Première dans un stade tunisien

Huitième et dernier volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’un étudiant algérien du master grenoblois, Tahar.

 

La place du stade dans la ville : ma première thématique souhaitée
Le 18 septembre 2017, jour d’entrée du master 2 Urbanisme et Coopération Internationale (UCI) à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine, nous nous sommes divisés, dans la séance de l’après-midi du module ‘’Montage de projet’’ en cinq groupes de six étudiants.

La responsable du master UCI, Madame Fanny Vuaillat, a proposé cinq sujets pour le sixième atelier international à Sfax. Ils étaient liés aux thématiques « cohérence urbanisme/déplacement » et « transition écologique ». On peut citer : les taxis urbains, les transports en commun et les deux roues ou d’autres sujets liés au développement durable comme l’agriculture urbaine, le recyclage et la place du stade dans la ville.

Ces thématiques ont été classées par la suite dans un tableau de cinq colonnes pour pouvoir constituer des groupes équilibrés. Il s’agissait de faire en sorte qu’il y ait dans chaque groupe un étudiant arabophone, cela pour faciliter les échanges avec les étudiants de Sfax et la lecture des documents écrits en arabe. Notons que dans notre promotion, il y a six arabophones.

Ayant une grande sensibilité pour le sport, notamment pour le football, j’ai opté pour la thématique «la place du stade dans la ville». Mon collègue Maen, qui maîtrise parfaitement l’arabe a également souhaité travailler sur cette thématique de la géographie du sport. Après la répartition des étudiants sur les cinq thématiques, seul le groupe « recyclage » ne comptait pas d’étudiant arabophone. Etant donné que nous étions deux arabophones dans un même groupe, Maen et moi,  j’ai proposé au professeur et à mes camarades de me joindre au groupe « recyclage ». Mais cela, n’allait pas m’empêcher de suivre le travail sur le stade.

Un match de CS Sfaxien : un évènement inattendu
Cette année, le rythme de la formation en alternance était particulier pour moi. Je passe trois semaines/mois en collectivité de Toulouse Métropole et une semaine à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine. Etant à 700 Km de Grenoble, c’était compliqué de suivre le travail du groupe « stade ».

Le dimanche 12 novembre, on s’est rendu à Sfax pour notre atelier international. Ceci m’a permis de beaucoup échanger avec mes camarades et d’apprendre ce que le groupe ‘’Stade’’ avait planifié comme activités sur le terrain.

Le soir du mardi 14, nous avons fait le récapitulatif de la journée avec mon groupe dans l’espace de travail (troisième étage de l’Hôtel Thyna), dans la même salle que le groupe ‘’Stade’’. Grâce à Alicia et Mathieu (étudiants du groupe « stade »), j’ai appris qu’ils ont planifié d’aller regarder le match de CSS face au CO Medenine le jeudi 16 novembre à 19H00. L’objectif était d’analyser l’accessibilité au stade et l’ambiance d’un match de football à Sfax.

Je leur ai proposé de venir avec eux pour regarder le match et les aider dans la traduction en arabe et leur analyse. Tout le groupe était favorable à ma proposition. Ils m’ont dit qu’ils allaient demander l’avis de M. Roux. Le premier réflexe que j’avais c’était de regarder le classement des deux équipes et les noms des joueurs du CS Sfaxien. En quelques clics sur mon smartphone, j’avais le classement sous mes yeux. CSS est classé huitième avec trois matchs non-joués, par contre CO Médenine, je l’ai trouvé en dernière position.

Le lendemain, mes camarades m’ont confirmé que notre professeur est d’accord qu’Emma et moi les accompagnons à la soirée du match au Stade Taïeb M’hiri. J’étais très content et remercie infiniment mes camarades et mon professeur.

Le jour du match : une ambiance singulière
Le jeudi 16 novembre, jour du match, est vite arrivé. J’étais avec mon groupe ‘’Recyclage’’ à l’arrondissement d’El Habib pour faire des entretiens avec les habitants. Je n’ai pas cessé de leur parler du match en leur disant que l’ambiance va être très particulière. Je les ai même invités à venir avec nous. A midi, on cherchait un endroit sympathique pour déjeuner et soudainement, on est passé à côté d’un joli dessin du club sur un mur qui se trouve sur la Route de M’harza. On trouve sur le dessin, la date de fondation du CSS en 1928, le blason du club et une expression en arabe qui signifie en français ‘’90 ans d’amour’’.

Fresque ultra sur un mur de Sfax

En prenant les taxis le jour du match, j’en profitais pour poser des questions aux chauffeurs sur le CS Sfaxien et ses joueurs. Deux chauffeurs interrogés m’ont répondu qu’ils n’avaient pas une très bonne équipe cette année, ni des grands noms de joueurs. D’après eux, l’équipe est constituée seulement par des joueurs locaux sfaxiens qui ne coûtent pas trop cher pour le CSS.

Deux heures avant le match
A 17H00, mon collègue Quentin m’appelait pour aller ensemble au stade. Ce qui a été un peu compliqué pour moi de les rejoindre à cette heure-ci, vu que j’avais des engagements avec mon groupe.

