Archives par mot-clé : Florianópolis

« Dans l’attente de vous revoir » suite et fin

Jour de match
Le centre-ville étant inaccessible en raison du 10e marathon international, nous allons voir la lagune intérieure, un haut lieu du tourisme de l’île. Tout au bout, se trouve une plage paisible et populaire. La plage de Barra da Lagoa est située sur le côté Atlantique de l’île, à l’endroit où la lagune est reliée à l’océan par un chenal. Nombre de supporteurs des Corinthians y sont venus pour passer un week-end à la plage en louant les villas alentours. Nous les croisons, drapeau sur le dos, marchant sur la plage ou préparant les barbecues dans les villas, les drapeaux du club en évidence sur les terrasses. L’ambiance est paisible.

La plage de Barra da Lagoa

Le repas du dimanche a lieu à 15h00. Au menu: « anchova frita com pirão de caldo de peixe », « arroz branco, feijão e camarão ensopado com chuchu » et « torta de maçã ». Elson possède une collection de maillots de son équipe. Il y en a un très spécial, édité par l’équipementier en l’hommage à l’équipe de France 98. Il est floqué à son nom, avec le n° 50. C’est le numéro qui le désignait lors des élections municipales et législatives auxquelles il a pris part dans les dernières années. Est-il inquiet de perdre certaines voix de citoyens supportant Figueirense ? Pas le moins du monde. Son engagement est de notoriété publique et sujet de plaisanteries amicales quand les gens l’interpellent dans la rue. Mon vieux t-shirt d’Avaí que j’avais emporté pour l’occasion est sale… Elson me prête un maillot d’Avaí prélevé dans sa collection. C’est le maillot de la montée en Série A, à rayures verticales blanches et bleues. Très proche de celui du GF38 dont Elson possède aussi une copie. Un bon signe ?

L’heure d’y aller
La tension monte au sujet de l’horaire. Il faut d’abord passer en ville poser leur fille mais la circulation est anormalement lente. Elson regarde le meilleur chemin sur Waze. Le ralentissement se situe le long de la baie nord, à Beiramar, un quartier chic de la ville, à la hauteur d’une manifestation pro-Bolsonaro, drapée de bannières brésiliennes. Les manifestants chantent des slogans à la gloire de leur président et en appellent à jeter dehors les voleurs. Nous déposons la jeune fille tout près de l’ancien stade d’Avaí. Le site appartenait à l’église catholique. A la suite d’un montage immobilier complexe, le terrain a été loti pour faire un centre commercial et le club s’est vu offrir le stade actuel, situé hors la ville. L’un des condominiums de logements à coté du centre commercial rappelle l’ancien stade : le « Campo da Liga ».

Rua Julio da Silva Rodrigues

L’accès au stade est rendu compliqué par des travaux de voirie. Heureusement Elson connait les chemins de traverse qui évitent une partie de l’attente. Nous contournons tout le stade pour nous garer dans un quartier populaire où le stationnement est aisé, rua Julio da Silva Rodrigues. Nous terminerons à pied. La rue possède une chaussée faite d’étranges tommettes de béton. Un Avaí FC a été peint à la peinture blanche, il y a sans doute bien longtemps, sur un mur de briques à peine fini d’une petite maison. Premier signe territorial du club. Modeste. Le match commence dans presque une heure. Stella taquine Elson. Nous n’étions finalement pas tellement en retard. La crainte d’Elson n’était pas d’arriver après le coup d’envoi. Elle était de ne pas avoir le temps de prendre le temps autour du stade. Le stade ne s’impose pas par sa taille dans son environnement. Il s’insère modestement dans ce tissu pavillonnaire de villas d’un étage tout au plus.

