Archives par mot-clé : Euro 2016

Le feuilleton du rachat de Geoffroy, premier acte

Le 7 avril 2017, s’ouvriront les négociations pour le rachat du Stade Geoffroy-Guichard entre l’ASSE, club locataire, et Saint-Etienne Métropole, son propriétaire actuel. En attendant, petit retour historique sur dix mois d’échanges verbaux par presse interposée.

L’ASSE est actuellement locataire d’un stade qu’elle a fait construire en 1931 puis qu’elle a vendu à la mairie avant que celle-ci ne transfert la propriété à son inter-communalité. C’est cette dernière qui a assuré la maîtrise d’ouvrage des travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016 de football (72 millions d’euros). Depuis le stade constitue certes un très bel outil de travail mais le club n’en possède pas la pleine jouissance… au contraire de son voisin lyonnais ou de nombre de grands clubs européens, ce qui semble devoir mettre un frein aux ambitions sportives du club.

Travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016. Juillet 2014.

Lors d’une interview donnée le 8 août 2016 à l’AFP dans les locaux de France Bleue Saint-Etienne Loire, le co-président de l’ASSE, Roland Romeyer, évoque les ambitions européennes du club mais souligne que les grands clubs européens sont dans de grandes villes, or Saint-Etienne ne peut compter que sur 170 000 habitants (population de la seule ville). Le club réaliserait donc de la « sur-performance » eut égard à la taille de sa ville et son budget – le 7e ou 8e budget français – qui peine à dépasser les 70 millions d’euros.

Le co-président évoque la difficulté à faire plus que ce qui a été déjà entrepris en terme d’acquisition de ses outils de travail: « au plan marketing, nous avons repris la gestion de notre boutique, acheté l’hôtel-restaurant le Chaudron vert, nous sommes propriétaires de notre siège-centre d’entraînement et de formation et avons ouvert le premier musée en France consacré à un club (130.000 visiteurs). »

Il entrouvre alors une porte: « pour augmenter le budget, il nous faut devenir propriétaire du stade Geoffroy-Guichard, symbole de l’ASSE, comme l’incite la loi Braillard, ce qui nous permettrait d’en avoir la gestion sept jours sur sept avec l’exploitation des loges 365 jours par an ou d’un restaurant par exemple ». Il rajoute même que les collectivités semblent à l’écoute de l’idée.

Vérification faite par les journaliste de France Bleue, « l’hypothèse a simplement été évoquée verbalement. Pas de réunion, pas de groupe de travail pour évaluer l’intérêt de céder le lieu le plus connu de Saint-Étienne. L’ASSE est donc acheteuse mais Saint-Étienne Métropole n’est pas vendeuse. En tout cas pas encore (…). Saint-Étienne Métropole n’est pas dans l’urgence de vendre : elle reçoit chaque année de la part du club de foot 1,35 million d’euros pour disposer du stade, une somme qui couvre quasiment les coûts d’exploitation annuels du Chaudron avec ses douze employés à temps plein. Mais elle perdrait un patrimoine d’une valeur symbolique très élevée ».

Lors de l’automne 2016 et de l’hiver 2017, les échanges verbaux se multiplient. En février, Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Étienne Métropole, ouvre la porte aux négociations lors d’une interview avec France Bleue en rappelant cependant que, dans une vente, « il y a deux choses très importantes et qui sont et seront immuables. C’est un : l’intérêt du club – et quand je dis ça, c’est pas forcément celui des actionnaires – et deux celui de la collectivité donc Saint-Etienne Métropole. C’est ce qui va présider en tout cas les discussions. L’ASSE c’est un vecteur de communication pour le territoire qui est exceptionnel. Notre intérêt c’est que le club puisse se développer comme il le souhaite et atteindre les ambitions que nous partageons. Il faudra discuter du montage, du prix et de l’ambition pour le club. C’est présenté comme étant la solution. Nous voudrions en être sûrs. »

Le prix de 150 millions d’euro est alors avancé par le maire de Saint-Etienne ; prix qui fait bondir le club et s’étrangler son président. Fin du premier acte.

Reprise des négociations le 7 avril…

 

Pour en savoir plus sur l’histoire du stade Guichard:
– Stéphane Merle, « Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Étienne, un « monument » du sport local ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/3 | 2004, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 22 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/723 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.723
– CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p., cartes et ill.

Récit de l’auteur. Partie 4/4 – nouveau stade

4e et dernière partie de mon « récit de vie ».

Nouveau stade
Que dire sur le nouveau stade, livré pour le prochain Euro  ? Nouveau tellement les changements l’impactent. Il est au-moins resté en ville, contrairement à ce pauvre Gerland qu’on abandonne et qui mériterait au-moins une chanson cri de Sardou.

Il produit une ambiance trop manufacturée à mon goût. Il y a un langage « indu » du béton, de l’acier, des lumières crues. C’est bien travaillé… mais c’est travaillé. Ce n’est pas la résultante d’une lente évolution ; c’est le fruit d’un projet architectural (trop) maîtrisé par des archis qui ont bien appris leur leçon. Rien qui ne s’échappe, pas de faille, pas d’aspérité. Heureusement, les supporteurs stéphanois lui donneront du crédit, quoiqu’il arrive.