Vers 18H00, j’ai croisé Alicia et Florence à la station à la station des taxis à coté de Bab El Diwan, en compagnie d’une personne malvoyante qui s’appelle Sami. On a difficilement réussi à prendre un taxi pour se rendre au stade. En effet, Il y avait beaucoup de monde et d’embouteillages, à l’heure de pointe, en direction du stade.

En arrivant au stade, tout le monde nous regardait. Certaines personnes, ont été étonné de voir des filles au stade. Quentin nous a communiqué le numéro de la porte où on devrait se retrouver. On s’est mal compris sur le point de rendez-vous précis.

On a réussi à rentrer au stade facilement. La police nous a demandé : « Qu’est-ce que vous faites là ? » Je leur ai répondu, en arabe, qu’on était des étudiants grenoblois venant de France et allons assister au match. Les agents de police nous ont laissé rentrer sans montrer aucun abonnement ni invitation. Puis, ils nous ont orientés vers l’entrée principale des gradins d’honneur où nous allions retrouver nos autres collègues.

L’accès aux gradins a été simple. Une vérification de nos noms et prénoms sur une feuille d’invitation faite par le président du club, après les interventions du professeur M. Benasser et notre collègue doctorant Wassim.

Au stade : un sentiment étrange
En rentrant au stade, j’avais un sentiment étrange, comme si j’allais jouer ! J’étais dans une ambiance similaire à celle des stades en Algérie. J’ai déjà pratiqué le football professionnel pendant 11 ans (de 2004 à 2012), dans le championnat inter-régions algérien. L’équivalant de la quatrième division en France, avec l’Union Sportive de Oued Amizour (USOA). Et de 2012 à 2015, avec l’Union Sportive Madinet Sétif (USMS) dans la même division.

Même si, j’étais très engagé avec mes deux clubs, cela ne m’a pas empêché de regarder des matchs dans d’autres stades, de mon équipe préférée « la Jeunesse Sportive de la Kabylie (JSK) », de Mouloudia Olympique Bejaïa (MOB) et de l’Entente Sportive de Sétif (ESS).

La différence est au niveau organisationnel. A Sfax, l’accès au stade se fait par des abonnements annuels. Par contre, en Algérie, l’accès se fait par l’achat de billets à chaque match. Dans les stades de ces grands clubs algériens, les supporters rentrent aux gradins tôt, de 5 à 10 heures avant les coups d’envoi des matchs. Cela, pour pouvoir être sûr d’avoir une place, surtout lorsqu’il s’agit de derbys et matchs face aux grands clubs africains.

Pendant le match, j’étais très attentif aux comportements, aux paroles des spectateurs et surtout sur la tactique de jeu des deux équipes. Les joueurs sfaxiens ont montré dès le début de match une volonté de gagner. L’ambiance était très sympa dans le stade avec mes collègues et surtout la spécificité qu’on soit accompagné par nos deux professeurs.

Tifo ultra

A mon sens, le niveau de jeu du match était moyen. Rien n’a été spécial dans la première partie à part le public et le tifo d’avant-match.

Pendant la pause, mes collèges et notre professeur M. Roux ont préféré aller à la tribune des ultras pour l’analyser de plus près. Pour ma part, j’ai préféré rester avec Sami et lui décrire l’ambiance de la deuxième période. On a profité de la pause pour faire des photos de souvenirs.

Les joueurs sfaxiens ont inscrit le seul but de la victoire juste après une minute de coup d’envoi de la seconde mi-temps. Le public s’exposait en chantant des mélodies de club et en allumant plusieurs fumigènes.

Fumigènes en tribune ultra

A la fin du match et en attendant nos collègues, on était curieux avec Madame Fanny Vuaillat de savoir le classement du CSS après cette victoire. On a regardé ensemble et le CSS  qui a monté en quatrième position avec encore deux matchs non joués.

Après notre retour de Sfax, j’ai suivi les nouvelles de CSS. Après quatre victoires consécutives,  le CSS garde depuis la journée du 30 novembre sa position en deuxième place derrière l’ES Tunis.

Les résultats du CSS cette année

 

Remerciements
Je remercie Sami, notre cher doctorant Wassim, nos collègues sfaxiens, tous les étudiants du groupe « géographie du sport », Emma et nos professeurs Jean-Michel Roux et Fanny Vuaillat pour cette inoubliable soirée au stade Taïb M’hiri.

Texte et illustration de Tahar D. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

Observation d’un match de football à Sfax

Septième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’un étudiant franco-syrien du master grenoblois, Maen.

 

Résultat :
CSS (Club Sportif Sfaxien) 1 – 0   Club Olympique Medenine
Date : 16 Novembre 2017 à 19h
Duré de l’observation : trois heures
Météo : 11 degré, plutôt doux
Enquêteur : Maen J.

 

Sur la route du stade
Ce match opposait à domicile le CSS (deuxième club au classement national tunisien) au Club Olympique de Medenine, actuellement classé dans le bas du tableau. La rencontre a eu lieu le jeudi 17 novembre dernier.

Nous avons dû nous rendre au stade Taïeb-Mehiri en taxi, la circulation étant très difficile en cette « heure de pointe », laquelle coïncidait avec la sortie des écoles, des bureaux et des usines. En interrogeant le chauffeur de taxi, il apparaît que l’accès au stade est toujours difficile en dépit du PDU/NAMA (Nationally Appropriate Mitigation Action[1]) mis en œuvre par la ville. La gestion de la circulation n’est pas encore, et de loin, optimisée et les transports collectifs sont, sur cet axe, relativement inefficaces. Il convient de noter qu’il n’existe pas de parking à proximité et que la grande majorité des spectateurs se rendent au stade en taxi (dont le coût est relativement faible).

