Archives par mot-clé : Brésil

« Dans l’attente de vous revoir » suite et fin

Jour de match
Le centre-ville étant inaccessible en raison du 10e marathon international, nous allons voir la lagune intérieure, un haut lieu du tourisme de l’île. Tout au bout, se trouve une plage paisible et populaire. La plage de Barra da Lagoa est située sur le côté Atlantique de l’île, à l’endroit où la lagune est reliée à l’océan par un chenal. Nombre de supporteurs des Corinthians y sont venus pour passer un week-end à la plage en louant les villas alentours. Nous les croisons, drapeau sur le dos, marchant sur la plage ou préparant les barbecues dans les villas, les drapeaux du club en évidence sur les terrasses. L’ambiance est paisible.

La plage de Barra da Lagoa

Le repas du dimanche a lieu à 15h00. Au menu: « anchova frita com pirão de caldo de peixe », « arroz branco, feijão e camarão ensopado com chuchu » et « torta de maçã ». Elson possède une collection de maillots de son équipe. Il y en a un très spécial, édité par l’équipementier en l’hommage à l’équipe de France 98. Il est floqué à son nom, avec le n° 50. C’est le numéro qui le désignait lors des élections municipales et législatives auxquelles il a pris part dans les dernières années. Est-il inquiet de perdre certaines voix de citoyens supportant Figueirense ? Pas le moins du monde. Son engagement est de notoriété publique et sujet de plaisanteries amicales quand les gens l’interpellent dans la rue. Mon vieux t-shirt d’Avaí que j’avais emporté pour l’occasion est sale… Elson me prête un maillot d’Avaí prélevé dans sa collection. C’est le maillot de la montée en Série A, à rayures verticales blanches et bleues. Très proche de celui du GF38 dont Elson possède aussi une copie. Un bon signe ?

L’heure d’y aller
La tension monte au sujet de l’horaire. Il faut d’abord passer en ville poser leur fille mais la circulation est anormalement lente. Elson regarde le meilleur chemin sur Waze. Le ralentissement se situe le long de la baie nord, à Beiramar, un quartier chic de la ville, à la hauteur d’une manifestation pro-Bolsonaro, drapée de bannières brésiliennes. Les manifestants chantent des slogans à la gloire de leur président et en appellent à jeter dehors les voleurs. Nous déposons la jeune fille tout près de l’ancien stade d’Avaí. Le site appartenait à l’église catholique. A la suite d’un montage immobilier complexe, le terrain a été loti pour faire un centre commercial et le club s’est vu offrir le stade actuel, situé hors la ville. L’un des condominiums de logements à coté du centre commercial rappelle l’ancien stade : le « Campo da Liga ».

Rua Julio da Silva Rodrigues

L’accès au stade est rendu compliqué par des travaux de voirie. Heureusement Elson connait les chemins de traverse qui évitent une partie de l’attente. Nous contournons tout le stade pour nous garer dans un quartier populaire où le stationnement est aisé, rua Julio da Silva Rodrigues. Nous terminerons à pied. La rue possède une chaussée faite d’étranges tommettes de béton. Un Avaí FC a été peint à la peinture blanche, il y a sans doute bien longtemps, sur un mur de briques à peine fini d’une petite maison. Premier signe territorial du club. Modeste. Le match commence dans presque une heure. Stella taquine Elson. Nous n’étions finalement pas tellement en retard. La crainte d’Elson n’était pas d’arriver après le coup d’envoi. Elle était de ne pas avoir le temps de prendre le temps autour du stade. Le stade ne s’impose pas par sa taille dans son environnement. Il s’insère modestement dans ce tissu pavillonnaire de villas d’un étage tout au plus.

Nous passons devant le local des ultras de la Mancha Azul. Net changement d’ambiance par rapport à hier. Les ultras colonisent l’espace public sur une centaine de mètres autour du local. L’odeur de cannabis est prégnante. Ils boivent et mangent en petits groupes autour du coffre arrière des voitures dans lesquelles se trouvent parfois un ampli « crachant du gros son ». Ils portent les tenues bleues et blanches de la Mancha ou le maillot officiel du club, pas forcément le dernier en date. Des vêtements très loose et les sonos de voiture donnent un aspect mexicano à la rue. Nous ne sentons pas vraiment de tension même si la Mancha azul est liée à la Manche verde de Palmeiras, le rival pauliste des Corinthians, dont l’un des groupes ultras, les Gaviões da fiel (quelque chose comme les « faucons fidèles »)[1] sont apparentés aux ultras de Figueirense. Les forces de l’ordre, dont la police montée, sont présentes mais pas franchement en nombre. Elles se contentent d’être visibles.

Le siège de la Mancha azul

La rue devant le stade n’est pas fermée à la circulation mais celle-ci est réduite car les bars, hier fermés, débordent presque jusque sur la voie publique et que les passants ne se soucient guère des véhicules. Il y a nombre de vendeurs de rue : brochettes de viande roulées dans le manioc et bières tirées de grandes glacières en polystyrène. L’ambiance est paisible, entre chien et loup, les murs bleus du stade et des bars se fondant dans celui du ciel. Des tracs annoncent une prochaine feijoada pour fêter le 96e anniversaire du club[2].

Vendeurs à la sauvette

Nous contournons les trois-quarts du stade pour gagner la porte par laquelle nous rentrerons. Nous avons le temps. Elson présentent brièvement à des connaissances incrédules les « fameux supporters français d’Avaí ». La barrière de la langue (l’anglais ne faisant pas le pont) limite les échanges. Un supporteur d’Avaí me dit qu’il joue avec l’équipe de Grenoble à la Playstation. C’est donc possible ? Un combi Wolkswagen a été transformé en brasserie ambulante. Il sert directement plusieurs variétés de bière pression d’une micro-brasserie locale, la Kairós : IPA, APA, Blond Butiá (un fruit local) et Pilsen, le tout pour 10 R$ (2.23 €). Le combi Volkswagen est un des symboles de l’île et de ses surfeurs[3].

Le combi Volkswagen à bière

L’entrée au stade
Le stadier chargé de la fouille à l’entrée s’inquiète de la présence d’un stylo encre et d’un marqueur dans ma poche. Elson a changé de tribune depuis la dernière fois et la couverture de la latérale. Les personnes qu’on y trouve râlent moins qu’en tribune présidentielle. Il a une place à son nom mais ne s’y assit guère. Il préfère un meilleur emplacement.

Nous observons le virage des visiteurs et notons la présence des groupes ultras à leur bâches : les Gaviões da Fiel occupent le centre du virage et doivent être logiquement le groupe le plus puissant. Sur leur droite, les membres du Pavilhão nove (« pavillon 9 ») du nom d’un bâtiment d’une prison de São Paulo. Sur leur gauche, la Camisa 12 et l’Estopim da Fiel[1]. Le Macabra ferment la marche au contact de la tribune présidentielle. Ils sont en place bien avant la Mancha azul qui rentre peu avant le match. Elle n’a pas de raison de se presser : il n’y a pas de tifo. Les visiteurs n’ont pas pris la peine de rentrer quoique ce soit pour en organiser un, non plus.

Le stade est plutôt bien rempli si on considère qu’Avaí reste sur une série de quinze matchs sans victoire. On dit que les Paulistes sont 3000 dans le virage et qu’ils ont acheté un millier de places ailleurs dans les tribunes. On les repère à l’absence de signes distinctifs d’Avaí. Enfin, « on » … Elson les repère car il y a beaucoup de personnes sans signe distinctif et que nous ne faisons pas bien le distingo. Si, les Paulistes ne reprennent pas l’hymne de l’Etat de Santa Catarina. Personne d’ailleurs ne chante l’hymne brésilien qui est joué par la fanfare de l’armée dans une indifférence polie de la part des supporteurs d’Avaí et est couvert par les chants des ultras des Corinthians.

Le speaker annonce que les chants et banderoles à caractère raciste, homophobe, sexiste ou discriminatoire feront l’objet d’un rapport du corps arbitral. Le match peut commencer.


Cite this article as: Jean-Michel ROUX, « Dans l’attente de vous revoir » suite et fin, in Au stade des villes, 17/03/2020, https://stade.hypotheses.org/2313, ISSN format électronique 2556-6563.

[1] http://estopimdafiel.com.br/index.php/historia/

[1] Le Grêmio Recreativo Cultural e Escola de Samba Gaviões da Fiel Torcida (G.R.C.E.S. Gaviões da Fiel Torcida) est tout à la fois un groupe de supporteurs du Sport Club Corinthians Paulista et une école de samba. Il a été fondé en 1969 et compterait quelques 120 000 membres et plus de 500 000 followers sur Facebook (https://www.facebook.com/gavioesoficial/).

[2] La feijoada est un plat traditionnel du Portugal et du Brésil, composé de riz blanc, d’haricots noirs et de viande de porc, servis séparément dans l’assiette. La viande de porc comprend des morceaux salés, séchés, des saucisses ainsi que certaines parties peu nobles du porc (queue, oreilles, peau, pattes, os…). Au Brésil, elle est servie accompagnée de riz, de farofa (farine de manioc torréfiée), de couve a mineira (chou vert revenu dans le beurre), de torresmo (peau de porc grillée), de frites de manioc et de fines tranches d’oranges.

[3] Le combi a été produit au Brésil jusqu’en 2013 et se trouve partout dans l’île, en porte-clefs ou en vrai. Quant à la bière, l’Etat de Santa Catarina en est un gros producteur. La ville de Blumenau y organiserait même la plus grande Oktober fest du monde après celle de Munich, avec 700 000 participants… .

Dans l’Attente de vous revoir. Avaí -Corinthians

Le temps du match est une notion extensible. C’est bien entendu l’échelle du match et ses 90 ou 120 min de jeu – pour ne prendre en compte que le football – mais aussi les longues heures d’attente à l’échelle de la journée, de la semaine, voire de la trêve hivernale ou estivale. Le temps de l’attente est rythmé par l’achat du billet, le déplacement et les discussions autour du prochain match. Ce dernier commence souvent la veille au soir ou tôt le matin quand on se déplace en bus, en train, en voiture, parfois à l’autre bout du pays, depuis un bar, un parking, une entrée ou aire d’autoroute. Pour Avaí-Corinthians (Série A brésilienne), notre match a commencé dès l’achat des billets… d’avion.

