Archives de catégorie : Publications & communications

Cette catégorie comprend les publications et communications écrites par l’auteur sur la question des stades dans des revues ou des actes de colloque.

Faites Place!

Depuis 2012, les ateliers de coopération internationale en urbanisme à Sfax (Tunisie) et à Grenoble (France) structurent l’enseignement du projet des étudiants du Master “Urbanisme et Coopération Internationale” de l’Institut d’Urbanisme et Géographie Alpine. Dans le cadre de la coopération entre les deux villes, les étudiants produisent des expertises urbaines en équipe et avec les étudiants sfaxiens ainsi qu’avec de nombreux partenaires locaux, universitaires et de la société civile. Les étudiants grenoblois travaillent 10 jours à Sfax chaque novembre. Cette année, le thème général de l’atelier “Faites place!” renvoie à la place de l’enfant en ville, du lien entre la gare et son territoire et sur la place de l’équipement sportif.

Sfax, deuxième métropole de Tunisie avec environ 600 000 habitants, a connu une urbanisation spectaculaire de la fin du XXe siècle au début du XXIe siècle. Longtemps toute entière comprise dans sa médina dont elle s’enorgueillit de posséder murailles et tracés d’origine, elle a doublé de taille lors de la colonisation et des conquêtes urbaines au détriment de la mer. A partir des années 70, sa population qui migraient au gré des saisons de la ville historique vers les borjs et jnens de la périphérie, a cessé d’habiter le centre pour lotir l’intérieur des terres. La ville s’est étalée en suivant les radiales menant aux autres villes du pays (urbanisation en doigt de gant) et a consommé nombres de terres, autrefois nourricières et terrains de jeu, pour l’habitat mais aussi le commerce, les services, l’enseignement, la santé ou l’industrie.

La mobilité des habitants est principalement motorisée (véhicules personnels, taxis et bus) et la circulation y est très dense, engendrant une importante pollution atmosphérique. La ville cherche depuis quelques années à desserrer le centre-ville et à améliorer la qualité de vie en proposant plusieurs grands projets urbains : projet d’urbanisation des terres gagnées sur la mer au nord de la ville (projet Taparura), projet d’instauration d’un système de transport urbain par rail (métro-léger) et projet de construction d’une cité sportive en lien avec l’Etat.

Au-delà du cas de Sfax, ces projets nous interrogent plus globalement sur la place que nos métropoles sont en mesure de faire, en leur sein, pour les plus jeunes et les plus fragiles. Comment pouvons-nous aménager nos métropoles pour qu’elles soient accessibles, ouvertes, accueillantes ; pour qu’elles permettent une mobilité pour tous, des espaces de rencontre, de jeux, de sports, un accès la mer, etc ? L’atelier et son séminaire conclusif se proposent d’aborder ces questions selon un triple axe :

1/ La place de l’enfant en ville

Nous faisons le constat du progressif enfermement de l’enfant dans la ville d’aujourd’hui en lien avec les modes éducatifs, les évolutions des mobilités automobiles, des nouvelles pratiques récréatives (jeux de tablette) et les problèmes/sentiment d’insécurité. Pourtant, toutes les études environnementales et psychologiques soulignent l’importance des loisirs actifs chez l’enfant et de la découverte de la ville pour la construction personnelle. Face à ces constats et recommandations, quelles réponses peuvent apporter les professionnels de la fabrique de la ville ? Terrains d’étude à travers certains espaces comme la médina ou les parcs et espaces sportifs, existants et en projet.

Entrée principale du Stade T. M’hiri, Sfax, 2017

2/ La place des espaces de sports et des complexes sportifs dans la ville

La ville de Sfax manque d’espaces sportifs que cela soit pour le sport professionnel (avec un stade Taïeb M’hiri vieillissant mais central et le projet au long cours de “cité sportive”) mais aussi de « sport pour tous ». Les salles de sports privées se multiplient pour répondre aux besoins de la population. Dans le même temps toutes les études sanitaires soulignent l’importance de la pratique d’une activité sportive dans le développement de l’enfant et des adultes. Comment rendre la ville plus favorable à la pratique sportive pour tous ? Quels sont les enjeux en termes d’équipements sportifs pour le sport professionnel et l’accueil des manifestations nationales et internationales ? Terrain d’études : les espaces libres en ville, les complexes sportifs Cicaldi et « 2 mars » ; le projet de Cité Sportive et l’évolution du Stade M’hiri.

Arrêt du train dans la banlieue de Sfax

3/ Le chemin de fer dans sa ville

La ville de Sfax est un nœud de communication ferroviaire entre Tunis au Nord, Gabès (Sud) et Gafsa (Sud-Ouest). Par elle passe tout à la fois un important trafic industriel (phosphate, produits d’équipement) et de voyageurs. La gare est localisée à quelques encablures de la vieille ville. Sa voie principale longe la route de Tunis. L’emprise de la gare de triage est importante et constitue une coupure entre la ville et son littoral (futur quartier de Taparura). Au sud, la voie coupe depuis les années 90 et la création de Sfax Al Jadida la ville de son port. Se pose aujourd’hui la question du devenir de la gare et des emprises ferroviaires dans le cadre des projets en cours ou à venir de métro léger, de Taparura, de développement de l’aile sud de la ville autour du port et des salines. Comment faire évoluer la relation entre le chemin de fer et Sfax ? Quelle est la place de la gare dans la ville actuelle ? Comment mieux la connecter aux trois grands tissus urbains historiques (le bled al’arbi, Bab Bahr et Al Jadida) ainsi qu’au littoral (salines, port industriel, port commercial, Taparura)? Trois pistes de projet : 1/ réhabilitation de la gare à son emplacement, 2/ la translation à quelques centaines de mètres vers la Poudrière, 3/ Délocalisation au km11 vers el Ons. La gare de voyageur et la gare de fret doivent-elles être dissociées ?

L’équipement sportif:nouveau totem urbain?

Jean-Jacques Pazdzior, est paysagiste et vient d’obtenir le Master en Urbanisme & Aménagement de l’IUGA en formation continue. Il a soutenu en septembre son projet de fin d’étude sous ma direction. Son travail portait sur l’équipement sportif comme nouveau totem urbain, sous-titre: quelle histoire urbaine nous raconte les équipements sportifs?

Jean-Jacques Pazdzior explique, dans l’introduction à son travail, que “le sport possède un nombre conséquent de vertus pour répondre à des problématiques sociales et faire briller un territoire. Mais le sport, pour profiter pleinement de ses vertus, demande un réseau d’infrastructures pour une pratique cohérente. Certes, l’espace public peut devenir un espace qui permet la pratique sportive mais l’équipement devient incontournable pour l’apprentissage, le vivre ensemble, la résolution de certains maux, l’organisation d’évènements et le soutien au sport de compétition. Pour autant, engager la collectivité dans la construction d’équipements sportifs participe- t-il au processus de production de l’espace comme n’importe lequel des bâtiments publics ou valorise- t-il uniquement l’action édilitaire ?”

Après une mise en perspective historique de l’équipement sportif dans nos sociétés développées, le travail présente trois études de cas, différentes dans leurs objectifs, le territoire dans lequel elles s’inscrivent, leur positionnement géographique dans la cité. Ces monographies portent sur Montpezat-sous-Bauzon et son “gymnase multisports symbole d’équité territoriale”, Montpellier et la Sud de France Arena, “un équipement «caméléon» pour diffuser une image” et enfin l’Orange Velodrome en tant que “condensé de Marseille”. À partir de ces trois monographies, Jean-Jacques Pazdzior explique l’attrait que revêtent les infrastructures et équipements sportifs dans le processus de production de l’espace urbain ou rural.

Crédit photo: JJP

Petit saut au pays du football-vrai

Ce mois de mars 2019, j’ai été interviewé par Victor Fuseau, étudiant en Master 2 « Nouvelles Pratiques Journalistiques » de l’Institut de la communication (ICOM), Université Lyon 2, dans le cadre de la préparation de son projet journalistique « Groundhopping : Voyage au pays du football-vrai ».

Victor Fuseau défend la thèse, que le groundhopping se développe maintenant en France, après être né en Europe du Nord. Les clubs saisiraient cet attrait pour le tourisme sportif pour booster leur attractivité dans ce domaine, notamment par la création de musées et l’attraction d’un nouveau public.

Néanmoins, et à l’image des groundhoppers britanniques préférant les stades de clubs non-professionnels, ce mouvement prônerait aussi un retour au « football vrai », en opposition à son exploitation commerciale et marketing; la création de stades modernes, aseptisés et éloignés des centres-ville ne correspondant pas toujours aux motivations des groundhoppers.

Récits de Ville

Les 6 & 7 juin 2019, se tient à Ivry-sur-Seine un colloque international (bilingue français-espagnol) sur le thème des Récits de ville. Usages de l’histoire et changement urbain. Il est organisé par le LABEX Futurs Urbains (Université Paris-Est) et l’Instituto Universitario de Urbanística de l’Université de Valladolid (Espagne). Avec Karine Basset, je présenterai une communication sur les temporalités du récit et de l’action urbaine. Nous donnerons notre lecture du «mythe grenoblois» à travers l’analyse du cinquantenaire des JO de 1968. Voici ci-dessous l’introduction à notre propos.

Il n’est sans doute guère de récit urbain en France plus connu et disséqué que le « mythe de Grenoble »[1]. La particularité de ce récit réside dans le fait que – contrairement à la plupart des mythes qui ont pour fonction d’ancrer les territoires dans une temporalité la plus ancienne possible, le temps de l’origine, qui aurait vu se constituer les fondamentaux de la cité – les traits énoncés comme constitutifs de la singularité grenobloise fondent et saisissent cette identité dans le moment même d’une transformation contemporaine, le moment où Grenoble se mue en ville moderne et où, se faisant, elle advient véritablement, en tant que ville singulière mais aussi, plus largement en tant que  possible modèle urbain.

Le récit grenoblois ainsi constitué au terme d’une trajectoire que nous retracerons dans une première partie, semble doté d’une véritable capacité performative[2], dans la mesure où il ne cesse d’être mis en actes, et ainsi renouvelé, dans les trois grands domaines constitutifs de la figure du « laboratoire » : celui, économique des relations entre recherche et industrie, le champ politique de la démocratie locale et celui de l’intervention urbanistique[3].

