Archives par mot-clé : Hamam Lif

Observations. CSS-CO Hamam Lif

Dans le cadre du 8e atelier de coopération internationale en urbanisme que le master «Urbanisme & Coopération internationale» de l’IUGA organise chaque année à Sfax (Tunisie) avec ses partenaires de Université de Sfax et du département d’architecture de l’IIT), j’ai assisté à un match du championnat tunisien de football entre le club local et le CO Hamam Lif. Il s’agissait pour les étudiants d’observer le temps du match dans le cadre d’une étude plus globale sur le stade Taïeb M’hiri.

Le match se déroule le 23 novembre 2019 à 14 heures dans de bonnes conditions atmosphériques (température clémente, temps sec et dégagé). Il a bien failli ne pas se tenir, frappé dans un premier temps par un huis-clos. Les étudiants français et tunisiens ont prévu un protocole d’enquête à partir d’observations aux abords du stade et dans l’enceinte (avant le match) puis d’entretiens et de cartes mentales auprès des spectateurs et usagers du stade pendant le match. La Police va en perturber le bon déroulement. Je fais équipe avec Toinon.

Observation des abords, groupe Sud-Est, face à la station Total

[13.04-13.09] flux se dirigeant vers le stade – en parallèle au comptage des véhicules et piétons

Nous sommes assis sur les marches d’un immeuble, face à la station Total. L’odeur des gaz d’échappement est prégnante. Le trafic est lent mais fluide (env. 20 km/h), sur une seule voie et dans une ambiance assez calme. Il est plus chargé de l’autre côté. Les véhicules sont régulièrement à l’arrêt et les gens klaxonnent. Ils roulent sur deux voies. Un vélo puis un scooter remonte à contre-sens. Une mobylette zarka avec son couffin passe poussivement. Deux piétons passent à notre hauteur. Deux bus de la Soretras se croisent. Les chauffeurs se font signe et klaxonnent amicalement.

[13.11-13.16] flux se dirigeant loin du stade – en parallèle au comptage des véhicules et piétons

Le trafic en direction du stade se densifie. Des scooters se glissent entre les voitures dont un conduit par un papa avec deux enfants, l’un entre ses jambes et l’autre sur le siège arrière. Sans casque. De l’autre côté, les deux roues gagnent quelques places en passant par la station-essence. Des voitures semblent adopter une stratégie d’évitement des bouchons en prenant au dernier moment une ruelle s’engageant sur la droite après la station.

En direction du stade, le trafic est désormais en deux fois deux voies, à la hauteur de la station, souvent sous l’influence des taxis.

Observation des abords du stade

[13.20] On se dirige vers le stade en remontant la rue (voie x) vers le nord. Il n’y a autour de nous aucun personne arborant les couleurs de l’une ou l’autre des équipes. La route est en mode 2×2 voies.

Nous passons à la hauteur de la borne km1. Une femme mendie dans la rue avec ses trois enfants. A l’angle de la rue, une autre femme et ses enfants l’imitent, assis sur les marches d’un immeuble. Au croisement, à la hauteur du feu tricolore, un policier règle le trafic. Malgré sa présence, la traversée de la chaussée est périlleuse. La rue à droite est presque vide (dir. sud-sud-est).

Périmètre d’exclusion des véhicules

Des barrières marquent l’entrée de la zone interdite aux véhicules. Les policiers sont très présents dans l’espace. L’un d’eux nous demandent notre abonnement. Il nous laisse progresser vers le stade après avoir lu brièvement notre lettre à l’en-tête du CSS. 

[13.27] Adrien nous appelle. Les deux groupes qui devaient entrer plus tôt que nous dans le stade, par la porte de Soukra, et se répartir dans les tribunes nous attendent. Ils ont été bloqués à l’entrée. Un policier en civil nous avait pourtant assuré que cela n’était pas un souci[1].

Porte de Soukra, entrée du stade Taïeb M’hiri

Nous retrouvons les autres à la porte de Soukra. Une vingtaine de policiers se trouvent entre le contrôle et la porte. Certains en tenue (G.I.C.), d’autres en civil. Certains étudiants tunisiens sont visiblement stressés. Ils servent d’intermédiaire avec les policiers arabophones. Les consignes sont claires : entrée collective et direction vers les loges où il nous sera interdit de changer de secteur. Les filles passent en première le contrôle policier. Nous sommes sommairement fouillés.

Dans le stade avant le match

Nous sommes dirigés vers la tribune d’honneur, au bout de la porte de Soukra. Nous longeons les terrains annexes. Nous sommes escortés dans une loge, sur la droite du salon d’honneur. Elle est minuscule, composée d’une petite pièce carrée avec télé, mini-frigo et deux fauteuils et un balcon en tribune. Il peut contenir une douzaine de personnes, sur des chaises rouges. Une partie de nous y prend place, les autres restent debout dans la pièce. La police et le gestionnaire du stade qui nous accompagne (nous l’avons rencontré plus tôt dans la semaine), palabrent un moment. Nous sommes orientés vers une autre loge dont le balcon est plus spacieux. Il se situe de l’autre côté du salon d’honneur, à la limite avec le virage ouest (côté supporteurs ultras).

