Archives par mot-clé : Café

Yallah CSS : Ardeurs tunisiennes au match de football

Sixième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’une étudiante mauricienne du master grenoblois, Gabrielle.

 

Première fois que j’assiste à un match de foot. Plutôt habituée aux matchs de rugby au stade Chaban à Bordeaux, c’est le seul élément comparatif en ma possession en terme de spectacle sportif. Pour comprendre l’état du sport et de sa pratique à Sfax, voir un match du Club Sportif Sfaxien (CSS), le club rayonnant de la ville, est indispensable. Pour avoir visité les locaux du CSS, seul club professionnel de la ville, on ne peut que constater l’engouement qu’il y a autour de cette équipe et de ses joueurs. Cela se voit dans la rue, dans les cafés et dans les taxis, au travers des tags et l’affichage des couleurs, rayures blanches et noires.

Hall d’entrée majestueux du siège du CSS

Le jour de match, nous avons pris de l’avance pour observer les alentours du stade Taieb M’hiri. Trouver un taxi fut assez difficile vers cette fin de journée et il fallait se placer stratégiquement le long des remparts de la médina pour en avoir un vide. Le parcours, qui en temps normal dure une quinzaine de minutes, nous a semblé très long à cette heure d’affluence. Ce qui nous a frappés en premier lieu, c’était la forte présence policière auprès des portes. On a rejoint les autres près de la « porte 1 » et de là nous nous sommes séparés afin de couvrir le périmètre entier autour du stade.

RDV donc à la « porte 2 », l’entrée des officiels, des VIP. Plusieurs berlines ont le privilège et l’aval des policiers pour rentrer dans le stade. Les lumières attirent des flopées de chauve-souris qui circulent au-dessus de nos têtes telles des drones. Au final, il n’y avait pas de mouvement autour de cette porte, nous sommes donc allés désaltérer notre soif dans un café en face.

Les commerces aux alentours du stade avant le match

Breuvage local en attendant Wassim le détenteur des billets et le reste de l’équipe qui venait au match avec un membre de l’association des aveugles. Il n’y avait pas vraiment d’engouement autour de l’entrée du stade où on était. Le café était plutôt calme, les clients tous masculins et étonnés de voir des femmes s’y installer. Petit thé à la menthe et café ou clopes pour d’autres. Par contre, si on a une petite faim, pas moyen de se procurer un petit sandwich ou un paquet de chips. Tout les commerces à proximité sont sur le point de fermer.

Finalement on voit se profiler au loin les silhouettes de nos camarades. On se rejoint et on discute en attendant les autres qui ont eu vraiment du mal à trouver un taxi. On peut enfin entrer. Un policier, détenteur d’un document d’invitation officielle, fait l’appel des personnes qui y figurent. Nous suivons le chemin piéton pour entrer, guidé par un officiel qui nous dirige vers une tribune assise du stade.

On observe que tous les spectateurs locaux ont un petit cornet remplis de graines qu’ils grignotent en attendant le début du match. On se procure des cornets de graines de tournesol, l’unité à 1 dinar par un marchand ambulant. Pas le temps de faire le tour de la tribune par l’escalier, le marchand acrobate arrive à enjamber avec dextérité les barrières séparatives avec son panier rempli de graines. Original et très diététique comme aliment, les mains sont occupées à extirper la précieuse graine de son enveloppe. Faut juste pas la laisser filer dans le tas de pelures.

Cornet de graines de tournesol, les kloub

J’ai été impressionné par les dispositifs mis en place par les supporters pour encourager le CSS. Tissus accrochés sur la charpente du stade. Carrément un rideau qui tombe avec le symbole du groupe ultra auquel il appartient. Lancement du match, CSS contre CO Medenine. Le nombre de supporters adverses ne fait pas le poids face aux supporters sfaxiens. Je suis plus captivée par les chants et l’animation dans les tribunes des supporters que par le match qui se joue. Les chants ne se tarissent jamais. Les connaisseurs entre nous  explique un peu les différents groupes de supporters « ultras » qui sont représentés sur place.

A la mi-temps nous sommes descendus de la tribune pour observer les buvettes, etc… une envie pressente m’a mis à la recherche de WC pour femmes. Impossible d’en trouver. Je me suis donc aventurée dans ceux des hommes. A leur grande surprise. Pour avoir eu l’affirmation de la directrice financière du CSS que au-moins 1/3 des spectateurs des matches étaient des femmes, le fait qu’il n’y ait pas des toilettes appropriées pour notre genre démontre peut-être une inégalité dans les usages du stade lors des événements de spectacle sportif.

On nous propose de changer de tribune pour aller s’imprégner de l’ambiance au milieu des supporters ultras. Une partie du groupe est restée sur place, et on s’est mis en route pour le changement de tribune, guidé par un officiel. C’est impressionnant de se retrouver au milieu de milliers de jeunes gens qui chantent à tue-tête sans se tarir. Pendant le temps de parcours entre les deux tribunes, nous avons raté le seul but marqué du match par le CSS. Des tambours qui résonnent et des danses synchronisées retentissaient dans les tribunes ultras pour célébrer le dit but. Il ne faut pas contrarier les supporters sinon, pluie de bouteilles d’eau sur le terrain. Je comprends mieux pourquoi en France on interdit les bouchons des bouteilles plastiques.

Ayant toujours un petit creux, je me suis intéressée à un autre marchand ambulant qui lui, proposait sa marchandise sur caddie. Sandwichs et boissons proposés sont à disposition à l’entrée de la tribune et tour à tour, son collègue et lui se ravitaillent et font leur tournée aux extrémités des tribunes.

Sandwicherie ambulante dans la tribune ultra

L’arbitre siffle la fin du match. J’observe du mouvement près de la sortie, le marchand ambulant se dépêche de descendre la marchandise pour ne pas rater la clientèle affamée. Une flopée de supporters se dirige vers la sortie. Nous attendons qu’il y ait moins de foule pour rejoindre nos camarades. Les ultras sont d’une telle agilité pour grimper entre la fosse et la grille séparatrice pour délier les banderoles.

Stand relais à la sortie du match pour épuiser le stock de sandwichs

Nous nous dirigeons vers la sortie. Les locaux ne voient pas souvent des étrangers assister aux matchs, on nous demande de nous prendre en photo avec eux. A la sortie, pas d’attroupement, pas de verre pour célébrer la victoire.

 

A suivre…

Texte et illustration de Gabrielle C. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.