Tous les articles par Jean-Michel Roux

Docteur et Maître de Conférences en Urbanisme et Aménagement. Chercheur au CNRS Pacte (laboratoire de sciences sociales) et MCF à l'Université Grenoble Alpes. Urbaniste qualifié OPQU (certificat n°347), membre du collectif BazarUrbain.

Faites Place!

Depuis 2012, les ateliers de coopération internationale en urbanisme à Sfax (Tunisie) et à Grenoble (France) structurent l’enseignement du projet des étudiants du Master “Urbanisme et Coopération Internationale” de l’Institut d’Urbanisme et Géographie Alpine. Dans le cadre de la coopération entre les deux villes, les étudiants produisent des expertises urbaines en équipe et avec les étudiants sfaxiens ainsi qu’avec de nombreux partenaires locaux, universitaires et de la société civile. Les étudiants grenoblois travaillent 10 jours à Sfax chaque novembre. Cette année, le thème général de l’atelier “Faites place!” renvoie à la place de l’enfant en ville, du lien entre la gare et son territoire et sur la place de l’équipement sportif.

Sfax, deuxième métropole de Tunisie avec environ 600 000 habitants, a connu une urbanisation spectaculaire de la fin du XXe siècle au début du XXIe siècle. Longtemps toute entière comprise dans sa médina dont elle s’enorgueillit de posséder murailles et tracés d’origine, elle a doublé de taille lors de la colonisation et des conquêtes urbaines au détriment de la mer. A partir des années 70, sa population qui migraient au gré des saisons de la ville historique vers les borjs et jnens de la périphérie, a cessé d’habiter le centre pour lotir l’intérieur des terres. La ville s’est étalée en suivant les radiales menant aux autres villes du pays (urbanisation en doigt de gant) et a consommé nombres de terres, autrefois nourricières et terrains de jeu, pour l’habitat mais aussi le commerce, les services, l’enseignement, la santé ou l’industrie.

La mobilité des habitants est principalement motorisée (véhicules personnels, taxis et bus) et la circulation y est très dense, engendrant une importante pollution atmosphérique. La ville cherche depuis quelques années à desserrer le centre-ville et à améliorer la qualité de vie en proposant plusieurs grands projets urbains : projet d’urbanisation des terres gagnées sur la mer au nord de la ville (projet Taparura), projet d’instauration d’un système de transport urbain par rail (métro-léger) et projet de construction d’une cité sportive en lien avec l’Etat.

Au-delà du cas de Sfax, ces projets nous interrogent plus globalement sur la place que nos métropoles sont en mesure de faire, en leur sein, pour les plus jeunes et les plus fragiles. Comment pouvons-nous aménager nos métropoles pour qu’elles soient accessibles, ouvertes, accueillantes ; pour qu’elles permettent une mobilité pour tous, des espaces de rencontre, de jeux, de sports, un accès la mer, etc ? L’atelier et son séminaire conclusif se proposent d’aborder ces questions selon un triple axe :

1/ La place de l’enfant en ville

Nous faisons le constat du progressif enfermement de l’enfant dans la ville d’aujourd’hui en lien avec les modes éducatifs, les évolutions des mobilités automobiles, des nouvelles pratiques récréatives (jeux de tablette) et les problèmes/sentiment d’insécurité. Pourtant, toutes les études environnementales et psychologiques soulignent l’importance des loisirs actifs chez l’enfant et de la découverte de la ville pour la construction personnelle. Face à ces constats et recommandations, quelles réponses peuvent apporter les professionnels de la fabrique de la ville ? Terrains d’étude à travers certains espaces comme la médina ou les parcs et espaces sportifs, existants et en projet.

Entrée principale du Stade T. M’hiri, Sfax, 2017

2/ La place des espaces de sports et des complexes sportifs dans la ville

La ville de Sfax manque d’espaces sportifs que cela soit pour le sport professionnel (avec un stade Taïeb M’hiri vieillissant mais central et le projet au long cours de “cité sportive”) mais aussi de « sport pour tous ». Les salles de sports privées se multiplient pour répondre aux besoins de la population. Dans le même temps toutes les études sanitaires soulignent l’importance de la pratique d’une activité sportive dans le développement de l’enfant et des adultes. Comment rendre la ville plus favorable à la pratique sportive pour tous ? Quels sont les enjeux en termes d’équipements sportifs pour le sport professionnel et l’accueil des manifestations nationales et internationales ? Terrain d’études : les espaces libres en ville, les complexes sportifs Cicaldi et « 2 mars » ; le projet de Cité Sportive et l’évolution du Stade M’hiri.

Arrêt du train dans la banlieue de Sfax

3/ Le chemin de fer dans sa ville

La ville de Sfax est un nœud de communication ferroviaire entre Tunis au Nord, Gabès (Sud) et Gafsa (Sud-Ouest). Par elle passe tout à la fois un important trafic industriel (phosphate, produits d’équipement) et de voyageurs. La gare est localisée à quelques encablures de la vieille ville. Sa voie principale longe la route de Tunis. L’emprise de la gare de triage est importante et constitue une coupure entre la ville et son littoral (futur quartier de Taparura). Au sud, la voie coupe depuis les années 90 et la création de Sfax Al Jadida la ville de son port. Se pose aujourd’hui la question du devenir de la gare et des emprises ferroviaires dans le cadre des projets en cours ou à venir de métro léger, de Taparura, de développement de l’aile sud de la ville autour du port et des salines. Comment faire évoluer la relation entre le chemin de fer et Sfax ? Quelle est la place de la gare dans la ville actuelle ? Comment mieux la connecter aux trois grands tissus urbains historiques (le bled al’arbi, Bab Bahr et Al Jadida) ainsi qu’au littoral (salines, port industriel, port commercial, Taparura)? Trois pistes de projet : 1/ réhabilitation de la gare à son emplacement, 2/ la translation à quelques centaines de mètres vers la Poudrière, 3/ Délocalisation au km11 vers el Ons. La gare de voyageur et la gare de fret doivent-elles être dissociées ?

L’équipement sportif:nouveau totem urbain?

Jean-Jacques Pazdzior, est paysagiste et vient d’obtenir le Master en Urbanisme & Aménagement de l’IUGA en formation continue. Il a soutenu en septembre son projet de fin d’étude sous ma direction. Son travail portait sur l’équipement sportif comme nouveau totem urbain, sous-titre: quelle histoire urbaine nous raconte les équipements sportifs?

Jean-Jacques Pazdzior explique, dans l’introduction à son travail, que “le sport possède un nombre conséquent de vertus pour répondre à des problématiques sociales et faire briller un territoire. Mais le sport, pour profiter pleinement de ses vertus, demande un réseau d’infrastructures pour une pratique cohérente. Certes, l’espace public peut devenir un espace qui permet la pratique sportive mais l’équipement devient incontournable pour l’apprentissage, le vivre ensemble, la résolution de certains maux, l’organisation d’évènements et le soutien au sport de compétition. Pour autant, engager la collectivité dans la construction d’équipements sportifs participe- t-il au processus de production de l’espace comme n’importe lequel des bâtiments publics ou valorise- t-il uniquement l’action édilitaire ?”

Après une mise en perspective historique de l’équipement sportif dans nos sociétés développées, le travail présente trois études de cas, différentes dans leurs objectifs, le territoire dans lequel elles s’inscrivent, leur positionnement géographique dans la cité. Ces monographies portent sur Montpezat-sous-Bauzon et son “gymnase multisports symbole d’équité territoriale”, Montpellier et la Sud de France Arena, “un équipement «caméléon» pour diffuser une image” et enfin l’Orange Velodrome en tant que “condensé de Marseille”. À partir de ces trois monographies, Jean-Jacques Pazdzior explique l’attrait que revêtent les infrastructures et équipements sportifs dans le processus de production de l’espace urbain ou rural.