Je doute de l’intérêt d’englober les tribunes dans une enveloppe de métal dispendieuse et précieuse dans son discours. J’ai l’impression qu’il était inutile de faire plus que fermer les angles ; que le projet a renforcé l’introversion, singeant les stades elliptiques. Inutile. Ces stades-là ont pour fonction de donner l’illusion aux spectateurs d’appartenir à un seul corps et c’est pour cela qu’on les retrouve chez les Romains ou les grandes dictatures, là où il fallait, par l’architecture, ordonner les corps et les esprits. Sainté n’avait pas besoin de cela. Le football transcende encore naturellement toutes les couches de la société et la disposition des tribunes n’y joue pas de rôle. Le public des loges y est encore très populaire.

J’aimais Geoffroy quand il était un stade « à l’anglaise » avec quatre tribunes qui se regardaient, offrant des cadrages serrés sur les usines, les barres et tours des collines alentours. Un couplage de verticalité et d’horizontalité. Mais c’est le destin des stades à l’anglaise qui réussissent que de se fermer. Le cadrage serré sur la ville et ses collines a été maintenu dans le projet et revendiqué comme tel. Je n’y vois qu’un vasistas sur la ville.

Par contre, le travail sur les kops est intéressant. Leur taille, leur profondeur et hauteur sont impressionnantes. Des kops qui peuvent évoquer les anciennes populaires d’avant 1984 ou le mur de la Südtribüne du Westfalenstadion si on verse dans la dithyrambe. Le balcon supérieur est peut-être un des endroits les plus réussis : dedans et au-dessus à la fois. Hétérotopique.

En fait, je crois que j’aime le stade en chantier. J’y ai emmené deux amis le visiter récemment ainsi que des lycéens de Rive-de-Gier. Je l’avais déjà fait avec mon cousin lors des travaux pour la Coupe du Monde. Nous étions rentrés sur le chantier au culot et avions fait notre choix parmi les débris : des morceaux de béton peint des kops et ces fameux sièges criards. Ma mère les a retrouvé récemment au garage croyant avoir déniché un authentique morceau du mur de Berlin. Je n’ai jamais visité Berlin et un morceau de kop ne vaut-il pas plus qu’une relique de la Guerre froide, non ?

Jean-Michel ROUX, 4 novembre 2015

Projets de « grand stade » et aménagement du territoire

L’article ci-dessous est paru dans la revue Etudes foncières – n°148, novembre-décembre 2010 (pp. 8-11). Depuis, Rhône-Alpes a fusionné avec l’Auvergne, Saint-Etienne Métropole  a fait rénover son stade et l’OL obtenu le sien du Grand Lyon. D’autres villes se sont lancées dans des partenariats public-privé (Nice, Bordeaux, Lille). L’article prend désormais un petit côté utopique. Certaines questions demeurent…

 

Désignée comme pays hôte de l’Euro 2016 de football, la France est confrontée à la question de la modernisation de ses stades. L’importance des impacts de ce type d’infrastructure, en matière d’aménagement et d’urbanisme, relance, dans ce cadre, la question de la nature des porteurs de projets. La Région est-elle un acteur crédible face aux projets portés par la sphère privée ? L’auteur nous livre son analyse.

Le 27 mai 2010, la France a été désignée comme pays hôte de l’Euro 2016 de football par le comité exécutif de l’Union des Associations Européennes de Football (UEFA). L’idée d’une nécessaire modernisation des enceintes françaises, condition sine qua none de la candidature nationale, avait été préparée dès 2008 par la production de plusieurs rapports dénonçant l’état de vétusté d’équipements pourtant mis aux normes pour la Coupe du Monde de 1998…[1] Elle s’est ensuite traduite par des décisions politiques. Les stades pourront être déclarés d’intérêt public, quelque en soit leur propriétaire, après avis de l’ensemble des conseils municipaux des communes riveraines directement impactées par leur construction. Les collectivités territoriales et leurs groupements pourront d’ailleurs, eux-mêmes, « réaliser ou concourir à la réalisation des ouvrages et équipements nécessaires au fonctionnement et à la desserte des installations »[2].

Cette attribution redonne de l’espoir à différents projets privés, portés par des clubs, et qui avaient bien du mal à sortir des cartons face aux difficultés de financements et/ou à l’opposition d’une partie de la société civile. Le temps presse mais la question des « grands stades »[3] touche à l’aménagement du territoire et à celui de nos villes. Elle impactera nos modes de vie de demain. N’y a-t-il pas d’alternatives aux projets privés actuels ? L’exemple de la région Rhône-Alpes est, à cet égard, riche d’enseignements.

Des patrons de club, capitaines d’industrie
Depuis quelques années, l’Olympique Lyonnais (OL) a connu une remarquable réussite sportive en France, mais il peine à conquérir un titre à l’échelle européenne. L’absence de la maîtrise exclusive par le club d’une enceinte moderne et spacieuse fait partie des raisons invoquées pour justifier la difficulté à rivaliser économiquement, et par là même sportivement, avec les « grands d’Europe ». Son président en appelle ainsi depuis des années à la construction d’un nouveau stade de grande taille, d’abord envisagé à Lyon puis dans sa périphérie (Décines).

J.-M. Aulas, président de l’OL présentant son projet de « grand stade ». Source: Le Progrès, s.d.

Tandis que Grenoble inaugure en 2008 sa nouvelle enceinte, d’autres villes de la région ne sont pas en reste. Les co-présidents de l’Association Sportive de Saint-Étienne (ASSE) avaient avancé le projet de construire leur propre stade avant d’obtenir une extension du stade Geoffroy-Guichard. A Bourgoin-Jallieu, le stade Pierre-Rajon est lui aussi pointé du doigt par les actionnaires du club dans le retard pris depuis quelques années sur les grosses cylindrés du Top 14 de rugby avec lesquelles le Club Sportif Bourgoin-Jallieu (CSBJ) ne parvient plus à lutter.