L’attente
Le match a commencé à la prise des billets… d’avion pour participer avec mon épouse à un colloque d’urbanisme à l’Université Fédérale de Santa Catarina, au sud du Brésil. Je pensais avoir pris en compte tous les critères (dates du colloque, prix en fonction de la compagnie et du nombre d’escales, nombre de jours sur place, décalage horaire, durée d’absence acceptable par les enfants) mais pas le calendrier du championnat national brésilien de Série A, la première division. Mon collègue et ami, Elson, est fan de l’Avaí FC qui joue à Florianópolis le jour du départ. Nous reculons donc le retour de deux jours. J’ai eu si souvent la frustration d’aller chaque année en Tunisie sans pouvoir assister un match du CSS (Sfax) que l’occasion est trop belle pour la laisser passer[1].

L’attente du match dure toute la semaine que nous passons ensemble. Elle passe par la lecture quotidienne du journal local (Díario Catarinense) et le suivi des réseaux sociaux. L’actualité sportive est mauvaise. Le petit club est englué à la dernière place, sans aucun succès après 15 journées et les supporteurs ne croient déjà plus au maintien. Ils se remontent le moral en se comparant à l’autre club de la ville, Figueirense Futebol Clube, qui est lui-aussi en difficulté, mais dans la division inférieure. Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Figueirense fait face à une grève de ses joueurs qui seraient impayés depuis des mois pour certains. Le refus de jouer un match engendre un match perdu par forfait (0-3) et une sanction d’un point.

Des gobelets avaient été imprimés à l’occasion du match. Ils ne seront pas perdus pour tout le monde. Les fans d’Avaí les achètent sur internet. Ils seront l’objet de plaisanteries futures. Le prolongement de la grève entrainerait une relégation automatique. Les fans d’Avaí n’osent pas y croire. Ils ont raison. La grève s’arrêtera dans la semaine sans que les joueurs n’aient obtenu grand-chose. Ils peuvent être remplacées. Figueirense fait match nul et reste sous la menace de la zone de relégation.

Quelle est la différence entre les deux clubs ? Il n’y aucune différence sociale, géographique, religieuse, politique entre les supporteurs des deux équipes. De simples affinités de familles plus ou moins héréditaires. Chacun choisit son club et n’en change plus, c’est tout. Elson a eu très peur, quand son aînée, alors incertaine sur sa future affiliation, a failli choisir l’autre club, à une époque où le sien enchaînaient les défaites. Sa deuxième fille ne s’intéresse pas au foot, c’est moins problématique.

Un soir de caïpirinha et de samba, nous écoutons l’hymne officiel d’Avaí. Il en existe deux versions, portugaise et française. Le compositeur, un ancien député fédéral qui s’appelle Fernando, a lui-même traduit l’hymne et l’a enregistré sur une bossa nova. Elson est non seulement géographe et fan d’Avaí, c’est aussi un grand spécialiste de samba. Il écrit parfois l’enredos[2] du défilé de samba de son école, les Protegidos da Princesa[3], avec laquelle il a déjà remporté le carnaval de Florianópolis. Ce dernier se déroule dans un « sambodrome »[4] de plus de 10 000 places, la Passarela Nego Quirido, quand les deux stades de football de la ville ne font respectivement que 16 000 et 19 900 places. En 2001, les Protegidos da Princesa l’avaient emportée avec un spectacle consacré à l’idole de la ville, le tennisman Gustavo Kuerten, triple vainqueur à Roland-Garros. L’Equipe magazine avait interviewé Elson et écorné au passage Avaí : « Avaí, la risée de Florianópolis. Au stade, en pleine nature, près de l’aéroport, une peinture écaillée, dans le haut du virage nord, rappelle le titre de « Campeão Brasileiro 1998 ». En plus petit, est écrit « Da Série C », la troisième division. Guga est supporteur n°1 »[5].

Le samedi matin au stade
Nous nous levons de bonne heure pour aller au stade récupérer le billet gratuit auquel chaque socio a droit. Un collègue de la faculté a laissé son abonnement. Nous pourrons donc y aller à quatre, avec nos épouses respectives. Celle d’Elson dit peu venir au match : huit à neuf fois par saison… Nous parlons du match dans la voiture et des travaux au stade depuis ma dernière visite en 2009.

Nous récupérons sans problème les billets gratuits. Il n’y a pas vraiment d’affluence. Sans doute parce que les abonnés ne croient guère dans une remontée de leur équipe et que dans quelques semaines, Avaí recevra des équipes encore plus populaires comme Flamengo. Les équipes paulistes (São Paulo) et cariocas (Rio de Janeiro) ont de nombreux fans dans la ville de Florianópolis et l’Etat de Santa Catarina. Certains habitants viennent de ces villes. Les locaux ont aussi l’ancienne habitude de soutenir un club des grandes villes, parfois en plus d’un club local ; souvenir du temps pas si lointain (jusqu’en 1971) où le championnat national n’existait pas et où tout le Brésil s’intéressait aux championnats de Rio et SP qui étaient plus largement médiatisés.

La buvette est entièrement recouverte de carrelage bleu et blanc, lointaine évocation des azulejos portugais. Les îliens se plaisent à dire que Florianópolis a été fondée par des Açoréens et qu’elle mérite le titre de 10e île de l’archipel portugais. A la droite de la buvette, un mur rappelle toutes les grandes dates du club : le titre national de champion du Brésil en 1998 (de Série C dirait L’Equipe…), les titres de champion de l’Etat (pas tous) et les travaux d’aménagement du stade comme le récent éclairage par led qui laisse les ultras dans la pénombre.

La buvette aux azulejos
La buvette aux azulejos

Une salle fermée, contient un mémorial des joueurs (memorial dos atletas). Peut-être une sorte de musée ? A la gauche de la buvette, se trouve un mur d’honneur des supporteurs. Il égrène une impressionnante liste de supporteurs décédés, les torcedor eterno. A ces côtés, se trouve une œuvre d’art protégée par une barrière. Il s’agit d’une vache, presque à taille réelle, de couleur bleue, et qui semble recouverte d’un drapeau du club et de napperons en dentelle. Allusion à un artisanat qui perdure encore, tant bien que mal, dans l’île.

La vache bleue aux dentelles

De l’autre côté de la rampe menant aux gradins, se trouve une seconde buvette, elle-aussi entièrement carrelée et un authentique autel avec une statue en bois de la « sainte vierge de la Ressacada », accompagnée d’un lion et d’autres statues plus ou moins religieuses dont deux vierges Marie. Nossa Senhora da Ressacada, sainte patronne du club d’Avaí, possède sa propre prière qu’il est possible de se procurer en boutique du club[8].

Nossa Senhora da Ressacada, ora pro nobis

L’intérieur du stade montre des tribunes qui ont reçu un sérieux coup de jeune depuis ma première visite. Le tout est fraîchement repeint aux couleurs du club. Elles sont encore en travaux avec le remplacement des vieux sièges métalliques avec leur mono-accoudoir gauche pour des sièges baquet en plastique.

Assises en transition

L’éclairage a été changé pour faire place à des leds et une tribune basse, au-dessus de la fosse, a été ajoutée en tribune d’honneur. Cette dernière est désormais couverte. Il ne reste plus que les deux virages à devoir subir les foudres du climat pluvieux de l’île (de 6 à 16 jours de pluie en moyenne par mois). L’absence partielle de toiture permet d’avoir encore une vue sur la ville alentours, le quartier de Carianos et les montagnes de l’île dans le lointain. Un écran, pas géant, permet de diffuser des images. Il est situé au-dessus du virage des visiteurs. Un message plein d’optimisme l’encadre. On y voit un lion rugir avec la mention : « le lion dans son habitat : Avaí en série A».

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Dans l’Attente de vous revoir. Avaí -Corinthians, in Au stade des villes, 17/03/2020, https://stade.hypotheses.org/2307, ISSN format électronique 2556-6563.

[1] J’aurai tout de même la frustration de rater la même opportunité à Rio. Christiane, une collègue de l’Université Fédérale voulait me faire découvrir son club de cœur, Flamengo, qui devait jouer pendant mon séjour, au stade Engenhão, contre Vasco. Tout était organisé jusqu’à ce que Vasco délocalise le match à Brasilia. Ce type de délocalisation serait assez classique au Brésil mais traumatique pour les supporteurs qui ont parfois pris des abonnements en prévision de ces « matchs de gala ».

[2] Le sujet que chaque école de samba présente au public.

[3] La Protegidos da Princesa désigne en brésilien, les « protégés de la princesse », référence aux esclaves affranchis par une princesse brésilienne.

[4] Le sambodrome (sambódromo) est un équipement destiné à l’accueil des défilés de samba, d’une forme rectangulaire et constitué d’une série de tribunes à ciel ouvert se faisant face de part et d’autre d’un espace central d’une douzaine de mètres, réservé aux participants. Celui de Rio mesure quelques 800 m. de long et peut accueillir près de 88 000 spectateurs.

[5] Stéfan L’Hermitte (texte) et Jérôme Prévost (photos), « Guga. Une folie brésilienne », in « Terre! Gustavo Kuerten débarque à Paris pour enflammer Roland-Garros », L’Equipe magazine, 26 mai 2001, n°994.

[6] La boutique du club est bizarrement fermée après les matchs.

[7] Pont Hercílio Luz, https://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_Herc%C3%ADlio_Luz

[8] « Oração a Nossa Senhora da Ressacada », texte de Pe. Ney Brasil et Ademar A. Cirimbelli, musique de Pe. Ney Brasil, 2016.

Soutenance de thèse de Natalia

Le 28 mars 2018, Natália Rodrigues de Melo soutenait sa thèse de doctorat (Sciences de l’Architecture) à la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université Féderale de Rio de Janeiro (UFRJ). Elle portait sur l’analyse de la transformation des ambiances du stade Maracanã de Rio, construit pour la Coupe du monde de football de 1950 et rénové dans le cadre de la Coupe du monde de 2014. Réflexions post-soutenance d’un membre du jury.

Ambiances urbaines et ambiance des stades
Cette thèse s’inscrit dans une démarche initiée depuis quelques années de rapprochement des courants de recherche français et brésiliens travaillant sur la notion d’ambiance. Il s’agit entre autres de la théorie des ambiances architecturales et urbaines développée depuis les années 1980 au sein du laboratoire CRESSON (Umr Cnrs AAU) et de la théorie des traumas urbains développée au Brésil (LASC: Laboratório Arquitetura, Subjetividade e Cultura) avec la méthode ethnographique et analyse ethnotopographique (método etnográfico e análise etnotopográfica) ou méthode de l’ethnographie spatiale.

