: própria autora

No intervalo a música é alta e o narrador/animador segue incentivando o “show”. Alguns torcedores selecionados puderam ir a campo chutar a bola no gol. Tudo pelo espetáculo e distração do expectador. No Brasil isso não acontece. A pessoa encarregada de falar nos estádios tem a única missão de informar.

A partida terminou PSG 5 x 0 Bastia o que já era previsto dada a superioridade da equipe anfitriã. Embora tivesse presenciado essa goleada, eu ainda pude ver o Cavani errar um pênalti. Momento impagável. Todos torcedores com sensação de frustração.

Não sei quantos torcedores do Bastia estavam presentes, mas o público total foi de 45 mil torcedores.

Finda a partida, segui o fluxo de torcedores. Misturei aos demais para me aquecer e ouvir as conversas pós-partida. Burburinhos e olhares de felicidades São sempre interessantes os relatos das falhas, dos acertos, da delícia de estar naquele lugar. Como isso me envolve.

Encontrei meus amigos para tomarmos uma cerveja em um dos poucos bares do entorno e fazermos os nossos comentários sobre a partida. Apesar do frio, foi uma tarde sensacional.

Em um breve resumo foi possível constatar que o presidente da equipe do PSG tem total razão: os Ultras realmente dão alma ao estádio.

A suivre…

Impressões sobre o estádio Parc Olympique Lyonnais

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du Parc Olympique Lyonnais de Décines, réalisé le 10 mai 2017, lors du match retour de la demi-finale de League Europa entre l’OL et l’Ajax d’Amsterdam.

 

O Parc Olympique Lyonnais é um estádio que foi construído para a Euro 2016. A obra começou em 2007 e tem a própria equipe do Lyon como gestora. Tem capacidade para 59 mil torcedores e além do futebol, o espaço acolhe também outros eventos esportivos como rugby e eventos culturais diversos.

Em termos de capacidade ele é o terceiro estádio da França e a sua construção se deu para evidenciar a cidade de Lyon como a segunda cidade do país e sua importância perante as grandes metrópoles europeias. Em meio a polêmica de sua aceitação ou não pelos moradores da região, dada a construção em um espaço de plantação agrícola, o equipamento foi erguido pelo valor total de 640 milhões de euros e tem financiamento privado pelo Olympique Lyonnais e público pela prefeitura de Lyon que financiou as melhorias de acesso e o projeto urbano do entorno.

O jogo era em uma quarta-feira, dia 10 de maio de 2017, parte da semifinal da Europa League, partida de volta entre Lyon e Ajax, essa última uma equipe holandesa. A equipe do Lyon precisava ganhar por pelo menos três gols de diferença para seguir classificada.

Seguimos eu e um amigo francês torcedor do Olympique Lyonnais rumo à cidade de Lyon. Fomos de carro por aproximadamente 01 hora de viagem. Chovia muito o tempo todo e fazia bastante frio. Saímos às 18 horas de Grenoble e a partida estava marcada para começar às 21 horas.

O frio continuava intenso no estacionamento em que descemos para que pudéssemos pegar a “navette” que faz o trajeto até o estádio. Essa pode ser considerada a melhor opção para acessar o equipamento, pois o trânsito até o local é intenso e o ônibus especial tem uma faixa exclusiva. Havia uma fila enorme de torcedores e somente quem possuía ingresso da partida tinha a possibilidade de utilizar esse ônibus.

Fila de torcedores para acessa as “navettes”. Fonte: própria autora
Os torcedores entro da “navette”. Fonte: própria autora

Como o estádio fica aproximadamente nove minutos de distância utilizando esse meio de transporte, foi possível para apreciar bastante a paisagem no trajeto. A chuva havia cessado e foi possível ver o sol se pondo e as flores que estavam no caminho estavam colorindo o local de deslocamento. Dentro do ônibus havia burburinho de torcedores que citavam a expectativa de um grande jogo, e, mesmo com a grande desvantagem da equipe do Lyon, que deveria ganhar de três gols de diferença do adversário – pois havia perdido a primeira partida por 4 x 1 na Holanda – era possível perceber um sentimento de que poderia “dar certo” para os Lyonnais. É a famosa esperança do torcedor. Sinto a mesma coisa com a minha equipe no Brasil.

Jogo decisivo e a torcida estava em massa no estádio. As pessoas bebiam bastante, mas não há bares por perto. Elas carregavam fardos de cerveja e isso deixava o ambiente com cheiro de cerveja. Não vi nem senti cheiro de comida na parte exterior do estádio, pois não há bares nem mesmo quiosques.

