Archives par mot-clé : Ambiance

Henry Miller. Le stade de Delphes

Henry Miller est un romancier et essayiste (1891-1980) devenu sur le tard une des grandes figures de la littérature américaine. Né à Brooklyn (New-York), Miller exerce divers petits métiers avant de décider de partir vivre à Paris et devenir écrivain. Il y mène une vie de bohème tout en écrivant ses premiers romans autobiographiques. L’un d’eux, Le Colosse de Maroussi (The Colossus of Maroussi), est un récit de voyage en Grèce, en 1939, année idéale pour visiter l’Europe! Il décrit, avec poésie, les villes et campagnes grecques : «La lumière de la Grèce m’a ouvert les yeux ; elle a pénétré mes pores et dilaté tout mon être». 

Le passage sur la montée au stade antique de Delphes a beau être court, il est beau tout court:
« Après avoir erré parmi les colonnes brisées, nous escaladâmes le sentier tortueux qui mène au stade, tout en haut. Katsimbalis ôta son pardessus et couvrit la distance, de bout en bout, à pas de géant. Le cadre est spectaculaire. Le stade est situé juste au-dessous de la crête ; on a l’impression que, la course finie, les conducteurs de char, enlevant leurs attelages et bondissant par-dessus la cime, devaient foncer dans l’azur. L’atmosphère est surhumaine, enivrante à la folie. Tout ce qu’il y a d’extraordinaire et de miraculeux dans Delphes, se rassemble ici dans le souvenir des jeux qui se disputaient dans les nuées. »

Stade antique de Delphes avec ses tribunes construites par l’évergète Hérode Atticus en 147.

Henry MILLER, Le colosse de Maroussi, (The Colossus of Maroussi, 1941, traduction de Georges Belmont), Paris : éd. Du Chêne, 1958.

La grande scène du foot: analyse de l’ambiance du stade Maracanã après la rénovation pour la coupe du monde de 2014

Natália Rodrigues de Melo est une jeune brésilienne qui fait une thèse d’Architecture à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue le résumé d’une conférence qu’elle donnera dans le cadre d’un séminaire de recherche de l’équipe Villes et Territoires du laboratoire le mardi 11 juillet de 15h30 à 17h30 à la Cité des Territoires, 14 avenue Marie Reynoard, Grenoble. Torcedor bienvenu.

 

Les éléments architecturaux et symboliques d’un stade (le format de l’arène, la visibilité depuis toutes les parties, la proximité physique, le terrain mise en scène), la manifestation ludique du football et les relations établies entre les supporteurs constituent les images archétypales du rituel footballistique. Ils fabriquent, aussi, la notion de Lieu et favorisent la construction d’une mémoire collective, certainement développée depuis de nombreuses années.

Par conséquent, ce contexte permet la construction d’une partie de l’identité de nombreuses personnes et contribue à l’ambiance des stades. Ces derniers sont les dépositaires d’histoires, de significations et de symboles tellement imbriqués que, une fois imprégnés et guidés par l’ambiance (ici comprise comme un domaine moral, éthique et social qui définit un groupe), ils deviennent les dépositaires de la mémoire, en particulier dans le contexte brésilien qui est marqué par un besoin pressant de développer ce sport dès le plus jeune âge.

Nous partons de l’hypothèse que cette atmosphère est un élément central et essentiel dans l’aptitude des lieux à la métamorphose. Nous essayons donc d’analyser le stade de football comme un lieu de mémoire collective et comme un terrain pour le développement d’une praxis et d’une identité spécifiques afin de comprendre le rôle prédominant de l’ambiance dans la construction de la notion du Lieu ‘footballistique’.

Notre choix est guidé par la vogue du débat autour des stades de football brésiliens qui ont accueilli la Coupe du Monde de Football de 2014 et des travaux qu’ils ont subi afin de répondre à un « standard international » qui a changé radicalement la configuration de ces espaces et, par conséquent, la configuration des lieux.

Nous avons choisi le Stade Maracanã comme terrain d’étude et nous avons utilisé l’analyse des réhabilitations qui y ont eu lieu dès son inauguration jusqu’à nos jours afin de comprendre le rôle de l’ambiance comme un précédent de la valeur physique du bâtiment.

 

Le texte ci-dessous a été écrit par Natália Rodrigues de Melo; édité et mis en forme par Jean-Michel Roux.

Références bibliographiques
ALENCAR, Helenira Fonseca de; FREIRE, José Célio. O lugar da alteridade na psicologia ambiente. Revista Mal-estar e Subjetividade. Vol. II. Nº 002. Fortaleza: Universidade de Fortaleza, 2007, pp. 305-328
AUGÉ, Marc. Não-lugares: introdução a uma antropologia da supermodernidade. Campinas: Papirus, 1994
BERGSON, Henri. Matéria e memória. Trad. Paulo Neves. 2 a ed. São Paulo: Martins Fontes, 1999.
CRUZ, Antônio. A nova economia do futebol: uma análise do processo de modernização de alguns estádios brasileiros. 114f. 2005. Dissertação (Mestrado em Antropologia Social) ─ Universidade Federal do Rio de Janeiro, Museu Nacional, Rio de Janeiro.
FERREIRA, Fernando da Costa. Maracanã: de centralidade popular a arena para a sociedade do espetáculo. Anais do XIII Simpósio Nacional de Geografia Urbana. Rio de Janeiro, 2013.
GIRÃO, Cláudia. Maracanã: destruir ou preservar. In: Vitruvius, ano 12, fev. 2012. Disponível em: http://www.vitruvius.com.br/revistas/read/projetos/12.133/4225. Acesso em setembro de 2013.
HALBWACHS, Maurice. A memória Coletiva. São Paulo: Vértice, 1990.
LIMA, Solange Terezinha de. Percepção Ambiental e Literatura – Espaço e Lugar no Grande Sertão: Veredas In: DEL RIO, Vicente; OLIVEIRA, Lívia (orgs.). Percepção Ambiental: A Experiência Brasileira. São Carlos: Editora da UfScar/ Studio Nobel, 1996, p.153-172.
LYNCH, Kevin. A Imagem da Cidade. São Paulo: Martins Fontes, 1997.
MAFFESOLI, Michel. O tempo das tribos. Rio de Janeiro: Forense Universitária,1997.
MASCARENHAS, Gilmar. Construindo a cidade moderna: a introdução dos esportes na vida urbana do Rio de Janeiro. In: Revista Estudos Históricos Nº 23. Esporte e Lazer, 1999. Rio de Janeiro: FGV, 1999.
MÁXIMO, João. Maracanã: meio século de paixão. São Paulo: DBA, 2000.
MOURA, Gisella de A. O Rio corre para o Maracanã. Rio de Janeiro: FGV, 1998.
NEGREIROS, Plínio José de C. A Nação entra em campo: futebol nos anos 30 e 40. São Paulo: Pontifícia Universidade Católica, 1998. (Tese de doutorado).
PEREIRA, Leonardo A. Footbalmania. Uma história social do futebol no Rio de Janeiro, 1902-1938. Rio de Janeiro: Nova Fronteira, 2000.
PINHEIRO, E. A Cidade no Fragmento: lugar e poiesis no Largo da Carioca. Dissertação de Mestrado. Rio de Janeiro: Proarq/FAU/UFRJ, 2004, 207p.
POLLAK, Michael. Memória e Identidade Social. In: Estudos Históricos. Rio de Janeiro, vol.5, n° 10, 1992.
POL, Enric. La apropriación del espacio. In: L. Iñiguez & E. Pol (Orgs), Cognición, representación e apropriación del espacio. (pp. 45-62) Barcelona, España: Universitat de Barcelona, 1996
TUAN, Yi-Fu. Topofilia: Um Estudo da Percepção, Atitudes e Valores do Meio Ambiente. São Paulo: DIFEL, 1981.

L’ambiance des stades

Le texte ci-dessous est la reproduction d’un article publié dans le numéro 393 de la revue Urbanisme qui consacrait son dossier aux « Grands stades en quête d’urbanité » à l’occasion de la Coupe du monde de football de 2014 au Brésil.

Si l’ambiance d’un match peut déconcerter voire inquiéter, elle sait aussi motiver et passionner public autant que joueurs. Les médias ne s’y trompent pas, lorsqu’ils commencent les retransmissions par un zoom sur les tribunes en fête et par l’usage du bien nommé « micro d’ambiance ». La réputation des stades se fonde pour partie sur les représentations que nous avons de leurs ambiances : survoltée du Vélodrome, délétère du Parc des Princes, bon enfant du Roudourou1 ou de ce stade de club amateur.

L’ambiance est un enjeu : économique (vendre un événement, rentabiliser un équipement, développer une entreprise de spectacle sportif), social (créer une identité collective), politique (signifier l’avènement d’un territoire ou d’une nation). S’assurer une bonne ambiance devrait aussi être un sujet d’analyse et un enjeu de projet pour les concepteurs de stade, les gestionnaires et les élus locaux2. Mais qu’est-ce qui fait l’ambiance d’un stade et comment l’évaluer ? Est-il possible de prédire, projeter et manager une ambiance ? Le champ de la recherche architecturale et urbaine – entre autres avec le laboratoire Cresson3– a tenté depuis une quinzaine d’années de qualifier cette notion d’ambiances architecturales et urbaines. Une ambiance implique un rapport sensible au monde, synesthésique (par chacune des modalités sensorielles) autant que cénesthésique (impression générale). Elle ne se réfère pas à une échelle spatiale ou temporelle particulière. Elle nécessite dans son analyse une approche pluridisciplinaire portant une attention aux dimensions construites, sociales et sensibles de l’espace habité4.

Laissons ici de côté les dimensions construites et sociales5 pour nous concentrer sur la dimension sensible. Nous faisons l’hypothèse que la conception et le management actuels des stades français prennent mal en compte cette dimension sensible. Ils sont principalement intéressés par le construit et partiellement par les usages, le plus souvent vus sous l’angle de la sécurité ou du marketing. Un grand nombre d’études ou de rapports portent sur l’aspect fonctionnel des stades ou sur la sociologie des publics, rarement sur leur perception sensible par leur public, et croisent plus rarement encore les trois dimension6.

Une expérience sensible
Aller au stade et assister à un match, c’est faire une expérience sensible dans la mesure où nos cinq sens seront convoqués. Cette expérience sera qualitativement différente selon de nombreux paramètres (qualité du spectacle, conditions météorologiques, emplacement dans les tribunes, etc.). L’expérience sensible dépendra aussi de la typologie des publics du match. Une personne peut être, c’est selon, spectateur, supporter ou fan. Le premier vient voir un spectacle quand le second assiste à un match en soutenant l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante. Les fans (ultras, associés, etc.) sont, quant à eux, des supporters engagés et militants qui escomptent peser collectivement sur l’issue d’un « combat ».