Cette thèse est aussi importante à l’échelle plus réduite des stades. Les Européens commencent à reconnaître une dette ancienne et plus ou moins grande envers les Brésiliens en matière d’ambiance dans les stades de football de la plus grande partie du continent (Balkans, Italie, France, Suisse, Belgique, etc.) mais aussi dans certaines enceintes de basket-ball ou de hockey sur glace. Cette dette daterait de la coupe du monde de 1950 et de la vision sur écran de cinéma yougoslaves des torcidas de Rio (les groupes de supporteurs organisés). Notons en aparté que la coupe du monde aura donc signifié une remarquable victoire culturelle du Brésil, une forme de soft power, à défaut d’une victoire sportive…

Les torcidas de Rio inspireront d’abord les fans de Split qui créeront une torcida, puis les autres Yougoslaves avant de se répandre en Italie à travers le mouvement ultra, et de là en France. Aujourd’hui, toujours via l’Italie et la France, le mouvement ultra se répand en Tunisie ou au Maroc pour ne citer que ces deux pays africains. Le Brésil n’inspire plus aujourd’hui l’Europe en matière d’ambiance et de supportérisme mais l’intérêt des analyses internationales et comparatives demeure dans un monde globalisé.

Changement de paradigme et changement de sémantique
Cette thèse porte sur le changement de paradigme qui s’opère dans les stades du monde entier depuis 1989 et le rapport du juge Taylor. Mon hypothèse est que les stades se sont depuis considérablement amélioré en terme constructif (sécurité, qualité, etc.), en terme d’usage (meilleurs qualité de vision, d’assise, de catering etc.) mais ils ont vécu un (inéluctable ?) appauvrissement des ambiances.

Un sous-titre de partie vient dire tout cela : «Do estádio à arena», du stade à l’arena pour qualifier le profond bouleversement des stades brésiliens à l’occasion de la Coupe du monde.  Le Maracanã est passé de stade à arena et ce n’est pas qu’un changement de nom. Les Anglais ont vécu quant à eux un passage du football ground au soccer arena/stadium. La France expérimente elle-aussi des transitions depuis les salles omnisports aux arenas pour les salles de BHV (Basket, Handball, Volley) et des stades aux stadium/arena pour le football et le rugby.

Il est intéressant de remarquer que les mots nous disent quelque chose : l’arena c’est en latin la partie en sable d’un amphithéâtre, cette partie vide et centrale vers lequel le concepteur de l’équipement et l’organisateur du spectacle essayaient de faire converger l’attention des spectateurs. La partie a fini par désigner le tout. Nous disons les « arènes d’Arles » et non plus l’amphithéâtre alors que nous disons encore le « théâtre antique » de Vienne. Le terme arena est très lié à la notion de spectacle sportif qui oublie complètement que le spectacle dans un stade est lié tout autant au match sur le terrain qu’au spectacle des tribunes.

Ces mots nous disent aussi jusqu’à la façon dont le spectateur doit se tenir : dans un stade, on peut être debout, dans une tribune ou un stand (to stand, se tenir debout); c’est même un mot dont la racine indo-européenne, stha, signifie d’ailleurs : « être debout », « rester », « se tenir ». La superbe photo (p. 66) des torcedores debout au-dessus de la fosse dans le geral superlotada du Maracana des années 1970 est éloquente. Le stade permettait de se tenir debout (presqu’en équilibre) et de faire masse.

Un corpus riche d’enseignements
Le corpus du travail de terrain était composé de 26 entretiens individuels et qualitatifs réalisés lors de 15 matchs de football relevant de plusieurs types de compétition (campeonato brasileiro, copa do Brasil, copa sul-americana). Les entretiens sont accompagnés de cartes mentales du stade et de 609 photographies réalisées par la candidate. La candidate n’exploite malheureusement pas tout ce matériau photographique. Il lui aurait permis de «revenir» sur les entretiens et confirmer ou infirmer certaines impressions des personnes interviewées, un peu selon la méthode des «écoutes réactivées» du Cresson.

Son entrée par une taxonomie des publics est très intéressante. Elle distingue :
– le « fan artiste » ou torcedor-artista (lui-même divisé en cinq sous-catégories, à savoir : les « fans collectivisés »  ou torcedores coletivizados; « satellites » ou satélites; pós-geraldinos; « défenseurs du territoire » ou defensores do território; et enfin les « fans comiques » ou torcedores caricatos),
– le spectateur classique (espectador clássico),
– le spectateur acteur (espectador-ator)
– et le supporteur acteur (torcedor-ator).

Dans mes recherches sur le rapport aux ambiances en France, je fais l’hypothèse qu’il existe un gradient dans l’intensité de l’expérience vécue selon que nous sommes spectateur (qui assiste à un spectacle), supporteur (qui contribue à un match) ou fan (qui participe collectivement avec les autres fans et derrière les joueurs à un combat). Natália Rodrigues de Melo reprend et dépasse cette analyse.

Le tableau recensant les entretiens est lui-même particulièrement riche (pp. 85-86). Natália Rodrigues de Melo a ajouté une information a priori anecdotique lors des entretiens: l’âge de première visite au stade. Cette donnée collectée mais pas exploitée lors des analyses permettrait de creuser certaines pistes. En écartant l’entretien d’un homme de 29 ans, qui vient pour la seconde fois au stade mais dont on ne sait pas à quel âge a eu lieu la première visite, nous obtenons un corpus de 25 personnes, facilement transformable en pourcentage. Que dit le corpus ?

Quand nous analysons l’âge de la première visite du stade, deux catégories d’âge se dégagent: les 7-10 ans et les 16-20 ans qui représentent chacune 36%. Comme si l’enfance, « à l’âge de raison », et l’adolescence tardive constituaient les deux grands temps du primo-accès au stade. Ces données nous inciteraient à mieux comprendre le contexte humain et familial de la première visite. Est-ce avec le père que s’opère ce « baptême », avec les camarades de classe, du quartier, de l’équipe de football, de l’école, etc. ? Il est dit souvent que le stade était un lieu de socialisation importante. Nous pouvons simplement faire l’hypothèse qu’apprendre le comportement au stade avec un père à 7 ans, ce n’est pas la même chose qu’avec des copains à l’adolescence; quand on se construit en opposition au monde des grands.

Le corpus comprend aussi cinq femmes sur 25 enquêtés, soit 20%. Est-ce que cela correspond à la réalité ? Natália Rodrigues de Melo semble le penser même si elle n’avait pas d’entrée spécifiquement relative au genre. Le chiffre témoigne en lui-même d’une véritable ouverture des arènes brésiliennes aux femmes. Il serait donc passionnant de relire les entretiens au prisme du genre. Observons-nous une différence dans les réponses selon la variable du sexe ? Existe-t-il une approche genrée du spectacle sportif ou bien, en la matière, la femme est-elle un supporteur comme les autres ?

Sur le projet de stade
Comme nous étions dans une faculté d’architecture et d’urbanisme, j’ai eu envie de poser la question du passage au projet : quels conseils donneriez-vous à un architecte en charge de la rénovation d’un stade afin qu’il évite à la fois la destruction pure et simple de l’ambiance du lieu mais aussi la création d’une « ambiance manufacturée » ?

On compare souvent les stades et les églises (tel stade est une « cathédrale », tel autre « la Mecque du football »), ce qui me paraît la comparaison la plus déraisonnable qui soit. Une église, surtout catholique romaine ou orthodoxe, est typiquement un lieu qui nous dit par tous ses dispositifs architecturaux, visuels, olfactifs, mémoriels, que la vie et la mort sont intimement liées ; que la vie est faite de joie (l’entrée dans Jérusalem) mais aussi de tristesse et de deuil. Pas un stade contemporain dans lequel on ne voudrait parler que de spectacle et de plaisir. Comment rendre compte dans un stade que le lieu est porteur d’une mémoire, d’histoire de faites de joie mais aussi de douleur ? En repeignant régulièrement son stade en bleu ciel… mais encore ?

O Grande Palco Futbolístico

Le 28 mars 2018, Natália Rodrigues de Melo, que j’ai accueilli au sein de l’UMR Pacte l’an dernier, soutiendra sa thèse de doctorat (Sciences de l’Architecture) dans le cadre du Programme Postdoctoral en Architecture (PROARQ) à la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université Féderale de Rio de Janeiro (UFRJ). Je serai membre du jury.

 

Composition du jury
La thèse de Natalia porte sur l’analyse de la transformation des ambiances du stade Maracanã de Rio, construit pour la Coupe du monde de football de 1950 et rénové dans le cadre de la Coupe du monde de 2014. Elle s’intitule: O Grande Palco Futbolístico. Análise da ambiência do estádio Maracanã pós reforma para a copa de 2014.  La thèse a été dirigée par la Profa. Dra. Cristiane Rose de Siqueira Duarte (PROARQ UFRJ) et co-dirigée par la Profa. Dra. Paula Uglione (IP UFRJ). Les autres membres du jury seront la Profa. Dra. Ethel Pinheiro Santana (PROARQ UFRJ), la Profa. Dra. Giselle Arteiro (PROARQ UFRJ) et le Prof. Dr. Gilmar Mascarenhas (UERJ).

Résumé de thèse
Les modifications spatiales engendrées dans les nouveaux stades de football en vue de la Coupe 2014 représentent une rupture des habitudes, des visions et de la logique spatiale des supporteurs, ce qui peut être considéré comme un « trauma spatial ». Cette thèse a cherché à comprendre les processus de re-signification de ces stades, soutenant l’hypothèse que l’ambiance des rituels du jeu a un rôle majeur aussi bien dans la réinterprétation de nouveaux espaces physiques que dans la construction de nouveaux liens affectifs avec les manières traditionnelles de vivre un match et d’encourager son équipe. La recherche se penche sur l’étude de cas du stade Maracanã, à Rio de Janeiro, par le biais d’outils méthodologiques tels que l’ethnographie, les analyses ethnotopographiques et l’examen des extraits métaphoriques qui ont émergé des récits, inspirés dans la méthode des « Fichiers Mnémoniques du Lieu » (Uglione, 2008).

La recherche a permis d’élucider certaines significations attribuées par les usagers au Maracanã, démontrant que le stade renouvelé est comme un palimpseste ayant des couches symboliques qui, associées à d’autres symboles, contribuent à un nouvel ordre de compréhension, d’appréhension et d’affectation. Ce travail a essayé de démontrer que l’ambiance est renforcée par la passion pour le football et par les représentations liées à ce sport soulignant l’existence d’un grand potentiel de (re)signification du stade. Finalement, les résultats mènent à la conclusion que, bien plus que des changements « traumatiques » et des ruptures dans l’expérience des supporteurs, il est encore possible de trouver des traces d’un passé qui ont un grand impact sur les nouveaux usages allant au-delà de l’édifice bâti et s´accrochant à la signification symbolique de cette Grande Scène du Foot.

Mots-clés
Ambiance; Maracanã; Trauma; (Re)signification

Impressões sobre o estádio Geoffroy-Guichard

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne.

