Archives de catégorie : Jeux olympiques

Cette catégorie s’intéresse à la question du lien entre jeux olympiques et ville.

Grenoble pourrait-elle accueillir une nouvelle fois les JO?

A la suite de l’atelier international d’urbanisme organisé à l’automne 2017 avec Marlène Leroux  questionnant  l’opportunité pour la ville de Grenoble d’accueillir à nouveau les JO,  j’ai été interviewé par Clémentine Méténier pour Montagne Magazine Son article est paru dans le numéro 453 de mai 2018 : “JO d’Hiver. Une nouvelle candidature est-elle encore possible?”. Voici l’extrait de l’article mentionnant notre travail.

 

Repenser les jeux… autrement

“Plus largement, c’est la question de l’avenir des Jeux Olympiques d’hiver qui se trouve au cœur des débats. Le 15 février dernier, l’Auditorium du musée de Grenoble accueillait une table ronde d’économistes, urbanistes, chercheurs de Grenoble, Lausanne ou encore Poitiers autour de cette question « A-t-on encore envie et peut-on encore organiser des Jeux Olympiques d’hiver dans nos massifs ? ». Pour l’occasion, des étudiants du master francophone « Urbanisme et Coopération international » et du master anglophone « Cooperation in urban planning » de l’Institut d’urbanisme et de Géographie Alpine ont présenté leurs travaux commandé par le Labex Item (une plateforme innovation et territoires de montagne) : imaginer un dossier de candidature à de futurs JO d’hiver pour Grenoble. « L’idée était de dépasser les critères qu’impose le CIO pour prendre le compte le rapport aux territoires, aux évolutions climatiques et des sociétés » explique Michel Roux (sic) aux côté de Marlène Leroux, maîtres de conférence à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine et encadrants du projet. L’un des dossiers intitulé « Le tourisme post-hiver » a par exemple imaginé la fin des jeux du tourisme mais ceux de la montagne : finis les sports tels que le bobsleigh ou combiné nordique avec le manque de neige progressif, inclure comme épreuves olympiques des disciplines plus adaptées à la montagne comme l’escalade, le canonying ou encore l’alpinisme.

Ces réflexions sont partagées par le maire grenoblois, pour qui il est temps de « transformer les jeux olympiques » ; durant les célébrations lui aussi a ouvert une porte en proposant de choisir « par exemple six ou sept stations dans le monde qui pourraient se répartir les épreuves. On garde la dimension intercontinentale mais on repense l’utilisation des équipements, surtout si de moins en moins de villes ne candidatent à l’avenir… » Et Grenoble n’en fera pas partie sous cette mandature”.

 

Commémorer les JO

Le jeudi 26 avril 2018, de 9h à 12h, les étudiants de troisième année de la Licence SHA (sciences humaines appliquées) de l’UFR ARSH (Arts & Sciences Humaines) de l’Université Grenoble Alpes présentent leurs travaux sur les JO Grenoble 1968. Je suis invité à faire partie de leur jury.

Affiche publicitaire du Postillon, Grenoble, mars 2018.

Ce travail d’atelier, réalisé sous la direction de la géographe Sylvie Duvillard, fait partie des projets financés par le Labex ITEM (Laboratoire d’Excellence “Innovation et Territoire de Montagne”) dans le cadre du cinquantenaire des JO de Grenoble.
Les étudiants présenteront le résultat de leur travail et répondront aux questions qu’ils se sont posées, à savoir: “Qu’est-ce qu’une commémoration? Pour qui? Pourquoi ?”

Quelles traces ont laissé les JO de 1968 dans la capitale des Alpes?

A la suite de l’atelier international d’urbanisme organisé cet automne avec ma collègue Marlène Leroux et portant sur l’héritage des JO de Grenoble 1968, j’ai été interviewé par Caroline Girardon  du quotidien d’information générale 20 minutes pour son article paru dans l’édition du 6 février 2018: « Jeux olympiques de Grenoble: Quelles traces ont laissé les JO de 1968 dans la capitale des Alpes? ». Voici l’article en question.

 

Si le succès populaire des Jeux de 1968 reste mitigé, la ville de Grenoble, métamorphosée en quatre ans, a néanmoins bénéficié d’une image dynamique et a su attirer les investisseurs… Cinquante ans plus tard, que reste-t-il des Jeux Olympiques de Grenoble, qui se sont ouverts le 6 février 1968 ? Si l’événement a été présenté comme les premiers Jeux de l’ère de la modernité, peu s’en souviennent véritablement. À l’heure où la capitale iséroise s’apprête à commémorer l’événement, 20 Minutes se penche sur les retombées immédiates et sur les traces laissées un demi-siècle plus tard.

