Archives de catégorie : Tribune libre

Tribune libre rassemblent des billets d’humeur ou d’actualité sur la question des stades.

Les éléphants blancs de Rio

Comme l’évoquait le géographe Christopher Gaffney dans l’entretien qu’il nous donnait pour la revue Urbanisme, les équipements sportifs construits au Brésil pour la Coupe du Monde de Football (2014) et les Jeux olympiques de Rio (2016) risquent bel et bien d’être des éléphants blancs pour le peuple brésilien. La preuve en images.

France Info a mené l’enquête: “Des pelouses de stade rongées par les vers, un bassin olympique à l’abandon ou encore des zones entières fermées au public : six mois après la fin des Jeux olympiques de Rio, au Brésil, certaines infrastructures sont laissées à l’abandon. Après le faste de la compétition (qui s’est déroulée en août dernier), la décomposition. Ces décors, dignes d’une ville fantôme, cristallisent la colère des habitants de la capitale qui se demandent quand ils pourront y accéder et s’indignent du gaspillage.

Vue aérienne du stade Maracanã, qui a accueilli les cérémonies d’ouverture et de fermeture des Jeux olympiques, photographié le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Les portes de l’édifice mythique, dont la rénovation pour la Coupe du monde de foot, en 2014, avait coûté 350 millions d’euros, resteront closes jusqu’à ce qu’un compromis soit trouvé entre le comité Rio 2016 et les concessionnaires du stade, le groupe de divertissements américain AEG et l’entreprise brésilienne de BTP Odebrecht. Ces derniers ont donné au premier la gestion du stade entre le 30 mars et le 30 octobre à condition de le rendre dans l’état dans lequel il avait été livré, une clause non respectée selon les plaignants, explique Le Monde.”

Une vue aérienne des tribunes du stade Maracanã, où des sièges se sont décrochés, le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Toujours selon la journaliste du Monde, Claire Gatinois, dans son article du 31 janvier 2017, “à écouter un proche d’Odebrecht, cette partie du contrat n’a pas été remplie. Et de lister « une innombrable série de non-conformités ». L’ardoise s’élèverait à quelque 2 millions de reais (594 000 euros). « Mensonges », répond le porte-parole de Rio 2016, Mario Andrada, qui évoque des réparations mineures de l’ordre de 420 000 reais. A écouter M. Andrada, Odebrecht userait du stratagème pour ne plus s’occuper d’un stade synonyme de gouffre financier qu’il compte vendre. Le groupe Lagardère fait partie des acheteurs potentiels.

Depuis l’obtention de la gestion de l’arène, en 2013, les concessionnaires ont enregistré, jusqu’à 2015, une perte de quelque 172 millions de reais. La faute, disent-ils, à l’interdiction d’exploiter les abords du stade pour construire un parking et des boutiques. Le stade Maracana ressemble ainsi à une patate chaude que ni l’Etat de Rio, en quasi-faillite, ni les concessionnaires ne veulent assumer. Quitte à être les protagonistes d’un énorme gâchis.”

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Les éléphants blancs de Rio, in Au stade des villes, 22/02/2017, https://stade.hypotheses.org/382, ISSN format électronique 2556-6563.

Bons baisers de Grenoble

Le stade des Alpes est l’un des deux stades de la métropole grenobloise avec le stade Lesdiguières construit pour les Jeux olympiques de 1968 et considéré aujourd’hui comme trop vétuste pour les rencontres professionnelles.

Il a été construit sur l’emplacement du stade Charles-Berty, stade typique du Mouvement moderne (circo-rectangulaire, en béton armé et ceint d’une piste de cyclisme) et détruit en 2003 pour permettre la construction de cette nouvelle enceinte. Le maître d’ouvrage est la métropole Grenoble Alpes Métropole (La « Métro ») et le maître d’oeuvre Chaix et Morel, déjà auteurs du stade de la Licorne d’Amiens. Ce stade de 20 068 places, inauguré en 2008, en bordure du parc Paul-Mistral à Grenoble est considéré comme un exemple d’éléphant blanc selon sa page wikipédia.

Initialement construit pour les rencontres de football du Grenoble Foot 38, il héberge également depuis 2014 les matchs à domicile du FC Grenoble rugby et plus occasionnellement des matches de hockey des Brûleurs de loups pour le Winter Game.

Carte postale du Stade des Alpes, Grenoble P. Blanc, Atelier Chaix et Morel, Paris, s.d.

La carte postale le représente de nuit et lors d’une rencontre sportive mettant en avant son enveloppe de verre et d’acier et le soleil couchant devant les massifs montagneux entourant la ville.

Trump dans le guacamole

Les spectateurs de la finale du championnat de football américain, qui aura lieu cette année le 5 février, raffolent du guacamole. Une aubaine pour les exportateurs mexicains d’avocats, qui s’inquiètent toutefois du protectionnisme de Donald Trump.

Chaque année avant le Super Bowl1, la demande de cette préparation à base d’avocat monte en flèche: il faut absolument en avoir à portée de main lorsqu’on regarde la finale de la National Football League [la ligue du football américain]. Ce jour est celui où les Américains consomment le plus de nourriture après Thanksgiving.

Source: Courrier International, 3/02/2017, d’après le Financial Times

Le secteur craint cependant que la finale, le 5 février, ne soit la dernière pour laquelle les avocats puissent franchir la frontière sans encombre. Donald Trump a en effet promis de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain [Alena, entré en vigueur en 1994] et menacé de taxer les produits en provenance du Mexique, qui fournit plus de 80 % des avocats consommés aux États-Unis.

Lire l’article “Y aura-t-il du guacamole au Super Bowl ?” du Financial Times de Londres traduit et publié dans le Courrier International du 3/02/2017.

 

  1. La finale du championnat de football américain []

Sfax (Tunisie) rassemblement d’ultras dans la rue H. Bourguiba

J’assiste par hasard à cette scène à l’occasion d’un atelier de coopération internationale en urbanisme entre les étudiants de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et ceux du Département de Géographie de Sfax. De jeunes ultras sfaxiens se rassemblent dans l’espace public central (rue Bourguiba) quelques jours avant une finale de Coupe d’Afrique.

Ultra sfaxiens, rue Bourguiba, 2013

Au stade des villes

Le carnet “Au stade des villes” a pour objet l’étude des rapports existant entre stade et ville. Je fais l’hypothèse que les stades et les villes peuvent être assimilés à des « technocosmes », c’est-à-dire des objets d’une grande technicité et complexité, capables de gérer la densité des formes urbaines et sociales, de transformer les masses en public ou en nation. Je fais l’hypothèse que le stade est identique dans ses formes, fonctions, usages, rythmes, etc. à une ville mais à une échelle plus petite. Il serait donc possible de comprendre l’un par rapport à l’autre. Il y a donc possibilité d’utiliser les mêmes outils pour les lire et analyser.