La consigne donnée est de décrire dans ses plus petits détails la journée au stade, à la façon de Pierre Sansot1: « prendre la décision de décrire, ce serait observer, se situer au plus près de ce qui se produit, être en intelligence avec ce qui s’offre : par exemple, ne pas omettre les détails que seule une longue pratique affectueuse relève, mémorise. […] La description s’attache à révéler ses mille nuances, ces détails qui semblent relever de l’anecdote et que l’on a tendance à négliger dans une micro-sociologie. Or, tous ces détails constituent la trame de la vie sociale à tel point qu’il n’y a pas grand chose à rechercher en dehors d’eux, derrière eux. […] Elle peut avoir une ambition plus grande : montrer comment à travers des comportements mineurs se dévoilent les gestes majeurs de l’Anthropos ».

 

O estádio Geoffroy-Guichard está localizado na cidade de Saint-Etienne, região de Auvergne Ródano Alpes. Tem capacidade para aproximadamente 42.000 espectadores e é conhecido como Le Chaudron ou L’Enfer Vert em referência ao time da casa, AS Saint-Etienne.

Fachada do estádio Geoffroy-Guichard. Façade principale de Geoffroy-Guichard

Para então conhecê-lo, a saga do dia 09 de abril de 2017 começou às 08h45 da manhã na linha A do VLT de Grenoble, estação Arlequin sentido Maison du Tourisme. Às 09h10 eu segui o caminho pelo VLT da linha B, Maison du Tourisme sentido Ile Verte.

Os Grenobloises, em sua maior parte, são bem simpáticos, porém são quietos, reservados. Assim, até meu destino final eu segui quieta até encontrar Jean-Michel e Louise. Um pouco mais adiante conheci Regis, Alberto e mais quatro crianças. Seguimos todos para Saint-Etienne.

Cidade de Saint-Etienne. Ville de St-Etienne, vue du Crêt-de-Roch.

O dia agradável, de sol ameno, vento fresco e casarões antigos, tornou a expectativa do jogo também agradável. Após um passeio e um almoço formidável na casa dos pais de Jean-Michel, seguimos finalmente para a partida Saint-Etienne x Nantes.

Caminhamos pelas ruas do entorno e era possível observar um “mar de gente” vestindo verde, todos sorrindo e certamente uma grande expectativa de vitória do time de Saint-Etienne. Todos caminhando em direção ao seu respectivo portão de entrada e o barulho que se ouvia era de pessoas conversando provavelmente sobre uma grande partida.

O dia azul e ensolarado, porém não muito quente, de uma tarde de primavera, contribuiu para a animação e para o grande público que estava no estádio para ver a partida do dia. As duas equipes ocupam a parte de cima da tabela, respectivamente 7ª e 8ª posições, no entanto, nenhum dos dois times tem chance de vencer o campeonato francês, ficando provavelmente com o time de Mônaco ou Paris Saint German. Dessa forma, a busca pelo estádio foi certamente motivada pela paixão ao clube, pela ambiência do estádio e o dia que estava proporcionando uma bela tarde de lazer.

Alguns torcedores estavam bebendo em alguns poucos quiosques do entorno, na espera do jogo. Era possível então sentir o cheiro dos petiscos e das bebidas, além de poder ouvir os barulhos de conversas e risos dos visitantes.

O Estádio, que foi construído em uma região de minas de carvão, foi recém reformado para a Euro 2016. Prezou-se pela ampliação do espaço, aumentando as fileiras de arquibancadas e as tribunas. Além disso, a grama foi melhorada, assim como a arquitetura em toda a sua fachada, modernizando um dos estádios mais antigos da França, inaugurado em 1931.

Entrada no portão sul do estádio. Queue pour la fouille à l’intérieur du stade.

Entramos pela tribuna sul do estádio. Enfrentamos uma pequena fila até chegarmos às catracas eletrônicas. Validamos o bilhete e passamos pela inspeção. Não queriam permitir a minha entrada com um carregador externo de bateria de celular, pois apresentava risco, caso eu quisesse jogá-lo em alguém do estádio. Ao final, consegui driblar o problema e finalmente entrei.

A entrada é ampla e ventilada. O local é bem sinalizado e indica corretamente os setores. A circulação dentro do estádio estava tranquila. Preferimos ficar na parte superior da tribuna, então subimos dois lances de escada até alcançarmos o local pretendido. Não seguimos a numeração da cadeira que estava no bilhete e ficamos onde havia espaço, assim como fazemos no Brasil, nos setores mais baratos.

A entrada é ampla e ventilada. Sous la tribune sud.

O estádio é composto por quatro tribunas, sendo duas delas com cadeiras numeradas e um restaurante (Área VIP). As outras duas tribunas, sendo uma de frente para a outra, correspondem ao espaço mais acessível do estádio, em que os ingressos são menos caros. Nelas estão as arquibancadas e o que lembra uma “geral” no Brasil. O “ultras” ou torcidas organizadas ocupam essas tribunas: de um lado os “Green Angels” e do outro os “Magic Fans”. Os valores giram em torno de 10 euros nas arquibancadas (preços mais baixos).

Ingresso da partida. Billet d’entrée, imprimé sur papier A4.

Nas tribunas leste e oeste os torcedores são mais quietos e permanecem sentados praticamente o tempo todo. Os espaços de circulação (as laterais das cadeiras) ficam todos disponíveis e as pessoas são espectadoras do jogo, assistindo calmamente a partida. No setor oeste ainda existe um restaurante, o único local do estádio que permite a venda de bebidas alcóolicas.

Nos setores norte e sul estão as torcidas organizadas ou como chamam os franceses “os Ultras”. Do lado sul o espaço é reservado para os “Green Angels” e do lado norte estão os “Magic Fans”. Ficamos no lado sul e foi possível perceber que existem mais bandeiras e um movimento circular com as flâmulas da equipe tricolor: verde, branco e preto. Os cânticos ecoam por todo o setor e os animadores não deixam que os torcedores se sentem e desanimem. Do outro lado, os “Magic Fans” são, em sua maioria, homens. Eles ficam sem as camisas e fazem um movimento de vai e vem entre eles. Cantam o tempo todo e, em alguns momentos da partida, eles cantam e fazem coreografia com o lado sul, ou seja, com os “Green Angels”. A sensação é de que uma onda atravessa o estádio e isso contagia o norte e o sul. Existe uma vibração em coro e um uníssono que impulsiona a equipe. É vibrante!

Tribuna norte. Magic Fans. Foto ilustrando a bandeira dos ultras e o nome de um torcedor morto: Olive. Kop nord lors du tifo en mémoire d’Olive, un ancien « MF ».

É interessante, pois assim como no Brasil, a maioria dos torcedores não se conhecem, mas é como se naquele instante eles fossem parte da mesma família. É um clima de solidariedade e ajuda mútua. O time depende de todos eles e todos eles sabem disso. A união nesse momento é o que mais importa.

O público da partida foi de 30 mil pessoas e a composição bastante mista: homens, mulheres, idosos e crianças. Apesar de toda uma mobilização das organizadas, o ambiente é de tranquilidade, pois Nantes não é o principal adversário do Saint-Etienne e a torcida foi praticamente única, uma vez que o time adversário teve permissão de 300 torcedores somente.

Tribuna norte (geral) e tribuna leste, cadeiras numeradas. Tribune nord (kop) et tribune est (places assises).

Há muitas bandeiras, flâmulas, hinos e coreografias para saudar e impulsionar a equipe. O espaço dos “ultras” é bastante territorializado, assim como fazem as torcidas organizadas no Brasil. O espaço de cada um é bem delimitado e, mesmo que sejam torcedores do mesmo time, eles precisam respeitar os limites e a maneira de torcer da cada um. Uma situação em particular chama bastante a atenção, a torcida dos “Green Angles” produz um jornal impresso para os torcedores no qual é narrado os pontos principais sobre a partida do dia, as próximas partidas e a classificação da primeira liga. O principal rival, Lyon, é sempre referenciado com letras minúsculas, ratificando o desprezo e rivalidade.

Jornal dos torcedores Green Angels. Fanzine des Green Angels.

Nas tribunas sul e norte não há obediência à numeração dos assentos e os torcedores ficam de pé sobre esses mesmos assentos para ter maior visibilidade do campo, já que durante a partida ninguém se senta, exceto nas tribunas mais caras. Não é possível querer seguir uma ordem nem mesmo existe uma vontade para isso. O ambiente é bastante convidativo a fazer parte, a sentir a ambiência e a torcer junto.

A partida do dia 09 acabou em empate, 1 x 1, mantendo as equipes na mesma posição da tabela. Ao sairmos do local, apesar do empate, seguimos em clima de paz. Assim como na ida, a volta é feita pelas ruas próximas ao entorno, onde os carros ficam estacionados. Ao final todos seguem indo embora para o seu destino.

Em comparação ao Brasil eu sinto que as diferenças são poucas quando se trata da partida no estádio de Saint-Etinne e com os torcedores da equipe homônima. Os estádios têm preços igualmente altos, mas no Brasil o poder aquisitivo é menor e vemos, cada vez menos, um espaço ocupado pelo “povão”. O estádio tem se tornado um espaço de segregação, mas na contramão, buscamos reivindicar mais acessibilidade do grande público e/ou ocupar outros estádios de menor tamanho e que possibilitem preços mais acessíveis.

Torcedores de pé sob os assentos das arquibancadas. Supporteurs préférant rester debout en tribune populaire.

Apesar da espetacularização que o futebol vem sofrendo, é muito difícil uma paixão ser ofuscada. Ao final, me senti empolgada com o jogo que presenciei e me restou a impressão de que o futebol é fenômeno social e acolhedor em qualquer parte do mundo, mesmo com as rivalidades. A frase de ordem que ainda ecoa dentro de mim é Allez les Verts!!!

 

Eléments de comparaison avec le Brésil
Voici maintenant, un résumé analytique du texte en portugais, fruit d’une lecture et d’un échange avec l’auteur. 


A écouter Natália Rodrigues de Melo, ce qui distingue un tel match de championnat par rapport à un équivalent au Brésil tient d’abord dans l’atmosphère sereine (clima de paz) qui se dégage des abords du stade, à l’entrée à la sortie du public et dans les tribunes.

Le contexte joue, bien entendu, un grand rôle. Il n’y a pas d’animosité particulière entre les supporteurs des deux équipes, et de plus, les autorités ont restreint le déplacement des supporteurs nantais à 300 personnes maximum. De fait, ils ne sont qu’une poignée dans leur parcage. Le match se joue un dimanche après-midi de printemps. Plus de 30 000 personnes assistent au match, beaucoup arborant les couleurs du club – vert, blanc, noir – et créent une « marée verte » (um “mar de gente” vestindo verde).