Si les acteurs, le contexte et les ingrédients de la production de ce récit sont aujourd’hui bien identifiés, en revanche, on ne s’est guère encore attaché aux modalités concrètes de la transmission et de l’actualisation de ce récit. Le cinquantième anniversaire des Jeux olympiques d’hiver de Grenoble, événement emblématique de la « grande mutation » urbaine, offre l’opportunité d’une telle analyse. Il s’agit tout d’abord d’éclairer le statut paradoxal que les Jeux de 68 ont occupé d’emblée dans le récit urbain. Nous montrerons ensuite que les usages publics de la mémoire olympique peuvent être lus à la fois comme l’une des modalités de l’actualisation du mythe grenoblois et de la temporalité singulière qu’il instaure, mais aussi comme l’expression de tensions urbaines persistantes.

Nous conclurons sur l’hypothèse d’un essoufflement actuel des lignes de sens du récit urbain et la possibilité d’un changement de temporalité, dont témoignerait la constitution d’un registre patrimonial inédit à Grenoble.

[1]Cf. notammentNadir Boumaza, « Grenoble, un mythe urbain moderne », Revue de géographie alpine, t. 85, n°4, 1997, pp. 175-185 ; BernardBruneteau, « Le ‘Mythe De Grenoble’ des années 1960 et 1970. Un Usage politique de la modernité », Vingtième Siècle. Revue D’histoire, n° 58, 1998, pp 111-126.

[2]Philippe Genestier, « Aménagement de l’espace, production de sens et identité narrative. Les fonctions institutionnalisantes et identificatoire du territoire en question », in G. Baudin et Ph. Bonnin, Faire territoire, Paris, Éditions Recherches, 2009.

[3]Charles Ambrosino, Gilles Novarina, « L’indépassable « laboratoire grenoblois » ? », Métropolitiques, 2015.

 

Source
BASSET Karine & ROUX Jean-Michel, « Temporalités du récit et action urbaine. Une lecture du « mythe grenoblois » », Colloque international, Récits de ville. Usages de l’histoire et changement urbain, Coloquio internacional, Relatos de ciudad, Usos de la historia y cambio urbano, LABEX Futurs Urbains (Université Paris-Est,France) et Instituto Universitario de Urbanística de l’Université de Valladolid (Espagne), Paris-Ivry/Seine, 6-7 juin 2019, 7 p.

Grenoble pourrait-elle accueillir une nouvelle fois les JO?

A la suite de l’atelier international d’urbanisme organisé à l’automne 2017 avec Marlène Leroux  questionnant  l’opportunité pour la ville de Grenoble d’accueillir à nouveau les JO,  j’ai été interviewé par Clémentine Méténier pour Montagne Magazine Son article est paru dans le numéro 453 de mai 2018 : “JO d’Hiver. Une nouvelle candidature est-elle encore possible?”. Voici l’extrait de l’article mentionnant notre travail.

 

Repenser les jeux… autrement

“Plus largement, c’est la question de l’avenir des Jeux Olympiques d’hiver qui se trouve au cœur des débats. Le 15 février dernier, l’Auditorium du musée de Grenoble accueillait une table ronde d’économistes, urbanistes, chercheurs de Grenoble, Lausanne ou encore Poitiers autour de cette question « A-t-on encore envie et peut-on encore organiser des Jeux Olympiques d’hiver dans nos massifs ? ». Pour l’occasion, des étudiants du master francophone « Urbanisme et Coopération international » et du master anglophone « Cooperation in urban planning » de l’Institut d’urbanisme et de Géographie Alpine ont présenté leurs travaux commandé par le Labex Item (une plateforme innovation et territoires de montagne) : imaginer un dossier de candidature à de futurs JO d’hiver pour Grenoble. « L’idée était de dépasser les critères qu’impose le CIO pour prendre le compte le rapport aux territoires, aux évolutions climatiques et des sociétés » explique Michel Roux (sic) aux côté de Marlène Leroux, maîtres de conférence à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine et encadrants du projet. L’un des dossiers intitulé « Le tourisme post-hiver » a par exemple imaginé la fin des jeux du tourisme mais ceux de la montagne : finis les sports tels que le bobsleigh ou combiné nordique avec le manque de neige progressif, inclure comme épreuves olympiques des disciplines plus adaptées à la montagne comme l’escalade, le canonying ou encore l’alpinisme.

Ces réflexions sont partagées par le maire grenoblois, pour qui il est temps de « transformer les jeux olympiques » ; durant les célébrations lui aussi a ouvert une porte en proposant de choisir « par exemple six ou sept stations dans le monde qui pourraient se répartir les épreuves. On garde la dimension intercontinentale mais on repense l’utilisation des équipements, surtout si de moins en moins de villes ne candidatent à l’avenir… » Et Grenoble n’en fera pas partie sous cette mandature”.

 

Pollution : alerte sur les stades urbains !

Vous l’avez probablement remarqué dans la majorité des villes, les stades sont situés en périphérie, près des autoroutes ou des voies rapides. Un aménagement urbain qui n’a pas pris en compte un facteur : la pollution. Pour les sportifs, il devient de plus en plus difficile de faire du sport lors des pics de pollution. Alors, est-il dangereux de faire du sport en ville ?

Le 6 septembre, j’ai été sollicité par la journaliste Mathilde Moreau pour l’émission de France 5 “La quotidienne” dans le cadre d’une interview préparatoire au sujet du vendredi 28 septembre 2018 sur  l’impact de la pollution dans les stades en périphérie des villes.

A voir sur le site de France 5: “La Quotidienne”, diffusé le ven. 28.09.18 à 12h22,  5 min.

 

Equipement sportifs 2.0: (dé)connexions des territoires

Ce 26 mars 2018, se tenait à Paris, le troisième volet du cycle de conférences de l’Ecole d’Urbanisme de Paris sur Paris 2024. Un évènement international au service du local? Il portait sur le thème: Equipements sportifs 2.0: (dé)connexions des territoires. J’y participais comme intervenant.

Capture d’écran du visuel de la conférence-débat

La conférence-débat rassemblait cinq intervenants : Frédéric Monghal, expert en ingénierie audiovisuelle et multimédia chez Atelier Audio-Visuel; Patricia Pelloux, responsable des sites et infrastructures au Comité de candidature de Paris aux JOP 2024 et aujourd’hui directrice adjointe de l’APUR; Clément Mansion, architecte et associé du cabinet Chabanne Architecte  et Marc Perelman, enseignant chercheur à l’Université Paris-Ouest Nanterre d’esthétique et d’architecture.

Mon intervention consistait à dresser une histoire typologique des grands équipements sportifs dans leur rapport à la technologie et au territoire. Elle commençait par le stade de la Grèce antique qui se caractérise par une technologie relativement modeste (stades en bois ou pierre sans grande envolée architecturale, peu d’ingénierie, pas de toiture) mais une remarquable insertion dans le territoire. Un stade qui appelle à la contemplation du paysage tout autant que du spectacle sportif et qui invite à la méditation (cf les magnifiques pages d’Henry Miller dans Le colosse de Maroussi sur le stade de Delphes). L’intervention passait alors par le stade de la Rome antique, le stade utopique du Moyen-Âge et les stades de la ville moderne et/ou industrielle pour finir par les différentes figures des stades contemporains.

La conférence-débat a été organisée et animée par six étudiants de l’EUP: S. Aljy, R. Briquet, M. El Barkani, J. Fontaine, M. Hameury et O. Hugues. Elle a été filmée et une mise en ligne est prévue dans le cadre de la chaire “Aménager le Grand Paris”.

Cf: http://chaire-grandparis.fr/cycle-de-conferences/

Commémorer les JO

Le jeudi 26 avril 2018, de 9h à 12h, les étudiants de troisième année de la Licence SHA (sciences humaines appliquées) de l’UFR ARSH (Arts & Sciences Humaines) de l’Université Grenoble Alpes présentent leurs travaux sur les JO Grenoble 1968. Je suis invité à faire partie de leur jury.

Affiche publicitaire du Postillon, Grenoble, mars 2018.

Ce travail d’atelier, réalisé sous la direction de la géographe Sylvie Duvillard, fait partie des projets financés par le Labex ITEM (Laboratoire d’Excellence “Innovation et Territoire de Montagne”) dans le cadre du cinquantenaire des JO de Grenoble.
Les étudiants présenteront le résultat de leur travail et répondront aux questions qu’ils se sont posées, à savoir: “Qu’est-ce qu’une commémoration? Pour qui? Pourquoi ?”

O Grande Palco Futbolístico

Le 28 mars 2018, Natália Rodrigues de Melo, que j’ai accueilli au sein de l’UMR Pacte l’an dernier, soutiendra sa thèse de doctorat (Sciences de l’Architecture) dans le cadre du Programme Postdoctoral en Architecture (PROARQ) à la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université Féderale de Rio de Janeiro (UFRJ). Je serai membre du jury.

 

Composition du jury
La thèse de Natalia porte sur l’analyse de la transformation des ambiances du stade Maracanã de Rio, construit pour la Coupe du monde de football de 1950 et rénové dans le cadre de la Coupe du monde de 2014. Elle s’intitule: O Grande Palco Futbolístico. Análise da ambiência do estádio Maracanã pós reforma para a copa de 2014.  La thèse a été dirigée par la Profa. Dra. Cristiane Rose de Siqueira Duarte (PROARQ UFRJ) et co-dirigée par la Profa. Dra. Paula Uglione (IP UFRJ). Les autres membres du jury seront la Profa. Dra. Ethel Pinheiro Santana (PROARQ UFRJ), la Profa. Dra. Giselle Arteiro (PROARQ UFRJ) et le Prof. Dr. Gilmar Mascarenhas (UERJ).

Résumé de thèse
Les modifications spatiales engendrées dans les nouveaux stades de football en vue de la Coupe 2014 représentent une rupture des habitudes, des visions et de la logique spatiale des supporteurs, ce qui peut être considéré comme un « trauma spatial ». Cette thèse a cherché à comprendre les processus de re-signification de ces stades, soutenant l’hypothèse que l’ambiance des rituels du jeu a un rôle majeur aussi bien dans la réinterprétation de nouveaux espaces physiques que dans la construction de nouveaux liens affectifs avec les manières traditionnelles de vivre un match et d’encourager son équipe. La recherche se penche sur l’étude de cas du stade Maracanã, à Rio de Janeiro, par le biais d’outils méthodologiques tels que l’ethnographie, les analyses ethnotopographiques et l’examen des extraits métaphoriques qui ont émergé des récits, inspirés dans la méthode des « Fichiers Mnémoniques du Lieu » (Uglione, 2008).

