Faites Place!

Depuis 2012, les ateliers de coopération internationale en urbanisme à Sfax (Tunisie) et à Grenoble (France) structurent l’enseignement du projet des étudiants du Master « Urbanisme et Coopération Internationale » de l’Institut d’Urbanisme et Géographie Alpine. Dans le cadre de la coopération entre les deux villes, les étudiants produisent des expertises urbaines en équipe et avec les étudiants sfaxiens ainsi qu’avec de nombreux partenaires locaux, universitaires et de la société civile. Les étudiants grenoblois travaillent 10 jours à Sfax chaque novembre. Cette année, le thème général de l’atelier « Faites place! » renvoie à la place de l’enfant en ville, du lien entre la gare et son territoire et sur la place de l’équipement sportif.

Sfax, deuxième métropole de Tunisie avec environ 600 000 habitants, a connu une urbanisation spectaculaire de la fin du XXe siècle au début du XXIe siècle. Longtemps toute entière comprise dans sa médina dont elle s’enorgueillit de posséder murailles et tracés d’origine, elle a doublé de taille lors de la colonisation et des conquêtes urbaines au détriment de la mer. A partir des années 70, sa population qui migraient au gré des saisons de la ville historique vers les borjs et jnens de la périphérie, a cessé d’habiter le centre pour lotir l’intérieur des terres. La ville s’est étalée en suivant les radiales menant aux autres villes du pays (urbanisation en doigt de gant) et a consommé nombres de terres, autrefois nourricières et terrains de jeu, pour l’habitat mais aussi le commerce, les services, l’enseignement, la santé ou l’industrie.

La mobilité des habitants est principalement motorisée (véhicules personnels, taxis et bus) et la circulation y est très dense, engendrant une importante pollution atmosphérique. La ville cherche depuis quelques années à desserrer le centre-ville et à améliorer la qualité de vie en proposant plusieurs grands projets urbains : projet d’urbanisation des terres gagnées sur la mer au nord de la ville (projet Taparura), projet d’instauration d’un système de transport urbain par rail (métro-léger) et projet de construction d’une cité sportive en lien avec l’Etat.

Au-delà du cas de Sfax, ces projets nous interrogent plus globalement sur la place que nos métropoles sont en mesure de faire, en leur sein, pour les plus jeunes et les plus fragiles. Comment pouvons-nous aménager nos métropoles pour qu’elles soient accessibles, ouvertes, accueillantes ; pour qu’elles permettent une mobilité pour tous, des espaces de rencontre, de jeux, de sports, un accès la mer, etc ? L’atelier et son séminaire conclusif se proposent d’aborder ces questions selon un triple axe :

1/ La place de l’enfant en ville

Nous faisons le constat du progressif enfermement de l’enfant dans la ville d’aujourd’hui en lien avec les modes éducatifs, les évolutions des mobilités automobiles, des nouvelles pratiques récréatives (jeux de tablette) et les problèmes/sentiment d’insécurité. Pourtant, toutes les études environnementales et psychologiques soulignent l’importance des loisirs actifs chez l’enfant et de la découverte de la ville pour la construction personnelle. Face à ces constats et recommandations, quelles réponses peuvent apporter les professionnels de la fabrique de la ville ? Terrains d’étude à travers certains espaces comme la médina ou les parcs et espaces sportifs, existants et en projet.

Entrée principale du Stade T. M’hiri, Sfax, 2017

2/ La place des espaces de sports et des complexes sportifs dans la ville

La ville de Sfax manque d’espaces sportifs que cela soit pour le sport professionnel (avec un stade Taïeb M’hiri vieillissant mais central et le projet au long cours de « cité sportive ») mais aussi de « sport pour tous ». Les salles de sports privées se multiplient pour répondre aux besoins de la population. Dans le même temps toutes les études sanitaires soulignent l’importance de la pratique d’une activité sportive dans le développement de l’enfant et des adultes. Comment rendre la ville plus favorable à la pratique sportive pour tous ? Quels sont les enjeux en termes d’équipements sportifs pour le sport professionnel et l’accueil des manifestations nationales et internationales ? Terrain d’études : les espaces libres en ville, les complexes sportifs Cicaldi et « 2 mars » ; le projet de Cité Sportive et l’évolution du Stade M’hiri.