Crédit photo: JJP

Petit saut au pays du football-vrai

Ce mois de mars 2019, j’ai été interviewé par Victor Fuseau, étudiant en Master 2 « Nouvelles Pratiques Journalistiques » de l’Institut de la communication (ICOM), Université Lyon 2, dans le cadre de la préparation de son projet journalistique « Groundhopping : Voyage au pays du football-vrai ».

Victor Fuseau défend la thèse, que le groundhopping se développe maintenant en France, après être né en Europe du Nord. Les clubs saisiraient cet attrait pour le tourisme sportif pour booster leur attractivité dans ce domaine, notamment par la création de musées et l’attraction d’un nouveau public.

Néanmoins, et à l’image des groundhoppers britanniques préférant les stades de clubs non-professionnels, ce mouvement prônerait aussi un retour au « football vrai », en opposition à son exploitation commerciale et marketing; la création de stades modernes, aseptisés et éloignés des centres-ville ne correspondant pas toujours aux motivations des groundhoppers.

Récits de Ville

Les 6 & 7 juin 2019, se tient à Ivry-sur-Seine un colloque international (bilingue français-espagnol) sur le thème des Récits de ville. Usages de l’histoire et changement urbain. Il est organisé par le LABEX Futurs Urbains (Université Paris-Est) et l’Instituto Universitario de Urbanística de l’Université de Valladolid (Espagne). Avec Karine Basset, je présenterai une communication sur les temporalités du récit et de l’action urbaine. Nous donnerons notre lecture du «mythe grenoblois» à travers l’analyse du cinquantenaire des JO de 1968. Voici ci-dessous l’introduction à notre propos.

Il n’est sans doute guère de récit urbain en France plus connu et disséqué que le « mythe de Grenoble »[1]. La particularité de ce récit réside dans le fait que – contrairement à la plupart des mythes qui ont pour fonction d’ancrer les territoires dans une temporalité la plus ancienne possible, le temps de l’origine, qui aurait vu se constituer les fondamentaux de la cité – les traits énoncés comme constitutifs de la singularité grenobloise fondent et saisissent cette identité dans le moment même d’une transformation contemporaine, le moment où Grenoble se mue en ville moderne et où, se faisant, elle advient véritablement, en tant que ville singulière mais aussi, plus largement en tant que  possible modèle urbain.

Le récit grenoblois ainsi constitué au terme d’une trajectoire que nous retracerons dans une première partie, semble doté d’une véritable capacité performative[2], dans la mesure où il ne cesse d’être mis en actes, et ainsi renouvelé, dans les trois grands domaines constitutifs de la figure du « laboratoire » : celui, économique des relations entre recherche et industrie, le champ politique de la démocratie locale et celui de l’intervention urbanistique[3].

Si les acteurs, le contexte et les ingrédients de la production de ce récit sont aujourd’hui bien identifiés, en revanche, on ne s’est guère encore attaché aux modalités concrètes de la transmission et de l’actualisation de ce récit. Le cinquantième anniversaire des Jeux olympiques d’hiver de Grenoble, événement emblématique de la « grande mutation » urbaine, offre l’opportunité d’une telle analyse. Il s’agit tout d’abord d’éclairer le statut paradoxal que les Jeux de 68 ont occupé d’emblée dans le récit urbain. Nous montrerons ensuite que les usages publics de la mémoire olympique peuvent être lus à la fois comme l’une des modalités de l’actualisation du mythe grenoblois et de la temporalité singulière qu’il instaure, mais aussi comme l’expression de tensions urbaines persistantes.

Nous conclurons sur l’hypothèse d’un essoufflement actuel des lignes de sens du récit urbain et la possibilité d’un changement de temporalité, dont témoignerait la constitution d’un registre patrimonial inédit à Grenoble.

[1]Cf. notammentNadir Boumaza, « Grenoble, un mythe urbain moderne », Revue de géographie alpine, t. 85, n°4, 1997, pp. 175-185 ; BernardBruneteau, « Le ‘Mythe De Grenoble’ des années 1960 et 1970. Un Usage politique de la modernité », Vingtième Siècle. Revue D’histoire, n° 58, 1998, pp 111-126.

[2]Philippe Genestier, « Aménagement de l’espace, production de sens et identité narrative. Les fonctions institutionnalisantes et identificatoire du territoire en question », in G. Baudin et Ph. Bonnin, Faire territoire, Paris, Éditions Recherches, 2009.

[3]Charles Ambrosino, Gilles Novarina, « L’indépassable « laboratoire grenoblois » ? », Métropolitiques, 2015.

 

Source
BASSET Karine & ROUX Jean-Michel, « Temporalités du récit et action urbaine. Une lecture du « mythe grenoblois » », Colloque international, Récits de ville. Usages de l’histoire et changement urbain, Coloquio internacional, Relatos de ciudad, Usos de la historia y cambio urbano, LABEX Futurs Urbains (Université Paris-Est,France) et Instituto Universitario de Urbanística de l’Université de Valladolid (Espagne), Paris-Ivry/Seine, 6-7 juin 2019, 7 p.

Grenoble pourrait-elle accueillir une nouvelle fois les JO?

A la suite de l’atelier international d’urbanisme organisé à l’automne 2017 avec Marlène Leroux  questionnant  l’opportunité pour la ville de Grenoble d’accueillir à nouveau les JO,  j’ai été interviewé par Clémentine Méténier pour Montagne Magazine Son article est paru dans le numéro 453 de mai 2018 : “JO d’Hiver. Une nouvelle candidature est-elle encore possible?”. Voici l’extrait de l’article mentionnant notre travail.

 

Repenser les jeux… autrement

“Plus largement, c’est la question de l’avenir des Jeux Olympiques d’hiver qui se trouve au cœur des débats. Le 15 février dernier, l’Auditorium du musée de Grenoble accueillait une table ronde d’économistes, urbanistes, chercheurs de Grenoble, Lausanne ou encore Poitiers autour de cette question « A-t-on encore envie et peut-on encore organiser des Jeux Olympiques d’hiver dans nos massifs ? ». Pour l’occasion, des étudiants du master francophone « Urbanisme et Coopération international » et du master anglophone « Cooperation in urban planning » de l’Institut d’urbanisme et de Géographie Alpine ont présenté leurs travaux commandé par le Labex Item (une plateforme innovation et territoires de montagne) : imaginer un dossier de candidature à de futurs JO d’hiver pour Grenoble. « L’idée était de dépasser les critères qu’impose le CIO pour prendre le compte le rapport aux territoires, aux évolutions climatiques et des sociétés » explique Michel Roux (sic) aux côté de Marlène Leroux, maîtres de conférence à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine et encadrants du projet. L’un des dossiers intitulé « Le tourisme post-hiver » a par exemple imaginé la fin des jeux du tourisme mais ceux de la montagne : finis les sports tels que le bobsleigh ou combiné nordique avec le manque de neige progressif, inclure comme épreuves olympiques des disciplines plus adaptées à la montagne comme l’escalade, le canonying ou encore l’alpinisme.

Ces réflexions sont partagées par le maire grenoblois, pour qui il est temps de « transformer les jeux olympiques » ; durant les célébrations lui aussi a ouvert une porte en proposant de choisir « par exemple six ou sept stations dans le monde qui pourraient se répartir les épreuves. On garde la dimension intercontinentale mais on repense l’utilisation des équipements, surtout si de moins en moins de villes ne candidatent à l’avenir… » Et Grenoble n’en fera pas partie sous cette mandature”.

 

Les poteaux étaient carrés

Nicolas a treize ans et demi en 1976 et il résume ainsi sa vie.  « Maman est partie et papa l’a remplacée par Virginie, un peu plus tard. Moi je l’ai remplacée le jour même par une équipe de football. »  Entre les troubles de l’adolescence, les copains plus dégourdis et une famille recomposée, il place ses espoirs de renaissance entre les mains d’une équipe de football, l’ASSE, qui l’emmène par procuration en finale de la coupe d’Europe des clubs champions, dans l’antre des Queen’s Park, l’Hampden Park. Le premier roman de Laurent Seyer, Les poteaux étaient carrés, n’est pas sans évoquer le Carton Jaune de Nick Hornby, lui aussi jeune banlieusard un peu paumé et fils de divorcés qui s’entiche d’Arsenal et d’Highbury. Nicolas, qui habite à Vincennes, connait pourtant son baptême du feu, bien loin de Saint-Etienne ou de l’Ecosse, à Paris. Récit d’un baptême au Parc des Princes avec son oncle Martin.

