Archives par mot-clé : Elephant blanc

Impressões sobre o estádio Stade des Alpes

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du Stade des Alpes (Grenoble) lors d’un match décisif pour la montée du GF38 du CFA en National (de la 4e à la 3e division nationale).  Quatrième et dernière étape d’un travail commencé au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne et poursuivi au Parc Olympique Lyonnais de Décines et au Parc-des-Princes de Paris.

 

O Stade des Alpes foi inaugurado em 2008 e está situado na cidade de Grenoble, região Rhone Alpes. O equipamento fica na borda do Parc Paul-Mistral e foi construído no espaço do antigo Stade Charles-Berty destruído em 2003.

Stade des Alpes e a ambiência do Parc Paul Mistral. Fonte: própria autora

A maior parte da população da cidade não aprovou a construção do estádio alegando que, por não haver tradição de futebol, ele se tornaria um “elefante branco” e um desastre financeiro. Logo, para justificar sua importância, além da equipe Grenoble Foot 38, em 2014 o estádio foi transformado em sede do FC Grenoble Rugby e da equipe de hockey Brûleurs de Loups, nos jogos de inverno.

A população também fez objeção ao estádio pela sua localização no centro da cidade, que poderia causar muito engarrafamento em dias de jogo, poluição sonora, poluição visual, bem como poderia destruir cerca de 200 árvores antigas que ficam no parque ao lado.

Uma vez aceito pela população, o estádio deveria ser construído prezando pelo meio ambiente, transparência de sua estrutura física e ter portões que abrem em dias cotidianos e se fecham enquanto acontecem as partidas. O acesso é feito pelo tram e não há estacionamento no local.

Fui conhecer o equipamento no dia 13 de maio, às 18 horas, em uma partida do Grenoble Foot 38 conta a equipe Le Puy. Era um jogo decisivo que poderia levar a equipe anfitriã da quarta divisão do Campeonato Francês para o “National” ou terceira divisão.

No Parc Paul Mistral é possível sentir a natureza por perto, um cheiro bom que sai das árvores. Logo na descida da linha C do Tram é possível avistar o estádio e o grande número de torcedores que ficam em volta. Além do odor do mato e das árvores, há um misto de cheiro de cerveja e comida que os torcedores se deleitam. É uma atmosfera de jogo e não poderia ser diferente.

O azul e branco da equipe Grenobloise era visto em camisas e bandeiras por todos os cantos, mas principalmente em echarpes, já que o dia estava frio e a maioria das pessoas estava usando casaco em tom neutro, como preto e cinza.

Bandeira distribuída no estádio. Fonte: própria autora

A entrada do estádio é feita pelas portas que se fecham em dias de jogo e acessamos primeiramente pelos seguranças e depois subimos as escadas que dão acesso diretamente às cadeiras. A visibilidade do campo não é total, como nas arenas, logo, quem fica em determinados locais do equipamento, como nas partes inferiores, não consegue acompanhar todo o campo de visão da partida.

Acesso ao estádio. Fonte: própria autora
Os Ultras Red Kaos. Fonte: própria autora

Diferentemente das outras partidas, os Ultras não ficam nas extremidades do estádio, pois elas estavam fechadas. Dessa forma, somente as tribunas Sud e Nord foram ocupadas. A distribuição de torcedores no espaço, que tem capacidade para aproximadamente 20.000 torcedores (25 mil quando abre para a capacidade total), fica esquematizada da seguinte maneira: Tribune Sud : 4 000 places, Tribune Nord : 6 000 places, Tribune Est : 5 000 places, Tribune Ouest : 5 000 places, Tribune presse : 68 places.

Todos estavam próximos e o local estava muito cheio. Era um misto de alegria com expectativa para uma partida decisiva para a equipe anfitriã. Os Ultras, conhecidos como Red Kaos não se calavam e davam musicalidade ao ambiente, além da evidência das cores da equipe.