La recherche a permis d’élucider certaines significations attribuées par les usagers au Maracanã, démontrant que le stade renouvelé est comme un palimpseste ayant des couches symboliques qui, associées à d’autres symboles, contribuent à un nouvel ordre de compréhension, d’appréhension et d’affectation. Ce travail a essayé de démontrer que l’ambiance est renforcée par la passion pour le football et par les représentations liées à ce sport soulignant l’existence d’un grand potentiel de (re)signification du stade. Finalement, les résultats mènent à la conclusion que, bien plus que des changements « traumatiques » et des ruptures dans l’expérience des supporteurs, il est encore possible de trouver des traces d’un passé qui ont un grand impact sur les nouveaux usages allant au-delà de l’édifice bâti et s´accrochant à la signification symbolique de cette Grande Scène du Foot.

Mots-clés
Ambiance; Maracanã; Trauma; (Re)signification

Quelles traces ont laissé les JO de 1968 dans la capitale des Alpes?

A la suite de l’atelier international d’urbanisme organisé cet automne avec ma collègue Marlène Leroux et portant sur l’héritage des JO de Grenoble 1968, j’ai été interviewé par Caroline Girardon  du quotidien d’information générale 20 minutes pour son article paru dans l’édition du 6 février 2018: « Jeux olympiques de Grenoble: Quelles traces ont laissé les JO de 1968 dans la capitale des Alpes? ». Voici l’article en question.

 

Si le succès populaire des Jeux de 1968 reste mitigé, la ville de Grenoble, métamorphosée en quatre ans, a néanmoins bénéficié d’une image dynamique et a su attirer les investisseurs… Cinquante ans plus tard, que reste-t-il des Jeux Olympiques de Grenoble, qui se sont ouverts le 6 février 1968 ? Si l’événement a été présenté comme les premiers Jeux de l’ère de la modernité, peu s’en souviennent véritablement. À l’heure où la capitale iséroise s’apprête à commémorer l’événement, 20 Minutes se penche sur les retombées immédiates et sur les traces laissées un demi-siècle plus tard.

Un coup de pub pour… l’État
Les observateurs sont unanimes sur ce point, les JO de Grenoble ont été « un vrai coup d’accélérateur » pour la ville. Mais pas seulement. Ils ont surtout permis à la France de regagner un statut de leader. «Comme pour Nagano, Sapporo ou Sotchi après elle, ce n’est finalement pas tant Grenoble qui candidate dans l’organisation des JO, mais l’État », relève Jean-Michel Roux, maître de conférences à l’IUGA (Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine).

« À l’époque, la France sort de la Deuxième Guerre mondiale et se reconstruit. Charles de Gaulle y voit surtout le moyen d’accroître le prestige du pays et de faire en sorte qu’il revienne sur la scène internationale. C’est un signal fort qu’il envoie ». Chose exceptionnelle : l’État financera d’ailleurs à 80 % l’organisation des Jeux de 1968, chiffrée depuis à 1,1 milliard de francs.

« L’État va mettre en œuvre des projets de modernisation des stations de sports d’hiver pour promouvoir le tourisme. C’est l’inverse des Jeux d’Innsbruck (1964 et 1976) qui ont été très modestes et dans lesquels on a cherché à rentabiliser les équipements existants », poursuit Jean-Michel Roux. Et il ne lésinera pas sur les moyens.

Grenoble totalement métamorphosée
Si les JO ont eu un effet bénéfique, c’est principalement en amont de l’événement. « La ville s’est transformée de manière incroyable. Elle a complètement changé de visage en quatre ans. Elle est passée d’une image de bourgade régionale mal desservie à celle d’une ville particulièrement bien organisée. Sans les JO, ce changement aurait mis 20 ans à se faire », affirme Pierre Chaix, membre du Centre de droit et d’économie du sport de Limoges et maître de conférences à l’université Mendès-France de Grenoble qui a publié un dossier sur le sujet dans son magazine.

« Il a fallu investir dans des équipements généraux mais nécessaires que Grenoble n’avait pas jusque-là. Tout était à faire. Les JO ont permis d’accélérer considérablement ces projets. Les sommes engagées pour les travaux étaient colossales, mais elles ont largement été prises en charge par l’État », rappelle Michel Raspaud, sociologue du sport. 465 millions de francs ont été dépensés pour la réalisation des infrastructures routières et ferroviaires et plus de 179 millions de francs pour la construction du village olympique.

La ville se dote ainsi d’une nouvelle gare, de l’hôtel de police actuel, d’un aéroport à Saint-Geoirs, de l’hôpital Sud, d’Alpexpo et d’une maison de la culture. Les entrées de ville sont aménagées, telles qu’on les connaît aujourd’hui. Deux nouveaux quartiers sont également construits pour héberger les athlètes ou les journalistes : Malherbe qui abrite le centre de presse et le Village olympique.

« Aujourd’hui, ils font partie intégrante de la ville. Même si on le remarque moins, ces équipements sont toujours utilisés par les Grenoblois », poursuit Wladimir Andreff, professeur émérite et grand économiste du sport à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Le premier, situé à côté du stade, abrite désormais 1.500 logements et le second, 1.800.

Un succès populaire mitigé
Pour la première fois dans l’histoire, les Jeux sont diffusés en couleurs. Les droits de diffusion rapportent 12,5 millions de francs, dont 10 millions de francs pour la chaîne ABC qui s’assure l’exclusivité des droits pour les États-Unis. En revanche, le succès populaire est relatif : 503.700 billets ont été vendus, alors que le nombre escompté approchait le million de visiteurs avant les Jeux.

« Les infrastructures étaient remplies en moyenne à 70 %. Le tremplin de Saint-Nizier [où se déroulaient les épreuves de saut à ski] et le stade, qui a accueilli les cérémonies d’ouverture et de clôture, ont connu du succès. Le reste, beaucoup moins », observe Pierre Chaix. « On a construit un hôtel flambant neuf qui n’a jamais fait le plein. Entre 15 et 20 % des chambres sont restées vides », ajoute Wladimir Andreff.

« Peu d’étrangers sont venus encourager leurs athlètes car les billets étaient onéreux. Ils ont principalement été vendus à une clientèle locale », poursuit Pierre Chaix. « En réalité, peu de Grenoblois ont assisté en direct aux JO. Beaucoup les ont regardés à la télévision alors qu’ils se déroulaient chez eux », nuance Wladimir Andreff.

Les stations de ski boostées par l’événement.
« Les stations du Vercors comme Autrans, Villard-de-Lans et Chamrousse sont celles qui ont le plus bénéficié de l’effet JO car ce sont elles qui accueillaient les épreuves de ski alpin ou de ski nordique. Les autres, comme l’Alpes-d’Huez où se déroulait la compétition de bobsleigh, un peu moins », énonce Michel Raspaud.

Grenoble, ville dynamique
Entre 1945 et 1965, la population grenobloise a augmenté de plus de 60 %, passant de 100.000 à 170.000 personnes. « Les JO ont été la première pierre apportée à l’édifice. Ils ont impulsé une dynamique économique qui s’est poursuivie jusque dans les années 1990 », observe Dorian Martin, urbaniste.

« Avant les JO, Grenoble n’était pas une ville touristique, elle ne l’est pas devenue pour autant. Elle est surtout restée une ville de passage où l’on s’arrête pour aller dans les stations de ski », nuance Wladimir Andreff, reconnaissant toutefois qu’elle a « su attirer un tourisme d’affaires ».

« Les JO lui ont permis d’avoir une image de ville dynamique et sportive. Cela a attiré par la suite de nombreux investisseurs », confirme Michel Raspaud. Hewlett Packard a par exemple quitté les Etats-Unis pour délocaliser son siège en Isère. Thomson et Schneider ont aussi concentré leurs activités à Grenoble. « De nombreux enseignants-chercheurs s’y sont installés », ajoute Pierre Chaix.

 

Caroline Girardon. Publié avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Grenoble, du prestige aux vestiges olympiques

Le magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs1, inscrit son 4e numéro de l’hiver 2018, dans la dynamique de célébration des 50 ans des Jeux olympiques à Grenoble.  Le dossier central s’interroge sur l’impact des JO de 1968 sur l’identité de la ville et du territoire. L’occasion pour sa journaliste, Géraldine Fabre, de m’interroger en marge de l’atelier du master Urbanisme et Aménagement. Voici ci-dessous le texte en question.
Les travaux olympiques ont changé le visage et l’image de Grenoble, avec la construction d’infrastructures et d’équipements, qui font aujourd’hui partie intégrante de son identité. Cinquante ans plus tard, rares pourtant sont ceux qui s’en souviennent et qui reconnaissent l’empreinte laissée par les Jeux un peu partout dans la ville.

Le 28 janvier 1964, le Comité international  olympique (CIO) choisissait Grenoble pour l’organisation des Xe Jeux d’hiver. Le compte à rebours était alors lancé pour la capitale des Alpes jusqu’à la date d’ouverture des Jeux, le 6 février 1968. Le défi était immense car il ne s’agissait pas uniquement d’accueillir les compétitions sportives, mais bien de saisir l’opportunité offerte par cet événement international pour accélérer la transformation de la ville. L’enjeu était de présenter au monde Grenoble comme une ville moderne et dynamique.

Grenoble, ville candidate pour accueillir les JO
Le 30 décembre 1960, Albert Michallon, maire de la ville, dépose auprès du CIO la candidature de Grenoble pour les Jeux de 1968. Pourtant, “c’est Laurent Chappis, architecte et urbaniste, qui a initialement émis l’idée d’organiser les Jeux en Isère. Mais en réalité, il ne pensait pas à Grenoble, il pensait à Chamrousse” raconte Jean-François Lyon-Caen, architecte maître-assistant à l’École nationale d’architecture de Grenoble (ENSAG) et coordinateur de l’équipe de recherche architecture- paysage-montagne.

Et pour cause ! En 1958, Laurent Chappis est nommé urbaniste en chef de Chamrousse par le Préfet de l’Isère, Francis Raoul, avec pour mission de relancer le développement de la station. “Sa proposition d’organiser les Jeux Olympiques à Chamrousse devait permettre d’assurer la réalisation de la station de Roche-Béranger, s’inspirant de la réussite des JO de 1960 à Squaw-Valley, en Californie, où les jeux furent le prétexte pour faire connaître au monde entier cette nouvelle station” ajoute-t-il. L’idée d’organiser les Jeux Olympiques séduit le Préfet de l’Isère, mais aussi Albert Michallon, maire de Grenoble. Et c’est finalement Grenoble, ville de plaine, qui se portera candidate, en associant plusieurs stations de ski dispersées dans trois massifs alentours : Autrans, Villard-de-Lans, Saint-Nizier-du-Moucherotte dans le Vercors, Chamrousse en Belledonne, et l’Alpe d’Huez dans l’Oisans. Grenoble qui était en concurrence avec Calgary (Canada), Lahti (Finlande), Sapporo (Japon), Oslo (Norvège) et Lake Placid (États-Unis), sera finalement choisie par le CIO le 28 janvier 1964.