“C’était le 24 août 1973, j’avais onze ans et demi. Mon oncle Martin m’avait emmené au Parc des Princes pour voir le Paris Football Club affronter Nîmes Olympique dans le cadre de la cinquième journée du championnat de France de Division 1, que l’on appelle simplement “la D1″. J’allais assister à mon premier match de football professionnel dans un stade. Oncle Martin marchait difficilement, il devait s’arrêter toutes les cinq minutes pour reprendre son souffle, comme un vieil homme au bout du rouleau. Son allure physique était celle d’un vieillard d’au moins vingt ans de plus qu’il ne l’était en réalité. Nous avions mis près d’une demi-heure pour remonter le boulevard Murat depuis la porte d’Auteuil, où nous nous étions rendus en métro, depuis Vincennes. Caché par les immeubles, le stade ne m’étais apparu qu’au dernier moment, à un croisement de rues, alors que nous n’étions plus qu’à quelques dizaines de mètres. Le Parc des Princes avait des allures d’animal préhistorique avec ses grandes arêtes saillantes qui recouvrent son toit. Des dizaines de personnes étaient attroupées devant les portillons d’entrée. Certains faisaient la queue, d’autres formaient des petits groupes épars et animés par de vifs débats. En passant près de l’un d’eux, j’ai aperçu des mains agiter des billets.

Nous sommes entrés dans le stade quelques instants seulement avant le début du match. Une fois passée le portillon, nous avons pris un escalier, qu’oncle Martin a monté avec difficulté, en s’appuyant lourdement sur la rampe. Après avoir franchi une large porte métallique à deux battants, nous avons pénétré dans la tribune, au moment où les deux équipes faisaient leur entrée sur le terrain.

Je fus d’abord saisi par le halo de lumière qui montait de la pelouse. Il faisait encore jour en ce milieu d’après-midi, mais du carré vert en contrebas émanait une clarté éblouissante. Puis le brouhaha de fond qui m’avait intrigué à l’approche du stade s’est soudain mué en un grondement inhumain où se mêlait les cris rauques, les applaudissements saccadés et les stridences aiguës. Nous avons gagné notre place et au moment où je me suis assis, j’ai humé pour la première fois ce parfum singulier fait du mélange des odeurs du gazon fraîchement tondu et de la poudre des pétards allumés par les supporters. Ce flot de sensations nouvelles m’émerveilla. J’étais euphorique. Instantanément, je devins le fidèle d’un culte que je venais à peine de découvrir.

Cette rencontre initiatique remonte à près de trois ans et ce soir je ne suis pas au stade. L’image des tribunes que renvoie l’écran de télévision rend encore plus douloureuse la certitude de n’être pas à ma place. Ce qui pourrait être une simple soirée en famille est pour moi la révélation du mensonge sur lequel mon existence repose désormais, car ma vraie fratrie est à Glasgow”. pp. 44-46.

Extrait du roman de Laurent Seyer, Les poteaux étaient carrés, Editions Finitude,  2018, 144 pages, isbn 978-2-36339-097-4, 15 euros

À propos du Parc des Princes
Le Parc des Princes que visite le petit Nicolas a un an à peine et le club résident est le Paris FC. Le Paris Saint-Germain (PSG) n’en devient résident qu’en 1974.

Le Parc a été inauguré le 25 mai 1972, après 5 ans de travaux en incluant la démolition de l’ancien parc, construit en 1932, qui commence dès 1967.  Le chantier est compliqué car il s’opère en site contraint, en pleine ville et pour partie sur l’emplacement du périphérique en cours de construction lui-aussi1. L’architecte est Roger Taillibert et le maître d’oeuvre Bouygues. Taillibert fait le choix d’un stade elliptique (grand axe de 251,50 m et petit axe de 191 m) avec une série de portiques en porte-à-faux, variables en dimension et qui portent la toiture ainsi que l’éclairage zénithal évitant les traditionnels pylônes. Ces portiques lui donnent son allure si caractéristique “d’animal préhistorique avec ses grandes arêtes saillantes”.

Taillibert devient à la suite de cette réalisation un spécialiste de l’architecture d’équipements sportifs, réalisant entre autres, le stade olympique et le Biodôme de Montréal (1976), le Stadium Nord de Villeneuve-d’Ascq (1977-81) ou la Piscine Olympique de Kirchberg au Luxembourg (1984).

À propos du livre
“12 mai 1976. Ce soir les Verts de Saint-Étienne rencontrent le Bayern Munich à Glasgow en finale de la coupe d’Europe. Nicolas est devant la télé, comme toute sa famille, comme ses copains du collège, comme la France entière. Mais pour lui c’est bien plus qu’un match. Cette équipe de Saint-Étienne est devenue sa vraie famille. Depuis le départ de sa mère, depuis qu’il est le seul fils de divorcés de sa classe, depuis que son père vit avec cette trop séduisante Virginie, il n’en a plus d’autre. Alors il retient son souffle quand les joueurs entrent sur le terrain. C’est sûr, ce soir, ils vont gagner”.  C.f. Editions Finitude

  1. cf. François Robichon, “Parc des Princes stade médiatique”, d’Architectures n°48, septembre 1994, pp. 34-35 []

Pollution : alerte sur les stades urbains !

Vous l’avez probablement remarqué dans la majorité des villes, les stades sont situés en périphérie, près des autoroutes ou des voies rapides. Un aménagement urbain qui n’a pas pris en compte un facteur : la pollution. Pour les sportifs, il devient de plus en plus difficile de faire du sport lors des pics de pollution. Alors, est-il dangereux de faire du sport en ville ?

Le 6 septembre, j’ai été sollicité par la journaliste Mathilde Moreau pour l’émission de France 5 “La quotidienne” dans le cadre d’une interview préparatoire au sujet du vendredi 28 septembre 2018 sur  l’impact de la pollution dans les stades en périphérie des villes.

A voir sur le site de France 5: “La Quotidienne”, diffusé le ven. 28.09.18 à 12h22,  5 min.

 

Débordements

Le 15 juillet 2018 a lieu la finale de la 21e Coupe du monde de football organisée en Russie. Elle prend place dans le stade Loujniki de Moscou, à 17 heures. La victoire française donne lieu, à Grenoble, à des débordements de toutes sortes, captés ici avec la photographe S. Cognat.

Débordements des terrasses de café sur la place Notre-Dame et de l’épicerie indienne à dix minutes de la fin du match, quand le flux de la foule n’est pas encore sortie de son lit.

Brusque débordement de joie au coup de sifflet final, déclenchant rapidement des scènes de chaos, de tumultes, de joyeuse pagaille, au milieu des pétards, des fumigènes et du verre brisé (rue Barnave).

Débordement de couleurs place Saint-André avec les fumigènes rouge et bleu et la statue prise d’assaut du chevalier Bayard.

Débordement de chauvinisme en pick-up, rue Montorge.

Débordement de la foule pacifique et bonhomme sur les voies de tram entre Victor Hugo et Hubert Dubebout, contrastant à deux pas avec le débordement de bêtise sur le mobilier urbain (rue Molière et place Victor Hugo).

Débordement du bassin de la place Hugo, offrant sa baignade en eaux troubles.

Débordement de joie, tout simplement, autour, dans et sur la fontaine des trois ordres, place Notre-Dame; annonçant une longue, très longue nuit pour tous le monde…

Soutenance de thèse de Natalia

Le 28 mars 2018, Natália Rodrigues de Melo soutenait sa thèse de doctorat (Sciences de l’Architecture) à la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université Féderale de Rio de Janeiro (UFRJ). Elle portait sur l’analyse de la transformation des ambiances du stade Maracanã de Rio, construit pour la Coupe du monde de football de 1950 et rénové dans le cadre de la Coupe du monde de 2014. Réflexions post-soutenance d’un membre du jury.