O estádio transparente me dava a visibilidade dos Alpes e isso fazia daquele ambiente uma pintura, um quadro. Era difícil me concentrar na partida ao mesmo em tempo que aquela paisagem estava bem ali, bela na minha frente.

O estádio e as montanhas. Fonte: Group 38

Como em todas as partidas na França é possível acompanhar o tempo e o placar por grandes telas que ficam nos cantos do estádio. Esse jogo não tinha locutor como no jogo do PSG, mas uma pessoa que falava de coisas pontuais e importantes da partida, como o início, cartões, expulsões etc.

No intervalo a música estava muito alta e isso atrapalhava muito de conversar sobre a partida, os melhores momentos e assuntos triviais. Incomodava bastante. No Brasil é praxe recente ter músicas nos intervalos, acredito que tenha sido depois da Copa do Mundo, mas nada tão alto que chegue a atrapalhar.

Havia muitas crianças no estádio e que ficavam correndo de um lado para o outro. Jogavam papel para todos os lados e não se concentram no jogo. Coisas de crianças.

Ficamos nas cadeiras da parte inferior no primeiro tempo da partida, mas depois subimos para que pudéssemos ter melhor visibilidade do jogo. Acessamos o nível mais alto pulando as próprias cadeiras me fazendo lembrar dos jogos que ia no Mineirão, antes da reforma.

Disposição das cadeiras. Fonte: própria autora

Assim como nas outras partidas, foi possível ouvir um cântico Argentino, mais especificamente da equipe do Boca Juniors e que “viralizou” mundo afora. Os papéis picados também é inspiração Argentina e o estádio estava pleno deles, “os papelitos”. Cores, papéis, cânticos, bandeiras, gritos, euforia, enfim, uma atmosfera incrível de uma partida decisiva de futebol.

Assim como acontece com a equipe do Saint-Etiénne, os torcedores da equipe de Grenoble também confecciona um jornal para falar das partidas, classificação e demais assuntos sobre o futebol.

Jornal dos torcedores. Fonte: própria autora

Ao final, a equipe Grenoble Foot 38 conseguiu colocar 10 mil torcedores no estádio e ascender para o National. Foi uma tremenda festa. Várias fumaças coloridas, papelitos voando, a equipe saudando os torcedores. Uma enorme emoção! Acessamos o gramado para comemorarmos juntos. Me senti parte do espetáculo. Nem o frio incomodava mais. Incrível!

Comemoração. Fumaça dos Ultras e a equipe saudando os torcedores. Fonte: própria autora
“Invasão” do campo pelos torcedores que comemoram o título. Fonte: própria autora

La fusion du Racing 92 et du Stade Français

Le 13 mars 2017, les présidents du Stade Français (Paris) et du Racing 92 (Hauts-de-Seine) annonçaient par un communiqué de presse la fusion de leurs deux clubs. Ces derniers sont des monuments historiques du rugby français. Ils sont les vainqueurs des deux premières finales du championnat de France (18921 et 1893) et des deux dernières (2015 et 2016). L’enjeu de la fusion est semble-t-il économique et sportif: assurer la conquête de futurs titres dans une économie de plus en plus compétitive2. Qu’en est-il de l’enjeu territorial? Qu’adviendra-t-il des deux enceintes, dont l’une vient d’être rénovée par les collectivités publiques (le Stade Jean-Bouin) et l’autre, financée en partenariat public-privé, est sur le point d’être livrée en septembre 2017 (U Arena)?

