Archives par mot-clé : Handicap

Angoisse et calme d’une première rencontre au Taïeb M’hiri

Mieux vaut tard que jamais, voici le neuvième et dernier volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’une étudiante française du master grenoblois, Alicia.

Jeudi 16 novembre 2017, dans le cadre de notre étude portant sur les équipements sportifs de la ville de Sfax, nous nous sommes rendus au stade Taïeb M’hiri pour assister à un match de football opposant le CSS à l’équipe de Medenine. L’objectif de cette démarche était double.  Il s’agissait à la fois de pouvoir évaluer l’état du stade et ses abords en période de match ainsi que de se faire une idée de l’ambiance qui entourait le match, dans la perspective de mieux comprendre les sentiments d’appartenance de la population au CSS.

Il me paraît important de préciser ici que je n’ai jamais assisté à un match, ni de foot, ni d’aucun sport collectif. Ce moment avait donc une signification particulière pour moi.  Après de nombreuses heures à travailler sur la place du foot, et plus encore du CSS à Sfax, la théorie prenait forme sous mes yeux. Ce détail, n’en n’est pas un parce que le récit de mon vécu de cette soirée de match en est grandement influencé.

Se rendre au stade
La soirée du match a été particulière pour Florence et moi. Nous ne nous sommes pas rendus au stade avec le reste de nos camarades car nous étions en charge de nous occuper de Sami. Sami est un jeune homme malvoyant que nous avons pu rencontrer grâce à l’association des malvoyants sfaxiens dirigée par M. Nabil Triki. Il nous semblait intéressant de voir quelles difficultés d’accessibilité pouvait rencontrer une personne en situation de handicap physique.

Sami ne pouvant pas se déplacer seul, nous sommes donc aller le chercher à son domicile. Le point de rendez-vous était fixé à 17h00 dans la medina. Une fois Sami rencontré, et après avoir pris un temps pour discuter du déroulement de la soirée, nous nous sommes dirigés place Bab el Diwan afin de prendre un taxi. L’affluence du match ajouté à l’heure de pointe a fait que nous avons rencontré de grandes difficultés à trouver un taxi. Aussi, la nuit qui était tombée, la foule, la grande difficulté à trouver un moyen de transport, la nécessité d’être attentive aux besoins de Sami afin d’assurer sa sécurité, et l’appréhension de rater le début du match ont imprégné ce début de soirée d’une atmosphère oppressante et anxiogène.

Après avoir rencontré Tahar, un de nos camarades arabophones, qui se rendait également au match, nous avons finalement pu trouver un taxi qui nous a conduit aux abords du stade. Honnêtement, je doute que sans lui, Florence et moi serions arrivés à temps. Le taxi nous a déposé au niveau de la piscine municipale. Bien que nous ayons, plusieurs jours auparavant, déjà fait le tour de stade, je dois avouer que je me suis véritablement sentie perdue à la descente du taxi.

Des policiers avaient placé des barrières dont la logique de disposition m’échappe encore en y repensant ! La nuit, la foule, les policiers, les barrières et le début du match qui approche contribuent à chambouler les repères que l’on se fixe dans l’espace. Peut-être parce qu’il s’est agi de mon premier match, mais je ne pense pas que mes repères préalables et ma connaissance du quartier m’aient, ce soir-là, servie à grand-chose !
Après de longue minutes au téléphone à s’échanger des explications de localisation, nous avons pu retrouver nos camardes.

Nous avons attendu près de l’entrée principale quelques minutes puis les policiers ont vérifié nos noms avant de nous laisser entrer. J’ai été surprise par le nombre de personnes qui attendait : à mon sens peu nombreux. De l’autre côté du stade il semblait y avoir plus de monde mais devant cette entrée principale tout semblait plus calme et mieux organisée que ce à quoi je m’attendais. Nous avons donc pénétré dans l’enceinte du stade puis sommes montés dans les gradins. Tout s’est déroulé assez vite, nous n’avons pas beaucoup attendu et l’ambiance était étonnamment calme. Nous nous sommes installés en tribunes. Nous étions assis puis assez rapidement le match a commencé.

Le match
Je ne m’aventurerai pas, ici, à commenter la qualité du match car je n’en n’ai pas les connaissances nécessaires. J’étais assise à côté de Sami. Comme il ne disposait d’aucune aide pour voir le match, il a utilisé la fonction zoom de son smartphone afin de pouvoir distinguer ce qui se passait sur le terrain. J’ai essayé par quelques occasions de lui décrire ce que je voyais mais ne connaissant pas suffisamment le vocabulaire footballistique, j’ai préféré laisser Maen  (un autre étudiant arabophone) s’en charger.

La tribune ultra
A la mi-temps, une partie du groupe dont je faisais partie a changé de gradin afin de se rendre dans les tribunes ultras. Pendant que nous changions de côté, un but a été marqué. Mon premier match et je n’ai pas même pas eu l’occasion de voir ce pourquoi des centaines de personnes prennent la peine de se déplacer !

Nous sommes finalement arrivés en tribune ultras et non sans une certaine appréhension de ma part. Au moment où nous marchions au pied des gradins, j’ai senti les regards se tourner vers nous, sans doute parce que nous étions quatre filles dans un groupe de cinq. Je n’ai pas senti de violence, ou d’agressivité particulière à notre encontre, mais plutôt une impression d’être observée du coin de l’œil. Ce moment restera comme un moment fort de notre séjour à Sfax par la ferveur avec laquelle les supporters chantent, par l’angoisse de leurs regards et par l’énergie déployée à s’agiter (presque plus que les joueurs eux-mêmes).

L’évaporation finale
Finalement cette soirée m’aura surprise et fait découvrir une ambiance et un monde qui m’était étranger. Mais le moment de quitter le stade a peut-être été le plus surprenant pour moi. En l’espace d’une poignée de minute la foule disparait, comme si elle s’était évaporée. Je m’imaginais les supporters retardant le moment de rentrer chez eux, profitant des derniers moments de liesse en sortant de l’enceinte du stade, jusqu’à rester juste quelques instants encore, ensemble, dans la rue. Mais il n’en n’a pas été ainsi. Nous sommes sortis du stade et… plus rien. Ou plutôt personne. Comme si jamais aucun match n’avait eu lieu. Je ne sais pas si c’est un phénomène habituel, ou bien si le contexte politico-social tunisien influe sur la sortie des matchs, mais quoi qu’il en soit, cette évaporation finale aura été pour moi, un des moments les plus étonnant de la soirée.

Un dernier mot
Je tiens personnellement à remercier Sami pour son immense gentillesse, sa bienveillance et pour avoir accepté de nous accompagner sans même nous connaître. Il restera une des rencontre clef de notre épopée sfaxienne.

Aller au premier récit de vie…

Texte d’Alicia G. ; illustration de tête, édition et mise en page Jean-Michel Roux.

De la 2D ennuyeuse à la 3D captivante. Paroles d’une profane

Cinquième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’une étudiante française de master, Florence.