Ces multiples projets, plus ou moins avancés, plus ou moins avortés, de construction ou réhabilitation sont initialement portés par des dirigeants de clubs, par ailleurs patrons d’entreprise, et qui se sentent à l’étroit dans des stades financés et gérés par les collectivités publiques. Après avoir bénéficier des largesses de ces dernières pendant de nombreuses années[4], ils souhaitent s’affranchir des obligations du locataire pour devenir propriétaire de leur stade… et maître de son exploitation commerciale. Ces capitaines d’industrie lancent un appel à se tourner vers le modèle libéral et anglo-saxon, sans en accepter d’ailleurs toutes les règles. Lassés par la lenteur avec lesquels les projets avancent, ils louvoient entre accès de colère et tentatives de conciliation avec les propriétaires des terrains et les élus locaux. Les menaces de démission de l’un sont mises à exécution par l’autre : Pierre Martinet, le président du CSBJ, a fini par jeter l’éponge devant les difficultés.

Les multiples tares des stades rhônalpins
Que reprochent en fait ces entrepreneurs aux stades existants, gérés par les collectivités locales ? Les enceintes qu’ils occupent seraient des équipements sportifs vieillissants si ce n’est vétustes, manquant de capacité, incapables d’évoluer en raison de leur situation géographique et des règles d’urbanisme.

L’argument de l’obsolescence est à ce point martelé qu’il en deviendrait presque une vérité. Un réel audit reste cependant à faire… ne serait-ce que parce que les stades Gerland et Geoffroy-Guichard ont été entièrement rénovés sur fonds publics, il y a dix ans à peine, pour accueillir la Coupe du Monde 98. L’argent public a-t-il été dépensé à bon escient ? L’argument semble pour le moins spécieux.

Stade de Gerland. 2004

Le stade Gerland est ainsi classé « 4 étoiles » par l’UEFA[5]. Cette évaluation des stades se fait suivant des critères de capacité, de sécurité et de confort. En France, seul le Parc des Princes (Paris) rejoint le stade Gerland dans la liste des 19 stades européens « 4 étoiles » (le Stade de France en possède cinq en raison de sa plus grande capacité). Quant à Geoffroy-Guichard, il accueille sans difficulté des rencontres internationales (Coupe du monde de rugby 2007, Coupe de l’UEFA 2008-09 et France-Nigéria 2009). En cas d’accueil de l’Euro 2016, Saint-Etienne aurait la capacité de recevoir des matchs de groupes et Lyon des demi-finales[6].

Stade Geoffroy-Guichard, Coupe du Monde de rugby 2007

Leur taille, bien que suffisante pour accueillir l’Euro 2016, pose néanmoins problème lors de certains matchs pour les clubs. Leurs taux de remplissage sur les dernières années de championnat sont relativement élevés et les « guichets fermés » fréquents. Les clubs peuvent donc se plaindre, à juste titre, de pertes substantielles de recette, même si des résultats sportifs décevants, une affiche sans passion, une météo exécrable ou un match de semaine peuvent doucher quelque peu les enthousiasmes. Les stades ne sont alors plus aussi petits que cela.

Un reproche communément adressé aux stades est d’être désormais difficilement modifiables en raison de contraintes urbanistiques, patrimoniales ou architecturales. Construits à la périphérie des villes dans l’entre-deux-guerres par des architectes de renom, ils ont désormais gagné une position géographique plus centrale, à laquelle s’ajoute parfois la protection réservée aux bâtiments classés pour leur valeur patrimoniale. Ce qui pourrait être considérés comme des atouts en terme d’accessibilité, de développement durable, de potentiel touristique est vécu comme une malédiction. Grenoble a pourtant demandé au maître d’œuvre de son flambant Stade des Alpes de réunir tous ces ingrédients dans son projet…[7]

Les stades Gerland et Geoffroy-Guichard ont une importance historique qui les inscrit profondément dans leur ville. Leurs murs renferment une mémoire collective, un patrimoine immatériel qui nourrit la mémoire individuelle de chacun pour constituer une identité commune. Il est donc important de préserver ce patrimoine, afin de conserver l’identité culturelle de chacune de ces villes. Même le vétuste stade Pierre-Rajon de Bourgoin-Jallieu ne présente pas moins un grand intérêt patrimonial de ce point de vue. Autant d’arguments qui devraient plaider en faveur de leur réhabilitation avec le maintien d’une valeur d’usage significative.

La propriété et le mode d’exploitation des stades
Là où le bât blesse en fait est la propriété des stades et le mode exploitation qui en découle. Les équipements actuels appartiennent aux collectivités locales et les clubs n’en sont que locataires. Ce système rebute l’Olympique Lyonnais qui souhaiterait être propriétaire de son stade afin d’en maîtriser l’exploitation. Cela lui permettrait de s’affranchir de la redevance d’occupation domaniale qui tient compte, depuis la fameuse jurisprudence « Gerland » de 2007[8], des avantages de toute nature mis à disposition.

En effet, la redevance doit désormais inclure non seulement la valeur locative du stade et les frais à la charge de la ville liés à l’organisation des matchs mais doit aussi tenir compte de l’ensemble du chiffre d’affaire développé par un club grâce à l’exploitation du domaine public. L’exploitation privée permettrait aussi d’éviter l’imposition par la puissance publique d’autres usages du stade. L’exemple du Stade Vélodrome de Marseille, fermé plusieurs semaines à la suite d’un décès lors du montage d’une scène de concert, lui donne d’ailleurs raison.

