Au stade de la décroissance. La Mosson

Certaines villes doivent gérer une démographie et une économie déclinantes: Detroit et Flint aux USA, les villes d’Allemagne de l’Est, Saint-Etienne plus près de chez nous. Ce déclin pose d’énormes problèmes urbanistiques, depuis le sur-dimensionnement des réseaux à la gestion du parc immobilier. Elles entrent alors dans une phase de décroissance urbaine. Certaines en profitent pour se ré-inventer, d’autres n’ont guère de choix que de détruire ou de rendre à la nature des quartiers entiers. Les stades connaissent aussi parfois des phases de décroissance. Comment les gestionnaires et utilisateurs de ces équipement font-il face à la désaffection populaire? Exemple récent avec le stade de la Mosson à Montpellier.

Le stade de Gerland à Lyon, propriété de la Ville, a récemment vu sa capacité réduite à la suite du départ de son club de football résident, l’Olympique Lyonnais. Le nouveau club résident, l’équipe de rugby du LOU, n’avait pas les moyens d’occuper un stade de 41 000 places. D’importants travaux de reconfiguration sont actuellement en cours pour ramener sa capacité à 25 000 places « au quotidien » (extensible 35 000 places si besoin). Les coûts des travaux, confiés au cabinet AIA Architecte et réalisés par Eiffage, s’élèverait à quelques 38 millions d’euros selon Lyon Capitale, pris en charge par les actionnaires du club.

Stade de Gerland, configuration avant réduction de sa capacité, 2004.

Cette solution ambitieuse de réduction-reconfiguration n’est pas à la portée de toutes les bourses de club ou de collectivités publiques, surtout si l’avenir de l’édifice en tant que tel, n’est pas assuré sur le long terme. La capacité utile du stade de la Mosson, enceinte de Montpellier, appartenant à la Communauté d’Agglomération, va être réduite de 5 000 places cette saison. Commence l’annonce L’Equipe du jeudi 17 août 2017, « Montpellier a annoncé qu’il réduisait la capacité du stade de la Mosson, sacrifiant environ 5 000 places. Le stade disposera désormais d’une capacité de 22 000 au lieu de 27 000. (…) Pour l’ensemble des matchs à domicile de la saison, la tribune Aigoual sera intégralement fermée et la tribune Cévennes partiellement ouverte. (…) Depuis plusieurs saisons, la fréquentation du stade de Montpellier, sacré champion de France en 2012, a chuté passant d’une moyenne de 17 492 à 12 356 spectateurs ».

Plan du stade de la Mosson. Source: http://plan-stade.fr

En fait, il ne s’agira guère que de condamner l’accès au deuxième tiers de la tribune d’honneur: le niveau « Cévennes » avec ses 5 452 places. Le dernier tiers, le niveau « Aigoual » et ses 4 508 places étant déjà fermé. La partie basse de la tribune, exposée aux caméras, reste ouverte. Le stade sera passé progressivement de 1997 à 2017 d’une capacité officielle de 35 500 places assises à une capacité utile de 22 000 places. Les coûts d’exploitation et la sécurité sont une première explication. Il est probable que cela soit aussi la conséquence des nouvelles exigences de la Ligue Nationale de Football qui souhaite pénaliser les clubs présentant aux caméras de télévision des tribunes vides ou clairsemées1. Mieux vaut alors concentrer le public sur la partie basse d’une tribune en cadrant judicieusement…

Cette décision laisse aussi penser que le club et la ville vont cesser d’investir excessivement dans l’entretien d’un stade dont l’avenir s’écrit en pointillés depuis les annonces faites par le maire Philippe Saurel de construire un nouveau stade à proximité du quartier commercial d’Odysseum2.