 

J’adore le hockey. C’est le seul sport qui m’intéresse au niveau professionnel. Mes seules expériences du sport en tant que spectacle n’avaient jusqu’alors pris place que dans des patinoires. J’étais totalement profane des matchs de football et ne m’était jamais rendu dans un stade d’une telle ampleur. Voici donc le récit de mon premier match de foot au Stade Taieb Mhiri, à Sfax (Tunisie) et, simultanément, le récit de mon premier match de foot… tout court.

Lorsque les thématiques sur lesquels nous, étudiants en Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble, allions travailler durant l’atelier 2017 à Sfax furent annoncées, j’étais assez enthousiaste. Parmi les thématiques proposées, je me suis orientée vers la géographie du sport. Ce n’était pas tant par goût prononcé pour la pratique sportive. Le pourquoi de ce choix réside plutôt dans ce que recouvrait le sujet, au sens élargi. Il s’agissait de faire l’état des pratiques sportives, du sentiment sportif à Sfax et d’étudier l’accessibilité des équipements sportifs sfaxiens.

Je n’aime pas le sport en tant que tel, en revanche j’aime ce qu’il est capable de susciter chez les gens. L’étude des logiques qui se cachent derrière son organisation et sa promotion me semble passionnante. Il y a mille et une révélations sur la société étudiée qui peuvent se laisser découvrir par l’étude du sport. Je ne saurais pas être assidue sur la référence que je vais tenter de citer mais, je me souviens d’un cours de sociologie des religions dispensé pendant mes études en sociologie. Notre enseignant – probablement citait-il un auteur célèbre dont j’ai tout oublié – avait fait une analogie entre le sport et la religion très intéressante. Au détour de son propos, Il expliqua que ce qui se passait dans un stade pouvait être comparable à une grande messe. Ça parait peut-être ambitieux comme çà, hasardement mystique, mais j’y ai cru et, je continue de croire que la communion des supporteurs et l’engouement d’un groupe pour un sport créer quelque chose de l’ordre religieux.

Aussi, spontanément, l’idée d’étudier le sport en tant que spectacle (à distinguer de l’étude du sport en tant que pratique) m’a très fortement attiré. Il fallait donc aller voir un match. Voir un match pour étoffer nos propos sur le sentiment sportif sfaxien. Durant notre travail de terrain et nos dix jours de présence à Sfax, la problématique de notre recherche varia de nombreuses fois. Au fur et à mesure de nos rencontres et des informations recueillies il fut plusieurs fois question de remanier/repréciser ce sur quoi porterait notre étude.

A une problématique correspond une méthodologie. Une méthodologie est une méthode par laquelle les informations sont récoltées et viennent répondre à la problématique. Dans le cas présent, il semble impératif que la problématique fixée vienne justifier une participation à un match de football au stade Taieb Mhiri. C’est incontournable. En effet, nous étions tous tellement enthousiaste à l’idée de voir un match qu’il n’était pas envisageable de renier le match au profit de quelques pérégrinations méthodologiques. Le 16 novembre 2018, nous nous sommes rendus au match qui opposait le Club Sportif Sfaxien (CSS) au CO Medenine.

Il avait été convenu qu’Alicia, ma camarade, et moi passerions récupérer Sami à son domicile avant de retrouver le reste du groupe devant le stade. Sami est un Sfaxien malvoyant, président de l’association des malvoyants de Sfax, que nous avions rencontré quelques jours plus tôt. Nous l’avions invité à se joindre à nous ; ce qui était une première pour lui également. Il habite la médina. Pas de problème, nous nous rendons jusqu’à chez lui à pied près de 2h30 avant le début du match. Histoire de prendre large. Sami nous accueille très gentiment chez lui. Nous prenons le temps de la discussion (une petite demi-heure, rien d’inquiétant) puis nous décampons.

Sortis de la médina nous nous dirigeons tous les trois vers une voie principale, avec l’espoir d’alpager un taxi. Nous avons vite compris que la tâche allait s’annoncer beaucoup plus ardue que prévu. En effet, nous sommes en pleine heure de pointe, les taxis sont tous pris d’assaut. Il va falloir être patient. Nous changeons de rue, une fois, deux fois. Nous développons des stratégies. On se met aux angles, aux feux, devant une station-service… mais toutes nos tentatives se soldent par de cuisants échecs. Le stress commence à monter : et si on n’y arrivait pas ?

Lorsque par miracle on arrive à arrêter un taxi vide on lui explique que c’est au stade que nous souhaitons nous rendre. Mauvaise destination : aucun taxi n’a envie de s’engager dans un si long trajet et de s’empêtrer dans le trafic. On regrette de n’avoir su anticiper cette situation. On est mal à l’aise de mettre Sami dans une situation aussi inconfortable. Lui aussi commence à s’impatienter. Le stress s’intensifie.

A la recherche d’un taxi

C’est à ce moment que, nous retrouvons, par hasard, Tahar, un camarade que nous devions retrouver au stade. Le moment est aussi rassurant (nous ne sommes pas les seuls à galérer) qu’inquiétant (quelqu’un a-t-il donc réussi à atteindre le stade ?).

Nous sommes désormais quatre à, désespérément, tenter d’attraper un taxi. Et c’est une lutte de tous les instants. On s’agite, on s’affole, on croit y arriver… et puis non. Après près d’1h30 de combat on parvient ENFIN à tous monter dans un taxi. Il accepte notre destination sous la contrainte. On s’est jeté dans le véhicule sans laisser le choix au chauffeur. A situation urgente, méthode d’urgence. Désolée. Le trajet jusqu’au stade est sympathique. On explique au chauffeur qu’on supporte le CSS. Il est de tout cœur avec nous.

Nous arrivons au stade avec un peu de retard par rapport à l’heure convenue avec nos collègues. Soulagée d’avoir pu atteindre le lieu mais inconscients du parcours qui nous attends encore. En effet, notre chauffeur ne nous a pas déposé à la bonne entrée, il va falloir faire le tour du stade pour rejoindre nos collègues. Et ce n’est pas une tâche simple au regard de tous les barrages de police qui encerclent le stade. Le site est sur-sécurisé. Comme un soir de nouvel an sous Vigipirate. Il nous faut passer deux ou trois barrages policiers où à chaque fois les policiers, armés, nous moralisent parce, qu’en effet, nous ne sommes pas passés par le chemin qu’il fallait pour rejoindre notre entrée.

Arrivés les derniers, nous venons enfin compléter le groupe. Parce que nos prénoms sont sur une liste d’invitation dont un policier se saisit, nous entrons dans l’enceinte du stade au compte-goutte à l’appel de notre prénom. Nous sommes ensuite escortés jusqu’à notre tribune. Alicia et moi escortons Sami au milieu du reste du groupe.

Il n’est pas nécessaire d’être précis sur les places, nous sommes assez libres de choisir.   Les gradins ne sont pas larges. Je guide Sami de manière assez hésitante. Parce je ne suis pas habilitée à accompagner une personne en situation de handicap j’ai peur de mal faire, d’être trop entreprenante. De l’autre côté, on s’est confronté à mille et un risque depuis qu’on a quitté la médina: la foule, la nuit, la chaussé abimée et maintenant les gradins étroits. On a tous su les affronter.