Le club lyonnais souhaiterait, aussi et surtout, être maître de son environnement immédiat afin d’implanter et de gérer directement autour du stade boutiques, hôtels, espaces de récréation et immeubles de bureau dans un véritable centre commercial, d’affaires et de loisirs privé. Comme le rappelle Jean-François Borne, « derrière l’enjeu de l’Euro 2016 se cache la volonté d’assouplir le cadre légal afin que les clubs puissent avoir la main mise quant à leur enceinte afin de faire des stades, certes des lieux de vie et de convivialité mais surtout l’enjeu d’opérations financières qui pourraient permettre aux clubs de sortir de la dépendance aux droits audiovisuels »[9].

L’assiette actuelle du stade Gerland ne lui permettrait pas de réaliser un tel projet. « S’agrandir en rognant sur le port Édouard-Herriot ? La concession de la CNR court jusqu’en 2023 et elle n’a pas l’intention de l’abandonner. […] Reste le côté de la Plaine des jeux et du palais des sports. Ce qui sous-entendrait de supprimer des terrains alors qu’il en manque pour les associations sportives. La mission d’évaluation mise en place par la ville en 2008 avait conclu à une assiette foncière insuffisante pour réaliser le projet d’OL Land »[10].

Le club est donc prêt à acquérir, en grande périphérie, des terrains pour construire son OL Land. Il souhaite cependant ardemment que les collectivités locales, non seulement gèrent l’après OL du stade Gerland[11], mais qu’elles concourent à la réalisation des infrastructures nécessaires à l’accès à un tel centre commercial privé au nom de l’aménagement du territoire, comme la loi du 22 juillet 2009 le permet. Nombre d’élus communautaires de Lyon se sont ralliés au projet car, comme l’explique le designer de stade Rod Sheard : « à chaque nouvelle génération de stades, on a augmenté la barre de ce que l’on attendait d’eux. Aujourd’hui, c’est tout simplement de régénérer des quartiers ou des villes entières en déclin, de leur redonner de la forme. On a l’espoir que, par son rôle iconique, la taille et la masse de son projet global, un stade va pouvoir entraîner avec lui des zones résidentielles, du commerce, du loisir, une amélioration des transports, etc »[12].

Le débat fait cependant rage actuellement à Lyon quant aux implications d’un tel stade en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire. « Alors que le projet de Grand Stade de Décines enchaîne les contretemps, de plus en plus de voix se font entendre en faveur d’un agrandissement de Gerland »[13]. Des associations, des élus locaux et une part croissante de la population demandent que le projet soit abandonné en faveur d’une réhabilitation et d’un agrandissement de Gerland. Les opposants dénoncent, d’une part, les choix urbanistiques du site de Décines : éloignement du centre urbain, coûts des extensions de lignes de transports en commun, disproportion des nouvelles voies d’accès par rapport au territoire et au nombre de matchs, atteintes à l’environnement (déboisement massif), etc.

Les opposants balaient, d’autre part, les incompatibilités soulevées par l’OL à la réhabilitation avec agrandissement de vingt mille places du Stade Gerland. Le classement d’une partie du stade ne serait pas de nature à entraîner le veto de l’architecte des Bâtiments de France, comme ce fut d’ailleurs le cas en 1998. Il constituerait par contre un défi architectural pour respecter le classement des arches du stade.

Le site du stade n’étant plus classé SEVESO, cela exclue désormais la possibilité d’arguer de l’incompatibilité juridique liée aux risques technologiques du port Édouard Herriot. L’accessibilité, jugée insuffisante actuellement, ne le serait plus à terme grâce au prolongement des lignes de métro et tram existantes. L’accès en transport en commun pourrait même être accru par l’usage d’une halte ferroviaire à proximité. Quant à l’absence de parkings suffisants, elle serait de nature à encourager l’usage de ces mêmes transports en commun, comme c’est le cas à Grenoble ou dans les stades allemands. Enfin, l’utilisation d’un stade en chantier, jugée « impossible » selon l’OL qui évoque l’obligation de jouer dans un autre stade durant deux à trois saisons, est balayée d’un revers de la main : tous les autres clubs français vont le faire.

Le stade Geoffroy-Guichard en travaux, 2015

Pourquoi ne pas construire un stade commun à la région ?
S’il devait ressortir néanmoins que de nouveaux stades s’imposent, les projets proposés par les clubs ou collectivités mériteraient d’être mis au débat. N’y a-t-il aucune alternative ? Penser un ou plusieurs grands équipements comme un stade de football nous donne l’occasion rêvée de reparler d’aménagement du territoire au-delà de la seule question de la pertinence du site « dans l’économie générale du projet »… Le stade est un équipement qui, même privé, prend par l’ampleur des phénomènes sociaux qu’il génère un rôle d’équipement relevant de la décision politique.

Nous sommes avec Lyon, Saint-Etienne et Bourgoin, dans la même région urbaine, une métropole multipolaire qui ambitionne d’exister à l’échelle européenne. Plutôt que d’investir l’argent public dans des stades qui viendront remplacer ou dédoubler les existants, pourquoi ne pas penser l’émergence d’un projet fédératif à toute une région ? Les stades ont toujours été utilisés pour créer du territoire, pour le faire émerger, pour signer son avènement. Il manque à Rhône-Alpes, la bonne élève des régions créées, de produire du sens à travers un projet pour son territoire.