 

Un projet éclair
Alors que tous les spécialistes du projet – qu’il soit économique, urbain ou social – expliquent qu’il faut d’abord et avant tout prendre le temps pour que tous les acteurs potentiels soient associés, il convient de souligner que le projet de fusion des deux clubs surprend par sa rapidité, sa méthode et son timing. Le projet s’est construit très rapidement, en un mois et demi, et par un très petit nombre d’affranchis : cinq d’après Le Monde (« outre les deux présidents, le DG du Stade Français, Pierre Arnald, et les deux entraîneurs du Racing 92, Laurent Labit et Laurent Travers »). Le nom du futur club n’étant pas encore trouvé…

La mairie de Paris, à travers un communiqué de sa maire, Anne Hidalgo, regrette d’avoir été alertée, semble-t-il, « quelques minutes avant la presse » ; le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine (département d’ancrage du Racing 92) ayant eu une semaine d’avance. Quant au timing sportif… le championnat n’est pas encore fini et les autres clubs s’inquiètent de l’équité sportive quand certains affronteront (ou pas) deux équipes plus ou moins démobilisées si ce n’est en grève.

Rassemblement au Stade Jean-Bouin des joueurs et supporters du Stade Français le 13 mars à la suite de l’annonce de la fusion. www.liberation.fr

Anne Hidalgo  «déplore le fait que les collectivités, les partenaires et les joueurs n’aient pas été associés à cette réflexion. (…) Il est légitime que ces clubs réfléchissent à leur avenir et à leur rayonnement en France et en Europe, mais leurs dirigeants ne doivent pas oublier que ces clubs ont aussi un ancrage local fort, que leur développement et leur réussite sont intimement liés aux villes qui les accueillent, aux supporters qui les soutiennent, et que le Stade Français a en cela une responsabilité particulière vis-à-vis de Paris». Anne Hidalgo prévient que la fusion «ne doit pas tirer un trait» sur les efforts consentis par la Ville de Paris pour rénover le stade Jean-Bouin, qui abrite également le siège du Stade Français.

L’avenir en pointillé de Jean-Bouin
Dans le même communiqué de la mairie, l’adjoint en charge du sport, Jean-François Martins, précise que la collectivité sera particulièrement attentive «à assurer la soutenabilité et l’amortissement des investissements qui ont été réalisés par la collectivité au stade Jean-Bouin». Il faut dire que le Stade Jean-Bouin a été entièrement rénové par la Ville pour les besoins du Stade Français et dans la perspective qu’il puisse servir un jour à l’accueil des jeux olympiques. Les deux présidents ont annoncé que le futur club joueraient pour partie dans la nouvelle enceinte de Nanterre et pour partie à Jean-Bouin, au-moins en attendant la livraison de la U Arena et ensuite quand cette dernière recevra des spectacles.

Jean-Bouin a été construit en 1925, rénové une première fois en 1970 puis une seconde fois en 2013 dans sa configuration actuelle par la Ville de Paris3).  C’est désormais une enceinte ultra-moderne de 20 000 places, située Porte de St-Cloud, dans le XVIe arrondissement de Paris, à deux pas du Parc-des-Princes. Le projet architectural est l’oeuvre de l’architecte Rudy Ricciotti, Grand prix national d’architecture 2006. Le stade comprend 51 loges, un parking de 500 places et une galerie commerciale. Evalué au départ à 111 millions d’euros, le projet a finalement coûté quelques 150 millions.

Vue aérienne du Parc-des-Princes (gauche) et du Stade Jean-Bouin (droite) http://forums.bigsoccer.com

La U Arena de Nanterre
Le Racing 92 attend dans le même temps la livraison de sa nouvelle enceinte – située à proximité de l’Arche de la Défense – dont le maître d’ouvrage est Racing Arena, filiale de la holding Ovalto Investissement créée par Jacky Lorenzetti, EPADESA4 et la Ville de Nanterre, soit un partenariat public-privé.