Un coup de pub pour… l’État
Les observateurs sont unanimes sur ce point, les JO de Grenoble ont été « un vrai coup d’accélérateur » pour la ville. Mais pas seulement. Ils ont surtout permis à la France de regagner un statut de leader. «Comme pour Nagano, Sapporo ou Sotchi après elle, ce n’est finalement pas tant Grenoble qui candidate dans l’organisation des JO, mais l’État », relève Jean-Michel Roux, maître de conférences à l’IUGA (Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine).

« À l’époque, la France sort de la Deuxième Guerre mondiale et se reconstruit. Charles de Gaulle y voit surtout le moyen d’accroître le prestige du pays et de faire en sorte qu’il revienne sur la scène internationale. C’est un signal fort qu’il envoie ». Chose exceptionnelle : l’État financera d’ailleurs à 80 % l’organisation des Jeux de 1968, chiffrée depuis à 1,1 milliard de francs.

« L’État va mettre en œuvre des projets de modernisation des stations de sports d’hiver pour promouvoir le tourisme. C’est l’inverse des Jeux d’Innsbruck (1964 et 1976) qui ont été très modestes et dans lesquels on a cherché à rentabiliser les équipements existants », poursuit Jean-Michel Roux. Et il ne lésinera pas sur les moyens.

Grenoble totalement métamorphosée
Si les JO ont eu un effet bénéfique, c’est principalement en amont de l’événement. « La ville s’est transformée de manière incroyable. Elle a complètement changé de visage en quatre ans. Elle est passée d’une image de bourgade régionale mal desservie à celle d’une ville particulièrement bien organisée. Sans les JO, ce changement aurait mis 20 ans à se faire », affirme Pierre Chaix, membre du Centre de droit et d’économie du sport de Limoges et maître de conférences à l’université Mendès-France de Grenoble qui a publié un dossier sur le sujet dans son magazine.

« Il a fallu investir dans des équipements généraux mais nécessaires que Grenoble n’avait pas jusque-là. Tout était à faire. Les JO ont permis d’accélérer considérablement ces projets. Les sommes engagées pour les travaux étaient colossales, mais elles ont largement été prises en charge par l’État », rappelle Michel Raspaud, sociologue du sport. 465 millions de francs ont été dépensés pour la réalisation des infrastructures routières et ferroviaires et plus de 179 millions de francs pour la construction du village olympique.

La ville se dote ainsi d’une nouvelle gare, de l’hôtel de police actuel, d’un aéroport à Saint-Geoirs, de l’hôpital Sud, d’Alpexpo et d’une maison de la culture. Les entrées de ville sont aménagées, telles qu’on les connaît aujourd’hui. Deux nouveaux quartiers sont également construits pour héberger les athlètes ou les journalistes : Malherbe qui abrite le centre de presse et le Village olympique.

« Aujourd’hui, ils font partie intégrante de la ville. Même si on le remarque moins, ces équipements sont toujours utilisés par les Grenoblois », poursuit Wladimir Andreff, professeur émérite et grand économiste du sport à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Le premier, situé à côté du stade, abrite désormais 1.500 logements et le second, 1.800.

Un succès populaire mitigé
Pour la première fois dans l’histoire, les Jeux sont diffusés en couleurs. Les droits de diffusion rapportent 12,5 millions de francs, dont 10 millions de francs pour la chaîne ABC qui s’assure l’exclusivité des droits pour les États-Unis. En revanche, le succès populaire est relatif : 503.700 billets ont été vendus, alors que le nombre escompté approchait le million de visiteurs avant les Jeux.

« Les infrastructures étaient remplies en moyenne à 70 %. Le tremplin de Saint-Nizier [où se déroulaient les épreuves de saut à ski] et le stade, qui a accueilli les cérémonies d’ouverture et de clôture, ont connu du succès. Le reste, beaucoup moins », observe Pierre Chaix. « On a construit un hôtel flambant neuf qui n’a jamais fait le plein. Entre 15 et 20 % des chambres sont restées vides », ajoute Wladimir Andreff.

« Peu d’étrangers sont venus encourager leurs athlètes car les billets étaient onéreux. Ils ont principalement été vendus à une clientèle locale », poursuit Pierre Chaix. « En réalité, peu de Grenoblois ont assisté en direct aux JO. Beaucoup les ont regardés à la télévision alors qu’ils se déroulaient chez eux », nuance Wladimir Andreff.

Les stations de ski boostées par l’événement.
« Les stations du Vercors comme Autrans, Villard-de-Lans et Chamrousse sont celles qui ont le plus bénéficié de l’effet JO car ce sont elles qui accueillaient les épreuves de ski alpin ou de ski nordique. Les autres, comme l’Alpes-d’Huez où se déroulait la compétition de bobsleigh, un peu moins », énonce Michel Raspaud.