Nous passons devant le local des ultras de la Mancha Azul. Net changement d’ambiance par rapport à hier. Les ultras colonisent l’espace public sur une centaine de mètres autour du local. L’odeur de cannabis est prégnante. Ils boivent et mangent en petits groupes autour du coffre arrière des voitures dans lesquelles se trouvent parfois un ampli « crachant du gros son ». Ils portent les tenues bleues et blanches de la Mancha ou le maillot officiel du club, pas forcément le dernier en date. Des vêtements très loose et les sonos de voiture donnent un aspect mexicano à la rue. Nous ne sentons pas vraiment de tension même si la Mancha azul est liée à la Manche verde de Palmeiras, le rival pauliste des Corinthians, dont l’un des groupes ultras, les Gaviões da fiel (quelque chose comme les « faucons fidèles »)[1] sont apparentés aux ultras de Figueirense. Les forces de l’ordre, dont la police montée, sont présentes mais pas franchement en nombre. Elles se contentent d’être visibles.

Le siège de la Mancha azul

La rue devant le stade n’est pas fermée à la circulation mais celle-ci est réduite car les bars, hier fermés, débordent presque jusque sur la voie publique et que les passants ne se soucient guère des véhicules. Il y a nombre de vendeurs de rue : brochettes de viande roulées dans le manioc et bières tirées de grandes glacières en polystyrène. L’ambiance est paisible, entre chien et loup, les murs bleus du stade et des bars se fondant dans celui du ciel. Des tracs annoncent une prochaine feijoada pour fêter le 96e anniversaire du club[2].

Vendeurs à la sauvette

Nous contournons les trois-quarts du stade pour gagner la porte par laquelle nous rentrerons. Nous avons le temps. Elson présentent brièvement à des connaissances incrédules les « fameux supporters français d’Avaí ». La barrière de la langue (l’anglais ne faisant pas le pont) limite les échanges. Un supporteur d’Avaí me dit qu’il joue avec l’équipe de Grenoble à la Playstation. C’est donc possible ? Un combi Wolkswagen a été transformé en brasserie ambulante. Il sert directement plusieurs variétés de bière pression d’une micro-brasserie locale, la Kairós : IPA, APA, Blond Butiá (un fruit local) et Pilsen, le tout pour 10 R$ (2.23 €). Le combi Volkswagen est un des symboles de l’île et de ses surfeurs[3].

Le combi Volkswagen à bière

L’entrée au stade
Le stadier chargé de la fouille à l’entrée s’inquiète de la présence d’un stylo encre et d’un marqueur dans ma poche. Elson a changé de tribune depuis la dernière fois et la couverture de la latérale. Les personnes qu’on y trouve râlent moins qu’en tribune présidentielle. Il a une place à son nom mais ne s’y assit guère. Il préfère un meilleur emplacement.

Nous observons le virage des visiteurs et notons la présence des groupes ultras à leur bâches : les Gaviões da Fiel occupent le centre du virage et doivent être logiquement le groupe le plus puissant. Sur leur droite, les membres du Pavilhão nove (« pavillon 9 ») du nom d’un bâtiment d’une prison de São Paulo. Sur leur gauche, la Camisa 12 et l’Estopim da Fiel[1]. Le Macabra ferment la marche au contact de la tribune présidentielle. Ils sont en place bien avant la Mancha azul qui rentre peu avant le match. Elle n’a pas de raison de se presser : il n’y a pas de tifo. Les visiteurs n’ont pas pris la peine de rentrer quoique ce soit pour en organiser un, non plus.

Le stade est plutôt bien rempli si on considère qu’Avaí reste sur une série de quinze matchs sans victoire. On dit que les Paulistes sont 3000 dans le virage et qu’ils ont acheté un millier de places ailleurs dans les tribunes. On les repère à l’absence de signes distinctifs d’Avaí. Enfin, « on » … Elson les repère car il y a beaucoup de personnes sans signe distinctif et que nous ne faisons pas bien le distingo. Si, les Paulistes ne reprennent pas l’hymne de l’Etat de Santa Catarina. Personne d’ailleurs ne chante l’hymne brésilien qui est joué par la fanfare de l’armée dans une indifférence polie de la part des supporteurs d’Avaí et est couvert par les chants des ultras des Corinthians.

Le speaker annonce que les chants et banderoles à caractère raciste, homophobe, sexiste ou discriminatoire feront l’objet d’un rapport du corps arbitral. Le match peut commencer.


