La grande scène du foot: analyse de l’ambiance du stade Maracanã après la rénovation pour la coupe du monde de 2014

Natália Rodrigues de Melo est une jeune brésilienne qui fait une thèse d’Architecture à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue le résumé d’une conférence qu’elle donnera dans le cadre d’un séminaire de recherche de l’équipe Villes et Territoires du laboratoire le mardi 11 juillet de 15h30 à 17h30 à la Cité des Territoires, 14 avenue Marie Reynoard, Grenoble. Torcedor bienvenu.

 

Les éléments architecturaux et symboliques d’un stade (le format de l’arène, la visibilité depuis toutes les parties, la proximité physique, le terrain mise en scène), la manifestation ludique du football et les relations établies entre les supporteurs constituent les images archétypales du rituel footballistique. Ils fabriquent, aussi, la notion de Lieu et favorisent la construction d’une mémoire collective, certainement développée depuis de nombreuses années.

Par conséquent, ce contexte permet la construction d’une partie de l’identité de nombreuses personnes et contribue à l’ambiance des stades. Ces derniers sont les dépositaires d’histoires, de significations et de symboles tellement imbriqués que, une fois imprégnés et guidés par l’ambiance (ici comprise comme un domaine moral, éthique et social qui définit un groupe), ils deviennent les dépositaires de la mémoire, en particulier dans le contexte brésilien qui est marqué par un besoin pressant de développer ce sport dès le plus jeune âge.

Nous partons de l’hypothèse que cette atmosphère est un élément central et essentiel dans l’aptitude des lieux à la métamorphose. Nous essayons donc d’analyser le stade de football comme un lieu de mémoire collective et comme un terrain pour le développement d’une praxis et d’une identité spécifiques afin de comprendre le rôle prédominant de l’ambiance dans la construction de la notion du Lieu ‘footballistique’.

Notre choix est guidé par la vogue du débat autour des stades de football brésiliens qui ont accueilli la Coupe du Monde de Football de 2014 et des travaux qu’ils ont subi afin de répondre à un « standard international » qui a changé radicalement la configuration de ces espaces et, par conséquent, la configuration des lieux.

Nous avons choisi le Stade Maracanã comme terrain d’étude et nous avons utilisé l’analyse des réhabilitations qui y ont eu lieu dès son inauguration jusqu’à nos jours afin de comprendre le rôle de l’ambiance comme un précédent de la valeur physique du bâtiment.

 

Le texte ci-dessous a été écrit par Natália Rodrigues de Melo; édité et mis en forme par Jean-Michel Roux.

Références bibliographiques
ALENCAR, Helenira Fonseca de; FREIRE, José Célio. O lugar da alteridade na psicologia ambiente. Revista Mal-estar e Subjetividade. Vol. II. Nº 002. Fortaleza: Universidade de Fortaleza, 2007, pp. 305-328
AUGÉ, Marc. Não-lugares: introdução a uma antropologia da supermodernidade. Campinas: Papirus, 1994
BERGSON, Henri. Matéria e memória. Trad. Paulo Neves. 2 a ed. São Paulo: Martins Fontes, 1999.
CRUZ, Antônio. A nova economia do futebol: uma análise do processo de modernização de alguns estádios brasileiros. 114f. 2005. Dissertação (Mestrado em Antropologia Social) ─ Universidade Federal do Rio de Janeiro, Museu Nacional, Rio de Janeiro.
FERREIRA, Fernando da Costa. Maracanã: de centralidade popular a arena para a sociedade do espetáculo. Anais do XIII Simpósio Nacional de Geografia Urbana. Rio de Janeiro, 2013.
GIRÃO, Cláudia. Maracanã: destruir ou preservar. In: Vitruvius, ano 12, fev. 2012. Disponível em: http://www.vitruvius.com.br/revistas/read/projetos/12.133/4225. Acesso em setembro de 2013.
HALBWACHS, Maurice. A memória Coletiva. São Paulo: Vértice, 1990.
LIMA, Solange Terezinha de. Percepção Ambiental e Literatura – Espaço e Lugar no Grande Sertão: Veredas In: DEL RIO, Vicente; OLIVEIRA, Lívia (orgs.). Percepção Ambiental: A Experiência Brasileira. São Carlos: Editora da UfScar/ Studio Nobel, 1996, p.153-172.
LYNCH, Kevin. A Imagem da Cidade. São Paulo: Martins Fontes, 1997.
MAFFESOLI, Michel. O tempo das tribos. Rio de Janeiro: Forense Universitária,1997.
MASCARENHAS, Gilmar. Construindo a cidade moderna: a introdução dos esportes na vida urbana do Rio de Janeiro. In: Revista Estudos Históricos Nº 23. Esporte e Lazer, 1999. Rio de Janeiro: FGV, 1999.
MÁXIMO, João. Maracanã: meio século de paixão. São Paulo: DBA, 2000.
MOURA, Gisella de A. O Rio corre para o Maracanã. Rio de Janeiro: FGV, 1998.
NEGREIROS, Plínio José de C. A Nação entra em campo: futebol nos anos 30 e 40. São Paulo: Pontifícia Universidade Católica, 1998. (Tese de doutorado).
PEREIRA, Leonardo A. Footbalmania. Uma história social do futebol no Rio de Janeiro, 1902-1938. Rio de Janeiro: Nova Fronteira, 2000.
PINHEIRO, E. A Cidade no Fragmento: lugar e poiesis no Largo da Carioca. Dissertação de Mestrado. Rio de Janeiro: Proarq/FAU/UFRJ, 2004, 207p.
POLLAK, Michael. Memória e Identidade Social. In: Estudos Históricos. Rio de Janeiro, vol.5, n° 10, 1992.
POL, Enric. La apropriación del espacio. In: L. Iñiguez & E. Pol (Orgs), Cognición, representación e apropriación del espacio. (pp. 45-62) Barcelona, España: Universitat de Barcelona, 1996
TUAN, Yi-Fu. Topofilia: Um Estudo da Percepção, Atitudes e Valores do Meio Ambiente. São Paulo: DIFEL, 1981.

(re)Naming à l’angevine

Alors que bien des stades de l’ère plus que moderne voient leur nom traditionnel être victime du naming, le stade d’Angers se contente de changer de figure tutélaire.

Le naming ou parrainage est une technique de plus en plus développée en Europe qui consiste à renommer, moyennant finance, une enceinte sportive du nom d’une marque ou d’une société pendant une durée plus ou moins longue. Le Vélodrome de Marseille est ainsi devenu l’Orange Vélodrome. Le naming fait le bonheur des happy few, fait rêver beaucoup de dirigeants et effraient nombre de supporteurs ou élus locaux attachés aux traditions.

Loin de ces soucis, la ville d’Angers a décidé cette semaine de renommer son stade Jean-Bouin en stade Raymond-Kopa. La décision a été approuvée par le conseil municipal. Raymond Kopa, qui s’est éteint cette année à l’âge de 85 ans, avait signé son premier contrat professionnel à Angers en 1949 où il n’avait joué que deux ans avant de réussir une brillante carrière au Stade de Reims puis au Real de Madrid.

Jean Bouin, le coureur marseillais, double médaillé olympique en 1908 et 1912, triple vainqueur du Cross des Nations et mort au champ d’honneur en 1914 cède la place au héros de Noeux-les-Mines, footballeur d’origine polonaise devenu international français et vainqueur de la coupe d’Europe.  Du coureur de fond au mineur de fond, à chaque génération ses héros.

Le feuilleton du rachat de Geoffroy, premier acte

Le 7 avril 2017, s’ouvriront les négociations pour le rachat du Stade Geoffroy-Guichard entre l’ASSE, club locataire, et Saint-Etienne Métropole, son propriétaire actuel. En attendant, petit retour historique sur dix mois d’échanges verbaux par presse interposée.

