Archives par mot-clé : Arena

Soutenance de thèse de Natalia

Le 28 mars 2018, Natália Rodrigues de Melo soutenait sa thèse de doctorat (Sciences de l’Architecture) à la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université Féderale de Rio de Janeiro (UFRJ). Elle portait sur l’analyse de la transformation des ambiances du stade Maracanã de Rio, construit pour la Coupe du monde de football de 1950 et rénové dans le cadre de la Coupe du monde de 2014. Réflexions post-soutenance d’un membre du jury.

Ambiances urbaines et ambiance des stades
Cette thèse s’inscrit dans une démarche initiée depuis quelques années de rapprochement des courants de recherche français et brésiliens travaillant sur la notion d’ambiance. Il s’agit entre autres de la théorie des ambiances architecturales et urbaines développée depuis les années 1980 au sein du laboratoire CRESSON (Umr Cnrs AAU) et de la théorie des traumas urbains développée au Brésil (LASC: Laboratório Arquitetura, Subjetividade e Cultura) avec la méthode ethnographique et analyse ethnotopographique (método etnográfico e análise etnotopográfica) ou méthode de l’ethnographie spatiale.

Cette thèse est aussi importante à l’échelle plus réduite des stades. Les Européens commencent à reconnaître une dette ancienne et plus ou moins grande envers les Brésiliens en matière d’ambiance dans les stades de football de la plus grande partie du continent (Balkans, Italie, France, Suisse, Belgique, etc.) mais aussi dans certaines enceintes de basket-ball ou de hockey sur glace. Cette dette daterait de la coupe du monde de 1950 et de la vision sur écran de cinéma yougoslaves des torcidas de Rio (les groupes de supporteurs organisés). Notons en aparté que la coupe du monde aura donc signifié une remarquable victoire culturelle du Brésil, une forme de soft power, à défaut d’une victoire sportive…

Les torcidas de Rio inspireront d’abord les fans de Split qui créeront une torcida, puis les autres Yougoslaves avant de se répandre en Italie à travers le mouvement ultra, et de là en France. Aujourd’hui, toujours via l’Italie et la France, le mouvement ultra se répand en Tunisie ou au Maroc pour ne citer que ces deux pays africains. Le Brésil n’inspire plus aujourd’hui l’Europe en matière d’ambiance et de supportérisme mais l’intérêt des analyses internationales et comparatives demeure dans un monde globalisé.

Changement de paradigme et changement de sémantique
Cette thèse porte sur le changement de paradigme qui s’opère dans les stades du monde entier depuis 1989 et le rapport du juge Taylor. Mon hypothèse est que les stades se sont depuis considérablement amélioré en terme constructif (sécurité, qualité, etc.), en terme d’usage (meilleurs qualité de vision, d’assise, de catering etc.) mais ils ont vécu un (inéluctable ?) appauvrissement des ambiances.

Un sous-titre de partie vient dire tout cela : «Do estádio à arena», du stade à l’arena pour qualifier le profond bouleversement des stades brésiliens à l’occasion de la Coupe du monde.  Le Maracanã est passé de stade à arena et ce n’est pas qu’un changement de nom. Les Anglais ont vécu quant à eux un passage du football ground au soccer arena/stadium. La France expérimente elle-aussi des transitions depuis les salles omnisports aux arenas pour les salles de BHV (Basket, Handball, Volley) et des stades aux stadium/arena pour le football et le rugby.

Il est intéressant de remarquer que les mots nous disent quelque chose : l’arena c’est en latin la partie en sable d’un amphithéâtre, cette partie vide et centrale vers lequel le concepteur de l’équipement et l’organisateur du spectacle essayaient de faire converger l’attention des spectateurs. La partie a fini par désigner le tout. Nous disons les « arènes d’Arles » et non plus l’amphithéâtre alors que nous disons encore le « théâtre antique » de Vienne. Le terme arena est très lié à la notion de spectacle sportif qui oublie complètement que le spectacle dans un stade est lié tout autant au match sur le terrain qu’au spectacle des tribunes.