Nul doute aussi que les inondations successives du stade doivent peser dans la décision. En effet, le stade a été noyé à plusieurs reprises lors de ce qu’on appelle les « épisodes cévenols »3: le 12 décembre 2002, fin septembre 2014 puis début octobre 2014. A chaque fois les dégâts ont été considérables. En 2014 le club a dû se replier temporairement sur le stade voisin du rugby (stade Altrad).

Photo AFP. source: https://www.lematin.ch/sports/football/le-stade-de-la-mosson-a-montpellier-a-ete-inonde/story/18650528. Le 7 octobre 2014.

La disparition programmée du stade de la Mosson pose questions. Pourquoi a-t-on décidé en premier lieu de construire un tel équipement dans une zone inondable soumise aux « épisodes cévenols », à proximité de la rivière de la Mosson? Pourquoi a-t-on ensuite décidé de le rénover pour la Coupe du Monde 1998 en portant sa capacité à 35 000 places assises pour un coût total de travaux de 130 millions de francs? Pourquoi fait-on maintenant le choix de ne pas conserver le stade en faisant des travaux de protection? Que deviendra enfin le stade de la Mosson, une fois le nouveau stade « Loulou Nicollin » construit dans le quartier de l’Odysseum? Comme Ulysse durant son Odyssée, combien la « Mosson » va-t-il subir de vicissitudes avant de savoir de quoi son avenir sera fait?

 

N.b. Un colloque sur le thème «(Dé)constuire la ville : saisir la décroissance urbaine comme opportunité», se tiendra les 5 et 6 octobre 2017 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne.

  1. D’après le site web de L’Equipe du 29 juin 2017, en marge de la convention 2017 du football professionnel à Cannes, le directeur général exécutif de la LFP Didier Quillot a envisagé de sanctionner financièrement, via les droits télé alloués dans le cadre de la licence club, les équipes qui ne rempliraient pas leurs tribunes situées en face des caméras de télévision, comme l’a fait la Liga en Espagne []
  2. Annonce faite en marge des funérailles du président emblématique du club « Loulou » Nicollin, décédé le 29 juin 2017 []
  3. Un orage, pluie ou épisode cévénol est un phénomène météorologique qui intervient principalement dans les Cévennes et ses environs, dont Montpellier. Il se forme lorsque le vent chaud et humide en provenance du Golfe du Lion se dirige vers le nord. Au moment où il butte contre le massif montagneux des Cévennes, il rencontre l’air froid présent en altitude. Se forment alors classiquement des nuages chargés de pluie. Mais dans ce cas, les nuages sont bloqués par la montagne et se reforment perpétuellement. Ils provoquent dans un premier temps des pluies sur les massifs qui finissent par s’étaler en général jusqu’en plaine, provoquant d’importantes inondations []

Perivolia municipal stadium, a ground with a citrus smell

Looking for a stadium in Creta (Greece) for groundhopping purpose, can be a very exciting leisure if you are not using a GPS (sat nav). I have tried it with the home stadium of Platanias FC in Chania – or Xania – in the North-western part of the island. But the try is definitely worth if you are not a fan of starchitecture, tradium or international stadia manufactured ambiance.

 

Not being an expert of Greek Superleague, it will be difficult to realize that Chania has, in fact, a team playing in top division since it is named Platanias FC1. The Chania’s club is named from the place it comes from: an awfully touristic small town on the Cretan Sea. Platanias is a deme, a local community different from the one of Chania, located 10 km (6,2 miles) eastward. But Platanias FC is not playing there anymore, rather in Perivolia which is a village in Mournies…  a regional unit of Chania’s municipality.

Do not make any mistake with another Mournies in Creta ; a village nearby Ierapetra, same island, but on the south-eastern part, facing the Libyan Sea. If you are there looking for the stadium right in time for kick-off, you will be disappointed… Perivolia is also a location nearby Réthymnon, the third largest city in Creta, one hour ago by car from our Perivolia. Different mistake… same punishment: no game in time!