Grenoble, ville dynamique
Entre 1945 et 1965, la population grenobloise a augmenté de plus de 60 %, passant de 100.000 à 170.000 personnes. « Les JO ont été la première pierre apportée à l’édifice. Ils ont impulsé une dynamique économique qui s’est poursuivie jusque dans les années 1990 », observe Dorian Martin, urbaniste.

« Avant les JO, Grenoble n’était pas une ville touristique, elle ne l’est pas devenue pour autant. Elle est surtout restée une ville de passage où l’on s’arrête pour aller dans les stations de ski », nuance Wladimir Andreff, reconnaissant toutefois qu’elle a « su attirer un tourisme d’affaires ».

« Les JO lui ont permis d’avoir une image de ville dynamique et sportive. Cela a attiré par la suite de nombreux investisseurs », confirme Michel Raspaud. Hewlett Packard a par exemple quitté les Etats-Unis pour délocaliser son siège en Isère. Thomson et Schneider ont aussi concentré leurs activités à Grenoble. « De nombreux enseignants-chercheurs s’y sont installés », ajoute Pierre Chaix.

 

Caroline Girardon. Publié avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Grenoble, du prestige aux vestiges olympiques

Le magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs1, inscrit son 4e numéro de l’hiver 2018, dans la dynamique de célébration des 50 ans des Jeux olympiques à Grenoble.  Le dossier central s’interroge sur l’impact des JO de 1968 sur l’identité de la ville et du territoire. L’occasion pour sa journaliste, Géraldine Fabre, de m’interroger en marge de l’atelier du master Urbanisme et Aménagement. Voici ci-dessous le texte en question.
Les travaux olympiques ont changé le visage et l’image de Grenoble, avec la construction d’infrastructures et d’équipements, qui font aujourd’hui partie intégrante de son identité. Cinquante ans plus tard, rares pourtant sont ceux qui s’en souviennent et qui reconnaissent l’empreinte laissée par les Jeux un peu partout dans la ville.

Le 28 janvier 1964, le Comité international  olympique (CIO) choisissait Grenoble pour l’organisation des Xe Jeux d’hiver. Le compte à rebours était alors lancé pour la capitale des Alpes jusqu’à la date d’ouverture des Jeux, le 6 février 1968. Le défi était immense car il ne s’agissait pas uniquement d’accueillir les compétitions sportives, mais bien de saisir l’opportunité offerte par cet événement international pour accélérer la transformation de la ville. L’enjeu était de présenter au monde Grenoble comme une ville moderne et dynamique.

Grenoble, ville candidate pour accueillir les JO
Le 30 décembre 1960, Albert Michallon, maire de la ville, dépose auprès du CIO la candidature de Grenoble pour les Jeux de 1968. Pourtant, “c’est Laurent Chappis, architecte et urbaniste, qui a initialement émis l’idée d’organiser les Jeux en Isère. Mais en réalité, il ne pensait pas à Grenoble, il pensait à Chamrousse” raconte Jean-François Lyon-Caen, architecte maître-assistant à l’École nationale d’architecture de Grenoble (ENSAG) et coordinateur de l’équipe de recherche architecture- paysage-montagne.

Et pour cause ! En 1958, Laurent Chappis est nommé urbaniste en chef de Chamrousse par le Préfet de l’Isère, Francis Raoul, avec pour mission de relancer le développement de la station. “Sa proposition d’organiser les Jeux Olympiques à Chamrousse devait permettre d’assurer la réalisation de la station de Roche-Béranger, s’inspirant de la réussite des JO de 1960 à Squaw-Valley, en Californie, où les jeux furent le prétexte pour faire connaître au monde entier cette nouvelle station” ajoute-t-il. L’idée d’organiser les Jeux Olympiques séduit le Préfet de l’Isère, mais aussi Albert Michallon, maire de Grenoble. Et c’est finalement Grenoble, ville de plaine, qui se portera candidate, en associant plusieurs stations de ski dispersées dans trois massifs alentours : Autrans, Villard-de-Lans, Saint-Nizier-du-Moucherotte dans le Vercors, Chamrousse en Belledonne, et l’Alpe d’Huez dans l’Oisans. Grenoble qui était en concurrence avec Calgary (Canada), Lahti (Finlande), Sapporo (Japon), Oslo (Norvège) et Lake Placid (États-Unis), sera finalement choisie par le CIO le 28 janvier 1964.

