Le voisinage des stades

Le 26 janvier 2022, Robin Richardot, journaliste de L’Équipe Magazine, m’interrogeait pour un article en cours sur la vie au voisinage des stades; occasion de rappeler que, dans l’histoire, le stade a souvent été “contre la ville, tout contre”,  pour paraphraser Sacha Guitry. L’histoire des rapports ville-stade nous enseigne que le stade est situé au voisinage des villes avec de grandes différences selon les époques.

A l’époque de l’Antiquité grecque, le stade sous toutes ses formes (gymnase, palestre, stade proprement dit et hippodrome) s’implante hors la ville mais dans le paysage de la cité, séparé d’elle par une enceinte sacrée. Les dieux y résident, pas les hommes, même si les jeux à Athènes, Delphes, Corinthe ou Olympie attirent des milliers de spectateurs.

Le stade de l’Antiquité romaine (amphithéâtre et hippodrome) est de nature plus urbaine. Il s’implante à proximité de la ville ou s’inscrit dans un îlot de la grille quand il n’est pas un élément de la muraille (Trèves).  L’équipement génère son propre quartier comme toute grande infrastructure avec son réseau viaire, ses ludii, ses échoppes de colifichets, et parfois même son cimetière de gladiateurs. C’est un lieu de mixité sociale et de rencontre:

“Le cirque, avec son nombreux public, offre de multiples occasions. […] Assieds-toi contre celle qui te plaît, tout près, nul ne t’empêche : approche ton corps le plus possible du sien ; heureusement la disposition des places force les gens, bon gré mal gré, à se serrer ; et les dispositions du lieu oblige la belle à se laisser toucher. Cherche alors à engager une conversation qui servira de trait d’union, et que tes premières paroles soient des banalités. A qui sont les chevaux qui viennent là ? demanderas-tu avec empressement, et, immédiatement, son cheval favori, quel qu’il soit, doit être le tien […]. Si, comme il arrive, il vient à tomber de la poussière sur la poitrine de la belle, que tes doigts l’enlèvent ; s’il n’y a pas de poussière, enlève tout de même celle qui n’y est pas : tout doit servir de prétexte à tes soins officieux.” Ovide, L’art d’aimer, Livre I.

Le stade peut aussi être sans toit ni lieu et prendre la ville et la campagne comme terrain de jeu sans limite. Dans les cités minoennes de Crête, les jeux impliquent de sauter au-dessus de taureaux en courant sur la place centrale de la cité-état. Le stade est aussi partout et nulle part lors du Moyen-âge européen. La place, la rue, les fortifications, les champs et les chemins sont terrains de jeux pour le palio, le calcio, la soûle, la tauromachie, le tir à l’arc ou les combats de chevalerie. La ville est une totalité englobante. Il y a une complète porosité entre l’espace public de la rue et des places et l’espace intérieur (atelier, lieu de culte, théâtre). Les fenêtres et les balcons des maisons servent de tribune avant qu’une très progressive séparation ne s’opère. 

Avec le stade de la ville industrielle (19 et 20e siècles), le stade devient équipement de quartier. Le stade anglais, britannique devrions-nous dire, naît de l’espace vert d’un parc (geste philanthropique d’un entrepreneur) ou de l’espace libre d’une friche. Il naît du sol urbain et le football ground lui doit son nom: the Valley, the Den ou la tanière, St-James Park, Anfield road, etc. Intimement lié à une communauté, le stade se construit près d’elle, parfois sans aucune distance de sécurité. Il est ouvert sur la ville par ses quatre angles et érigé avec des matériaux issus de l’industrie voisine (bois, acier, déchets industriels).

Avec le stade du mouvement moderne (20e siècle),  le stade devient un objet de politiques publiques. C’est une arme au service d’un projet de lutte contre les maladies, l’alcoolisme, la dégradation physique et morale de l’homme industriel. Le stade est l’hygiène et la vie en action.  Dans un tel projet fonctionnaliste, le stade s’implante à proximité de la ville ou dans les quartiers, dans des « zones » destinées à l’éducation ou aux loisirs (plaine des sports, parc), souvent avec d’autres équipements sportifs.

Avec les stades contemporains (depuis le début des années 1990), la relation de voisinage entre stade et ville oscille entre la recherche de proximité comme avec Grenoble et le stade des Alpes et l’éloignement comme à Décines avec le Groupama stadium.

Stade et ville de demain entretiendront-ils des relations de bon voisinage?

Brest, nouveau modèle?

Le 20 avril 2022, Elio Bono, journaliste de France Info, publiait un article sur le projet de stade à capacité réduite du Stade Brestois; article pour lequel nous lui avons donné un entretien: “Ligue 1 : avec un nouveau stade à capacité réduite, Brest propose-t-il un nouveau modèle pour le foot français ?

Comme l’explique Elio Bono, ce “mercredi 30 mars, les dirigeants du Stade Brestois ont officiellement présenté le projet de nouvelle enceinte. Annoncé une première fois en 2018, le stade devrait voir le jour en 2026.” Le Stade Brestois va s’offrir une nouvelle enceinte de 15 000 places pour une aire urbaine de 320 000 habitants. Cette capacité est similaire à celle de l’actuel stade Francis-Le Blé mais elle est inférieure à celles observables dans les stades livrés lors de la dernière décennie dans des agglomérations de taille comparable comme Le Havre (Stade Océane, 25 178 places pour 269 000 habitants, 2011), Le Mans (MMArena, 25 064 places pour 205 000 habitants) ou Valenciennes (Stade du Hainaut, 25 000 places pour 192 000 habitants).

Le programme semble inspiré par une vision business, compatible avec les caractéristiques et les moyens socio-économiques du territoire : localisation hors du centre-ville, à proximité des voies de communication, maîtrise d’ouvrage par les propriétaires actuels du club, 2 000 m2 d’espace de loisirs pour la famille et un pourcentage élevé de places VIP/Loges (3 200 places en loges sur les 15 000 au total). Les “petites métropoles”, comme Brest, et les agglomérations françaises moyennes feraient-elles l’hypothèse que, pour faire survivre leurs clubs professionnels, il faut non seulement compter sur les droits TV mais surtout bien ratisser le tissu économique environnant? Quitte à jouer sur l’effet de rareté comme le fait La Rochelle, en rugby, avec son stade Marcel-Deflandre de 16 000 places qui fonctionne régulièrement à guichet fermé (172 000 habitants dans l’agglomération). Le projet brestois, qu’on peut lier aux modèles turinois et décinois, relèverait d’une approche ‘business’, et non plus seulement ‘public’, ce qui n’empêche pas, bien au contraire, la participation de la puissance publique à la construction de ces stades.