Torcedores chegando no estádio. Fonte: própria autora

A entrada ao estádio foi vibrante. A maioria dos torcedores cantava, pulava e vibrava bastante com a possibilidade de uma final da equipe do Lyon. A entrada das mulheres e crianças era separadas da entrada homens. A fila dos homens estava maior do que a fila das mulheres, como esperado. Ao passar pela checagem dos seguranças havia a possibilidade de colocar as cores da equipe no rosto e eu ostentei o bleu et rouge no meu rosto como uma legítima “supporteuse”. Isso foi importante para que eu me sentisse parte do espetáculo que estava por vir.

Com as cores da equipe no rosto. Fonte: própria autora

Assim como na maioria dos estádios franceses a territorialização no Parc Olympique Lyonnais é a mesma com relação aos Ultras. Eles ocupam as extremidades do estádio e tem os animadores responsáveis por inflamar os torcedores o tempo todo, inclusive no intervalo. Como de costume, eles ficam o tempo todo de costas para a partida. As tribunas são conhecidas como Virage Bleu e Virage Rouge nessas extremidades.

Não tem um locutor específico para animar/narrar os acontecimentos do jogo. Há um locutor como nos estádios brasileiros, ele é responsável por informações pontuais, como início da partida, número de torcedores, troca de jogadores etc.

No entanto, existe uma figura que é o “chefe” dos Ultras e que antes da partida tem o direito de entrar no campo e usar de um microfone para motivar os torcedores o que torna o momento bastante empolgante, pois não é como se fosse um show, mas um ponto fundamental de um combate que vai começar. Ele chama os torcedores para que eles gritem junto o nome da equipe, o nome dos jogadores e faça movimentos com as bandeiras que ficam dispostas em todas as cadeiras do estádio.

Senti uma sensação incrível ao estar ali, em meio a uma partida muito importante, sendo parte do espetáculo, podendo cantar junto e sentir o clima daquela atmosfera que tomava conta de todo o espaço. Inclusive os 5% dos torcedores do Ajax estavam empolgados e compunha a ambiência magnifica que ali estava instaurada. Um estádio extremamente vivo!

Torcedores do Ajax. Fonte: própria autora

Na entrada das equipes a campo, o Ajax foi bastante vaiado pelos torcedores. Isso acontece muito no Brasil com partidas decisivas. Com o início do jogo um mar azul e vermelho de bandeiras distribuídas no estádio tomava conta de todo o espaço. Foi a primeira vez que vi que as tribunas laterais estavam polvorosas, todos de pé e encorajando a equipe. Além das tribunas Virage Bleu e Virage Rouge das extremidades, as tribunas das laterais são conhecidas como Tribune Blanc e Tribune Or que retomam as cores históricas do clube. Era extremamente bonita a harmonia das cores da equipe anfitriã.

A vivacidade do estádio só foi interrompida pelos lugares marcados que devem ser respeitados. Até o momento eu não precisei respeitar essa regra, mas, segundo meu amigo, esse “preciosismo” aconteceu devido ao alto número de torcedores que estavam ali para acompanhar o jogo decisivo – ao todo 54 mil pessoas. Mesmo assim eu não sei se isso seria de fato importante, pois no Brasil, principalmente em partidas decisivas, os torcedores se colocam de pé, em qualquer lugar que possam ter boa visibilidade e encorajam o tempo todo a equipe.

No intervalo o cântico continuava, mesmo com a equipe do Lyonnais perdendo de 1 x 0 e tendo que fazer naquele momento 4 gols para poder ir para a final do campeonato. Os líderes dos Ultras continuavam de costas e liderando a torcida. Novamente me lembrei da Geral no Brasil, mas sem a o tom “ameaçador”, uma vez que se não cantasse eu poderia ser xingada ou até mesmo levar empurrões dos torcedores brasileiros mais afoitos.

Os líderes dos Ultras. Fonte: própria autora

Ao retorno da partida no segundo tempo o estádio todo continuava encorajando a equipe, cantando, vibrando com cada gol, se valendo do papel importante que a torcida tem em cada jogo, sabendo que poderiam fazer total diferença naquele combate. De fato eles fizeram, pois a equipe do Lyon conseguiu fazer 3 gols e ganhar a partida por 3 x 1. Apesar disso, a equipe não se classificou.

O olhar desolado dos torcedores foi de entristecer. Enquanto os torcedores do Ajax eram impedidos de sair do estádio até que a torcida do Lyon saísse, a fim de evitar confusão, os demais iam cabisbaixos corredores afora. O anfitrião amargava uma eliminação. Ficamos até que a maioria dos torcedores do Lyonnais saísse do local, ouvíamos somente a torcida do Ajax vibrando, mas o estádio tinha um “ar triste”, uma atmosfera que me remetia a um funeral.