Ces mots nous disent aussi jusqu’à la façon dont le spectateur doit se tenir : dans un stade, on peut être debout, dans une tribune ou un stand (to stand, se tenir debout); c’est même un mot dont la racine indo-européenne, stha, signifie d’ailleurs : « être debout », « rester », « se tenir ». La superbe photo (p. 66) des torcedores debout au-dessus de la fosse dans le geral superlotada du Maracana des années 1970 est éloquente. Le stade permettait de se tenir debout (presqu’en équilibre) et de faire masse.

Un corpus riche d’enseignements
Le corpus du travail de terrain était composé de 26 entretiens individuels et qualitatifs réalisés lors de 15 matchs de football relevant de plusieurs types de compétition (campeonato brasileiro, copa do Brasil, copa sul-americana). Les entretiens sont accompagnés de cartes mentales du stade et de 609 photographies réalisées par la candidate. La candidate n’exploite malheureusement pas tout ce matériau photographique. Il lui aurait permis de «revenir» sur les entretiens et confirmer ou infirmer certaines impressions des personnes interviewées, un peu selon la méthode des «écoutes réactivées» du Cresson.

Son entrée par une taxonomie des publics est très intéressante. Elle distingue :
– le « fan artiste » ou torcedor-artista (lui-même divisé en cinq sous-catégories, à savoir : les « fans collectivisés »  ou torcedores coletivizados; « satellites » ou satélites; pós-geraldinos; « défenseurs du territoire » ou defensores do território; et enfin les « fans comiques » ou torcedores caricatos),
– le spectateur classique (espectador clássico),
– le spectateur acteur (espectador-ator)
– et le supporteur acteur (torcedor-ator).

Dans mes recherches sur le rapport aux ambiances en France, je fais l’hypothèse qu’il existe un gradient dans l’intensité de l’expérience vécue selon que nous sommes spectateur (qui assiste à un spectacle), supporteur (qui contribue à un match) ou fan (qui participe collectivement avec les autres fans et derrière les joueurs à un combat). Natália Rodrigues de Melo reprend et dépasse cette analyse.

Le tableau recensant les entretiens est lui-même particulièrement riche (pp. 85-86). Natália Rodrigues de Melo a ajouté une information a priori anecdotique lors des entretiens: l’âge de première visite au stade. Cette donnée collectée mais pas exploitée lors des analyses permettrait de creuser certaines pistes. En écartant l’entretien d’un homme de 29 ans, qui vient pour la seconde fois au stade mais dont on ne sait pas à quel âge a eu lieu la première visite, nous obtenons un corpus de 25 personnes, facilement transformable en pourcentage. Que dit le corpus ?

Quand nous analysons l’âge de la première visite du stade, deux catégories d’âge se dégagent: les 7-10 ans et les 16-20 ans qui représentent chacune 36%. Comme si l’enfance, « à l’âge de raison », et l’adolescence tardive constituaient les deux grands temps du primo-accès au stade. Ces données nous inciteraient à mieux comprendre le contexte humain et familial de la première visite. Est-ce avec le père que s’opère ce « baptême », avec les camarades de classe, du quartier, de l’équipe de football, de l’école, etc. ? Il est dit souvent que le stade était un lieu de socialisation importante. Nous pouvons simplement faire l’hypothèse qu’apprendre le comportement au stade avec un père à 7 ans, ce n’est pas la même chose qu’avec des copains à l’adolescence; quand on se construit en opposition au monde des grands.

Le corpus comprend aussi cinq femmes sur 25 enquêtés, soit 20%. Est-ce que cela correspond à la réalité ? Natália Rodrigues de Melo semble le penser même si elle n’avait pas d’entrée spécifiquement relative au genre. Le chiffre témoigne en lui-même d’une véritable ouverture des arènes brésiliennes aux femmes. Il serait donc passionnant de relire les entretiens au prisme du genre. Observons-nous une différence dans les réponses selon la variable du sexe ? Existe-t-il une approche genrée du spectacle sportif ou bien, en la matière, la femme est-elle un supporteur comme les autres ?