Pour l’auteur, les gens sont probablement plus attirés par la passion du club et l’ambiance du stade que par une quelconque perspective sportive, les supporteurs qu’elle rencontre avant le match ne croyant guère  à une qualification européenne, pourtant encore mathématiquement possible.  Elle souligne que les clubs n’existent guère que par cette passion qu’ont les supporteurs pour leur équipe; passion qui transforme le « spectacle » en un rituel presque sacré.

L’entrée au stade lui semble facile: une petite attente au guichet, des billets électroniques et la surprise de se voir interdire une batterie de téléphone portable (risque de jet)… mais qui sera finalement acceptée2. Le stade lui apparaît comme bien conçu avec ses entrée amples et ouvertes, une circulation aisée dans l’enceinte et une bonne signalisation. Il apparaît comme ayant – toujours – quatre tribunes qui se font face: deux (arquibancadas) avec sièges numérotés (cadeiras numeradas) et espace VIP ; deux sans numérotation des places et sans restaurant mais où les gens continuent de se mettre debout (gerals).
Le public est lui aussi affaire de surprise. L’auteur découvre les ultras, une forme de supportérisme organisé comme au Brésil avec les torcidas organizadas. L’espace des ultras est bien délimité et la chorégraphie rappellent celles des torcidas . Elle note qu’ils chantent pratiquement tout le temps; des chants repris par la tribune et qui parfois se répondent d’une tribune populaire à l’autre, créant une sensation d’ondes se répandant dans tout le stade (a sensação é de que uma onda atravessa o estádio e isso contagia o norte e o sul). Se dégage aussi une impression de solidarité entre les supporteurs sans qu’ils semblent se connaître. Les rapports sociaux lui semblent particulièrement paisibles et le stade un lieu de mixité avec non seulement des hommes mais aussi des femmes, des adolescents et des enfants.
Le prix modique des billets par rapport au pouvoir d’achat, dix euros, est en fin souligné tandis que les prix ont flambé au Brésil ces dernières années, à la grande surprise et au désespoir des Brésiliens les plus modestes, qui se trouvent exclus d’un stade et d’un spectacle auquel ils contribuaient pourtant. L’obtention de stades plus familiaux et sécurisés s’est faite, comme en Angleterre, au prix de l’éviction des plus modestes…
Au final, un beau (contre) exemple aux violences de la semaine suivante au Parc OL et au stade de Furiani.

 

Texte en portugais (Brésil) et photographies de Natália Rodrigues de Melo; introduction et éléments de comparaison (en français) de Jean-Michel Roux.

A suivre…

A lire aussi sur les ambiances des stades français et brésiliens: High Fidelity.

  1. Pierre SANSOT, Les formes sensibles de la vie sociale, Paris : PUF, collection La politique éclatée, 1986, pp. 66-67 []
  2. Le stadier fait preuve de compréhension devant l’explication que la batterie sert à un travail universitaire d’une Brésilienne []

La grande scène du foot: analyse de l’ambiance du stade Maracanã après la rénovation pour la coupe du monde de 2014

Natália Rodrigues de Melo est une jeune brésilienne qui fait une thèse d’Architecture à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue le résumé d’une conférence qu’elle donnera dans le cadre d’un séminaire de recherche de l’équipe Villes et Territoires du laboratoire le mardi 11 juillet de 15h30 à 17h30 à la Cité des Territoires, 14 avenue Marie Reynoard, Grenoble. Torcedor bienvenu.

 

Les éléments architecturaux et symboliques d’un stade (le format de l’arène, la visibilité depuis toutes les parties, la proximité physique, le terrain mise en scène), la manifestation ludique du football et les relations établies entre les supporteurs constituent les images archétypales du rituel footballistique. Ils fabriquent, aussi, la notion de Lieu et favorisent la construction d’une mémoire collective, certainement développée depuis de nombreuses années.

Par conséquent, ce contexte permet la construction d’une partie de l’identité de nombreuses personnes et contribue à l’ambiance des stades. Ces derniers sont les dépositaires d’histoires, de significations et de symboles tellement imbriqués que, une fois imprégnés et guidés par l’ambiance (ici comprise comme un domaine moral, éthique et social qui définit un groupe), ils deviennent les dépositaires de la mémoire, en particulier dans le contexte brésilien qui est marqué par un besoin pressant de développer ce sport dès le plus jeune âge.

Nous partons de l’hypothèse que cette atmosphère est un élément central et essentiel dans l’aptitude des lieux à la métamorphose. Nous essayons donc d’analyser le stade de football comme un lieu de mémoire collective et comme un terrain pour le développement d’une praxis et d’une identité spécifiques afin de comprendre le rôle prédominant de l’ambiance dans la construction de la notion du Lieu ‘footballistique’.

Notre choix est guidé par la vogue du débat autour des stades de football brésiliens qui ont accueilli la Coupe du Monde de Football de 2014 et des travaux qu’ils ont subi afin de répondre à un « standard international » qui a changé radicalement la configuration de ces espaces et, par conséquent, la configuration des lieux.

Nous avons choisi le Stade Maracanã comme terrain d’étude et nous avons utilisé l’analyse des réhabilitations qui y ont eu lieu dès son inauguration jusqu’à nos jours afin de comprendre le rôle de l’ambiance comme un précédent de la valeur physique du bâtiment.

 

Le texte ci-dessous a été écrit par Natália Rodrigues de Melo; édité et mis en forme par Jean-Michel Roux.

Références bibliographiques
ALENCAR, Helenira Fonseca de; FREIRE, José Célio. O lugar da alteridade na psicologia ambiente. Revista Mal-estar e Subjetividade. Vol. II. Nº 002. Fortaleza: Universidade de Fortaleza, 2007, pp. 305-328
AUGÉ, Marc. Não-lugares: introdução a uma antropologia da supermodernidade. Campinas: Papirus, 1994
BERGSON, Henri. Matéria e memória. Trad. Paulo Neves. 2 a ed. São Paulo: Martins Fontes, 1999.
CRUZ, Antônio. A nova economia do futebol: uma análise do processo de modernização de alguns estádios brasileiros. 114f. 2005. Dissertação (Mestrado em Antropologia Social) ─ Universidade Federal do Rio de Janeiro, Museu Nacional, Rio de Janeiro.
FERREIRA, Fernando da Costa. Maracanã: de centralidade popular a arena para a sociedade do espetáculo. Anais do XIII Simpósio Nacional de Geografia Urbana. Rio de Janeiro, 2013.
GIRÃO, Cláudia. Maracanã: destruir ou preservar. In: Vitruvius, ano 12, fev. 2012. Disponível em: http://www.vitruvius.com.br/revistas/read/projetos/12.133/4225. Acesso em setembro de 2013.
HALBWACHS, Maurice. A memória Coletiva. São Paulo: Vértice, 1990.
LIMA, Solange Terezinha de. Percepção Ambiental e Literatura – Espaço e Lugar no Grande Sertão: Veredas In: DEL RIO, Vicente; OLIVEIRA, Lívia (orgs.). Percepção Ambiental: A Experiência Brasileira. São Carlos: Editora da UfScar/ Studio Nobel, 1996, p.153-172.
LYNCH, Kevin. A Imagem da Cidade. São Paulo: Martins Fontes, 1997.
MAFFESOLI, Michel. O tempo das tribos. Rio de Janeiro: Forense Universitária,1997.
MASCARENHAS, Gilmar. Construindo a cidade moderna: a introdução dos esportes na vida urbana do Rio de Janeiro. In: Revista Estudos Históricos Nº 23. Esporte e Lazer, 1999. Rio de Janeiro: FGV, 1999.
MÁXIMO, João. Maracanã: meio século de paixão. São Paulo: DBA, 2000.
MOURA, Gisella de A. O Rio corre para o Maracanã. Rio de Janeiro: FGV, 1998.
NEGREIROS, Plínio José de C. A Nação entra em campo: futebol nos anos 30 e 40. São Paulo: Pontifícia Universidade Católica, 1998. (Tese de doutorado).
PEREIRA, Leonardo A. Footbalmania. Uma história social do futebol no Rio de Janeiro, 1902-1938. Rio de Janeiro: Nova Fronteira, 2000.
PINHEIRO, E. A Cidade no Fragmento: lugar e poiesis no Largo da Carioca. Dissertação de Mestrado. Rio de Janeiro: Proarq/FAU/UFRJ, 2004, 207p.
POLLAK, Michael. Memória e Identidade Social. In: Estudos Históricos. Rio de Janeiro, vol.5, n° 10, 1992.
POL, Enric. La apropriación del espacio. In: L. Iñiguez & E. Pol (Orgs), Cognición, representación e apropriación del espacio. (pp. 45-62) Barcelona, España: Universitat de Barcelona, 1996
TUAN, Yi-Fu. Topofilia: Um Estudo da Percepção, Atitudes e Valores do Meio Ambiente. São Paulo: DIFEL, 1981.

Eléphant blanc – White elephant

Un éléphant blanc est une réalisation d’envergure et prestigieuse, souvent d’initiative publique, mais qui s’avère plus coûteuse que bénéfique, et dont l’exploitation ou l’entretien devient un fardeau financier((Déf. Wikipedia.org)). Les stades figurent en bonne place sur les listes.

 

Etymologie
L’expression vient de l’anglais britannique1 (white elephant) et est de traduction récente en français, langue qui  connaît plutôt des éléphants roses… L’éléphant blanc est traditionnellement un animal sacré dans les pays d’Asie du Sud-Est hindouiste ou bouddhiste (Inde, Thaïlande, etc.) car la mère de Bouddha en aurait rêvé d’un.

Dans la société aristocratique de ces pays, l’auguste animal ne peut travailler. Rarissime dans la nature, il fait l’objet de cadeaux de prestige que font certains souverains à leurs vassaux. Le cadeau peut alors rapidement devenir un fardeau pour le bénéficiaire qui se trouve dans l’obligation de le couvrir de soins et d’égards sans pouvoir en tirer un quelconque bénéfice. La bénédiction se transforme alors en malédiction. L’expression se répand dans l’Empire britannique au 18e siècle pour désigner un cadeau qui s’avère ruineux.