Once you know, for sure, that Platanias FC’s ground, Perivolia Municipal Stadium, is to be found nearby Chania, somewhere over the national road, toward the South, you are almost there. Do not be ashamed to get lost again, you are not the only one. The roads leading to the place are tricky and you do not expect a stadium in such a rural area. Many other people got lost before you, many Greeks fans amongst them. A small stadium nearby is covered by spray paints of Attica fans that probably made a mistake and spoiled some precious spray cans.

Arriving to Perivolia municipal stadium from the countryside roads.

Once you are there, you start to wonder why a town planning authority has decided that such a small lot of land, surrounded by fields, would be an ideal location for a national sport ground. It is just a tiny building plot in the countryside, surrounded by a small road leading to the industruous suburbs of Chania, a weird « fairy land », a 5×5 soccer, some citrus fields with its characteristic red-orange soil, and some olive trees.

A strange neighbourhood…

But was it planned? Never mind. In 1959, some persons decided that the land was available and they built a national stadium. The stadium  was later  « given » to the municipal authority of Chania and renovated in 2012 (consequence of the economical crisis or promotion of Platanias FC to top division?).

The stadium is located 4 km South of Chania, nearby the national road, completely outside the city. You access it either by a suburban road (Eleftherias) or by small countryside roads. The only sign of an urban life is the bus stop and its two typically Greek small chapels.

Bus stop and last stop for praying for Platanias FC.

Do not except to be guided by the floodlights or a name over the roof advertising a beer or insurance company: there is no name on the stadium. Not even « Perivolia municipal stadium » on the main stand. There is no car park below or nearby the stadium, and even more, no open space around it. How could people park there?  You cannot walk all around the stadium because of citrus and olive fields. Only two faces are directly accessible from the public realm. The temporary stand built on the East are well above the old fencing wall and you can enjoy the smell and vision of the citrus on the half time. You can almost pick a fruit.

The East stand with its citrus foreground.

The stadium is painted in blue and white, not red and white, colors of Platanias FC. Are those colors a remaining of the national ownership? Is dedicated to Uruguay or Argentina? Maybe Manchester City or Maracanã?

Southside wall with its blue gate dating from the time it was a national stadium?

The outside walls seems to be regularly bleached by the municipality to cover the away fans signatures. The stadium is surrounded a by a small wall (2 m. or 6,56 ft high) directly on the road. It is surelevated by a fence made or iron grid used for the building industry, a typical way of fencing field and house in Creta.

White bleached wall and its hand-made fencing.

The stadium is nevertheless beautiful under the Summer sky, when empty. The ambiance is absolutely peaceful. The stunning landscape of laurels, olive and citrus trees  with the mountains in the distance (Lefki Ora, the white mountains) and the smell of eucalyptus trees contribute to the success of the location. At the end, we can have only one regret: Platanias was playing away in AEK Athens this very week…

  1. The club is currently competing in the Superleague for the first time in its history, after winning the promotion play-offs of 2011–12. It is even the only cretan club playing at that level, OFI and Ergotelis, the far better known clubs of Heraklion, being in the second division []

Le fardeau de Furiani

Les clubs de football français sont des entreprises de spectacle sportif fragiles. Contrairement aux clubs des ligues fermées nord-américaines, la rétrogradation sportive peuvent les frapper. Quand le club est économiquement fragile, c’est alors une rétrogradation administrative qui s’en suit, faisant passer le club en quelques semaines du statut professionnel au statut amateur. Le stade, outil de travail principal du club, devient alors trop coûteux… et les collectivités locales héritent d’un fardeau lourd à porter. Le Mans et Grenoble en ont fait la cruelle expérience par le passé. Bastia (Corse) est en train de la vivre.