Un « grand stade » manque actuellement entre le Stade de France à Saint-Denis et le Stade Vélodrome de Marseille. Au-delà de la région urbaine lyonnaise ou rhônalpine, il concernerait la Franche-Comté, l’est du Massif Central, la Suisse romande. Le maillage de ce grand territoire en stades de petites et moyennes tailles est tout à fait satisfaisant avec les enceintes de Lyon (41 044 places), Saint-Etienne (35 616 places), Genève (Stade de la Praille, 30 084 places), Grenoble (20 068 places), Sochaux (Stade Bonal, 20 005 places) ou Clermont-Ferrand (Parc des sports Marcel-Michelin, 15 857 places). Le club de rugby de Bourgoin-Jallieu, qui va jouer ses matchs de gala dans certains de ces stades, l’a d’ailleurs parfaitement compris.

Les clubs football et de rugby de la région Rhône-Alpes n’auraient peut-être besoin d’un grand stade qu’à certaines dates de l’année (matchs nationaux et internationaux à enjeu). Ils pourraient continuer à donner vie à leurs stades actuels et occuper ponctuellement le stade commun. Les autres dates nécessaires à l’équilibre financier du grand stade pourraient alors êtres trouvées du côté de l’organisation de grands évènements internationaux (matchs internationaux de football ou rugby, compétition d’athlétisme[14], concert, spectacles, etc.).

Un grand stade multifonctionnel, sans équipe résidente avec une gestion déconnectée des communes et des clubs, existe déjà à Saint-Denis avec le Stade de France[15]. Quant aux supposés conflits d’usage d’un équipement entre équipes rivales, signalons que les exemples de clubs rivaux se partageant un stade existent partout en Europe ou en Amérique (Munich, Milan ou New-York[16]).

La période contemporaine en terme d’organisation du sport en France est marquée par deux caractéristiques : d’une part, le développement des partenariat public privé (PPP) avec les clubs et entreprises de construction et/ou d’exploitation, et d’autre part, les financements croisés de la part des communes, intercommunalités, départements, régions, État et du Centre National pour le Développement du Sport (CNDS). Il est peut-être temps de faire de grands stades en partenariat entre l’État et le secteur privé mais aussi surtout avec les collectivités territoriales, la région en tête. Cette dernière a déjà une compétence de financement des équipements, en vertu tant de ses attributions tirées du Code général des collectivités territoriales que des dispositions spécifiques du Code du Sport[17]. Toutefois, en aucun cas, elle ne devrait être un simple co-financeur d’un équipement. Ne pourrait-elle pas assurer la maîtrise d’ouvrage d’un stade ?

La Région Rhône-Alpes est capable de mettre en synergie, si ce n’est en concurrence, ses territoires afin de décider l’emplacement le plus adéquat pour un nouveau lycée. Elle devrait pouvoir le faire pour un stade…