Arrêt du train dans la banlieue de Sfax

3/ Le chemin de fer dans sa ville

La ville de Sfax est un nœud de communication ferroviaire entre Tunis au Nord, Gabès (Sud) et Gafsa (Sud-Ouest). Par elle passe tout à la fois un important trafic industriel (phosphate, produits d’équipement) et de voyageurs. La gare est localisée à quelques encablures de la vieille ville. Sa voie principale longe la route de Tunis. L’emprise de la gare de triage est importante et constitue une coupure entre la ville et son littoral (futur quartier de Taparura). Au sud, la voie coupe depuis les années 90 et la création de Sfax Al Jadida la ville de son port. Se pose aujourd’hui la question du devenir de la gare et des emprises ferroviaires dans le cadre des projets en cours ou à venir de métro léger, de Taparura, de développement de l’aile sud de la ville autour du port et des salines. Comment faire évoluer la relation entre le chemin de fer et Sfax ? Quelle est la place de la gare dans la ville actuelle ? Comment mieux la connecter aux trois grands tissus urbains historiques (le bled al’arbi, Bab Bahr et Al Jadida) ainsi qu’au littoral (salines, port industriel, port commercial, Taparura)? Trois pistes de projet : 1/ réhabilitation de la gare à son emplacement, 2/ la translation à quelques centaines de mètres vers la Poudrière, 3/ Délocalisation au km11 vers el Ons. La gare de voyageur et la gare de fret doivent-elles être dissociées ?

L’équipement sportif:nouveau totem urbain?

Jean-Jacques Pazdzior, est paysagiste et vient d’obtenir le Master en Urbanisme & Aménagement de l’IUGA en formation continue. Il a soutenu en septembre son projet de fin d’étude sous ma direction. Son travail portait sur l’équipement sportif comme nouveau totem urbain, sous-titre: quelle histoire urbaine nous raconte les équipements sportifs?

Jean-Jacques Pazdzior explique, dans l’introduction à son travail, que « le sport possède un nombre conséquent de vertus pour répondre à des problématiques sociales et faire briller un territoire. Mais le sport, pour profiter pleinement de ses vertus, demande un réseau d’infrastructures pour une pratique cohérente. Certes, l’espace public peut devenir un espace qui permet la pratique sportive mais l’équipement devient incontournable pour l’apprentissage, le vivre ensemble, la résolution de certains maux, l’organisation d’évènements et le soutien au sport de compétition. Pour autant, engager la collectivité dans la construction d’équipements sportifs participe- t-il au processus de production de l’espace comme n’importe lequel des bâtiments publics ou valorise- t-il uniquement l’action édilitaire ? »

Après une mise en perspective historique de l’équipement sportif dans nos sociétés développées, le travail présente trois études de cas, différentes dans leurs objectifs, le territoire dans lequel elles s’inscrivent, leur positionnement géographique dans la cité. Ces monographies portent sur Montpezat-sous-Bauzon et son « gymnase multisports symbole d’équité territoriale », Montpellier et la Sud de France Arena, « un équipement «caméléon» pour diffuser une image » et enfin l’Orange Velodrome en tant que « condensé de Marseille ». À partir de ces trois monographies, Jean-Jacques Pazdzior explique l’attrait que revêtent les infrastructures et équipements sportifs dans le processus de production de l’espace urbain ou rural.

Crédit photo: JJP

Petit saut au pays du football-vrai

Ce mois de mars 2019, j’ai été interviewé par Victor Fuseau, étudiant en Master 2 « Nouvelles Pratiques Journalistiques » de l’Institut de la communication (ICOM), Université Lyon 2, dans le cadre de la préparation de son projet journalistique « Groundhopping : Voyage au pays du football-vrai ».

Victor Fuseau défend la thèse, que le groundhopping se développe maintenant en France, après être né en Europe du Nord. Les clubs saisiraient cet attrait pour le tourisme sportif pour booster leur attractivité dans ce domaine, notamment par la création de musées et l’attraction d’un nouveau public.

Néanmoins, et à l’image des groundhoppers britanniques préférant les stades de clubs non-professionnels, ce mouvement prônerait aussi un retour au « football vrai », en opposition à son exploitation commerciale et marketing; la création de stades modernes, aseptisés et éloignés des centres-ville ne correspondant pas toujours aux motivations des groundhoppers.