La nature, l’intensité, la qualité des stimuli sensoriels seront d’autant plus fortes que l’implication de l’individu dans le match ira croissant, comme le montrent les résultats d’une enquête réalisée sur le stade Geoffroy-Guichard lors de la saison 2005-2006. Sachant qu’une ambiance se vit et se raconte, nous avons mobilisé plusieurs techniques venant de l’analyse sociale des espaces publics, afin de qualifier les ambiances d’un match : observation située, collecte de récits de vie, carte mentale et captation photographique, sonore ou vidéographique7 . Limitons-nous ici aux résultats de la seule expérience visuelle.

Le spectateur regarde sans être vu : son expérience sensible reste de faible intensité et qualité. Il paie pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête et pour se rendre compte de visu si le stade est à la hauteur de sa réputation. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière. Son expérience sera, quoiqu’il arrive, relativement sensible. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant parfois à être vu grâce à son accoutrement. Les fans ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un combat aux côtés des joueurs et ont conscience de leur importance. Être un fan, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. L’expérience visuelle est intense, même si elle peut paraître a priori insatisfaisante. Et bien que placés dans les tribunes ayant la moins bonne vision, les fans sont l’objet de tous les regards. Ils cherchent d’ailleurs à produire un effet visuel à travers leurs tifos (spectacles d’avant-match) et une gestuelle complexe et collective qui visent, en faisant masse, à animer le stade et impressionner le visiteur.

L’ambiance d’un match nous semble ainsi relever pour partie de la combinaison de ces types de publics. Les spectateurs s’additionnent imparfaitement et leur nombre n’est jamais la garantie d’une bonne ambiance. Ils sont avant tout une somme d’individus parvenant à faire corps dans les moments d’excès sensoriel et à produire un effet multiplicateur. Tout dépend cependant du résultat du match, et l’effet peut être aussi bien positif que négatif : c’est la ola ou la bronca. Seuls les fans sont des facteurs d’ambiance, l’effet de leur regroupement étant de l’ordre de la démultiplication.

Des ambiances en projet
Ainsi, par la mise en récit des usagers et par l’analyse minutieuse des dispositifs spatiaux, des organisations sociales et des configurations sensibles des stades et de leurs publics, est-il possible de s’approcher d’une compréhension des ambiances ? Est-il envisageable de prédire une ambiance, de la concevoir, de la garantir, de la gérer ? Il semble imaginable de penser le projet et la gestion des stades afin de rendre possible certaines configurations spatiales, sociales, sensibles favorables à l’émergence d’une « bonne ambiance ». Mais sa prédictibilité paraît quasi impossible. Pour qu’une ambiance « prenne » comme une mayonnaise, il faut a minima rassembler tous les ingrédients mais, quand bien même, la réussite restera aléatoire…

Faisons ensuite le constat que, depuis le rapport Taylor8 en 1990 et sous l’influence des instances nationales et internationales régissant le football (ligues nationales, UEFA, FIFA, États, etc.), la qualité construite des stades a considérablement été améliorée en Europe. La réflexion sur la dimension sociale a aussi entraîné un profond bouleversement dans la façon dont est considéré l’usager.

Nous sommes entrés dans l’âge du « stade plus que moderne », celui du contrôle et de la consommation9. Les foules sont ségréguées, privées de toute valeur sociale et les individus atomisés, réduits à l’état de clients. Les frontières externes comme internes sont désormais complètement imperméables. Les stades, qui étaient des espaces publics socialisants au même titre que les parcs ou les places, deviennent des espaces de consommation, des tradiums10. Certes dus à des architectes de renom, ils sont l’objet d’une grande sophistication technique mais leur « authenticité » est désormais manufacturée. Il en ressort un double phénomène : une amélioration de l’équipement et de son usage pour le consommateur mais un appauvrissement de la qualité sensible pour le spectateur. Concepteurs et gestionnaires cherchent à agrandir les stades afin d’atteindre une taille critique nécessaire à la bonne économie des projets, espérant ainsi que le nombre de spectateurs sera de nature à générer par lui-même de l’événement.

Cependant, comme nous venons de le voir, le nombre de spectateurs ne garantit pas une bonne ambiance. Seuls les fans, qui existent d’abord en tant que corps social plus ou moins constitué, sont des facteurs d’ambiance. Leurs instincts grégaires les conduisent à faire masse et leur sens social à faire corps à travers des associations, sections ou clubs… mais ils sont difficilement prédictibles et gérables.

Lever un paradoxe
Pour envisager une meilleure prise en compte de la dimension sensible, il conviendrait de lever un paradoxe. Alors que nous venons de voir les ambiances – et la bonne commercialisation du spectacle sportif – dépendre de la présence de supporters et de fans, tout est mis en oeuvre au profit des seuls spectateurs. L’homme est pensé comme une menace quand il s’agrège à son voisin. Projeteurs et gestionnaires de stade n’apprécient guère que leurs clients atomisés puissent faire masse et fusionner avec leurs voisins pour produire une réaction chimique aléatoire. Clubs et gestionnaires encouragent le corps intermédiaire et rassurant qu’est la famille, tolèrent parfois l’association de supporters dans la mesure où elle se place sous leur autorité, se méfient ou combattent les ultras.

Si masses il y a, ce sont pourtant celles des mass media. Depuis vingt-cinq ans, la télévision a considérablement modifié l’architecture et la gestion des stades (toit rétractable, pelouse chauffée et/ou synthétique, éclairage artificiel, etc.). Le temps ritualisé du match a cédé la place au spectacle permanent. Le coût de gestion des enceintes sportives a considérablement augmenté en conséquence. Il en a résulté une nécessité d’augmenter également les prix des billets et de générer des recettes de merchandising supplémentaires. L’homme est pensé individuellement comme consommateur d’un spectacle sportif et de ses produits dérivés. On veille à son confort (assise, vision, sécurité) afin de le mettre dans les meilleures dispositions pour passer à l’achat. C’est la sainte trinité des aménités : « buvettes, toilettes, emplettes ».

Victimes symboliques de ce changement de paradigme, les « places debout » sont combattues avec énergie… alors même que des clubs nord-américains les réintroduisent, justement afin de recréer une atmosphère propice à la commercialisation de l’événement11.

Prendre en compte l’homme et sa douleur
Une fois ce paradoxe levé, peut-être conviendrait-il de remettre l’homme au coeur du projet. Accepter qu’il puisse éprouver ses propres émotions. Prenons le cas de la douleur, comme nous le suggère Pierre Sansot dès 198612. La douleur d’être au stade est une réalité que presque aucun projeteur ou gestionnaire ne souhaite prendre en considération. Elle est pourtant intrinsèque au spectacle sportif, comme le montrent nombre de récits de vie de supporters13.

Comparaison est parfois faite des stades et des églises. Sauf que dans l’ambiance d’une église, le construit, les usages, le sensible convergent pour signifier que nous sommes dans un lieu où joie, douleur et espoir sont indissociables. Les scènes de nativité, d’entrée glorieuse dans Jérusalem, de procès, de torture, d’abandon, de supplice, de mort et de résurrection se succèdent ou coexistent. Rien de tout cela dans un stade neuf. Nulle ambiance manufacturée des stades modernes ne prend en compte la douleur du supporter. Il arrive même souvent qu’on souhaite effacer une mémoire douloureuse, comme en rebaptisant un stade théâtre d’un drame14.

Il est certes difficilement concevable de gérer la douleur, mais nous pouvons prendre en considération dans un projet les lieux et les hommes qui les habitent. Il y a ainsi différentes façons, plus ou moins symboliques, d’avancer sur ce point :

• offrir des bouts de pelouse ou de béton du stade à démolir… mais pas les vendre comme ce fut le cas pour le Maracanã de Rio lors de sa récente rénovation ;
• garder la mémoire. Le stade de l’Olympiakos Le Pirée, qui accueille les fans de la Gate 7 dont plusieurs membres ont péri lors d’un accident, conserve une trace de leur présence par des sièges de couleurs différentes correspondant aux absents ;
• permettre la dispersion des cendres d’un fan sur le – ou à côté du – stade, comme le demande ce supporter de Boca Junior : « S’il vous plaît, faites votre possible pour que mes cendres puissent être introduites dans la Bombonera et dispersées sur le terrain »15 ;
• permettre le travail de deuil. Nombre de supporters et de fans s’imposent d’assister au « dernier match », afin de faire le deuil du haut niveau, du trop vieux stade ou du club quand il est mis en liquidation… Les clubs éteignent parfois les lumières en vitesse et poussent dehors les supporters qui restent là, silencieux, hagards ou furieux. Poussons-nous les membres d’une famille hors d’un cimetière une fois la tombe refermée ?

Comment faire alors pour prendre en compte la dimension sensible dans le projet et la gestion des stades ? Peut-être une solution serait-elle de repenser les stades à travers le triple prisme de l’espace public, du temps public et du corps public. Le stade, même privé, est un lieu recevant du public, socialisant, même imparfaitement, et générant des enjeux urbanistiques et sociaux qui méritent de le considérer comme tel.

 

ROUX Jean-Michel, « L’ambiances des stades », Urbanisme, n°393, dossier « Grands stades en quête d’urbanité », 2014, pp. 60-62, ill. Article reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, L’ambiance des stades, in Au stade des villes, 08/03/2017, https://stade.hypotheses.org/488.
  1. Stade de Guingamp. []
  2. La Ligue nationale de football en a pris la mesure, qui a mis en place un « championnat de France des tribunes ». www.lfp.fr []
  3. Le Cresson est un laboratoire de l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble et du CNRS, UMR 1563 « Ambiances architecturales & urbaines ». Cf. sur ce thème : Jean-François Augoyard, « L’environnement sensible et les ambiances architecturales », in L’espace géographique, 1995, n° 4, pp. 302-318, ou Pascal Amphoux, Jean-Paul Thibaud et Grégoire Chelkoff (dir.), Ambiance en débats, Bernin, Éditions À la Croisée, 2004. []
  4. Nicolas Tixier, dossier « Ambiance(s). Ville, architecture, paysages », Culture et Recherche, n° 113, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 2007. []
  5. L’ambiance d’un stade dépend de sa dimension construite, i.e. de son insertion dans une ville ou un quartier, et de son architecture mais aussi de la sociologie des publics, de la qualité du spectacle et du type d’événement qui s’y déroule. []
  6. Cf. par exemple Jean-Louis Valentin (rapporteur) et Philippe Seguin (président), « Grands Stades Euro 2016 », Rapport de la commission Grands Stades Euro 2016 présenté au ministre des Sports, Paris, 2008. []
  7. Jean-Michel Roux (dir.), Un stade dans la ville. L’analyse des ambiances et publics d’un stade de football. Le cas de Geoffroy-Guichard à Saint-Étienne, Ville de Saint-Étienne, Archives municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire, 2005-2006 ; ou Grégory Charbonnier, Jean-Michel Roux et Cendrine Sanquer, Le Stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines, n° 5, 2006. []
  8. Peter Taylor, The Hillsborough Stadium Disaster, 15 April 1989. Inquiry by the RT Hon. Lord Justice Taylor, Final Report, Presented to Parliament by the Secretary of State for the Home Department by Command of Her Majesty, Londres, HMSO, 1990. []
  9. Christopher Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the Cultural Landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin (États-Unis), University of Texas Press, 2008. []
  10. Néologisme de John Bale dans Sport, Space, and the City en 2001 de la contraction de trade (commerce) et stadium. []
  11. Tom Dunmore, « Denver Does Terraces: Standing in Major League Soccer », http://pitchinvasion.net. []
  12. Pierre Sansot, « Vers une sociologie des émotions sportives », in Les Formes sensibles de la vie sociale, PUF, 1986, p. 92. []
  13. Par exemple, Tim Parks dans Une saison de Vérone (2002). []
  14. Á Bruxelles, l’appellation « Stade du Roi Baudouin » essaie péniblement d’effacer les stigmates du drame du Heysel, en 1985. []
  15. So Foot. Football total et contre-culture, Solar Éditions, 2010, p. 52. []

Spectateurs, supporters, fans… et visiteurs

L’ambiance d’un stade comme Geoffroy-Guichard dépend en partie de son architecture, de la nature du match qui s’y déroule (championnat de France ou coupe du monde) mais aussi de la composition très particulière du public : spectateurs, supporters, fans mais aussi visiteurs contribuent tous, à leur manière, à façonner l’ambiance du “chaudron”. Retour sur un texte publié en 2006.