A saída foi triste, com um sentimento de derrota que deixou um silêncio pairando no ar. Uma enorme fila se posicionou até as “navettes” e enquanto isso os torcedores seguiam comentando as falhas, os problemas ocorridos com a equipe. Muito frio e tristeza a ambiência da saída do estádio.

Fila da saída do estádio. Caminho para o acesso às “navettes”. Fonte: própria autora

Seguimos em direção novamente ao estacionamento e voltamos ouvindo um “podcast” sobre a narração da partida. Apesar de todo o sentimento ruim de uma eliminação, eu pude vivenciar um estádio vivo e uma torcida completamente apaixonada pela sua equipe. “Qui ne saute pas n’est pas Lyonnais!”

A suivre…

Neuf stades retenus pour la candidature au Mondial 2023 de rugby

Neuf stades et villes ont été retenus dans le dossier de candidature  pour accueillir des matches de la Coupe du monde 2023 que doit remettre la France jeudi 1er juin 2017 à World Rugby. Plusieurs villes sélectionnées lors de la première sélection disparaissent de la liste: Paris, Lens et Montpellier.

Les neuf villes sont Lille (stade Pierre-Mauroy), Nantes (La Beaujoire), Bordeaux (Matmut Atlantique), Toulouse (Stadium), Marseille (Vélodrome), Nice (Allianz-Riviera), Lyon (Parc OL), Saint-Etienne (Geoffroy-Guichard) et Saint-Denis (Stade de France).

Le comité de candidature  avait déposé la candidature de Paris en laissant ouvert le choix entre Jean-Bouin et le Parc-des-Princes. D’après l’AFP, ce dernier souhaitait retenir le Parc-des-Princes « mais n’a pu obtenir l’accord de la mairie de Paris, liée par une convention d’occupation à QSI, le propriétaire qatarien du club de football du Paris Saint-Germain opposé à la tenue de matches de la Coupe du monde 2023 dans le stade. La ville de Paris, même si elle n’accueillera pas de matches, a néanmoins été retenue comme ville hôte de la compétition ». Jean-Bouin paie quant à lui sa trop faible capacité (20 000 places).

La fédération française de rugby (FFR) remettra jeudi à Dublin à World Rugby, la Fédération internationale, son dossier de candidature pour l’organisation.  La France est en concurrence avec l’Irlande et l’Afrique du Sud. Elle met en avant dans son dossier la qualité et la capacité importante de ses stades (2,6 millions de spectateurs, dont 336.000 places d’hospitalités), dont huit ont accueilli l’Euro 2016 de football. Cette capacité permettrait de rapporter 500 millions d’euros à World Rugby via la redevance, les hospitalités, le merchandising ou encore les droits télévisuels.

La Coupe du monde 2015 en Angleterre avait rapporté 300 millions d’euros à World Rugby.

Cricket ground au Parc Mistral

Quand un stade se conçoit avec un parvis au lieu d’un glacis autour de lui, il permet parfois des usages inattendus de l’espace public. Exemple avec le parvis du Stade des Alpes.

Depuis trois mois, les samedis-dimanche et lundi, le parc Mistral de Grenoble, à deux pas du Stade des Alpes, se transforme en cricket ground dès qu’il fait beau. Un groupe d’étudiants et d’employés indiens, pakistanais, sri-lankais et afghans s’y retrouve pour jouer au cricket avec des balles de tennis.

Partie de cricket sur le parvis du Stade des Alpes (Grenoble). 15 mai 2017
Campement de migrants, Stade des Alpes, 18 mars 2017

De l’autre côté du stade, sur la continuité du parc Mistral en direction de la bretelle d’autoroute, le stade côtoie un campement de migrants vivant dans des abris de fortune. Deux faces de la mondialisation à Grenoble…

Impressões sobre o estádio Geoffroy-Guichard

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne.

La consigne donnée est de décrire dans ses plus petits détails la journée au stade, à la façon de Pierre Sansot1: « prendre la décision de décrire, ce serait observer, se situer au plus près de ce qui se produit, être en intelligence avec ce qui s’offre : par exemple, ne pas omettre les détails que seule une longue pratique affectueuse relève, mémorise. […] La description s’attache à révéler ses mille nuances, ces détails qui semblent relever de l’anecdote et que l’on a tendance à négliger dans une micro-sociologie. Or, tous ces détails constituent la trame de la vie sociale à tel point qu’il n’y a pas grand chose à rechercher en dehors d’eux, derrière eux. […] Elle peut avoir une ambition plus grande : montrer comment à travers des comportements mineurs se dévoilent les gestes majeurs de l’Anthropos ».

