Archives de catégorie : Tribune libre

Tribune libre rassemblent des billets d’humeur ou d’actualité sur la question des stades.

Trump dans le guacamole

Les spectateurs de la finale du championnat de football américain, qui aura lieu cette année le 5 février, raffolent du guacamole. Une aubaine pour les exportateurs mexicains d’avocats, qui s’inquiètent toutefois du protectionnisme de Donald Trump.

Chaque année avant le Super Bowl1, la demande de cette préparation à base d’avocat monte en flèche: il faut absolument en avoir à portée de main lorsqu’on regarde la finale de la National Football League [la ligue du football américain]. Ce jour est celui où les Américains consomment le plus de nourriture après Thanksgiving.

Source: Courrier International, 3/02/2017, d’après le Financial Times

Le secteur craint cependant que la finale, le 5 février, ne soit la dernière pour laquelle les avocats puissent franchir la frontière sans encombre. Donald Trump a en effet promis de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain [Alena, entré en vigueur en 1994] et menacé de taxer les produits en provenance du Mexique, qui fournit plus de 80 % des avocats consommés aux États-Unis.

Lire l’article « Y aura-t-il du guacamole au Super Bowl ? » du Financial Times de Londres traduit et publié dans le Courrier International du 3/02/2017.

 

  1. La finale du championnat de football américain []

Sfax (Tunisie) rassemblement d’ultras dans la rue H. Bourguiba

J’assiste par hasard à cette scène à l’occasion d’un atelier de coopération internationale en urbanisme entre les étudiants de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et ceux du Département de Géographie de Sfax. De jeunes ultras sfaxiens se rassemblent dans l’espace public central (rue Bourguiba) quelques jours avant une finale de Coupe d’Afrique.

Ultra sfaxiens, rue Bourguiba, 2013

Au stade des villes

Le carnet « Au stade des villes » a pour objet l’étude des rapports existant entre stade et ville. Je fais l’hypothèse que les stades et les villes peuvent être assimilés à des « technocosmes », c’est-à-dire des objets d’une grande technicité et complexité, capables de gérer la densité des formes urbaines et sociales, de transformer les masses en public ou en nation. Je fais l’hypothèse que le stade est identique dans ses formes, fonctions, usages, rythmes, etc. à une ville mais à une échelle plus petite. Il serait donc possible de comprendre l’un par rapport à l’autre. Il y a donc possibilité d’utiliser les mêmes outils pour les lire et analyser.