[1] Eric BESSON, Accroître la compétitivité des clubs de football professionnel français, rapport présenté au Premier Ministre par le Secrétariat d’État chargé de la Prospective, de l’évaluation des politiques publiques, et du développement de l’économie numérique, Paris, novembre 2008, 162 p. ou Jean-Louis VALENTIN (rapporteur) et Philippe SEGUIN (président), Grands Stades Euro 2016, rapport de la commission « Grands Stades Euro 2016 » présenté au Ministre des Sports, Paris, novembre 2008, 141 p.
[2] Loi n° 2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques, article 28.
[3] Selon l’UEFA, un « grand stade » comprend a minima 50 000 places mais de préférence plus de 60 000 sièges.
[4] Le projet du stade Gerland est, en 1913, le fruit de la vision et de la collaboration inédite à l’époque de deux hommes : le maire radical Edouard Herriot et son architecte Tony Garnier. Alors que les stades français sont en bois et inadaptés à l’accueil de publics et de compétitions, ils imaginent un stade moderne et spacieux, dédié au sport pour tous, au sein d’une cité des sports, élément phare des nouveaux quartiers de la ville. « A une époque où l’architecture est encore pur art et l’urbanisme quasi inexistant, la construction du stade de Gerland préfigure une réflexion d’ensemble sur les équipements sportifs, d’autant que si les questions d’hygiène sont au coeur de toutes les politiques municipales, le sport tarde à s’imposer en France comme un axe de développement des territoires. » (LÊ-GERMAIN Elisabeth, « La cité des sports à Lyon : fleuron architectural et symbole politique (1910-1931) », in CAUE du Rhône, Tony Garnier. La cité industrielle et l’Europe, Lyon : CAUE éditions, 2009, p. 207). Le stade sera pourtant loué, de façon exclusive, à l’OL à partir des années 1950 et réhabilité depuis par les collectivités locales. 
Le projet du stade Geoffroy Guichard est, en 1930, celui d’une entreprise moderne et ambitieuse, Casino, qui croit que le football professionnel, alors interdit, est un formidable outil de communication pour une marque ou une ville. Le terrain est acheté en 1930 par une filiale du groupe puis loué au club pour un franc symbolique. La construction du stade est alors financée par une société des « Amis du sport » rassemblant des industriels locaux. Mais lorsqu’en 1965, le club est incapable de faire face aux besoins de modernisation du stade, Casino se tourne vers la municipalité. La ville s’en porte acquéreur par le vote d’un emprunt et concède au club un bail d’une durée de trente années pour une location symbolique qui lui assure de fait une exclusivité d’usage (c.f. ROUX Jean-Michel, CHARBONNIER Grégory et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p.).
[5] Le classement UEFA des stades est un système de notation des stades de football en Europe mis en place par l’UEFA. Le label va jusqu’à cinq étoiles pour les stades les mieux notés et de plus de 50 000 places. Seuls les stades les mieux notés peuvent accueillir les grands événements.
[6] UEFA EURO 2016 – Exigences relatives au tournoi.
[7] L’UEFA, encourage elle-même les pays organisateurs de l’Euro à planifier une utilisation durable des stades, au-delà de la compétition : « Six matches au maximum seront organisés dans chaque stade pendant le tournoi et les stades seront ensuite exploités pendant une période comprise entre 30 et 50 ans. L’UEFA encourage l’exploitation des stades en tant que lieu d’organisation de matches, de compétition réguliers ou d’autres événements par un organisme principal afin de garantir leur utilisation après l’UEFA EURO 2016. », Cahier des charges, UEFA EURO 2016 – Exigences relatives au tournoi, pp. 70-71.
[8] Tribunal Administratif de Lyon, 13 juillet 2006, et CAA de Lyon, 12 juillet 2007.
[9] Jean-François Borne, So Foot, décembre 2008.
[10] François GUTTIN-LOMBARD, « Le Grand Stade de l’OL peut-il être construit à Gerland ? », Le Progrès, 1er novembre 2010.
[11] La mise à disposition du stade a été évoqué pour le club de rugby local, le LOU, qui joue en seconde division nationale…
[12] Rod SHEARD dir. et al., The Stadium. Architecture for the New Global Culture, Singapour: Periplus Ed., s.d.
[13] François GUTTIN-LOMBARD, « Le Grand Stade de l’OL peut-il être construit à Gerland ? », Le Progrès, 1er novembre 2010.
[14] A l’heure actuelle seul le Stade de France dispose des équipements aptes à accueillir des compétitions internationales d’athlétisme.
[15] Le consortium qui le gère cherche actuellement à enrichir son portefeuille d’équipement après l’échec de son projet de gestion du stade du Cap (c.f. Sébastien HERVIEU, « L’éléphant blanc du Cap », Le Monde, 2 novembre 2010).
[16] Le stade San Siro de Milan accueille depuis 1947 deux équipes résidentes et pourtant rivales de première division : le Milan AC (propriétaire du stade depuis 1935) et l’Inter de Milan (simple locataire). L’Allianz Arena de Munich accueille le Bayern Munich et le TSV 1860 ainsi que ponctuellement l’équipe nationale d’Allemagne. Enfin, le Meadowlands Stadium est un stade de football américain inauguré en 2010 à East Rutherford, New Jersey. Les New York Giants et les New York Jets y jouent leurs matchs à domicile. Issu d’un partenariat entre les deux équipes, le stade appartient à la New Jersey Sports and Exposition Authority et est géré par une entreprise, la New Meadowlands Stadium Company, LLC.
[17] Art. L.100-2 du Code du Sport : « L’Etat, les collectivités territoriales et leurs groupements, les associations, les fédérations sportives, les entreprises et leurs institutions sociales contribuent à la promotion et au développement des activités physiques et sportives. L’Etat et les associations et fédérations sportives assurent le développement du sport de haut niveau, avec le concours des collectivités territoriales, de leurs groupements et des entreprises intéressées. »

Organisateurs de spectacle, supporteurs et ambiance. Le cas de la vuvuzela.

L’ambiance dans les stades lors des grandes compétitions représente un véritable enjeu économique. Il s’agit d’abord de vendre un spectacle sportif (projet économique d’une fédération internationale, des diffuseurs et des sponsors), accessoirement de développer l’image d’un pays et de villes hôtes (projet de marketing territorial), très éventuellement de rentabiliser un équipement sportif (projet constructif).

Introduction

Les coupes du monde de football de l’après-guerre ont parfois vu l’émergence inopinée d’une ambiance singulière dans les stades basée sur des éléments de culture locale. Cette ambiance n’a pas qu’un peu contribué au succès économique des évènements. La coupe du monde de 1950 au Brésil a vu l’émergence du modèle de supportérisme radical des torcidas brésiliennes avec leurs percussions et chants (Raspaud, 2010). En 1978, la coupe du monde en Argentine a vu apparaître la pratique des papelitos – ces petits papiers en morceaux que l’on jette à l’entrée des joueurs – et celle du Mexique en 1986, l’avènement du mouvement chorégraphique de la ola, cette vague que dessinent les spectateurs d’un stade en se levant de manière coordonnée.

Torcida des Corinthians, FARKAS Thomaz, Pacaembu / Thomaz Farkas, São Paulo : DBA Artes Gráficas, 2008

Ces trois exemples sont américains. Quid de l’Europe et de l’Afrique qui sont, elles aussi, des terres de football ? Les grandes compétitions peinent à laisser une identité ambiantale. Le supportérisme y existe aussi, mais il est moins organisé à l’échelle des équipes nationales qu’en club. Le campanilisme des supporteurs l’emporte sur le patriotisme dans beaucoup de grands pays sauf lors des grands évènements. De plus, la scène internationale est parfois le lieu choisi pour déchaîner les passions excessives (hooliganisme).