 

Le spectateur
Il vient pour assister à un spectacle mais n’est pas directement partie prenante du match. En principe plutôt sympathisant de la cause, il n’en demeure pas moins que sa posture se résume comme suit : “c’est la télé mais en mieux”. Son principal souci est de bien voir. Il recherche donc les tribunes latérales ou supérieures ce qui l’éloigne de fait des tribunes où se massent supporters et fans. Certes il vient pour écouter les “chœurs de Geoffroy-Guichard” mais il n’y participe guère. Il ne devient actif qu’à de brefs moments : sur un but marqué ou pour siffler les acteurs d’un mauvais spectacle. Il peut parfois avoir les oreilles qui sifflent lorsqu’il doit subir les “le stade avec nous !” venus des kops

(télé)spectateur d’une loge regardant le match se déroulant dans le stade sur l’écran de télévision, un soir de grand froid.

En fait, le spectateur paie non seulement pour assister à un match mais surtout pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête, pour se rendre compte de visu si Geoffroy-Guichard est vraiment à la hauteur de sa réputation. Il vient non seulement pour le match mais surtout parce que, comme le dit la chanson, l’ASSE a “un bon public et les meilleurs supporters”.

Le supporter
Le supporter vient assister à un match mais il soutient l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante du spectacle. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière qui fait que son attitude varie en fonction de l’issue du combat sur le terrain. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant à être vu en tant qu’individu. Il se trouve dans toutes les tribunes et se remarque à son accoutrement.

Supporters stéphanois et nantais, 2006

Il marque visuellement son soutien aux Verts par le port de signes distinctifs : maillot (floqué à son nom dans le meilleur des cas), perruque, écharpe, casquette, drapeau, le plus souvent achetés à la boutique officielle. Il écoute à la fois les fans chanter et reprend à l’occasion les chants avec eux. Il “chambre” ou siffle aussi quand l’équipe perd, n’hésitant pas à donner son avis, à voix haute, sur les prestations de tel ou tel joueur ou sur les choix de l’entraîneur.

Les fans
Les fans sont, quant à eux, des supporters engagés et militants. Comme l’étymologie du nom l’indique ce sont des “fanatiques”. Ils s’inscrivent parfois dans un collectif pour retrouver des personnes partageant leur passion mais beaucoup viennent au stade, seuls ou en petits groupes, basés sur la famille ou la camaraderie. Pour les fans, le match est un combat qu’il faut gagner aux côtés des joueurs. Ils ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un match et ont conscience de l’importance du rôle qu’ils y tiennent. Les tribunes derrière les cages, avec les deux kops, sont leurs points de ralliement.

Kop sud du Stade Geoffroy-Guichard, 2006

Être un supporter engagé de Saint-Étienne, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. On n’est jamais fan tout seul comme le dit le chant : “unis sous les mêmes couleurs, nous on chante tous en chœur”.  A Saint-Étienne, les fans qui sont organisés collectivement s’appellent ultras, ceux qui vont au-delà du soutien classique, ou Membres associés, ceux qui sont associés à la gestion du club.

Bâche d’une section d’Associés posée en bas de tribune, 2006.

Les Membres associés sont organisés à travers la France au moyen de sections qui regroupent les sympathisants d’une ville ou d’une région (par exemple la section n°1 des Associés est celle de Saint-Étienne, la section 11 celle de Limoges). Avec 212 sections de Membres associés réparties dans l’hexagone et à l’étranger, Saint-Étienne est le club de France qui possède l’organisation de fans la plus large et la plus équilibrée géographiquement. Ils possèdent la particularité d’être “associés” à la gestion du club. Ils ont ainsi des représentants au sein du Conseil d’administration, ont pignon sur rue au stade avec leur Maison des associés construite en 1998 et dans laquelle ils peuvent se retrouver les jours de match. Proche de l’état d’esprit des Membres associés, l’Union des Supporters Stéphanois (USS) rassemble des sections qui ont fait sécession depuis 2005. Elle compte 26 “groupes de supporters stéphanois”.

Les ultras sont des fans d’un genre apparu dans le milieu des années 80 à la suite de l’influence des tifosi italiens organisés sur ce modèle. Fortement structurés, ces fans lancent les chants et animent les tribunes avec rigueur et discipline. Les ultras ne sont pas toujours organisés en association de type loi 1901 et refusent tout lien avec le club. Ils préfèrent l’association de fait qui permet la liberté de parole et d’action par rapport aux dirigeants. Refusant tout financement officiel qui leur ferait perdre leur marge de manœuvre, ils possèdent leurs propres locaux en dehors du stade et organisent leurs déplacements qu’ils financent par l’adhésion de leurs membres, la gestion d’abonnements et la vente de produits dérivés (écharpes, bonnets, tee-shirts, sweat-shirts, etc.).

Contrairement aux Membres associés et à l’USS, les ultras ne sont pas structurés géographiquement. Ils possèdent bien quelques sections locales historiques1 mais ils préfèrent se rassembler en fonction d’une caractéristique liée à l’histoire du groupe (les plus âgés des Magic Fans se regroupent sous le nom de “vieille garde”, les plus jeunes sous l’appellation “jeune garde”).

Bâches ultras, Kop nord, 2006

Il y a trois groupes ultras à Saint-Étienne: les Magic Fans, les Green Angels et les Indépendantistes. Constitués en 1991, les premiers comptent plusieurs milliers de membres, ce qui en fait l’un des tous premiers groupes ultras de France par la date de fondation et l’influence. Ils occupent la tribune nord (kop nord). Créés en 1992, les Green Angels ont d’abord cohabité avec les premiers avant de rejoindre la tribune sud pour l’animer. Enfin, les Indépendantistes nés en 1998 n’occupent pas d’espace précis dans le stade et travaillent à l’organisation de déplacements.

Les visiteurs
La dernière catégorie du public de Geoffroy-Guichard est constituée par ceux qui viennent soutenir l’autre équipe. Pour le visiteur, qu’il soit spectateur, supporter ou fan, le stade Geoffroy-Guichard vaut le détour. Selon le mode d’obtention des places (par des connaissances locales, les clubs ou le marché noir), le visiteur peut se retrouver dans toutes les tribunes avec néanmoins une prédilection pour le “bloc 30”, la tribune réservée aux fans de l’autre équipe.

Ultras et fumigènes du PSG dans le bloc 30, 2006.

Ils viennent, bien entendu, pour voir le match mais aussi et surtout pour voir le fameux public stéphanois. Le moment du déploiement du tifo est ainsi particulièrement attendu. Si possible, les visiteurs vont eux aussi essayer de s’attirer les regards en organisant un petit tifo, en agitant des drapeaux, en déployant une banderole, en lançant des chants, etc. Jusqu’à l’évolution sécuritaire des années 1990, il était possible de rivaliser vocalement avec les Stéphanois. La limitation du nombre de places allouées et la concentration dans le “bloc 30” a limité les possibilités de dialogue. Quant aux contacts physiques, ils sont désormais limités par la force des choses et par les forces de l’ordre.

En fonction des matchs, il sera possible de trouver le contact avec les Stéphanois : amicalement pour les Bordelais avec qui les échanges sont paisibles ou franchement hostiles avec les Lyonnais ou les Marseillais. Stadiers et CRS chercheront alors à s’inviter dans la danse…

 

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67p.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Spectateurs, supporters, fans… et visiteurs, in Au stade des villes, 01/03/2017, https://stade.hypotheses.org/424.
  1. par exemple Ardèche ou Clermont pour les Greens Angels []

Premier match en tribune à Highbury. N. Hornby

Nick Hornby, est avec Tim Parks, l’autre auteur britannique, a avoir su transformer une passion dévorante pour leur club de football en roman à succès. Né en 1957  en Angleterre, Hornby est un romancier, essayiste, journaliste, parolier et scénariste anglais. Il est connu pour ses romans Haute Fidélité et À propos d’un gamin, ainsi que pour son roman autobiographique Carton jaune (Fever Pitch en V.O.) qui narre avec drôlerie sa passion pour Arsenal, l’un des clubs londoniens les moins glamour des années 70 et 80.  Dans cet extrait, il explique à quel point, le passage de la tribune réservée aux écoliers à la tribune nord d’Highbury (celle où se retrouve les fans les plus radicaux) constitue un véritable rite de passage pour l’adolescent qu’il est alors. 

Couverture de Carton Jaune, Editions Plon 10/18, 1998.

 

Arsenal contre Ipswich, 14.10.1972
A quinze ans, je n’étais plus si petit, il y avait même dans ma classe plusieurs garçons plus petits que moi. Cela comportait des avantages appréciables mais posait aussi un problème qui me rongea durant des semaines. Je ne pouvais plus, par fierté personnelle, m’attarder plus longtemps dans l’enclos que le stade réservait aux écoliers. Il fallait le quitter pour la tribune nord, cette terrasse couverte derrière l’un des buts où se trouvaient les supporters les plus dynamiques d’Arsenal.

J’avais pris grand soin de préparer la manoeuvre. Durant une bonne partie de la saison, je passai plus de temps à examiner la masse inquiétante d’humanité braillarde qui se tenait à ma droite que les joueurs devant moi. J’essayais de calculer exactement où j’atterrirais et de repérer les endroits qu’il convenait d’éviter. Il me sembla que le match contre Ipswich me fournissait une occasion idéale. Les supporters d’Ipswich hésiteraient à envahir la tribune nord et le public ne devait guère dépasser les trente milles, il y avait place pour le double. J’étais donc prêt à abandonner l’enclos des écoliers.