Le chantier s’annonce gigantesque. L’organisation des Jeux nécessite des équipements sportifs, mais exige aussi des infrastructures et des services performants (transport, hébergement, télécommunications, etc.) dont la ville n’est pas pourvue. “En réalité, tout était à faire à Grenoble, mais aussi dans les stations“, reconnaît Jean-François Lyon-Caen. Les investissements nécessaires vont au-delà des possibilités de la ville. Heureusement, l’État soutient fermement cette candidature. Pierre Chaix, maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes, spécialiste de l’économie du sport, rappelle que “le Président de la République, Charles de Gaulle, voit dans l’organisation de ces Jeux un moyen d’accroître le prestige de la France tout en mettant en œuvre des projets de modernisation des stations de sports d’hiver pour promouvoir le tourisme.” Les sommes engagées pour les travaux seront donc colossales, mais largement prises en charge par l’État. Une aubaine pour l’agglomération grenobloise qui, asphyxiée par son propre développement, repensait déjà son plan d’urbanisme.

Une transformation urbaine nécessaire
Après la Seconde Guerre Mondiale, Grenoble et son agglomération connaissent une croissance économique et démographique sans précédent, passant de 166 000 habitants en 1954 à 236 000 en 1962. Cependant, la ville peine à structurer son expansion faute de planification et cette croissance révèle très rapidement un manque d’équipements et d’infrastructures. En 1962, l’architecte-urbaniste Henri Bernard est désigné par l’État, pour réaliser le Plan directeur du Groupement d’urbanisme de Grenoble, rassemblant Grenoble et ses vingt communes alentours.

Deux mois après sa nomination, Henri Bernard rend son verdict : “Le premier objectif est de déverrouiller Grenoble.” Selon lui, sept verrous font obstacle à son développement urbain : «le relief, les rivières, les voies ferrées, les terrains militaires, les cimetières, la nappe phréatique et les limites communales.” Dans le Plan directeur qu’il achève en juillet 1963, Henri Bernard préconise donc le déplacement de la voie ferrée, la réalisation d’une voie express le long du Drac, le découpage du tissu urbain en mailles plus larges, mais aussi le déplacement au sud du centre de Grenoble avec la création d’un “centre urbain d’affaires”. Lors du conseil municipal du 27 juin 1963, Grenoble approuve ce plan, malgré les réserves de nombreuses communes.

Constructions olympiques : l’immense chantier
Henry Bernard voit dans la sélection de Grenoble pour l’organisation des JO “un tremplin pour amorcer les premières infrastructures” de son Plan directeur. Mais lors des élections de mars 1965, Albert Michallon est battu par Hubert Dubedout et le changement de municipalité va remettre en question le projet. La préparation des JO de 1968 se trouve alors prise en tenaille entre l’urgence olympique et la volonté de la nouvelle municipalité d’amorcer une réflexion de fond sur la maîtrise de l’urbanisme grenoblois. Cette tâche est confiée à l’agence municipale d’urbanisme créée en janvier 1966. Les travaux de l’agence conduisent à l’abandon du Plan Bernard.

Mais contrainte par le temps, la municipalité grenobloise doit lancer les travaux “olympiques”. Grenoble n’accueillant que les épreuves de patinage et de hockey sur glace, les équipements sportifs construits dans la ville pour les JO sont finalement peu nombreux : patinoire, palais des sports, anneau de vitesse. Mais sont également construits les hôtels de ville, de police, et des Postes, les gares routière et ferroviaire, la Maison de la culture et le Conservatoire, l’Hôpital Sud et le Village olympique.

Pour Jean- Michel Roux, enseignant à l’Institut d’urbanisme et de géographie alpine de Grenoble et chercheur au laboratoire PACTE : “On a mis très opportunément dans l’enveloppe des JO toute une série d’équipements que de toute façon, la ville de Grenoble allait devoir construire … Les JO permirent d’en accélérer la réalisation et d’en obtenir les financements, créant un amalgame entre organisation des JO et modernisation de la ville.”

Chantier du Stade de glace dans le parc Mistral. © AMMG

Ayant valeur de symbole, ces nouveaux bâtiments doivent allier modernité et esthétique. Construction de prestige, le chantier le plus important est sans aucun doute celui du Stade de glace, renommé par la suite Palais des sports. Avec son toit constitué de quatre imposantes voûtes en béton, conçu par les architectes Robert Demartini, Pierre Junillon et l’ingénieur Nicolas Esquillan, ce stade, toujours utilisé pour des manifestations culturelles ou sportives, reste la trace la plus emblématique des Jeux à Grenoble.

Deux nouveaux quartiers sont construits pour les JO. Le premier, l’actuel quartier Malherbe, aux abords de la nouvelle Maison de la culture, doit servir de centre de presse et héberger les journalistes. Le second accueille les athlètes. Dernier témoin sémantique de l’événement, il a conservé au fil du temps son nom de “Village olympique”. Les travaux du Village olympique, confiés à l’architecte Maurice Novarina, débutent le 1er avril 1966 et s’achèvent en novembre 1967. Le Village olympique est reconverti en logements pour les Grenoblois dès la fin des Jeux, en mars 1968. Trente-cinq ans après les compétitions, l’ensemble sera labellisé “Patrimoine du XXe siècle”, comme l’Hôtel de ville, le Palais des sports et la Maison de la culture.

Les travaux des JO permirent de faire sauter certains “verrous” comme le préconisait le plan Bernard. La  voie ferrée qui enclavait la ville est ainsi déplacée 2,5 kilomètres plus au sud. Les entrées de villes sont aménagées, telles qu’on les connaît aujourd’hui : au nord, l’autoroute permet d’accéder directement à la Porte de France. Au nord-ouest, une sortie dessert l’axe des grands boulevards grâce au pont de Catane.

Au nord-est, la route en direction de Chambéry, qui passe devant l’hôtel de Ville, est transformée en boulevard et au sud, l’U2 (la “Rocade”) permet le contournement de la ville. “L’emplacement de ces équipements et de ces infrastructures suit une logique qui n’était pas si éloignée de celle du Plan Bernard. Ce Plan a été réalisé pour partie grâce aux JO qui ont donné l’impulsion accélérant sa mise en oeuvre“, conclut Jean-Michel Roux.

Tous ces équipements qu’il fallut rapidement et simultanément mettre en place contribuèrent à la réputation de modernisme et de dynamisme de Grenoble, mais la transformèrent en un immense chantier entre 1965 et 1967. Et la ville changea de visage en seulement trois ans.

Transformations en stations
Pendant que Grenoble est recomposée et agrandie, en altitude, les Jeux nécessitent d’importants travaux d’aménagement des accès aux principales stations olympiques et la création de quelques équipements colossaux : “Deux routes sont réaménagées pour accéder au plateau du Vercors : l’une par Saint-Nizier et l’autre par les gorges d’Engins. On construit également les premières déviations pour rejoindre l’Alpe d’Huez par la vallée de la Romanche, et la double route par Uriage-les-Bains pour monter à Chamrousse“, détaille Jean-François Lyon-Caen.

À Autrans, qui accueille les épreuves de ski de fond et de biathlon, un village olympique destiné à l’hébergement des skieurs est implanté en bordure du stade de neige qui sert de départ et d’arrivée aux épreuves. Les épreuves de saut à ski ont lieu à Saint-Nizier-du-Moucherotte où est construit un immense tremplin. Les stations de Villard-de-Lans et de l’Alpe d’Huez sont équipées respectivement d’une piste de luge et d’une piste de bobsleigh.

Ayant la charge d’accueillir les épreuves reines de ski alpin, c’est la station de Chamrousse qui sera le site central des Jeux olympiques. “Elle est entièrement restructurée grâce au travail de Laurent Chappis. Les Jeux déclenchent la réalisation d’aménagements structurants pour l’avenir de la station”, précise Jean-François Lyon-Caen. “Roche-Béranger est mise en oeuvre à partir de 1961 et les Jeux en ont accéléré l’essor. Dans le plan d’urbanisme dressé par Laurent Chappis, sont prévus un centre oecuménique, une piscine, le premier caravaneige… Chappis crée aussi le village de Bachat-Bouloud, unique en France. Ces huit bâtiments portés chacun par des collectivités territoriales et disposés en bordure d’une clairière au centre de laquelle se dresse toujours une sculpture de Pierre Székély, pouvaient accueillir 1000 enfants en classes de neige ou colonies de vacances. Chamrousse est alors un véritable lieu de création. Le projet développé par Laurent Chappis propose une station fonctionnelle fondée sur une vision raisonnée de l’aménagement de la montagne.

Décor des Jeux olympiques pendant deux semaines, les stations de l’Isère ont bénéficié d’une promotion internationale. “Les Jeux ont donné un coup de projecteur extrêmement valorisant sur les Alpes françaises. L’impact touristique qui en a résulté est indéniable», conclut Pierre Chaix.

Grenoble, ville moderne et sportive
Les retransmissions télévisées, pour la première fois en couleur et en direct, à travers le monde entier, permirent de faire découvrir Grenoble et ses stations alentours à des dizaines de millions de personnes. Cette forte médiatisation de l’événement olympique renforcera l’image d’une ville sportive et moderne. “C’est un moment de bascule de la notoriété de la ville. Les Jeux olympiques vont apporter à Grenoble cette image de ville sportive qui ne transparaissait pas avant”, estime Michel Raspaud, professeur à l’Université Grenoble Alpes, sociologue du sport au sein du Laboratoire sport et environnement social (SENS). “À travers ces Jeux, Grenoble était perçue comme une ville dynamique, totalement innovante, en pleine transformation. C’était une petite ville industrielle de province, c’est devenu une grande ville moderne.”