Ambiances urbaines et ambiance des stades
Cette thèse s’inscrit dans une démarche initiée depuis quelques années de rapprochement des courants de recherche français et brésiliens travaillant sur la notion d’ambiance. Il s’agit entre autres de la théorie des ambiances architecturales et urbaines développée depuis les années 1980 au sein du laboratoire CRESSON (Umr Cnrs AAU) et de la théorie des traumas urbains développée au Brésil (LASC: Laboratório Arquitetura, Subjetividade e Cultura) avec la méthode ethnographique et analyse ethnotopographique (método etnográfico e análise etnotopográfica) ou méthode de l’ethnographie spatiale.

Cette thèse est aussi importante à l’échelle plus réduite des stades. Les Européens commencent à reconnaître une dette ancienne et plus ou moins grande envers les Brésiliens en matière d’ambiance dans les stades de football de la plus grande partie du continent (Balkans, Italie, France, Suisse, Belgique, etc.) mais aussi dans certaines enceintes de basket-ball ou de hockey sur glace. Cette dette daterait de la coupe du monde de 1950 et de la vision sur écran de cinéma yougoslaves des torcidas de Rio (les groupes de supporteurs organisés). Notons en aparté que la coupe du monde aura donc signifié une remarquable victoire culturelle du Brésil, une forme de soft power, à défaut d’une victoire sportive…

Les torcidas de Rio inspireront d’abord les fans de Split qui créeront une torcida, puis les autres Yougoslaves avant de se répandre en Italie à travers le mouvement ultra, et de là en France. Aujourd’hui, toujours via l’Italie et la France, le mouvement ultra se répand en Tunisie ou au Maroc pour ne citer que ces deux pays africains. Le Brésil n’inspire plus aujourd’hui l’Europe en matière d’ambiance et de supportérisme mais l’intérêt des analyses internationales et comparatives demeure dans un monde globalisé.

Changement de paradigme et changement de sémantique
Cette thèse porte sur le changement de paradigme qui s’opère dans les stades du monde entier depuis 1989 et le rapport du juge Taylor. Mon hypothèse est que les stades se sont depuis considérablement amélioré en terme constructif (sécurité, qualité, etc.), en terme d’usage (meilleurs qualité de vision, d’assise, de catering etc.) mais ils ont vécu un (inéluctable ?) appauvrissement des ambiances.

Un sous-titre de partie vient dire tout cela : «Do estádio à arena», du stade à l’arena pour qualifier le profond bouleversement des stades brésiliens à l’occasion de la Coupe du monde.  Le Maracanã est passé de stade à arena et ce n’est pas qu’un changement de nom. Les Anglais ont vécu quant à eux un passage du football ground au soccer arena/stadium. La France expérimente elle-aussi des transitions depuis les salles omnisports aux arenas pour les salles de BHV (Basket, Handball, Volley) et des stades aux stadium/arena pour le football et le rugby.

Il est intéressant de remarquer que les mots nous disent quelque chose : l’arena c’est en latin la partie en sable d’un amphithéâtre, cette partie vide et centrale vers lequel le concepteur de l’équipement et l’organisateur du spectacle essayaient de faire converger l’attention des spectateurs. La partie a fini par désigner le tout. Nous disons les “arènes d’Arles” et non plus l’amphithéâtre alors que nous disons encore le “théâtre antique” de Vienne. Le terme arena est très lié à la notion de spectacle sportif qui oublie complètement que le spectacle dans un stade est lié tout autant au match sur le terrain qu’au spectacle des tribunes.

Ces mots nous disent aussi jusqu’à la façon dont le spectateur doit se tenir : dans un stade, on peut être debout, dans une tribune ou un stand (to stand, se tenir debout); c’est même un mot dont la racine indo-européenne, stha, signifie d’ailleurs : “être debout”, “rester”, “se tenir”. La superbe photo (p. 66) des torcedores debout au-dessus de la fosse dans le geral superlotada du Maracana des années 1970 est éloquente. Le stade permettait de se tenir debout (presqu’en équilibre) et de faire masse.

Un corpus riche d’enseignements
Le corpus du travail de terrain était composé de 26 entretiens individuels et qualitatifs réalisés lors de 15 matchs de football relevant de plusieurs types de compétition (campeonato brasileiro, copa do Brasil, copa sul-americana). Les entretiens sont accompagnés de cartes mentales du stade et de 609 photographies réalisées par la candidate. La candidate n’exploite malheureusement pas tout ce matériau photographique. Il lui aurait permis de «revenir» sur les entretiens et confirmer ou infirmer certaines impressions des personnes interviewées, un peu selon la méthode des «écoutes réactivées» du Cresson.

Son entrée par une taxonomie des publics est très intéressante. Elle distingue :
– le “fan artiste” ou torcedor-artista (lui-même divisé en cinq sous-catégories, à savoir : les “fans collectivisés”  ou torcedores coletivizados; “satellites” ou satélites; pós-geraldinos; “défenseurs du territoire” ou defensores do território; et enfin les “fans comiques” ou torcedores caricatos),
– le spectateur classique (espectador clássico),
– le spectateur acteur (espectador-ator)
– et le supporteur acteur (torcedor-ator).

Dans mes recherches sur le rapport aux ambiances en France, je fais l’hypothèse qu’il existe un gradient dans l’intensité de l’expérience vécue selon que nous sommes spectateur (qui assiste à un spectacle), supporteur (qui contribue à un match) ou fan (qui participe collectivement avec les autres fans et derrière les joueurs à un combat). Natália Rodrigues de Melo reprend et dépasse cette analyse.

Le tableau recensant les entretiens est lui-même particulièrement riche (pp. 85-86). Natália Rodrigues de Melo a ajouté une information a priori anecdotique lors des entretiens: l’âge de première visite au stade. Cette donnée collectée mais pas exploitée lors des analyses permettrait de creuser certaines pistes. En écartant l’entretien d’un homme de 29 ans, qui vient pour la seconde fois au stade mais dont on ne sait pas à quel âge a eu lieu la première visite, nous obtenons un corpus de 25 personnes, facilement transformable en pourcentage. Que dit le corpus ?

Quand nous analysons l’âge de la première visite du stade, deux catégories d’âge se dégagent: les 7-10 ans et les 16-20 ans qui représentent chacune 36%. Comme si l’enfance, « à l’âge de raison », et l’adolescence tardive constituaient les deux grands temps du primo-accès au stade. Ces données nous inciteraient à mieux comprendre le contexte humain et familial de la première visite. Est-ce avec le père que s’opère ce “baptême”, avec les camarades de classe, du quartier, de l’équipe de football, de l’école, etc. ? Il est dit souvent que le stade était un lieu de socialisation importante. Nous pouvons simplement faire l’hypothèse qu’apprendre le comportement au stade avec un père à 7 ans, ce n’est pas la même chose qu’avec des copains à l’adolescence; quand on se construit en opposition au monde des grands.

Le corpus comprend aussi cinq femmes sur 25 enquêtés, soit 20%. Est-ce que cela correspond à la réalité ? Natália Rodrigues de Melo semble le penser même si elle n’avait pas d’entrée spécifiquement relative au genre. Le chiffre témoigne en lui-même d’une véritable ouverture des arènes brésiliennes aux femmes. Il serait donc passionnant de relire les entretiens au prisme du genre. Observons-nous une différence dans les réponses selon la variable du sexe ? Existe-t-il une approche genrée du spectacle sportif ou bien, en la matière, la femme est-elle un supporteur comme les autres ?

Sur le projet de stade
Comme nous étions dans une faculté d’architecture et d’urbanisme, j’ai eu envie de poser la question du passage au projet : quels conseils donneriez-vous à un architecte en charge de la rénovation d’un stade afin qu’il évite à la fois la destruction pure et simple de l’ambiance du lieu mais aussi la création d’une « ambiance manufacturée » ?