Cite this article as: Jean-Michel ROUX, « Dans l’attente de vous revoir » suite et fin, in Au stade des villes, 17/03/2020, https://stade.hypotheses.org/2313, ISSN format électronique 2556-6563.

[1] http://estopimdafiel.com.br/index.php/historia/

[1] Le Grêmio Recreativo Cultural e Escola de Samba Gaviões da Fiel Torcida (G.R.C.E.S. Gaviões da Fiel Torcida) est tout à la fois un groupe de supporteurs du Sport Club Corinthians Paulista et une école de samba. Il a été fondé en 1969 et compterait quelques 120 000 membres et plus de 500 000 followers sur Facebook (https://www.facebook.com/gavioesoficial/).

[2] La feijoada est un plat traditionnel du Portugal et du Brésil, composé de riz blanc, d’haricots noirs et de viande de porc, servis séparément dans l’assiette. La viande de porc comprend des morceaux salés, séchés, des saucisses ainsi que certaines parties peu nobles du porc (queue, oreilles, peau, pattes, os…). Au Brésil, elle est servie accompagnée de riz, de farofa (farine de manioc torréfiée), de couve a mineira (chou vert revenu dans le beurre), de torresmo (peau de porc grillée), de frites de manioc et de fines tranches d’oranges.

[3] Le combi a été produit au Brésil jusqu’en 2013 et se trouve partout dans l’île, en porte-clefs ou en vrai. Quant à la bière, l’Etat de Santa Catarina en est un gros producteur. La ville de Blumenau y organiserait même la plus grande Oktober fest du monde après celle de Munich, avec 700 000 participants… .

Dans l’Attente de vous revoir. Avaí -Corinthians

Le temps du match est une notion extensible. C’est bien entendu l’échelle du match et ses 90 ou 120 min de jeu – pour ne prendre en compte que le football – mais aussi les longues heures d’attente à l’échelle de la journée, de la semaine, voire de la trêve hivernale ou estivale. Le temps de l’attente est rythmé par l’achat du billet, le déplacement et les discussions autour du prochain match. Ce dernier commence souvent la veille au soir ou tôt le matin quand on se déplace en bus, en train, en voiture, parfois à l’autre bout du pays, depuis un bar, un parking, une entrée ou aire d’autoroute. Pour Avaí-Corinthians (Série A brésilienne), notre match a commencé dès l’achat des billets… d’avion.

L’attente
Le match a commencé à la prise des billets… d’avion pour participer avec mon épouse à un colloque d’urbanisme à l’Université Fédérale de Santa Catarina, au sud du Brésil. Je pensais avoir pris en compte tous les critères (dates du colloque, prix en fonction de la compagnie et du nombre d’escales, nombre de jours sur place, décalage horaire, durée d’absence acceptable par les enfants) mais pas le calendrier du championnat national brésilien de Série A, la première division. Mon collègue et ami, Elson, est fan de l’Avaí FC qui joue à Florianópolis le jour du départ. Nous reculons donc le retour de deux jours. J’ai eu si souvent la frustration d’aller chaque année en Tunisie sans pouvoir assister un match du CSS (Sfax) que l’occasion est trop belle pour la laisser passer[1].

L’attente du match dure toute la semaine que nous passons ensemble. Elle passe par la lecture quotidienne du journal local (Díario Catarinense) et le suivi des réseaux sociaux. L’actualité sportive est mauvaise. Le petit club est englué à la dernière place, sans aucun succès après 15 journées et les supporteurs ne croient déjà plus au maintien. Ils se remontent le moral en se comparant à l’autre club de la ville, Figueirense Futebol Clube, qui est lui-aussi en difficulté, mais dans la division inférieure. Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Figueirense fait face à une grève de ses joueurs qui seraient impayés depuis des mois pour certains. Le refus de jouer un match engendre un match perdu par forfait (0-3) et une sanction d’un point.

Des gobelets avaient été imprimés à l’occasion du match. Ils ne seront pas perdus pour tout le monde. Les fans d’Avaí les achètent sur internet. Ils seront l’objet de plaisanteries futures. Le prolongement de la grève entrainerait une relégation automatique. Les fans d’Avaí n’osent pas y croire. Ils ont raison. La grève s’arrêtera dans la semaine sans que les joueurs n’aient obtenu grand-chose. Ils peuvent être remplacées. Figueirense fait match nul et reste sous la menace de la zone de relégation.