Le chantier s’annonce gigantesque. L’organisation des Jeux nécessite des équipements sportifs, mais exige aussi des infrastructures et des services performants (transport, hébergement, télécommunications, etc.) dont la ville n’est pas pourvue. “En réalité, tout était à faire à Grenoble, mais aussi dans les stations“, reconnaît Jean-François Lyon-Caen. Les investissements nécessaires vont au-delà des possibilités de la ville. Heureusement, l’État soutient fermement cette candidature. Pierre Chaix, maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes, spécialiste de l’économie du sport, rappelle que “le Président de la République, Charles de Gaulle, voit dans l’organisation de ces Jeux un moyen d’accroître le prestige de la France tout en mettant en œuvre des projets de modernisation des stations de sports d’hiver pour promouvoir le tourisme.” Les sommes engagées pour les travaux seront donc colossales, mais largement prises en charge par l’État. Une aubaine pour l’agglomération grenobloise qui, asphyxiée par son propre développement, repensait déjà son plan d’urbanisme.

Une transformation urbaine nécessaire
Après la Seconde Guerre Mondiale, Grenoble et son agglomération connaissent une croissance économique et démographique sans précédent, passant de 166 000 habitants en 1954 à 236 000 en 1962. Cependant, la ville peine à structurer son expansion faute de planification et cette croissance révèle très rapidement un manque d’équipements et d’infrastructures. En 1962, l’architecte-urbaniste Henri Bernard est désigné par l’État, pour réaliser le Plan directeur du Groupement d’urbanisme de Grenoble, rassemblant Grenoble et ses vingt communes alentours.

Deux mois après sa nomination, Henri Bernard rend son verdict : “Le premier objectif est de déverrouiller Grenoble.” Selon lui, sept verrous font obstacle à son développement urbain : «le relief, les rivières, les voies ferrées, les terrains militaires, les cimetières, la nappe phréatique et les limites communales.” Dans le Plan directeur qu’il achève en juillet 1963, Henri Bernard préconise donc le déplacement de la voie ferrée, la réalisation d’une voie express le long du Drac, le découpage du tissu urbain en mailles plus larges, mais aussi le déplacement au sud du centre de Grenoble avec la création d’un “centre urbain d’affaires”. Lors du conseil municipal du 27 juin 1963, Grenoble approuve ce plan, malgré les réserves de nombreuses communes.

Constructions olympiques : l’immense chantier
Henry Bernard voit dans la sélection de Grenoble pour l’organisation des JO “un tremplin pour amorcer les premières infrastructures” de son Plan directeur. Mais lors des élections de mars 1965, Albert Michallon est battu par Hubert Dubedout et le changement de municipalité va remettre en question le projet. La préparation des JO de 1968 se trouve alors prise en tenaille entre l’urgence olympique et la volonté de la nouvelle municipalité d’amorcer une réflexion de fond sur la maîtrise de l’urbanisme grenoblois. Cette tâche est confiée à l’agence municipale d’urbanisme créée en janvier 1966. Les travaux de l’agence conduisent à l’abandon du Plan Bernard.

Mais contrainte par le temps, la municipalité grenobloise doit lancer les travaux “olympiques”. Grenoble n’accueillant que les épreuves de patinage et de hockey sur glace, les équipements sportifs construits dans la ville pour les JO sont finalement peu nombreux : patinoire, palais des sports, anneau de vitesse. Mais sont également construits les hôtels de ville, de police, et des Postes, les gares routière et ferroviaire, la Maison de la culture et le Conservatoire, l’Hôpital Sud et le Village olympique.

Pour Jean- Michel Roux, enseignant à l’Institut d’urbanisme et de géographie alpine de Grenoble et chercheur au laboratoire PACTE : “On a mis très opportunément dans l’enveloppe des JO toute une série d’équipements que de toute façon, la ville de Grenoble allait devoir construire … Les JO permirent d’en accélérer la réalisation et d’en obtenir les financements, créant un amalgame entre organisation des JO et modernisation de la ville.”

Chantier du Stade de glace dans le parc Mistral. © AMMG

Ayant valeur de symbole, ces nouveaux bâtiments doivent allier modernité et esthétique. Construction de prestige, le chantier le plus important est sans aucun doute celui du Stade de glace, renommé par la suite Palais des sports. Avec son toit constitué de quatre imposantes voûtes en béton, conçu par les architectes Robert Demartini, Pierre Junillon et l’ingénieur Nicolas Esquillan, ce stade, toujours utilisé pour des manifestations culturelles ou sportives, reste la trace la plus emblématique des Jeux à Grenoble.

Deux nouveaux quartiers sont construits pour les JO. Le premier, l’actuel quartier Malherbe, aux abords de la nouvelle Maison de la culture, doit servir de centre de presse et héberger les journalistes. Le second accueille les athlètes. Dernier témoin sémantique de l’événement, il a conservé au fil du temps son nom de “Village olympique”. Les travaux du Village olympique, confiés à l’architecte Maurice Novarina, débutent le 1er avril 1966 et s’achèvent en novembre 1967. Le Village olympique est reconverti en logements pour les Grenoblois dès la fin des Jeux, en mars 1968. Trente-cinq ans après les compétitions, l’ensemble sera labellisé “Patrimoine du XXe siècle”, comme l’Hôtel de ville, le Palais des sports et la Maison de la culture.