Les retombées ? Un effet direct sur l’attractivité de la région et un développement des sports de neige. “Les JO ont eu un impact clair en matière de tourisme. Les stations du Vercors se sont développées grâce à leur mise en lumière par les Jeux“, décrit Michel Raspaud. “L’impact se répercute sur les pratiques sportives. On observe par exemple après les Jeux un important développement du ski de fond, sport qui était peu connu et peu pratiqué en France jusque-là et qui est devenu un sport très populaire. De la même manière, la compétition olympique de hockey sur glace, très enthousiasmante, a eu un impact sur le développement de ce sport partout en France, et en particulier à Grenoble, avec les succès qu’on lui connaît.”

Publié en ligne le 29 janvier 2018 et reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.
  1. Le nouveau magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs, cherche à relever “le défi de la vulgarisation scientifique en s’adressant à un large public (et) montrer au fil des pages que l’expertise universitaire grenobloise répond à des enjeux de société, et que la recherche scientifique et l’innovation technologique accompagnent les évolutions sociales” []

Et si Grenoble accueillait de nouveau les Jeux olympiques ?

Le magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs1, inscrit son 4e numéro de l’hiver 2018, dans la dynamique de célébration des 50 ans des Jeux olympiques à Grenoble.  Le dossier central s’interroge sur l’impact des JO de 1968 sur l’identité de la ville et du territoire. Il fait la part belle au travail d’atelier effectué cet automne avec ma collègue Marlène Leroux. Voici ci-dessous le texte en question.

 

Si Grenoble déposait à nouveau sa candidature pour organiser le Jeux Olympiques d’hiver, quel projet pourrait-elle proposer ? Réponses des étudiants du Master francophone “Urbanisme et coopération internationale” et du Master anglophone “Cooperation in urban planning”.

Les Jeux de 1968 ont donné à Grenoble son statut de “ville olympique”, titre qu’elle ne partage aujourd’hui qu’avec 42 cités-hôtes à travers le monde. Marquée par cette expérience, Grenoble a déjà envisagé à deux reprises de se porter à nouveau candidate : pour les Jeux olympiques d’hiver de 1976 et de 2018. Candidatures avortées sans avoir suscité de réel enthousiasme… Alors si Grenoble déposait à nouveau sa candidature, quel projet pourrait-elle proposer ? Telle est la problématique sur laquelle le Labex “Innovation et territoires de montagne” (ITEM)a demandé aux étudiants du Master francophone “Urbanisme et coopération internationale” et du Master anglophone “Cooperation in Urban Planning” de travailler.

Encadrés par Marlène Leroux, maître de conférences associée et Jean-Michel Roux, maître de conférences à l’Institut d’urbanisme et de géographie alpine de Grenoble, une quarantaine d’étudiants ont travaillé à l’élaboration de différentes candidatures. “Cet atelier comportait deux phases : la première au cours de laquelle les étudiants ont analysé l’impact des JO de 1968 sur le territoire et la seconde qui leur a permis d’élaborer leurs propositions de réponse” explique Jean-Michel Roux. “Notre hypothèse, à la fin de la première phase d’analyse, était qu’une nouvelle candidature devait être associée à un modèle de société. On a donc demandé aux étudiants d’imaginer une nouvelle vision de la ville dont les JO ne seraient alors que le prétexte à impulser le projet d’urbanisme“, continue Marlène Leroux.

Sans autre limite que leur créativité, les étudiants ont donc imaginé comment Grenoble pourrait de nouveau accueillir les Jeux olympiques, mais aussi vers quelle forme d’événements ces modèles de ville pourraient faire tendre la compétition sportive. Alors que certains se projettent dans une smart city grenobloise où les Jeux sont retransmis sur écrans géants et les sports pratiqués par tous en réalité virtuelle, d’autres anticipent la global city associant Grenoble à plusieurs grandes villes des Alpes pour mieux organiser les flux de personnes, d’idées, ou de biens et peser davantage sur la scène internationale.

À l’opposé, les plus idéalistes rêvent, eux, de la “ville inclusive” (inclusive city) qui se focalise sur le bien-être social de tous les individus quels que soient leurs statuts ; elle ne dissocierait donc plus Jeux olympiques et paralympiques… Plus pragmatiques, d’autres encore exploitent le concept de “ville de la décroissance” (degrowth city), qui s’oppose à l’idée d’une croissance sans fin et ses conséquences négatives (consommation irraisonnée, pollution, inégalités…). Dans cette ville, on chercherait à réduire l’impact des Jeux sur l’environnement notamment en réutilisant les équipements, en réduisant transports et déchets. Enfin, face aux conséquences du changement climatique, c’est le modèle de la “ville post-tourisme d’hiver” (post-winter tourism city) qui s’impose. La disparition de la neige à basse altitude amène alors à repenser les Jeux d’hiver, en Jeux de montagne…

Autant de projets inspirants qui prouvent que d’autres modèles de ville peuvent porter sans les dénaturer les valeurs de l’olympisme.

Géraldine Fabre

Publié en ligne le 29 janvier 2018 et reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.
  1. Le nouveau magazine de l’Université Grenoble Alpes,  (H)auteurs, cherche à relever “le défi de la vulgarisation scientifique en s’adressant à un large public (et) montrer au fil des pages que l’expertise universitaire grenobloise répond à des enjeux de société, et que la recherche scientifique et l’innovation technologique accompagnent les évolutions sociales” []

Equipements sportifs 2.0 : (dé)connexions aux territoires

Le 26 mars 2018, je participe à une conférence organisée par des étudiants de Master 2 de l’Ecole d’Urbanisme de Paris dans le cadre de la Chaire « Aménager le Grand Paris ». Elle portera sur le thème : Equipements sportifs 2.0 : (dé)connexions aux territoires et s’inscrira dans un cycle de trois conférences ayant pour thématique : “Les Jeux Olympiques comme levier pour accélérer le développement local. Comment (re)penser l’intégration territoriale des équipements et aménagements prévus pour les JOP ?”

 


Comme l’annonce les organisateurs du cycle, “les Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) transformeront le Grand Paris : comment envisager la pérennité des aménagements et leur adéquation aux besoins des métropolitains, au regard de la dimension à la fois temporaire et internationale de l’événement ?”

Le numérique peut-il y contribuer, s’interrogent les étudiants ? “Aujourd’hui, grâce au numérique et via des applications, des réseaux virtuels divers, il est facile de payer sa place de parking depuis son portable et tout autre service… La ville connectée (dite la smart city) soulève cependant des interrogations qu’en au territoire : le numérique en soi, permet-il de produire de l’urbanité ? (…)

Nous connaissons tous plus ou moins le cas du stade de France : construit entre 1995 et 1998, dans lequel les acteurs locaux avaient mis leur espoir et leur argent pour relancer l’image et le développement du territoire de Saint-Denis. Mais espoirs déçus. Comment ne pas renouveler cette expérience de 98 avec les JOP 2024 ?

Le numérique présente-il des potentialités pour l’intégration, l’inscription territoriale des grands équipements sportifs ? (…) Dans le cadre des JO 2024, en quoi le numérique peut-il amener à d’autres usages, les équipements sportifs ? Le stade connecté, oui mais à quoi ?”

En guise de réflexion préliminaire cette conférence je propose un petit retour en arrière, très personnel, sur les technologies de l’information dans les stades du 20e siècle: Au stade du transistor.

 

Qui veut encore des JO ?

Grenoble célèbre actuellement le cinquantenaire de ses Jeux olympiques d’hiver. Le 15 février 2018, l’Université Grenoble Alpes et son Labex ITEM (laboratoire d’excellence sur l’Innovation et les Territoires de Montagne) dirigé par Marie-Christine Fourny organisaient une table-ronde sur le thème « Qui veut encore des JO ? Des métropoles qui slaloment entre enjeux géopolitiques et contestations citoyennes ».

Affiche de la table-ronde, UGA.

La table-ronde était animé par Guy Saez, chercheur émérite en sciences politique au CNRS Pacte. J’étais invité aux côtés de Pim Verschuuren (IRIS & U. de Lausanne), Eric Adamkiewicz (U. Sabatier de Toulouse), Loïc Ravanel (U. de Franche-Comté & CIES Neufchâtel) et Hugo Bourbillères (U. Paris-Sud). Le débat a porté successivement sur les enjeux métropolitain des JO, le rapport entre jeux et montagne, les politiques évènementielles et la participation citoyenne et l’opinion publique face aux JO. Un résumé de mon intervention sera prochainement mis en ligne sur ce site.

Dans une deuxième partie, la table-ronde donnait la parole aux étudiants des Master 1 Urbanisme & Coopération Internationale et Master 2 International Cooperation in Urban Planning de l’Institut d’Urbanisme & de Géographie Alpine de Grenoble (IUGA). Trois étudiantes, Laury Roux, Astrée Coutanson et Romane Garcia, sont venues présenter les résultats d’un atelier de coopération internationale en urbanisme sur le thème: “et si Grenoble déposait une nouvelle candidature pour les JO de 2026?”  Les résultats de leurs six groupes de projet sont disponibles en pdf et sur demande (texte en anglais).

Entretien avec Nicolas Hourcade

Nicolas Hourcade est professeur agrégé de sciences sociales à l’École Centrale de Lyon et membre associé au CADIS (EHESS-CNRS). Spécialisé dans la sociologie de la déviance et des mouvements sociaux, il est devenu un des principaux experts français du supportérisme.

Avec Ludovic Lestrelin et Patrick Mignon, il a notamment rédigé le Livre vert du supportérisme remis en octobre 2010 à la Secrétaire d’État aux Sports, Rama Yade. Il est actuellement l’une des personnalités qualifiées de l’Instance du Supportérisme rattachée au ministère des Sports. Il répond ici aux questions de Natália Rodrigues de Melo dans le cadre de sa thèse sur les ambiances des stades de football lors de son séjour au laboratoire Pacte du CNRS.

Nicolas HOURCADE

 

Comment en êtes-vous arrivé à vous intéresser aux stades et aux supporteurs ?
J’ai d’abord travaillé sur les supporteurs et seulement après sur la question des stades. Je me suis d’abord intéressé aux supporteurs par intérêt personnel. Ma famille était passionnée de football. Je suis devenu moi-même supporteur dès l’enfance. Je suis né au début des années 1970. Quand j’étais adolescent, l’Europe a été marquée par beaucoup de drames. C’est d’abord le Heysel à Bruxelles en 1985, où il y a 39 morts. Ou encore le drame de Sheffield, en Angleterre, qui fait 96 morts en 1989. C’est une période où il y avait beaucoup de violence dans les stades et à leurs alentours. Cela m’a intéressé d’essayer de comprendre pourquoi il y avait ces phénomènes, tant le soutien au club que les débordements.