Nous sommes dans les gradins d’une des tranches « horizontales » du stade. Je suis certaine que l’endroit porte un nom plus technique mais, pour être honnête, je ne saurais pas le nommer autrement. J’imagine que la vision que nous avons du terrain est celle qui est recherchée mais, pour être encore honnête, je la trouve un peu sans saveur.

Le groupe installé dans les gradins

Je m’explique : la vue qu’on a est la même que celle qui est choisie pour les retransmissions télévisées. Les joueurs s’agitent de profil, on voit le ballon naviguer de droite à gauche. J’ai du mal à me défaire de cette image télévisuelle (jusqu’alors la seule que je connais) et je ne peux m’empêcher de la transposer ici. J’ai l’impression de voir en 2d. Seul le son est plus fort mais il apparait aussi comme un fond sonore. En effet, la tribune dans laquelle nous nous trouvons est plutôt calme dans l’ensemble. C’est un peu comme si on était au cinéma : on a une superbe et large vue sur « le spectacle »… et puis il y a les popcorns. Enfin non pas exactement les popcorns… Ce ne sont pas des cornets de maïs sucrés que tiennent les spectateurs mais des cornets de petites graines de tournesols. C’est ce que les gens ont l’habitude de grignoter pendant les matchs.

Qu’à cela ne tienne, on veut faire à Rome comme les Romains alors on en achète aussi un au vendeur qui sillonne les gradins. Faute d’avoir pu s’accoutrer au couleur du CSS, le cornet à la main, on est un peu plus accessoirisé pour le match. D’ailleurs, je suis un peu étonnée de ne pas voir énormément de personnes vêtues aux couleurs de l’équipe. Quelques rares (très rares !) personnes ont des sweats CSS, mais çà s’arrête là. Pas de vague blanche et noir, les gens sont venus comme ils sont.

Le match a commencé. Je ne m’en suis pas rendu compte. Soit le coup d’envoi s’est fait discret, soit je ne suis pas assez attentive… Les deux hypothèses se tiennent. Elles explicitent chacune à leur manière mon sentiment.

Au fait, je n’ai réussi à vivre le match en 3d qu’à partir du moment où j’ai élargi la focale. C’est-à-dire en regardant les gradins et le public qui font l’ambiance du stade. Alors certes, dévisager les tribunes c’est perdre du regard ce qui se passe sur le terrain, ça entraine une perte d’attention sur le jeu (au sens technique) mais ça permet de prendre la dimension du spectacle. Parce que, pour dire vrai, lorsqu’on n’y connait pas grand-chose au football le cœur du spectacle ce n’est pas le jeu mais l’environnement dans lequel on est. Il faut englober le stade du regard pour apprécier et vivre l’événement. Et je pense que c’est ce que mes camarades novices et moi avons le plus fait durant l’intégralité du match : on a scruté les gradins, très peu le terrain.

Dans le virage gauche, se trouvaient les supporters « Ultras » ; ceux qui, avec leurs chants scandés haut et fort, faisaient vibrer le stade. Ils donnaient au match toute sa substance d’événement populaire. A droite, les courageux supporteurs de l’équipe adverse. Ils n’étaient pas nombreux – une petite trentaine – mais ils avaient aussi l’air de supporter vivement leur équipe. Evidement leurs voix étaient laaaargement écrasées. C’était comme des fourmis marginalisées, au loin.

Supporters adverses, seuls.

En face, les spectateurs/ supporters lambda. Ceux qu’on avait essayé d’imiter en prenant un cornet de graines de tournesol mais qui grignotaient leurs graines avec mille fois plus de dextérité que nous. Très vite le sol se pare de centaine de coquilles, le jeu continue, les coquilles s’accumulent.

Au bord du terrain, il y a deux spectateurs handicapés moteurs. Ce n’est pas un détail mais la confirmation des dires recueillis la veille auprès du directeur des équipements sportifs de la direction des services techniques de la municipalité de Sfax. Un gentil monsieur qui nous avait accueilli pour une interview dans son bureau et qui, au détour des questions que nous lui avions posé sur le stade, nous avait expliqué que les handicapés avaient une place d’honneur durant les matchs. Ils sont au plus près des joueurs. C’était en effet vrai, pour les personnes handicapés moteur. Moteur seulement.

Parenthèse tant qu’on est dans les vérifications : l’affirmation de l’attaché de presse du CSS, donnée 2 jours plus tôt, selon laquelle «près d’un quart des supporters sont des femmes ; vous verrez au match» s’est révélé fausse, grassement fausse. Il doit y avoir 5 ou 6 femmes, nous comprises, dans le stade. Incontestablement, aller au stade est un loisir d’hommes.

Supporters handicapés moteur au bord du terrain

Je suis assise à côté de Sami. Je ne connais pas exactement la nature et le degré de son handicap mais on comprend qu’il n’est pas en capacité de suivre le match. Sa vision doit être assez minimale. Alors autant, je sais tenir la conversation sur divers sujets, autant, sur le football… j’ai loin d’avoir mille choses à dire. J’ai pu expliquer les règles à Alicia mais pour des commentaires techniques sur le jeu qui se déroule présentement devant nous, il faudra repasser. Alicia et moi avons peur que Sami s’ennuie et regrette un peu d’avoir accepté de nous accompagner. Le CSS a l’air de largement dominer le match, c’est le seul élément qu’on peut donner à Sami. Pour une analyse plus fine, nous faisons appel à Maen. Il est assis à l’autre bout du gradin, on lui demande s’il veut bien venir expliquer ce qui se passe à Sami. Maen commentera le match pour Sami le reste de la première période. Période durant laquelle il n’y aura aucun but.

Un but, un but… quand on est novice du football c’est ce qu’on attend avec le plus d’impatience, parce que c’est l’élément le plus tangible de la partie. Celui qu’on comprend aisément et qui explique les explosions de joie.

Pour l’heure le public de nos gradins est modérément agité. Il suit attentivement le match et s’émeut de chaque action en faveur ou en défaveur du CSS. Ce que j’appelle la concentration, ce sont des gens assis, le menton appuyé sur leur poing serré. Ce que j’appelle l’émotion, ce sont des gens levant les bras au ciel ou se tenant la tête de stress à chaque occasion de jeu. Vivement le but qui viendra apaiser tout le monde.

C’est la mi-temps. Pendant toute la première période, on grouillait d’aller là où l’ambiance est : dans la tribune Ultra. En effet, l’étude du mouvement avait fait partie de nos problématiques de recherche et rien de tel que l’empirisme pour solidifier ses hypothèses. Wassim, le doctorant sfaxien qui avait pu nous obtenir des places se renseigne auprès du personnel du stade. Après discussion il revient vers nous et nous explique que nous pouvons changer de tribune. Trop cool !