Avant le match
Lors de notre arrivée au stade, deux collègues sont partis en repérage afin de mieux découvrir ce stade polyvalent d’une capacité actuelle de 22 000 places. Celui-ci, l’un des plus vieux stades du pays, a été construit en 1938 au cours de la période du protectorat français ; une année marquée par des révoltes fortement réprimées par l’armée française qui intervinrent dans un contexte marquée par la chute en France du Front Populaire et l’abandon de la politique de conciliation avec les mouvements indépendantistes d’Afrique du Nord. Le stade a été réhabilité en 2004 pour accueillir la Coupe d’Afrique de Football. Pour ma part, je suis resté posté à l’entrée numéro 1 du stade non seulement pour attendre le reste du groupe mais également pour observer les flux et les relations entre le public et les forces de l’ordre très présentes (en civil comme en uniformes)

A cette occasion, un policier m’a interpellé en me demandant en arabe ce que je faisais devant la porte « avec une fille ». Au-delà de l’explication concernant notre workshop, il est intéressant de noter que la présence au stade d’une femme est inhabituelle en dépit d’une forte aspiration des femmes tunisiennes à pouvoir accéder librement à l’ensemble des pratiques sportives (cf. compte-rendu de notre atelier de coopération internationale en urbanisme). Cette présence féminine a entraîné de la part du policier des consignes particulières à ses collègues afin d’accorder une attention particulière à notre sécurité.

Lieu de sociabilité très important à quelques mètres en face du stade, le salon de thé traditionnel qui semble être un point de passage obligé pour tous les supporters qui là encore semblaient très intrigués par notre présence, et notamment par la mixité de notre groupe. Le stade reste encore à Sfax un lieu très « masculin » (il n’existe aucune toilette pour les femmes) et endogène à la ville (la présence d’étrangers était également source d’étonnement parmi les consommateurs). Il convient de noter que le stade de Sfax n’échappe par à l’économie courante de ce type d’équipement qui repose sur des abonnements annuels pour les supporters avec peu de places vendues à titre ponctuel.

Nous étions accompagnés par un doctorant en géographie de l’Université de Sfax (Wassim) et par une personne en situation de handicap visuel afin de recueillir son témoignage sur le plan de l’accessibilité, laquelle se révélera très difficile avec une absence totale d’indication à destination des personnes à mobilité réduite.

Le lieu semble marqué fortement par les discriminations sociales : la porte 1 est réservée aux personnes aisées, les portes 2 et 3 aux classes populaires soutenant le CSS. Avant le début du match, un vendeur de graines de tournesol traverse les tribunes – elle est la seule personne à pouvoir le faire : il y a quelque chose d’amusant à penser que la distinction entre les classes sociales s’efface dans la mastication collective des graines.

Première période
Comme en Europe, après l’entrée des joueurs sur le terrain, l’ambiance dans les gradins est plutôt bon enfant, les ultras de Sfax entonnant les chants de leur club tandis que les supporters de l’équipe adverse semblent réservés et prudents afin d’éviter toute confrontation.

Dans le cadre d’un match plutôt équilibré entre les deux équipes, se terminant à la mi-temps sur un score nul (et donc peu satisfaisant pour les supporters des deux équipes), les supporteurs sfaxiens auront fait entendre la diversité de leur registre d’insultes contre tout le monde : les arbitres, les joueurs de leur club et, comme de bien entendu, ceux de l’équipe adverse – le CO.

Mi-temps
Nous avons pris la décision de nous séparer en deux groupes : l’un restant sur place tandis que le second se déplacerait vers la tribune des ultras afin de pouvoir capter l’ensemble des réactions des supporteurs au cours de la seconde période.

Deuxième période
Je me suis assis à coté de la personne malvoyante pour lui décrire le match. Cette seconde période a bien débuté pour les joueurs du CSS qui ont réussi à marquer un premier but contre l’adversaire. Les réactions des supporters tunisiens sont de ce point de vue très proches de celles des Européens (chansons, drapeaux) à ceci près que l’utilisation des fumigènes semble bien moins réglementée : vers la fin du match, leur utilisation avait été si intense que l’on ne pouvait plus voir la moitié du terrain.

Fin du match
Heureusement pour nous, l’équipe de CSS a remporté le match. Des cris immenses de joie ont résonné dès le coup de sifflet de l’arbitre. Les supporters sfaxiens sont très fiers de leur équipe et heureux d’avoir pu la soutenir pendant 90 minutes. Tout le monde s’est dirigé vers les sorties ; nous nous sommes tous retrouvés devant l’entrée principale côté intérieur pour prendre les photos de ce qui restera pour nous un beau souvenir, celui d’avoir fait l’expérience collective d’une « énergie » si communicative qu’elle peut se transmettre à tous, y compris à ceux et celles qui sont pourtant très éloignés de tout « chauvinisme sfaxien ».

S’il est vrai que, pris dans la cohue, nous n’avons pu étudier les modes de transports utilisés par les supporters à la sortie du match, il nous est apparu que cette dernière nous semblait plus fluide que son arrivée : il nous fut très facile de trouver un taxi pour rentrer à l’hôtel.