L’ASSE est actuellement locataire d’un stade qu’elle a fait construire en 1931 puis qu’elle a vendu à la mairie avant que celle-ci ne transfert la propriété à son inter-communalité. C’est cette dernière qui a assuré la maîtrise d’ouvrage des travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016 de football (72 millions d’euros). Depuis le stade constitue certes un très bel outil de travail mais le club n’en possède pas la pleine jouissance… au contraire de son voisin lyonnais ou de nombre de grands clubs européens, ce qui semble devoir mettre un frein aux ambitions sportives du club.

Travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016. Juillet 2014.

Lors d’une interview donnée le 8 août 2016 à l’AFP dans les locaux de France Bleue Saint-Etienne Loire, le co-président de l’ASSE, Roland Romeyer, évoque les ambitions européennes du club mais souligne que les grands clubs européens sont dans de grandes villes, or Saint-Etienne ne peut compter que sur 170 000 habitants (population de la seule ville). Le club réaliserait donc de la « sur-performance » eut égard à la taille de sa ville et son budget – le 7e ou 8e budget français – qui peine à dépasser les 70 millions d’euros.

Le co-président évoque la difficulté à faire plus que ce qui a été déjà entrepris en terme d’acquisition de ses outils de travail: « au plan marketing, nous avons repris la gestion de notre boutique, acheté l’hôtel-restaurant le Chaudron vert, nous sommes propriétaires de notre siège-centre d’entraînement et de formation et avons ouvert le premier musée en France consacré à un club (130.000 visiteurs). »

Il entrouvre alors une porte: « pour augmenter le budget, il nous faut devenir propriétaire du stade Geoffroy-Guichard, symbole de l’ASSE, comme l’incite la loi Braillard, ce qui nous permettrait d’en avoir la gestion sept jours sur sept avec l’exploitation des loges 365 jours par an ou d’un restaurant par exemple ». Il rajoute même que les collectivités semblent à l’écoute de l’idée.

Vérification faite par les journaliste de France Bleue, « l’hypothèse a simplement été évoquée verbalement. Pas de réunion, pas de groupe de travail pour évaluer l’intérêt de céder le lieu le plus connu de Saint-Étienne. L’ASSE est donc acheteuse mais Saint-Étienne Métropole n’est pas vendeuse. En tout cas pas encore (…). Saint-Étienne Métropole n’est pas dans l’urgence de vendre : elle reçoit chaque année de la part du club de foot 1,35 million d’euros pour disposer du stade, une somme qui couvre quasiment les coûts d’exploitation annuels du Chaudron avec ses douze employés à temps plein. Mais elle perdrait un patrimoine d’une valeur symbolique très élevée ».

Lors de l’automne 2016 et de l’hiver 2017, les échanges verbaux se multiplient. En février, Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Étienne Métropole, ouvre la porte aux négociations lors d’une interview avec France Bleue en rappelant cependant que, dans une vente, « il y a deux choses très importantes et qui sont et seront immuables. C’est un : l’intérêt du club – et quand je dis ça, c’est pas forcément celui des actionnaires – et deux celui de la collectivité donc Saint-Etienne Métropole. C’est ce qui va présider en tout cas les discussions. L’ASSE c’est un vecteur de communication pour le territoire qui est exceptionnel. Notre intérêt c’est que le club puisse se développer comme il le souhaite et atteindre les ambitions que nous partageons. Il faudra discuter du montage, du prix et de l’ambition pour le club. C’est présenté comme étant la solution. Nous voudrions en être sûrs. »

Le prix de 150 millions d’euro est alors avancé par le maire de Saint-Etienne ; prix qui fait bondir le club et s’étrangler son président. Fin du premier acte.

Reprise des négociations le 7 avril…

 

Pour en savoir plus sur l’histoire du stade Guichard:
– Stéphane Merle, « Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Étienne, un « monument » du sport local ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/3 | 2004, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 22 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/723 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.723
– CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p., cartes et ill.

La sélection des stades pour la Coupe du monde de rugby 2023

Le 9 février 2017, la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate pour accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2023. Dix-neuf  villes étaient mentionnées lors de la présentation du dossier à la presse. Le Comité Directeur de la FFR vient de dévoiler les douze villes hôtes finalement retenues pour la candidature.

Douze villes mais onze stades ont été retenues (du plus grand au plus petit stade) :
Saint-Denis –Stade de France (80 000 places)
Marseille – Orange Vélodrome (67 000 places)
Lyon – Parc OL (59 000 places)
Lille Métropole – Stade Pierre-Mauroy (50 000 places)
Bordeaux – Matmut Atlantique (42 000 places)
Saint-Etienne – Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places)
Lens – Stade Bollaert-Delelis (38 000 places)
Nantes – Stade de la Beaujoire (37 500 places)
Nice – Allianz Riviera (35 000 places)
Montpellier – Stade de la Mosson (32 000 places)
Toulouse – Stadium de Toulouse (33 000 places)

Paris est la douzième ville. Son stade – en plus de Saint-Denis qui accueillera la finale – n’est pas encore connu: Jean-Bouin et le Parc-des-Princes sont les deux options possibles. L’U arena de Nanterre, future stade du Racing 92 a été écartée.

Sept villes se sont désistées entretemps ou n’ont pas été sélectionnées: Valenciennes (Stade du Hainaut), Le Havre (Stade Océane), Rennes (Roazhon Park), Le Mans (MMARENA), Sochaux (Stade Auguste-Bonal), Grenoble (Stade des Alpes) et donc Nanterre.

La FFR a expliqué vouloir déposer le meilleur dossier pour la Coupe du Monde 2023 et  justifie la sélection sur les critères suivants :

  • « La plus grande capacité de spectateurs potentiels (grand public et hospitalités)
  • La plus grande capacité hôtelière
  • Des stades de très haut niveau répondant aux standards des plus grands événements internationaux
  • Des villes hôtes mobilisées et expertes dans l’accueil des événements internationaux »

Notons simplement, qu’en l’état, la sélection fait la part belle aux stades de football. En-dehors du Stade de France, antre des équipes de France de football et de rugby et du Matmut Atlantique de Bordeaux qui accueille quelques affiches de l’UBB (Union Bègles-Bordeaux), les autres stades sont le domicile de clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 (Lens). Quand un club professionnel de rugby jouent dans ces villes, c’est alors dans un autre stade, plus petit: le Stade Ernest-Wallon à Toulouse, le Matmut Stadium de Lyon ou l’Altrad Stadium de  Montpellier.

La fusion n’aura pas lieu

Moins d’une semaine après avoir annoncé la fusion du Racing 92 et du Stade Français lors d’une conférence de presse, de simples communiqués  sur leurs sites internet respectifs mettaient fin à l’ambitieux projet, mort-né le 19 mars 2017.

Alors que la fusion avait été annoncée lors d’un numéro de duettiste, l’arrêt du projet est annoncée séparément par chacun des clubs . Pour le président du club francilien, le constat est amer. Un tel projet ne pouvait pas être que sportif ou économique: « J’ai entendu et compris les fortes réticences qu’a soulevé ce beau projet d’union. En tout état de cause, les conditions sociales, politiques, culturelles, humaines, sportives ne sont pas remplies. Peut-être avons-nous eu raison trop tôt, l’avenir nous le dira… Je n’ai pas mesuré à quel point la nécessité d’expliquer, de faire partager ma vision et d’en présenter les modalités jusque dans les rangs du Racing 92 étaient une priorité absolue. »

Il a manqué l’explication si ce n’est la co-construction du projet avec tous les partenaires. En premier lieu les élus qui s’inquiétaient de l’avenir du stade Jean-Bouin. En second lieu les supporteurs qui rappelaient que l’attachement à un club marque une vie comme ce fan interrogé par Libération : « On a accompagné notre club sur tous les terrains, dans la boue ou dans le froid. Dans les gradins du stade Jean-Bouin, nous sommes assis derrière les poteaux, dans un coin qu’on a la charge d’animer. Toutes ces années, on a laissé beaucoup de nous-mêmes. Mon grand-père et mon père ont joué au Stade français, moi j’ai commencé à l’âge de 5 ans. Ce club, c’est tout un engagement. A Leicester, en Angleterre, il y a un carré pour recueillir les cendres funéraires de certains amoureux du club. Supporteur, c’est à la vie à la mort ! »

 

La fusion du Racing 92 et du Stade Français

Le 13 mars 2017, les présidents du Stade Français (Paris) et du Racing 92 (Hauts-de-Seine) annonçaient par un communiqué de presse la fusion de leurs deux clubs. Ces derniers sont des monuments historiques du rugby français. Ils sont les vainqueurs des deux premières finales du championnat de France (18921 et 1893) et des deux dernières (2015 et 2016). L’enjeu de la fusion est semble-t-il économique et sportif: assurer la conquête de futurs titres dans une économie de plus en plus compétitive2. Qu’en est-il de l’enjeu territorial? Qu’adviendra-t-il des deux enceintes, dont l’une vient d’être rénovée par les collectivités publiques (le Stade Jean-Bouin) et l’autre, financée en partenariat public-privé, est sur le point d’être livrée en septembre 2017 (U Arena)?