Sami ne tient pas particulièrement à changer de tribune. Il préfère ici car « c’est plus calme, plus rassurant ». Il est vrai que, vu de loin et, comparativement à la tribune où nous nous trouvons, la tribune Ultra semble déchaînée. Mais parce qu’il ne souhaite pas nous empêcher de bouger, il est prêt à faire l’effort, par gentillesse. Nous refusons de le forcer et de le mettre mal à l’aise. Une moitié de l’équipe, pas excessivement motivée à l’idée de changer, décident donc de rester là.

Nous nous faisons escorter durant la mi-temps jusqu’en « terre Ultra ». C’est pendant le temps du changement que le match reprend. A peine, le match reparti, le Club Sportif Sfaxien inaugure le score : un but, enfin ! … nous l’avons manqué. En effet, pour changer de tribune, il a fallu quitter les gradins. Le timing n’a pas joué en notre faveur. Nous avons manqué ce qui se révélera comme le seul but du match (désolée pour le spoiler).

Arrivée dans le virage où les différents groupes de supporters Ultras logent, l’ambiance est tout à fait différente. Elle est beaucoup plus animée. Les supporteurs agitent de grands drapeaux aux couleurs du club et entonnent des chants que tous connaissent par cœur.

En terre Ultra

Avant d’aller voir un match du CSS, j’étais conditionnée… presque de manière inquiétante. Depuis le début de notre voyage d’étude à Sfax je voyais du noir et du blanc partout- les deux couleurs du CSS. C’est-à-dire que mon œil et mon cerveau repéraient instinctivement les marquages urbains (tags plus ou moins complexes) et les produits dérivés (en vente un peu partout) témoins de l’entrain des Sfaxiens pour leur club. De fait, j’imaginais que le public du stade serait paré de blanc et de noir de manière indécente : il n’en était rien. Y compris en tribune Ultra. Et pourtant, nul besoin d’un accoutrement commun pour que l’ensemble des supporters semble uni. La ferveur pour le club est nettement palpable. Les chants s’enchaînent les uns après les autres avec le même entrain, puissant.

Il me semble entendre des paroles en italien par ci par là. Peut-être ai-je été sujette à des hallucinations auditives. Avant le match, pour les besoins de notre étude, nous avions survolé quelques éléments du référentiel des supporters Ultra du CSS. L’étude avait révélé que les supporters du CSS s’inspiraient librement des supporters de la Juventus. Je n’ai pas halluciné, j’ai bien entendu crier « Juve ! ».

Je crois qu’il y a un terme technique pour définir les moments de liesse et de craquage des groupes de supporters. Nous avons eu le privilège d’assister à un de ces moments. Sous les chants, encore plus intenses, les fumigènes se sont mis à fuser un par un jusqu’à recouvrir la tribune d’un épais brouillard. Vu de l’extérieur, je veux bien croire que la scène pouvait paraître apocalyptique. Pourtant, de l’intérieur, le moment paraissait incroyablement organisé. Propre. Je n’ai jamais utilisé le terme « vacarme organisé » à si bon propos. C’était spectaculaire, dans tous les sens du terme. La scène a duré quelques intenses minutes, puis les chants et les « remues » de drapeaux ont repris avec leur intensité de routine.

D’un point de vue sportif, je ne me souviens nullement ce qui s’est passé durant la seconde période de jeu ; trop occupée à regarder le remue-ménage des supporters. Cela dit, la vision « de derrière les cages » est certes, plus immersive, mais moins pratique pour suivre toute l’étendue du jeu avec précision. J’ai une excuse.

A la fin du match, après le coup de sifflet final, il n’y a pas eu de nouvelles scènes de liesse liée à la victoire. Le dernier chant, durant lequel les supporters agitaient mélodieusement la lampe torche de leur téléphone portable, était plutôt un chant apaisé. C’était une espèce d’adieu à l’équipe et au personnel du stade. Nous avons quitté les gradins dans le calme.

Avant de quitter le stade, ce fût pour nous le moment des dernières photos souvenirs. Nous avons retrouvé nos compères – restés dans la première tribune – pour une dernière photo de groupe. Chacun recueillait les impressions de chacun. On papotait entre nous si bien que notre attention s’est défaite du reste du public. Le temps de la séance photo, raisonnablement longue, le stade était totalement vide. Les supporters avaient évacué les lieux sans bruit, sans vague.

Les rues alentour étaient également déserte ! J’imaginais que les Sfaxiens zoneraient quelques temps autour du stade pour se féliciter de la victoire, mais non, ils s’étaient tous envolés, comme par magie. Le contraste entre le moment et l’ambiance 15 minutes auparavant était saisissant.

Nous avons tous agrippé un taxi (nettement plus facilement qu’à l’aller !) et nous nous sommes retrouvé en centre-ville, dans un des dénombrables bars de Sfax – le temps du débriefing.

Le lendemain matin, une de mes camarades et moi avons eu la chance de faire une visite guidée du stade, vide. La visite nous avait été proposé par un membre de la municipalité quelques jours auparavant. En ce lendemain de match, nous arrivèrent au moment du grand nettoyage. Les jardiniers remettaient la pelouse en état. Les balayeurs nettoyaient les espaces publics. Nul besoin de dire qu’il était difficile d’imaginer, sous le bruit sourd de la souffleuse qui aspirait les coquilles de graines de tournesol amassées dans les gradins, ce dont le lieu avait été le théâtre la veille.

Calme d’un lendemain de match

 

A suivre…

Texte et illustration de Florence P. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

Une soirée au stade Taieb M’hiri

Quatrième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’un étudiant français de master, Mathieu.

 

Comme chaque année depuis six ans, la promotion de master 2 Urbanisme et Coopération Internationale dont je fais partie, se rend à Sfax dans le cadre d’un atelier pédagogique pour répondre à des demandes provenant de la Ville de Grenoble mais également de la société civile de Sfax. Cette année, concernant le thème de l’accessibilité, un nouveau sous-thème a été identifié : celui de la géographie et des enjeux du sport dans la ville et c’est de ce groupe que je fais partie.

C’est dans cette optique que nous nous sommes intéressés à la possibilité de se rendre au stade principale de la ville : le stade Taieb M’hiri pour comprendre l’importance du CSS (Club Sportif Sfaxien) dans la vie des habitants. Grâce à Ali Benasr, professeur à l’université de géographie de Sfax, nous avons pu nous procurer des billets (car il est impossible d’acheter des billets pour le match, chaque supporter a son abonnement) afin de nous rendre à un match du CSS qui affrontait une autre équipe de la ligue tunisienne, le CO Medenine.

L’avant match
Le match était prévu à 19h, cependant, il nous semblait important de se rendre un peu plus tôt au stade afin de pouvoir analyser différents facteurs dont notre professeur Jean-Michel Roux nous avait fait part. De ce fait, à 17h, nous avons décidé avec mon groupe de nous séparer pour aller au stade.

Les routes étaient submergées de voitures (chose habituelle à Sfax mais qui le jour de match s’était décuplée) et les embouteillages commençaient à s’étendre sur les voies initialement prévues pour trois voitures mais qui sous les conditions en accueillaient quatre. Nous sommes finalement arrivés au stade dont les routes à proximité et l’encerclant étaient fermées et surveillées par de nombreux policiers qui scrutaient les alentours et s’efforçaient de ne rien laisser passer au hasard.