Limite entre les loges et le virage ultra

C’est le balcon où prennent place les joueurs blessés et ceux qui n’ont pas été inscrits sur la feuille de match. S’y trouve aussi un de leur copain, notre chauffeur de bus de l’université !

Tifo d’avant-match

[13.52] Premiers chants et tambours dans le virage.

[13.56] Toutes les bâches des groupes ultras sont déployées, à l’envers. Un voile « carton rouge » est déployé en bloc Fighters 03 (F’03). Les joueurs nous expliquent qu’il s’agit d’une manière pour les groupes de protester contre le président du club. Quatre drapeaux de la Palestine s’agitent dans le bloc F’03. Les étudiants expliquent qu’il est courant de marquer ainsi son soutien à la « cause palestinienne ». Les F’03 ont posé sur leur bâche un portrait au pochoir d’un de leur membre, récemment décédé.

Bâches à l’envers

Le virage est composé de groupes de supporters clairement reconnaissables par leur posture (assis/debout) ou leur bâche. Les groupes sont clairsemés et du vide les sépare. Du sud-ouest (le proche de nous) au nord-ouest, nous observons des supporters sans appartenance partisane, tous assis ; les Drughi, les Black & White Fighters’03, groupe le plus nombreux et occupant le centre du virage ; les Raged Boys 07 ; les Leoni et enfin les Ultras Sfaxiens, au contact de la tribune centrale. Une trentaine de policiers, certains en tenue anti-émeute, leur font face sur la pelouse.

[13.56] Seuls les F’03 et les Raged Boys sautent dans la tribune. Ils chantent, en arabe, « que Dieu soit avec le CSS ». L’autre virage (côté est ou ville) reçoit les supporteurs du CS Hamam Lif dans le secteur « Chaise 11 ». Ils sont 28 ou 29 selon nos comptages hésitant sur la présence ou non d’un policier parmi eux. Les autres « chaises » (9, 10, 12, 13 et 14) sont entièrement vides. 

Le virage des ultras d’Hamam Lif

La première mi-temps du match

[14.05 env.] On nous sert un thé à la menthe dans de petits gobelets en carton. 

[14.14] Les groupes ultras se sont légèrement étoffés. Les Leoni ont pris leur temps à rejoindre leur place. Ils sautent maintenant pour accompagner les F’03. Ultras Sfaxiens et Drughi sont assis ; les Raged boys debout sans sauter. Les F’03 semblent entonner un chant ressemblant vaguement, mais vaguement alors, à la chanson de lutte italienne « Bella Ciao ».

Nous observons avec les étudiantes tunisiennes le virage et nous ne parvenons à identifier qu’une seule femme (« chaise 3 »), bien loin des trente pourcents de femmes dont nous parlaient les socios plus tôt dans la semaine. En chaise 2, en-dessous de notre balcon, nous observons trois femmes. Notre balcon se compose de 17 étudiants et enseignant et de 7 joueurs. Il y a 8 étudiantes. Le fameux tiers est atteint.

Mi-temps

Nous sommes véritablement à huis-clos. Pas question de sortir : les étudiants tunisiens nous en empêchent, de peur d’être expulsés. Le buffet de la loge se compose d’une assiette de gâteaux et d’un pack de bouteilles d’eau minérale. Certains étudiants profitent de la pause pour interroger les joueurs et notre chauffeur.

Nous achetons des kloubs tunisiennes (graines de tournesol noires et rondes) à un vendeur de la « chaise 2 » qui nous les fait passer en tendant les bras. Un dinar le sachet. La tribune est couverte de kloubs tunisiennes et turques, crachées par terre. Les programmes du match, posés sur chaque siège, n’ont pas trouvés preneurs.

Sièges vides, programmes et kloubs

[15.00] Sur le terrain annexe de droite, des hommes se sont rassemblés pour la prière.

[15.10] Les F’03 réutilisent le voile rouge du début de match pour le convertir en triangle qui servira à la confection d’un tifo reprenant le drapeau palestinien. Les quatre autres drapeaux sont ressortis.

Tifo hommage à la Palestine

La seconde mi-temps du match

La « Chaise 8 » est désormais pleine. Des spectateurs et supporteurs se sont déplacés en tribune centrale pour se rapprocher des buts vers lesquels le CSS attaque.

A parti de la 70e minutes, le public commence à se tendre, s’agiter, se mettre debout dans les chaises et les balcons jusqu’au but du CSS qui les délivre.

Fin de match. CSS 1 (0) – 0 (0) CO Hamam Lif

[16.00] Le stade se vide immédiatement au coup de sifflet final.

[16.06] La circulation est rétablie et le trafic est faible. Elle a peut-être été rétablie bien avant ceci-dit.

[16.15] La grille de la porte de Soukra est déjà fermée. Les abords du stade sont vides, les cafés aussi, sans présence de supporters. Tout le monde est rentré à la maison.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Observations. CSS-CO Hamam Lif, in Au stade des villes, 17/03/2020, https://stade.hypotheses.org/2337, ISSN format électronique 2556-6563.

[1] Il y a deux ans, lors d’un match précédent, la lettre nous donnant accès au stade avait été visée par la Police les jours avant le match. L’absence de ce visa expliquerait que la Police ne nous avait pas prévu au stade et ne souhaitait pas nous faire prendre de risque.