Page de couverture du “Rapport Taylor” faisant suite aux incidents d’Hillsborough, 1989.

Quand j’étais au lycée, j’avais déjà commencé à travailler dessus, notamment lors d’un dossier pour le baccalauréat. Etudiant en sociologie, il m’a paru intéressant d’enquêter sur ce thème, surtout qu’au début des années 90, il n’y avait pas encore beaucoup de travaux là-dessus. C’était un objet peu légitime et les commentateurs qui parlaient des supporteurs se focalisaient sur la violence. En particulier, la violence des hooligans anglais. A la fois dans les journaux et les articles scientifiques, on parlait essentiellement de violence et des hooligans anglais. Or quand j’allais dans les stades (à Bordeaux, ma ville natale, et aussi ailleurs en France), il pouvait y avoir de la violence, mais ce que je voyais ne correspondait pas à ce que je lisais dans les médias et dans certains textes universitaires.

L’image archétype du supporteur violent. Extrait d’A mort l’arbitre, film dramatique français de Jean-Pierre Mocky, 1984.

C’est pourquoi j’ai voulu travailler ce sujet de manière approfondie. Les premières études sérieuses en France datent de la fin des années 1980 mais elles n’étaient pas encore très connues. Elles le sont devenues au milieu des années 1990. Je pense notamment à Christian Bromberger, un ethnologue qui a mené des enquêtes ethnographiques sur les supporteurs en France, en Italie puis en Iran. J’ai également été inspiré par le sociologue Patrick Mignon qui a consacré des travaux, comparatifs, au hooliganisme et au supportérisme en Angleterre et en France, dans la lignée des recherches d’Alain Ehrenberg. Mon intérêt pour cet objet a rencontré le fait qu’il devenait un objet de recherche plus légitime. J’ai donc pu faire des recherches approfondies, qui étaient au départ centrées sur les ultras, les supporteurs les plus actifs en France.

Je trouvais que ce qu’on racontait des hooligans ne correspondait pas aux modes d’actions des ultras. J’ai donc voulu voir leurs spécificités. J’ai travaillé au départ sur Bordeaux car les chercheurs qui dirigeaient mon travail trouvaient qu’il était plus intéressant d’étudier une tribune que je connaissais déjà bien de l’intérieur. J’ai ensuite travaillé de manière comparative sur plusieurs stades dans ma thèse : Paris, Bordeaux, Rennes, Le Havre et, plus marginalement, d’autres villes… avec la spécificité que je n’ai jamais fini de rédiger le manuscrit. J’ai publié des articles sur la question mais je n’ai pas soumis la thèse étant pris entretemps sur le poste que j’occupe actuellement. C’est un poste d’enseignant – et non d’enseignant-chercheur. Mes activités de recherche se font donc sur mon « temps libre ». C’est aussi pourquoi j’ai continué à enquêter sur le même objet, tout en faisant évoluer mon questionnement.

Mes préoccupations de recherche ont en effet évolué à la fin des années 2000. D’une part vers la question des dispositifs de sécurité et la lutte contre le hooliganisme, car la loi française (comme d’ailleurs la loi brésilienne) a beaucoup évolué en la matière. Je me suis demandé comment les pouvoirs publics et les autorités sportives géraient cela. D’autre part, sur la période récente, vers la création des nouveaux stades. A quoi servent-ils ? Que veut-on en faire ? Qu’est-ce que les dirigeants du football ont en tête ? Et comment les gens s’approprient le nouveau stade, question que vous vous posez aussi dans votre thèse ? Par exemple, à Lyon, ils étaient dans le même stade depuis des décennies. Du jour au lendemain, il faut changer de stade. Qu’est-ce que cela change dans les habitudes des gens ? Qu’est-ce que cela change dans les manières d’occuper le stade, puisqu’il n’est pas conçu de la même manière ?

 Vous avez aussi travaillé sur les transformations du Parc des Princes comme dans votre article pour Métropolitiques « Ici, c’était Paris”
J’ai effectivement beaucoup travaillé sur Paris depuis 1992. L’architecture du stade n’a pas beaucoup changé depuis 2010, même s’il y a eu des aménagements, mais le Parc a connu pendant plusieurs saisons une expérience particulière de bannissement des groupes de supporters – qui ne sont revenus qu’en octobre 2016. Mon article a été publié peu avant ce retour, qui était alors plus qu’incertain. Comme l’indique le titre de l’article, qui fait un clin d’œil au slogan des supporteurs parisiens (« Ici, c’est Paris ! »), pendant ces six années, il n’y avait plus vraiment de place pour être supporteur actif au Parc. 

Parc des Princes, PSG-SC Bastia, 2017. Photo. N. Rodrigues.

Vous êtes supporteur des Girondins de Bordeaux. Est-ce que votre statut de supporteur influe sur votre façon d’aborder le sujet
Forcément. Ce que nous sommes influence notre manière d’aborder un sujet, quel qu’il soit. Après, l’objectif en tant que « scientifique social », sociologue, urbaniste, etc., est d’arriver à être conscient des centres d’intérêt personnels qu’on a pour un objet, afin de s’efforcer d’être aussi objectif que possible.

Cela dit, connaître le football aide à appréhender les thématiques liées aux supporteurs et facilite grandement le contact avec les gens. Quand vos enquêtés voient que vous connaissez le football, les stades, les supporteurs, la communication passe mieux et il peut y avoir un véritable échange. Inversement, il m’est arrivé d’être interrogé, en tant que sociologue, par des étudiants et journalistes ne connaissant pas du tout le sujet et ne faisant pas les efforts suffisants pour l’appréhender : ça ne m’incitait pas à approfondir l’analyse avec eux.

Enquêter suppose de faire l’effort de prendre du recul par rapport à ses passions. De toute façon, dès lors qu’on commence à aborder ces sujets-là en scientifique, une distance se crée. Quand je me suis engagé dans ma thèse, j’étais adhérent d’un groupe de supporteurs. J’ai choisi d’arrêter d’être membre, d’une part, parce que ça ne me paraissait pas compatible avec mes enquêtes menées dans d’autres tribunes, tant en termes de temps que d’implication personnelle. D’autre part, j’avais déjà consacré ma maîtrise et mon DEA aux ultras: à force de travailler sur les façons d’être supporteur, une distance s’était créée par rapport à ma propre passion.

Sur la période plus récente, je dois aussi maîtriser l’évolution de mon regard sur mon objet et la distance devenue beaucoup plus grande entre les pratiques des jeunes supporteurs ultras et mes propres pratiques. Je reste attaché à mon club, mais je suis beaucoup moins fan de football qu’il y a vingt ou trente ans et je dois veiller à ce que ça n’influe pas trop sur mes analyses. 

Les ambiances dans un stade fonctionnent comme un lien entre le passé et les situations actuelles. Elles font émerger des souvenirs et remplissent l’espace du récit mnémonique, qui est dicté par ce que nous appelons trauma urbain dans l’architecture. Le trauma n’est pas nécessairement une mauvaise expérience. Il s’agit d’un évènement qui a la capacité à rompre avec la vie quotidienne. De la même façon, la construction d’un stade peut constituer un trauma pour une ville par les nouvelles significations qu’il donne au quartier dans lequel il s’est inséré. Une rénovation de stade peut être un trauma pour les supporteurs. Beaucoup peuvent faire l’expérience d’un changement de relation à l’espace du stade, ni exclusivement positive ni négative. Quelles leçons tirez-vous des rénovations de stades français ?
Fondamentalement, le lien qu’un individu qui va régulièrement au stade peut avoir avec celui-ci est affectif. Il y va souvent depuis l’enfance ou l’adolescence et cela le renvoie donc à des liens familiaux et amicaux. Le lien n’est pas seulement sportif. C’est une expérience amicale ou familiale avec des liens sociaux qui sont parfois extrêmement forts. Les gens ont des attachements subjectifs à des lieux, ils ont aussi des expériences ou pratiques de routine en relation avec « leur » stade.

Puisque vous êtes allée à Saint-Etienne (cf. l’article “Impressões sobre o estádio Geoffroy-Guichard”) vous avez fait l’expérience de la rénovation des tribunes, notamment celles derrière les buts, qui a une incidence sur la manière dont les gens s’approprient le stade. Il y a une nostalgie à Saint-Etienne de l’ancienne configuration du stade. C’est le même stade, au même endroit, mais la façon dont les tribunes sont désormais aménagées ne permet plus de circuler comme avant. Il y avait par exemple un passage en bas des tribunes derrière les buts qui permettait de circuler, de retrouver facilement des amis. Ce n’est plus possible.

Les rénovations architecturales des stades impliquent des changements de pratiques auxquelles les gens s’habituent plus ou moins bien. A Saint-Etienne, les supporteurs derrière les buts trouvent qu’on ne peut plus circuler comme avant, que les tribunes sont trop grandes, et aussi qu’il n’y a plus la possibilité, pour les plus engagés, de former un groupe compact.

Ce qui me frappe c’est combien beaucoup d’architectes en charge de la transformation ou de la création des stades ne connaissent rien à l’expérience sensible du match – ça m’a même choqué en participant à une conférence avec l’un d’entre eux. Il y a bien certaines exceptions comme l’architecte de l’Emirates d’Arsenal et du Parc Olympique Lyonnais – c’est notamment pourquoi l’acoustique y est bonne – mais certains architectes conçoivent les stades seulement en fonction des normes de l’UEFA ou de la FIFA sans avoir aucune idée de la manière dont les gens se comportent réellement dans les tribunes.

Les nouveaux stades ont plus été construits par rapport à des règles théoriques que par rapport aux pratiques réelles des spectateurs. Par exemple, à Bordeaux, les concepteurs n’ont pas prévu que les supporteurs se mettraient debout dans l’une des tribunes derrière les buts, comme ils le faisaient avant. Ils n’ont pas prévu non plus que les supporteurs occuperaient les parties basses des escaliers. Les portillons séparant la tribune du terrain sont configurés pour s’ouvrir et permettre au public d’accéder au terrain en cas de mouvement de foule. Un de ces portillons s’est actionné automatiquement suite au premier but lors du match inaugural du nouveau stade parce que les supporteurs se sont précipités vers le bas de la tribune pour fêter ça. Il y a eu des blessés légers car la tribune et les portillons sont un peu surélevés par rapport au terrain.