Nous avons décidé de nous séparer en deux groupes afin d’analyser, les différents points d’entrées, les mouvements de foules et l’entrée des supporters ultras. Nous nous sommes vite rendu compte que les ultras arrivaient petits groupes par petits groupes puisqu’une loi mise en place interdit tout rassemblement supérieur à 4 ou 5 personnes au sein de la ville. Une fois arrivé à l’entrée des ultras, nous avons ressenti une atmosphère un peu pesante due aux forces policières et aux regards des supporters ultras à notre égard.

Nous avons décidé de prendre quelques photos et soudain deux des policiers surveillant l’entrée du stade nous ont interpellé et ont commencé à s’approcher de nous. Nous nous sommes demandé ce qui se passait et de ce fait nous avons décidé d’attendre ceux-ci. Un des deux policiers a engagé la conversation en nous demandant d’où nous venions, qu’est-ce que nous faisions là et qu’il était interdit de prendre des photos du Stade.

Nous étions surpris et ne comprenions pas pourquoi cela était impossible. Soudain le policier a attrapé le téléphone d’un de mes collègues, s’est rendu sur ses photos et a commencé à supprimer toutes les photos relatives au stade avant de lui rendre et de nous ré informer de ce que nous n’avions pas le droit de faire. Une fois, cette interpellation terminée, nous avons décidé de rejoindre le reste du groupe situé de l’autre côté du stade.

Ceux-ci analysaient une autre porte d’entrée en attendant nos professeurs, Wassim (un étudiant de l’institut de géographie de Sfax) qui possédait également nos billets pour le match, et deux de nos collègues parties chercher une personne mal voyante afin de comprendre l’accessibilité de ce stade pour des personnes en condition d’handicap. Une fois tout le monde réunis, aux alentours de 18h30, nous avons décidé de rentrer dans l’édifice.

Des policiers étaient placés devant chacune des portes et laissaient rentrer l’un après l’autre les personnes ayant en leur possession leurs abonnements et en ce qui nous concerne les billets pour voir le match. Nous avons donc passé la porte sans difficultés puis une des personnes du personnel nous a amené jusqu’ à nos place en nous proposant de nous déplacer à différents endroits du stade lorsque nous le souhaitions.

Lors de notre déplacement au sein du stade jusqu’aux places que nous avions choisies, différents points m’ont interpellé. Le premier est qu’il y a un manque très clair d’aménagement pour les personnes en conditions d’handicap. En effet, rien n’a été mis en place pour faciliter leurs accès et favoriser leurs venus au stade. Le second est qu’il n’y a pas de toilette pour les femmes et que celles-ci sont en nombre limité dans les gradins. Une fois à nos places, j’ai tourné ma tête de gauche à droite pour contempler ce stade, estimer approximativement que le stade était rempli à la moitié ou au 3/5 de sa capacité globale et constater que des militaires armés étaient présents tout autour de la fosse pour contrer tout éventuel invasion du terrain.

 

Première période
Les joueurs soudains ont fait leurs entrées sur la pelouse et l’ensemble des supporters se sont mis à chanter et à crier, les banderoles se sont levées et le stade s’est mis à prendre vie. Un marchand se déplaçait tout le long du stade pour proposer des sachets de graines de tournesol [kloub] à manger durant le match. Nous avons décidé d’en prendre quelques paquets. Cependant un problème est vite apparu, aucune poubelle n’avait été installée au sein du stade et de ce fait, l’ensemble des gens jetait au sol les coquilles de graines de tournesols déjà mangé . Les tribunes se sont donc rapidement recouvertes de déchets ce qui perturbait bien que peu le spectacle. La première mi-temps s’est déroulé sans aucune accroche, les deux équipes étaient au coude à coude jusqu’à ce que le coup de sifflet résonne et donc annonce la fin de la première période sur un score de 0-0.

Mi-temps
Durant la mi-temps, le groupe que nous étions a décidé de se scinder en deux parties. La première dont je fais partie qui a décidé de rester aux places actuelles pour voir le match. Et la seconde qui s’est déplacée au sein des tribunes ultras afin de mieux comprendre et de s’imprégner de l’ambiance.

Seconde période
La seconde mi-temps a repris sous le chant des supporters et dès les premières minutes de jeu, le CSS a ouvert le score et tout le stade est entré en ébullition. Durant cette période, les fumigènes sont venus altérer la visibilité du match qui continuait son cours, les cris et les chants résonnaient dans le stade accompagnés d’insultes lorsque l’arbitre prenait des décisions qui semblaient perturber les supporters.

L’arbitre a sifflé la fin du match et tout le stade a exprimé sa joie avant de se diriger vers la sortie. Nous avons fait de même et avons décidé d’attendre le reste du groupe qui était parti dans les tribunes ultras devant le stade avant de prendre une photo final tous ensembles pour immortaliser ce moment.

Cette expérience fut très enrichissante et c’est pourquoi, je tiens à remercier Wassim, Ali Benasr ainsi que mes enseignants pour leur disponibilité, leur enthousiasme et qui à travers leur commande m’ont permis de travailler sur un sujet qui m’intéressait. Etant français, je suis habitué à voir des matchs uniquement en France et ce fut la première fois que voyais un match à l’étranger. Cette expérience et l’entretien avec un supporter ultra réalisé quelques jours à la suite du match m’ont permis de mieux comprendre certaines logiques et engouements, autre qu’uniquement soutenir une équipe, que les supporters ont à aller au match dans un contexte politique difficile et fragile depuis 2011 et où le stade était devenu un lieu de rassemblement et de lutte contre le régime autoritaire qui les cloisonnaient.

A suivre…

Texte et illustration de Mathieu B.-C. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

Jumelage de villes et match de foot… Quel rapport ?

Depuis six ans, le Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale, organise un atelier dans la ville de Sfax en Tunisie. Cet exercice pédagogique permet à une trentaine d’étudiants grenoblois de répondre à une commande réelle de la Ville de Grenoble et de la société sfaxienne (ville, université, associations, collectifs d’habitants). L’un des thèmes de l’année était la géographie des sports à Sfax.

Dans ce cadre-là, une douzaine d’étudiants, d’enseignants et d’habitants de la ville se sont rendus ensemble au stade Taïeb M’hiri pour assister à une rencontre de championnat de première division: CSS (Club Sportif Sfaxien) vs CO Medenine. Chacun s’est plié à l’exercice du « récit de vie ». Le corpus réuni permettra aux étudiants de comprendre la place particulière que prennent le stade M’hiri et le CSS dans la deuxième ville du pays. Voici le récit du match de Wassim, un doctorant en géographie de l’Université de Sfax.

 

Une histoire vraie
Je contribue depuis quatre ans aux ateliers d’urbanisme [organisés à Sfax conjointement par l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et le Département de Géographie de Sfax]. Plusieurs thèmes ont été traités, à savoir l’accessibilité, la gestion des déchets, le transport ainsi que la question de l’agriculture urbaine à laquelle j’ai particulièrement contribuée.

