Archives par mot-clé : Combi Wolkswagen

« Dans l’attente de vous revoir » suite et fin

Jour de match
Le centre-ville étant inaccessible en raison du 10e marathon international, nous allons voir la lagune intérieure, un haut lieu du tourisme de l’île. Tout au bout, se trouve une plage paisible et populaire. La plage de Barra da Lagoa est située sur le côté Atlantique de l’île, à l’endroit où la lagune est reliée à l’océan par un chenal. Nombre de supporteurs des Corinthians y sont venus pour passer un week-end à la plage en louant les villas alentours. Nous les croisons, drapeau sur le dos, marchant sur la plage ou préparant les barbecues dans les villas, les drapeaux du club en évidence sur les terrasses. L’ambiance est paisible.

La plage de Barra da Lagoa

Le repas du dimanche a lieu à 15h00. Au menu: « anchova frita com pirão de caldo de peixe », « arroz branco, feijão e camarão ensopado com chuchu » et « torta de maçã ». Elson possède une collection de maillots de son équipe. Il y en a un très spécial, édité par l’équipementier en l’hommage à l’équipe de France 98. Il est floqué à son nom, avec le n° 50. C’est le numéro qui le désignait lors des élections municipales et législatives auxquelles il a pris part dans les dernières années. Est-il inquiet de perdre certaines voix de citoyens supportant Figueirense ? Pas le moins du monde. Son engagement est de notoriété publique et sujet de plaisanteries amicales quand les gens l’interpellent dans la rue. Mon vieux t-shirt d’Avaí que j’avais emporté pour l’occasion est sale… Elson me prête un maillot d’Avaí prélevé dans sa collection. C’est le maillot de la montée en Série A, à rayures verticales blanches et bleues. Très proche de celui du GF38 dont Elson possède aussi une copie. Un bon signe ?

L’heure d’y aller
La tension monte au sujet de l’horaire. Il faut d’abord passer en ville poser leur fille mais la circulation est anormalement lente. Elson regarde le meilleur chemin sur Waze. Le ralentissement se situe le long de la baie nord, à Beiramar, un quartier chic de la ville, à la hauteur d’une manifestation pro-Bolsonaro, drapée de bannières brésiliennes. Les manifestants chantent des slogans à la gloire de leur président et en appellent à jeter dehors les voleurs. Nous déposons la jeune fille tout près de l’ancien stade d’Avaí. Le site appartenait à l’église catholique. A la suite d’un montage immobilier complexe, le terrain a été loti pour faire un centre commercial et le club s’est vu offrir le stade actuel, situé hors la ville. L’un des condominiums de logements à coté du centre commercial rappelle l’ancien stade : le « Campo da Liga ».

Rua Julio da Silva Rodrigues

L’accès au stade est rendu compliqué par des travaux de voirie. Heureusement Elson connait les chemins de traverse qui évitent une partie de l’attente. Nous contournons tout le stade pour nous garer dans un quartier populaire où le stationnement est aisé, rua Julio da Silva Rodrigues. Nous terminerons à pied. La rue possède une chaussée faite d’étranges tommettes de béton. Un Avaí FC a été peint à la peinture blanche, il y a sans doute bien longtemps, sur un mur de briques à peine fini d’une petite maison. Premier signe territorial du club. Modeste. Le match commence dans presque une heure. Stella taquine Elson. Nous n’étions finalement pas tellement en retard. La crainte d’Elson n’était pas d’arriver après le coup d’envoi. Elle était de ne pas avoir le temps de prendre le temps autour du stade. Le stade ne s’impose pas par sa taille dans son environnement. Il s’insère modestement dans ce tissu pavillonnaire de villas d’un étage tout au plus.

Nous passons devant le local des ultras de la Mancha Azul. Net changement d’ambiance par rapport à hier. Les ultras colonisent l’espace public sur une centaine de mètres autour du local. L’odeur de cannabis est prégnante. Ils boivent et mangent en petits groupes autour du coffre arrière des voitures dans lesquelles se trouvent parfois un ampli « crachant du gros son ». Ils portent les tenues bleues et blanches de la Mancha ou le maillot officiel du club, pas forcément le dernier en date. Des vêtements très loose et les sonos de voiture donnent un aspect mexicano à la rue. Nous ne sentons pas vraiment de tension même si la Mancha azul est liée à la Manche verde de Palmeiras, le rival pauliste des Corinthians, dont l’un des groupes ultras, les Gaviões da fiel (quelque chose comme les « faucons fidèles »)[1] sont apparentés aux ultras de Figueirense. Les forces de l’ordre, dont la police montée, sont présentes mais pas franchement en nombre. Elles se contentent d’être visibles.