 

[1] Plan d’actions destinées à réduire les émissions de gaz à effets de serre en lien avec la Conférence de Bali de décembre 2007, les accords de Copenhague de décembre 2009.

Texte de Maen J. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

Yallah CSS : Ardeurs tunisiennes au match de football

Sixième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’une étudiante mauricienne du master grenoblois, Gabrielle.

 

Première fois que j’assiste à un match de foot. Plutôt habituée aux matchs de rugby au stade Chaban à Bordeaux, c’est le seul élément comparatif en ma possession en terme de spectacle sportif. Pour comprendre l’état du sport et de sa pratique à Sfax, voir un match du Club Sportif Sfaxien (CSS), le club rayonnant de la ville, est indispensable. Pour avoir visité les locaux du CSS, seul club professionnel de la ville, on ne peut que constater l’engouement qu’il y a autour de cette équipe et de ses joueurs. Cela se voit dans la rue, dans les cafés et dans les taxis, au travers des tags et l’affichage des couleurs, rayures blanches et noires.

Hall d’entrée majestueux du siège du CSS

Le jour de match, nous avons pris de l’avance pour observer les alentours du stade Taieb M’hiri. Trouver un taxi fut assez difficile vers cette fin de journée et il fallait se placer stratégiquement le long des remparts de la médina pour en avoir un vide. Le parcours, qui en temps normal dure une quinzaine de minutes, nous a semblé très long à cette heure d’affluence. Ce qui nous a frappés en premier lieu, c’était la forte présence policière auprès des portes. On a rejoint les autres près de la « porte 1 » et de là nous nous sommes séparés afin de couvrir le périmètre entier autour du stade.

RDV donc à la « porte 2 », l’entrée des officiels, des VIP. Plusieurs berlines ont le privilège et l’aval des policiers pour rentrer dans le stade. Les lumières attirent des flopées de chauve-souris qui circulent au-dessus de nos têtes telles des drones. Au final, il n’y avait pas de mouvement autour de cette porte, nous sommes donc allés désaltérer notre soif dans un café en face.

Les commerces aux alentours du stade avant le match

Breuvage local en attendant Wassim le détenteur des billets et le reste de l’équipe qui venait au match avec un membre de l’association des aveugles. Il n’y avait pas vraiment d’engouement autour de l’entrée du stade où on était. Le café était plutôt calme, les clients tous masculins et étonnés de voir des femmes s’y installer. Petit thé à la menthe et café ou clopes pour d’autres. Par contre, si on a une petite faim, pas moyen de se procurer un petit sandwich ou un paquet de chips. Tout les commerces à proximité sont sur le point de fermer.

Finalement on voit se profiler au loin les silhouettes de nos camarades. On se rejoint et on discute en attendant les autres qui ont eu vraiment du mal à trouver un taxi. On peut enfin entrer. Un policier, détenteur d’un document d’invitation officielle, fait l’appel des personnes qui y figurent. Nous suivons le chemin piéton pour entrer, guidé par un officiel qui nous dirige vers une tribune assise du stade.

On observe que tous les spectateurs locaux ont un petit cornet remplis de graines qu’ils grignotent en attendant le début du match. On se procure des cornets de graines de tournesol, l’unité à 1 dinar par un marchand ambulant. Pas le temps de faire le tour de la tribune par l’escalier, le marchand acrobate arrive à enjamber avec dextérité les barrières séparatives avec son panier rempli de graines. Original et très diététique comme aliment, les mains sont occupées à extirper la précieuse graine de son enveloppe. Faut juste pas la laisser filer dans le tas de pelures.

Cornet de graines de tournesol, les kloub

J’ai été impressionné par les dispositifs mis en place par les supporters pour encourager le CSS. Tissus accrochés sur la charpente du stade. Carrément un rideau qui tombe avec le symbole du groupe ultra auquel il appartient. Lancement du match, CSS contre CO Medenine. Le nombre de supporters adverses ne fait pas le poids face aux supporters sfaxiens. Je suis plus captivée par les chants et l’animation dans les tribunes des supporters que par le match qui se joue. Les chants ne se tarissent jamais. Les connaisseurs entre nous  explique un peu les différents groupes de supporters « ultras » qui sont représentés sur place.

A la mi-temps nous sommes descendus de la tribune pour observer les buvettes, etc… une envie pressente m’a mis à la recherche de WC pour femmes. Impossible d’en trouver. Je me suis donc aventurée dans ceux des hommes. A leur grande surprise. Pour avoir eu l’affirmation de la directrice financière du CSS que au-moins 1/3 des spectateurs des matches étaient des femmes, le fait qu’il n’y ait pas des toilettes appropriées pour notre genre démontre peut-être une inégalité dans les usages du stade lors des événements de spectacle sportif.

On nous propose de changer de tribune pour aller s’imprégner de l’ambiance au milieu des supporters ultras. Une partie du groupe est restée sur place, et on s’est mis en route pour le changement de tribune, guidé par un officiel. C’est impressionnant de se retrouver au milieu de milliers de jeunes gens qui chantent à tue-tête sans se tarir. Pendant le temps de parcours entre les deux tribunes, nous avons raté le seul but marqué du match par le CSS. Des tambours qui résonnent et des danses synchronisées retentissaient dans les tribunes ultras pour célébrer le dit but. Il ne faut pas contrarier les supporters sinon, pluie de bouteilles d’eau sur le terrain. Je comprends mieux pourquoi en France on interdit les bouchons des bouteilles plastiques.

