Archives par mot-clé : Coupe du monde 2014

Eléphant blanc – White elephant

Un éléphant blanc est une réalisation d’envergure et prestigieuse, souvent d’initiative publique, mais qui s’avère plus coûteuse que bénéfique, et dont l’exploitation ou l’entretien devient un fardeau financier((Déf. Wikipedia.org)). Les stades figurent en bonne place sur les listes.

 

Etymologie
L’expression vient de l’anglais britannique1 (white elephant) et est de traduction récente en français, langue qui  connaît plutôt des éléphants roses… L’éléphant blanc est traditionnellement un animal sacré dans les pays d’Asie du Sud-Est hindouiste ou bouddhiste (Inde, Thaïlande, etc.) car la mère de Bouddha en aurait rêvé d’un.

Dans la société aristocratique de ces pays, l’auguste animal ne peut travailler. Rarissime dans la nature, il fait l’objet de cadeaux de prestige que font certains souverains à leurs vassaux. Le cadeau peut alors rapidement devenir un fardeau pour le bénéficiaire qui se trouve dans l’obligation de le couvrir de soins et d’égards sans pouvoir en tirer un quelconque bénéfice. La bénédiction se transforme alors en malédiction. L’expression se répand dans l’Empire britannique au 18e siècle pour désigner un cadeau qui s’avère ruineux.

Caractéristiques d’un « éléphant blanc »
L’expression s’emploie aujourd’hui dans un sens large comme le souligne Wikipedia : « elle concerne des réalisations de nature pratique mais inefficace économiquement, ou bien des réalisations plus fantaisistes, voire irrationnelles. Dans les deux cas, l’éléphant blanc représente un coût de réalisation mais aussi un coût d’exploitation ou d’entretien. (…) L’éléphant blanc se distingue par divers traits :

  • l’inutilité pratique de la réalisation est évidente dès le début. (…)
  • l’entretien est une charge financière évidente et cette évidence la rend désagréable (ce n’est donc pas « l’entretien d’une danseuse» qui procure du plaisir à celui qui dépense)
  • il n’est plus possible de se débarrasser de la réalisation, pour des motifs de fierté ou de prestige »

Certains grands travaux d’équipement font figure d’éléphants blancs : l’aéroport canadien  de Montréal-Mirabel qui « ne décollera jamais », les aéroports espagnols « fantômes » de Central-Ciudad Real, de Castellón-Costa Azahar et d’Huesca-Pirineos, fruits de la bulle immobilière ou certains projets immobiliers démesurés comme le centre commercial New South China Mall de Dongguan en Chine, conçut à son ouverture en 2005 comme le plus grand centre commercial au monde mais vide à 99%.

Les stades olympiques ou liés aux grandes compétitions de football et de rugby figurent en bonne place sur la liste: stade olympique de Montréal de 1976, stades de football portugais de Leiria et Aveiro  construits pour le championnat d’Europe de football 2004, certains stades de la coupe du monde de football en Afrique-du-Sud ou au Brésil en 2014, etc. En France, le stade du Mans (MMArena) est parfois cité tout comme le stade des Alpes à Grenoble, avec plus ou moins de raison.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Eléphant blanc – White elephant, in Au stade des villes, 07/03/2017, https://stade.hypotheses.org/240.
  1. L’anglais américain l’utilise aussi mais avec le sens de cadeau bizarre et probablement coûteux et dont on finit par se débarrasser dans une brocante, une white elephant sales. []

Les éléphants blancs de Rio

Comme l’évoquait le géographe Christopher Gaffney dans l’entretien qu’il nous donnait pour la revue Urbanisme, les équipements sportifs construits au Brésil pour la Coupe du Monde de Football (2014) et les Jeux olympiques de Rio (2016) risquent bel et bien d’être des éléphants blancs pour le peuple brésilien. La preuve en images.

France Info a mené l’enquête: « Des pelouses de stade rongées par les vers, un bassin olympique à l’abandon ou encore des zones entières fermées au public : six mois après la fin des Jeux olympiques de Rio, au Brésil, certaines infrastructures sont laissées à l’abandon. Après le faste de la compétition (qui s’est déroulée en août dernier), la décomposition. Ces décors, dignes d’une ville fantôme, cristallisent la colère des habitants de la capitale qui se demandent quand ils pourront y accéder et s’indignent du gaspillage.

Vue aérienne du stade Maracanã, qui a accueilli les cérémonies d’ouverture et de fermeture des Jeux olympiques, photographié le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Les portes de l’édifice mythique, dont la rénovation pour la Coupe du monde de foot, en 2014, avait coûté 350 millions d’euros, resteront closes jusqu’à ce qu’un compromis soit trouvé entre le comité Rio 2016 et les concessionnaires du stade, le groupe de divertissements américain AEG et l’entreprise brésilienne de BTP Odebrecht. Ces derniers ont donné au premier la gestion du stade entre le 30 mars et le 30 octobre à condition de le rendre dans l’état dans lequel il avait été livré, une clause non respectée selon les plaignants, explique Le Monde. »

Une vue aérienne des tribunes du stade Maracanã, où des sièges se sont décrochés, le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Toujours selon la journaliste du Monde, Claire Gatinois, dans son article du 31 janvier 2017, « à écouter un proche d’Odebrecht, cette partie du contrat n’a pas été remplie. Et de lister « une innombrable série de non-conformités ». L’ardoise s’élèverait à quelque 2 millions de reais (594 000 euros). « Mensonges », répond le porte-parole de Rio 2016, Mario Andrada, qui évoque des réparations mineures de l’ordre de 420 000 reais. A écouter M. Andrada, Odebrecht userait du stratagème pour ne plus s’occuper d’un stade synonyme de gouffre financier qu’il compte vendre. Le groupe Lagardère fait partie des acheteurs potentiels.

Depuis l’obtention de la gestion de l’arène, en 2013, les concessionnaires ont enregistré, jusqu’à 2015, une perte de quelque 172 millions de reais. La faute, disent-ils, à l’interdiction d’exploiter les abords du stade pour construire un parking et des boutiques. Le stade Maracana ressemble ainsi à une patate chaude que ni l’Etat de Rio, en quasi-faillite, ni les concessionnaires ne veulent assumer. Quitte à être les protagonistes d’un énorme gâchis. »

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Les éléphants blancs de Rio, in Au stade des villes, 22/02/2017, https://stade.hypotheses.org/382.