Les travaux des JO permirent de faire sauter certains “verrous” comme le préconisait le plan Bernard. La  voie ferrée qui enclavait la ville est ainsi déplacée 2,5 kilomètres plus au sud. Les entrées de villes sont aménagées, telles qu’on les connaît aujourd’hui : au nord, l’autoroute permet d’accéder directement à la Porte de France. Au nord-ouest, une sortie dessert l’axe des grands boulevards grâce au pont de Catane.

Au nord-est, la route en direction de Chambéry, qui passe devant l’hôtel de Ville, est transformée en boulevard et au sud, l’U2 (la “Rocade”) permet le contournement de la ville. “L’emplacement de ces équipements et de ces infrastructures suit une logique qui n’était pas si éloignée de celle du Plan Bernard. Ce Plan a été réalisé pour partie grâce aux JO qui ont donné l’impulsion accélérant sa mise en oeuvre“, conclut Jean-Michel Roux.

Tous ces équipements qu’il fallut rapidement et simultanément mettre en place contribuèrent à la réputation de modernisme et de dynamisme de Grenoble, mais la transformèrent en un immense chantier entre 1965 et 1967. Et la ville changea de visage en seulement trois ans.

Transformations en stations
Pendant que Grenoble est recomposée et agrandie, en altitude, les Jeux nécessitent d’importants travaux d’aménagement des accès aux principales stations olympiques et la création de quelques équipements colossaux : “Deux routes sont réaménagées pour accéder au plateau du Vercors : l’une par Saint-Nizier et l’autre par les gorges d’Engins. On construit également les premières déviations pour rejoindre l’Alpe d’Huez par la vallée de la Romanche, et la double route par Uriage-les-Bains pour monter à Chamrousse“, détaille Jean-François Lyon-Caen.

À Autrans, qui accueille les épreuves de ski de fond et de biathlon, un village olympique destiné à l’hébergement des skieurs est implanté en bordure du stade de neige qui sert de départ et d’arrivée aux épreuves. Les épreuves de saut à ski ont lieu à Saint-Nizier-du-Moucherotte où est construit un immense tremplin. Les stations de Villard-de-Lans et de l’Alpe d’Huez sont équipées respectivement d’une piste de luge et d’une piste de bobsleigh.

Ayant la charge d’accueillir les épreuves reines de ski alpin, c’est la station de Chamrousse qui sera le site central des Jeux olympiques. “Elle est entièrement restructurée grâce au travail de Laurent Chappis. Les Jeux déclenchent la réalisation d’aménagements structurants pour l’avenir de la station”, précise Jean-François Lyon-Caen. “Roche-Béranger est mise en oeuvre à partir de 1961 et les Jeux en ont accéléré l’essor. Dans le plan d’urbanisme dressé par Laurent Chappis, sont prévus un centre oecuménique, une piscine, le premier caravaneige… Chappis crée aussi le village de Bachat-Bouloud, unique en France. Ces huit bâtiments portés chacun par des collectivités territoriales et disposés en bordure d’une clairière au centre de laquelle se dresse toujours une sculpture de Pierre Székély, pouvaient accueillir 1000 enfants en classes de neige ou colonies de vacances. Chamrousse est alors un véritable lieu de création. Le projet développé par Laurent Chappis propose une station fonctionnelle fondée sur une vision raisonnée de l’aménagement de la montagne.

Décor des Jeux olympiques pendant deux semaines, les stations de l’Isère ont bénéficié d’une promotion internationale. “Les Jeux ont donné un coup de projecteur extrêmement valorisant sur les Alpes françaises. L’impact touristique qui en a résulté est indéniable», conclut Pierre Chaix.

Grenoble, ville moderne et sportive
Les retransmissions télévisées, pour la première fois en couleur et en direct, à travers le monde entier, permirent de faire découvrir Grenoble et ses stations alentours à des dizaines de millions de personnes. Cette forte médiatisation de l’événement olympique renforcera l’image d’une ville sportive et moderne. “C’est un moment de bascule de la notoriété de la ville. Les Jeux olympiques vont apporter à Grenoble cette image de ville sportive qui ne transparaissait pas avant”, estime Michel Raspaud, professeur à l’Université Grenoble Alpes, sociologue du sport au sein du Laboratoire sport et environnement social (SENS). “À travers ces Jeux, Grenoble était perçue comme une ville dynamique, totalement innovante, en pleine transformation. C’était une petite ville industrielle de province, c’est devenu une grande ville moderne.”