Ayant toujours un petit creux, je me suis intéressée à un autre marchand ambulant qui lui, proposait sa marchandise sur caddie. Sandwichs et boissons proposés sont à disposition à l’entrée de la tribune et tour à tour, son collègue et lui se ravitaillent et font leur tournée aux extrémités des tribunes.

Sandwicherie ambulante dans la tribune ultra

L’arbitre siffle la fin du match. J’observe du mouvement près de la sortie, le marchand ambulant se dépêche de descendre la marchandise pour ne pas rater la clientèle affamée. Une flopée de supporters se dirige vers la sortie. Nous attendons qu’il y ait moins de foule pour rejoindre nos camarades. Les ultras sont d’une telle agilité pour grimper entre la fosse et la grille séparatrice pour délier les banderoles.

Stand relais à la sortie du match pour épuiser le stock de sandwichs

Nous nous dirigeons vers la sortie. Les locaux ne voient pas souvent des étrangers assister aux matchs, on nous demande de nous prendre en photo avec eux. A la sortie, pas d’attroupement, pas de verre pour célébrer la victoire.

 

A suivre…

Texte et illustration de Gabrielle C. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

De la 2D ennuyeuse à la 3D captivante. Paroles d’une profane

Cinquième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’une étudiante française de master, Florence.

 

J’adore le hockey. C’est le seul sport qui m’intéresse au niveau professionnel. Mes seules expériences du sport en tant que spectacle n’avaient jusqu’alors pris place que dans des patinoires. J’étais totalement profane des matchs de football et ne m’était jamais rendu dans un stade d’une telle ampleur. Voici donc le récit de mon premier match de foot au Stade Taieb Mhiri, à Sfax (Tunisie) et, simultanément, le récit de mon premier match de foot… tout court.

Lorsque les thématiques sur lesquels nous, étudiants en Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble, allions travailler durant l’atelier 2017 à Sfax furent annoncées, j’étais assez enthousiaste. Parmi les thématiques proposées, je me suis orientée vers la géographie du sport. Ce n’était pas tant par goût prononcé pour la pratique sportive. Le pourquoi de ce choix réside plutôt dans ce que recouvrait le sujet, au sens élargi. Il s’agissait de faire l’état des pratiques sportives, du sentiment sportif à Sfax et d’étudier l’accessibilité des équipements sportifs sfaxiens.

Je n’aime pas le sport en tant que tel, en revanche j’aime ce qu’il est capable de susciter chez les gens. L’étude des logiques qui se cachent derrière son organisation et sa promotion me semble passionnante. Il y a mille et une révélations sur la société étudiée qui peuvent se laisser découvrir par l’étude du sport. Je ne saurais pas être assidue sur la référence que je vais tenter de citer mais, je me souviens d’un cours de sociologie des religions dispensé pendant mes études en sociologie. Notre enseignant – probablement citait-il un auteur célèbre dont j’ai tout oublié – avait fait une analogie entre le sport et la religion très intéressante. Au détour de son propos, Il expliqua que ce qui se passait dans un stade pouvait être comparable à une grande messe. Ça parait peut-être ambitieux comme çà, hasardement mystique, mais j’y ai cru et, je continue de croire que la communion des supporteurs et l’engouement d’un groupe pour un sport créer quelque chose de l’ordre religieux.

Aussi, spontanément, l’idée d’étudier le sport en tant que spectacle (à distinguer de l’étude du sport en tant que pratique) m’a très fortement attiré. Il fallait donc aller voir un match. Voir un match pour étoffer nos propos sur le sentiment sportif sfaxien. Durant notre travail de terrain et nos dix jours de présence à Sfax, la problématique de notre recherche varia de nombreuses fois. Au fur et à mesure de nos rencontres et des informations recueillies il fut plusieurs fois question de remanier/repréciser ce sur quoi porterait notre étude.

A une problématique correspond une méthodologie. Une méthodologie est une méthode par laquelle les informations sont récoltées et viennent répondre à la problématique. Dans le cas présent, il semble impératif que la problématique fixée vienne justifier une participation à un match de football au stade Taieb Mhiri. C’est incontournable. En effet, nous étions tous tellement enthousiaste à l’idée de voir un match qu’il n’était pas envisageable de renier le match au profit de quelques pérégrinations méthodologiques. Le 16 novembre 2018, nous nous sommes rendus au match qui opposait le Club Sportif Sfaxien (CSS) au CO Medenine.

Il avait été convenu qu’Alicia, ma camarade, et moi passerions récupérer Sami à son domicile avant de retrouver le reste du groupe devant le stade. Sami est un Sfaxien malvoyant, président de l’association des malvoyants de Sfax, que nous avions rencontré quelques jours plus tôt. Nous l’avions invité à se joindre à nous ; ce qui était une première pour lui également. Il habite la médina. Pas de problème, nous nous rendons jusqu’à chez lui à pied près de 2h30 avant le début du match. Histoire de prendre large. Sami nous accueille très gentiment chez lui. Nous prenons le temps de la discussion (une petite demi-heure, rien d’inquiétant) puis nous décampons.