Caractéristiques d’un « éléphant blanc »
L’expression s’emploie aujourd’hui dans un sens large comme le souligne Wikipedia : « elle concerne des réalisations de nature pratique mais inefficace économiquement, ou bien des réalisations plus fantaisistes, voire irrationnelles. Dans les deux cas, l’éléphant blanc représente un coût de réalisation mais aussi un coût d’exploitation ou d’entretien. (…) L’éléphant blanc se distingue par divers traits :

  • l’inutilité pratique de la réalisation est évidente dès le début. (…)
  • l’entretien est une charge financière évidente et cette évidence la rend désagréable (ce n’est donc pas « l’entretien d’une danseuse» qui procure du plaisir à celui qui dépense)
  • il n’est plus possible de se débarrasser de la réalisation, pour des motifs de fierté ou de prestige »

Certains grands travaux d’équipement font figure d’éléphants blancs : l’aéroport canadien  de Montréal-Mirabel qui « ne décollera jamais », les aéroports espagnols « fantômes » de Central-Ciudad Real, de Castellón-Costa Azahar et d’Huesca-Pirineos, fruits de la bulle immobilière ou certains projets immobiliers démesurés comme le centre commercial New South China Mall de Dongguan en Chine, conçut à son ouverture en 2005 comme le plus grand centre commercial au monde mais vide à 99%.

Les stades olympiques ou liés aux grandes compétitions de football et de rugby figurent en bonne place sur la liste: stade olympique de Montréal de 1976, stades de football portugais de Leiria et Aveiro  construits pour le championnat d’Europe de football 2004, certains stades de la coupe du monde de football en Afrique-du-Sud ou au Brésil en 2014, etc. En France, le stade du Mans (MMArena) est parfois cité tout comme le stade des Alpes à Grenoble, avec plus ou moins de raison.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Eléphant blanc – White elephant, in Au stade des villes, 07/03/2017, https://stade.hypotheses.org/240, ISSN format électronique 2556-6563.

  1. L’anglais américain l’utilise aussi mais avec le sens de cadeau bizarre et probablement coûteux et dont on finit par se débarrasser dans une brocante, une white elephant sales. []

Les éléphants blancs de Rio

Comme l’évoquait le géographe Christopher Gaffney dans l’entretien qu’il nous donnait pour la revue Urbanisme, les équipements sportifs construits au Brésil pour la Coupe du Monde de Football (2014) et les Jeux olympiques de Rio (2016) risquent bel et bien d’être des éléphants blancs pour le peuple brésilien. La preuve en images.

France Info a mené l’enquête: « Des pelouses de stade rongées par les vers, un bassin olympique à l’abandon ou encore des zones entières fermées au public : six mois après la fin des Jeux olympiques de Rio, au Brésil, certaines infrastructures sont laissées à l’abandon. Après le faste de la compétition (qui s’est déroulée en août dernier), la décomposition. Ces décors, dignes d’une ville fantôme, cristallisent la colère des habitants de la capitale qui se demandent quand ils pourront y accéder et s’indignent du gaspillage.

Vue aérienne du stade Maracanã, qui a accueilli les cérémonies d’ouverture et de fermeture des Jeux olympiques, photographié le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Les portes de l’édifice mythique, dont la rénovation pour la Coupe du monde de foot, en 2014, avait coûté 350 millions d’euros, resteront closes jusqu’à ce qu’un compromis soit trouvé entre le comité Rio 2016 et les concessionnaires du stade, le groupe de divertissements américain AEG et l’entreprise brésilienne de BTP Odebrecht. Ces derniers ont donné au premier la gestion du stade entre le 30 mars et le 30 octobre à condition de le rendre dans l’état dans lequel il avait été livré, une clause non respectée selon les plaignants, explique Le Monde. »

Une vue aérienne des tribunes du stade Maracanã, où des sièges se sont décrochés, le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Toujours selon la journaliste du Monde, Claire Gatinois, dans son article du 31 janvier 2017, « à écouter un proche d’Odebrecht, cette partie du contrat n’a pas été remplie. Et de lister « une innombrable série de non-conformités ». L’ardoise s’élèverait à quelque 2 millions de reais (594 000 euros). « Mensonges », répond le porte-parole de Rio 2016, Mario Andrada, qui évoque des réparations mineures de l’ordre de 420 000 reais. A écouter M. Andrada, Odebrecht userait du stratagème pour ne plus s’occuper d’un stade synonyme de gouffre financier qu’il compte vendre. Le groupe Lagardère fait partie des acheteurs potentiels.

Depuis l’obtention de la gestion de l’arène, en 2013, les concessionnaires ont enregistré, jusqu’à 2015, une perte de quelque 172 millions de reais. La faute, disent-ils, à l’interdiction d’exploiter les abords du stade pour construire un parking et des boutiques. Le stade Maracana ressemble ainsi à une patate chaude que ni l’Etat de Rio, en quasi-faillite, ni les concessionnaires ne veulent assumer. Quitte à être les protagonistes d’un énorme gâchis. »

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Les éléphants blancs de Rio, in Au stade des villes, 22/02/2017, https://stade.hypotheses.org/382, ISSN format électronique 2556-6563.

The more I explore stadiums. Ch. Gaffney

Christopher Gaffney est géographe, enseignant-chercheur et journaliste d’investigation américain. Il a été professeur invité à l’Ecole Supérieure d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université Fédérale Fluminense de Rio à Niterói (Brésil) ou plus récemment à l’EPF de Zurich (Suisse). Les stades sont son terrain d’étude favori depuis 2004. Il est l’auteur du remarquable Temples of the Earthbound Gods (University of Texas Press, 2008, non traduit) dans lequel il s’intéresse à l’histoire et la géographie culturelle des stades de Rio de Janeiro et Buenos Aires comme prisme pour comprendre l’évolution des paysages urbains depuis la fin du XIXe siècle.

The more I explore stadiums, the larger they became and the more I found. Unfortunately, I can no longer experience them unconsciously, and after reading this book neither will you. A stadium, even a very small one, is an incredibly complex  ”thing” – nearly impossible to describe its entirety, each one requiring a deep reading of the cultural landscape”. […]

The complexities of the stadium extend well beyond geographic inquiry into the realms of imagination, city planning, governance and taxation, architecture, environmental studies, transportation infrastructure, sewage, electricity, horticulture, security and surveillance, ticketing, marketing, player migration patterns, international trade agreements, citizens’ rights groups, eminent domain law, global capital, local, regional, national and cultural identities, gender performance, geopolitical conflicts, and global mega-events, to name more than a few. (…)

Obviously, stadiums are built so that we can perform and patronize sport, but the ways in which stadiums are constructed, managed, experienced, and understood are as different as the events they host. The meanings and histories they contain, represent, and produce are inseparable from the cultures in which they exist. As fundamental elements of the urban cultural landscape, stadiums impart ideological messages wrapped in discursive frameworks that are in turn informed by multiscalar geographic processes. Which is to say that the more we look at and think about stadiums, the more complex they become. By using stadiums as lenses to observe cultures, we survey historical, economic, political, sociocultural, technological, and globalizing processes as they are expressed on the local level.

Christopher GAFFNEY, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the Cultural Landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, preface pp. iv-xv.

Lire aussi l’interview de Ch. Gaffney dans la revue Urbanisme « Les stades du Mondial seront des éléphants blancs » dans « Publications & communications ».

Entretien avec C. Gaffney. Les stades du Mondial seront des éléphants blancs

Christopher Gaffney, géographe américain, auteur d’un ouvrage de référence sur les stades sud-américains1 , répond aux questions de Jean-Michel Roux pour le numéro 393 de la revue Urbanisme.

Quel a été le processus d’introduction des stades et des sports modernes en Amérique du Sud ?
L’introduction du football est un bon exemple du mercantilisme britannique de la fin du XIXe siècle. Ce sport a été importé par les communautés d’expatriés britanniques (marins, dockers, entrepreneurs). Sa paternité est disputée entre São Paulo et Rio de Janeiro. Les Paulistes mettent en avant l’Anglais Charles Miller qui aurait créé la première équipe avec des employés de la compagnie de chemin de fer. Les Cariocas avancent le nom d’un Écossais qui aurait introduit le football dans une usine anglaise à Bangu. Il est associé au process de développement des infrastructures du pays sous le contrôle de capitaux étrangers. Ces étrangers ont introduit le jeu et ses équipements, même si les Brésiliens l’ont ensuite considérablement développé.

Les étrangers ont aussi importé l’architecture des premiers stades. Le premier fut construit à Rio en 1910, dans le quartier de Fluminense, au voisinage immédiat du Palais du Gouverneur. Il était typiquement anglais, avec des tribunes rectangulaires bordant le terrain. Le stade faisait partie d’un ensemble social plus large. C’était un outil parmi d’autres de reproduction des élites. Le Fluminense Football Club n’était pas qu’une simple association sportive mais un lieu de socialisation et d’affaires où les jeunes élites locales se mêlaient aux élites européennes.

D’autres clubs rivaux vont se créer par la suite, comme Botafogo, America ou Flamengo – par scission d’avec Fluminense – et s’implanter dans des espaces urbains plus informels mais toujours sur le même mode élitiste, avec des pratiques sociales « exclusives » et des stades « à l’anglaise ». Le premier stade « brésilien » est celui de São Januário (ou Estádio Vasco da Gama) inauguré en 1927. Construit dans un faubourg de Rio par des ingénieurs brésiliens pour une bourgeoisie locale qui met en avant son héritage portugais, ce stade propose un nouveau langage architectural. Sa façade principale néobaroque est particulièrement élaborée. Elle rappelle les expéditions de Vasco de Gama par l’emploi de tuiles blanches et bleues, la croix de Malte et le drapeau portugais. À bien des égards, c’est encore un bâtiment colonial.

Dans les années 1930, d’autres influences vont se faire sentir, dont le stade Pacaembu de São Paulo est le prototype. De style moderniste, il présente une architecture presque fasciste dans la mesure où, à cette époque, l’innovation architecturale en matière de stade est portée par l’Italie, l’Allemagne ou les USA. Les Brésiliens importent donc ces modèles. Avec ses colonnes gigantesques, son nom en caractères Art déco, son implantation au sommet d’une colline, sa mise en scène par une immense esplanade, tout concourt à faire du Pacaembu un lieu de représentation politique, un geste politique plus qu’un lieu de reproduction d’une élite étroite.

Torcida des Corinthians, extrait de Thomaz Farkas, Pacaembu, Saõ Paulo

L’expression la plus aboutie du modernisme dans les stades brésiliens est le Maracanã de Rio. Tous les architectes qui participent au concours sortent de l’École des beaux-arts de Rio où ils ont subi l’influence très traditionnelle de Le Corbusier – qui se rendait souvent dans cette ville –, d’Oscar Niemeyer, ainsi que des influences diverses et variées venant des écoles d’architecture européennes. Le Maracanã s’inscrit ainsi dans la lignée des stades modernistes de Berlin, Rome ou Los Angeles. Ces stades sont financés par la collectivité publique et porteurs d’une idéologie politique.