Les retombées ? Un effet direct sur l’attractivité de la région et un développement des sports de neige. “Les JO ont eu un impact clair en matière de tourisme. Les stations du Vercors se sont développées grâce à leur mise en lumière par les Jeux“, décrit Michel Raspaud. “L’impact se répercute sur les pratiques sportives. On observe par exemple après les Jeux un important développement du ski de fond, sport qui était peu connu et peu pratiqué en France jusque-là et qui est devenu un sport très populaire. De la même manière, la compétition olympique de hockey sur glace, très enthousiasmante, a eu un impact sur le développement de ce sport partout en France, et en particulier à Grenoble, avec les succès qu’on lui connaît.”

Publié en ligne le 29 janvier 2018 et reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.
  1. Le nouveau magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs, cherche à relever “le défi de la vulgarisation scientifique en s’adressant à un large public (et) montrer au fil des pages que l’expertise universitaire grenobloise répond à des enjeux de société, et que la recherche scientifique et l’innovation technologique accompagnent les évolutions sociales” []

Qui veut encore des JO ?

Grenoble célèbre actuellement le cinquantenaire de ses Jeux olympiques d’hiver. Le 15 février 2018, l’Université Grenoble Alpes et son Labex ITEM (laboratoire d’excellence sur l’Innovation et les Territoires de Montagne) dirigé par Marie-Christine Fourny organisaient une table-ronde sur le thème « Qui veut encore des JO ? Des métropoles qui slaloment entre enjeux géopolitiques et contestations citoyennes ».

Affiche de la table-ronde, UGA.

La table-ronde était animé par Guy Saez, chercheur émérite en sciences politique au CNRS Pacte. J’étais invité aux côtés de Pim Verschuuren (IRIS & U. de Lausanne), Eric Adamkiewicz (U. Sabatier de Toulouse), Loïc Ravanel (U. de Franche-Comté & CIES Neufchâtel) et Hugo Bourbillères (U. Paris-Sud). Le débat a porté successivement sur les enjeux métropolitain des JO, le rapport entre jeux et montagne, les politiques évènementielles et la participation citoyenne et l’opinion publique face aux JO. Un résumé de mon intervention sera prochainement mis en ligne sur ce site.

Dans une deuxième partie, la table-ronde donnait la parole aux étudiants des Master 1 Urbanisme & Coopération Internationale et Master 2 International Cooperation in Urban Planning de l’Institut d’Urbanisme & de Géographie Alpine de Grenoble (IUGA). Trois étudiantes, Laury Roux, Astrée Coutanson et Romane Garcia, sont venues présenter les résultats d’un atelier de coopération internationale en urbanisme sur le thème: “et si Grenoble déposait une nouvelle candidature pour les JO de 2026?”  Les résultats de leurs six groupes de projet sont disponibles en pdf et sur demande (texte en anglais).

Des stades déjà rentabilisés pour les JO 2024?

Le 11 juillet 2017, les représentants de la candidature de Paris pour accueillir les JO de 2024 , les coprésidents Tony Estanguet et Bernard Lapasset ainsi que la maire de Paris Anne Hidalgo, ont présenté le projet de candidature au Comité international olympique (CIO). Paris est désormais seule en lice pour accueillir cette édition après l’accord entre le CIO et Los Angeles qui se propose d’organiser l’édition de 2028. Le dossier de Paris repose sur l’utilisation au maximum des sites et équipements déjà en place afin de réduire les coûts. Mais nécessiteront-ils vraiment aucun travaux?

Fort logiquement, le dossier français fait la part belle, pour le tournoi olympique de football, aux stades qui ont été construits ou rénovés pour l’Euro 2016 de football ou qui doivent servir lors de la Coupe du monde de rugby 2023, pour laquelle la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate le 9 février 2017.

Le tournoi olympique sera réparti dans neuf stades :
– Parc des Princes (48 500 places) à Paris
– Stade Pierre-Mauroy (50 000 places) à Villeneuve-d’Ascq
– Stade de la Beaujoire (37 500 places) à Nantes
– Groupama Stadium, ex-Parc OL (59 000 places) à Décines
– MatMut Atlantique (42 000 places) à Bordeaux
– Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places) à Saint-Etienne
– Allianz Riviera (35 000 places) à Nice
– Stadium de Toulouse (33 000 places)
– Stade Orange ex-Vélodrome (67 000 places) à Marseille

En-dehors du Parc-des-Princes, tous les autres figurent dans la liste des neufs stades prévus pour accueillir le rugby en 2023. Huit d’entre eux (exception faite de la Beaujoire) ont déjà accueilli l’Euro 2016. Un groupe d’une dizaine de stades se détachent donc désormais en France pour accueillir les grandes compétitions en raison de leur taille et de leur niveau d’équipement plus que pour la répartition géographique1.