Sortis de la médina nous nous dirigeons tous les trois vers une voie principale, avec l’espoir d’alpager un taxi. Nous avons vite compris que la tâche allait s’annoncer beaucoup plus ardue que prévu. En effet, nous sommes en pleine heure de pointe, les taxis sont tous pris d’assaut. Il va falloir être patient. Nous changeons de rue, une fois, deux fois. Nous développons des stratégies. On se met aux angles, aux feux, devant une station-service… mais toutes nos tentatives se soldent par de cuisants échecs. Le stress commence à monter : et si on n’y arrivait pas ?

Lorsque par miracle on arrive à arrêter un taxi vide on lui explique que c’est au stade que nous souhaitons nous rendre. Mauvaise destination : aucun taxi n’a envie de s’engager dans un si long trajet et de s’empêtrer dans le trafic. On regrette de n’avoir su anticiper cette situation. On est mal à l’aise de mettre Sami dans une situation aussi inconfortable. Lui aussi commence à s’impatienter. Le stress s’intensifie.

A la recherche d’un taxi

C’est à ce moment que, nous retrouvons, par hasard, Tahar, un camarade que nous devions retrouver au stade. Le moment est aussi rassurant (nous ne sommes pas les seuls à galérer) qu’inquiétant (quelqu’un a-t-il donc réussi à atteindre le stade ?).

Nous sommes désormais quatre à, désespérément, tenter d’attraper un taxi. Et c’est une lutte de tous les instants. On s’agite, on s’affole, on croit y arriver… et puis non. Après près d’1h30 de combat on parvient ENFIN à tous monter dans un taxi. Il accepte notre destination sous la contrainte. On s’est jeté dans le véhicule sans laisser le choix au chauffeur. A situation urgente, méthode d’urgence. Désolée. Le trajet jusqu’au stade est sympathique. On explique au chauffeur qu’on supporte le CSS. Il est de tout cœur avec nous.

Nous arrivons au stade avec un peu de retard par rapport à l’heure convenue avec nos collègues. Soulagée d’avoir pu atteindre le lieu mais inconscients du parcours qui nous attends encore. En effet, notre chauffeur ne nous a pas déposé à la bonne entrée, il va falloir faire le tour du stade pour rejoindre nos collègues. Et ce n’est pas une tâche simple au regard de tous les barrages de police qui encerclent le stade. Le site est sur-sécurisé. Comme un soir de nouvel an sous Vigipirate. Il nous faut passer deux ou trois barrages policiers où à chaque fois les policiers, armés, nous moralisent parce, qu’en effet, nous ne sommes pas passés par le chemin qu’il fallait pour rejoindre notre entrée.

Arrivés les derniers, nous venons enfin compléter le groupe. Parce que nos prénoms sont sur une liste d’invitation dont un policier se saisit, nous entrons dans l’enceinte du stade au compte-goutte à l’appel de notre prénom. Nous sommes ensuite escortés jusqu’à notre tribune. Alicia et moi escortons Sami au milieu du reste du groupe.

Il n’est pas nécessaire d’être précis sur les places, nous sommes assez libres de choisir.   Les gradins ne sont pas larges. Je guide Sami de manière assez hésitante. Parce je ne suis pas habilitée à accompagner une personne en situation de handicap j’ai peur de mal faire, d’être trop entreprenante. De l’autre côté, on s’est confronté à mille et un risque depuis qu’on a quitté la médina: la foule, la nuit, la chaussé abimée et maintenant les gradins étroits. On a tous su les affronter.

Nous sommes dans les gradins d’une des tranches « horizontales » du stade. Je suis certaine que l’endroit porte un nom plus technique mais, pour être honnête, je ne saurais pas le nommer autrement. J’imagine que la vision que nous avons du terrain est celle qui est recherchée mais, pour être encore honnête, je la trouve un peu sans saveur.

Le groupe installé dans les gradins

Je m’explique : la vue qu’on a est la même que celle qui est choisie pour les retransmissions télévisées. Les joueurs s’agitent de profil, on voit le ballon naviguer de droite à gauche. J’ai du mal à me défaire de cette image télévisuelle (jusqu’alors la seule que je connais) et je ne peux m’empêcher de la transposer ici. J’ai l’impression de voir en 2d. Seul le son est plus fort mais il apparait aussi comme un fond sonore. En effet, la tribune dans laquelle nous nous trouvons est plutôt calme dans l’ensemble. C’est un peu comme si on était au cinéma : on a une superbe et large vue sur « le spectacle »… et puis il y a les popcorns. Enfin non pas exactement les popcorns… Ce ne sont pas des cornets de maïs sucrés que tiennent les spectateurs mais des cornets de petites graines de tournesols. C’est ce que les gens ont l’habitude de grignoter pendant les matchs.

Qu’à cela ne tienne, on veut faire à Rome comme les Romains alors on en achète aussi un au vendeur qui sillonne les gradins. Faute d’avoir pu s’accoutrer au couleur du CSS, le cornet à la main, on est un peu plus accessoirisé pour le match. D’ailleurs, je suis un peu étonnée de ne pas voir énormément de personnes vêtues aux couleurs de l’équipe. Quelques rares (très rares !) personnes ont des sweats CSS, mais çà s’arrête là. Pas de vague blanche et noir, les gens sont venus comme ils sont.