 

O estádio Geoffroy-Guichard está localizado na cidade de Saint-Etienne, região de Auvergne Ródano Alpes. Tem capacidade para aproximadamente 42.000 espectadores e é conhecido como Le Chaudron ou L’Enfer Vert em referência ao time da casa, AS Saint-Etienne.

Fachada do estádio Geoffroy-Guichard. Façade principale de Geoffroy-Guichard

Para então conhecê-lo, a saga do dia 09 de abril de 2017 começou às 08h45 da manhã na linha A do VLT de Grenoble, estação Arlequin sentido Maison du Tourisme. Às 09h10 eu segui o caminho pelo VLT da linha B, Maison du Tourisme sentido Ile Verte.

Os Grenobloises, em sua maior parte, são bem simpáticos, porém são quietos, reservados. Assim, até meu destino final eu segui quieta até encontrar Jean-Michel e Louise. Um pouco mais adiante conheci Regis, Alberto e mais quatro crianças. Seguimos todos para Saint-Etienne.

Cidade de Saint-Etienne. Ville de St-Etienne, vue du Crêt-de-Roch.

O dia agradável, de sol ameno, vento fresco e casarões antigos, tornou a expectativa do jogo também agradável. Após um passeio e um almoço formidável na casa dos pais de Jean-Michel, seguimos finalmente para a partida Saint-Etienne x Nantes.

Caminhamos pelas ruas do entorno e era possível observar um “mar de gente” vestindo verde, todos sorrindo e certamente uma grande expectativa de vitória do time de Saint-Etienne. Todos caminhando em direção ao seu respectivo portão de entrada e o barulho que se ouvia era de pessoas conversando provavelmente sobre uma grande partida.

O dia azul e ensolarado, porém não muito quente, de uma tarde de primavera, contribuiu para a animação e para o grande público que estava no estádio para ver a partida do dia. As duas equipes ocupam a parte de cima da tabela, respectivamente 7ª e 8ª posições, no entanto, nenhum dos dois times tem chance de vencer o campeonato francês, ficando provavelmente com o time de Mônaco ou Paris Saint German. Dessa forma, a busca pelo estádio foi certamente motivada pela paixão ao clube, pela ambiência do estádio e o dia que estava proporcionando uma bela tarde de lazer.

Alguns torcedores estavam bebendo em alguns poucos quiosques do entorno, na espera do jogo. Era possível então sentir o cheiro dos petiscos e das bebidas, além de poder ouvir os barulhos de conversas e risos dos visitantes.

O Estádio, que foi construído em uma região de minas de carvão, foi recém reformado para a Euro 2016. Prezou-se pela ampliação do espaço, aumentando as fileiras de arquibancadas e as tribunas. Além disso, a grama foi melhorada, assim como a arquitetura em toda a sua fachada, modernizando um dos estádios mais antigos da França, inaugurado em 1931.

Entrada no portão sul do estádio. Queue pour la fouille à l’intérieur du stade.

Entramos pela tribuna sul do estádio. Enfrentamos uma pequena fila até chegarmos às catracas eletrônicas. Validamos o bilhete e passamos pela inspeção. Não queriam permitir a minha entrada com um carregador externo de bateria de celular, pois apresentava risco, caso eu quisesse jogá-lo em alguém do estádio. Ao final, consegui driblar o problema e finalmente entrei.

A entrada é ampla e ventilada. O local é bem sinalizado e indica corretamente os setores. A circulação dentro do estádio estava tranquila. Preferimos ficar na parte superior da tribuna, então subimos dois lances de escada até alcançarmos o local pretendido. Não seguimos a numeração da cadeira que estava no bilhete e ficamos onde havia espaço, assim como fazemos no Brasil, nos setores mais baratos.

A entrada é ampla e ventilada. Sous la tribune sud.

O estádio é composto por quatro tribunas, sendo duas delas com cadeiras numeradas e um restaurante (Área VIP). As outras duas tribunas, sendo uma de frente para a outra, correspondem ao espaço mais acessível do estádio, em que os ingressos são menos caros. Nelas estão as arquibancadas e o que lembra uma “geral” no Brasil. O “ultras” ou torcidas organizadas ocupam essas tribunas: de um lado os “Green Angels” e do outro os “Magic Fans”. Os valores giram em torno de 10 euros nas arquibancadas (preços mais baixos).

Ingresso da partida. Billet d’entrée, imprimé sur papier A4.

Nas tribunas leste e oeste os torcedores são mais quietos e permanecem sentados praticamente o tempo todo. Os espaços de circulação (as laterais das cadeiras) ficam todos disponíveis e as pessoas são espectadoras do jogo, assistindo calmamente a partida. No setor oeste ainda existe um restaurante, o único local do estádio que permite a venda de bebidas alcóolicas.