On compare souvent les stades et les églises (tel stade est une « cathédrale », tel autre « la Mecque du football »), ce qui me paraît la comparaison la plus déraisonnable qui soit. Une église, surtout catholique romaine ou orthodoxe, est typiquement un lieu qui nous dit par tous ses dispositifs architecturaux, visuels, olfactifs, mémoriels, que la vie et la mort sont intimement liées ; que la vie est faite de joie (l’entrée dans Jérusalem) mais aussi de tristesse et de deuil. Pas un stade contemporain dans lequel on ne voudrait parler que de spectacle et de plaisir. Comment rendre compte dans un stade que le lieu est porteur d’une mémoire, d’histoire de faites de joie mais aussi de douleur ? En repeignant régulièrement son stade en bleu ciel… mais encore ?

Equipement sportifs 2.0: (dé)connexions des territoires

Ce 26 mars 2018, se tenait à Paris, le troisième volet du cycle de conférences de l’Ecole d’Urbanisme de Paris sur Paris 2024. Un évènement international au service du local? Il portait sur le thème: Equipements sportifs 2.0: (dé)connexions des territoires. J’y participais comme intervenant.

Capture d’écran du visuel de la conférence-débat

La conférence-débat rassemblait cinq intervenants : Frédéric Monghal, expert en ingénierie audiovisuelle et multimédia chez Atelier Audio-Visuel; Patricia Pelloux, responsable des sites et infrastructures au Comité de candidature de Paris aux JOP 2024 et aujourd’hui directrice adjointe de l’APUR; Clément Mansion, architecte et associé du cabinet Chabanne Architecte  et Marc Perelman, enseignant chercheur à l’Université Paris-Ouest Nanterre d’esthétique et d’architecture.

Mon intervention consistait à dresser une histoire typologique des grands équipements sportifs dans leur rapport à la technologie et au territoire. Elle commençait par le stade de la Grèce antique qui se caractérise par une technologie relativement modeste (stades en bois ou pierre sans grande envolée architecturale, peu d’ingénierie, pas de toiture) mais une remarquable insertion dans le territoire. Un stade qui appelle à la contemplation du paysage tout autant que du spectacle sportif et qui invite à la méditation (cf les magnifiques pages d’Henry Miller dans Le colosse de Maroussi sur le stade de Delphes). L’intervention passait alors par le stade de la Rome antique, le stade utopique du Moyen-Âge et les stades de la ville moderne et/ou industrielle pour finir par les différentes figures des stades contemporains.

La conférence-débat a été organisée et animée par six étudiants de l’EUP: S. Aljy, R. Briquet, M. El Barkani, J. Fontaine, M. Hameury et O. Hugues. Elle a été filmée et une mise en ligne est prévue dans le cadre de la chaire “Aménager le Grand Paris”.

Cf: http://chaire-grandparis.fr/cycle-de-conferences/

Commémorer les JO

Le jeudi 26 avril 2018, de 9h à 12h, les étudiants de troisième année de la Licence SHA (sciences humaines appliquées) de l’UFR ARSH (Arts & Sciences Humaines) de l’Université Grenoble Alpes présentent leurs travaux sur les JO Grenoble 1968. Je suis invité à faire partie de leur jury.

Affiche publicitaire du Postillon, Grenoble, mars 2018.

Ce travail d’atelier, réalisé sous la direction de la géographe Sylvie Duvillard, fait partie des projets financés par le Labex ITEM (Laboratoire d’Excellence “Innovation et Territoire de Montagne”) dans le cadre du cinquantenaire des JO de Grenoble.
Les étudiants présenteront le résultat de leur travail et répondront aux questions qu’ils se sont posées, à savoir: “Qu’est-ce qu’une commémoration? Pour qui? Pourquoi ?”

O Grande Palco Futbolístico

Le 28 mars 2018, Natália Rodrigues de Melo, que j’ai accueilli au sein de l’UMR Pacte l’an dernier, soutiendra sa thèse de doctorat (Sciences de l’Architecture) dans le cadre du Programme Postdoctoral en Architecture (PROARQ) à la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université Féderale de Rio de Janeiro (UFRJ). Je serai membre du jury.

 

Composition du jury
La thèse de Natalia porte sur l’analyse de la transformation des ambiances du stade Maracanã de Rio, construit pour la Coupe du monde de football de 1950 et rénové dans le cadre de la Coupe du monde de 2014. Elle s’intitule: O Grande Palco Futbolístico. Análise da ambiência do estádio Maracanã pós reforma para a copa de 2014.  La thèse a été dirigée par la Profa. Dra. Cristiane Rose de Siqueira Duarte (PROARQ UFRJ) et co-dirigée par la Profa. Dra. Paula Uglione (IP UFRJ). Les autres membres du jury seront la Profa. Dra. Ethel Pinheiro Santana (PROARQ UFRJ), la Profa. Dra. Giselle Arteiro (PROARQ UFRJ) et le Prof. Dr. Gilmar Mascarenhas (UERJ).

Résumé de thèse
Les modifications spatiales engendrées dans les nouveaux stades de football en vue de la Coupe 2014 représentent une rupture des habitudes, des visions et de la logique spatiale des supporteurs, ce qui peut être considéré comme un « trauma spatial ». Cette thèse a cherché à comprendre les processus de re-signification de ces stades, soutenant l’hypothèse que l’ambiance des rituels du jeu a un rôle majeur aussi bien dans la réinterprétation de nouveaux espaces physiques que dans la construction de nouveaux liens affectifs avec les manières traditionnelles de vivre un match et d’encourager son équipe. La recherche se penche sur l’étude de cas du stade Maracanã, à Rio de Janeiro, par le biais d’outils méthodologiques tels que l’ethnographie, les analyses ethnotopographiques et l’examen des extraits métaphoriques qui ont émergé des récits, inspirés dans la méthode des « Fichiers Mnémoniques du Lieu » (Uglione, 2008).

La recherche a permis d’élucider certaines significations attribuées par les usagers au Maracanã, démontrant que le stade renouvelé est comme un palimpseste ayant des couches symboliques qui, associées à d’autres symboles, contribuent à un nouvel ordre de compréhension, d’appréhension et d’affectation. Ce travail a essayé de démontrer que l’ambiance est renforcée par la passion pour le football et par les représentations liées à ce sport soulignant l’existence d’un grand potentiel de (re)signification du stade. Finalement, les résultats mènent à la conclusion que, bien plus que des changements « traumatiques » et des ruptures dans l’expérience des supporteurs, il est encore possible de trouver des traces d’un passé qui ont un grand impact sur les nouveaux usages allant au-delà de l’édifice bâti et s´accrochant à la signification symbolique de cette Grande Scène du Foot.

Mots-clés
Ambiance; Maracanã; Trauma; (Re)signification

Quelles traces ont laissé les JO de 1968 dans la capitale des Alpes?

A la suite de l’atelier international d’urbanisme organisé cet automne avec ma collègue Marlène Leroux et portant sur l’héritage des JO de Grenoble 1968, j’ai été interviewé par Caroline Girardon  du quotidien d’information générale 20 minutes pour son article paru dans l’édition du 6 février 2018: « Jeux olympiques de Grenoble: Quelles traces ont laissé les JO de 1968 dans la capitale des Alpes? ». Voici l’article en question.

 

Si le succès populaire des Jeux de 1968 reste mitigé, la ville de Grenoble, métamorphosée en quatre ans, a néanmoins bénéficié d’une image dynamique et a su attirer les investisseurs… Cinquante ans plus tard, que reste-t-il des Jeux Olympiques de Grenoble, qui se sont ouverts le 6 février 1968 ? Si l’événement a été présenté comme les premiers Jeux de l’ère de la modernité, peu s’en souviennent véritablement. À l’heure où la capitale iséroise s’apprête à commémorer l’événement, 20 Minutes se penche sur les retombées immédiates et sur les traces laissées un demi-siècle plus tard.