 

Un projet éclair
Alors que tous les spécialistes du projet – qu’il soit économique, urbain ou social – expliquent qu’il faut d’abord et avant tout prendre le temps pour que tous les acteurs potentiels soient associés, il convient de souligner que le projet de fusion des deux clubs surprend par sa rapidité, sa méthode et son timing. Le projet s’est construit très rapidement, en un mois et demi, et par un très petit nombre d’affranchis : cinq d’après Le Monde (« outre les deux présidents, le DG du Stade Français, Pierre Arnald, et les deux entraîneurs du Racing 92, Laurent Labit et Laurent Travers »). Le nom du futur club n’étant pas encore trouvé…

La mairie de Paris, à travers un communiqué de sa maire, Anne Hidalgo, regrette d’avoir été alertée, semble-t-il, « quelques minutes avant la presse » ; le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine (département d’ancrage du Racing 92) ayant eu une semaine d’avance. Quant au timing sportif… le championnat n’est pas encore fini et les autres clubs s’inquiètent de l’équité sportive quand certains affronteront (ou pas) deux équipes plus ou moins démobilisées si ce n’est en grève.

Rassemblement au Stade Jean-Bouin des joueurs et supporters du Stade Français le 13 mars à la suite de l’annonce de la fusion. www.liberation.fr

Anne Hidalgo  «déplore le fait que les collectivités, les partenaires et les joueurs n’aient pas été associés à cette réflexion. (…) Il est légitime que ces clubs réfléchissent à leur avenir et à leur rayonnement en France et en Europe, mais leurs dirigeants ne doivent pas oublier que ces clubs ont aussi un ancrage local fort, que leur développement et leur réussite sont intimement liés aux villes qui les accueillent, aux supporters qui les soutiennent, et que le Stade Français a en cela une responsabilité particulière vis-à-vis de Paris». Anne Hidalgo prévient que la fusion «ne doit pas tirer un trait» sur les efforts consentis par la Ville de Paris pour rénover le stade Jean-Bouin, qui abrite également le siège du Stade Français.

L’avenir en pointillé de Jean-Bouin
Dans le même communiqué de la mairie, l’adjoint en charge du sport, Jean-François Martins, précise que la collectivité sera particulièrement attentive «à assurer la soutenabilité et l’amortissement des investissements qui ont été réalisés par la collectivité au stade Jean-Bouin». Il faut dire que le Stade Jean-Bouin a été entièrement rénové par la Ville pour les besoins du Stade Français et dans la perspective qu’il puisse servir un jour à l’accueil des jeux olympiques. Les deux présidents ont annoncé que le futur club joueraient pour partie dans la nouvelle enceinte de Nanterre et pour partie à Jean-Bouin, au-moins en attendant la livraison de la U Arena et ensuite quand cette dernière recevra des spectacles.

Jean-Bouin a été construit en 1925, rénové une première fois en 1970 puis une seconde fois en 2013 dans sa configuration actuelle par la Ville de Paris3).  C’est désormais une enceinte ultra-moderne de 20 000 places, située Porte de St-Cloud, dans le XVIe arrondissement de Paris, à deux pas du Parc-des-Princes. Le projet architectural est l’oeuvre de l’architecte Rudy Ricciotti, Grand prix national d’architecture 2006. Le stade comprend 51 loges, un parking de 500 places et une galerie commerciale. Evalué au départ à 111 millions d’euros, le projet a finalement coûté quelques 150 millions.

Vue aérienne du Parc-des-Princes (gauche) et du Stade Jean-Bouin (droite) http://forums.bigsoccer.com

La U Arena de Nanterre
Le Racing 92 attend dans le même temps la livraison de sa nouvelle enceinte – située à proximité de l’Arche de la Défense – dont le maître d’ouvrage est Racing Arena, filiale de la holding Ovalto Investissement créée par Jacky Lorenzetti, EPADESA4 et la Ville de Nanterre, soit un partenariat public-privé.

L’U Arena (appelée ainsi dans l’attente de son naming) a été conçue par un autre grand architecte français – Christian de Portzamparc -pour être une enceinte modulable et polyvalente capable d’accueillir 32 000 spectateurs en mode stade de rugby et de 10 à 40 000 spectateurs en mode concert. Sa page wikipédia rappelle que, initialement prévue pour avoir un toit rétractable, « elle sera dotée d’un toit permanent, les rencontres de rugby se jouant sur une pelouse synthétique. (…) Y seront adjoints des commerces dans l’enceinte du stade, ainsi que 33 000 m2 de bureaux. En configuration spectacle, l’Arena 925 sera la plus grande salle de spectacle de France, très loin devant le Palais omnisports de Paris-Bercy qui contient 20 300 places et l’Arena du Stade Pierre-Mauroy à Lille qui peut accueillir 25 000 personnes en configuration concert. Elle sera équipée de 22 buvettes, cent loges privatives et une partie importante des place seront des sièges business ».

Evolution en direct du chantier de la U Arena. www.uarena.com

Devenir des stades
Les deux enceintes partagent donc le fait d’avoir fait l’objet d’investissements conséquents de la part des pouvoirs publics, à la demande d’entrepreneurs de spectacles sportifs, qui assuraient alors possible la co-présence de deux grands clubs en Ile-de-France si les collectivités aidaient à la « modernisation de l’outil de travail ». Les deux enceintes sont aussi de tailles trop similaires (20 et 32 000 places) pour que l’une puisse servir à accueillir les matchs ordinaires et l’autre les affiches. Il semble que l’U Arena soit destinée à être le stade principal. Il faut dire que le modèle économique d’une telle enceinte nécessite sans doute un nombre assuré de matchs.

La Ville de Paris est donc maintenant confrontée presque seule au devenir du stade Jean-Bouin et à son équilibre économique. Le Red Star de St-Ouen, un club de football de L2, y jouent actuellement ses matchs à domicile en attendant la mise aux normes du vétuste Stade Bauer. Très loin d’être suffisant à assurer la pérennité de l’équipement qui risque de basculer dans la catégorie des « éléphants blancs ».

 

  1. Maniant la symbolique des lieux, l’annonce de la fusion s’est faite par les deux présidents, Thomas Savare (Stade Français) et Jacky Lorenzetti (Racing 92) dans les salons des Jardins de Bagatelle, «là où s’est déroulée la première finale du Championnat de France, en 1892, remportée par le Racing-Club de France» []
  2. Thomas Savare, président du Stade Français explique ainsi lors du communiqué de presse: « mon envie était de pérenniser ce club mais je n’ai pas trouvé de modèle économique viable, malgré les titres de Champion de France et malgré Jean-Bouin. Un modèle économique, c’est un club qui n’a pas besoin de mécène pour survivre. C’est vers ça que je voulais tendre. » []
  3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_Jean-Bouin_(Paris []
  4. L’Établissement public d’aménagement de la Défense Seine Arche – EPADESA – est un établissement public à caractère industriel et commercial chargé d’aménager le site de la Défense pour le compte de l’État et des collectivités locales concernées. Son périmètre fait l’objet d’une opération d’intérêt national et concerne une partie du territoire des communes de Courbevoie, La Garenne-Colombes, Nanterre et Puteaux dans le département des Hauts-de-Seine []
  5. Son ancien nom de code. []

L’ambiance des stades

Le texte ci-dessous est la reproduction d’un article publié dans le numéro 393 de la revue Urbanisme qui consacrait son dossier aux « Grands stades en quête d’urbanité » à l’occasion de la Coupe du monde de football de 2014 au Brésil.