L’U Arena (appelée ainsi dans l’attente de son naming) a été conçue par un autre grand architecte français – Christian de Portzamparc -pour être une enceinte modulable et polyvalente capable d’accueillir 32 000 spectateurs en mode stade de rugby et de 10 à 40 000 spectateurs en mode concert. Sa page wikipédia rappelle que, initialement prévue pour avoir un toit rétractable, « elle sera dotée d’un toit permanent, les rencontres de rugby se jouant sur une pelouse synthétique. (…) Y seront adjoints des commerces dans l’enceinte du stade, ainsi que 33 000 m2 de bureaux. En configuration spectacle, l’Arena 925 sera la plus grande salle de spectacle de France, très loin devant le Palais omnisports de Paris-Bercy qui contient 20 300 places et l’Arena du Stade Pierre-Mauroy à Lille qui peut accueillir 25 000 personnes en configuration concert. Elle sera équipée de 22 buvettes, cent loges privatives et une partie importante des place seront des sièges business ».

Evolution en direct du chantier de la U Arena. www.uarena.com

Devenir des stades
Les deux enceintes partagent donc le fait d’avoir fait l’objet d’investissements conséquents de la part des pouvoirs publics, à la demande d’entrepreneurs de spectacles sportifs, qui assuraient alors possible la co-présence de deux grands clubs en Ile-de-France si les collectivités aidaient à la « modernisation de l’outil de travail ». Les deux enceintes sont aussi de tailles trop similaires (20 et 32 000 places) pour que l’une puisse servir à accueillir les matchs ordinaires et l’autre les affiches. Il semble que l’U Arena soit destinée à être le stade principal. Il faut dire que le modèle économique d’une telle enceinte nécessite sans doute un nombre assuré de matchs.

La Ville de Paris est donc maintenant confrontée presque seule au devenir du stade Jean-Bouin et à son équilibre économique. Le Red Star de St-Ouen, un club de football de L2, y jouent actuellement ses matchs à domicile en attendant la mise aux normes du vétuste Stade Bauer. Très loin d’être suffisant à assurer la pérennité de l’équipement qui risque de basculer dans la catégorie des « éléphants blancs ».

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, La fusion du Racing 92 et du Stade Français, in Au stade des villes, 14/03/2017, https://stade.hypotheses.org/512.

 

  1. Maniant la symbolique des lieux, l’annonce de la fusion s’est faite par les deux présidents, Thomas Savare (Stade Français) et Jacky Lorenzetti (Racing 92) dans les salons des Jardins de Bagatelle, «là où s’est déroulée la première finale du Championnat de France, en 1892, remportée par le Racing-Club de France» []
  2. Thomas Savare, président du Stade Français explique ainsi lors du communiqué de presse: « mon envie était de pérenniser ce club mais je n’ai pas trouvé de modèle économique viable, malgré les titres de Champion de France et malgré Jean-Bouin. Un modèle économique, c’est un club qui n’a pas besoin de mécène pour survivre. C’est vers ça que je voulais tendre. » []
  3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_Jean-Bouin_(Paris []
  4. L’Établissement public d’aménagement de la Défense Seine Arche – EPADESA – est un établissement public à caractère industriel et commercial chargé d’aménager le site de la Défense pour le compte de l’État et des collectivités locales concernées. Son périmètre fait l’objet d’une opération d’intérêt national et concerne une partie du territoire des communes de Courbevoie, La Garenne-Colombes, Nanterre et Puteaux dans le département des Hauts-de-Seine []
  5. Son ancien nom de code. []

Eléphant blanc – White elephant

Un éléphant blanc est une réalisation d’envergure et prestigieuse, souvent d’initiative publique, mais qui s’avère plus coûteuse que bénéfique, et dont l’exploitation ou l’entretien devient un fardeau financier((Déf. Wikipedia.org)). Les stades figurent en bonne place sur les listes.

 

Etymologie
L’expression vient de l’anglais britannique1 (white elephant) et est de traduction récente en français, langue qui  connaît plutôt des éléphants roses… L’éléphant blanc est traditionnellement un animal sacré dans les pays d’Asie du Sud-Est hindouiste ou bouddhiste (Inde, Thaïlande, etc.) car la mère de Bouddha en aurait rêvé d’un.