Un coup de pub pour… l’État
Les observateurs sont unanimes sur ce point, les JO de Grenoble ont été « un vrai coup d’accélérateur » pour la ville. Mais pas seulement. Ils ont surtout permis à la France de regagner un statut de leader. «Comme pour Nagano, Sapporo ou Sotchi après elle, ce n’est finalement pas tant Grenoble qui candidate dans l’organisation des JO, mais l’État », relève Jean-Michel Roux, maître de conférences à l’IUGA (Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine).

« À l’époque, la France sort de la Deuxième Guerre mondiale et se reconstruit. Charles de Gaulle y voit surtout le moyen d’accroître le prestige du pays et de faire en sorte qu’il revienne sur la scène internationale. C’est un signal fort qu’il envoie ». Chose exceptionnelle : l’État financera d’ailleurs à 80 % l’organisation des Jeux de 1968, chiffrée depuis à 1,1 milliard de francs.

« L’État va mettre en œuvre des projets de modernisation des stations de sports d’hiver pour promouvoir le tourisme. C’est l’inverse des Jeux d’Innsbruck (1964 et 1976) qui ont été très modestes et dans lesquels on a cherché à rentabiliser les équipements existants », poursuit Jean-Michel Roux. Et il ne lésinera pas sur les moyens.

Grenoble totalement métamorphosée
Si les JO ont eu un effet bénéfique, c’est principalement en amont de l’événement. « La ville s’est transformée de manière incroyable. Elle a complètement changé de visage en quatre ans. Elle est passée d’une image de bourgade régionale mal desservie à celle d’une ville particulièrement bien organisée. Sans les JO, ce changement aurait mis 20 ans à se faire », affirme Pierre Chaix, membre du Centre de droit et d’économie du sport de Limoges et maître de conférences à l’université Mendès-France de Grenoble qui a publié un dossier sur le sujet dans son magazine.

« Il a fallu investir dans des équipements généraux mais nécessaires que Grenoble n’avait pas jusque-là. Tout était à faire. Les JO ont permis d’accélérer considérablement ces projets. Les sommes engagées pour les travaux étaient colossales, mais elles ont largement été prises en charge par l’État », rappelle Michel Raspaud, sociologue du sport. 465 millions de francs ont été dépensés pour la réalisation des infrastructures routières et ferroviaires et plus de 179 millions de francs pour la construction du village olympique.

La ville se dote ainsi d’une nouvelle gare, de l’hôtel de police actuel, d’un aéroport à Saint-Geoirs, de l’hôpital Sud, d’Alpexpo et d’une maison de la culture. Les entrées de ville sont aménagées, telles qu’on les connaît aujourd’hui. Deux nouveaux quartiers sont également construits pour héberger les athlètes ou les journalistes : Malherbe qui abrite le centre de presse et le Village olympique.

« Aujourd’hui, ils font partie intégrante de la ville. Même si on le remarque moins, ces équipements sont toujours utilisés par les Grenoblois », poursuit Wladimir Andreff, professeur émérite et grand économiste du sport à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Le premier, situé à côté du stade, abrite désormais 1.500 logements et le second, 1.800.

Un succès populaire mitigé
Pour la première fois dans l’histoire, les Jeux sont diffusés en couleurs. Les droits de diffusion rapportent 12,5 millions de francs, dont 10 millions de francs pour la chaîne ABC qui s’assure l’exclusivité des droits pour les États-Unis. En revanche, le succès populaire est relatif : 503.700 billets ont été vendus, alors que le nombre escompté approchait le million de visiteurs avant les Jeux.

« Les infrastructures étaient remplies en moyenne à 70 %. Le tremplin de Saint-Nizier [où se déroulaient les épreuves de saut à ski] et le stade, qui a accueilli les cérémonies d’ouverture et de clôture, ont connu du succès. Le reste, beaucoup moins », observe Pierre Chaix. « On a construit un hôtel flambant neuf qui n’a jamais fait le plein. Entre 15 et 20 % des chambres sont restées vides », ajoute Wladimir Andreff.

« Peu d’étrangers sont venus encourager leurs athlètes car les billets étaient onéreux. Ils ont principalement été vendus à une clientèle locale », poursuit Pierre Chaix. « En réalité, peu de Grenoblois ont assisté en direct aux JO. Beaucoup les ont regardés à la télévision alors qu’ils se déroulaient chez eux », nuance Wladimir Andreff.

Les stations de ski boostées par l’événement.
« Les stations du Vercors comme Autrans, Villard-de-Lans et Chamrousse sont celles qui ont le plus bénéficié de l’effet JO car ce sont elles qui accueillaient les épreuves de ski alpin ou de ski nordique. Les autres, comme l’Alpes-d’Huez où se déroulait la compétition de bobsleigh, un peu moins », énonce Michel Raspaud.

Grenoble, ville dynamique
Entre 1945 et 1965, la population grenobloise a augmenté de plus de 60 %, passant de 100.000 à 170.000 personnes. « Les JO ont été la première pierre apportée à l’édifice. Ils ont impulsé une dynamique économique qui s’est poursuivie jusque dans les années 1990 », observe Dorian Martin, urbaniste.

« Avant les JO, Grenoble n’était pas une ville touristique, elle ne l’est pas devenue pour autant. Elle est surtout restée une ville de passage où l’on s’arrête pour aller dans les stations de ski », nuance Wladimir Andreff, reconnaissant toutefois qu’elle a « su attirer un tourisme d’affaires ».

« Les JO lui ont permis d’avoir une image de ville dynamique et sportive. Cela a attiré par la suite de nombreux investisseurs », confirme Michel Raspaud. Hewlett Packard a par exemple quitté les Etats-Unis pour délocaliser son siège en Isère. Thomson et Schneider ont aussi concentré leurs activités à Grenoble. « De nombreux enseignants-chercheurs s’y sont installés », ajoute Pierre Chaix.

 

Caroline Girardon. Publié avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Grenoble, du prestige aux vestiges olympiques

Le magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs1, inscrit son 4e numéro de l’hiver 2018, dans la dynamique de célébration des 50 ans des Jeux olympiques à Grenoble.  Le dossier central s’interroge sur l’impact des JO de 1968 sur l’identité de la ville et du territoire. L’occasion pour sa journaliste, Géraldine Fabre, de m’interroger en marge de l’atelier du master Urbanisme et Aménagement. Voici ci-dessous le texte en question.
Les travaux olympiques ont changé le visage et l’image de Grenoble, avec la construction d’infrastructures et d’équipements, qui font aujourd’hui partie intégrante de son identité. Cinquante ans plus tard, rares pourtant sont ceux qui s’en souviennent et qui reconnaissent l’empreinte laissée par les Jeux un peu partout dans la ville.

Le 28 janvier 1964, le Comité international  olympique (CIO) choisissait Grenoble pour l’organisation des Xe Jeux d’hiver. Le compte à rebours était alors lancé pour la capitale des Alpes jusqu’à la date d’ouverture des Jeux, le 6 février 1968. Le défi était immense car il ne s’agissait pas uniquement d’accueillir les compétitions sportives, mais bien de saisir l’opportunité offerte par cet événement international pour accélérer la transformation de la ville. L’enjeu était de présenter au monde Grenoble comme une ville moderne et dynamique.

Grenoble, ville candidate pour accueillir les JO
Le 30 décembre 1960, Albert Michallon, maire de la ville, dépose auprès du CIO la candidature de Grenoble pour les Jeux de 1968. Pourtant, “c’est Laurent Chappis, architecte et urbaniste, qui a initialement émis l’idée d’organiser les Jeux en Isère. Mais en réalité, il ne pensait pas à Grenoble, il pensait à Chamrousse” raconte Jean-François Lyon-Caen, architecte maître-assistant à l’École nationale d’architecture de Grenoble (ENSAG) et coordinateur de l’équipe de recherche architecture- paysage-montagne.