Chaque année, les étudiants français me contactent quelques jours avant leur arrivée, le mois de novembre, pour que je puisse chercher des contacts et des rendez-vous. Rien de spécial pour cette année. Les étudiants sont regroupés sous forme de groupes de six personnes, sauf qu’une nouvelle thématique vient de paraitre sous consigne de notre professeur Ali Bennasr : c’est la question des équipements sportifs dans la ville de Sfax et l’accessibilité des handicapés.

Bref, on commence les préparatifs pour l’atelier avec les moyens qu’on dispose. J’ai commencé à prendre des contacts et des rendez-vous pour le groupe sur l’agriculture urbaine. Avant de partir à mon premier rendez-vous pour programmer une rencontre ultérieure avec une ingénieure agronome qui a déjà contribué à l’atelier de l’année dernière, Maryem, je discute le sujet avec le professeur Ali Bennasr. Il me donne la liberté de choisir les types de contacts, mais il me demande aussi si je connais quelqu’un qui pourrait nous aider à accéder au stade [Taieb M’hiri] un jour de match avec les Grenoblois. Dans son bureau, il a ouvert son ordinateur et regarde le calendrier des matchs pour connaitre le jour de match pour le CSS et qui sera son adversaire. Alors là, on découvre qu’un match aura lieu le mercredi 15 novembre à 19.00. Cette date coïncide avec la semaine pendant laquelle les étudiants grenoblois sont à Sfax.

 

Une campagne de recherche
Lors de ma rencontre avec Maryem, j’en profite pour lui parler de l’équipe d’étudiants qui travaille sur le sport. Je lui pose la question si elle a quelqu’un de proche qui pourrait nous fournir des tickets pour regarder le match du CSS au stade Taieb M’hiri. Sa réponse est spontanée : elle connait un vrai supporteur de CSS qui fait partie du groupe Ultra et un autre faisant partie du SIOS [probablement les socios du club] que je connais pas à ce moment-là. Elle me promet de les contacter et de m’informer de toute nouvelle.

Le lendemain, mardi 13 novembre, Maryem m’appelle pour m’informer que l’entrée au stade est permise seulement aux abonnés et que c’est pas possible d’avoir des tickets, désormais. Elle m’envoie le numéro de téléphone du supporteur qui se chargera de nous accompagner dans le stade si on a pu y accéder et pour nous mettre en contact avec les autres groupes de supporteurs que les «reconnus».

Le temps passe rapidement et le rendez-vous du match approche vite, la pression vient de s’installer. Lundi soir je regarde la liste de mes amis sfaxiens sur Facebook et je lance plusieurs conversations en même temps pour tenter ma chance espérant un coup de chance. Enfin une amie m’informe qu’elle connait quelqu’un de CSS et va lui interroger concernant les tickets de match et répondra le lendemain à ma demande. Cette fois-ci encore la réponse est négative : on ne peut pas avoir des tickets qui ne sont même pas mis en vente. Je suis obligé de revoir notre professeur Ali Bennasr et l’informer de mes tentatives.

A ce moment-là, Ali Bennasr se souvient qu’il a un collègue professeur de sport qui s’appelle Abdelkrim, ascendant du fameux joueur de football sfaxien, Hammadi Agrebi [l’un des meilleurs joueurs tunisiens de tous les temps]. Il lui explique la situation et lui dit que je vais suivre la procédure. J’ai enregistré son numéro et je lui donne un rendez-vous dans un quart d’heure à la faculté. La rencontre ne dure pas longtemps: il me demande de rédiger une demande au président du CSS avec la liste des étudiants et enseignants désirant l’entrée au stade, dans quel cadre, suivie de la signature du directeur du laboratoire SYFACTE et on aura un rendez-vous mercredi matin à 8.30. De retour au laboratoire, je rédige rapidement la demande avec la liste des étudiants faisant partie du groupe « sport ». Hanene, ma collègue du laboratoire, retape la demande sur son ordinateur et l’imprime. Ne manque que la signature d’Ali Bennasr. A son retour, il signe instantanément la feuille.

Un timing serré
Muni de la feuille signée, on se retrouve le lendemain avec Abdelkarim devant la buvette de la faculté, à 8.30 comme prévu. On part alors dans sa voiture en direction de CSS. En route il me raconte son histoire avec le CSS et comment fonctionnait le football en Tunisie. Il me raconte aussi sa carrière d’entraîneur de la catégorie des « espoirs » de CSS. Je lui demande la raison pour laquelle il a choisi de quitter le CSS. Il me répond que c’était un choix individuel et que, depuis ce jour-là, il n’a pas pensé même de regarder un match au stade, malgré les bonnes relations avec tous les dirigeants du club. En passant par le nouveau monument de Hammadi Agrebi installé devant le stade, il me dit : « Tu connais ce personnage » et continue de me raconter son histoire.

Arrivant au parc, nous montons au premier étage au bureau de Mr Yassine Ben Taher, le directeur général de CSS. Il n’est pas à son bureau. On est obligé de l’attendre jusqu’à 9.30 alors que j’ai déjà un autre engagement avec le groupe « agriculture urbaine » à 10.00 pour un rendez-vous. L’accueil est très à l’aimable. Après toute une discussion sur l’état actuel et les besoins du club, Abdelkarim finit par le solliciter pour l’autorisation d’accès au stade pour le groupe d’étudiants avec leurs enseignants et encadrants français et tunisien. Yassine demande plus d’explications et me cède la parole pour lui expliquer la situation. Il ne proclame aucun refus, au contraire, il consulte la liste et demande si cette liste est complète.

A ce moment, je lui demande si c’est possible d’ajouter quelques noms sous demande à la dernière minute de Jean-Michel Roux. La générosité et la gentillesse du directeur sont immenses. Il demande de compléter la liste de tous ceux qui désirent assister au match. Je rappelle Jean-Michel pour compléter la liste. Il est en réunion ailleurs et nous met en attente avant de recevoir un texto de Fanny avec la liste finale. Demandant à son collègue de noter la liste complète des étudiants et de solliciter l’autorisation officielle des policiers, Yassine me donne un rendez-vous à 15.00 pour récupérer « l’ordre de mission ». Nous nous quittons avec un grand remerciement.

Je rejoins le groupe « agriculture urbaine » avec une demi-heure de retard à Sakiet Ezzit [une commune de banlieue de Sfax]. De retour au centre-ville vers 13.00, j’ai faim et je décide de prendre un leblabi harissa pois-chiche [plat populaire préparé à base de pois chiches, d’ail, de cumin ou de carvi, d’huile d’olive et d’harissa]. A cet instant, mon téléphone sonne : le président de CSS m’informe que l’ordre de mission est prêt et qu’il faut s’adresser à monsieur Wissem au «bureau d’ordre». On se donne un rendez-vous dans une demi-heure au lieu de 15.00. Arrivé dans son bureau, il me demande une preuve d’identité. Je lui montre le «journal d’appel» ; et c’est fait : l’autorisation est en ma disposition. Il me pose des questions sur l’ambiance à la Faculté des Lettres car il a fait une maîtrise de Littérature Française là-bas. De retour au laboratoire SYFACTE notre professeur Ali Bennasr me demande si tout est réglé. On s’était donné rendez-vous à 17.30 pour partir ensemble au stade mais il renonce au match après une très longue journée de travail sans cesse.