Sur le projet de stade
Comme nous étions dans une faculté d’architecture et d’urbanisme, j’ai eu envie de poser la question du passage au projet : quels conseils donneriez-vous à un architecte en charge de la rénovation d’un stade afin qu’il évite à la fois la destruction pure et simple de l’ambiance du lieu mais aussi la création d’une « ambiance manufacturée » ?

On compare souvent les stades et les églises (tel stade est une « cathédrale », tel autre « la Mecque du football »), ce qui me paraît la comparaison la plus déraisonnable qui soit. Une église, surtout catholique romaine ou orthodoxe, est typiquement un lieu qui nous dit par tous ses dispositifs architecturaux, visuels, olfactifs, mémoriels, que la vie et la mort sont intimement liées ; que la vie est faite de joie (l’entrée dans Jérusalem) mais aussi de tristesse et de deuil. Pas un stade contemporain dans lequel on ne voudrait parler que de spectacle et de plaisir. Comment rendre compte dans un stade que le lieu est porteur d’une mémoire, d’histoire de faites de joie mais aussi de douleur ? En repeignant régulièrement son stade en bleu ciel… mais encore ?

Bons baisers de Nîmes

A l’époque romaine et gallo-romaine, une soixantaine de villes françaises des provinces de la Narbonnaise et de la Lyonnaise mais aussi du Nord de la Gaule ont construit d’imposants édifices – cirques, amphithéâtres, amphithéâtres à scène – pour les jeux : Nîmes, Arles, Fréjus, Lyon, Périgueux, Paris, Nice, Metz, Autun, etc. L’amphithéâtre de Nîmes figure parmi les 20 plus grands des 400 amphithéâtres connus du monde romain. Il est l’un des mieux conservés. On le voit dans cette carte postale lors d’une corrida donnée à l’occasion d’une feria1 avec la ville de Nîmes en arrière-plan.

 

Carte postale des Arènes de Nîmes, photo JLZ, Ed. Méridionales.

L’amphithéâtre de Nemausus (Nîmes) mesure 133,4 m sur 101,4 m. D’une hauteur de 21 m, il est doté de deux rangées de gradins surmontés d’un étage d’attique et d’un velum. Sa piste, recouverte de sable – arena en latin – mesure 68 m x 38 m. Il comprenait environ 24 000 places. Construit de manière tardive vers 100 après JC, deux siècle après celui de Pompéi et 20 ans après le Colisée, il a pu bénéficier des améliorations structurelles apportées au fil du temps par les architectes romains.

Ce monument est la conséquence de l’évolution de la gladiature. L’amphithéâtre correspond ainsi à l’apogée de cette pratique, au moment où celle-ci connaît sa plus grande professionnalisation. On ignore quel magistrat fait construire l’édifice mais on a une trace de son architecte.

Il sera transformé par les Wisigoths en forteresse puis en ville fortifiée au Moyen Âge (castrum arenae, le château des arènes) comme celui d’Arles ou Périgueux puis comme lieu de relégation pour miséreux et pestiférés. Les constructions médiévales seront enlevées suite à un décret de Napoléon entre 1809 et 1812. Les travaux de réhabilitation se terminent sous le Second Empire et  le bâtiment est reconverti en arène en 1863.

Les arènes de Nîmes accueillent aujourd’hui des corridas et courses camarguaises ainsi que des manifestations culturelles (concerts, etc.). Les arènes font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques mais ne sont pas inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco, contrairement à celles d’Arles.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Bons baisers de Nîmes, in Au stade des villes, 02/03/2017, https://stade.hypotheses.org/286, ISSN format électronique 2556-6563.
  1. Une feria, du mot « foire » en espagnol, est une fête, en Espagne, dans le Midi de la France, au Portugal et en Amérique latine, marquée par des corridas ou autres manifestations taurines []