Le stade de Furiani. Photo: Dany Tolenga, 2012. http://www.info-stades.fr/stade/23/bastia-stade-armand-cesari-furiani

Rétrogradation sportive et rétrogradations administratives
Le Sporting Club de Bastia (SCB) est un pensionnaire historique de la Ligue 1 de football avec 34 participations cumulées. Vainqueur d’une coupe de France et finaliste de la coupe de l’UEFA, il fait partie du patrimoine du sport français. Son stade, Armand-Cesari, est plus connu sous le nom de stade de Furiani, du nom de la localité proche de Bastia qui l’accueille. Il est réputée pour son ambiance survoltée en dépit de sa petite capacité (16 000 places) et de sa vétusté. Il est aussi connu pour l’effondrement d’une tribune provisoire lors de la demi-finale de la coupe de France de football qui fit 18 morts et 2 357 blessés en 1992. Le stade de Furiani appartient à la Communauté d’Agglomération de Bastia (CAB) qui le loue au club via une convention avec sa Société anonyme sportive professionnelle (SASP) .

Le club a été relégué sportivement en deuxième division nationale (L2) en mai 2017. Couvert de dettes, il a été ensuite rétrogradé administrativement en National 1 – la troisième division nationale – par la DNCG (Direction Nationale de Contrôle de Gestion, cf note infra), le « gendarme financier » du football français. La sanction a été confirmée en appel, puis par un avis du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Mais la DNCG et le Comité exécutif de la Fédération française de football n’ayant pas validé à ce jour le budget bastiais pour le National 1, le SCB pourrait finalement évoluer en National 3, soit le cinquième niveau national, dans lequel jouait l’équipe réserve1. Le club perdrait alors son statut professionnel et devrait repartir sous l’entité de son association (et non plus la SASP, en liquidation), détentrice du numéro d’affiliation.

Quid du stade Furiani?
Que deviendrait alors le stade de Furiani ? Le club redevenu amateur n’aura pas les moyens d’y évoluer, pas plus d’ailleurs que l’autre club amateur de la ville, le CA Bastia, qui évolue depuis juillet 2017 au stade municipal Paul Antoniotti de Borgo, une commune de la périphérie bastiaise.

Le club corse doit, selon l’AFP citée par L’Equipe, une somme de 500 000 euros à la communauté d’agglomération de Bastia (CAB). « Le stade Armand-Cesari génère des coûts fixes estimés à 1,5 million d’euros par an, selon la CAB : 5 à 600 000 euros sont destinés à l’entretien de la pelouse, l’éclairage et les assurances, 400 000 euros servent à l’entretien des bâtiments, bureaux, tribunes et toitures, et enfin 500 000 euros servent à payer l’annuité d’emprunt ».

La CAB s’interroge actuellement sur les conditions futures d’utilisation du stade ainsi que sa finalité.  Elle a, de plus comme le précise L’Express, saisi le tribunal administratif de la ville car elle doit également faire face à une « détérioration de la pelouse, qui semble inutilisable, faute d’entretien depuis plusieurs semaines. Jusqu’à présent, la convention bipartite stipule que cet entretien est entièrement à la charge du club ». Un expert doit être désigné ; une démarche indispensable, selon la CAB, afin de « disposer d’un cadre juridique approprié pour défendre et préserver le stade ».

Cette catastrophe sportive et économique nous interroge, non seulement sur la nature des relations public-privé en matière de gestion des stades d’équipes professionnelles, mais aussi sur la difficulté à conjuguer, dans le cas des ligues ouvertes européennes, l’incertitude sportive avec l’incertitude économique.