Si l’ambiance d’un match peut déconcerter voire inquiéter, elle sait aussi motiver et passionner public autant que joueurs. Les médias ne s’y trompent pas, lorsqu’ils commencent les retransmissions par un zoom sur les tribunes en fête et par l’usage du bien nommé « micro d’ambiance ». La réputation des stades se fonde pour partie sur les représentations que nous avons de leurs ambiances : survoltée du Vélodrome, délétère du Parc des Princes, bon enfant du Roudourou1 ou de ce stade de club amateur.

L’ambiance est un enjeu : économique (vendre un événement, rentabiliser un équipement, développer une entreprise de spectacle sportif), social (créer une identité collective), politique (signifier l’avènement d’un territoire ou d’une nation). S’assurer une bonne ambiance devrait aussi être un sujet d’analyse et un enjeu de projet pour les concepteurs de stade, les gestionnaires et les élus locaux2. Mais qu’est-ce qui fait l’ambiance d’un stade et comment l’évaluer ? Est-il possible de prédire, projeter et manager une ambiance ? Le champ de la recherche architecturale et urbaine – entre autres avec le laboratoire Cresson3– a tenté depuis une quinzaine d’années de qualifier cette notion d’ambiances architecturales et urbaines. Une ambiance implique un rapport sensible au monde, synesthésique (par chacune des modalités sensorielles) autant que cénesthésique (impression générale). Elle ne se réfère pas à une échelle spatiale ou temporelle particulière. Elle nécessite dans son analyse une approche pluridisciplinaire portant une attention aux dimensions construites, sociales et sensibles de l’espace habité4.

Laissons ici de côté les dimensions construites et sociales5 pour nous concentrer sur la dimension sensible. Nous faisons l’hypothèse que la conception et le management actuels des stades français prennent mal en compte cette dimension sensible. Ils sont principalement intéressés par le construit et partiellement par les usages, le plus souvent vus sous l’angle de la sécurité ou du marketing. Un grand nombre d’études ou de rapports portent sur l’aspect fonctionnel des stades ou sur la sociologie des publics, rarement sur leur perception sensible par leur public, et croisent plus rarement encore les trois dimension6.

Une expérience sensible
Aller au stade et assister à un match, c’est faire une expérience sensible dans la mesure où nos cinq sens seront convoqués. Cette expérience sera qualitativement différente selon de nombreux paramètres (qualité du spectacle, conditions météorologiques, emplacement dans les tribunes, etc.). L’expérience sensible dépendra aussi de la typologie des publics du match. Une personne peut être, c’est selon, spectateur, supporter ou fan. Le premier vient voir un spectacle quand le second assiste à un match en soutenant l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante. Les fans (ultras, associés, etc.) sont, quant à eux, des supporters engagés et militants qui escomptent peser collectivement sur l’issue d’un « combat ».

La nature, l’intensité, la qualité des stimuli sensoriels seront d’autant plus fortes que l’implication de l’individu dans le match ira croissant, comme le montrent les résultats d’une enquête réalisée sur le stade Geoffroy-Guichard lors de la saison 2005-2006. Sachant qu’une ambiance se vit et se raconte, nous avons mobilisé plusieurs techniques venant de l’analyse sociale des espaces publics, afin de qualifier les ambiances d’un match : observation située, collecte de récits de vie, carte mentale et captation photographique, sonore ou vidéographique7 . Limitons-nous ici aux résultats de la seule expérience visuelle.

Le spectateur regarde sans être vu : son expérience sensible reste de faible intensité et qualité. Il paie pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête et pour se rendre compte de visu si le stade est à la hauteur de sa réputation. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière. Son expérience sera, quoiqu’il arrive, relativement sensible. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant parfois à être vu grâce à son accoutrement. Les fans ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un combat aux côtés des joueurs et ont conscience de leur importance. Être un fan, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. L’expérience visuelle est intense, même si elle peut paraître a priori insatisfaisante. Et bien que placés dans les tribunes ayant la moins bonne vision, les fans sont l’objet de tous les regards. Ils cherchent d’ailleurs à produire un effet visuel à travers leurs tifos (spectacles d’avant-match) et une gestuelle complexe et collective qui visent, en faisant masse, à animer le stade et impressionner le visiteur.

L’ambiance d’un match nous semble ainsi relever pour partie de la combinaison de ces types de publics. Les spectateurs s’additionnent imparfaitement et leur nombre n’est jamais la garantie d’une bonne ambiance. Ils sont avant tout une somme d’individus parvenant à faire corps dans les moments d’excès sensoriel et à produire un effet multiplicateur. Tout dépend cependant du résultat du match, et l’effet peut être aussi bien positif que négatif : c’est la ola ou la bronca. Seuls les fans sont des facteurs d’ambiance, l’effet de leur regroupement étant de l’ordre de la démultiplication.

Des ambiances en projet
Ainsi, par la mise en récit des usagers et par l’analyse minutieuse des dispositifs spatiaux, des organisations sociales et des configurations sensibles des stades et de leurs publics, est-il possible de s’approcher d’une compréhension des ambiances ? Est-il envisageable de prédire une ambiance, de la concevoir, de la garantir, de la gérer ? Il semble imaginable de penser le projet et la gestion des stades afin de rendre possible certaines configurations spatiales, sociales, sensibles favorables à l’émergence d’une « bonne ambiance ». Mais sa prédictibilité paraît quasi impossible. Pour qu’une ambiance « prenne » comme une mayonnaise, il faut a minima rassembler tous les ingrédients mais, quand bien même, la réussite restera aléatoire…

Faisons ensuite le constat que, depuis le rapport Taylor8 en 1990 et sous l’influence des instances nationales et internationales régissant le football (ligues nationales, UEFA, FIFA, États, etc.), la qualité construite des stades a considérablement été améliorée en Europe. La réflexion sur la dimension sociale a aussi entraîné un profond bouleversement dans la façon dont est considéré l’usager.

Nous sommes entrés dans l’âge du « stade plus que moderne », celui du contrôle et de la consommation9. Les foules sont ségréguées, privées de toute valeur sociale et les individus atomisés, réduits à l’état de clients. Les frontières externes comme internes sont désormais complètement imperméables. Les stades, qui étaient des espaces publics socialisants au même titre que les parcs ou les places, deviennent des espaces de consommation, des tradiums10. Certes dus à des architectes de renom, ils sont l’objet d’une grande sophistication technique mais leur « authenticité » est désormais manufacturée. Il en ressort un double phénomène : une amélioration de l’équipement et de son usage pour le consommateur mais un appauvrissement de la qualité sensible pour le spectateur. Concepteurs et gestionnaires cherchent à agrandir les stades afin d’atteindre une taille critique nécessaire à la bonne économie des projets, espérant ainsi que le nombre de spectateurs sera de nature à générer par lui-même de l’événement.

Cependant, comme nous venons de le voir, le nombre de spectateurs ne garantit pas une bonne ambiance. Seuls les fans, qui existent d’abord en tant que corps social plus ou moins constitué, sont des facteurs d’ambiance. Leurs instincts grégaires les conduisent à faire masse et leur sens social à faire corps à travers des associations, sections ou clubs… mais ils sont difficilement prédictibles et gérables.