Il faut dire que, depuis les drames des années 1980 (Heysel, Hillsborough, Furiani, etc.) les autorités du football[1] se méfient des supporters et de leurs « innovations » (Taylor, 1989). Ces mêmes autorités ont constamment insisté sur l’amélioration de la qualité constructive des enceintes, au détriment de la reconnaissance et de la prise en compte des pratiques usagères. La qualité sensible des ambiances s’en ressent (Roux, 2014). En conséquence, les grands noms de l’architecture ont été appelés à la rescousse et les stades sont devenus des tradiums aux ambiances « manufacturées » (Bale, 1993). À tel point que la coupe du monde de 1998 en France a laissé le piètre souvenir des « costumes gris » dû à la surreprésentation des spectateurs par rapport aux supporters. L’Euro 2016 de football, lui aussi organisé en France, laissera des souvenirs contrastés : violences des hooligans anglais et russes, chants des Irlandais et Gallois, phénomène islandais du clapping repris par les joueurs français, scènes de liesse populaire et spontanée dans les rues des villes, loin du contrôle ambiantal des stades.

Dans ces derniers des compagnies privées étaient chargées de faire respecter l’ordre et la sécurité en veillant à l’application stricte d’un règlement drastique (Règlement du Stade pour l’UEFA EURO 2016 TM). A la section « objets et comportements interdits », ledit règlement proscrit ainsi « les instruments électroniques, mécaniques ou manuels produisant du bruit tels que mégaphones, klaxons et vuvuzelas »[2]. Quel est donc cet objet au nom exotique qui mérite d’être ainsi spécifiquement cité ?

La vuvuzela nous renvoie six ans en arrière, lors de la première coupe du monde de football en Afrique (Afrique-du-Sud) lorsque les instances internationales ont cherché à générer puis à maîtriser l’ambiance des matchs. Cette « trompette en plastique » a été popularisée avant la compétition et fabriquée en grand nombre. Elle était censée représenter le lien avec les cultures indigènes d’Afrique-du-Sud et façonner une «ambiance authentique et locale». La vuvuzela a échappé au contrôle de ses promoteurs et ces derniers ont dû tenter, en catastrophe, de « reprendre le contrôle » des ambiances. Cet article tentera quant à lui de comprendre la genèse de ce « facteur d’ambiance » et d’en observer les effets.

Vuvuzela, Afrique-du-Sud, s.d.

 

La vuvuzela : origine obscure et glorieuse destinée

La ou le vuvuzela a des origines obscures. On la dit être lointainement inspirée d’une corne traditionnelle d’antilope. Elle apparaîtrait en Afrique-du-Sud au début du 20e siècle, aux côtés de tambours pour accompagner dances et prières des cérémonies religieuses.

Son transfert dans les stades de football daterait des années 1980 (au Zulu Royals) quand les joueurs lui reconnaissent la capacité de leur donner un avantage en changeant l’ambiance du match. Une nouvelle mutation s’opère dix ans plus tard quand des entreprises d’abord locales puis globales se mettent à la produire en série et en matière plastique. Son usage se répand alors dans tous le pays, popularisé par les supporters des deux clubs de Soweto : les Kaizer Chiefs et les Orlando Pirates.

La vuvuzela serait pour beaucoup à ranger dans la catégorie des objets émettant un son et qu’il est possible de détourner de leur fonction utilitaire première dans le cadre d’un stade : corne de brume, bidon, casserole, klaxon si ce n’est cloche d’alpage comme dans la photo ci-dessous.

Supporteurs français avec trompette et cloche d’alpage, s.d., AMSE 6FI12161

D’aucuns la classeraient avec plus de bienveillance dans la catégorie des “instruments de parade” pour reprendre le terme du sociologue Nicolas Hourcade. Le musicologue espagnol installé en Afrique-du-Sud Pedro Espi-Sanchis se contente d’en faire un pseudo-instrument de musique : « avec sa fondamentale en si bémol, le vuvuzela n’est pas un vrai instrument de musique, c’est surtout un instrument qui sert à signaler le début d’une cérémonie. Pour en tirer quelque chose, il faut en jouer en petit comité en développant le ‘call and response‘ [technique par laquelle les instruments se répondent] »[3]. Il s’agit donc d’un instrument qui peut être mélodieux quand il est maîtrisé techniquement, limité en nombre et se limite à quelques notes répondant à d’autres instruments. L’utilisation de vuvuzelas de mauvaise facture, embouchées par des utilisateurs peu mélomanes et ne cherchant que la production du plus fort volume sonore possible permet d’émettre des sons monotones et surpuissants qui s’apparenteraient à ceux d’un concert de cornes de brume, de barrissements d’éléphants ou de bourdonnements d’essaims d’abeilles…

Affiche du Journal The Sun encourageant l’usage de la vuvuzela

En dépit de ces piètres qualités musicales et du risque potentiel d’une utilisation massive, son usage est encouragé par la Fédération Sud-Africaine de football au nom du respect des cultures locales et par la FIFA qui craint l’absence de supporteurs européens et sud-américains dans les gradins. Elle est testée, semble-t-il, avec succès, lors de la coupe des confédérations 2009, prélude organisé par la FIFA à la coupe du monde 2010.

La vuvuzela : Désastre et bannissement

Lors de la coupe du monde, la vuvuzela est massivement achetée comme souvenir, mais malheureusement aussitôt employée par les supporteurs et spectateurs de toutes les équipes présentes à la compétition. Elle suscite bien vite la controverse parmi les protagonistes du match : joueurs et entraîneurs, spectateurs et supporteurs, commentateurs et diffuseurs.

Les joueurs la jugent « amusante » quand elle n’empêche pas la concentration ou la communication entre coéquipiers et entraîneur, obligeant à recourir à des gestes.