Ensuite, le club a essayé de faire respecter les escaliers mais le principe même d’une tribune debout, c’est que les gens se rassemblent, y compris dans les escaliers où il est censé n’y avoir personne. Ils ont depuis trouvé des adaptations avec des barrières et un nouveau réglage de la pression entraînant l’ouverture des portillons. L’idée des places assises était à l’origine de contrôler le nombre exact de gens qui rentrent dans la tribune et d’éviter les mouvements de foule afin d’éviter les accidents du passé. On cherche aujourd’hui en Europe (à Vienne, à Glasgow, en Allemagne, etc.) des solutions de « safe standing », c’est-à-dire des tribunes debout sécurisées, bien sectorisées et accueillant un nombre raisonnable de personnes.

Stade Geoffroy-Guichard, Kop Sud, 2017. Photo Natalia Rodrigues.

Beaucoup de supporteurs habitués à suivre les matches derrière les buts critiquent les sièges installés dans leur tribune car ils sont dangereux et fragiles. Gestionnaires de stade et architectes ne prennent pas suffisamment en compte le fait que certains supporteurs – pas tous – souhaitent être debout pour vivre pleinement le match. Ils ne cassent les sièges que parce que ceux-ci sont inadaptés à leur pratique du match. Il n’y a pas suffisamment de consultation des supporteurs avant la réalisation de l’équipement. Dès lors, la manière même dont la tribune est conçue peut poser des problèmes par rapport aux usages des supporteurs et la tribune peut devenir dangereuse alors qu’elle est pensée pour être sûre…

J’ai étudié les changements de stade, notamment à Bordeaux et Lyon. Changer la localisation implique un changement d’habitude radical car le supporteur pratique le stade mais ce qu’il y a autour aussi. Cela impacte les espaces de sociabilité, le bar et le restaurant où on se retrouve avant, les modes de déplacement, en métro, en voiture, à pied. Changer d’habitudes peut être difficile. La particularité en France (à Lyon, Bordeaux ou Nice – à Lille c’est moins vrai) est que les nouveaux stades sont dans des zones assez éloignées du centre de la ville, où il n’y a pas grand-chose autour. Il y a le stade et rien d’autre. A Lyon, il y a des habitations aux alentours, deux ou trois bars, une autoroute… A Bordeaux, il n’y a carrément rien à part quelques immeubles de bureaux et un parc des expositions très occasionnellement occupé.

Parking relais du Groupama Stadium, 2016.

La difficulté pour les supporteurs, c’est de créer de nouvelles habitudes et de s’adapter à la contrainte de la nouvelle localisation puisque pour beaucoup de spectateurs, il est plus loin de chez eux qu’avant… sauf, à Lyon, pour les habitants de l’est de la région lyonnaise et ceux de la Savoie, l’Ain, l’Isère, des territoires relativement peuplés. A Bordeaux et à Nice, la desserte du stade est très mauvaise, créant de vraies difficultés.

Dans ces différentes villes, les groupes de supporteurs actifs, en premier lieu les ultras, ont pu reprendre et même développer leurs anciennes pratiques dans le nouveau stade. Ils ont été peu critiques sur les nouveaux projets alors même que les ultras s’opposent souvent aux transformations actuelles du football. Ils ont eu, quelque part, la garantie que leur tribune telle qu’ils la conçoivent existerait encore dans le nouveau stade. Ils savaient qu’ils pourraient continuer à être debout avec une meilleure acoustique, qu’il y aurait plus d’ambiance et que le cadre serait plus propice à réaliser leurs animations. On rencontre donc souvent chez ces ultras une nostalgie de l’ancien stade, accompagnée de l’idée que le changement de stade était « obligatoire » et qu’il a permis de renforcer l’ambiance.

Ces nouveaux stades induisent aussi un changement assez radical de nature du spectacle sportif. D’abord, au niveau temporel. En Europe, contrairement aux Etats-Unis, les gens arrivent traditionnellement tardivement au stade et repartent rapidement après la fin du match. Avec ces stades en périphérie des villes et le souhait des dirigeants des clubs d’engranger plus d’argent, il y a l’objectif de transformer le temps au stade « à l’américaine ». C’est-à-dire de faire venir les gens plus tôt au stade, de les inciter à consommer dedans et pas dehors, de retenir une bonne partie du public dedans à la fin du match afin de fluidifier les départs et d’augmenter la consommation dans le stade.

Nous n’avons pas encore assez de recul en France pour évaluer les résultats. Ces nouveaux stades n’ont qu’un an ou deux. Pour le moment, je n’ai pas vu de changements radicaux. Les gens sont obligés d’arriver un peu plus tôt car il y a des difficultés d’accès aux stades (bouchons sur la route ou transports en commun congestionnés) mais ils n’arrivent pas aussi tôt qu’en Amérique et ne partent pas aussi tard après le match. On est dans une époque charnière.

En termes de significations du football en Europe, il y a aussi l’opposition mise en avant par les ultras, mais pas qu’eux, entre ce qu’ils appellent le « football business » et le « football populaire » qui fait référence à un « avant » (mais avant quoi ? et qu’est-ce que le football populaire ? – ça les ultras ne le disent pas clairement). Ces supporteurs ont l’impression que ces nouveaux stades contribuent à ce changement. Il y a eu de fait en France une volonté des dirigeants du football de changer de public, d’attirer un public plus haut-de-gamme, plus calme et avec un pouvoir de consommation plus fort. C’est ce que le PSG a cherché à mettre en place dans la première partie des années 2010.

C’est intéressant de comparer Paris et Lyon car le PSG est le club qui est allé le plus loin en France dans son intention de changer de public en partant du constat qu’auparavant une partie de ses supporteurs étaient violents et racistes. L’idée, à partir de 2010, a été d’attirer des gens plus calmes, plus classes, plus riches ; des VIP et des chanteurs américains en tribune d’honneur. Pas de groupe de supporteurs, pas de problèmes en tribunes. D’un côté, cela a très bien marché, avec l’augmentation considérable du prix des places et un contrôle très étroit des groupes de supporteurs s’opposant à cette transformation. Le PSG et les pouvoirs publics ont réussi à casser les phénomènes de violence et de racisme. D’un autre côté, ils se sont aperçus que leur nouveau public ne créait pas d’ambiance et était plutôt terne. 

Une disneylandisation…
Exact. C’est un terme forgé par l’ethnologue Christian Bromberger, le fait de transformer la sortie au Parc (des Princes) comme une sortie au parc d’attraction. Il y a surtout eu la volonté de changer l’image du public parisien vers un public « haut de gamme », à l’image d’une capitale où les prix des spectacles sont plus chers qu’ailleurs. Une des difficultés rencontrées par le PSG est qu’il est parvenu à vendre toutes ses places, mais les abonnés à l’année ne venaient pas à tous les matchs. Sur les écrans télé, le vide lors de certains matches mineurs ne cadrait pas avec le projet de créer un grand club et surtout il n’y avait aucune ambiance, pas beaucoup de chants.

Or, le public est censé être « le douzième homme » et un club de football est censé susciter la passion. Quand on change de public, on change la nature même de l’expérience au stade, ce n’est plus la même expérience sensible. On peut légitimer l’argent investi dans des joueurs par la passion qu’ils suscitent. Le PSG gagne donc beaucoup de titres, au moins à l’échelle française, mais il ne renvoie pas l’image de la passion et une image positive du club et de ses investisseurs sur le petit écran.

Le retour des ultras au Parc. PSG-SC Bastia, 2017. Photo N. Rodrigues.

C’est pourquoi le PSG a récemment cherché à faire revenir des supporteurs actifs pour recréer de l’ambiance et essayer d’avoir un public plus participatif tout en étant moins turbulent que dans les années 2000. Paris est un cas particulier en France mais que l’on retrouve dans les grands clubs anglais. En Angleterre, le changement de stade (comme avec l’Emirates d’Arsenal) s’est traduit par un embourgeoisement du public et une aseptisation de l’ambiance. L’enjeu pour le PSG aujourd’hui est de parvenir à concilier les impératifs de sécurité avec le retour d’une ambiance festive. 

Quel modèle suit Lyon ?
Lyon n’a pas du tout suivi cette logique. L’OL s’est plutôt inspiré de l’Allemagne où le nouveau stade doit attirer de nouveaux publics tout en gardant l’ancien. Le stade de Lyon est conçu comme les stades allemands pour accueillir à la fois l’ancien public dont on va changer l’expérience, puisqu’on n’est plus au même endroit, tout en gardant « l’esprit de l’expérience ». On garde l’idée qu’il doit y avoir des supporteurs fervents et debout, des chants, des drapeaux, des tambours. On transplante l’expérience en conservant le sens qu’elle revêt pour les gens. C’est pour cela que les groupes de supporteurs ont accepté le changement.

Campagne de publicité ciblant les femmes. Olympique lyonnais, 2017.

Certains ont gagné, d’autres ont perdu en terme de localisation et de temps de parcours entre leur domicile et le stade. Ce qui pose problème aux supporteurs lyonnais réguliers, ce n’est pas tant le stade en lui-même, c’est ce qu’il y a autour et ce qu’on peut ou ne peut pas y faire. A terme, il doit y avoir d’autres constructions autour du stade. A Lyon, le prix de l’abonnement à l’année est relativement accessible, y compris pour les revenus modestes. En revanche, pour voir un match particulier, c’est très cher, sauf pour les matches mineurs. Pour le match inaugural, j’avais payé 60 euros la place en étant au troisième niveau. En même temps qu’il choie son ancien public, l’OL essaie d’attirer de nouveaux publics en créant de nouveaux espaces, comme en Allemagne. Le wifi et les écrans géants sont censés permettre d’attirer de nouveaux supporteurs.

Capture d’écran du site web de l’Olympique Lyonnais, octobre 2017.

Tu veux être en famille ? Tu as une tribune tranquille où on maquille ton enfant. Tu veux faire du business ? Tu as des loges adaptées. Tu veux être debout, à crier et à sauter ? C’est possible derrière les buts. Le Parc des Princes entre 2010 et 2016 et les grands stades anglais sont beaucoup plus uniformes : on est assis et on regarde le match, en participant un peu.

Si on en revient à votre question du trauma, finalement, l’expérience du match a moins changé à Lyon. L’enjeu de ce nouveau stade, c’est plutôt la question du développement de la ville. En quoi le fait d’avoir un stade à l’est de Lyon va changer la ville ou non. Est-ce que cela va créer de nouveaux quartiers, une dynamique urbaine ? C’est beaucoup trop tôt pour le savoir. Les anciens stades de Bordeaux et plus encore de Lyon, celui de Gerland, étaient à l’origine situés à la périphérie de la ville. Et puis la ville a progressivement gagné la périphérie. Est-ce que cela va être pareil avec ces nouveaux stades ?