Lever un paradoxe
Pour envisager une meilleure prise en compte de la dimension sensible, il conviendrait de lever un paradoxe. Alors que nous venons de voir les ambiances – et la bonne commercialisation du spectacle sportif – dépendre de la présence de supporters et de fans, tout est mis en oeuvre au profit des seuls spectateurs. L’homme est pensé comme une menace quand il s’agrège à son voisin. Projeteurs et gestionnaires de stade n’apprécient guère que leurs clients atomisés puissent faire masse et fusionner avec leurs voisins pour produire une réaction chimique aléatoire. Clubs et gestionnaires encouragent le corps intermédiaire et rassurant qu’est la famille, tolèrent parfois l’association de supporters dans la mesure où elle se place sous leur autorité, se méfient ou combattent les ultras.

Si masses il y a, ce sont pourtant celles des mass media. Depuis vingt-cinq ans, la télévision a considérablement modifié l’architecture et la gestion des stades (toit rétractable, pelouse chauffée et/ou synthétique, éclairage artificiel, etc.). Le temps ritualisé du match a cédé la place au spectacle permanent. Le coût de gestion des enceintes sportives a considérablement augmenté en conséquence. Il en a résulté une nécessité d’augmenter également les prix des billets et de générer des recettes de merchandising supplémentaires. L’homme est pensé individuellement comme consommateur d’un spectacle sportif et de ses produits dérivés. On veille à son confort (assise, vision, sécurité) afin de le mettre dans les meilleures dispositions pour passer à l’achat. C’est la sainte trinité des aménités : « buvettes, toilettes, emplettes ».

Victimes symboliques de ce changement de paradigme, les « places debout » sont combattues avec énergie… alors même que des clubs nord-américains les réintroduisent, justement afin de recréer une atmosphère propice à la commercialisation de l’événement11.

Prendre en compte l’homme et sa douleur
Une fois ce paradoxe levé, peut-être conviendrait-il de remettre l’homme au coeur du projet. Accepter qu’il puisse éprouver ses propres émotions. Prenons le cas de la douleur, comme nous le suggère Pierre Sansot dès 198612. La douleur d’être au stade est une réalité que presque aucun projeteur ou gestionnaire ne souhaite prendre en considération. Elle est pourtant intrinsèque au spectacle sportif, comme le montrent nombre de récits de vie de supporters13.

Comparaison est parfois faite des stades et des églises. Sauf que dans l’ambiance d’une église, le construit, les usages, le sensible convergent pour signifier que nous sommes dans un lieu où joie, douleur et espoir sont indissociables. Les scènes de nativité, d’entrée glorieuse dans Jérusalem, de procès, de torture, d’abandon, de supplice, de mort et de résurrection se succèdent ou coexistent. Rien de tout cela dans un stade neuf. Nulle ambiance manufacturée des stades modernes ne prend en compte la douleur du supporter. Il arrive même souvent qu’on souhaite effacer une mémoire douloureuse, comme en rebaptisant un stade théâtre d’un drame14.

Il est certes difficilement concevable de gérer la douleur, mais nous pouvons prendre en considération dans un projet les lieux et les hommes qui les habitent. Il y a ainsi différentes façons, plus ou moins symboliques, d’avancer sur ce point :

• offrir des bouts de pelouse ou de béton du stade à démolir… mais pas les vendre comme ce fut le cas pour le Maracanã de Rio lors de sa récente rénovation ;
• garder la mémoire. Le stade de l’Olympiakos Le Pirée, qui accueille les fans de la Gate 7 dont plusieurs membres ont péri lors d’un accident, conserve une trace de leur présence par des sièges de couleurs différentes correspondant aux absents ;
• permettre la dispersion des cendres d’un fan sur le – ou à côté du – stade, comme le demande ce supporter de Boca Junior : « S’il vous plaît, faites votre possible pour que mes cendres puissent être introduites dans la Bombonera et dispersées sur le terrain »15 ;
• permettre le travail de deuil. Nombre de supporters et de fans s’imposent d’assister au « dernier match », afin de faire le deuil du haut niveau, du trop vieux stade ou du club quand il est mis en liquidation… Les clubs éteignent parfois les lumières en vitesse et poussent dehors les supporters qui restent là, silencieux, hagards ou furieux. Poussons-nous les membres d’une famille hors d’un cimetière une fois la tombe refermée ?

Comment faire alors pour prendre en compte la dimension sensible dans le projet et la gestion des stades ? Peut-être une solution serait-elle de repenser les stades à travers le triple prisme de l’espace public, du temps public et du corps public. Le stade, même privé, est un lieu recevant du public, socialisant, même imparfaitement, et générant des enjeux urbanistiques et sociaux qui méritent de le considérer comme tel.

 

ROUX Jean-Michel, « L’ambiances des stades », Urbanisme, n°393, dossier « Grands stades en quête d’urbanité », 2014, pp. 60-62, ill. Article reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

  1. Stade de Guingamp. []
  2. La Ligue nationale de football en a pris la mesure, qui a mis en place un « championnat de France des tribunes ». www.lfp.fr []
  3. Le Cresson est un laboratoire de l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble et du CNRS, UMR 1563 « Ambiances architecturales & urbaines ». Cf. sur ce thème : Jean-François Augoyard, « L’environnement sensible et les ambiances architecturales », in L’espace géographique, 1995, n° 4, pp. 302-318, ou Pascal Amphoux, Jean-Paul Thibaud et Grégoire Chelkoff (dir.), Ambiance en débats, Bernin, Éditions À la Croisée, 2004. []
  4. Nicolas Tixier, dossier « Ambiance(s). Ville, architecture, paysages », Culture et Recherche, n° 113, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 2007. []
  5. L’ambiance d’un stade dépend de sa dimension construite, i.e. de son insertion dans une ville ou un quartier, et de son architecture mais aussi de la sociologie des publics, de la qualité du spectacle et du type d’événement qui s’y déroule. []
  6. Cf. par exemple Jean-Louis Valentin (rapporteur) et Philippe Seguin (président), « Grands Stades Euro 2016 », Rapport de la commission Grands Stades Euro 2016 présenté au ministre des Sports, Paris, 2008. []
  7. Jean-Michel Roux (dir.), Un stade dans la ville. L’analyse des ambiances et publics d’un stade de football. Le cas de Geoffroy-Guichard à Saint-Étienne, Ville de Saint-Étienne, Archives municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire, 2005-2006 ; ou Grégory Charbonnier, Jean-Michel Roux et Cendrine Sanquer, Le Stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines, n° 5, 2006. []
  8. Peter Taylor, The Hillsborough Stadium Disaster, 15 April 1989. Inquiry by the RT Hon. Lord Justice Taylor, Final Report, Presented to Parliament by the Secretary of State for the Home Department by Command of Her Majesty, Londres, HMSO, 1990. []
  9. Christopher Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the Cultural Landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin (États-Unis), University of Texas Press, 2008. []
  10. Néologisme de John Bale dans Sport, Space, and the City en 2001 de la contraction de trade (commerce) et stadium. []
  11. Tom Dunmore, « Denver Does Terraces: Standing in Major League Soccer », http://pitchinvasion.net. []
  12. Pierre Sansot, « Vers une sociologie des émotions sportives », in Les Formes sensibles de la vie sociale, PUF, 1986, p. 92. []
  13. Par exemple, Tim Parks dans Une saison de Vérone (2002). []
  14. Á Bruxelles, l’appellation « Stade du Roi Baudouin » essaie péniblement d’effacer les stigmates du drame du Heysel, en 1985. []
  15. So Foot. Football total et contre-culture, Solar Éditions, 2010, p. 52. []

Eléphant blanc – White elephant

Un éléphant blanc est une réalisation d’envergure et prestigieuse, souvent d’initiative publique, mais qui s’avère plus coûteuse que bénéfique, et dont l’exploitation ou l’entretien devient un fardeau financier((Déf. Wikipedia.org)). Les stades figurent en bonne place sur les listes.

 

Etymologie
L’expression vient de l’anglais britannique1 (white elephant) et est de traduction récente en français, langue qui  connaît plutôt des éléphants roses… L’éléphant blanc est traditionnellement un animal sacré dans les pays d’Asie du Sud-Est hindouiste ou bouddhiste (Inde, Thaïlande, etc.) car la mère de Bouddha en aurait rêvé d’un.