Et pour cause ! En 1958, Laurent Chappis est nommé urbaniste en chef de Chamrousse par le Préfet de l’Isère, Francis Raoul, avec pour mission de relancer le développement de la station. “Sa proposition d’organiser les Jeux Olympiques à Chamrousse devait permettre d’assurer la réalisation de la station de Roche-Béranger, s’inspirant de la réussite des JO de 1960 à Squaw-Valley, en Californie, où les jeux furent le prétexte pour faire connaître au monde entier cette nouvelle station” ajoute-t-il. L’idée d’organiser les Jeux Olympiques séduit le Préfet de l’Isère, mais aussi Albert Michallon, maire de Grenoble. Et c’est finalement Grenoble, ville de plaine, qui se portera candidate, en associant plusieurs stations de ski dispersées dans trois massifs alentours : Autrans, Villard-de-Lans, Saint-Nizier-du-Moucherotte dans le Vercors, Chamrousse en Belledonne, et l’Alpe d’Huez dans l’Oisans. Grenoble qui était en concurrence avec Calgary (Canada), Lahti (Finlande), Sapporo (Japon), Oslo (Norvège) et Lake Placid (États-Unis), sera finalement choisie par le CIO le 28 janvier 1964.

Le chantier s’annonce gigantesque. L’organisation des Jeux nécessite des équipements sportifs, mais exige aussi des infrastructures et des services performants (transport, hébergement, télécommunications, etc.) dont la ville n’est pas pourvue. “En réalité, tout était à faire à Grenoble, mais aussi dans les stations“, reconnaît Jean-François Lyon-Caen. Les investissements nécessaires vont au-delà des possibilités de la ville. Heureusement, l’État soutient fermement cette candidature. Pierre Chaix, maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes, spécialiste de l’économie du sport, rappelle que “le Président de la République, Charles de Gaulle, voit dans l’organisation de ces Jeux un moyen d’accroître le prestige de la France tout en mettant en œuvre des projets de modernisation des stations de sports d’hiver pour promouvoir le tourisme.” Les sommes engagées pour les travaux seront donc colossales, mais largement prises en charge par l’État. Une aubaine pour l’agglomération grenobloise qui, asphyxiée par son propre développement, repensait déjà son plan d’urbanisme.

Une transformation urbaine nécessaire
Après la Seconde Guerre Mondiale, Grenoble et son agglomération connaissent une croissance économique et démographique sans précédent, passant de 166 000 habitants en 1954 à 236 000 en 1962. Cependant, la ville peine à structurer son expansion faute de planification et cette croissance révèle très rapidement un manque d’équipements et d’infrastructures. En 1962, l’architecte-urbaniste Henri Bernard est désigné par l’État, pour réaliser le Plan directeur du Groupement d’urbanisme de Grenoble, rassemblant Grenoble et ses vingt communes alentours.

Deux mois après sa nomination, Henri Bernard rend son verdict : “Le premier objectif est de déverrouiller Grenoble.” Selon lui, sept verrous font obstacle à son développement urbain : «le relief, les rivières, les voies ferrées, les terrains militaires, les cimetières, la nappe phréatique et les limites communales.” Dans le Plan directeur qu’il achève en juillet 1963, Henri Bernard préconise donc le déplacement de la voie ferrée, la réalisation d’une voie express le long du Drac, le découpage du tissu urbain en mailles plus larges, mais aussi le déplacement au sud du centre de Grenoble avec la création d’un “centre urbain d’affaires”. Lors du conseil municipal du 27 juin 1963, Grenoble approuve ce plan, malgré les réserves de nombreuses communes.

Constructions olympiques : l’immense chantier
Henry Bernard voit dans la sélection de Grenoble pour l’organisation des JO “un tremplin pour amorcer les premières infrastructures” de son Plan directeur. Mais lors des élections de mars 1965, Albert Michallon est battu par Hubert Dubedout et le changement de municipalité va remettre en question le projet. La préparation des JO de 1968 se trouve alors prise en tenaille entre l’urgence olympique et la volonté de la nouvelle municipalité d’amorcer une réflexion de fond sur la maîtrise de l’urbanisme grenoblois. Cette tâche est confiée à l’agence municipale d’urbanisme créée en janvier 1966. Les travaux de l’agence conduisent à l’abandon du Plan Bernard.

Mais contrainte par le temps, la municipalité grenobloise doit lancer les travaux “olympiques”. Grenoble n’accueillant que les épreuves de patinage et de hockey sur glace, les équipements sportifs construits dans la ville pour les JO sont finalement peu nombreux : patinoire, palais des sports, anneau de vitesse. Mais sont également construits les hôtels de ville, de police, et des Postes, les gares routière et ferroviaire, la Maison de la culture et le Conservatoire, l’Hôpital Sud et le Village olympique.

Pour Jean- Michel Roux, enseignant à l’Institut d’urbanisme et de géographie alpine de Grenoble et chercheur au laboratoire PACTE : “On a mis très opportunément dans l’enveloppe des JO toute une série d’équipements que de toute façon, la ville de Grenoble allait devoir construire … Les JO permirent d’en accélérer la réalisation et d’en obtenir les financements, créant un amalgame entre organisation des JO et modernisation de la ville.”

Chantier du Stade de glace dans le parc Mistral. © AMMG

Ayant valeur de symbole, ces nouveaux bâtiments doivent allier modernité et esthétique. Construction de prestige, le chantier le plus important est sans aucun doute celui du Stade de glace, renommé par la suite Palais des sports. Avec son toit constitué de quatre imposantes voûtes en béton, conçu par les architectes Robert Demartini, Pierre Junillon et l’ingénieur Nicolas Esquillan, ce stade, toujours utilisé pour des manifestations culturelles ou sportives, reste la trace la plus emblématique des Jeux à Grenoble.

Deux nouveaux quartiers sont construits pour les JO. Le premier, l’actuel quartier Malherbe, aux abords de la nouvelle Maison de la culture, doit servir de centre de presse et héberger les journalistes. Le second accueille les athlètes. Dernier témoin sémantique de l’événement, il a conservé au fil du temps son nom de “Village olympique”. Les travaux du Village olympique, confiés à l’architecte Maurice Novarina, débutent le 1er avril 1966 et s’achèvent en novembre 1967. Le Village olympique est reconverti en logements pour les Grenoblois dès la fin des Jeux, en mars 1968. Trente-cinq ans après les compétitions, l’ensemble sera labellisé “Patrimoine du XXe siècle”, comme l’Hôtel de ville, le Palais des sports et la Maison de la culture.

Les travaux des JO permirent de faire sauter certains “verrous” comme le préconisait le plan Bernard. La  voie ferrée qui enclavait la ville est ainsi déplacée 2,5 kilomètres plus au sud. Les entrées de villes sont aménagées, telles qu’on les connaît aujourd’hui : au nord, l’autoroute permet d’accéder directement à la Porte de France. Au nord-ouest, une sortie dessert l’axe des grands boulevards grâce au pont de Catane.

Au nord-est, la route en direction de Chambéry, qui passe devant l’hôtel de Ville, est transformée en boulevard et au sud, l’U2 (la “Rocade”) permet le contournement de la ville. “L’emplacement de ces équipements et de ces infrastructures suit une logique qui n’était pas si éloignée de celle du Plan Bernard. Ce Plan a été réalisé pour partie grâce aux JO qui ont donné l’impulsion accélérant sa mise en oeuvre“, conclut Jean-Michel Roux.

Tous ces équipements qu’il fallut rapidement et simultanément mettre en place contribuèrent à la réputation de modernisme et de dynamisme de Grenoble, mais la transformèrent en un immense chantier entre 1965 et 1967. Et la ville changea de visage en seulement trois ans.

Transformations en stations
Pendant que Grenoble est recomposée et agrandie, en altitude, les Jeux nécessitent d’importants travaux d’aménagement des accès aux principales stations olympiques et la création de quelques équipements colossaux : “Deux routes sont réaménagées pour accéder au plateau du Vercors : l’une par Saint-Nizier et l’autre par les gorges d’Engins. On construit également les premières déviations pour rejoindre l’Alpe d’Huez par la vallée de la Romanche, et la double route par Uriage-les-Bains pour monter à Chamrousse“, détaille Jean-François Lyon-Caen.