Le siège de la Mancha azul

La rue devant le stade n’est pas fermée à la circulation mais celle-ci est réduite car les bars, hier fermés, débordent presque jusque sur la voie publique et que les passants ne se soucient guère des véhicules. Il y a nombre de vendeurs de rue : brochettes de viande roulées dans le manioc et bières tirées de grandes glacières en polystyrène. L’ambiance est paisible, entre chien et loup, les murs bleus du stade et des bars se fondant dans celui du ciel. Des tracs annoncent une prochaine feijoada pour fêter le 96e anniversaire du club[2].

Vendeurs à la sauvette

Nous contournons les trois-quarts du stade pour gagner la porte par laquelle nous rentrerons. Nous avons le temps. Elson présentent brièvement à des connaissances incrédules les « fameux supporters français d’Avaí ». La barrière de la langue (l’anglais ne faisant pas le pont) limite les échanges. Un supporteur d’Avaí me dit qu’il joue avec l’équipe de Grenoble à la Playstation. C’est donc possible ? Un combi Wolkswagen a été transformé en brasserie ambulante. Il sert directement plusieurs variétés de bière pression d’une micro-brasserie locale, la Kairós : IPA, APA, Blond Butiá (un fruit local) et Pilsen, le tout pour 10 R$ (2.23 €). Le combi Volkswagen est un des symboles de l’île et de ses surfeurs[3].

Le combi Volkswagen à bière

L’entrée au stade
Le stadier chargé de la fouille à l’entrée s’inquiète de la présence d’un stylo encre et d’un marqueur dans ma poche. Elson a changé de tribune depuis la dernière fois et la couverture de la latérale. Les personnes qu’on y trouve râlent moins qu’en tribune présidentielle. Il a une place à son nom mais ne s’y assit guère. Il préfère un meilleur emplacement.

Nous observons le virage des visiteurs et notons la présence des groupes ultras à leur bâches : les Gaviões da Fiel occupent le centre du virage et doivent être logiquement le groupe le plus puissant. Sur leur droite, les membres du Pavilhão nove (« pavillon 9 ») du nom d’un bâtiment d’une prison de São Paulo. Sur leur gauche, la Camisa 12 et l’Estopim da Fiel[1]. Le Macabra ferment la marche au contact de la tribune présidentielle. Ils sont en place bien avant la Mancha azul qui rentre peu avant le match. Elle n’a pas de raison de se presser : il n’y a pas de tifo. Les visiteurs n’ont pas pris la peine de rentrer quoique ce soit pour en organiser un, non plus.

Le stade est plutôt bien rempli si on considère qu’Avaí reste sur une série de quinze matchs sans victoire. On dit que les Paulistes sont 3000 dans le virage et qu’ils ont acheté un millier de places ailleurs dans les tribunes. On les repère à l’absence de signes distinctifs d’Avaí. Enfin, « on » … Elson les repère car il y a beaucoup de personnes sans signe distinctif et que nous ne faisons pas bien le distingo. Si, les Paulistes ne reprennent pas l’hymne de l’Etat de Santa Catarina. Personne d’ailleurs ne chante l’hymne brésilien qui est joué par la fanfare de l’armée dans une indifférence polie de la part des supporteurs d’Avaí et est couvert par les chants des ultras des Corinthians.

Le speaker annonce que les chants et banderoles à caractère raciste, homophobe, sexiste ou discriminatoire feront l’objet d’un rapport du corps arbitral. Le match peut commencer.


Cite this article as: Jean-Michel ROUX, « Dans l’attente de vous revoir » suite et fin, in Au stade des villes, 17/03/2020, https://stade.hypotheses.org/2313, ISSN format électronique 2556-6563.

[1] http://estopimdafiel.com.br/index.php/historia/

[1] Le Grêmio Recreativo Cultural e Escola de Samba Gaviões da Fiel Torcida (G.R.C.E.S. Gaviões da Fiel Torcida) est tout à la fois un groupe de supporteurs du Sport Club Corinthians Paulista et une école de samba. Il a été fondé en 1969 et compterait quelques 120 000 membres et plus de 500 000 followers sur Facebook (https://www.facebook.com/gavioesoficial/).

[2] La feijoada est un plat traditionnel du Portugal et du Brésil, composé de riz blanc, d’haricots noirs et de viande de porc, servis séparément dans l’assiette. La viande de porc comprend des morceaux salés, séchés, des saucisses ainsi que certaines parties peu nobles du porc (queue, oreilles, peau, pattes, os…). Au Brésil, elle est servie accompagnée de riz, de farofa (farine de manioc torréfiée), de couve a mineira (chou vert revenu dans le beurre), de torresmo (peau de porc grillée), de frites de manioc et de fines tranches d’oranges.

[3] Le combi a été produit au Brésil jusqu’en 2013 et se trouve partout dans l’île, en porte-clefs ou en vrai. Quant à la bière, l’Etat de Santa Catarina en est un gros producteur. La ville de Blumenau y organiserait même la plus grande Oktober fest du monde après celle de Munich, avec 700 000 participants… .