Le Maracanã s’implante au coeur d’un Rio qui est encore la capitale et véhicule un message disciplinaire. Il peut rassembler jusqu’à 170 000 personnes dans un espace ouvert de co-visibilité totale qui oblige à discipliner son corps et à accepter les normes sociétales. Il n’offre que quatre niveaux de places : les gerals, tout en bas, pour les plus pauvres, deux hauteurs de tribunes pour les classes moyennes et supérieures – les arquibancadas – et un espace pour les médias et les VIP. Ce dernier ne compte guère que 150 places ! Le Maracanã est vraiment l’expression du bien public par opposition à la reproduction des élites.

Tous ces marqueurs idéologiques d’une insertion sociale par le stade ont été détruits par la suite. Bien entendu, les stades sont toujours ouverts à tous, ou plutôt à tous ceux qui peuvent se permettre la dépense car les prix sont fous. À présent, seuls les plus riches peuvent y accéder. Le stade est devenu un lieu de consommation plus que de socialisation.

Match du Flamengo au Maracanã (2008). Photo N. Tixier

Tout est territorialisé dans le stade brésilien, chaque centimètre carré doit générer du cash. Son extérieur ressemble d’ailleurs à un supermarché, un shopping mall. Tout est propre et dégagé alentour : plus d’arbres, quand bien même il fait chaud, nulle part où s’asseoir, boire, manger ou aller aux toilettes. On aseptise l’environnement urbain pour inciter les gens à entrer et consommer ce qui est vendu à l’intérieur.

Boutique officielle du FC Sao Paulo, Stade Morumbi, 2009.

Dans le vieux Maracanã, les frontières étaient poreuses. Aujourd’hui, le spectateur doit franchir toute une série de barrières qui n’autorisent au final l’accès qu’à un segment très limité de la population. Par rapport au coût de la vie, les billets d’entrée des stades brésiliens sont probablement les plus chers du monde. J’étais récemment à la demi-finale du tournoi de l’État entre deux rivaux historiques, Vasco et Fluminense, et il n’y avait que 12 000 spectateurs. Un peu embarrassant, non ?

Dans votre blog, vous qualifiez certains grands stades d’« éléphants blancs »2. Y a-t-il un risque à les introduire dans les jungles urbaines du Brésil ?
Je pense que tous les stades seront des éléphants blancs, un de ces cadeaux que l’on nous fait parfois et pour lesquels on se retrouve à payer ad vitam æternam. L’expression renvoie à ce mythe indien dans lequel un prince accueilli dans une ville laisse en présent un éléphant blanc. Le cadeau devient alors un fardeau pour la population qui se ruine à l’entretenir. Il va en être de même pour les stades… sauf qu’il faudra aussi payer pour les construire ! Les stades seront privatisés après la Coupe du Monde, s’ils ne le sont déjà. Les citoyens de ces villes vont payer pour les construire, comme ils payeront pour les démolir quand ils seront obsolètes. Et, entre-temps, ils payeront pour assister à des matchs et feront des stades des sources de profit.

Construit sur des terrains publics et avec de l’argent public, le stade aura servi aux bénéfices du secteur privé. Et certaines villes comme Cuiabá, Manaus, Brasilía, Natal et peut-être Recife ne seront même pas en mesure d’organiser des matchs après la Coupe du Monde. Si les entreprises privées qui géreront ces stades ne parviennent pas à l’équilibre grâce aux revenus des centres commerciaux et des parkings situés à l’intérieur ou grâce aux spectacles qui y seront donnés, le fardeau du stade redeviendra public par contrat. Cela s’appelle socialiser les risques et privatiser les profits.

Les stades sont construits par de grandes entreprises brésiliennes du BTP en partenariat avec des multinationales, américaines pour partie comme AEG, qui sont spécialisées dans la gestion de clubs professionnels – football, basket-ball, etc. –, d’arenas ou de stades. Leur gestion sera opérée par concessions d’exploitation de trente-cinq ans, ce qui correspond à la durée de vie d’un éléphant blanc, à travers une combinaison de hautes technologies et de matériaux bon marché. Le stade redeviendra public quand il sera dépassé techniquement et qu’il faudra lourdement investir pour le réhabiliter ou le détruire.

Propos recueillis et traduits par Jean-Michel Roux. Interview reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Entretien avec C. Gaffney. Les stades du Mondial seront des éléphants blancs, in Au stade des villes, 18/02/2017, https://stade.hypotheses.org/229, ISSN format électronique 2556-6563.

  1. C. Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the cultural landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin, University of Texas Press, 2009 []
  2. C. Gaffney a une définition plus large de l’éléphant blanc que celle communément admise []

Organisateurs de spectacle, supporteurs et ambiance. Le cas de la vuvuzela.

L’ambiance dans les stades lors des grandes compétitions représente un véritable enjeu économique. Il s’agit d’abord de vendre un spectacle sportif (projet économique d’une fédération internationale, des diffuseurs et des sponsors), accessoirement de développer l’image d’un pays et de villes hôtes (projet de marketing territorial), très éventuellement de rentabiliser un équipement sportif (projet constructif).

Introduction

Les coupes du monde de football de l’après-guerre ont parfois vu l’émergence inopinée d’une ambiance singulière dans les stades basée sur des éléments de culture locale. Cette ambiance n’a pas qu’un peu contribué au succès économique des évènements. La coupe du monde de 1950 au Brésil a vu l’émergence du modèle de supportérisme radical des torcidas brésiliennes avec leurs percussions et chants (Raspaud, 2010). En 1978, la coupe du monde en Argentine a vu apparaître la pratique des papelitos – ces petits papiers en morceaux que l’on jette à l’entrée des joueurs – et celle du Mexique en 1986, l’avènement du mouvement chorégraphique de la ola, cette vague que dessinent les spectateurs d’un stade en se levant de manière coordonnée.

Torcida des Corinthians, FARKAS Thomaz, Pacaembu / Thomaz Farkas, São Paulo : DBA Artes Gráficas, 2008

Ces trois exemples sont américains. Quid de l’Europe et de l’Afrique qui sont, elles aussi, des terres de football ? Les grandes compétitions peinent à laisser une identité ambiantale. Le supportérisme y existe aussi, mais il est moins organisé à l’échelle des équipes nationales qu’en club. Le campanilisme des supporteurs l’emporte sur le patriotisme dans beaucoup de grands pays sauf lors des grands évènements. De plus, la scène internationale est parfois le lieu choisi pour déchaîner les passions excessives (hooliganisme).

Il faut dire que, depuis les drames des années 1980 (Heysel, Hillsborough, Furiani, etc.) les autorités du football[1] se méfient des supporters et de leurs « innovations » (Taylor, 1989). Ces mêmes autorités ont constamment insisté sur l’amélioration de la qualité constructive des enceintes, au détriment de la reconnaissance et de la prise en compte des pratiques usagères. La qualité sensible des ambiances s’en ressent (Roux, 2014). En conséquence, les grands noms de l’architecture ont été appelés à la rescousse et les stades sont devenus des tradiums aux ambiances « manufacturées » (Bale, 1993). À tel point que la coupe du monde de 1998 en France a laissé le piètre souvenir des « costumes gris » dû à la surreprésentation des spectateurs par rapport aux supporters. L’Euro 2016 de football, lui aussi organisé en France, laissera des souvenirs contrastés : violences des hooligans anglais et russes, chants des Irlandais et Gallois, phénomène islandais du clapping repris par les joueurs français, scènes de liesse populaire et spontanée dans les rues des villes, loin du contrôle ambiantal des stades.

Dans ces derniers des compagnies privées étaient chargées de faire respecter l’ordre et la sécurité en veillant à l’application stricte d’un règlement drastique (Règlement du Stade pour l’UEFA EURO 2016 TM). A la section « objets et comportements interdits », ledit règlement proscrit ainsi « les instruments électroniques, mécaniques ou manuels produisant du bruit tels que mégaphones, klaxons et vuvuzelas »[2]. Quel est donc cet objet au nom exotique qui mérite d’être ainsi spécifiquement cité ?

La vuvuzela nous renvoie six ans en arrière, lors de la première coupe du monde de football en Afrique (Afrique-du-Sud) lorsque les instances internationales ont cherché à générer puis à maîtriser l’ambiance des matchs. Cette « trompette en plastique » a été popularisée avant la compétition et fabriquée en grand nombre. Elle était censée représenter le lien avec les cultures indigènes d’Afrique-du-Sud et façonner une «ambiance authentique et locale». La vuvuzela a échappé au contrôle de ses promoteurs et ces derniers ont dû tenter, en catastrophe, de « reprendre le contrôle » des ambiances. Cet article tentera quant à lui de comprendre la genèse de ce « facteur d’ambiance » et d’en observer les effets.

Vuvuzela, Afrique-du-Sud, s.d.

 

La vuvuzela : origine obscure et glorieuse destinée

La ou le vuvuzela a des origines obscures. On la dit être lointainement inspirée d’une corne traditionnelle d’antilope. Elle apparaîtrait en Afrique-du-Sud au début du 20e siècle, aux côtés de tambours pour accompagner dances et prières des cérémonies religieuses.

Son transfert dans les stades de football daterait des années 1980 (au Zulu Royals) quand les joueurs lui reconnaissent la capacité de leur donner un avantage en changeant l’ambiance du match. Une nouvelle mutation s’opère dix ans plus tard quand des entreprises d’abord locales puis globales se mettent à la produire en série et en matière plastique. Son usage se répand alors dans tous le pays, popularisé par les supporters des deux clubs de Soweto : les Kaizer Chiefs et les Orlando Pirates.

La vuvuzela serait pour beaucoup à ranger dans la catégorie des objets émettant un son et qu’il est possible de détourner de leur fonction utilitaire première dans le cadre d’un stade : corne de brume, bidon, casserole, klaxon si ce n’est cloche d’alpage comme dans la photo ci-dessous.

Supporteurs français avec trompette et cloche d’alpage, s.d., AMSE 6FI12161

D’aucuns la classeraient avec plus de bienveillance dans la catégorie des “instruments de parade” pour reprendre le terme du sociologue Nicolas Hourcade. Le musicologue espagnol installé en Afrique-du-Sud Pedro Espi-Sanchis se contente d’en faire un pseudo-instrument de musique : « avec sa fondamentale en si bémol, le vuvuzela n’est pas un vrai instrument de musique, c’est surtout un instrument qui sert à signaler le début d’une cérémonie. Pour en tirer quelque chose, il faut en jouer en petit comité en développant le ‘call and response‘ [technique par laquelle les instruments se répondent] »[3]. Il s’agit donc d’un instrument qui peut être mélodieux quand il est maîtrisé techniquement, limité en nombre et se limite à quelques notes répondant à d’autres instruments. L’utilisation de vuvuzelas de mauvaise facture, embouchées par des utilisateurs peu mélomanes et ne cherchant que la production du plus fort volume sonore possible permet d’émettre des sons monotones et surpuissants qui s’apparenteraient à ceux d’un concert de cornes de brume, de barrissements d’éléphants ou de bourdonnements d’essaims d’abeilles…

Affiche du Journal The Sun encourageant l’usage de la vuvuzela

En dépit de ces piètres qualités musicales et du risque potentiel d’une utilisation massive, son usage est encouragé par la Fédération Sud-Africaine de football au nom du respect des cultures locales et par la FIFA qui craint l’absence de supporteurs européens et sud-américains dans les gradins. Elle est testée, semble-t-il, avec succès, lors de la coupe des confédérations 2009, prélude organisé par la FIFA à la coupe du monde 2010.