Dans la société aristocratique de ces pays, l’auguste animal ne peut travailler. Rarissime dans la nature, il fait l’objet de cadeaux de prestige que font certains souverains à leurs vassaux. Le cadeau peut alors rapidement devenir un fardeau pour le bénéficiaire qui se trouve dans l’obligation de le couvrir de soins et d’égards sans pouvoir en tirer un quelconque bénéfice. La bénédiction se transforme alors en malédiction. L’expression se répand dans l’Empire britannique au 18e siècle pour désigner un cadeau qui s’avère ruineux.

Caractéristiques d’un « éléphant blanc »
L’expression s’emploie aujourd’hui dans un sens large comme le souligne Wikipedia : « elle concerne des réalisations de nature pratique mais inefficace économiquement, ou bien des réalisations plus fantaisistes, voire irrationnelles. Dans les deux cas, l’éléphant blanc représente un coût de réalisation mais aussi un coût d’exploitation ou d’entretien. (…) L’éléphant blanc se distingue par divers traits :

  • l’inutilité pratique de la réalisation est évidente dès le début. (…)
  • l’entretien est une charge financière évidente et cette évidence la rend désagréable (ce n’est donc pas « l’entretien d’une danseuse» qui procure du plaisir à celui qui dépense)
  • il n’est plus possible de se débarrasser de la réalisation, pour des motifs de fierté ou de prestige »

Certains grands travaux d’équipement font figure d’éléphants blancs : l’aéroport canadien  de Montréal-Mirabel qui « ne décollera jamais », les aéroports espagnols « fantômes » de Central-Ciudad Real, de Castellón-Costa Azahar et d’Huesca-Pirineos, fruits de la bulle immobilière ou certains projets immobiliers démesurés comme le centre commercial New South China Mall de Dongguan en Chine, conçut à son ouverture en 2005 comme le plus grand centre commercial au monde mais vide à 99%.

Les stades olympiques ou liés aux grandes compétitions de football et de rugby figurent en bonne place sur la liste: stade olympique de Montréal de 1976, stades de football portugais de Leiria et Aveiro  construits pour le championnat d’Europe de football 2004, certains stades de la coupe du monde de football en Afrique-du-Sud ou au Brésil en 2014, etc. En France, le stade du Mans (MMArena) est parfois cité tout comme le stade des Alpes à Grenoble, avec plus ou moins de raison.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Eléphant blanc – White elephant, in Au stade des villes, 07/03/2017, https://stade.hypotheses.org/240.
  1. L’anglais américain l’utilise aussi mais avec le sens de cadeau bizarre et probablement coûteux et dont on finit par se débarrasser dans une brocante, une white elephant sales. []

Les éléphants blancs de Rio

Comme l’évoquait le géographe Christopher Gaffney dans l’entretien qu’il nous donnait pour la revue Urbanisme, les équipements sportifs construits au Brésil pour la Coupe du Monde de Football (2014) et les Jeux olympiques de Rio (2016) risquent bel et bien d’être des éléphants blancs pour le peuple brésilien. La preuve en images.

France Info a mené l’enquête: « Des pelouses de stade rongées par les vers, un bassin olympique à l’abandon ou encore des zones entières fermées au public : six mois après la fin des Jeux olympiques de Rio, au Brésil, certaines infrastructures sont laissées à l’abandon. Après le faste de la compétition (qui s’est déroulée en août dernier), la décomposition. Ces décors, dignes d’une ville fantôme, cristallisent la colère des habitants de la capitale qui se demandent quand ils pourront y accéder et s’indignent du gaspillage.