Dans la société aristocratique de ces pays, l’auguste animal ne peut travailler. Rarissime dans la nature, il fait l’objet de cadeaux de prestige que font certains souverains à leurs vassaux. Le cadeau peut alors rapidement devenir un fardeau pour le bénéficiaire qui se trouve dans l’obligation de le couvrir de soins et d’égards sans pouvoir en tirer un quelconque bénéfice. La bénédiction se transforme alors en malédiction. L’expression se répand dans l’Empire britannique au 18e siècle pour désigner un cadeau qui s’avère ruineux.

Caractéristiques d’un « éléphant blanc »
L’expression s’emploie aujourd’hui dans un sens large comme le souligne Wikipedia : « elle concerne des réalisations de nature pratique mais inefficace économiquement, ou bien des réalisations plus fantaisistes, voire irrationnelles. Dans les deux cas, l’éléphant blanc représente un coût de réalisation mais aussi un coût d’exploitation ou d’entretien. (…) L’éléphant blanc se distingue par divers traits :

  • l’inutilité pratique de la réalisation est évidente dès le début. (…)
  • l’entretien est une charge financière évidente et cette évidence la rend désagréable (ce n’est donc pas « l’entretien d’une danseuse» qui procure du plaisir à celui qui dépense)
  • il n’est plus possible de se débarrasser de la réalisation, pour des motifs de fierté ou de prestige »

Certains grands travaux d’équipement font figure d’éléphants blancs : l’aéroport canadien  de Montréal-Mirabel qui « ne décollera jamais », les aéroports espagnols « fantômes » de Central-Ciudad Real, de Castellón-Costa Azahar et d’Huesca-Pirineos, fruits de la bulle immobilière ou certains projets immobiliers démesurés comme le centre commercial New South China Mall de Dongguan en Chine, conçut à son ouverture en 2005 comme le plus grand centre commercial au monde mais vide à 99%.

Les stades olympiques ou liés aux grandes compétitions de football et de rugby figurent en bonne place sur la liste: stade olympique de Montréal de 1976, stades de football portugais de Leiria et Aveiro  construits pour le championnat d’Europe de football 2004, certains stades de la coupe du monde de football en Afrique-du-Sud ou au Brésil en 2014, etc. En France, le stade du Mans (MMArena) est parfois cité tout comme le stade des Alpes à Grenoble, avec plus ou moins de raison.

  1. L’anglais américain l’utilise aussi mais avec le sens de cadeau bizarre et probablement coûteux et dont on finit par se débarrasser dans une brocante, une white elephant sales. []

Bons baisers de Nîmes

A l’époque romaine et gallo-romaine, une soixantaine de villes françaises des provinces de la Narbonnaise et de la Lyonnaise mais aussi du Nord de la Gaule ont construit d’imposants édifices – cirques, amphithéâtres, amphithéâtres à scène – pour les jeux : Nîmes, Arles, Fréjus, Lyon, Périgueux, Paris, Nice, Metz, Autun, etc. L’amphithéâtre de Nîmes figure parmi les 20 plus grands des 400 amphithéâtres connus du monde romain. Il est l’un des mieux conservés. On le voit dans cette carte postale lors d’une corrida donnée à l’occasion d’une feria1 avec la ville de Nîmes en arrière-plan.

 

Carte postale des Arènes de Nîmes, photo JLZ, Ed. Méridionales.

L’amphithéâtre de Nemausus (Nîmes) mesure 133,4 m sur 101,4 m. D’une hauteur de 21 m, il est doté de deux rangées de gradins surmontés d’un étage d’attique et d’un velum. Sa piste, recouverte de sable – arena en latin – mesure 68 m x 38 m. Il comprenait environ 24 000 places. Construit de manière tardive vers 100 après JC, deux siècle après celui de Pompéi et 20 ans après le Colisée, il a pu bénéficier des améliorations structurelles apportées au fil du temps par les architectes romains.

Ce monument est la conséquence de l’évolution de la gladiature. L’amphithéâtre correspond ainsi à l’apogée de cette pratique, au moment où celle-ci connaît sa plus grande professionnalisation. On ignore quel magistrat fait construire l’édifice mais on a une trace de son architecte.

Il sera transformé par les Wisigoths en forteresse puis en ville fortifiée au Moyen Âge (castrum arenae, le château des arènes) comme celui d’Arles ou Périgueux puis comme lieu de relégation pour miséreux et pestiférés. Les constructions médiévales seront enlevées suite à un décret de Napoléon entre 1809 et 1812. Les travaux de réhabilitation se terminent sous le Second Empire et  le bâtiment est reconverti en arène en 1863.

Les arènes de Nîmes accueillent aujourd’hui des corridas et courses camarguaises ainsi que des manifestations culturelles (concerts, etc.). Les arènes font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques mais ne sont pas inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco, contrairement à celles d’Arles.

  1. Une feria, du mot « foire » en espagnol, est une fête, en Espagne, dans le Midi de la France, au Portugal et en Amérique latine, marquée par des corridas ou autres manifestations taurines []

Spectateurs, supporters, fans… et visiteurs

L’ambiance d’un stade comme Geoffroy-Guichard dépend en partie de son architecture, de la nature du match qui s’y déroule (championnat de France ou coupe du monde) mais aussi de la composition très particulière du public : spectateurs, supporters, fans mais aussi visiteurs contribuent tous, à leur manière, à façonner l’ambiance du “chaudron”. Retour sur un texte publié en 2006.

 

Le spectateur
Il vient pour assister à un spectacle mais n’est pas directement partie prenante du match. En principe plutôt sympathisant de la cause, il n’en demeure pas moins que sa posture se résume comme suit : “c’est la télé mais en mieux”. Son principal souci est de bien voir. Il recherche donc les tribunes latérales ou supérieures ce qui l’éloigne de fait des tribunes où se massent supporters et fans. Certes il vient pour écouter les “chœurs de Geoffroy-Guichard” mais il n’y participe guère. Il ne devient actif qu’à de brefs moments : sur un but marqué ou pour siffler les acteurs d’un mauvais spectacle. Il peut parfois avoir les oreilles qui sifflent lorsqu’il doit subir les “le stade avec nous !” venus des kops

(télé)spectateur d’une loge regardant le match se déroulant dans le stade sur l’écran de télévision, un soir de grand froid.

En fait, le spectateur paie non seulement pour assister à un match mais surtout pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête, pour se rendre compte de visu si Geoffroy-Guichard est vraiment à la hauteur de sa réputation. Il vient non seulement pour le match mais surtout parce que, comme le dit la chanson, l’ASSE a “un bon public et les meilleurs supporters”.

Le supporter
Le supporter vient assister à un match mais il soutient l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante du spectacle. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière qui fait que son attitude varie en fonction de l’issue du combat sur le terrain. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant à être vu en tant qu’individu. Il se trouve dans toutes les tribunes et se remarque à son accoutrement.

Supporters stéphanois et nantais, 2006

Il marque visuellement son soutien aux Verts par le port de signes distinctifs : maillot (floqué à son nom dans le meilleur des cas), perruque, écharpe, casquette, drapeau, le plus souvent achetés à la boutique officielle. Il écoute à la fois les fans chanter et reprend à l’occasion les chants avec eux. Il “chambre” ou siffle aussi quand l’équipe perd, n’hésitant pas à donner son avis, à voix haute, sur les prestations de tel ou tel joueur ou sur les choix de l’entraîneur.

Les fans
Les fans sont, quant à eux, des supporters engagés et militants. Comme l’étymologie du nom l’indique ce sont des “fanatiques”. Ils s’inscrivent parfois dans un collectif pour retrouver des personnes partageant leur passion mais beaucoup viennent au stade, seuls ou en petits groupes, basés sur la famille ou la camaraderie. Pour les fans, le match est un combat qu’il faut gagner aux côtés des joueurs. Ils ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un match et ont conscience de l’importance du rôle qu’ils y tiennent. Les tribunes derrière les cages, avec les deux kops, sont leurs points de ralliement.

