Archives par mot-clé : Cirque

Stade, stadion, stadium

Quel autre mot que – stade – a plus voyagé dans le temps et l’espace? Voyageons avec le mot.

Dans l’Antiquité grecque, le stade est d’abord une unité de longueur qui équivaut à environ 180 m (600 pieds grecs). Par extension, le mot stade a été employé pour désigner une carrière ou une enceinte dont la longueur mesurait un « stade » (l’unité précitée) et à l’intérieur de laquelle les Grecs s’entraînaient à la course. Il s’agit ensuite d’une piste de course à pied longue d’un peu moins de 200 mètres. Selon la légende, le héros grec Héraclès aurait lui-même fixé cette distance pour la course des jeux olympiques.

Dès la Grèce antique, on donne ensuite le nom de stade non seulement à la piste destinée à la course à pied entourée par l’emplacement des spectateurs, mais à tout emplacement aménagé en vue d’un exercice.

De nos jours, c’est un terrain de sport, destiné aux sports collectifs (football, rugby, cricket, etc.) ou individuels (athlétisme). Il est souvent entouré de tribunes pour les spectateurs.

Le terme n’est pas uniformément employé dans le monde. On parle ainsi selon les lieux et époques :

  • de stadium ou stadion selon que l’on veut se référer aux cultures grecques ou romaines: Stadium du Bardot (St-Etienne), Stadium de Toulouse, etc.
  • d’arènes (Amsterdam ArenA) qui renvoie aux spectacles romains dans une enceinte fermée. L’expression arena désigne désormais en France les « grandes salles » de BHV (basket, hand, volley) ou certains stades de football comme la MMArena du Mans,
  • de coliseum (Los Angeles Coliseum),
  • de park (parc) dans le monde anglo-saxon, en Chine (Goodison Park de Liverpool ou Nanjing Sports Park) ou en France comme le Parc des Sports Marcel-Michelin de Clermont-Ferrand.
  • de ballpark qui désigne un stade de base-ball (Ameriquest Ballpark à Arlington),
  • de field aux Etats-Unis (Wrigley Field ou Soldier Field, les deux stades de Chicago),
  • de ground au Royaume-Uni (Boleyn Ground)
  • de bowl aux Etats-Unis (Cotton Bowl, Pasadena Rose Bowl),
  • parfois en Angleterre, le stade ne porte d’autre nom que celui de sa rue ou son quartier (The Den, The Valley, White Hart Lane, Landsdowne Road, Anfield, etc.).

Le cirque et ses plaisirs d’Ovide

Dans cet extrait de l’Art d’aimer (Ars amatoria), parue autour de l’an 1, le poète latin Ovide donne un cours sur l’art de l’amour et de la séduction en s’appuyant sur le cirque et ses courses. L’empereur Auguste semblerait avoir moyennement goûté la leçon. Sur un simple édit, sans autre forme de procès, le poète est relégué en Scythie mineure, sur les bords du Pont-Euxin (mer Noire).

Le cirque, avec son nombreux public, offre de multiples occasions. […] Assieds-toi contre celle qui te plaît, tout près, nul ne t’empêche : approche ton corps le plus possible du sien ; heureusement la disposition des places force les gens, bon gré mal gré, à se serrer ; et les dispositions du lieu oblige la belle à se laisser toucher. Cherche alors à engager une conversation qui servira de trait d’union, et que tes premières paroles soient des banalités. A qui sont les chevaux qui viennent là ? demanderas-tu avec empressement, et, immédiatement, son cheval favori, quel qu’il soit, doit être le tien […]. Si, comme il arrive, il vient à tomber de la poussière sur la poitrine de la belle, que tes doigts l’enlèvent ; s’il n’y a pas de poussière, enlève tout de même celle qui n’y est pas : tout doit servir de prétexte à tes soins officieux. Le manteau, trop long, traîne-t-il à terre ? Prends-en le bord, et, avec empressement, soulève-le du sol malpropre. Aussitôt, récompense de ton zèle officieux, sans que ta belle puisse s’en fâcher, tes yeux verront des jambes qui en valent la peine.

Circus maximus (Rome). Peinture de Jean-Léon Gérôme, Musée de peinture de Chicago

Regarde également tous ceux qui seront assis derrière vous : que leur genou ne vienne pas d’appuyer trop fort contre son dos délicat. De petites complaisances captivent ces âmes légères : plus d’un s’est félicité d’avoir arrangé un coussin d’une main prévenante. On n’a pas regretté non plus d’avoir agité l’air avec un léger éventail et d’avoir placé un tabouret creux sous un pied délicat.

Toutes ces facilités pour un nouvel amour, tu les trouveras au cirque […]. On parle, on touche une main, on demande un programme, on engage un pari sur le vainqueur, et voici qu’une blessure vous fait gémir, que l’on sent une flèche rapide et que l’on joue soi-même un rôle dans les jeux que l’on regarde.

OVIDE, L’art d’aimer, Livre I.