Vue aérienne du stade Maracanã, qui a accueilli les cérémonies d’ouverture et de fermeture des Jeux olympiques, photographié le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Les portes de l’édifice mythique, dont la rénovation pour la Coupe du monde de foot, en 2014, avait coûté 350 millions d’euros, resteront closes jusqu’à ce qu’un compromis soit trouvé entre le comité Rio 2016 et les concessionnaires du stade, le groupe de divertissements américain AEG et l’entreprise brésilienne de BTP Odebrecht. Ces derniers ont donné au premier la gestion du stade entre le 30 mars et le 30 octobre à condition de le rendre dans l’état dans lequel il avait été livré, une clause non respectée selon les plaignants, explique Le Monde. »

Une vue aérienne des tribunes du stade Maracanã, où des sièges se sont décrochés, le 12 janvier 2017. (NACHO DOCE / REUTERS), source: France Info

Toujours selon la journaliste du Monde, Claire Gatinois, dans son article du 31 janvier 2017, « à écouter un proche d’Odebrecht, cette partie du contrat n’a pas été remplie. Et de lister « une innombrable série de non-conformités ». L’ardoise s’élèverait à quelque 2 millions de reais (594 000 euros). « Mensonges », répond le porte-parole de Rio 2016, Mario Andrada, qui évoque des réparations mineures de l’ordre de 420 000 reais. A écouter M. Andrada, Odebrecht userait du stratagème pour ne plus s’occuper d’un stade synonyme de gouffre financier qu’il compte vendre. Le groupe Lagardère fait partie des acheteurs potentiels.

Depuis l’obtention de la gestion de l’arène, en 2013, les concessionnaires ont enregistré, jusqu’à 2015, une perte de quelque 172 millions de reais. La faute, disent-ils, à l’interdiction d’exploiter les abords du stade pour construire un parking et des boutiques. Le stade Maracana ressemble ainsi à une patate chaude que ni l’Etat de Rio, en quasi-faillite, ni les concessionnaires ne veulent assumer. Quitte à être les protagonistes d’un énorme gâchis. »

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Les éléphants blancs de Rio, in Au stade des villes, 22/02/2017, https://stade.hypotheses.org/382.

Bons baisers de Grenoble

Le stade des Alpes est l’un des deux stades de la métropole grenobloise avec le stade Lesdiguières construit pour les Jeux olympiques de 1968 et considéré aujourd’hui comme trop vétuste pour les rencontres professionnelles.

Il a été construit sur l’emplacement du stade Charles-Berty, stade typique du Mouvement moderne (circo-rectangulaire, en béton armé et ceint d’une piste de cyclisme) et détruit en 2003 pour permettre la construction de cette nouvelle enceinte. Le maître d’ouvrage est la métropole Grenoble Alpes Métropole (La « Métro ») et le maître d’oeuvre Chaix et Morel, déjà auteurs du stade de la Licorne d’Amiens. Ce stade de 20 068 places, inauguré en 2008, en bordure du parc Paul-Mistral à Grenoble est considéré comme un exemple d’éléphant blanc selon sa page wikipédia.

Initialement construit pour les rencontres de football du Grenoble Foot 38, il héberge également depuis 2014 les matchs à domicile du FC Grenoble rugby et plus occasionnellement des matches de hockey des Brûleurs de loups pour le Winter Game.

Carte postale du Stade des Alpes, Grenoble P. Blanc, Atelier Chaix et Morel, Paris, s.d.

La carte postale le représente de nuit et lors d’une rencontre sportive mettant en avant son enveloppe de verre et d’acier et le soleil couchant devant les massifs montagneux entourant la ville.

Entretien avec C. Gaffney. Les stades du Mondial seront des éléphants blancs

Christopher Gaffney, géographe américain, auteur d’un ouvrage de référence sur les stades sud-américains1 , répond aux questions de Jean-Michel Roux pour le numéro 393 de la revue Urbanisme.