Nos setores norte e sul estão as torcidas organizadas ou como chamam os franceses “os Ultras”. Do lado sul o espaço é reservado para os “Green Angels” e do lado norte estão os “Magic Fans”. Ficamos no lado sul e foi possível perceber que existem mais bandeiras e um movimento circular com as flâmulas da equipe tricolor: verde, branco e preto. Os cânticos ecoam por todo o setor e os animadores não deixam que os torcedores se sentem e desanimem. Do outro lado, os “Magic Fans” são, em sua maioria, homens. Eles ficam sem as camisas e fazem um movimento de vai e vem entre eles. Cantam o tempo todo e, em alguns momentos da partida, eles cantam e fazem coreografia com o lado sul, ou seja, com os “Green Angels”. A sensação é de que uma onda atravessa o estádio e isso contagia o norte e o sul. Existe uma vibração em coro e um uníssono que impulsiona a equipe. É vibrante!

Tribuna norte. Magic Fans. Foto ilustrando a bandeira dos ultras e o nome de um torcedor morto: Olive. Kop nord lors du tifo en mémoire d’Olive, un ancien « MF ».

É interessante, pois assim como no Brasil, a maioria dos torcedores não se conhecem, mas é como se naquele instante eles fossem parte da mesma família. É um clima de solidariedade e ajuda mútua. O time depende de todos eles e todos eles sabem disso. A união nesse momento é o que mais importa.

O público da partida foi de 30 mil pessoas e a composição bastante mista: homens, mulheres, idosos e crianças. Apesar de toda uma mobilização das organizadas, o ambiente é de tranquilidade, pois Nantes não é o principal adversário do Saint-Etienne e a torcida foi praticamente única, uma vez que o time adversário teve permissão de 300 torcedores somente.

Tribuna norte (geral) e tribuna leste, cadeiras numeradas. Tribune nord (kop) et tribune est (places assises).

Há muitas bandeiras, flâmulas, hinos e coreografias para saudar e impulsionar a equipe. O espaço dos “ultras” é bastante territorializado, assim como fazem as torcidas organizadas no Brasil. O espaço de cada um é bem delimitado e, mesmo que sejam torcedores do mesmo time, eles precisam respeitar os limites e a maneira de torcer da cada um. Uma situação em particular chama bastante a atenção, a torcida dos “Green Angles” produz um jornal impresso para os torcedores no qual é narrado os pontos principais sobre a partida do dia, as próximas partidas e a classificação da primeira liga. O principal rival, Lyon, é sempre referenciado com letras minúsculas, ratificando o desprezo e rivalidade.

Jornal dos torcedores Green Angels. Fanzine des Green Angels.

Nas tribunas sul e norte não há obediência à numeração dos assentos e os torcedores ficam de pé sobre esses mesmos assentos para ter maior visibilidade do campo, já que durante a partida ninguém se senta, exceto nas tribunas mais caras. Não é possível querer seguir uma ordem nem mesmo existe uma vontade para isso. O ambiente é bastante convidativo a fazer parte, a sentir a ambiência e a torcer junto.

A partida do dia 09 acabou em empate, 1 x 1, mantendo as equipes na mesma posição da tabela. Ao sairmos do local, apesar do empate, seguimos em clima de paz. Assim como na ida, a volta é feita pelas ruas próximas ao entorno, onde os carros ficam estacionados. Ao final todos seguem indo embora para o seu destino.

Em comparação ao Brasil eu sinto que as diferenças são poucas quando se trata da partida no estádio de Saint-Etinne e com os torcedores da equipe homônima. Os estádios têm preços igualmente altos, mas no Brasil o poder aquisitivo é menor e vemos, cada vez menos, um espaço ocupado pelo “povão”. O estádio tem se tornado um espaço de segregação, mas na contramão, buscamos reivindicar mais acessibilidade do grande público e/ou ocupar outros estádios de menor tamanho e que possibilitem preços mais acessíveis.

Torcedores de pé sob os assentos das arquibancadas. Supporteurs préférant rester debout en tribune populaire.

Apesar da espetacularização que o futebol vem sofrendo, é muito difícil uma paixão ser ofuscada. Ao final, me senti empolgada com o jogo que presenciei e me restou a impressão de que o futebol é fenômeno social e acolhedor em qualquer parte do mundo, mesmo com as rivalidades. A frase de ordem que ainda ecoa dentro de mim é Allez les Verts!!!

 

Eléments de comparaison avec le Brésil
Voici maintenant, un résumé analytique du texte en portugais, fruit d’une lecture et d’un échange avec l’auteur. 