C’est parti. Trente minute d’avance. Je prends un taxi pour arriver au rendez-vous prévu à 18.00 en prenant en considération le temps alloué pour arriver au stade pour un samedi soir [jeudi soir en fait]. Je demande au chauffeur de taxi de me déposer devant la porte 1, mais il me répond qu’il n’a rien à voir avec le foot et qu’il ne connaît pas cet endroit du stade. Le chauffeur s’arrête et essaie d’interroger les policiers. Coup de chance, on est sur la route de Soukra, et les panneaux indiquent qu’on est juste au bon endroit. L’heure indique 17.50.

Pour faciliter notre entrée au stade, je pense à interroger les agents de sécurité et me présenter avant que tout le monde soit là. En se rapprochant, un agent crie à haute voix et me demande de partir si je ne dispose pas d’abonnement : « C’est que pour les abonnés. Dépêche-toi d’ici ». Je sors la lettre d’invitation et lui dit que nous sommes invités par le président du club. Je ressens un changement dans son comportement et sa façon de parler. Il demande à son chef de s’en occuper. On me demande d’attendre que tout le groupe soit présent pour nous faire rentrer tous ensemble.

Il est 18.00 et personne n’est présent. J’appelle Jean-Michel. Il m’indique qu’ils sont en train d’arriver au stade à pied et qu’ils sont très proches de l’entrée. A 18.30 tout le monde est arrivé. On demande au policier de nous permettre l’accès au stade. A peine demandé, il sort une copie de notre lettre et commence de nous faire rentrer un par un en faisant l’appel. On attend que tout le monde soit accepté et nous rentrons ensemble au stade. Fanny me demande si je connais l’ambiance du stade, alors que c’est la première fois que je rejoins le stade de Taieb M’hiri. Elle proclame : « Ah ! D’accord, c’est grâce à la coopération alors que tu regardes ce match»!

Au match
A l’intérieur, un agent bien habillé en costume nous attend pour ouvrir la porte et nous accompagne jusqu’à ce qu’on arrive aux gradins et nous prenons place comme on veut sur des petits sièges. Avant l’entame de match, un monsieur se promène avec son couffin et vend des petit corneaux de grains de tournesols [kloub en arabe tunisien] à un dinar le corneau ; nous en prenons un pour chacun.

Avant l’entrée de joueurs, des chansons « Mia More » sont lancées dans les baffles à fond et les supporters réagissent. A l’entrée des joueurs, les drapeaux sont au rendez-vous. La concurrence est extrême entre les Fighters et les Ultras. En contrepartie, dans les pelouses latérales, quelques dizaines de supporters de l’équipe adversaire sont éparpillés sous le panneau de score déjà éteint. Enfin le coup d’envoi est sifflé par l’arbitre sous les encouragements continus des supporters. Le rythme du match n’est pas assez rapide, des ruptures de jeu sont signalées par l’arbitre et il y a très peu d’occasions. L’équipe adverse, l’Olympique Médenine, est très défensive et joue sur la contre-attaque. La mi-temps est sifflée à un score de 0 à 0.

Entre les mi-temps, on sollicite l’autorisation de passer au virage. Il [l’agent bien habillé] nous demande de nous mettre en groupe. On est accompagné d’un malvoyant qui est venu regarder le match avec nous. Il préférerait ne pas prendre de risque et de ne pas aller au virage. Je suis obligé de revenir vers l’agent de sécurité avec Jean-Michel et lui expliquer la situation et voir si c’est possible de séparer le groupe en deux. Il me répond que l’essentiel c’est notre sécurité et de bien se retrouver après le match. On lui rétorque qu’il n’y a aucun soucis : tous le monde a un téléphone et on peut s’arranger entre nous. Pour se diriger vers le virage, on est obligé de franchir trois portes avec l’agent de sécurité qui a un laisser-passer. Il nous accompagne jusqu’à ce qu’on trouve le bon endroit où on peut regarder le match tranquillement, avec un policier juste à côté de nous pour la surveillance.

On est dans les couloirs lorsque l’arbitre siffle le début de deuxième mi-temps. Une attaque rapide, dès les premières minutes, finit dans les filets de l’équipe adversaire de CSS. Malheureusement, on a connu le résultat qu’après le match, par la télé.

L’ambiance était magnifique au virage : des chansons d’encouragement, parfois des insultes à l’arbitre et au président de la fédération ainsi que des flammes [fumigènes] qui rendent la vision impossible. L’ambiance continue et les chansons ne s’arrêtent jamais sous les percussions des tambours, malgré le rythme très lent du match qui connaît quelques occasions modestes dans les deux côtés.

Après trois minutes supplémentaires l’arbitre annonce la fin de match. Les supporters commencent à quitter le stade sous la surveillance des policiers qui invitent les gens à quitter les lieux rapidement. Des bénévoles se chargent de démonter les bâches et les affiches pour les prochains matchs.

Avant de quitter le terrain, on rejoint le reste du groupe avec Fanny et Sami et ceux qui avaient choisi de garder leurs chaises. On prend une photo de groupe pour les souvenirs d’un premier match au stade Taieb M’hiri avant de se séparer et rentrer chez soi.

C’était mon histoire du premier match au stade Taieb M’hiri grâce à la coopération internationale… Au final, je tiens de remercier pour la superbe ambiance tous ceux qui nous ont aidés à accomplir cette mission, en particulier notre professeur Ali Bennasr, Abdelkarim et le président de CSS Yassine Ben Taher ainsi que le groupe grenoblois qui était présent au stade.

A suivre…

Récit de Wassim, étudiant en thèse de Géographie à l’Université de Sfax ; rédaction des titres et notes entre crochets, et mise en page de Jean-Michel Roux.

Soupe de poissons, pain d’orge et mobylette zarka

Depuis six ans, le Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale, organise un atelier dans la ville de Sfax en Tunisie. Cet exercice pédagogique permet à une trentaine d’étudiants grenoblois de répondre à une commande réelle de la Ville de Grenoble et de la société sfaxienne (ville, université, associations, collectifs d’habitants). L’un des thèmes de l’année était la géographie des sports à Sfax.

Dans ce cadre-là, une douzaine d’étudiants, d’enseignants et d’habitants de la ville se sont rendus ensemble au stade Taïeb M’hiri pour assister à une rencontre de championnat de première division: CSS (Club Sportif Sfaxien) vs CO Medenine. Chacun s’est plié à l’exercice du « récit de vie ». Le corpus réuni permettra aux étudiants de comprendre la place particulière que prennent le stade M’hiri et le CSS dans la deuxième ville du pays. Voici mon récit du match.