Note: La Direction Nationale de Contrôle de Gestion est une commission indépendante hébergée par la Ligue de football professionnel (LFP), chargée de surveiller les comptes des clubs de football professionnels en France. Après examen de la situation d’un club, notamment de sa situation juridique et financière, la DNCG peut prendre une ou plusieurs décisions concernant l’effectif et la participation du club aux compétitions. Les sanctions concernant l’effectif peuvent être : 1/ une interdiction partielle ou totale de recruter de nouveaux joueurs, 2/ un recrutement contrôlé avec limitation du budget prévisionnel ou de la masse salariale prévisionnelle, les contrats de joueurs devant alors être homologués par la DNCG, ou 3/une limitation du nombre de joueurs du club pouvant être mutés dans l’équipe première.
Les décisions de la DNCG concernant la participation du club aux compétitions peuvent être : 1/une rétrogradation dans la division inférieure, 2/ une interdiction d’accession à la division supérieure, ou 3/une exclusion des compétitions.
Sources: https://fr.wikipedia.org/wiki/Direction_nationale_du_contrôle_de_gestion

  1. La FFF (Fédération Française de Football) a entériné depuis la publication de l’article le départ au cinquième échelon []

Des stades déjà rentabilisés pour les JO 2024?

Le 11 juillet 2017, les représentants de la candidature de Paris pour accueillir les JO de 2024 , les coprésidents Tony Estanguet et Bernard Lapasset ainsi que la maire de Paris Anne Hidalgo, ont présenté le projet de candidature au Comité international olympique (CIO). Paris est désormais seule en lice pour accueillir cette édition après l’accord entre le CIO et Los Angeles qui se propose d’organiser l’édition de 2028. Le dossier de Paris repose sur l’utilisation au maximum des sites et équipements déjà en place afin de réduire les coûts. Mais nécessiteront-ils vraiment aucun travaux?

Fort logiquement, le dossier français fait la part belle, pour le tournoi olympique de football, aux stades qui ont été construits ou rénovés pour l’Euro 2016 de football ou qui doivent servir lors de la Coupe du monde de rugby 2023, pour laquelle la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate le 9 février 2017.

Le tournoi olympique sera réparti dans neuf stades :
– Parc des Princes (48 500 places) à Paris
– Stade Pierre-Mauroy (50 000 places) à Villeneuve-d’Ascq
– Stade de la Beaujoire (37 500 places) à Nantes
– Groupama Stadium, ex-Parc OL (59 000 places) à Décines
– MatMut Atlantique (42 000 places) à Bordeaux
– Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places) à Saint-Etienne
– Allianz Riviera (35 000 places) à Nice
– Stadium de Toulouse (33 000 places)
– Stade Orange ex-Vélodrome (67 000 places) à Marseille

En-dehors du Parc-des-Princes, tous les autres figurent dans la liste des neufs stades prévus pour accueillir le rugby en 2023. Huit d’entre eux (exception faite de la Beaujoire) ont déjà accueilli l’Euro 2016. Un groupe d’une dizaine de stades se détachent donc désormais en France pour accueillir les grandes compétitions en raison de leur taille et de leur niveau d’équipement plus que pour la répartition géographique1.

Si le principe de faire l’économie de la construction de nouveaux stades pour les seuls Jeux Olympiques semblent un principe de bon sens, le dossier de Paris ne sous-estiment-ils pas cependant les coûts de remise aux normes de ces équipements, douze ans après leur livraison? L’exemple actuel du stade de la Licorne à Amiens n’incite pas à l’optimisme. Le stade du club d’Amiens, qui vient de rejoindre la première division nationale en football, a été livré il y a moins de 18 ans. Il va devoir pourtant faire l’objet de travaux de rénovation de toiture pour 8,8 millions d’euros ainsi que d’autres aménagements (nouveaux sièges pour 660 000 €, éclairage pour 350 000 € et vidéoprotection pour environ 300 000 €) afin de répondre aux exigences de la Ligue.

 

  1. les Hauts-de-France, l’Ile-de-France, PACA et Auvergne-Rhône-Alpes ont chacune deux stades alors que l’est et le grand ouest et le centre de la France en sont dépourvus []

Yiannis Papamatheakis et les jours heureux d’OFI Héraklion

Yiannis Papamatheakis est une figure de légende du football crétois. Il est l’homme qui a porté OFI1, le principal club d’Héraklion, jusqu’à une coupe de Grèce en 1987 et sept incursions en coupe d’Europe.  En villégiature sur la côte sud de l’île, il a accepté de répondre à nos questions. Portrait d’un président « à l’ancienne » d’un petit club grec et de son stade, le Theodoros Vardinogiannis.