A écouter Natália Rodrigues de Melo, ce qui distingue un tel match de championnat par rapport à un équivalent au Brésil tient d’abord dans l’atmosphère sereine (clima de paz) qui se dégage des abords du stade, à l’entrée à la sortie du public et dans les tribunes.

Le contexte joue, bien entendu, un grand rôle. Il n’y a pas d’animosité particulière entre les supporteurs des deux équipes, et de plus, les autorités ont restreint le déplacement des supporteurs nantais à 300 personnes maximum. De fait, ils ne sont qu’une poignée dans leur parcage. Le match se joue un dimanche après-midi de printemps. Plus de 30 000 personnes assistent au match, beaucoup arborant les couleurs du club – vert, blanc, noir – et créent une « marée verte » (um “mar de gente” vestindo verde).

Pour l’auteur, les gens sont probablement plus attirés par la passion du club et l’ambiance du stade que par une quelconque perspective sportive, les supporteurs qu’elle rencontre avant le match ne croyant guère  à une qualification européenne, pourtant encore mathématiquement possible.  Elle souligne que les clubs n’existent guère que par cette passion qu’ont les supporteurs pour leur équipe; passion qui transforme le « spectacle » en un rituel presque sacré.

L’entrée au stade lui semble facile: une petite attente au guichet, des billets électroniques et la surprise de se voir interdire une batterie de téléphone portable (risque de jet)… mais qui sera finalement acceptée2. Le stade lui apparaît comme bien conçu avec ses entrée amples et ouvertes, une circulation aisée dans l’enceinte et une bonne signalisation. Il apparaît comme ayant – toujours – quatre tribunes qui se font face: deux (arquibancadas) avec sièges numérotés (cadeiras numeradas) et espace VIP ; deux sans numérotation des places et sans restaurant mais où les gens continuent de se mettre debout (gerals).
Le public est lui aussi affaire de surprise. L’auteur découvre les ultras, une forme de supportérisme organisé comme au Brésil avec les torcidas organizadas. L’espace des ultras est bien délimité et la chorégraphie rappellent celles des torcidas . Elle note qu’ils chantent pratiquement tout le temps; des chants repris par la tribune et qui parfois se répondent d’une tribune populaire à l’autre, créant une sensation d’ondes se répandant dans tout le stade (a sensação é de que uma onda atravessa o estádio e isso contagia o norte e o sul). Se dégage aussi une impression de solidarité entre les supporteurs sans qu’ils semblent se connaître. Les rapports sociaux lui semblent particulièrement paisibles et le stade un lieu de mixité avec non seulement des hommes mais aussi des femmes, des adolescents et des enfants.
Le prix modique des billets par rapport au pouvoir d’achat, dix euros, est en fin souligné tandis que les prix ont flambé au Brésil ces dernières années, à la grande surprise et au désespoir des Brésiliens les plus modestes, qui se trouvent exclus d’un stade et d’un spectacle auquel ils contribuaient pourtant. L’obtention de stades plus familiaux et sécurisés s’est faite, comme en Angleterre, au prix de l’éviction des plus modestes…
Au final, un beau (contre) exemple aux violences de la semaine suivante au Parc OL et au stade de Furiani.

 

Texte en portugais (Brésil) et photographies de Natália Rodrigues de Melo; introduction et éléments de comparaison (en français) de Jean-Michel Roux.

A suivre…

A lire aussi sur les ambiances des stades français et brésiliens: High Fidelity.

  1. Pierre SANSOT, Les formes sensibles de la vie sociale, Paris : PUF, collection La politique éclatée, 1986, pp. 66-67 []
  2. Le stadier fait preuve de compréhension devant l’explication que la batterie sert à un travail universitaire d’une Brésilienne []

Violence et stade, de Pompéi à Furiani

Sièges brûlés ou arrachés, toilettes vandalisées au Parc OL (Décines) dans un secteur occupé par des supporters parisiens lors de la finale de la Coupe de la Ligue le 1er avril 2017. Violents incidents (douze interpellations et sept blessés) autour et dans le même Parc OL lors de la venue du Besiktas d’Istanbul en quarts de finale de la Ligue Europa le 13 avril 2017. Invasions de terrain par des fans, violences sur des joueurs, jets de projectiles sur un bus lors du match de championnat SC Bastia-O. Lyonnais le 16 avril au stade de Furiani. La violence s’invite à nouveau dans les stades français.

Ces incidents rapprochés mettent en lumière une série de dysfonctionnements en terme d’organisation de la billetterie, des déplacements de fans (officiels et « indépendants »), de la sécurité publique dans et autour des enceintes, de la gestion des flux de personnes dans les stades, de la communication avant les matchs, etc. Le tout dans un contexte géo-politique parfois tendu1. La violence au stade est tout sauf un mal du siècle ou du football. Petite mise en perspective historique avec les Romains et le souvenir d’un affrontement violent à Pompéi.