J’ai peine à me rappeler aujourd’hui pourquoi cela me posait un tel problème. Après tout, quand je me rendais à Derby ou à Villa je m’installais d’habitude à une extrémité du terrain qui correspondait à notre tribune nord, ce n’était donc pas les bagarres (toujours plus susceptibles de se produire quand notre équipe jouait à l’extérieur) que je craignais, ni la compagnie d’étrangers. Je me soupçonne d’avoir redouté d’être démasqué comme cela s’était produit à Reading auparavant. Supposons que mon entourage découvre que je n’étais pas natif d’Islington?* Supposons qu’il m’identifie comme un banlieusard clandestin qui étudie le latin au lycée? Mais à la réflexion , il fallait assumer le risque. Si, comme il était probable, ma venue déchaînait les gradins qui entonneraient en choeur : « HORNBY EST UN BRANLEUR! » ou « MORT AUX BUCHEURS! AUX BUCHEURS! AUX BUCHEURS! » sur l’air de la Marche des Bombardiers, du moins aurais-je tenté ma chance.

Je débouchai sur la terrasse peu après deux heures de l’après-midi. L’endroit me parut immense, encore plus grand que lorsque je le contemplais de ma place habituelle: une vaste étendue de gradins raides et gris équitablement quadrillés de barrières métalliques. La position que j’avais élue, en plein centre verticalement et horizontalement, me promettait une large part des vitupérations du public (sur la plupart des stades elles naissent au milieu de la terrasse de l’équipe qui joue chez elle et de là irradient vers l’extérieur d’où, aux moments les plus excitants, elles se propagent sur les sièges voisins), tout en me garantissant un minimum de sécurité (une position plus au fond recommandée aux débutants qui ont le coeur fragile).

Highbury dans les années 1950. source inconnue.

Les rites d’apprentissage occupent une plus grande place en littérature ou dans les productions hollywoodiennes à prétentions intellectuelles que dans la vie réelle, surtout s’il agit de la réalité de banlieue. Tout ce qui était censé me transformer: le premier baiser, la perte de ma virginité, le premier pugilat, la première soûlerie, les premières drogues, survenait simplement sans intervention de ma volonté, ni déchirements d’avoir une décision à prendre. Ces décisions, d’autres s’en chargeaient; la pression du groupe, la froideur ou la sexualité précoce des adolescentes me dictaient ma conduite. Sans doute cela explique-t-il que j’émergeai Gros Jean comme devant de ces expériences « formatives ». Je ne me rappelle pas avoir, avant mes vingt ans bien sonnés, affronté face à face une autre épreuve que le passage du tourniquet qui livrait accès à la tribune nord.  Ce n’est ni le lieu ni le moment d’énumérer toutes les épreuves que j’aurais déjà dû endurer, je sais seulement qu’elles m’épargnèrent. Cette fois, ma volonté l’emporta sur une petite peur pathétique. Mon unique « rite de passage » consista donc à troquer une place contre une autre sur les gradins de béton et le fait que je me sois forcé à accomplir un acte qui ne me tentait qu’à moitié et que je m’en sois tiré sans dommage, voilà qui avait son importance.

Une heure avant le coup d’envoi, je jouissais d’une vue imprenable. Pas un pouce de terrain ne m’échappait et je distinguais même clairement le but adverse que je n’avais craint de ne découvrir qu’en miniature. Mais à trois heures, je n’apercevais plus qu’une étroite bande de gazon qui reliait l’aire de penalty à la ligne de touche, dans le camp opposé. Les emplacements des corners avaient complètement disparu et le but situé sous moi ne surgissait devant mes yeux que si je bondissais au moment crucial. Quand l’action se déchaînait de mon côté, la foule se ruait à l’avant, me forçant à descendre de sept ou huit marches, et si je me retournais, je discernais à peine le sac contenant mon programme et le Daily Express que j’avais placé à mes pieds et qui me semblait à présent à des kilomètres de moi, comme la serviette-éponge abandonnée sur une plage par un nageur luttant contre les vagues. Je parvins pourtant à voir le seul but de la partie, reprise de volée d’une vingtaine de mètres réussie par Georges Graham, prouesse qui par chance eut lieu près de l’Horloge.

Highbury, Clock End, 1963. www.whoateallthepies.tv/arsenal

N’empêche, j’adorais ma nouvelle situation. Oui, j’adorais les différentes sortes de bruit : d’abord les cris rituels saluant l’apparition des joueurs (les noms étaient lancés à tour de rôle, en commençant par le favori qui répondait par un salut), puis le grondement informe et spontané quand une offensive se dessinait, puis les clameurs, les chants plus assourdissant encore après un but ou une belle attaque finalement repoussée. Et même ici, parmi des hommes plus jeunes, moins obsédé que moi, je vibre aux grognements quand les choses tournent mal. Après mes appréhensions initiales, j’en vins à aimer le mouvement de houle qui m’entraînait vers le terrain et m’aspirait ensuite vers l’arrière. Et je jouissais de mon anonymat. Nul ne me repérait, ni ce jour-là, ni durant les dix-sept années suivantes.

La tribune nord n’existe plus. La commission Taylor a recommandé, après Hillsborough, la suppression des places debout et les clubs de football se sont inclinés. (…) Oui, bien sûr, on a perdu au change. La foule peut encore charger l’atmosphère d’électricité mais sans la puissance d’autrefois, laquelle exigeait la cohue et créait une ambiance  qui transformait les innombrables individus en un seul corps énorme et palpitant.

* Hornby n’habite pas dans le quartier d’Arsenal, Islington, mais une commune cossue de la banlieue londonienne…
HORNBY Nick, Carton jaune, 1998 (1re édition en anglais, Fever Pitch, 1992), pp. 82 et svt.

L’expérience sensible du match de football. Sébastien

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Troisième extrait de « récit de vie » : celui de Sébastien*.

 

A combien de matchs assistez-vous par an?
A Saint-Etienne, ça fait longtemps que je n’y suis pas allé et à Grenoble, je vais à tous les matchs de Grenoble. J’ai passé quatre ans  à Paris, alors je suis allé une fois au Parc-des-Princes et une fois au stade de France, pour voir ce que ça donne, histoire de dire. Sinon j’allais souvent à Créteil pour voir justement et Grenoble et Saint-Etienne. Saint-Etienne ça fait longtemps que j’y suis pas allé. Je suis fan mais… modéré. Je ne fais pas de kilomètres pour voir un match. Quand je vais au match, j’amène mes neveux… et j’y vais en petit groupe. Mais bon, ça m’arrive aussi d’y aller tout seul. Surtout l’hiver. J’allais à l’extérieur quand ils allaient à Créteil. Et souvent j’allais voir les jeunes.

Mais il faut que je te dise qu’avant d’aller à Paris, quand j’étais sur Grenoble, j’étais pigiste pour le Dauphiné Libéré. Je faisais des comptes-rendus de tous les jours, comme l’équipe réserve de Grenoble et de l’équipe de jeunes qui était au niveau national. J’écrivais des articles. Et à chaque fois qu’il y avait une équipe de jeune de Saint-Etienne qui jouait dans la région, j’y allais aussi. Quelque soit l’équipe. J’étais pigiste depuis l’âge de 19 ans. J’ai arrêté quand je suis entré au CNRS. (…) J’aurais la possibilité de travailler parce qu’ils me relancent mais cela ne m’intéresse plus, ça m’a dépassionné du coup, le fait de rentrer dans… de comprendre le comment et pourquoi et puis les magouilles… c’est gangréné par l’argent.

Vous impliquez-vous dans les chants et la gestuelle?
Quand j’étais plus jeune, oui, mais maintenant moins. Parce que j’ai relativisé les… parce que les groupes de supporters, c’est plus ce que c’était. Maintenant c’est tout dans la vindicte, la… Ils s’accrochent avec l’équipe adverse, c’est plus vraiment de l’encouragement. J’ai connu Saint-Etienne, même si j’étais plus jeune, y avait pas de rivalité entre supporters et pas forcément de séparation. C’est arrivé à cause du hooliganisme, bon ben voilà. Je trouve que c’était plus sain.

Même à Grenoble, il y a eu des problèmes avec les supporters. Quand on va à Paris, tu as des cordons de CRS, tu ne peux pas te mélanger avec les supporters de base parce que c’est risqué. J’ai un copain qui a vu un mec qui a pris feu, qui s’est embrasé avec un fumigène! Dans le kop de Saint-Etienne. Alors, voilà… et puis des fois on ne voit même plus le match tellement… La fois où je suis allé au Parc-des-Princes avec un ami qui était abonné à la tribune Auteuil, donc dans un virage, et ben je suis monté tout en haut  parce que sinon on ne voyait rien. Je viens pour voir le match, pas que les supporters de PSG! C’est bien dans un sens parce que ça encourage, mais bon…

Et bon, les Stéphanois quand ils sont venus à Grenoble, la dernière fois, ils se sont battus entre eux. Il y en a un qui s’est fait tiré dessus à Mistral… Il y a des clubs de supporters de Saint-Etienne à Grenoble. Une fois un copain supporter stéphanois qui vient aussi voir les matchs à Grenoble, il s’est fait repéré par les supporters grenoblois, comme quoi c’était un supporter des Verts, il s’est fait passer à tabac. Heureusement qu’il y avait des stadiers qui étaient là. Ca devient n’importe quoi.

Des fois, même regarder le match avec mes amis, j’aime pas. Entendre des critiques qui sont pas fondées, du chauvinisme. Non. J’ai envie de regarder un match tranquillement. Le fait d’avoir travaillé dans le journalisme, sûrement. J’ai une approche du match moins passionnée. Et, bon, les débats de supporters… C’est plutôt un peu lourd quoi. Là-bas au CNRS à Paris, il y avait des Parisiens qui étaient supporters, mais quand ça allait à parler sur le foot… on n’était pas toujours d’accord et il y en a qui sont tellement excessifs. Ils vont se fâcher pour un match de foot! On va se fâcher pour des gens qui gagnent des millions, voilà!

Connaissez-vous la ville de Saint-Etienne en dehors du stade?
Pas trop. Ca fait longtemps que je n’y suis plus allé. J’ai un cousin qui habite Saint-Etienne. La dernière fois que je suis allé voir un match c’était… quand ils étaient en Ligue 2, donc… il y a trois ans je pense. J’ai des amis grenoblois expatriés! Mais je ne connais pas trop la ville et je la trouve pas trop intéressante. Sur le plan déjà, ben j’ai des échos comme quoi, il y a beaucoup de gens qui sont… par rapport au chômage… voilà, c’est un peu… ça tombe en désuétude la ville. Il y a beaucoup de population immigrée. J’ai une nièce de 19 ans qui fait ses études à Saint-Etienne. Elle me raconte que le soir elle est pas très tranquille. C’est un peu lugubre, c’est un peu… C’est plus ou moins la banlieue de Lyon. Enfin, c’est les échos que j’ai parce que moi… j’y suis allé pour les Verts, il n’y a rien de spécial qui m’a marqué.

Dessine-moi le stade?
Je ne sais pas dessiner! Comment représenter? Une sensation de vertige. Quand même la dernière que j’y suis allé, c’est le vertige. J’étais dans le stade et c’est assez raide! J’ai eu l’impression que si on bougeait trop… Vraiment cette sensation de vide. Alors, je ne sais pas comment le dessiner. Je ne sais pas. Tu es déjà monté en haut de la tribune? J’étais sur la droite et j’étais vraiment dans cette sensation…

Pente des gradins de la tribune Charles-Faurand, Stade Geoffroy-Guichard, 2006.