Si le principe de faire l’économie de la construction de nouveaux stades pour les seuls Jeux Olympiques semblent un principe de bon sens, le dossier de Paris ne sous-estiment-ils pas cependant les coûts de remise aux normes de ces équipements, douze ans après leur livraison? L’exemple actuel du stade de la Licorne à Amiens n’incite pas à l’optimisme. Le stade du club d’Amiens, qui vient de rejoindre la première division nationale en football, a été livré il y a moins de 18 ans. Il va devoir pourtant faire l’objet de travaux de rénovation de toiture pour 8,8 millions d’euros ainsi que d’autres aménagements (nouveaux sièges pour 660 000 €, éclairage pour 350 000 € et vidéoprotection pour environ 300 000 €) afin de répondre aux exigences de la Ligue.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Des stades déjà rentabilisés pour les JO 2024?, in Au stade des villes, 09/08/2017, https://stade.hypotheses.org/843, ISSN format électronique 2556-6563.

  1. les Hauts-de-France, l’Ile-de-France, PACA et Auvergne-Rhône-Alpes ont chacune deux stades alors que l’est et le grand ouest et le centre de la France en sont dépourvus []

Henry Miller. Le stade de Delphes

Henry Miller est un romancier et essayiste (1891-1980) devenu sur le tard une des grandes figures de la littérature américaine. Né à Brooklyn (New-York), Miller exerce divers petits métiers avant de décider de partir vivre à Paris et devenir écrivain. Il y mène une vie de bohème tout en écrivant ses premiers romans autobiographiques. L’un d’eux, Le Colosse de Maroussi (The Colossus of Maroussi), est un récit de voyage en Grèce, en 1939, année idéale pour visiter l’Europe! Il décrit, avec poésie, les villes et campagnes grecques : «La lumière de la Grèce m’a ouvert les yeux ; elle a pénétré mes pores et dilaté tout mon être». 

Le passage sur la montée au stade antique de Delphes a beau être court, il est beau tout court:
« Après avoir erré parmi les colonnes brisées, nous escaladâmes le sentier tortueux qui mène au stade, tout en haut. Katsimbalis ôta son pardessus et couvrit la distance, de bout en bout, à pas de géant. Le cadre est spectaculaire. Le stade est situé juste au-dessous de la crête ; on a l’impression que, la course finie, les conducteurs de char, enlevant leurs attelages et bondissant par-dessus la cime, devaient foncer dans l’azur. L’atmosphère est surhumaine, enivrante à la folie. Tout ce qu’il y a d’extraordinaire et de miraculeux dans Delphes, se rassemble ici dans le souvenir des jeux qui se disputaient dans les nuées. »

Stade antique de Delphes avec ses tribunes construites par l’évergète Hérode Atticus en 147.

Henry MILLER, Le colosse de Maroussi, (The Colossus of Maroussi, 1941, traduction de Georges Belmont), Paris : éd. Du Chêne, 1958.

Eléphant blanc – White elephant

Un éléphant blanc est une réalisation d’envergure et prestigieuse, souvent d’initiative publique, mais qui s’avère plus coûteuse que bénéfique, et dont l’exploitation ou l’entretien devient un fardeau financier((Déf. Wikipedia.org)). Les stades figurent en bonne place sur les listes.

 

Etymologie
L’expression vient de l’anglais britannique1 (white elephant) et est de traduction récente en français, langue qui  connaît plutôt des éléphants roses… L’éléphant blanc est traditionnellement un animal sacré dans les pays d’Asie du Sud-Est hindouiste ou bouddhiste (Inde, Thaïlande, etc.) car la mère de Bouddha en aurait rêvé d’un.

Dans la société aristocratique de ces pays, l’auguste animal ne peut travailler. Rarissime dans la nature, il fait l’objet de cadeaux de prestige que font certains souverains à leurs vassaux. Le cadeau peut alors rapidement devenir un fardeau pour le bénéficiaire qui se trouve dans l’obligation de le couvrir de soins et d’égards sans pouvoir en tirer un quelconque bénéfice. La bénédiction se transforme alors en malédiction. L’expression se répand dans l’Empire britannique au 18e siècle pour désigner un cadeau qui s’avère ruineux.