Quelle est la différence entre les deux clubs ? Il n’y aucune différence sociale, géographique, religieuse, politique entre les supporteurs des deux équipes. De simples affinités de familles plus ou moins héréditaires. Chacun choisit son club et n’en change plus, c’est tout. Elson a eu très peur, quand son aînée, alors incertaine sur sa future affiliation, a failli choisir l’autre club, à une époque où le sien enchaînaient les défaites. Sa deuxième fille ne s’intéresse pas au foot, c’est moins problématique.

Un soir de caïpirinha et de samba, nous écoutons l’hymne officiel d’Avaí. Il en existe deux versions, portugaise et française. Le compositeur, un ancien député fédéral qui s’appelle Fernando, a lui-même traduit l’hymne et l’a enregistré sur une bossa nova. Elson est non seulement géographe et fan d’Avaí, c’est aussi un grand spécialiste de samba. Il écrit parfois l’enredos[2] du défilé de samba de son école, les Protegidos da Princesa[3], avec laquelle il a déjà remporté le carnaval de Florianópolis. Ce dernier se déroule dans un « sambodrome »[4] de plus de 10 000 places, la Passarela Nego Quirido, quand les deux stades de football de la ville ne font respectivement que 16 000 et 19 900 places. En 2001, les Protegidos da Princesa l’avaient emportée avec un spectacle consacré à l’idole de la ville, le tennisman Gustavo Kuerten, triple vainqueur à Roland-Garros. L’Equipe magazine avait interviewé Elson et écorné au passage Avaí : « Avaí, la risée de Florianópolis. Au stade, en pleine nature, près de l’aéroport, une peinture écaillée, dans le haut du virage nord, rappelle le titre de « Campeão Brasileiro 1998 ». En plus petit, est écrit « Da Série C », la troisième division. Guga est supporteur n°1 »[5].

Le samedi matin au stade
Nous nous levons de bonne heure pour aller au stade récupérer le billet gratuit auquel chaque socio a droit. Un collègue de la faculté a laissé son abonnement. Nous pourrons donc y aller à quatre, avec nos épouses respectives. Celle d’Elson dit peu venir au match : huit à neuf fois par saison… Nous parlons du match dans la voiture et des travaux au stade depuis ma dernière visite en 2009.

Nous récupérons sans problème les billets gratuits. Il n’y a pas vraiment d’affluence. Sans doute parce que les abonnés ne croient guère dans une remontée de leur équipe et que dans quelques semaines, Avaí recevra des équipes encore plus populaires comme Flamengo. Les équipes paulistes (São Paulo) et cariocas (Rio de Janeiro) ont de nombreux fans dans la ville de Florianópolis et l’Etat de Santa Catarina. Certains habitants viennent de ces villes. Les locaux ont aussi l’ancienne habitude de soutenir un club des grandes villes, parfois en plus d’un club local ; souvenir du temps pas si lointain (jusqu’en 1971) où le championnat national n’existait pas et où tout le Brésil s’intéressait aux championnats de Rio et SP qui étaient plus largement médiatisés.

La buvette est entièrement recouverte de carrelage bleu et blanc, lointaine évocation des azulejos portugais. Les îliens se plaisent à dire que Florianópolis a été fondée par des Açoréens et qu’elle mérite le titre de 10e île de l’archipel portugais. A la droite de la buvette, un mur rappelle toutes les grandes dates du club : le titre national de champion du Brésil en 1998 (de Série C dirait L’Equipe…), les titres de champion de l’Etat (pas tous) et les travaux d’aménagement du stade comme le récent éclairage par led qui laisse les ultras dans la pénombre.

La buvette aux azulejos
La buvette aux azulejos

Une salle fermée, contient un mémorial des joueurs (memorial dos atletas). Peut-être une sorte de musée ? A la gauche de la buvette, se trouve un mur d’honneur des supporteurs. Il égrène une impressionnante liste de supporteurs décédés, les torcedor eterno. A ces côtés, se trouve une œuvre d’art protégée par une barrière. Il s’agit d’une vache, presque à taille réelle, de couleur bleue, et qui semble recouverte d’un drapeau du club et de napperons en dentelle. Allusion à un artisanat qui perdure encore, tant bien que mal, dans l’île.