Il y a déjà des quartiers autour du stade de l’OL, dans la ville de Décines. Est-ce que le stade va contribuer à les développer ? Est-ce que cela va contribuer à créer des relations entre cette partie de l’agglomération et plus largement tout l’est lyonnais, qui comprend beaucoup de quartiers populaires, et le reste de la ville ? Est-ce le stade va changer l’agglomération ? A Lyon peut-être… A Bordeaux, ça va être plus compliqué puisque le stade est construit dans un cul-de-sac et qu’il n’y a pas grand-chose autour. 

Comment ces deux modèles résistent-ils au temps ?
Avec ces nouveaux stades, anglais ou allemands, il y a l’idée de transformer la manière d’assister au spectacle, en créant de nouveaux services, notamment digitaux, mais le monde du football est un peu contradictoire dans ses attentes. D’un côté, il veut changer l’expérience d’aller au stade afin que les gens soient plus calmes, consomment plus, et ne critiquent plus le club et sa politique, en un mot qu’ils soient consommateurs. D’un autre côté l’envie demeure forte que le public reste le « 12e homme ». Le projet de Paris montre que ces nouveaux stades peuvent transformer profondément l’expérience. Or l’idée, historiquement importante en Europe, d’une participation forte du public demeure. D’où le relatif échec du projet parisien et le retour des groupes de supporteurs.

De manière générale, derrière ces nouveaux stades, il y a l’objectif de « domestiquer » le supporteur afin de garder la passion en atténuant les côtés négatifs (violence mais aussi revendications sur la politique tarifaire, la couleur du maillot, etc.). Il y a dans les nouveaux stades, particulièrement à Paris, une volonté de contrôle. Les dirigeants du club souhaitent contrôler ce qui se passe dans le stade et organiser eux-mêmes les chorégraphies en distribuant les drapeaux et les feuilles de couleur des tifos.

Comme dans les grands sports US, ce sont les organisateurs du spectacle qui vont créer des animations auxquelles répondra le public. Dans la tradition européenne ou brésilienne, le public est autonome et crée lui-même ses animations. On va ainsi apaiser le spectacle en le contrôlant, d’où le nombre de stadiers. Contrôle de la violence, du racisme, ce qui est normal, mais aussi contrôle de ce que font les gens et de ce qu’ils pensent.

Mais, en même temps, les dirigeants du football veulent aussi de l’ambiance… On est dans une période charnière. Va-t-on aller vers plus de contrôle et une atténuation de la passion des supporteurs ? Va-t-on revenir à la situation antérieure, avec plus de passion mais aussi plus de violence ? Va-t-on trouver un nouveau modèle de stade où on va garder une certaine passion populaire tout en la transformant, tout y ajoutant de nouvelles manières de vivre le stade pour limiter la violence ? J’espère qu’on se dirigera vers la troisième option. Par ailleurs, est-ce qu’on va aller en Europe vers un modèle américain avec des sorties au stade sur la demi-journée et avec une attention moindre durant le match ? J’avoue que je n’en ai aucune idée… 

Observe-t-on une uniformisation des pratiques des acteurs du spectacle sportifs ?
Déjà, même au sein des supporteurs, tous n’ont pas la même attente, certains veulent être debout, d’autres assis. L’Allemagne a bien compris ça en jouant sur la diversité des publics. Les stades allemands peuvent changer de configuration selon qu’ils accueillent une compétition de l’UEFA (avec des sièges à dossier obligatoires) ou nationale (avec moins d’exigences sur les sièges), ce qui augmente d’ailleurs la capacité des tribunes lors des rencontres nationales.

Le spectacle du football est un enjeu politique. Il y a des débats et sûrement pas consensus entre acteurs, y compris même au sein de certaines catégories, comme les autorités publiques par exemple : tous les pays ne gèrent pas de la même manière les supporteurs. Parmi les clubs, il y a aussi des rapports très différents aux supporteurs. Certains cherchent le dialogue afin d’aider l’émergence d’ambiance, d’autres visent un public plus calme. Au sein même d’un club, les positions peuvent évoluer ou diverger entre acteurs.

Prenons le cas du PSG. Le club est allé très loin à partir de 2010 dans le contrôle des supporteurs en écartant tout groupe constitué jusqu’à ce que son président, Nasser Al-Khelaïfi, dise son désaccord quant aux résultats obtenus qui ne correspondaient pas à l’image qu’il voulait renvoyer du club. Il a donc décidé de changer la politique en la matière contre l’avis d’une partie des dirigeants du club et alors même que le PSG était devenu une référence pour le Ministère de l’Intérieur, la police française, qui ne voulait pas d’un retour des ultras au Parc. Ce qu’essaie de faire actuellement (depuis octobre 2016) le PSG c’est de faire revenir au Parc des groupes de supporteurs sans les problèmes de violence d’avant. 

Vous parlez dans vos articles de « familles du football », un terme inconnu au Brésil…
C’est un terme qui peut être entendu en deux sens. Au singulier, l’idée d’« une famille » du football renvoie au fait qu’il y aurait une communauté autour de ce sport. Au pluriel, « les familles » du football désignent les différents types d’acteurs du football : les dirigeants, les joueurs, les arbitres, les entraîneurs, etc.

La grande question est de savoir si les supporteurs font partie de « la famille » du football et s’ils peuvent en être des acteurs. Il existe en Europe des revendications de la part des supporteurs d’être considérés comme un membre de « la famille » à part entière ou – ce qui revient au même – comme « une des familles » du football ayant ses propres intérêts. Dans le passé, on disait aux supporteurs : « vous êtes le 12e homme, vous avez un rôle à jouer, vous devez encourager l’équipe ». Mais on leur disait aussi : « les supporteurs supportent, les joueurs jouent, les dirigeants dirigent ». Ainsi, les dirigeants ne demandaient jamais aux supporteurs leur avis lorsqu’il s’agissait de débattre des grandes évolutions du club ou du football en général. Les supporteurs les plus engagés pensent que sans eux le football n’existerait pas. De plus en plus, ils demandent à être consultés sur les transformations de stade, les transformations de la politique des clubs, etc. Si on regarde à l’échelle française, il a fallu attendre la loi de 2016 pour reconnaître les supporteurs comme acteurs du sport. 

La rénovation des stades au Brésil se traduit actuellement par une très forte volonté de développer les abonnements, ce qui entraîne l’exclusion du stade des populations les plus pauvres.
C’est ce qu’on appelle la gentrification des stades ou l’embourgeoisement des publics. Le système des abonnements existe en Europe depuis longtemps : ce n’est pas une nouveauté en France et dans les pays voisins. Ce qui a changé depuis vingt ans, c’est l’augmentation des prix des abonnements et des places au match par match. Pour les clubs, l’abonnement offre des garanties de ressources à l’année. Et l’abonnement est censé récompenser le supporteur fidèle, le prix de chaque match étant bien inférieur dans l’abonnement annuel au prix que doit payer un spectateur occasionnel pour une seule rencontre.

Ce système désavantage donc les supporters occasionnels ou ceux qui n’ont pas les moyens de se payer un abonnement à l’année (mais à part en Angleterre, de nombreux abonnements dans les stades européens sont à des prix accessibles pour une grande partie de la population). Si le prix de l’abonnement est très élevé et si la plupart des places sont réservées aux abonnés, il devient difficile pour les catégories populaires d’accéder au stade. En Angleterre, certains supporteurs partagent le prix d’un abonnement et se répartissent les matches auxquels ils assistent.

Les nouveaux stades sont quant à eux censés sécuriser l’économie des clubs avec plus de rentrées d’argent sur les gadgets, les maillots, la nourriture vendue dans le stade, d’où l’idée que les gens arrivent plus tôt et partent plus tard. Le problème est que ce modèle (qui joue sur l’augmentation du prix des places et de la consommation au stade) marche en Angleterre ou en Allemagne où il y a déjà une base de public forte, mais dans les pays où le rapport au football est différent, appliquer ce modèle entraîne des difficultés. On n’attire pas du jour au lendemain 40 000 supporters dans un stade en France quand la moyenne de spectateurs tournait auparavant autour de 20 000. L’attrait du nouveau stade ne suffit pas pour multiplier l’affluence par deux. De même, on ne crée pas immédiatement de nouvelles habitudes de consommation.

Si on regarde les sports américains, les tribunes des stades de sport professionnel sont quasiment restreintes aux gens qui ont de l’argent, les autres catégories de la population regardent les matches à la télé. L’argument du PSG est de dire qu’un match ne coûte pas plus cher qu’un opéra ou un grand spectacle à Paris… mais ces différents spectacles ne touchent pas les mêmes populations aujourd’hui. La sortie au stade n’est pas comme une sortie au théâtre. Maintenant, à Madrid, Barcelone ou Paris, on voit des Japonais qui viennent au stade parce qu’ils ont acheté leur billet de match en même temps que leur voyage. Les gens viennent avec leur tablette et téléphone pour filmer. Est-ce que le spectacle sportif va rester un spectacle populaire, dans la mesure où il touche toutes les catégories y compris les plus modestes, ou sera-t-il réservé à ceux qui ont de l’argent ?

Ce que me disait mon collègue brésilien Bernardo Buarque de Hollanda sur les stades rénovés au Brésil pour la Coupe du monde, c’est qu’ils sont trop grands, inadaptés aux usages des supporteurs, trop chers. La coupe du monde de la FIFA ou les JO n’étaient pas conçues pour le peuple mais pour les élites. Ce dernier peut se sentir dépossédé. Le stade va-t-il devenir une pratique bourgeoise comme le théâtre, qui par le passé a pu être une pratique populaire avant de s’embourgeoiser ? Sorti de quelques très grands clubs comme le PSG ou Arsenal, ça me paraît quand même peu probable.

 

Entretien réalisé le 17 juillet 2017 à Lyon par Natália Rodrigues de Melo; collaboration Jean-Michel Roux (questionnaire, décryptage et mise en forme). Cet entretien s’inscrit dans le cadre d’un accueil de N. Rodrigues de Melo au laboratoire Pacte du CNRS pendant sa thèse de doctorat à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Elle bénéficie d’une bourse de la CAPES, Coordination pour l’Amélioration du Personnel Supérieur (Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoa de Nível Superior).