 

Les années de gloire d’OFI

Comme beaucoup de Crétois, Yiannis Papamatheakis, a quitté un jour son île pour aller à Athènes faire des études. Comme beaucoup de Crétois, il a dû prendre partie pour l’un des deux grands clubs grecs. Il assiste dès sa première année d’étude au derby entre l’Olympiakos Le Pirée et le Panathinaïkos d’Athènes (PAO)… et choisit Le Pirée, pour la beauté du  jeu qu’il développe. Mais parce qu’OFI était l’équipe principale de l’île, il assiste à toutes les rencontres du club crétois à Athènes.

Justement, lors d’un match d’OFI dans la capitale, il rencontre les dirigeants du club. Quelques années plus tard, en 1977, ceux-ci lui proposent de rentrer au bureau du club. La proposition est tentante. Papamatheakis vient de perdre père et mère, ainsi qu’un frère en sept mois… Ses amis le pressent d’accepter afin de l’aider à faire son deuil. Et puis OFI est un club amateur, sans grande histoire.

Deux ans plus tard, le football grec passe au professionnalisme2. OFI est de l’aventure et se trouve un mécène idéal en la personne de Vardis Vardinogiannis, l’un des huit enfants de la richissime famille d’armateur d’origine crétoise3. Son frère, Yiorgos prend, quant à lui, la tête du Panathinaïkos d’Athènes.

En 1981, Vardis Vardinogiannis4 décide de changer le président en place. Il repère alors Papamatheakis et se renseigne à son sujet. Etudes, compétences professionnelles, caractère personnel, tout y passe. Les premiers amours pour l’Olympiakos ne pèsent finalement pas trop lourd dans la balance et Papamatheakis se voit proposer la présidence.

Papamatheakis demande que soit d’abord épongée la dette du club, de quelques 40 millions de drachmes. Quitte à aller en prison, autant y aller pour ses propres malversations! Le mécène lui remet alors la somme en mains propres. Rapidement le jeune président règle les dettes en cours, réorganise le club et retourne bientôt 12 millions de drachmes à l’armateur. Le contrat de confiance entre le jeune président et son actionnaire principal est scellé. Il va durer 21 ans. Le jeune président décide aussi de garder son emploi de cadre dans la banque. Il sera président bénévole et rendra des comptes chaque année à son actionnaire.

Le bureau d’OFI au grand complet avec deux journalistes (aux extrémités) entourant le Président Papamatheakis, 1981. Sources personnelles.

Le stade d’OFI, le Theodoros Vardinogiannis, appartient alors à la section amateur du club. Elle concède l’usufruit du stade à la section professionnelle pour une durée de 99 ans en échange de 25% des recettes aux guichets.  Situé dans le faubourg de Kaminia, aux portes de l’ancienne muraille vénitienne, le stade a été construit en 1951 sur les ruines d’un ancien cimetière juif et arménien. C’est un vrai stade «à l’anglaise»: les quatre tribunes qui se font face ont été construites au gré des finances du club… et donc de son mécène.

Le stade Vardinogiannis et son insertion urbaine, 2010.

Les murs des tribunes sont construits à l’alignement des rues alentours. Pas de parvis, pas de dégagement autour du stade. Aucun parking lié au stade. Pas de façade noble et urbaine et une entrée officielle pas franchement magnifiée…

Façade et entrée principale du stade, 2010.