Depuis que cela a été rénové1, j’y suis allé deux fois je crois. J’étais dans la tribune de Paret et aussi dans la tribune d’honneur pour un match de gala mais financièrement, là, c’était une invitation. L’ambiance c’est pas comme avec le public grenoblois qui se manifeste quand… pour gueuler parce qu’ils sont pas contents. Là, c’est quand même des passionnés.

A Grenoble, ça dépend où j’ai des places. Quand il fait froid je suis souvent debout et puis bon, même si je ne suis pas un virulent, j’ai l’impression plus attentif debout, et puis comme Grenoble c’est pas toujours passionnant… Si je suis assis, j’ai l’impression que je m’endors, alors voilà, je reste debout. Je peux dire que j’ai découvert le foot à Grenoble, tout petit, et aussi grâce aux Verts juste avant la grande finale. Tout petit j’allais à tous les matchs de Grenoble et j’ai rarement dû en louper. J’ai aussi rarement payé ma place aussi! Quand j’étais petit je fraudais et maintenant je connais du monde, j’ai souvent des invitations.

Le public grenoblois, il est plus froid, plus spectateur. Il y a un petit kop, mais bon, en fait il s’appelle « kop sud » et il est dans le virage nord, ça m’a toujours fait rire! Je ne sais pas pourquoi il s’appelle comme ça. Ca montre le niveau. Oui donc assez froid, je pense que c’est un public de connaisseurs. Je pense sincèrement que s’il y avait eu l’équipe en Ligue 12 il y aurait eu beaucoup plus de monde, et peut-être plus d’ambiance. Parce qu’il y a beaucoup de Grenoblois qui vont voir des matchs soit à Saint-Etienne, soit à Lyon, soit même à Turin. Moi aussi je suis un peu supporter de Turin. J’ai trois équipes avec Grenoble, Saint-Etienne et Turin. J’ai des cousins, tous les quinze jours, il y a le club des supporters, ils vont à Turin voir un match. Moi non. Pour un match de foot, je ne suis pas assez…

A suivre…

* Sébastien est un pseudo.
Entretien réalisé le 21 mars 2006, à Grenoble, par C. Aventin.

  1. A la suite des travaux de rénovation pour la Coupe du Monde 1998 []
  2. Le GF 38 évoluera en Ligue 1 deux saisons: 2008-09 et 2009-10 []

Trump dans le guacamole

Les spectateurs de la finale du championnat de football américain, qui aura lieu cette année le 5 février, raffolent du guacamole. Une aubaine pour les exportateurs mexicains d’avocats, qui s’inquiètent toutefois du protectionnisme de Donald Trump.

Chaque année avant le Super Bowl1, la demande de cette préparation à base d’avocat monte en flèche: il faut absolument en avoir à portée de main lorsqu’on regarde la finale de la National Football League [la ligue du football américain]. Ce jour est celui où les Américains consomment le plus de nourriture après Thanksgiving.

Source: Courrier International, 3/02/2017, d’après le Financial Times

Le secteur craint cependant que la finale, le 5 février, ne soit la dernière pour laquelle les avocats puissent franchir la frontière sans encombre. Donald Trump a en effet promis de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain [Alena, entré en vigueur en 1994] et menacé de taxer les produits en provenance du Mexique, qui fournit plus de 80 % des avocats consommés aux États-Unis.

Lire l’article « Y aura-t-il du guacamole au Super Bowl ? » du Financial Times de Londres traduit et publié dans le Courrier International du 3/02/2017.

 

  1. La finale du championnat de football américain []

Organisateurs de spectacle, supporteurs et ambiance. Le cas de la vuvuzela.

L’ambiance dans les stades lors des grandes compétitions représente un véritable enjeu économique. Il s’agit d’abord de vendre un spectacle sportif (projet économique d’une fédération internationale, des diffuseurs et des sponsors), accessoirement de développer l’image d’un pays et de villes hôtes (projet de marketing territorial), très éventuellement de rentabiliser un équipement sportif (projet constructif).

Introduction

Les coupes du monde de football de l’après-guerre ont parfois vu l’émergence inopinée d’une ambiance singulière dans les stades basée sur des éléments de culture locale. Cette ambiance n’a pas qu’un peu contribué au succès économique des évènements. La coupe du monde de 1950 au Brésil a vu l’émergence du modèle de supportérisme radical des torcidas brésiliennes avec leurs percussions et chants (Raspaud, 2010). En 1978, la coupe du monde en Argentine a vu apparaître la pratique des papelitos – ces petits papiers en morceaux que l’on jette à l’entrée des joueurs – et celle du Mexique en 1986, l’avènement du mouvement chorégraphique de la ola, cette vague que dessinent les spectateurs d’un stade en se levant de manière coordonnée.

Torcida des Corinthians, FARKAS Thomaz, Pacaembu / Thomaz Farkas, São Paulo : DBA Artes Gráficas, 2008

Ces trois exemples sont américains. Quid de l’Europe et de l’Afrique qui sont, elles aussi, des terres de football ? Les grandes compétitions peinent à laisser une identité ambiantale. Le supportérisme y existe aussi, mais il est moins organisé à l’échelle des équipes nationales qu’en club. Le campanilisme des supporteurs l’emporte sur le patriotisme dans beaucoup de grands pays sauf lors des grands évènements. De plus, la scène internationale est parfois le lieu choisi pour déchaîner les passions excessives (hooliganisme).

Il faut dire que, depuis les drames des années 1980 (Heysel, Hillsborough, Furiani, etc.) les autorités du football[1] se méfient des supporters et de leurs « innovations » (Taylor, 1989). Ces mêmes autorités ont constamment insisté sur l’amélioration de la qualité constructive des enceintes, au détriment de la reconnaissance et de la prise en compte des pratiques usagères. La qualité sensible des ambiances s’en ressent (Roux, 2014). En conséquence, les grands noms de l’architecture ont été appelés à la rescousse et les stades sont devenus des tradiums aux ambiances « manufacturées » (Bale, 1993). À tel point que la coupe du monde de 1998 en France a laissé le piètre souvenir des « costumes gris » dû à la surreprésentation des spectateurs par rapport aux supporters. L’Euro 2016 de football, lui aussi organisé en France, laissera des souvenirs contrastés : violences des hooligans anglais et russes, chants des Irlandais et Gallois, phénomène islandais du clapping repris par les joueurs français, scènes de liesse populaire et spontanée dans les rues des villes, loin du contrôle ambiantal des stades.

Dans ces derniers des compagnies privées étaient chargées de faire respecter l’ordre et la sécurité en veillant à l’application stricte d’un règlement drastique (Règlement du Stade pour l’UEFA EURO 2016 TM). A la section « objets et comportements interdits », ledit règlement proscrit ainsi « les instruments électroniques, mécaniques ou manuels produisant du bruit tels que mégaphones, klaxons et vuvuzelas »[2]. Quel est donc cet objet au nom exotique qui mérite d’être ainsi spécifiquement cité ?

La vuvuzela nous renvoie six ans en arrière, lors de la première coupe du monde de football en Afrique (Afrique-du-Sud) lorsque les instances internationales ont cherché à générer puis à maîtriser l’ambiance des matchs. Cette « trompette en plastique » a été popularisée avant la compétition et fabriquée en grand nombre. Elle était censée représenter le lien avec les cultures indigènes d’Afrique-du-Sud et façonner une «ambiance authentique et locale». La vuvuzela a échappé au contrôle de ses promoteurs et ces derniers ont dû tenter, en catastrophe, de « reprendre le contrôle » des ambiances. Cet article tentera quant à lui de comprendre la genèse de ce « facteur d’ambiance » et d’en observer les effets.

Vuvuzela, Afrique-du-Sud, s.d.

 

La vuvuzela : origine obscure et glorieuse destinée

La ou le vuvuzela a des origines obscures. On la dit être lointainement inspirée d’une corne traditionnelle d’antilope. Elle apparaîtrait en Afrique-du-Sud au début du 20e siècle, aux côtés de tambours pour accompagner dances et prières des cérémonies religieuses.

Son transfert dans les stades de football daterait des années 1980 (au Zulu Royals) quand les joueurs lui reconnaissent la capacité de leur donner un avantage en changeant l’ambiance du match. Une nouvelle mutation s’opère dix ans plus tard quand des entreprises d’abord locales puis globales se mettent à la produire en série et en matière plastique. Son usage se répand alors dans tous le pays, popularisé par les supporters des deux clubs de Soweto : les Kaizer Chiefs et les Orlando Pirates.

La vuvuzela serait pour beaucoup à ranger dans la catégorie des objets émettant un son et qu’il est possible de détourner de leur fonction utilitaire première dans le cadre d’un stade : corne de brume, bidon, casserole, klaxon si ce n’est cloche d’alpage comme dans la photo ci-dessous.

Supporteurs français avec trompette et cloche d’alpage, s.d., AMSE 6FI12161

D’aucuns la classeraient avec plus de bienveillance dans la catégorie des “instruments de parade” pour reprendre le terme du sociologue Nicolas Hourcade. Le musicologue espagnol installé en Afrique-du-Sud Pedro Espi-Sanchis se contente d’en faire un pseudo-instrument de musique : « avec sa fondamentale en si bémol, le vuvuzela n’est pas un vrai instrument de musique, c’est surtout un instrument qui sert à signaler le début d’une cérémonie. Pour en tirer quelque chose, il faut en jouer en petit comité en développant le ‘call and response‘ [technique par laquelle les instruments se répondent] »[3]. Il s’agit donc d’un instrument qui peut être mélodieux quand il est maîtrisé techniquement, limité en nombre et se limite à quelques notes répondant à d’autres instruments. L’utilisation de vuvuzelas de mauvaise facture, embouchées par des utilisateurs peu mélomanes et ne cherchant que la production du plus fort volume sonore possible permet d’émettre des sons monotones et surpuissants qui s’apparenteraient à ceux d’un concert de cornes de brume, de barrissements d’éléphants ou de bourdonnements d’essaims d’abeilles…

Affiche du Journal The Sun encourageant l’usage de la vuvuzela

En dépit de ces piètres qualités musicales et du risque potentiel d’une utilisation massive, son usage est encouragé par la Fédération Sud-Africaine de football au nom du respect des cultures locales et par la FIFA qui craint l’absence de supporteurs européens et sud-américains dans les gradins. Elle est testée, semble-t-il, avec succès, lors de la coupe des confédérations 2009, prélude organisé par la FIFA à la coupe du monde 2010.

La vuvuzela : Désastre et bannissement

Lors de la coupe du monde, la vuvuzela est massivement achetée comme souvenir, mais malheureusement aussitôt employée par les supporteurs et spectateurs de toutes les équipes présentes à la compétition. Elle suscite bien vite la controverse parmi les protagonistes du match : joueurs et entraîneurs, spectateurs et supporteurs, commentateurs et diffuseurs.

Les joueurs la jugent « amusante » quand elle n’empêche pas la concentration ou la communication entre coéquipiers et entraîneur, obligeant à recourir à des gestes.