Le match a commencé. Je ne m’en suis pas rendu compte. Soit le coup d’envoi s’est fait discret, soit je ne suis pas assez attentive… Les deux hypothèses se tiennent. Elles explicitent chacune à leur manière mon sentiment.

Au fait, je n’ai réussi à vivre le match en 3d qu’à partir du moment où j’ai élargi la focale. C’est-à-dire en regardant les gradins et le public qui font l’ambiance du stade. Alors certes, dévisager les tribunes c’est perdre du regard ce qui se passe sur le terrain, ça entraine une perte d’attention sur le jeu (au sens technique) mais ça permet de prendre la dimension du spectacle. Parce que, pour dire vrai, lorsqu’on n’y connait pas grand-chose au football le cœur du spectacle ce n’est pas le jeu mais l’environnement dans lequel on est. Il faut englober le stade du regard pour apprécier et vivre l’événement. Et je pense que c’est ce que mes camarades novices et moi avons le plus fait durant l’intégralité du match : on a scruté les gradins, très peu le terrain.

Dans le virage gauche, se trouvaient les supporters « Ultras » ; ceux qui, avec leurs chants scandés haut et fort, faisaient vibrer le stade. Ils donnaient au match toute sa substance d’événement populaire. A droite, les courageux supporteurs de l’équipe adverse. Ils n’étaient pas nombreux – une petite trentaine – mais ils avaient aussi l’air de supporter vivement leur équipe. Evidement leurs voix étaient laaaargement écrasées. C’était comme des fourmis marginalisées, au loin.

Supporters adverses, seuls.

En face, les spectateurs/ supporters lambda. Ceux qu’on avait essayé d’imiter en prenant un cornet de graines de tournesol mais qui grignotaient leurs graines avec mille fois plus de dextérité que nous. Très vite le sol se pare de centaine de coquilles, le jeu continue, les coquilles s’accumulent.

Au bord du terrain, il y a deux spectateurs handicapés moteurs. Ce n’est pas un détail mais la confirmation des dires recueillis la veille auprès du directeur des équipements sportifs de la direction des services techniques de la municipalité de Sfax. Un gentil monsieur qui nous avait accueilli pour une interview dans son bureau et qui, au détour des questions que nous lui avions posé sur le stade, nous avait expliqué que les handicapés avaient une place d’honneur durant les matchs. Ils sont au plus près des joueurs. C’était en effet vrai, pour les personnes handicapés moteur. Moteur seulement.

Parenthèse tant qu’on est dans les vérifications : l’affirmation de l’attaché de presse du CSS, donnée 2 jours plus tôt, selon laquelle «près d’un quart des supporters sont des femmes ; vous verrez au match» s’est révélé fausse, grassement fausse. Il doit y avoir 5 ou 6 femmes, nous comprises, dans le stade. Incontestablement, aller au stade est un loisir d’hommes.

Supporters handicapés moteur au bord du terrain

Je suis assise à côté de Sami. Je ne connais pas exactement la nature et le degré de son handicap mais on comprend qu’il n’est pas en capacité de suivre le match. Sa vision doit être assez minimale. Alors autant, je sais tenir la conversation sur divers sujets, autant, sur le football… j’ai loin d’avoir mille choses à dire. J’ai pu expliquer les règles à Alicia mais pour des commentaires techniques sur le jeu qui se déroule présentement devant nous, il faudra repasser. Alicia et moi avons peur que Sami s’ennuie et regrette un peu d’avoir accepté de nous accompagner. Le CSS a l’air de largement dominer le match, c’est le seul élément qu’on peut donner à Sami. Pour une analyse plus fine, nous faisons appel à Maen. Il est assis à l’autre bout du gradin, on lui demande s’il veut bien venir expliquer ce qui se passe à Sami. Maen commentera le match pour Sami le reste de la première période. Période durant laquelle il n’y aura aucun but.

Un but, un but… quand on est novice du football c’est ce qu’on attend avec le plus d’impatience, parce que c’est l’élément le plus tangible de la partie. Celui qu’on comprend aisément et qui explique les explosions de joie.

Pour l’heure le public de nos gradins est modérément agité. Il suit attentivement le match et s’émeut de chaque action en faveur ou en défaveur du CSS. Ce que j’appelle la concentration, ce sont des gens assis, le menton appuyé sur leur poing serré. Ce que j’appelle l’émotion, ce sont des gens levant les bras au ciel ou se tenant la tête de stress à chaque occasion de jeu. Vivement le but qui viendra apaiser tout le monde.

C’est la mi-temps. Pendant toute la première période, on grouillait d’aller là où l’ambiance est : dans la tribune Ultra. En effet, l’étude du mouvement avait fait partie de nos problématiques de recherche et rien de tel que l’empirisme pour solidifier ses hypothèses. Wassim, le doctorant sfaxien qui avait pu nous obtenir des places se renseigne auprès du personnel du stade. Après discussion il revient vers nous et nous explique que nous pouvons changer de tribune. Trop cool !