Quel a été le processus d’introduction des stades et des sports modernes en Amérique du Sud ?
L’introduction du football est un bon exemple du mercantilisme britannique de la fin du XIXe siècle. Ce sport a été importé par les communautés d’expatriés britanniques (marins, dockers, entrepreneurs). Sa paternité est disputée entre São Paulo et Rio de Janeiro. Les Paulistes mettent en avant l’Anglais Charles Miller qui aurait créé la première équipe avec des employés de la compagnie de chemin de fer. Les Cariocas avancent le nom d’un Écossais qui aurait introduit le football dans une usine anglaise à Bangu. Il est associé au process de développement des infrastructures du pays sous le contrôle de capitaux étrangers. Ces étrangers ont introduit le jeu et ses équipements, même si les Brésiliens l’ont ensuite considérablement développé.

Les étrangers ont aussi importé l’architecture des premiers stades. Le premier fut construit à Rio en 1910, dans le quartier de Fluminense, au voisinage immédiat du Palais du Gouverneur. Il était typiquement anglais, avec des tribunes rectangulaires bordant le terrain. Le stade faisait partie d’un ensemble social plus large. C’était un outil parmi d’autres de reproduction des élites. Le Fluminense Football Club n’était pas qu’une simple association sportive mais un lieu de socialisation et d’affaires où les jeunes élites locales se mêlaient aux élites européennes.

D’autres clubs rivaux vont se créer par la suite, comme Botafogo, America ou Flamengo – par scission d’avec Fluminense – et s’implanter dans des espaces urbains plus informels mais toujours sur le même mode élitiste, avec des pratiques sociales « exclusives » et des stades « à l’anglaise ». Le premier stade « brésilien » est celui de São Januário (ou Estádio Vasco da Gama) inauguré en 1927. Construit dans un faubourg de Rio par des ingénieurs brésiliens pour une bourgeoisie locale qui met en avant son héritage portugais, ce stade propose un nouveau langage architectural. Sa façade principale néobaroque est particulièrement élaborée. Elle rappelle les expéditions de Vasco de Gama par l’emploi de tuiles blanches et bleues, la croix de Malte et le drapeau portugais. À bien des égards, c’est encore un bâtiment colonial.

Dans les années 1930, d’autres influences vont se faire sentir, dont le stade Pacaembu de São Paulo est le prototype. De style moderniste, il présente une architecture presque fasciste dans la mesure où, à cette époque, l’innovation architecturale en matière de stade est portée par l’Italie, l’Allemagne ou les USA. Les Brésiliens importent donc ces modèles. Avec ses colonnes gigantesques, son nom en caractères Art déco, son implantation au sommet d’une colline, sa mise en scène par une immense esplanade, tout concourt à faire du Pacaembu un lieu de représentation politique, un geste politique plus qu’un lieu de reproduction d’une élite étroite.

Torcida des Corinthians, extrait de Thomaz Farkas, Pacaembu, Saõ Paulo

L’expression la plus aboutie du modernisme dans les stades brésiliens est le Maracanã de Rio. Tous les architectes qui participent au concours sortent de l’École des beaux-arts de Rio où ils ont subi l’influence très traditionnelle de Le Corbusier – qui se rendait souvent dans cette ville –, d’Oscar Niemeyer, ainsi que des influences diverses et variées venant des écoles d’architecture européennes. Le Maracanã s’inscrit ainsi dans la lignée des stades modernistes de Berlin, Rome ou Los Angeles. Ces stades sont financés par la collectivité publique et porteurs d’une idéologie politique.

Le Maracanã s’implante au coeur d’un Rio qui est encore la capitale et véhicule un message disciplinaire. Il peut rassembler jusqu’à 170 000 personnes dans un espace ouvert de co-visibilité totale qui oblige à discipliner son corps et à accepter les normes sociétales. Il n’offre que quatre niveaux de places : les gerals, tout en bas, pour les plus pauvres, deux hauteurs de tribunes pour les classes moyennes et supérieures – les arquibancadas – et un espace pour les médias et les VIP. Ce dernier ne compte guère que 150 places ! Le Maracanã est vraiment l’expression du bien public par opposition à la reproduction des élites.