Les spectateurs se plaignent rapidement de la nuisance sonore, évoquant des problèmes auditifs pour ceux qui se trouvent placés tout un match au plus près de l’émetteur. Des études évoquent un son pouvant atteindre 127 dB à la sortie de l’instrument, soit près de 113 dB à deux mètres de distance ou aux oreilles de la personne qui en joue (Swanepoel et al., 2010).

Les supporteurs, a priori plus favorables à l’objet, regrettent néanmoins son ton monocorde et monotone, déconnecté du rythme de l’action sur le terrain et masquant les autres facteurs d’ambiance : bruits organiques des foules, chants, applaudissements et usages d’autres instruments de musique. La cacophonie vuvuzelesque produit un masque sonore qui ne laisse plus le loisir à un autre type d’ambiance d’advenir. Les vuvuzelas sont hégémoniques dans l’ambiance. Une part non négligeable quoiqu’inquantifiable de supporteurs prend néanmoins sa défense au motif qu’elle est locale et donc légitime. Certain évoquent même un plaisir certain à créer un véritable capharnaüm sonore qui échappe au contrôle des organisateurs et diffuseurs. La vuvuzela permet le détournement de la règle et d’énerver les organisateurs du spectacle avec lesquels les supporteurs entretiennent parfois des rapports conflictuels. Elle est un pied de nez à la FIFA.

Les diffuseurs (chaînes de télévision et radio) doivent rapidement trouver une parade à l’instrument de parade… Plus question de multiplier les micros d’ambiance auprès des tribunes populaires. Les commentateurs doivent s’équiper de microphones spéciaux censés atténuer le vacarme et de casques utilisés pour les retransmissions de courses de Formule 1.

Conclusion
La vuvuzela ne peut être politiquement bannie en plein milieu de la compétition. Les organisateurs de spectacles sportifs et les gestionnaires de stade en tireront cependant toutes les leçons. La trompette est aujourd’hui tellement renommée qu’elle est spécifiquement interdite à travers le monde entier dans certains stades et lors de certains tournois de football, mais aussi de cricket, de baseball, d’ultimate fight, de hockey, de basket-ball, de rugby, de tennis, etc.

Les organisateurs de spectacle sportifs – dans notre cas la FIFA et les chaînes de télévision diffusant la coupe du monde de football – attribuent aux supporteurs et aux fans le double rôle d’acheter des billets, mais aussi d’aider gratuitement à la commercialisation des places restantes auprès des autres spectateurs. Quand l’absence des premiers est potentiellement trop risquée économiquement, ils n’hésitent pas à encourager les passions, si ce n’est exacerber les tensions afin de mieux commercialiser l’événement auprès des diffuseurs. Tant pis si le phénomène leur échappe et que des excès en sont la conséquence. Ils les dénonceront comme pour la vuvuzela ou s’excuseront platement :

« Pour rendre le derby FC Zürich-Grasshoppers Zürich (0-1), plus attractif et plus passionnant, la chaîne de télévision suisse SRF a rajouté au son des bruits de foules et des chants de supporters. Problème, la supercherie a vite été découverte puisque les dix premières minutes de la rencontre se sont déroulées dans un stade Letzigrund désert, les supporters des deux équipes ayant décidé de manifester leur mécontentement envers la répression contre les ultras. SRF s’est depuis excusé : “Dans le but de rendre le match le plus attractif possible, des chants de supporters ont été rajoutés, a indiqué la chaîne dans un communiqué. Cette décision a été prise sous la pression. C’était une erreur. Nous nous excusons. La manipulation de son ou d’images n’est pas autorisée.” »[4]

Cet article est issu des Actes du 3e Congrès international sur les Ambiances, “Ατμοσφάιρες Αυριο – Ambiances demain – Ambiances, tomorrow”, Volos (Gr), Sep. 2016, sous la direction de Nicolas REMY et Nicolas TIXIER, Volos: International ambiances network & University of Thessaly (Dept. of Architecture), 2016, vol. 2, pp. 963-968, ill.

Bibliographie

Bale J. (2011), Sport, Space and the City, Caldwell (NJ), Blackburn Press (première éd. 1993)
Raspaud M. (2010), Histoire du football au Brésil, Paris, Ed. Chandeigne
Roux J.-M. (2014), L’ambiance des stades, Urbanisme, 393
Sansot P. (1986), Vers une sociologie des émotions sportives, in Sansot P., Les formes sensibles de la vie sociale, Paris, PUF
Swanepoel DW, Hall III J, Koekemoer D (2010), Vuvuzela – good for your team, bad for your ears, South African Medical Journal, 100 (2), Cape Town, South Africa, pp. 99–100.
Taylor P. (1990), The Hillsborough Stadium Disaster, 15 April 1989. Inquiry by the RT Hon. Lord Justice Taylor, Final Report, Presented to Parliament by the Secretary of State for the Home Department by Command of Her Majesty, Londres, HMSO, Home Office

[1] http://www.lemonde.fr/sport/article/2010/06/16/rehabilitation-en-musique-du-vuvuzela_1373625_3242.html
[2] http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Des-chants-de-fans-rajoutes-a-la-tele/371124, 15 mai 2013.
[3] Fédération Internationale de Football Association (FIFA), Union Européenne des Associations de Football (UEFA) et Fédération Française de Football (FFF).
[4]http://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/competitions/Ticketing/02/25/56/32/2255632_DOWNLOAD.pdf

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Organisateurs de spectacle, supporteurs et ambiance. Le cas de la vuvuzela., in Au stade des villes, 11/02/2017, https://stade.hypotheses.org/53.

L’expérience sensible du match de football. Christophe

Le club de football de l’AS Saint-Étienne a la réputation de bénéficier dans son Stade Geoffroy-Guichard d’une des meilleures ambiances de France. Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Premier extrait de « récit de vie » : celui de Christophe, supporteur des « verts ».

 

Est-ce que vous vous rappelez votre première venue au stade ?
Je ne me rappelle pas du match. Je ne me rappelle pas de l’équipe. Je revois le stade : c’était en 59. Je suis de 54, donc j’avais cinq ans ! (rire). Mon fils, il est venu la première fois à Geoffroy-Guichard, il avait six mois. Ah ! Le foot chez nous… Ma fille, la première fois qu’elle a été hospitalisée, c’était à cause du foot. Elle a pris un coup de ballon dans le nez. Elle avait neuf mois, sa mère lui donnait le biberon pendant que je faisais un tournoi de sixte…

J’ai joué à l’ASSE étant jeune : pupille, minime, première année cadet. Après je suis allé au FC Saint-Etienne. J’ai joué sur la pelouse de Geoffroy-Guichard, six fois. En lever de rideau de Saint-Etienne/Bordeaux, je me rappelle en 67 – à l’époque on finissait un quart d’heure avant que les pros attaquent – devant 30 000 personnes. Maintenant ça se fait plus du tout ; soi-disant que ça abîme la pelouse. La pelouse était plus grande, c’était immense, je jouais gardien.

Et donc la première fois, c’était avec votre père ?
Ouais. Ah ! Oui, c’était un fervent supporter. Il était copain avec le président des Associés*. Ils allaient boire un coup à la conciergerie, avec Jean Snella. Les jours d’entraînement, ils buvaient l’apéro avec le concierge du stade ; après avec Batteux.

Ce n’était pas la même ambiance que maintenant…
Ah ! Non, ça a rien à voir… C’était l’ambiance d’un gros club amateur. C’était l’ambiance familiale mais mise à la dimension nationale. Sans plus. (…) Maintenant, c’est entraînement à huis-clos, des grillages de partout. (…) Mais c’est vrai, je reconnais, l’ASSE c’est toujours mon club, Saint-Etienne ma ville. Moi qui suis parti à Lyon, je me suis fais beaucoup chambrer (rires). J’ai moins envie. Je suis abonné avec des collègues en tribune Henri-Point. Je ne suis plus dans le kop comme avant. Enfin on n’appelait pas ça le kop… J’aime toujours le jeu. Quand il y a un match à la télé, je le regarde. J’aime bien aller voir les Verts mais c’est plus pareil, c’est plus la même équipe. Toute l’atmosphère, l’ambiance du football a largement évolué. Avant pour moi le foot c’était un jeu. C’est devenu un sport, après de la compet, maintenant c’est du business

Ah ! Ouais, l’ambiance avant… Quand j’étais gamin, mon père pour un derby, il s’est jamais posé la question de savoir s’il m’emmenait au match ou pas. Il ne se posait pas la question. On mettait les gamins derrière les buts, devant les grillages. Les pères, ils montaient dans les gradins qui n’étaient pas couverts, qui n’avaient pas de lumières – parce que je suis allé à l’inauguration des projecteurs – les matchs étaient l’après midi. On se mettait tous les gamins, et là, on sentait cette solidarité, cette convivialité… plus que maintenant. Il y avait les gamins de cinq/six ans qui étaient le nez sous le grillage, ceux de huit/dix ans derrières, treize/quatorze derrières et il y avait pas d’histoire. Les pères montaient derrière sur la butte, avec la marque Saint-Etienne/Visiteurs et le gars qui changeait en fonction des buts ; c’était convivial.

Bon, il y avait les présidentielles, une centaine de personnes, tous les corps constitués de la ville et du département, quelques financiers, des trucs comme ça. J’ai connu les tribunes Henri-Point où c’était aussi de la terre battue, légèrement inclinée, une petite butte, avec un toit en fibrociment, un poteau tout les cinq six mètres et des chaises pliantes comme il y avait sur les terrasses de café. Donc on arrivait, on prenait sa chaise. Moi j’étais gamin : je m’asseyais sur le haut du dossier devant le grillage. Les gars, ils allaient boire un coup… maintenant faut pas amener de bouteilles, faut pas boire d’alcool…

Public dans la tribune nord, 1962-1968. AMSE, photo Ch. Minassian.

On disait pas « sud » et « nord » on disait soit « coté marque » soit « en face la marque ». Après il y avait tribune « rue de la tour », la rue qui s’appelle Jean-Snella, avant c’était rue de-la-tour. C’était la rue du stade : il y avait des petits guichets, des meutrières, comme ça, un ticket, deux tickets, puis des grands portails. Et ça rentrait. Chaque fois qu’il y avait cinquante personnes qui rentraient, il y en avait vingt qui avaient pas de billet (rires). Quand on grandissait c’était le jeu : à 16 ans, 17 ans, on attendait qu’il y ait plein de monde et on se faufilait au milieu. Il y avait un gars de chaque côté, alors quand ils disaient qu’il y avait 40 000 personnes, il y en avait largement 50 000. C’était marrant. Après il y a eu l’époque où les flics sont venus, j’ai vu toute l’évolution… Déjà les années 70, ça a commencé, ils ont fait la tribune Henri-Point avec un étage et la couverture des gradins debout. Les projecteurs c’était 68, je crois, un truc comme ça… Je pourrais le retrouver, sur le site Internet, je ne regarde pas trop l’historique parce que je l’ai vécu un peu (rires).