La vuvuzela : Désastre et bannissement

Lors de la coupe du monde, la vuvuzela est massivement achetée comme souvenir, mais malheureusement aussitôt employée par les supporteurs et spectateurs de toutes les équipes présentes à la compétition. Elle suscite bien vite la controverse parmi les protagonistes du match : joueurs et entraîneurs, spectateurs et supporteurs, commentateurs et diffuseurs.

Les joueurs la jugent « amusante » quand elle n’empêche pas la concentration ou la communication entre coéquipiers et entraîneur, obligeant à recourir à des gestes.

Les spectateurs se plaignent rapidement de la nuisance sonore, évoquant des problèmes auditifs pour ceux qui se trouvent placés tout un match au plus près de l’émetteur. Des études évoquent un son pouvant atteindre 127 dB à la sortie de l’instrument, soit près de 113 dB à deux mètres de distance ou aux oreilles de la personne qui en joue (Swanepoel et al., 2010).

Les supporteurs, a priori plus favorables à l’objet, regrettent néanmoins son ton monocorde et monotone, déconnecté du rythme de l’action sur le terrain et masquant les autres facteurs d’ambiance : bruits organiques des foules, chants, applaudissements et usages d’autres instruments de musique. La cacophonie vuvuzelesque produit un masque sonore qui ne laisse plus le loisir à un autre type d’ambiance d’advenir. Les vuvuzelas sont hégémoniques dans l’ambiance. Une part non négligeable quoiqu’inquantifiable de supporteurs prend néanmoins sa défense au motif qu’elle est locale et donc légitime. Certain évoquent même un plaisir certain à créer un véritable capharnaüm sonore qui échappe au contrôle des organisateurs et diffuseurs. La vuvuzela permet le détournement de la règle et d’énerver les organisateurs du spectacle avec lesquels les supporteurs entretiennent parfois des rapports conflictuels. Elle est un pied de nez à la FIFA.

Les diffuseurs (chaînes de télévision et radio) doivent rapidement trouver une parade à l’instrument de parade… Plus question de multiplier les micros d’ambiance auprès des tribunes populaires. Les commentateurs doivent s’équiper de microphones spéciaux censés atténuer le vacarme et de casques utilisés pour les retransmissions de courses de Formule 1.

Conclusion
La vuvuzela ne peut être politiquement bannie en plein milieu de la compétition. Les organisateurs de spectacles sportifs et les gestionnaires de stade en tireront cependant toutes les leçons. La trompette est aujourd’hui tellement renommée qu’elle est spécifiquement interdite à travers le monde entier dans certains stades et lors de certains tournois de football, mais aussi de cricket, de baseball, d’ultimate fight, de hockey, de basket-ball, de rugby, de tennis, etc.

Les organisateurs de spectacle sportifs – dans notre cas la FIFA et les chaînes de télévision diffusant la coupe du monde de football – attribuent aux supporteurs et aux fans le double rôle d’acheter des billets, mais aussi d’aider gratuitement à la commercialisation des places restantes auprès des autres spectateurs. Quand l’absence des premiers est potentiellement trop risquée économiquement, ils n’hésitent pas à encourager les passions, si ce n’est exacerber les tensions afin de mieux commercialiser l’événement auprès des diffuseurs. Tant pis si le phénomène leur échappe et que des excès en sont la conséquence. Ils les dénonceront comme pour la vuvuzela ou s’excuseront platement :

« Pour rendre le derby FC Zürich-Grasshoppers Zürich (0-1), plus attractif et plus passionnant, la chaîne de télévision suisse SRF a rajouté au son des bruits de foules et des chants de supporters. Problème, la supercherie a vite été découverte puisque les dix premières minutes de la rencontre se sont déroulées dans un stade Letzigrund désert, les supporters des deux équipes ayant décidé de manifester leur mécontentement envers la répression contre les ultras. SRF s’est depuis excusé : “Dans le but de rendre le match le plus attractif possible, des chants de supporters ont été rajoutés, a indiqué la chaîne dans un communiqué. Cette décision a été prise sous la pression. C’était une erreur. Nous nous excusons. La manipulation de son ou d’images n’est pas autorisée.” »[4]

Cet article est issu des Actes du 3e Congrès international sur les Ambiances, “Ατμοσφάιρες Αυριο – Ambiances demain – Ambiances, tomorrow”, Volos (Gr), Sep. 2016, sous la direction de Nicolas REMY et Nicolas TIXIER, Volos: International ambiances network & University of Thessaly (Dept. of Architecture), 2016, vol. 2, pp. 963-968, ill.

Bibliographie

Bale J. (2011), Sport, Space and the City, Caldwell (NJ), Blackburn Press (première éd. 1993)
Raspaud M. (2010), Histoire du football au Brésil, Paris, Ed. Chandeigne
Roux J.-M. (2014), L’ambiance des stades, Urbanisme, 393
Sansot P. (1986), Vers une sociologie des émotions sportives, in Sansot P., Les formes sensibles de la vie sociale, Paris, PUF
Swanepoel DW, Hall III J, Koekemoer D (2010), Vuvuzela – good for your team, bad for your ears, South African Medical Journal, 100 (2), Cape Town, South Africa, pp. 99–100.
Taylor P. (1990), The Hillsborough Stadium Disaster, 15 April 1989. Inquiry by the RT Hon. Lord Justice Taylor, Final Report, Presented to Parliament by the Secretary of State for the Home Department by Command of Her Majesty, Londres, HMSO, Home Office

[1] http://www.lemonde.fr/sport/article/2010/06/16/rehabilitation-en-musique-du-vuvuzela_1373625_3242.html
[2] http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Des-chants-de-fans-rajoutes-a-la-tele/371124, 15 mai 2013.
[3] Fédération Internationale de Football Association (FIFA), Union Européenne des Associations de Football (UEFA) et Fédération Française de Football (FFF).
[4]http://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/competitions/Ticketing/02/25/56/32/2255632_DOWNLOAD.pdf

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Organisateurs de spectacle, supporteurs et ambiance. Le cas de la vuvuzela., in Au stade des villes, 11/02/2017, https://stade.hypotheses.org/53, ISSN format électronique 2556-6563.

High fidelity

As a French Urban designer and a regular attendee at games of ASSE, attending a football game in Brazil at Estádio Palestra Itália[1] (Palmeiras, Saõ Paulo), gives the opportunity to verify if the atmosphere of “fans” and ultras in French stadia can match their distant models the “torcidas organizadas” from Brazil.

Façade principale de Geoffroy-Guichard

Façade principale de l’Estádio Palestra Itália

In Stade Geoffroy-Guichard (St-Etienne) as in Estádio Palestra Itália (Palmeiras), stadia are getting old and more or less decrepit. Often patched up since their construction in the 1930s, the popular stands have rare privileges nowadays. You still can watch the game standing in the terraces (gradins or arquibancadas) and they are even close enough to the pitch to smell the wet grass.

In contrast to the modern sports arenas so often located on the outer fringes of cities, they are situated in their city and also afford a view on it. At Saõ Paulo, the Estádio Palestra Itália is constructed in the Greek style of the Olympic Games, a horseshoe shaped bowl. The stadium stages the city landscape: in the foreground there are palm trees symbolising the club and in the background the vista is the skyline made of favelas and skyscrapers.

The Estádio Palestra Itália and its urban landscape

In France the Stade Geoffroy-Guichard is an English-style stadium with four grandstands staring at each other across the pitch. Between the stands the vista comprises the city factories, bars and towers and affords panoramas of the surrounding hills. In both cases, there is the same coupling of verticality and horizontality.

Geoffroy-Guichard and its industrial background

In both stadia, heterogeneous groups of fans are the main factors of atmosphere. They are massed in the popular stands and are gathered in torcidas organizadas or ultras sections. Their singing is powerful and polyphonic and carries a national reputation. The rhythm of their bands (drums, choirs) can be monotonous or hectic according to match scenario and they continue regardless of the opposing teams’ goals. The same rhythms are to be found in both stadia (sambas[2], macarena, Manu Chao, etc.) even if musical references are rarely common.

There is on the other hand a difference between the areas allocated to visitors. While in St-Etienne the away stand is situated in the grandstand, physically closed and in visually contact with the home fans in the main kop, the visitors of the Palestra Itália are placed at the end of the horseshoe, far from eyes and from the hearts of paulistes’ torcidas. Plastic covers and advertisements prevent any hope of opposing fans locking glances or making physical contact.

In both stadia emblems and flags of the supporters make similar references to the bad boys of comics such as Bart Simpson, Satanas and Diabolo or Mancha negra[3] (Phantom Blot). More surprising is the flag of the house of Savoy[4] which flies in both stadia. This similarity has arisen because of the Savoyard origins of certain fans of the AS St-Etienne and the Italian background of the club of Palmeiras called back by the flag of the house of Savoy.

Mancha negra

From a simple view of this comparison, we can advance the idea that the atmosphere of the big French stadiums show a « high fidelity » with their distant Brazilian models. With the new ultramodern and secure arenas promised by France and Brazil for their future international competitions, could these remarkable atmospheres be exploited to enrich the new models of stadia design? The projects of current stadia almost never take into account the notion of atmosphere. They are mainly interested in the constructed dimension and in the exploitation of spectators as consumers. This attitude results in a double phenomenon in new stadia design: an improvement of the architectural quality but with the progressive impoverishment of the qualities of uses and emotions.

Drapeau de la Torcida academica da Savoia


N.B. This article has been written in 2010 for  www.ambiances.net, March 2010. It refers to Geoffroy-Guichard before the Euro 2016’s modifications. The Estádio Palestra Itália has been demolished in November 2010…

[1] Also called Parque Antártica.
[2] Mancha verde, one of Palmeiras torcidas, is also a school of samba.
[3] Mancha negra is an enemy of Mickey, more active in Brazil than the ‘French’ Pat Hibulaire.
[4] The club was established by Italian immigrants and is called Palestra Itália up to the Second World War.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, High fidelity, in Au stade des villes, 09/02/2017, https://stade.hypotheses.org/18, ISSN format électronique 2556-6563.