Kop sud du Stade Geoffroy-Guichard, 2006

Être un supporter engagé de Saint-Étienne, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. On n’est jamais fan tout seul comme le dit le chant : “unis sous les mêmes couleurs, nous on chante tous en chœur”.  A Saint-Étienne, les fans qui sont organisés collectivement s’appellent ultras, ceux qui vont au-delà du soutien classique, ou Membres associés, ceux qui sont associés à la gestion du club.

Bâche d’une section d’Associés posée en bas de tribune, 2006.

Les Membres associés sont organisés à travers la France au moyen de sections qui regroupent les sympathisants d’une ville ou d’une région (par exemple la section n°1 des Associés est celle de Saint-Étienne, la section 11 celle de Limoges). Avec 212 sections de Membres associés réparties dans l’hexagone et à l’étranger, Saint-Étienne est le club de France qui possède l’organisation de fans la plus large et la plus équilibrée géographiquement. Ils possèdent la particularité d’être “associés” à la gestion du club. Ils ont ainsi des représentants au sein du Conseil d’administration, ont pignon sur rue au stade avec leur Maison des associés construite en 1998 et dans laquelle ils peuvent se retrouver les jours de match. Proche de l’état d’esprit des Membres associés, l’Union des Supporters Stéphanois (USS) rassemble des sections qui ont fait sécession depuis 2005. Elle compte 26 “groupes de supporters stéphanois”.

Les ultras sont des fans d’un genre apparu dans le milieu des années 80 à la suite de l’influence des tifosi italiens organisés sur ce modèle. Fortement structurés, ces fans lancent les chants et animent les tribunes avec rigueur et discipline. Les ultras ne sont pas toujours organisés en association de type loi 1901 et refusent tout lien avec le club. Ils préfèrent l’association de fait qui permet la liberté de parole et d’action par rapport aux dirigeants. Refusant tout financement officiel qui leur ferait perdre leur marge de manœuvre, ils possèdent leurs propres locaux en dehors du stade et organisent leurs déplacements qu’ils financent par l’adhésion de leurs membres, la gestion d’abonnements et la vente de produits dérivés (écharpes, bonnets, tee-shirts, sweat-shirts, etc.).

Contrairement aux Membres associés et à l’USS, les ultras ne sont pas structurés géographiquement. Ils possèdent bien quelques sections locales historiques1 mais ils préfèrent se rassembler en fonction d’une caractéristique liée à l’histoire du groupe (les plus âgés des Magic Fans se regroupent sous le nom de “vieille garde”, les plus jeunes sous l’appellation “jeune garde”).

Bâches ultras, Kop nord, 2006

Il y a trois groupes ultras à Saint-Étienne: les Magic Fans, les Green Angels et les Indépendantistes. Constitués en 1991, les premiers comptent plusieurs milliers de membres, ce qui en fait l’un des tous premiers groupes ultras de France par la date de fondation et l’influence. Ils occupent la tribune nord (kop nord). Créés en 1992, les Green Angels ont d’abord cohabité avec les premiers avant de rejoindre la tribune sud pour l’animer. Enfin, les Indépendantistes nés en 1998 n’occupent pas d’espace précis dans le stade et travaillent à l’organisation de déplacements.

Les visiteurs
La dernière catégorie du public de Geoffroy-Guichard est constituée par ceux qui viennent soutenir l’autre équipe. Pour le visiteur, qu’il soit spectateur, supporter ou fan, le stade Geoffroy-Guichard vaut le détour. Selon le mode d’obtention des places (par des connaissances locales, les clubs ou le marché noir), le visiteur peut se retrouver dans toutes les tribunes avec néanmoins une prédilection pour le “bloc 30”, la tribune réservée aux fans de l’autre équipe.

Ultras et fumigènes du PSG dans le bloc 30, 2006.

Ils viennent, bien entendu, pour voir le match mais aussi et surtout pour voir le fameux public stéphanois. Le moment du déploiement du tifo est ainsi particulièrement attendu. Si possible, les visiteurs vont eux aussi essayer de s’attirer les regards en organisant un petit tifo, en agitant des drapeaux, en déployant une banderole, en lançant des chants, etc. Jusqu’à l’évolution sécuritaire des années 1990, il était possible de rivaliser vocalement avec les Stéphanois. La limitation du nombre de places allouées et la concentration dans le “bloc 30” a limité les possibilités de dialogue. Quant aux contacts physiques, ils sont désormais limités par la force des choses et par les forces de l’ordre.

En fonction des matchs, il sera possible de trouver le contact avec les Stéphanois : amicalement pour les Bordelais avec qui les échanges sont paisibles ou franchement hostiles avec les Lyonnais ou les Marseillais. Stadiers et CRS chercheront alors à s’inviter dans la danse…

 

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67p.

  1. par exemple Ardèche ou Clermont pour les Greens Angels []

Logos, emblèmes et gestuelle

Les sections de supporters et les groupes d’ultras sont chargés d’animer le stade. Chacun possède ses propres emblèmes et logos qui les distinguent des autres. Cependant ensemble, ces différentes factions concourent à l’animation visuelle des tribunes par l’organisation de spectacles (les tifos) et d’une gestuelle complexe. Retour sur un texte publié en 2006 à propos du Stade Geoffroy-Guichard.

 

Logos et emblèmes
Chaque groupe ou section possède son logo ou sa figure emblématique. Les Membres associés et l’USS se choisissent généralement des emblèmes qui puisent dans l’imaginaire collectif des supporters de l’ASSE comme le chaudron ou la panthère noire. Plus radicaux, les Green Angels se sont choisis le chef indien Comanchero, symbole de courage, d’indépendance et de résistance ou un angelot armé d’une mitraillette.

Comanchero des Green Angels, 2006

Les Magic Fans, plus effrayants dans leurs références, ont pris pour emblème les personnages cinématographiques de Freddy et d’Alex, l’inquiétant personnage central du film Orange mécanique de Stanley Kubrick.

Freddy des Magics Fans, 2006

Les sections ou groupes marquent leur présence à un match par la pose d’une bâche, pièce rectangulaire de tissu plastifié, sur laquelle sont inscrits leur nom et logo. Elle se pose sur les grilles devant ou sur le côté de la tribune de manière à être vue. Dans le monde des ultras, “bâcher”, c’est à dire marquer sa présence, à chaque match à domicile et le plus possible à l’extérieur, est un minimum. La bâche cristallise les rivalités entre groupes ultras et elle est l’objet d’expéditions plus ou moins rocambolesques de chapardage comme autrefois les fanions des régiments… À domicile, la bâche des “IDS”1 vient rappeler que le kop nord est un sanctuaire ultra

Tifo
Lors de chaque match à Geoffroy-Guichard, une animation visuelle, le tifo((de l’italien “soutien”)),  est organisée dans chaque tribune, à l’entrée des joueurs sur la pelouse en première mi-temps (parfois en seconde période). Un tifo peut être composé de différentes façons : feuilles de différentes couleurs en plastique ou en papier, drapeaux, ballons de baudruche, banderole, rouleaux de papier toilette, confettis, voiles de tissu ou de plastique recouvrant une partie de tribune, fumigènes… Un tifo est un spectacle d’envergure créé et installé dans le stade pendant plusieurs jours.

Tifo « feuille », Kop nord, 2006

Un “tifo feuille” nécessite ainsi de scotcher des milliers de feuilles de papier sur les sièges d’une tribune. Brandies individuellement par chaque spectateur, elles feront apparaître pour ceux des autres tribunes un logo, un motif, un message. Le tifo sert avant tout à encourager l’équipe en créant un effet visuel impressionnant et spectaculaire. Il est ainsi objet de concurrence entre ultras de France, la réputation d’un groupe étant fonction de sa capacité à concocter de beaux spectacles. Il sert également à chambrer l’adversaire, en particulier lors des matchs importants.