Et le mot kop c’est apparu quand ?
C’est récent, il y a trente ans on ne disait pas kop, on disait « gradin ». Après on a commencé à parler de « nord » et « sud » quand ils ont couvert ; parce que le toit était pas comme maintenant. Du côté sud le toit est translucide ; avant il était plein et le soleil passait pas et le terrain était souvent gelé d’un côté.

Toiture en plexiglas de la tribune sud. 2006

 

Et ça chantait à l’époque ?
Ca chantait. C’était moins sophistiqué qu’aujourd’hui. C’était pas le même vocabulaire ; la première chose que l’on faisait c’était pas de traiter les autres d’enculés, ça c’est une certitude. C’était « Allez les Verts », pendant des heures. En coupe d’Europe, j’étais dans les gradins à dix-sept heures, le match à vingt heures trente, on y était encore à vingt-trois heures. Après en 76, il y a eu la chanson qui est sortie, alors là déjà, c’était une évolution, c’est pour ça aussi on dit : « Saint Etienne c’est le début du football moderne en France ».

Voilà, et puis c’est devenu télévisuel. Avant, le jour du match, on savait pas si ça allait être télévisé ou pas. Par contre, en championnat – moi, j’ai pas été abonné tout ça – quand on était jeune, on y allait avec nos pères. Après, avec le foot, on commençait à y aller tout seuls, c’était l’après midi. Après, plus tard, c’était le soir. On avait dix-huit ans, on était pas majeur à l’époque… Il y avait pas de groupe constitué. On disait : « On va au match ? » ; « Oh, je sais pas… » le samedi après midi. Et puis le soir : « Bon ! Allez on y va ». On prenait le billet à l’entrée même s’il y avait 25 000 personnes. Il y avait 500 abonnés. Je me rappelle la première réclame que j’ai entendu au stade, c’était une bière : « La bière la plus fameuse, c’est la Meuse ! ». Je fredonnait ça :« La bière la plus fameuse, c’est la Meuse ! » (rires). Oui, il y avait Parrot, des trucs vraiment locaux. C’était pas Minolta Konica ; c’était Parrot, meubles Frappat, Casino.

Vos meilleurs souvenirs à Geoffroy-Guichard ?
Il y en a plusieurs. C’était les matchs de coupe d’Europe, puis coupe de France. Saint-Etienne/Nantes. On avait perdu 4-1, puis on gagne 5-1 avec les prolongations. Je crois que c’était en quart-de-finale : Saint Etienne/Kiev. On perd 2-0 à Kiev, on gagne 3-0 ici. Là, je suis pas rentré de la nuit… J’avais 20 ans ou 21 ans. Sinon, avant, il y avait eu l’année où il y avait eu Split. J’étais à l’armée ; ils ont pas voulu nous laisser sortir, puis tellement c’est devenu un phénomène en un match – on gagne 5-1 alors qu’on perdait 4-1 à l’aller – après on avait une perm’ spéciale pour venir à Sainté. J’étais pas loin à l’armée : j’étais à Vienne. Parce qu’avec le foot j’étais en « honneur régionale » ; on avait pu s’arranger pour pas que j’aille loin. Tout ceux qui voulaient venir, ils avaient perm’ de stade autorisée (rires). Ils avaient droit de venir au match. On a fait la fête, moi et des copains, des Stéphanois, on était quelque uns. On a fait faire la fête à toute la caserne quand on s’est qualifié contre Split. On a réveillé tout le monde.

Ah ! C’est devenu un phénomène national. Enfin pour moi, j’étais à l’armée en plus, donc on voyait bien. Il y avait des Marseillais, des…, tout le monde disait : « c’est pas possible, les Verts… », alors qu’au match aller on perdait 3-1, et les gars disaient « Fait chier! », ils jetaient le transistor ! Un petit transistor : on entendait rien, tous collés dessus. Donc à l’armée, voilà on faisait les malins les Stéphanois, et puis après forcément en 75, Bayern de Munich, demi-finale. Mais c’est vrai que quand tu joues le match retour à domicile, tu joues la qualif’ sèche, directe ; c’est mieux que par exemple Eindhoven, la qualification à la finale, 0-0 à Eindhoven…

D’ailleurs j’étais à Bouthéon, quand l’avion est arrivé avec les joueurs. Il y a eu un mort, un gars s’est fait faucher par l’hélice de l’avion. Surtout que je faisais partie du service de sécurité, j’étais en première ligne. Je sais pas si vous connaissez l’aéroport de Bouthéon ? C’était un aérodrome, il y avait une petite tour de contrôle, une espèce de truc d’embarquement qui faisait snack, des barrières qui séparaient du pré avec la piste derrière, une sorte de main courante d’un stade de campagne. Et là, les gendarmes d’Andrézieux. Ils devaient être quatre dans l’estafette et des milliers et des milliers de Stéphanois, jeunes et moins jeunes, qui débarquent par la Nationale 82. Il y avait pas d’autoroute, on se touchaient tous, ça klaxonnait, assis sur les capots. On a fait Bellevue-Bouthéon, à donf…

En parade ! Ah ! Ouais, avec les drapeaux, assis sur les bagnoles, six ou sept dans la R8, à fond la caisse, tous garés au milieu du pré de l’aéroport. Donc ils étaient affolés, mais bon ! ils étaient quatre, on était trois milles… Mais bon, c’est un mauvais souvenir. L’avion est arrivé. Il y avait deux avions qui revenaient d’Eindhoven, à minuit et demi ou une heure du matin. On avait regardé le match à la télé. On avait bu le champagne, avec mon père, des copains de mon père, des copains à moi, et après : « Hop, allez ! On va à Bouthéon ! ». Ils l’avaient dit à la radio : « Saint-Etienne en liesse ! » et ainsi de suite. On avait l’habitude déjà de faire la fête pour les championnats de France ou les coupes de France. On avait déjà fait le doublé en 68, 69. Moi j’ai défilé de la gare de Chateaucreux jusqu’à l’hôtel-de-ville, assis sur les « Florides » des joueurs, avec Mekloufi, Herbin… J’avais treize quatorze ans. Après j’en avais vingt et quelques. On était bien rodé à Saint-Etienne, plus que n’importe où en France, et je citerai pas de nom…(rires)

Place de l’Hôtel-de-ville pour la victoire en Coupe de France, 18 juin 1977. AMSE, La Tribune-Le Progrès, 6 Fi 1039.

Eh ouais ! Et puis pour revenir à l’accident, ils en a qui ont couru. L’avion est arrivé. Les gars ont cru qu’un avion ça s’arrêtait comme une voiture. L’hélice, tu la vois pas : elle tourne à toute vitesse, surtout la nuit, et là : « Pam ! » Le gars déchiqueté. Je l’ai vu. J’étais à deux mètres, alors là… « Pschhh ! » Ca calme complet. Tout le monde est reparti la tête basse, dans sa bagnole, comme ça… (Temps de pause)

Alors qu’à Saint-Etienne, au même moment tout était en vert et blanc. Il y avait des gens qui venaient à Saint-Etienne, ils connaissaient pas le foot, ils venaient voir Saint-Etienne en vert et blanc. Ils y avaient des gens qui téléphonaient… Ma mère tenait un bar, un bar à Bellevue, un bar ouvrier quoi, avec les supporters, le siège d’un club de foot, donc les gens prenaient l’annuaire ou téléphonaient aux renseignements. Et ils disaient : « Il nous faudrait 12 places pour le match ». Quart de finale ou demi-finale. Ils y avaient des gens des Pyrénées, du Pays Basque, le bar s’appelait « Café des sportifs », donc forcément les gens ils croyaient que c’était un village Saint-Etienne. Donc ils appelaient le bar pour les places. Ils envoyaient des chèques en blanc de mille kilomètres ; des chèques en blanc pour aller au match à Sainté ! J’ai fais la fête avec des Bordelais, des gars du Pays Basque qui connaissaient que le rugby. Ils connaissaient le foot par Saint-Etienne ; le foot c’était Sainté, les Verts.

Pareil, en 76, je pars en vacance avec des copains, des copines, en Espagne. On avait une R12, à l’époque, avec « Allez les Verts » dessus. En Espagne on est resté trois jours à Tarragone, et là « Stéphanois» ! Les Espagnols, ils connaissaient. Ouais ! Saint-Etienne ! Et là à boire, à manger, l’hôtel : tout gratuit pendant trois jours. On a pas dépensé une pesette. On faisait des matchs sur la plage, c’était les Espagnols et les Stéphanois contre le reste du monde (rires). On faisait express d’avoir mal quand on jouait contre les Allemands ou les Italiens, et là, les Espagnols ils faisaient : « hé ! Faut pas toucher les Stéphanois ! » en montrant le poing (rires) C’était de la folie. Ca, c’était 76. Je devais aller à Glasgow parce que mon père travaillait aux Bennes-Marrel, moi je travaillais à Manufrance, donc il y avait des charters qui avaient été faits. J’avais une place : c’était mon père qui me l’avait payé. J’étais jeune et puis, à l’époque ma femme est tombée malade, donc j’ai laissé ma place. A l’époque, je crois que c’était le voyage en caravelle, financé en partie par le CE des Bennes-Marrel, c’était 300 francs je crois.

Quand on faisait poste du soir et s’il y avait des matchs, demi-finale contre Eindhoven, quart de final, etc. Si on était du soir, on s’arrangeait avec le patron. On décalait et à cinq heures : tout le monde dehors. Et tout le monde au stade. On défilait déjà dans la rue. On partait avec des banderoles, de Manufrance jusqu’à Geoffroy-Guichard, à pied, en voiture : la ville s’arrêtait, c’était fabuleux. Du vert et blanc de partout dans la ville, tout le monde en parlait, les profs à l’école en parlaient, dans les usines, dans les bistrots… Pour eux c’était déjà le début du star system pour les joueurs, mais ils se rendaient moins compte, ils étaient encore abordables… Mais, Saint-Etienne, tu demandais à un Parisien, il cherchait sur la carte. C’est un patelin du centre de la France. Ils connaissaient même pas le département. C’était la campagne à côté de Lyon, véridique ! Il y a même pas d’aéroport, très peu d’hôtels. Les journalistes parisiens ils râlaient !

Il y avait un gros lien entre la ville et le club ?
Le club c’était nous ! C’était nos joueurs ! Ils se promenaient place de l’hôtel-de-ville, ils allaient boire un coup, les gamins venaient, tout ça. Une fois au foot, je m’étais blessé, dans les années 60, c’est Carnus qui m’a ramené chez moi. Les mecs c’était pas des vedettes : « Tu t’es fait mal ? Tu vas pas rentrer en tram, allez viens ! » Il avait une 404. C’était comme un club de Ligue aujourd’hui, de CFA : Andrézieux par exemple. Pour moi, c’est ça le foot, ils étaient européens mais voilà. Je me rappelle Roger Rocher, on le voyait arriver avec sa pipe – Ford Mustang quand même ! – il y en avait qu’une à Sainté de Ford Mustang garée devant le portail.