La vache bleue aux dentelles

De l’autre côté de la rampe menant aux gradins, se trouve une seconde buvette, elle-aussi entièrement carrelée et un authentique autel avec une statue en bois de la « sainte vierge de la Ressacada », accompagnée d’un lion et d’autres statues plus ou moins religieuses dont deux vierges Marie. Nossa Senhora da Ressacada, sainte patronne du club d’Avaí, possède sa propre prière qu’il est possible de se procurer en boutique du club[8].

Nossa Senhora da Ressacada, ora pro nobis

L’intérieur du stade montre des tribunes qui ont reçu un sérieux coup de jeune depuis ma première visite. Le tout est fraîchement repeint aux couleurs du club. Elles sont encore en travaux avec le remplacement des vieux sièges métalliques avec leur mono-accoudoir gauche pour des sièges baquet en plastique.

Assises en transition

L’éclairage a été changé pour faire place à des leds et une tribune basse, au-dessus de la fosse, a été ajoutée en tribune d’honneur. Cette dernière est désormais couverte. Il ne reste plus que les deux virages à devoir subir les foudres du climat pluvieux de l’île (de 6 à 16 jours de pluie en moyenne par mois). L’absence partielle de toiture permet d’avoir encore une vue sur la ville alentours, le quartier de Carianos et les montagnes de l’île dans le lointain. Un écran, pas géant, permet de diffuser des images. Il est situé au-dessus du virage des visiteurs. Un message plein d’optimisme l’encadre. On y voit un lion rugir avec la mention : « le lion dans son habitat : Avaí en série A».

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Dans l’Attente de vous revoir. Avaí -Corinthians, in Au stade des villes, 17/03/2020, https://stade.hypotheses.org/2307, ISSN format électronique 2556-6563.

[1] J’aurai tout de même la frustration de rater la même opportunité à Rio. Christiane, une collègue de l’Université Fédérale voulait me faire découvrir son club de cœur, Flamengo, qui devait jouer pendant mon séjour, au stade Engenhão, contre Vasco. Tout était organisé jusqu’à ce que Vasco délocalise le match à Brasilia. Ce type de délocalisation serait assez classique au Brésil mais traumatique pour les supporteurs qui ont parfois pris des abonnements en prévision de ces « matchs de gala ».

[2] Le sujet que chaque école de samba présente au public.

[3] La Protegidos da Princesa désigne en brésilien, les « protégés de la princesse », référence aux esclaves affranchis par une princesse brésilienne.

[4] Le sambodrome (sambódromo) est un équipement destiné à l’accueil des défilés de samba, d’une forme rectangulaire et constitué d’une série de tribunes à ciel ouvert se faisant face de part et d’autre d’un espace central d’une douzaine de mètres, réservé aux participants. Celui de Rio mesure quelques 800 m. de long et peut accueillir près de 88 000 spectateurs.

[5] Stéfan L’Hermitte (texte) et Jérôme Prévost (photos), « Guga. Une folie brésilienne », in « Terre! Gustavo Kuerten débarque à Paris pour enflammer Roland-Garros », L’Equipe magazine, 26 mai 2001, n°994.

[6] La boutique du club est bizarrement fermée après les matchs.

[7] Pont Hercílio Luz, https://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_Herc%C3%ADlio_Luz

[8] « Oração a Nossa Senhora da Ressacada », texte de Pe. Ney Brasil et Ademar A. Cirimbelli, musique de Pe. Ney Brasil, 2016.

Récit de l’auteur. Partie 2/4 – déplacement(s)

2e partie de mon « récit de vie ».

Déplacement(s)
Comme beaucoup de « Stéphs », le bac m’a ouvert les portes de l’université. Il m’a aussi fait prendre la porte de la Loire.