 

Le massacre de l’amphithéâtre de Pompéi
Les combats de gladiateurs (munera) naissent, comme nous le rappelle Tertullien, dans le cadre de cérémonies d’hommage funéraire. Le sang coule en mémoire d’un cher disparu et en sacrifice pour honorer les dieux. La violence est alors restreinte à l’arène. Rapidement le combat devient spectacle chez les Romains, offert par un mécène – un évergète – à son peuple. La place publique ne suffit plus à accueillir les spectateurs et des équipements dédiés apparaissent: les amphithéâtres. Le supportérisme se développe, parfois encouragé avec des arrières pensées politiciennes par les notables eux-mêmes… conduisant à des excès dont Pompéi nous a transmis des traces.

En 59 après J.C., un combat de gladiateurs donné à Pompéi se termine par le massacre des habitants d’une colonie de Campanie, Nucérie, venus assister au spectacle. Deux documents nous relatent l’évènement à leur manière: le premier est un texte de Tacite2, le second une fresque provenant d’une maison pompéienne aujourd’hui conservée au Musée archéologique national de Naples. Voici ce que Tacite – qui n’est pas un contemporain  – dit de l’évènement:
« Un incident futile provoqua un affreux massacre entre les colons de Nucérie et ceux de Pompéi, lors d’un spectacle de gladiateurs, donné par Livineius Regulus, dont j’ai rapporté l’exclusion du Sénat. En effet, en échangeant des invectives selon la licence propre aux petites cités, ils se lancèrent des injures, puis des pierres, enfin des armes, et la victoire resta à la plèbe de Pompéi, où se donnait le spectacle. Aussi transporta-t-on dans la Ville beaucoup de Nucériens, le corps mutilé à la suite des coups reçus, et un grand nombre pleuraient la mort d’un fils ou d’un père.
Le jugement de cette affaire fut remis par le prince au Sénat, par le Sénat aux consuls. Puis l’affaire étant revenue devant le Sénat, on interdit pour dix ans à la municipalité de Pompéi ce genre de réunions, et les associations qui s’y étaient fondées au mépris des lois furent dissoutes ; Livineius et les autres auteurs de la sédition furent punis de l’exil. »

Fresque d’une maison de Pompéi représentant l’affrontement entre Pompéiens et Nucériens

La fresque ci-dessus montre combien l’affrontement entre spectateurs déborde de l’arène et ses tribunes pour se poursuivre dans la ville, se transformant en chasse à l’homme. Simple cas de violence de fans d’extraction modeste et issus d’une « petite cité »? L’historienne Valérie Huet nous donne une autre explication dans un article de la revue Histoire urbaine. Il s’agit bien pour elle d’une forme archaïque d’hooliganisme, forme qu’elle relie d’ailleurs à l’organisation sociale des groupes hooligans néerlandais des années 1990. Elle propose même d’attribuer la fresque, non plus à un ancien gladiateur devenu libre, comme c’est généralement le cas, mais à « une sorte de « hooligan », c’est-à-dire un homme appartenant à une catégorie relativement modeste de la population et qui tirerait gloire et fierté de sa participation à une violence dont l’écho était parvenu jusqu’à Rome et avait même déclenché ses foudres ».

La lecture géo-politique des incidents
Pour Valérie Huet, comme pour beaucoup d’autres spécialistes, le massacre ne peut être compris qu’en se limitant aux motivations des seuls hooligans pompéiens. Pompéi et Nucérie sont en fait alors deux colonies romaines, i.e. des établissements créés par l’État romain et destinés au contrôle d’un territoire conquis. Elles sont toutes deux situées dans la même vallée du Sarno et en conflits profonds. Nucérie, moins connue aujourd’hui que Pompéi,  est une ville samnite d’origine, située au centre italique de la Campanie méridionale. Valérie Huet nous rappelle que, bien que samnite3, Nucérie se caractérise par sa loyauté sans faille à l’égard de Rome, contrairement à Pompéi qui, ayant pris parti contre le pouvoir central lors de la guerre sociale, perdit son indépendance en devenant une colonie syllanienne.

Deux ans avant le massacre, Rome autorise d’ailleurs l’augmentation du nombre des colons à Nucérie, ce qui ruina ainsi les espoirs des Pompéiens de contrôler des territoires ayant un temps appartenu à Stabies, une troisième ville portuaire, dont l’arrière-pays était à portée des deux autres villes. Valérie Huet conclut qu’il est « probable qu’eut lieu entre les deux colonies une redélimitation des territoires donnant l’avantage à Nucérie (…) et évident que parmi les spectateurs et les faiseurs de troubles se trouvaient des colons cultivateurs n’ayant pas pu étendre leurs terres ».