C’est pourtant dans ce stade vétuste, exigüe et à l’ambiance sulfureuse qu’OFI connaît ses heures de gloire sous la présidence de Papamatheakis. Des finances saines, des « rapports de bon voisinage » avec le Panathinaïkos pour le recrutement des joueurs, un stade qui met la pression sur l’adversaire et voilà OFI qui se met à tutoyer les sommets du championnat grec, à l’affut d’une défaillance d’un des quatre grands clubs du pays (PAO et AEK à Athènes, Olympiakos au Pirée, PAOK à Salonique).

Le président Papamatheakis, quand il faisait l’intérêt des journaux grecs.

En 1987, OFI remporte la coupe de Grèce contre Iraklis Salonique, offrant à son président un retour sur l’île, en bateau comme il se doit, et un triomphe dans les rues d’Heraklion. Sept participations à la coupe de l’UEFA conforte un temps OFI comme une des places importantes du football grec. Qu’importe alors les rapports compliqués du président Papamatheakis avec les supporteurs radicaux d’OFI, cette fameuse Gate 4 qui lui reproche (au même titre que d’autres supporteurs d’ailleurs en Grèce), les liens de consanguinité entre leur club et le Panathinaïkos de l’autre frère Vardinogiannis…

Fresque des supporteurs radicaux de l’OFI (gate 4), 2010.

 

Les années sombres d’OFI et de son stade

Au début des années 2000, les vicissitudes du football grec finissent par lasser Papamatheakis et les Vardinogiannis. Le premier se retire complètement du monde du football pour se consacrer à sa famille. Les différents partis politiques lui tendent les bras. Il refuse poliment. Reste pour lui la satisfaction du devoir accompli et la nostalgie des matchs de coupe d’Europe dont cette fameuse qualification face à l’Atletico de Madrid.

Vardis et Yiorgos Vardinogiannis se retirent respectivement d’OFI et du Panathinaïkos F.C. Si le club de la capitale y survit, les choses tournent au vinaigre pour OFI. Le club ne connaîtra plus jamais d’heures de gloire et finira même par être dépassé dans sa propre île par le voisin et rival Ergotelis Heraklion et par le modeste Platanias FC de La Canée. Aujourd’hui OFI végète en deuxième division et son stade, le Theodoros Vardinogiannis Stadium, est désormais particulièrement vétuste.

En 2000, le stade devient assis et sa capacité est réduite de 10 500 à 8 500 places. Certaines tribunes sont rénovées progressivement mais avec plus ou moins de bonheur. Un des pylônes d’éclairage, fait ainsi sa place à travers une tribune comme le perce-neige au printemps.

Stade Theodoros Vardinogiannis, 2010.

Et pourtant, et pourtant, c’est dans ce stade que préfère toujours jouer l’OFI, rejetant le confort, la modernité et les coûts prohibitifs d’occupation du stade Pankritio, situés à quelques centaines de mètres. L’OFI n’est pas près de se séparer de la nostalgie des années Papamatheakis…

 

Ce portrait doit beaucoup à Katerina Papayiannakis qui nous a mis en contact avec Yiannis Papamatheakis et a assuré traduction franco-grec de l’entretien. Cet article est dédié à la mémoire d’Aristea Komis, décédée ce même jour et dont la voix riante égaye le fond sonore de notre conversation.

  1. Omilos Filathlon Irakleiou, en grec OΦΗ, est un club omnisport fondé en 1925 []
  2. Le football devient professionnel en France en 1932… []
  3. Les Vardinogiannis sont originaires de Rethymnon, en Crète. D’extraction modeste, les huit frères et soeurs, réussissent à faire fortune, dans la Grèce d’après-guerre, étendant leurs activités du transport maritime aux pétroles, en passant par la banque, les médias ou la promotion immobilière. []
  4. Vardis Vardinogiannis, est un armateur et industriel grec né en 1933 à Rethymnon, en Crète.  Il est connu pour sa réussite exceptionnelle dans les affaires, en particulier dans le transport de pétrole, y compris en contournant l’embargo de la Rhodésie par les Nations Unies (1966). []