Tito lors du derby ASSE-OL

En 2005, pour la réception de l’équipe de Lyon, les Greens Angels déploient ainsi une immense voile couvrant toute la tribune Sud. Elle représente une panthère saisissant au cou un lion blessé. Référence napoléonienne, les Magic Fans proposent pour un autre derby, un tifo représentant une pyramide avec une banderole accrochée aux grillages : “Du haut de cette tribune, dix titres vous contemplent”. Le tifo sert aussi à mettre en avant le groupe ultra en représentant ses emblèmes, ses initiales, sa date de création ou parfois rendre hommage à un membre du groupe décédé. Des messages sont aussi adressés à l’intention des joueurs, des dirigeants, à la Ligue Nationale de Football, aux chaînes de télévision ou plus généralement aux (télé)spectateurs: messages de protestation contre les matchs du lundi, la direction, les joueurs : “On accumule les kilomètres, vous accumulez les défaites. Le maillot, mouillez-le ou quittez-le !”.

« Carton rouge » adressé à la Ligue et au diffuseur du match…

Gestuelle
La “gestuelle” est l’art de créer un effet visuel de masse qui sera commun à un noyau de fans, une tribune voire à l’ensemble du stade dans les moments d’euphorie. A l’origine, il s’agit tout simplement d’agiter son drapeau ou bien de brandir une banderole au-dessus des têtes. Avec le mouvement ultra et l’impact des coupes du monde successives, la gestuelle va se développer et s’organiser en s’inspirant des exemples étrangers. Elle mobilise le corps de différentes façons : lever les bras pour indiquer le sens de l’attaque, brandir son écharpe au-dessus de sa tête pour colorer de vert et blanc la tribune, se lever et se rasseoir, se prendre par les épaules, sauter sur son siège, sauter sur son voisin (le pogo), etc.

Gestuelle ultra et fumigène, Kop sud, 2006

La coupe du monde argentine de 1978 popularise l’animation des tribunes par le lancer au-dessus des grillages de dizaines de rouleaux de papiers et l’envoi en l’air de confettis découpés dans des journaux. Datant de la coupe du monde de 1986 au Mexique, la ola consiste à lever subitement et brièvement ses bras en l’air comme ses voisins afin de créer l’effet visuel d’une vague parcourant les tribunes du stade. Quant à la figure dite de la “grecque”, elle consiste à se lever, se tenir par les bras avec ses voisins et sautiller sur place (parfois dos au terrain) pour créer un effet de houle.

Désormais interdits par la Ligue Nationale de Football pour des raisons de sécurité, les fumigènes participent aussi de l’animation des tribunes en dégageant des volutes de fumée qui rappellent que Geoffroy-Guichard est bien un chaudron. Ils continuent d’être introduits plus ou moins sous le manteau et les ultras stéphanois militent pour une utilisation raisonnée et contrôlée de ceux-ci. En attendant, les télévisions, friandes de ces images favorables à l’audimat, ouvrent régulièrement sur ces scènes colorées qui témoignent de l’intérêt du spectacle…

 

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67p.

  1. c’est-à-dire les interdits de stade []

Les chants de Geoffroy

Les chants qui résonnent dans le stade sont le plus souvent courts et répétitifs. Leur durée ne dépasse guère une ou deux minutes. Ce sont parfois de simples slogans chantés ou des chansonnettes de quelques couplets avec refrain. Le vaste répertoire puise dans les grands airs connus qui appartiennent à un patrimoine musical commun au plus grand nombre : hymnes nationaux, standards de la chanson française, anglaise ou italienne (variété, rock, pop, country, etc.), musiques de dessins animés, bandes originales de films voire chants folkloriques ou grands airs de la musique classique. Retour sur un texte publié en 2006 à propos du Stade Geoffroy-Guichard.

 

Depuis l’introduction du mouvement ultra dans les tribunes au milieu des années 80, l’animation sonore de celles-ci est parfaitement organisée voire encadrée… Avant, les chants partaient ici ou là, de manière spontanée, un peu comme en Angleterre ou pour les matchs de l’équipe de France. Aujourd’hui, chaque groupe ultra possède un capo1, à la fois “chauffeur de salle” et chef d’orchestre, qui est chargé de lancer les chants à l’aide d’un mégaphone et d’une sono plus ou moins performante. Debout sur le haut du grillage et face à la tribune, il ne regarde pas le match pour se consacrer à mettre l’ambiance.

Debout sur les grilles de Geoffroy, mégaphone en main pour lancer les chants

La préférence va à des airs simples et entraînants, pour qu’un maximum de personnes puisse reprendre les paroles, donner de la voix, encourager les Verts et impressionner joueurs et supporters adverses. Dans les chants, plusieurs thèmes se dégagent qui façonnent l’identité sonore des tribunes stéphanoises. L’identité s’exprime d’abord par l’attachement à la ville, à sa région et au passé ouvrier. Sélective, la mémoire se concentre sur la mine avec le “on est amoureux de Sainté, de toutes ses mines, de ses crassiers” (sur l’air de “Amoureux de Paname” de Renaud) ou le :
“Ce soir il va falloir chanter,
Encourager les Verts, allez, allez,
Pour que la lampe de mineur,
Retrouve sa lueur”.

Tifo rappelant le passier minier de la ville, Kop sud.

Le passé glorieux du club n’apparaît lui qu’en filigrane dans les chants. Il ne s’agit pas pour les supporters d’une nostalgie mais plutôt d’un héritage dont les joueurs doivent être dignes :
“Alors honorez ce maillot vert et blanc,
Et soyez dignes de cette équipe d’antan”.

Conséquence de 25 ans de disette, les chants qui “pérorent” se font rares en dehors du vieux tube commercial de Monty :
« Qui c’est les plus forts ?
Évidemment c’est les Verts !
On a un bon public et les meilleurs supporters,
On va gagner, ça c’est juré,
Allez, allez les Verts ! »

Tambour des ultras, Kop Nord

La fierté du fan s’exprime véritablement par sa fidélité à l’équipe qui est saluée partout en France : être toujours présent, dans les moments de victoire comme de défaite, à domicile comme à l’extérieur.
“Et s’il ne reste plus que toi,
Et que tu aies encore la foi,
N’oublie jamais de chanter,
Pour tes couleurs, pour ta fierté,
Saint-Étienne allez (ter),
Saint-Étienne allez (ter).”
sur l’air du “Yellow submarine” des Beatles

Enfin, l’identité se constitue par opposition au voisin lyonnais et à Marseille, le grand rival sportif. L’animosité s’exprime la plupart du temps sous forme d’insultes, parfois un peu plus finement à travers quelques refrains. Renversement saisissant des identités, Lyon devient alors sujet de raillerie pour son activité industrielle avec le “Lyon, c’est con, ça pue et ça pollue !”, allusion au couloir de la chimie de Feyzin par lequel les Stéphanois arrivent au stade de Gerland.

Le patrimoine marseillais, fierté locale, est lui raillé. Notre Dame de la Garde, “protectrice” des supporters de l’OM ou l’artère principale de la cité phocéenne sont ainsi menacées : “La Bonne mère, la Canebière, Marseille en flamme, Marseille en flamme !”

Enceinte, Kop Nord, 2009.

Chaque kop développe son propre répertoire et veille à son autonomie dans le lancement des chants ce qui provoque une certaine polyphonie… Elle n’est interrompue que lorsque un des kops apostrophe l’autre au cri de “Nous, nous sommes les Stéphanois !” L’autre répond alors en reprenant la phrase puis les deux tribunes chantent alors l’une après l’autre : “pour voir notre équipe gagner, tous ensemble on va chanter”.

« Dans toutes les villes
Et les petits villages
Devant nous défilent
Différents virages
Des tribunes en bois
Jusqu’au mythique Geoffroy
Pour le maillot vert
On sera toujours là!
la la la la la la la la… »
sur l’air du dessin animé “Remi sans famille”

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67p.

  1. De l’italien “chef”. []