Quand la violence au stade ne peut se comprendre qu’avec un peu de géo-politique…

 

Pour en savoir plus
Huet Valérie, « La représentation de la rixe de l’amphithéâtre de Pompéi : une préfiguration de l’ « hooliganisme  » ? », Histoire urbaine, 2/2004 (n° 10), p. 89-112. URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2004-2-page-89.htm
Tacite, Annales XIV, 17
Tertullien, Oeuvres complètes, traduites du latin par Antoine-Eugène de Genoude, Les Belles Lettres, « Classiques favoris », 1168 p.

Source de l’image à la une http://ventomeridionale.blogspot.fr/2012/02/amphitheatre-of-pompeii-blood-and-sand.html

  1. Ces matchs se tiennent à quelques jours d’élections nationales en Turquie – référendum sur la constitution turque qui a vu des pays européens interdire des meetings pro-gouvernementaux au motif de troubles potentiels à l’ordre public – et en France avec le premier tour de l’élection présidentielle []
  2. Tacite, Annales XIV, 17 []
  3. Les Samnites sont un groupe de tribus du Sud des Apennins, définitivement soumis par Rome en 290 av. J.C. []

Le stade Léo Lagrange

Penchons-nous sur Léo Lagrange avant que les effets du naming et/ou les exigences d’honorer les nouveaux héros n’entraînent l’effacement de son nom des façades de nos stades. De Besançon à Nice, de Toulon à Bonneuil-sur-Marne, nombre de stades portent en effet son nom. Qui est-il au juste et pourquoi tant de stades l’honorent-ils ainsi?

 

Léo Lagrange (1900-1940) était un avocat, homme politique membre de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO, ancêtre du Parti Socialiste) et rédacteur au Populaire, l’organe de presse de la SFIO. Membre des Éclaireurs de France dans sa jeunesse, engagé volontaire en 1917, il devient député en 1932 puis est nommé, lors du Front populaire (1936), sous-secrétaire d’État aux Sports et à l’Organisation des loisirs auprès du ministre de la Santé publique, Henri Sellier… qui est par ailleurs une figure tutélaire de l’Urbanisme français1.

Léo Lagrange, Ministre des Loisirs (1936) d’après https://fr.wikipedia.org/wiki/Léo_Lagrange

C’est la première fois qu’un tel portefeuille est crée pour prendre en compte la jeunesse, les sports et les loisirs et Léo Lagrange va lui imprimer sa marque. Refusant le sport spectacle et le sport professionnel, il met en place une politique nationale du sport pour tous. Sollicité pour construire un grand « stade de France » pour accueillir la Coupe du monde de football de 19382, il déclare que « notre souci est moins de créer des champions et de conduire sur le stade 22 acteurs devant 40 000 ou 100 000 spectateurs que d’incliner la jeunesse de notre pays à aller régulièrement sur le stade, sur le terrain de jeux, à la piscine…»

Reprenant la vision hygiéniste, sociale et culturelle du sport populaire inventée par Edouard Herriot à Lyon dès 1913, Léo Lagrange fait le choix d’équiper les communes françaises d’équipements sportifs et de stades pour la pratique de tous au détriment des clubs professionnels: « Je crois que le jour où l’on a admis que le jeu sur le stade pouvait être l’occasion de profits importants, on a fortement atteint la moralité du sport.
 Aussi, de toutes mes forces et quelles que soient les critiques, parfois sévères, dont mon action pourra être l’objet, je m’opposerai au développement du sport professionnel dans notre pays. Je détiens au Parlement la charge de servir les intérêts de toute la jeunesse française, et non de créer un nouveau spectacle de cirque »3.

Opposé à la participation de la France aux JO de Berlin, instrumentalisés par le nazisme, il tente d’organiser une participation française aux Olympiades populaires de Barcelone. Il est défait par un vote à l’Assemblée. Les athlètes français iront à Berlin et les Olympiades de Barcelone n’iront pas au bout, emportées par la Guerre civile espagnole.

Bien que parlementaire, il rejoint l’armée française et est tué au combat en juin 1940. Puissent des stades portant son nom subsister quelques temps encore…

  1. Henri Sellier fonde en 1919 avec Marcel Poëte et Pierre Lavedan, l’École des hautes études urbaines (EHEU), qui devient l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris en 1924 []
  2. Léo Lagrange, discussion du budget à la Chambre des députés, 1937 []
  3. Léo Lagrange, Sous Secrétaire d’État aux Sports, aux Loisirs et à l’Éducation Physique, le 3 décembre 1937, à la tribune de la Chambre des Députés []