À Autrans, qui accueille les épreuves de ski de fond et de biathlon, un village olympique destiné à l’hébergement des skieurs est implanté en bordure du stade de neige qui sert de départ et d’arrivée aux épreuves. Les épreuves de saut à ski ont lieu à Saint-Nizier-du-Moucherotte où est construit un immense tremplin. Les stations de Villard-de-Lans et de l’Alpe d’Huez sont équipées respectivement d’une piste de luge et d’une piste de bobsleigh.

Ayant la charge d’accueillir les épreuves reines de ski alpin, c’est la station de Chamrousse qui sera le site central des Jeux olympiques. “Elle est entièrement restructurée grâce au travail de Laurent Chappis. Les Jeux déclenchent la réalisation d’aménagements structurants pour l’avenir de la station”, précise Jean-François Lyon-Caen. “Roche-Béranger est mise en oeuvre à partir de 1961 et les Jeux en ont accéléré l’essor. Dans le plan d’urbanisme dressé par Laurent Chappis, sont prévus un centre oecuménique, une piscine, le premier caravaneige… Chappis crée aussi le village de Bachat-Bouloud, unique en France. Ces huit bâtiments portés chacun par des collectivités territoriales et disposés en bordure d’une clairière au centre de laquelle se dresse toujours une sculpture de Pierre Székély, pouvaient accueillir 1000 enfants en classes de neige ou colonies de vacances. Chamrousse est alors un véritable lieu de création. Le projet développé par Laurent Chappis propose une station fonctionnelle fondée sur une vision raisonnée de l’aménagement de la montagne.

Décor des Jeux olympiques pendant deux semaines, les stations de l’Isère ont bénéficié d’une promotion internationale. “Les Jeux ont donné un coup de projecteur extrêmement valorisant sur les Alpes françaises. L’impact touristique qui en a résulté est indéniable», conclut Pierre Chaix.

Grenoble, ville moderne et sportive
Les retransmissions télévisées, pour la première fois en couleur et en direct, à travers le monde entier, permirent de faire découvrir Grenoble et ses stations alentours à des dizaines de millions de personnes. Cette forte médiatisation de l’événement olympique renforcera l’image d’une ville sportive et moderne. “C’est un moment de bascule de la notoriété de la ville. Les Jeux olympiques vont apporter à Grenoble cette image de ville sportive qui ne transparaissait pas avant”, estime Michel Raspaud, professeur à l’Université Grenoble Alpes, sociologue du sport au sein du Laboratoire sport et environnement social (SENS). “À travers ces Jeux, Grenoble était perçue comme une ville dynamique, totalement innovante, en pleine transformation. C’était une petite ville industrielle de province, c’est devenu une grande ville moderne.”

Les retombées ? Un effet direct sur l’attractivité de la région et un développement des sports de neige. “Les JO ont eu un impact clair en matière de tourisme. Les stations du Vercors se sont développées grâce à leur mise en lumière par les Jeux“, décrit Michel Raspaud. “L’impact se répercute sur les pratiques sportives. On observe par exemple après les Jeux un important développement du ski de fond, sport qui était peu connu et peu pratiqué en France jusque-là et qui est devenu un sport très populaire. De la même manière, la compétition olympique de hockey sur glace, très enthousiasmante, a eu un impact sur le développement de ce sport partout en France, et en particulier à Grenoble, avec les succès qu’on lui connaît.”

Publié en ligne le 29 janvier 2018 et reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.
  1. Le nouveau magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs, cherche à relever “le défi de la vulgarisation scientifique en s’adressant à un large public (et) montrer au fil des pages que l’expertise universitaire grenobloise répond à des enjeux de société, et que la recherche scientifique et l’innovation technologique accompagnent les évolutions sociales” []

Et si Grenoble accueillait de nouveau les Jeux olympiques ?

Le magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs1, inscrit son 4e numéro de l’hiver 2018, dans la dynamique de célébration des 50 ans des Jeux olympiques à Grenoble.  Le dossier central s’interroge sur l’impact des JO de 1968 sur l’identité de la ville et du territoire. Il fait la part belle au travail d’atelier effectué cet automne avec ma collègue Marlène Leroux. Voici ci-dessous le texte en question.

 

Si Grenoble déposait à nouveau sa candidature pour organiser le Jeux Olympiques d’hiver, quel projet pourrait-elle proposer ? Réponses des étudiants du Master francophone “Urbanisme et coopération internationale” et du Master anglophone “Cooperation in urban planning”.

Les Jeux de 1968 ont donné à Grenoble son statut de “ville olympique”, titre qu’elle ne partage aujourd’hui qu’avec 42 cités-hôtes à travers le monde. Marquée par cette expérience, Grenoble a déjà envisagé à deux reprises de se porter à nouveau candidate : pour les Jeux olympiques d’hiver de 1976 et de 2018. Candidatures avortées sans avoir suscité de réel enthousiasme… Alors si Grenoble déposait à nouveau sa candidature, quel projet pourrait-elle proposer ? Telle est la problématique sur laquelle le Labex “Innovation et territoires de montagne” (ITEM)a demandé aux étudiants du Master francophone “Urbanisme et coopération internationale” et du Master anglophone “Cooperation in Urban Planning” de travailler.

Encadrés par Marlène Leroux, maître de conférences associée et Jean-Michel Roux, maître de conférences à l’Institut d’urbanisme et de géographie alpine de Grenoble, une quarantaine d’étudiants ont travaillé à l’élaboration de différentes candidatures. “Cet atelier comportait deux phases : la première au cours de laquelle les étudiants ont analysé l’impact des JO de 1968 sur le territoire et la seconde qui leur a permis d’élaborer leurs propositions de réponse” explique Jean-Michel Roux. “Notre hypothèse, à la fin de la première phase d’analyse, était qu’une nouvelle candidature devait être associée à un modèle de société. On a donc demandé aux étudiants d’imaginer une nouvelle vision de la ville dont les JO ne seraient alors que le prétexte à impulser le projet d’urbanisme“, continue Marlène Leroux.

Sans autre limite que leur créativité, les étudiants ont donc imaginé comment Grenoble pourrait de nouveau accueillir les Jeux olympiques, mais aussi vers quelle forme d’événements ces modèles de ville pourraient faire tendre la compétition sportive. Alors que certains se projettent dans une smart city grenobloise où les Jeux sont retransmis sur écrans géants et les sports pratiqués par tous en réalité virtuelle, d’autres anticipent la global city associant Grenoble à plusieurs grandes villes des Alpes pour mieux organiser les flux de personnes, d’idées, ou de biens et peser davantage sur la scène internationale.

À l’opposé, les plus idéalistes rêvent, eux, de la “ville inclusive” (inclusive city) qui se focalise sur le bien-être social de tous les individus quels que soient leurs statuts ; elle ne dissocierait donc plus Jeux olympiques et paralympiques… Plus pragmatiques, d’autres encore exploitent le concept de “ville de la décroissance” (degrowth city), qui s’oppose à l’idée d’une croissance sans fin et ses conséquences négatives (consommation irraisonnée, pollution, inégalités…). Dans cette ville, on chercherait à réduire l’impact des Jeux sur l’environnement notamment en réutilisant les équipements, en réduisant transports et déchets. Enfin, face aux conséquences du changement climatique, c’est le modèle de la “ville post-tourisme d’hiver” (post-winter tourism city) qui s’impose. La disparition de la neige à basse altitude amène alors à repenser les Jeux d’hiver, en Jeux de montagne…

Autant de projets inspirants qui prouvent que d’autres modèles de ville peuvent porter sans les dénaturer les valeurs de l’olympisme.

Géraldine Fabre

Publié en ligne le 29 janvier 2018 et reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.
  1. Le nouveau magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs, cherche à relever “le défi de la vulgarisation scientifique en s’adressant à un large public (et) montrer au fil des pages que l’expertise universitaire grenobloise répond à des enjeux de société, et que la recherche scientifique et l’innovation technologique accompagnent les évolutions sociales” []