Fresque hommage à Roger Roger dans un bar de Saint-Chamond, 2015

 

Rocher, il touchait la tête des gamins. Il y avait pas de garde du corps, pas de CRS autour des joueurs. Les voitures des joueurs étaient garées sur le même parking que les supporters. Maintenant c’est un autre monde, mais bon c’est comme le reste de la société, il y a pas que le foot qui a changé, ça a bien suivi l’évolution de la société. Sauf que d’un sport c’est devenu plus du business d’abord.

Et les derbys, dans les années 60 et 70 ?
Je m’aperçois maintenant… Bon, Lyon est devant depuis quelques années maintenant. Avec le recul, nous, on avait pas l’impression. Moi j’avais de la famille à Lyon… et les Lyonnais reconnaissaient la suprématie stéphanoise, parce que c’était le début. Nous maintenant, on a plus de mal à reconnaître leur supériorité parce qu’on a été avant (rires). Le derby à Lyon, Saint-Etienne était champion : tous le monde applaudissait. Il y avait quelque sifflets contre Lyon, des « Ouuuh !… Charlot, t’es pas bon… ». Mais maintenant, c’est tout de suite des chants… J’avais amené mon fils à un derby en 88, quelque chose comme ça, il était petit, et là : « Lyonnais enculés ! » Mon gamin je lui dis : « Ca va pas ? » Et les autres gamins le disaient : « Non, non tu parles pas comme ça ! » Et y me dit : « Qu’est ce que je peux dire ? Je peux dire connard ? »… Bon d’accord, mais une fois ! (rires).

Bon maintenant, c’est toujours des chants contre les Lyonnais, les Marseillais. Pour moi ça a trop évolué. On était pas anti-lyonnais, on était pro-ASSE. Moi, je suis resté comme ça. Bon, gueuler après l’arbitre : « T’es pas bon ! » Ok. Ou les joueurs qui râlent sur le terrain, souvent je leur dis : « Allez ! Dégage ! A la douche ! ». Ca a beaucoup évolué, comme la société. Pour certains le stade ça devient plus l’exutoire que supporter l’équipe. Je suis sûr que il y a plein de jeunes dans le kop, j’en connais – je prends encore la carte des Indépendantistes – il y en a, ils sont presque plus anti-lyonnais… Je connais bien les Indépendantistes. Je connais les fondateurs. Je prends la carte. Ca leur fait des ronds pour les tifos, les déplacements… Ils voulaient que je vienne avec eux à Cluj… Tiens, pour brancher les Lyonnais, l’autre jour ils nous gonflé parce qu’ils étaient 9 000 à San Siro : nous, on était 12 000 à Bâle pour le premier tour de l’Intertoto (rires).

Les indépendantistes ? Ils ont été créés quand ?
Il y a dix ans à peu près. C’était un peu une scission avec les Magic fans, des gens qui étaient pas trop d’accord… Alors qu’avant, on parlait pas de ça, il y avait pas de groupes, c’était les Verts, que ce soit le commerçant, le patron de petite boîte, l’ouvrier, c’était « Allez les Verts ! » et puis c’est tout. On se retranchaient derrières : tous pareils. 

Il y avait un mélange social…
Ah ! Oui, très important, ça se sentait beaucoup. En plus ma mère qui tenait un bar, il y avait les ouvriers qui venaient, qui râlaient, le délégué CGT, puis le patron qui rentrait et qui venait boire un jus. Je les vu faire des réunions syndicales dans le bistrot. Ils se tapaient dans la main et ils disaient : « De toutes façons, on se verra au match ! ». Et quand il y avait la coupe d’Europe, le patron il disait « Allez ! Hop ! Tirez-vous une heure avant. Allez au match ! ». Bon c’était peut-être un peu plus paternaliste, c’est une évolution de la société. Après sur le fond, on peut trouver des choses qui étaient pas forcément mieux avant… mais ça se passait mieux sur la forme. Sur le fond, tout se discute… Il y avait un mélange autour du club… Et Saint-Etienne ça a été connu par l’ASSE plus que par Casino par exemple, c’était connu avant avec Manufrance, en plus quand les verts ont joué avec MF sur le maillot.

Et donc pour toi l’identité… euh ! Pour vous…
Non ! Non ! On se tutoie. C’est mieux, ça fait plus stade (rires). Ca aussi… les vieux, les jeunes… Ouais ! C’était ça vraiment : le club de la ville, comme quand on dit « l’équipe fanion » dans les villages, c’était ça à une échelle plus grande. Il y avait pas de fossé, maintenant il y a un fossé. Peut-être j’ai vieilli : je suis plus spectateur que supporter. Mais mon gamin, il y a 6 ou 7 ans, ils étaient torse nu dans le kop nord. Après lui-aussi plus tard il s’est aperçu… Il s’est calmé. Par contre, il y a énormément de filles qui vont au stade maintenant, alors que moi quand j’étais gamin c’était rare. Ma mère elle venait au match avec ma tante pour les derbys, parce que les familles étaient de Lyon et Saint Etienne. C’était la fête, on prenait le costume du dimanche, on allait à Gerland. Il y avait la piste quand j’ai connu. Ils mettaient des chaises à trois mètres de la ligne de touche, comme à Geoffroy. Et là, on les tapaient 7-1, au match retour 6-0 chez nous (rires) C’était la fête…

 

* Christophe est un pseudo.
** Les Associés, les Magics fans et les Indépendantistes sont des associations ou groupes ultra de l’ASSE.

Le travail d’enquête a été réalisé par Mathieu Bonnand, sociologue, sous la direction de Jean-Michel Roux.

Le Bentegodi de Tim Parks

Tim Parks est un drôle d’oiseau. Né à Manchester en 1954, il grandit à Londres avant de s’établir en Italie du Nord en 1981 où il vit depuis lors.  Ecrivain, traducteur et essayiste,  il a écrit des romans,  deux chroniques de la vie en Italie du Nord et un recueil d’essais. Il s’entiche du Hellas Verona et de son stade, le vétuste Bentegodi, au point de suivre toute une saison son club dans ses déplacements en Serie A. Il en tire le roman Une saison de Vérone.

Couverture du livre

Hellas – la patrie. Fan, de fanatique, du latin fanaticus, l’adorateur dans un temple. Sur le béton du tunnel qui mène dans le stade, quelqu’un a tagué « CIAO CAMPO » et à côté, en anglais parce que cela fait plus d’effet dans une langue étrangère, « I LOVE YOU ». Comme si l’endroit avait plus d’importance que l’équipe ou que le match, comme si le Bentegodi était un temple.

Certes, quand on sort du tunnel, après ce labyrinthe poussiéreux et étouffant d’escaliers et de corridors pour se retrouver soudain sous le soleil éclatant ou le feu des projecteurs, on lève les yeux et le coeur bat la chamade. Impression unique, avec cette foule qui se presse sur les gradins, avec tout en bas cette immense pelouse verte.

Un stade de football est un des rares édifices dont l’extérieur donne une mauvaise image. Cette vasque ovale est coupée du monde, elle garde ses mystères pour les initiés. Le stade échappe au viol de la télévision, c’est un lieu d’obsession collective, d’exaltation. Même le misanthrope grincheux dans mon genre n’échappe pas à ce délire collectif.

Tim PARKS, Une saison de Vérone, Christian Bourgois éditeur, 2002 (1re éd. en anglais, A Season with Verona, 2002).

High fidelity

As a French Urban designer and a regular attendee at games of ASSE, attending a football game in Brazil at Estádio Palestra Itália[1] (Palmeiras, Saõ Paulo), gives the opportunity to verify if the atmosphere of “fans” and ultras in French stadia can match their distant models the “torcidas organizadas” from Brazil.

Façade principale de Geoffroy-Guichard
Façade principale de l’Estádio Palestra Itália

In Stade Geoffroy-Guichard (St-Etienne) as in Estádio Palestra Itália (Palmeiras), stadia are getting old and more or less decrepit. Often patched up since their construction in the 1930s, the popular stands have rare privileges nowadays. You still can watch the game standing in the terraces (gradins or arquibancadas) and they are even close enough to the pitch to smell the wet grass.

In contrast to the modern sports arenas so often located on the outer fringes of cities, they are situated in their city and also afford a view on it. At Saõ Paulo, the Estádio Palestra Itália is constructed in the Greek style of the Olympic Games, a horseshoe shaped bowl. The stadium stages the city landscape: in the foreground there are palm trees symbolising the club and in the background the vista is the skyline made of favelas and skyscrapers.

The Estádio Palestra Itália and its urban landscape

In France the Stade Geoffroy-Guichard is an English-style stadium with four grandstands staring at each other across the pitch. Between the stands the vista comprises the city factories, bars and towers and affords panoramas of the surrounding hills. In both cases, there is the same coupling of verticality and horizontality.

Geoffroy-Guichard and its industrial background

In both stadia, heterogeneous groups of fans are the main factors of atmosphere. They are massed in the popular stands and are gathered in torcidas organizadas or ultras sections. Their singing is powerful and polyphonic and carries a national reputation. The rhythm of their bands (drums, choirs) can be monotonous or hectic according to match scenario and they continue regardless of the opposing teams’ goals. The same rhythms are to be found in both stadia (sambas[2], macarena, Manu Chao, etc.) even if musical references are rarely common.

There is on the other hand a difference between the areas allocated to visitors. While in St-Etienne the away stand is situated in the grandstand, physically closed and in visually contact with the home fans in the main kop, the visitors of the Palestra Itália are placed at the end of the horseshoe, far from eyes and from the hearts of paulistes’ torcidas. Plastic covers and advertisements prevent any hope of opposing fans locking glances or making physical contact.

In both stadia emblems and flags of the supporters make similar references to the bad boys of comics such as Bart Simpson, Satanas and Diabolo or Mancha negra[3] (Phantom Blot). More surprising is the flag of the house of Savoy[4] which flies in both stadia. This similarity has arisen because of the Savoyard origins of certain fans of the AS St-Etienne and the Italian background of the club of Palmeiras called back by the flag of the house of Savoy.

Mancha negra

From a simple view of this comparison, we can advance the idea that the atmosphere of the big French stadiums show a « high fidelity » with their distant Brazilian models. With the new ultramodern and secure arenas promised by France and Brazil for their future international competitions, could these remarkable atmospheres be exploited to enrich the new models of stadia design? The projects of current stadia almost never take into account the notion of atmosphere. They are mainly interested in the constructed dimension and in the exploitation of spectators as consumers. This attitude results in a double phenomenon in new stadia design: an improvement of the architectural quality but with the progressive impoverishment of the qualities of uses and emotions.

Drapeau de la Torcida academica da Savoia


N.B. This article has been written in 2010 for  www.ambiances.net, March 2010. It refers to Geoffroy-Guichard before the Euro 2016’s modifications. The Estádio Palestra Itália has been demolished in November 2010…

[1] Also called Parque Antártica.
[2] Mancha verde, one of Palmeiras torcidas, is also a school of samba.
[3] Mancha negra is an enemy of Mickey, more active in Brazil than the ‘French’ Pat Hibulaire.
[4] The club was established by Italian immigrants and is called Palestra Itália up to the Second World War.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, High fidelity, in Au stade des villes, 09/02/2017, https://stade.hypotheses.org/18.