L’université à Grenoble puis la vie qui oscillent des années durant entre capitales des Alpes, des Gaules et du Forez. Les années passant les retours aux sources s’estompent : hebdomadaires, mensuels, occasionnels, exceptionnels. Et sans qu’on y prenne garde, l’installation devient pérenne en Dauphiné. Sainté, Lyon, Grenoble, modeste drang nach osten. Je dois bien reconnaître, après 25 ans de vie grenobloise intermittente, un certain attachement à cette ville qui m’a poli, rendu plus urbain et civil. Par contre, je ne me suis pas attaché à ses clubs et ses stades. J’ai bien essayé mais je n’ai jamais pu supporter d’autres équipes. Je suis toujours, quelque part, un Ligérien déplacé.

A la fac, j’ai rencontré des tas de fans de foot et on a souvent sympathisé autour de nos clubs respectifs. Je garde d’ailleurs un œil distrait mais plein de tendresse sur ces derniers, mais je ne peux m’en sentir vraiment supporteur, tout au plus un lointain compagnon de route. De plus, il y a quelque de chose de troublant avec ces clubs. Tous jouent en bleu et arborent un lion sur le poitrail. J’ai suivi une douzaine de matchs de Macclesfield Town dans les profondeurs des divisions anglaises pour accompagner Franck et Brad, suivi à distance le Brescia de Silvano ; j’ai même assisté à un match de l’Avaí d’Elson, l’une des deux équipes de Florianópolis au Brésil. Il a fallu que cela soit celle qui joue en bleu avec un lion comme emblème alors que l’autre, Figuerense, joue en vert et blanc. Ces clubs-là cherchent-ils à me faire passer un message subliminal ? Vis-je dans le déni ?

J’habite Grenoble mais je suis toujours habité par Sainté. J’enseigne l’urbanisme et la géographie à partir du prisme des stades. Folle idée ? Habile manière d’articuler travail et loisirs ? Comme beaucoup de petits garçons j’ai appris très tôt que les cartes de géographie de l’école primaire étaient bien incomplètes et sélectives. Qu’il n’y avait pas dans l’Hexagone que quatre fleuves et des chefs-lieux de département. Qu’il existait des géographies parallèles. Leurs cartes incluaient les seconds couteaux du maillage administratifs, les oubliés de la Modernité, les eaux de boudin de l’industrie. L’album Panini constituait leur Who’s who : Saint-Etienne, Gueugnon, Noeux-les-Mines, Saint-Ouen, Le Havre, Brest, Mulhouse, Abbeville, Montceau-les-Mines, Alès, Roubaix, etc. Des noms parfois connus des seuls lecteurs nostalgiques du Tour de France par deux enfants.

Avec mes cousins, nous témoignions d’un vrai enthousiasme à mémoriser les noms de ville et de stade. Nous répétions nos leçons, lors des soirées pyjama des grandes vacances. Stade Bauer ? Red Star. Francis-Le Blé ? Brest. Jules-Deschaseaux ? Le Havre. J’ai fais le déplacement avec mon cousin, 25 ans plus tard, un jour d’hiver au « Jean-Laville » de Gueugnon, en passant par les départementales enneigés du Roannais. Nulle indication de la ville à plus de 10 km de la destination, nulle étoile ou pylône guidant le berger. Certaines de ces villes ont été tout autant rayées de la carte par leur relégation sportive que par la fermeture de leurs usines et mines.

Nos cartes d’Europe étaient tout aussi loufoques, sensibles, légendaires. Elles indiquaient que les Bohémiens avaient poussé leurs roulottes non seulement jusqu’à Prague mais jusqu’à Dublin, que les chemins de saint Paul l’avait amené jusqu’aux bas-fonds du port de Hambourg, qu’AZ 67 n’était pas un modèle de fusil mais de club hollandais, que le hameau de l’ouest (West Ham) se plaçait en fait à l’Est de la carte de Londres, etc. Mais on se doutait bien, avant nos diplomates et sans prérequis en géopolitique, que la Yougoslavie ne serait pas éternelle. Il suffisait de suivre les frictions entre factions rivales d’Hadjuk et du Dinamo avec celles du Partizan ou de l’Etoile Rouge.

A suivre…