Caractéristiques d’un « éléphant blanc »
L’expression s’emploie aujourd’hui dans un sens large comme le souligne Wikipedia : “elle concerne des réalisations de nature pratique mais inefficace économiquement, ou bien des réalisations plus fantaisistes, voire irrationnelles. Dans les deux cas, l’éléphant blanc représente un coût de réalisation mais aussi un coût d’exploitation ou d’entretien. (…) L’éléphant blanc se distingue par divers traits :

  • l’inutilité pratique de la réalisation est évidente dès le début. (…)
  • l’entretien est une charge financière évidente et cette évidence la rend désagréable (ce n’est donc pas « l’entretien d’une danseuse» qui procure du plaisir à celui qui dépense)
  • il n’est plus possible de se débarrasser de la réalisation, pour des motifs de fierté ou de prestige”

Certains grands travaux d’équipement font figure d’éléphants blancs : l’aéroport canadien  de Montréal-Mirabel qui “ne décollera jamais”, les aéroports espagnols “fantômes” de Central-Ciudad Real, de Castellón-Costa Azahar et d’Huesca-Pirineos, fruits de la bulle immobilière ou certains projets immobiliers démesurés comme le centre commercial New South China Mall de Dongguan en Chine, conçut à son ouverture en 2005 comme le plus grand centre commercial au monde mais vide à 99%.

Les stades olympiques ou liés aux grandes compétitions de football et de rugby figurent en bonne place sur la liste: stade olympique de Montréal de 1976, stades de football portugais de Leiria et Aveiro  construits pour le championnat d’Europe de football 2004, certains stades de la coupe du monde de football en Afrique-du-Sud ou au Brésil en 2014, etc. En France, le stade du Mans (MMArena) est parfois cité tout comme le stade des Alpes à Grenoble, avec plus ou moins de raison.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Eléphant blanc – White elephant, in Au stade des villes, 07/03/2017, https://stade.hypotheses.org/240, ISSN format électronique 2556-6563.

  1. L’anglais américain l’utilise aussi mais avec le sens de cadeau bizarre et probablement coûteux et dont on finit par se débarrasser dans une brocante, une white elephant sales. []

Les éléphants blancs de Rio

Comme l’évoquait le géographe Christopher Gaffney dans l’entretien qu’il nous donnait pour la revue Urbanisme, les équipements sportifs construits au Brésil pour la Coupe du Monde de Football (2014) et les Jeux olympiques de Rio (2016) risquent bel et bien d’être des éléphants blancs pour le peuple brésilien. La preuve en images.

France Info a mené l’enquête: “Des pelouses de stade rongées par les vers, un bassin olympique à l’abandon ou encore des zones entières fermées au public : six mois après la fin des Jeux olympiques de Rio, au Brésil, certaines infrastructures sont laissées à l’abandon. Après le faste de la compétition (qui s’est déroulée en août dernier), la décomposition. Ces décors, dignes d’une ville fantôme, cristallisent la colère des habitants de la capitale qui se demandent quand ils pourront y accéder et s’indignent du gaspillage.

Vue aérienne du stade Maracanã, qui a accueilli les cérémonies d’ouverture et de fermeture des Jeux olympiques, photographié le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Les portes de l’édifice mythique, dont la rénovation pour la Coupe du monde de foot, en 2014, avait coûté 350 millions d’euros, resteront closes jusqu’à ce qu’un compromis soit trouvé entre le comité Rio 2016 et les concessionnaires du stade, le groupe de divertissements américain AEG et l’entreprise brésilienne de BTP Odebrecht. Ces derniers ont donné au premier la gestion du stade entre le 30 mars et le 30 octobre à condition de le rendre dans l’état dans lequel il avait été livré, une clause non respectée selon les plaignants, explique Le Monde.”

Une vue aérienne des tribunes du stade Maracanã, où des sièges se sont décrochés, le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Toujours selon la journaliste du Monde, Claire Gatinois, dans son article du 31 janvier 2017, “à écouter un proche d’Odebrecht, cette partie du contrat n’a pas été remplie. Et de lister « une innombrable série de non-conformités ». L’ardoise s’élèverait à quelque 2 millions de reais (594 000 euros). « Mensonges », répond le porte-parole de Rio 2016, Mario Andrada, qui évoque des réparations mineures de l’ordre de 420 000 reais. A écouter M. Andrada, Odebrecht userait du stratagème pour ne plus s’occuper d’un stade synonyme de gouffre financier qu’il compte vendre. Le groupe Lagardère fait partie des acheteurs potentiels.

Depuis l’obtention de la gestion de l’arène, en 2013, les concessionnaires ont enregistré, jusqu’à 2015, une perte de quelque 172 millions de reais. La faute, disent-ils, à l’interdiction d’exploiter les abords du stade pour construire un parking et des boutiques. Le stade Maracana ressemble ainsi à une patate chaude que ni l’Etat de Rio, en quasi-faillite, ni les concessionnaires ne veulent assumer. Quitte à être les protagonistes d’un énorme gâchis.”

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Les éléphants blancs de Rio, in Au stade des villes, 22/02/2017, https://stade.hypotheses.org/382, ISSN format électronique 2556-6563.