Sami ne tient pas particulièrement à changer de tribune. Il préfère ici car « c’est plus calme, plus rassurant ». Il est vrai que, vu de loin et, comparativement à la tribune où nous nous trouvons, la tribune Ultra semble déchaînée. Mais parce qu’il ne souhaite pas nous empêcher de bouger, il est prêt à faire l’effort, par gentillesse. Nous refusons de le forcer et de le mettre mal à l’aise. Une moitié de l’équipe, pas excessivement motivée à l’idée de changer, décident donc de rester là.

Nous nous faisons escorter durant la mi-temps jusqu’en « terre Ultra ». C’est pendant le temps du changement que le match reprend. A peine, le match reparti, le Club Sportif Sfaxien inaugure le score : un but, enfin ! … nous l’avons manqué. En effet, pour changer de tribune, il a fallu quitter les gradins. Le timing n’a pas joué en notre faveur. Nous avons manqué ce qui se révélera comme le seul but du match (désolée pour le spoiler).

Arrivée dans le virage où les différents groupes de supporters Ultras logent, l’ambiance est tout à fait différente. Elle est beaucoup plus animée. Les supporteurs agitent de grands drapeaux aux couleurs du club et entonnent des chants que tous connaissent par cœur.

En terre Ultra

Avant d’aller voir un match du CSS, j’étais conditionnée… presque de manière inquiétante. Depuis le début de notre voyage d’étude à Sfax je voyais du noir et du blanc partout- les deux couleurs du CSS. C’est-à-dire que mon œil et mon cerveau repéraient instinctivement les marquages urbains (tags plus ou moins complexes) et les produits dérivés (en vente un peu partout) témoins de l’entrain des Sfaxiens pour leur club. De fait, j’imaginais que le public du stade serait paré de blanc et de noir de manière indécente : il n’en était rien. Y compris en tribune Ultra. Et pourtant, nul besoin d’un accoutrement commun pour que l’ensemble des supporters semble uni. La ferveur pour le club est nettement palpable. Les chants s’enchaînent les uns après les autres avec le même entrain, puissant.

Il me semble entendre des paroles en italien par ci par là. Peut-être ai-je été sujette à des hallucinations auditives. Avant le match, pour les besoins de notre étude, nous avions survolé quelques éléments du référentiel des supporters Ultra du CSS. L’étude avait révélé que les supporters du CSS s’inspiraient librement des supporters de la Juventus. Je n’ai pas halluciné, j’ai bien entendu crier « Juve ! ».

Je crois qu’il y a un terme technique pour définir les moments de liesse et de craquage des groupes de supporters. Nous avons eu le privilège d’assister à un de ces moments. Sous les chants, encore plus intenses, les fumigènes se sont mis à fuser un par un jusqu’à recouvrir la tribune d’un épais brouillard. Vu de l’extérieur, je veux bien croire que la scène pouvait paraître apocalyptique. Pourtant, de l’intérieur, le moment paraissait incroyablement organisé. Propre. Je n’ai jamais utilisé le terme « vacarme organisé » à si bon propos. C’était spectaculaire, dans tous les sens du terme. La scène a duré quelques intenses minutes, puis les chants et les « remues » de drapeaux ont repris avec leur intensité de routine.

D’un point de vue sportif, je ne me souviens nullement ce qui s’est passé durant la seconde période de jeu ; trop occupée à regarder le remue-ménage des supporters. Cela dit, la vision « de derrière les cages » est certes, plus immersive, mais moins pratique pour suivre toute l’étendue du jeu avec précision. J’ai une excuse.

A la fin du match, après le coup de sifflet final, il n’y a pas eu de nouvelles scènes de liesse liée à la victoire. Le dernier chant, durant lequel les supporters agitaient mélodieusement la lampe torche de leur téléphone portable, était plutôt un chant apaisé. C’était une espèce d’adieu à l’équipe et au personnel du stade. Nous avons quitté les gradins dans le calme.

Avant de quitter le stade, ce fût pour nous le moment des dernières photos souvenirs. Nous avons retrouvé nos compères – restés dans la première tribune – pour une dernière photo de groupe. Chacun recueillait les impressions de chacun. On papotait entre nous si bien que notre attention s’est défaite du reste du public. Le temps de la séance photo, raisonnablement longue, le stade était totalement vide. Les supporters avaient évacué les lieux sans bruit, sans vague.

Les rues alentour étaient également déserte ! J’imaginais que les Sfaxiens zoneraient quelques temps autour du stade pour se féliciter de la victoire, mais non, ils s’étaient tous envolés, comme par magie. Le contraste entre le moment et l’ambiance 15 minutes auparavant était saisissant.

Nous avons tous agrippé un taxi (nettement plus facilement qu’à l’aller !) et nous nous sommes retrouvé en centre-ville, dans un des dénombrables bars de Sfax – le temps du débriefing.

Le lendemain matin, une de mes camarades et moi avons eu la chance de faire une visite guidée du stade, vide. La visite nous avait été proposé par un membre de la municipalité quelques jours auparavant. En ce lendemain de match, nous arrivèrent au moment du grand nettoyage. Les jardiniers remettaient la pelouse en état. Les balayeurs nettoyaient les espaces publics. Nul besoin de dire qu’il était difficile d’imaginer, sous le bruit sourd de la souffleuse qui aspirait les coquilles de graines de tournesol amassées dans les gradins, ce dont le lieu avait été le théâtre la veille.

Calme d’un lendemain de match

 

A suivre…

Texte et illustration de Florence P. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.