Tous ces marqueurs idéologiques d’une insertion sociale par le stade ont été détruits par la suite. Bien entendu, les stades sont toujours ouverts à tous, ou plutôt à tous ceux qui peuvent se permettre la dépense car les prix sont fous. À présent, seuls les plus riches peuvent y accéder. Le stade est devenu un lieu de consommation plus que de socialisation.

Match du Flamengo au Maracanã (2008). Photo N. Tixier

Tout est territorialisé dans le stade brésilien, chaque centimètre carré doit générer du cash. Son extérieur ressemble d’ailleurs à un supermarché, un shopping mall. Tout est propre et dégagé alentour : plus d’arbres, quand bien même il fait chaud, nulle part où s’asseoir, boire, manger ou aller aux toilettes. On aseptise l’environnement urbain pour inciter les gens à entrer et consommer ce qui est vendu à l’intérieur.

Boutique officielle du FC Sao Paulo, Stade Morumbi, 2009.

Dans le vieux Maracanã, les frontières étaient poreuses. Aujourd’hui, le spectateur doit franchir toute une série de barrières qui n’autorisent au final l’accès qu’à un segment très limité de la population. Par rapport au coût de la vie, les billets d’entrée des stades brésiliens sont probablement les plus chers du monde. J’étais récemment à la demi-finale du tournoi de l’État entre deux rivaux historiques, Vasco et Fluminense, et il n’y avait que 12 000 spectateurs. Un peu embarrassant, non ?

Dans votre blog, vous qualifiez certains grands stades d’« éléphants blancs »2. Y a-t-il un risque à les introduire dans les jungles urbaines du Brésil ?
Je pense que tous les stades seront des éléphants blancs, un de ces cadeaux que l’on nous fait parfois et pour lesquels on se retrouve à payer ad vitam æternam. L’expression renvoie à ce mythe indien dans lequel un prince accueilli dans une ville laisse en présent un éléphant blanc. Le cadeau devient alors un fardeau pour la population qui se ruine à l’entretenir. Il va en être de même pour les stades… sauf qu’il faudra aussi payer pour les construire ! Les stades seront privatisés après la Coupe du Monde, s’ils ne le sont déjà. Les citoyens de ces villes vont payer pour les construire, comme ils payeront pour les démolir quand ils seront obsolètes. Et, entre-temps, ils payeront pour assister à des matchs et feront des stades des sources de profit.

Construit sur des terrains publics et avec de l’argent public, le stade aura servi aux bénéfices du secteur privé. Et certaines villes comme Cuiabá, Manaus, Brasilía, Natal et peut-être Recife ne seront même pas en mesure d’organiser des matchs après la Coupe du Monde. Si les entreprises privées qui géreront ces stades ne parviennent pas à l’équilibre grâce aux revenus des centres commerciaux et des parkings situés à l’intérieur ou grâce aux spectacles qui y seront donnés, le fardeau du stade redeviendra public par contrat. Cela s’appelle socialiser les risques et privatiser les profits.

Les stades sont construits par de grandes entreprises brésiliennes du BTP en partenariat avec des multinationales, américaines pour partie comme AEG, qui sont spécialisées dans la gestion de clubs professionnels – football, basket-ball, etc. –, d’arenas ou de stades. Leur gestion sera opérée par concessions d’exploitation de trente-cinq ans, ce qui correspond à la durée de vie d’un éléphant blanc, à travers une combinaison de hautes technologies et de matériaux bon marché. Le stade redeviendra public quand il sera dépassé techniquement et qu’il faudra lourdement investir pour le réhabiliter ou le détruire.

Propos recueillis et traduits par Jean-Michel Roux. Interview reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Entretien avec C. Gaffney. Les stades du Mondial seront des éléphants blancs, in Au stade des villes, 18/02/2017, https://stade.hypotheses.org/229.
  1. C. Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the cultural landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin, University of Texas Press, 2009 []
  2. C. Gaffney a une définition plus large de l’éléphant blanc que celle communément admise []