Archives par mot-clé : Arènes

Bons baisers de Nîmes

A l’époque romaine et gallo-romaine, une soixantaine de villes françaises des provinces de la Narbonnaise et de la Lyonnaise mais aussi du Nord de la Gaule ont construit d’imposants édifices – cirques, amphithéâtres, amphithéâtres à scène – pour les jeux : Nîmes, Arles, Fréjus, Lyon, Périgueux, Paris, Nice, Metz, Autun, etc. L’amphithéâtre de Nîmes figure parmi les 20 plus grands des 400 amphithéâtres connus du monde romain. Il est l’un des mieux conservés. On le voit dans cette carte postale lors d’une corrida donnée à l’occasion d’une feria1 avec la ville de Nîmes en arrière-plan.

 

Carte postale des Arènes de Nîmes, photo JLZ, Ed. Méridionales.

L’amphithéâtre de Nemausus (Nîmes) mesure 133,4 m sur 101,4 m. D’une hauteur de 21 m, il est doté de deux rangées de gradins surmontés d’un étage d’attique et d’un velum. Sa piste, recouverte de sable – arena en latin – mesure 68 m x 38 m. Il comprenait environ 24 000 places. Construit de manière tardive vers 100 après JC, deux siècle après celui de Pompéi et 20 ans après le Colisée, il a pu bénéficier des améliorations structurelles apportées au fil du temps par les architectes romains.

Ce monument est la conséquence de l’évolution de la gladiature. L’amphithéâtre correspond ainsi à l’apogée de cette pratique, au moment où celle-ci connaît sa plus grande professionnalisation. On ignore quel magistrat fait construire l’édifice mais on a une trace de son architecte.

Il sera transformé par les Wisigoths en forteresse puis en ville fortifiée au Moyen Âge (castrum arenae, le château des arènes) comme celui d’Arles ou Périgueux puis comme lieu de relégation pour miséreux et pestiférés. Les constructions médiévales seront enlevées suite à un décret de Napoléon entre 1809 et 1812. Les travaux de réhabilitation se terminent sous le Second Empire et  le bâtiment est reconverti en arène en 1863.

Les arènes de Nîmes accueillent aujourd’hui des corridas et courses camarguaises ainsi que des manifestations culturelles (concerts, etc.). Les arènes font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques mais ne sont pas inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco, contrairement à celles d’Arles.

  1. Une feria, du mot « foire » en espagnol, est une fête, en Espagne, dans le Midi de la France, au Portugal et en Amérique latine, marquée par des corridas ou autres manifestations taurines []

Cirque – circus

Cirque. n. m.

1♦ Enceinte à ciel ouvert, où les Romains célébraient les jeux publics (courses de chars, combats de gladiateurs, naumachies). vx 2. carrière. Cirque de forme ovale. Les jeux du cirque.

2♦ Dépression à parois abruptes, d’origine glaciaire, fermée le plus souvent par une barre rocheuse. Le cirque de Gavarnie. — Par anal. Cirque lunaire. Le Petit Robert

Le cirque d’Arelate (Arles) est situé hors la ville, entre la via Aurelia et le Rhône, et construit sur 22 000 pilotis. Il devait atteindre 450 m de long pour 101 m de large et sa capacité était de l’ordre de 20 000 spectateurs.

Maquette de la construction du cirque d’Arelate. Musée d’Arles.

 

Stade, stadion, stadium

Quel autre mot que – stade – a plus voyagé dans le temps et l’espace? Voyageons avec le mot.

Dans l’Antiquité grecque, le stade est d’abord une unité de longueur qui équivaut à environ 180 m (600 pieds grecs). Par extension, le mot stade a été employé pour désigner une carrière ou une enceinte dont la longueur mesurait un « stade » (l’unité précitée) et à l’intérieur de laquelle les Grecs s’entraînaient à la course. Il s’agit ensuite d’une piste de course à pied longue d’un peu moins de 200 mètres. Selon la légende, le héros grec Héraclès aurait lui-même fixé cette distance pour la course des jeux olympiques.

Dès la Grèce antique, on donne ensuite le nom de stade non seulement à la piste destinée à la course à pied entourée par l’emplacement des spectateurs, mais à tout emplacement aménagé en vue d’un exercice.

De nos jours, c’est un terrain de sport, destiné aux sports collectifs (football, rugby, cricket, etc.) ou individuels (athlétisme). Il est souvent entouré de tribunes pour les spectateurs.

