Neuf stades retenus pour la candidature au Mondial 2023 de rugby

Neuf stades et villes ont été retenus dans le dossier de candidature  pour accueillir des matches de la Coupe du monde 2023 que doit remettre la France jeudi 1er juin 2017 à World Rugby. Plusieurs villes sélectionnées lors de la première sélection disparaissent de la liste: Paris, Lens et Montpellier.

Les neuf villes sont Lille (stade Pierre-Mauroy), Nantes (La Beaujoire), Bordeaux (Matmut Atlantique), Toulouse (Stadium), Marseille (Vélodrome), Nice (Allianz-Riviera), Lyon (Parc OL), Saint-Etienne (Geoffroy-Guichard) et Saint-Denis (Stade de France).

Le comité de candidature  avait déposé la candidature de Paris en laissant ouvert le choix entre Jean-Bouin et le Parc-des-Princes. D’après l’AFP, ce dernier souhaitait retenir le Parc-des-Princes « mais n’a pu obtenir l’accord de la mairie de Paris, liée par une convention d’occupation à QSI, le propriétaire qatarien du club de football du Paris Saint-Germain opposé à la tenue de matches de la Coupe du monde 2023 dans le stade. La ville de Paris, même si elle n’accueillera pas de matches, a néanmoins été retenue comme ville hôte de la compétition ». Jean-Bouin paie quant à lui sa trop faible capacité (20 000 places).

La fédération française de rugby (FFR) remettra jeudi à Dublin à World Rugby, la Fédération internationale, son dossier de candidature pour l’organisation.  La France est en concurrence avec l’Irlande et l’Afrique du Sud. Elle met en avant dans son dossier la qualité et la capacité importante de ses stades (2,6 millions de spectateurs, dont 336.000 places d’hospitalités), dont huit ont accueilli l’Euro 2016 de football. Cette capacité permettrait de rapporter 500 millions d’euros à World Rugby via la redevance, les hospitalités, le merchandising ou encore les droits télévisuels.

La Coupe du monde 2015 en Angleterre avait rapporté 300 millions d’euros à World Rugby.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Neuf stades retenus pour la candidature au Mondial 2023 de rugby, in Au stade des villes, 31/05/2017, https://stade.hypotheses.org/703.

Cricket ground au Parc Mistral

Quand un stade se conçoit avec un parvis au lieu d’un glacis autour de lui, il permet parfois des usages inattendus de l’espace public. Exemple avec le parvis du Stade des Alpes.

Depuis trois mois, les samedis-dimanche et lundi, le parc Mistral de Grenoble, à deux pas du Stade des Alpes, se transforme en cricket ground dès qu’il fait beau. Un groupe d’étudiants et d’employés indiens, pakistanais, sri-lankais et afghans s’y retrouve pour jouer au cricket avec des balles de tennis.

Partie de cricket sur le parvis du Stade des Alpes (Grenoble). 15 mai 2017
Campement de migrants, Stade des Alpes, 18 mars 2017

De l’autre côté du stade, sur la continuité du parc Mistral en direction de la bretelle d’autoroute, le stade côtoie un campement de migrants vivant dans des abris de fortune. Deux faces de la mondialisation à Grenoble…