Les spectateurs se plaignent rapidement de la nuisance sonore, évoquant des problèmes auditifs pour ceux qui se trouvent placés tout un match au plus près de l’émetteur. Des études évoquent un son pouvant atteindre 127 dB à la sortie de l’instrument, soit près de 113 dB à deux mètres de distance ou aux oreilles de la personne qui en joue (Swanepoel et al., 2010).

Les supporteurs, a priori plus favorables à l’objet, regrettent néanmoins son ton monocorde et monotone, déconnecté du rythme de l’action sur le terrain et masquant les autres facteurs d’ambiance : bruits organiques des foules, chants, applaudissements et usages d’autres instruments de musique. La cacophonie vuvuzelesque produit un masque sonore qui ne laisse plus le loisir à un autre type d’ambiance d’advenir. Les vuvuzelas sont hégémoniques dans l’ambiance. Une part non négligeable quoiqu’inquantifiable de supporteurs prend néanmoins sa défense au motif qu’elle est locale et donc légitime. Certain évoquent même un plaisir certain à créer un véritable capharnaüm sonore qui échappe au contrôle des organisateurs et diffuseurs. La vuvuzela permet le détournement de la règle et d’énerver les organisateurs du spectacle avec lesquels les supporteurs entretiennent parfois des rapports conflictuels. Elle est un pied de nez à la FIFA.

Les diffuseurs (chaînes de télévision et radio) doivent rapidement trouver une parade à l’instrument de parade… Plus question de multiplier les micros d’ambiance auprès des tribunes populaires. Les commentateurs doivent s’équiper de microphones spéciaux censés atténuer le vacarme et de casques utilisés pour les retransmissions de courses de Formule 1.

Conclusion
La vuvuzela ne peut être politiquement bannie en plein milieu de la compétition. Les organisateurs de spectacles sportifs et les gestionnaires de stade en tireront cependant toutes les leçons. La trompette est aujourd’hui tellement renommée qu’elle est spécifiquement interdite à travers le monde entier dans certains stades et lors de certains tournois de football, mais aussi de cricket, de baseball, d’ultimate fight, de hockey, de basket-ball, de rugby, de tennis, etc.

Les organisateurs de spectacle sportifs – dans notre cas la FIFA et les chaînes de télévision diffusant la coupe du monde de football – attribuent aux supporteurs et aux fans le double rôle d’acheter des billets, mais aussi d’aider gratuitement à la commercialisation des places restantes auprès des autres spectateurs. Quand l’absence des premiers est potentiellement trop risquée économiquement, ils n’hésitent pas à encourager les passions, si ce n’est exacerber les tensions afin de mieux commercialiser l’événement auprès des diffuseurs. Tant pis si le phénomène leur échappe et que des excès en sont la conséquence. Ils les dénonceront comme pour la vuvuzela ou s’excuseront platement :

« Pour rendre le derby FC Zürich-Grasshoppers Zürich (0-1), plus attractif et plus passionnant, la chaîne de télévision suisse SRF a rajouté au son des bruits de foules et des chants de supporters. Problème, la supercherie a vite été découverte puisque les dix premières minutes de la rencontre se sont déroulées dans un stade Letzigrund désert, les supporters des deux équipes ayant décidé de manifester leur mécontentement envers la répression contre les ultras. SRF s’est depuis excusé : “Dans le but de rendre le match le plus attractif possible, des chants de supporters ont été rajoutés, a indiqué la chaîne dans un communiqué. Cette décision a été prise sous la pression. C’était une erreur. Nous nous excusons. La manipulation de son ou d’images n’est pas autorisée.” »[4]

Cet article est issu des Actes du 3e Congrès international sur les Ambiances, “Ατμοσφάιρες Αυριο – Ambiances demain – Ambiances, tomorrow”, Volos (Gr), Sep. 2016, sous la direction de Nicolas REMY et Nicolas TIXIER, Volos: International ambiances network & University of Thessaly (Dept. of Architecture), 2016, vol. 2, pp. 963-968, ill.

Bibliographie

Bale J. (2011), Sport, Space and the City, Caldwell (NJ), Blackburn Press (première éd. 1993)
Raspaud M. (2010), Histoire du football au Brésil, Paris, Ed. Chandeigne
Roux J.-M. (2014), L’ambiance des stades, Urbanisme, 393
Sansot P. (1986), Vers une sociologie des émotions sportives, in Sansot P., Les formes sensibles de la vie sociale, Paris, PUF
Swanepoel DW, Hall III J, Koekemoer D (2010), Vuvuzela – good for your team, bad for your ears, South African Medical Journal, 100 (2), Cape Town, South Africa, pp. 99–100.
Taylor P. (1990), The Hillsborough Stadium Disaster, 15 April 1989. Inquiry by the RT Hon. Lord Justice Taylor, Final Report, Presented to Parliament by the Secretary of State for the Home Department by Command of Her Majesty, Londres, HMSO, Home Office

[1] http://www.lemonde.fr/sport/article/2010/06/16/rehabilitation-en-musique-du-vuvuzela_1373625_3242.html
[2] http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Des-chants-de-fans-rajoutes-a-la-tele/371124, 15 mai 2013.
[3] Fédération Internationale de Football Association (FIFA), Union Européenne des Associations de Football (UEFA) et Fédération Française de Football (FFF).
[4]http://www.uefa.com/MultimediaFiles/Download/competitions/Ticketing/02/25/56/32/2255632_DOWNLOAD.pdf