Le terme n’est pas uniformément employé dans le monde. On parle ainsi selon les lieux et époques :

  • de stadium ou stadion selon que l’on veut se référer aux cultures grecques ou romaines: Stadium du Bardot (St-Etienne), Stadium de Toulouse, etc.
  • d’arènes (Amsterdam ArenA) qui renvoie aux spectacles romains dans une enceinte fermée. L’expression arena désigne désormais en France les « grandes salles » de BHV (basket, hand, volley) ou certains stades de football comme la MMArena du Mans,
  • de coliseum (Los Angeles Coliseum),
  • de park (parc) dans le monde anglo-saxon, en Chine (Goodison Park de Liverpool ou Nanjing Sports Park) ou en France comme le Parc des Sports Marcel-Michelin de Clermont-Ferrand.
  • de ballpark qui désigne un stade de base-ball (Ameriquest Ballpark à Arlington),
  • de field aux Etats-Unis (Wrigley Field ou Soldier Field, les deux stades de Chicago),
  • de ground au Royaume-Uni (Boleyn Ground)
  • de bowl aux Etats-Unis (Cotton Bowl, Pasadena Rose Bowl),
  • parfois en Angleterre, le stade ne porte d’autre nom que celui de sa rue ou son quartier (The Den, The Valley, White Hart Lane, Landsdowne Road, Anfield, etc.).

Les arènes de Nîmes. F. Tristan et A. Perdiguier

Écrivaine, féministe et militante socialiste (socialisme utopique), Flora Tristan est une des figures majeures des luttes sociales du XIXe siècle. Pour partir à la rencontre du monde ouvrier, elle s’engage dans un « tour de France » à l’instar des compagnons du devoir. Le passage par Nîmes lui permet de visiter les arènes en cours de restauration. Elle en sort outrée!

La ville de Nîmes a la réputation d’être très remarquable, très intéressante […] parce qu’elle a l’insigne honneur de renfermer deux morceaux de constructions romaines : les arènes et les débris du temple de Diane. Il y a des savants qui font exprès le voyage pour voir ces deux pièces curieuses […]. Beaucoup de ces mêmes savants crient au vandalisme ! en voyant qu’on ne fait pas réparer ces arènes. Il voudrait que la ville en les gardant dépensât quatre ou cinq millions pour remettre ces monuments entièrement à neuf.

Probablement qu’ensuite ils voudraient qu’on fît venir des bêtes féroces pour combattre contre des hommes. Dans ce cas, il faudrait en faire venir, car il n’y en a pas à Nîmes. Puis on ferait habiller des catholiques en païens romains et romaines, et le spectacle serait complet. Le conseil municipal de Nîmes a la faiblesse de se laisser intimider par ces absurdes criailleries et pour les apaiser, il fait semblant de réparer lesdites arènes. Chaque année on pose une douzaine de pierres, un bout de corniche, une affaire de 15 000 ou 20 000 francs. Sans doute c’est une mauvaise plaisanterie, mais enfin les 20 000 francs sont dépensés inutilement.

On ferait beaucoup mieux d’employer cet argent à construire chaque année un beau lavoir où le linge serait cette fois dans l’eau et les laveuses à pied sec et la tête à l’abri du soleil et de la pluie.

Flora TRISTAN, Le Tour de France. Journal inédit, 1844.

Les Arènes de Nîmes – 2011

Quelques années plus tard, un autre célèbre militant de la cause des ouvriers, Agricol Perdiguier, se rappelle son séjour à Nîmes dans ses Mémoires d’un compagnon. Passé par la ville quelques trente ans plus tôt,  il raconte la visite qu’il fait des arènes comme il est d’usage chez les compagnons. Le menuisier sans instruction donne une description remarquable de l’édifice… rendant hommage – sans le savoir? –  aux talents de voyance de Flora Tristan.

Les Arènes, grand amphithéâtre circulaire, elliptique, long de cent trente-deux mètres, large de cent trois mètres, entouré de deux rangs de portiques superposés, d’ordre toscan, de chacun soixante arcades, bien conservé, imposant à voir, dans l’intérieur duquel sont ou étaient de nombreux gradins, sur lesquels pouvaient s’asseoir vingt-quatre mille hommes, était autrefois destiné aux combats des gladiateurs et des bêtes féroces. Aujourd’hui, on y voit des luttes d’athlètes et des combats de taureaux: sa destination n’est donc pas complètement changée; nous sommes encore un peu païens.

Agricol PERDIGUIER, Mémoires d’un compagnon, 1852-1853.