Cinq ans d’attente
Voilà cinq ans que je viens chaque année à Sfax pour l’atelier de coopération internationale en urbanisme; cinq ans à passer devant le stade Taïeb M’hiri. J’y ai bien fais un « passage à vide » en 2013, dans le stade en chantier; une visite en catimini, au culot avant de me faire éconduire gentiment. La période de l’atelier correspondait soit  à la trêve internationale, soit à un match du CSS en déplacement. Cet année, on a inscrit la thématique de la géographie du sport dans la ville au programme de l’atelier d’urbanisme. Raison de plus pour y aller.

Le stade Taïeb M’hiri en travaux, 2013

On regarde dès septembre le calendrier des matchs avec les étudiants. Le CSS joue à domicile le 12 novembre contre le promu, le CO Medenine, une petite ville du Sud. Comble de malchance, le match à domicile tombe le jour de l’arrivée. Malédiction! Par un heureux hasard, inexpliqué à ce jour, le match est finalement repoussé au 15 novembre, en plein séjour. Problème: le club ne vend pas de place au grand public. Pour un match de second ordre? On essaie de contacter le club par son site internet. Peine perdue.

Sur place, les collègues de l’Université de Sfax nous expliquent que les stades ont été réduits en capacité et l’accès réservé aux seuls abonnés depuis cette année. Il n’y a pas de place à acheter. Heureusement, les Sfaxiens sont pleins de ressources. Notre collègue a un collègue qui est un ancien entraîneur de l’équipe espoir du CSS et un neveu d’une légende vivante de l’équipe fanion. Il connaît le président. Il faut donner tous les noms des personnes venant au match le matin même afin de faire le laisser-passer collectif pour la police. Pas question de payer, on sera invité.

Le téléphone arabe fonctionne. On est bientôt une douzaine à vouloir se rendre au stade: des étudiants du groupe « géographie du sport à Sfax », deux enseignants, un étudiant sfaxien accompagnateur du groupe, un habitant sfaxien mal-voyant acceptant de nous faire partager son expérience d’accessibilité… et deux étudiants des autres groupes thématiques de l’atelier mais désireux de nous aider, au cas où… Solidarité étudiante oblige!

Se rendre au stade
Nous, les enseignants, avons des rendez-vous dans une cité populaire de banlieue puis en plein centre-ville, avenue Bourguiba. On décide de se retrouver directement à la porte d’entrée au grand dam de Wassim, l’étudiant sfaxien qui s’est démené pour obtenir les précieux sésames. Il se sent responsable de tout le groupe et n’a jamais vu de match.

La réunion expédiée, on file à Bab Diwan, porte de la médina, côté «ville européenne» où se trouvent les taxis de la ville. On comprend bien vite qu’on n’aura pas facilement un taxi. Les banlieusards chassent les taxis à la place (taxi bel blaça) ou les taxis compteurs plus efficacement que nous.

Un Sfaxien nous met rapidement au parfum : on mettra plus de temps à trouver un taxi et attendre dans les bouchons qu’y aller à pied. La ville est entièrement embouteillée. Autant suivre les projecteurs comme les rois mages suivirent l’étoile du berger… et les immenses panneaux routiers bilingues, français-arabe. Le passage aux feux, stops et rond-point est affaire d’audace et détermination. Un pochoir sur un mur (de lycée ?) indique que les Ultras Sfaxiens viennent d’avoir dix ans.

Embouteillage sur la route menant au stade dont on devine les projecteurs dans le lointain.

Marche cadencée car on est attendu, et par les étudiants franco-tunisiens et par la Police. Marche rendue difficile par la nuit qui vient de tomber, le manque d’éclairage public et les phares des voitures venant en sens inverse. Marche dangereuse car les trottoirs servent surtout à Sfax d’extension aux cafés, aux commerces, aux ateliers de mécanique auto ou de ferronnerie qui travaillent dehors. # Sayeb-trottoirs !

Slalom entre les voitures, les scooters à moitié dépecés de leurs pare-chocs et les innombrables mobylettes zarka, ces mythiques mobylettes Peugeot bleues qui ont fait la gloire de la ville.  Les Tunisiens se moquent des Sfaxiens en disant qu’ils ne sont bons qu’à manger de la soupe de poissons avec du pain sec à l’orge et rouler en mobylette zarka.

Les abords du stade
Les projecteurs nous guident jusqu’au stade : km 0.5, rond-point Menzel Chaker pour reprendre le système d’adressage et de mesure des distances typique de Sfax. Notre point de rendez-vous est «porte de Soukra», un quartier situé à proximité de la cité El Abib.

La présence policière est importante. On se retrouve comme prévu, presque pas en retard à l’entrée latérale : « porte 1, chaise 2 », en français dans le texte. Tous les mots du stade sont d’ailleurs écrits exclusivement en français : porte, loge, chaise, pelouse, tribune d’honneur, centrale. Le stade est polyglotte: le français et l’arabe comme langues officielles, l’arabe pour les conversations et les chants, l’anglais pour les banderoles, l’italien pour le vocabulaire ultra.

Mur d’enceinte du stade Taïeb M’hiri.

Les gens arrivent à pied ou en taxis. Un bar brille de l’autre côté de l’avenue. Les voitures font des marche-arrière tranquillement en plein traffic. Ne manque que trois personnes : deux étudiants et un malvoyant. Ils n’ont pas pris la bonne entrée et ont du mal à se repérer pour nous rejoindre. On essaie d’aller à leur rencontre mais les barrages filtrants de la police nous arrêtent. Nos explications ne convainquent guère les policiers. Ils ont du mal à croire cette histoire d’invitation du club. Les forces de l’ordre nous demande plusieurs fois si on ne serait pas journalistes par hasard et si un des étudiants français ne serait pas Sfaxien. Il est grand, châtain, la peau et les yeux clairs. Son camarade a dû supprimer les photos qu’il venait de prendre des ultras rentrant au stade.

Le canal Bourguiba et les lumières du stade.

Les lumières blafardes du stade dans le lointain contrastent avec la semi-pénombre des abords. Le stade Taïeb M’hiri est un stade circo-rectangulaire avec une belle enceinte en pierre. Il est couvert au trois-quart, un presque luxe dans cette région semi-désertique. Un canal avec son eau croupie, un terre-plein à peine arboré et un mur d’enceinte sépare le stade de la ville. Est-ce le canal de ceinture, hzem Bourguiba, qui écarte les eaux pluviales des oueds loin de la ville-centre ? Semble-t-il. La séquence du franchissement du canal par un petit pont avec ses grilles et l’entrée par la porte en fer et le mur d’enceinte en pierre appareillée, donne un côté « château-fort » au lieu. Un lointain écho à l’ancienne enceinte du Besiktas d’Istanbul.

Stade Taïeb M’hiri, porte de Soukra.

L’entrée des supporters se fait au compte-goutte, sur présentation de la carte d’abonnement. Pas de fouille excessive non plus. Nous, on attend d’être tous là pour présenter la lettre officielle du club. Il n’y en pas besoin. Un policier a la même et fait l’appel. On passe l’un après l’autre.

Dans le stade avant le match
Une belle allée mène à la « tribune d’honneur », bordée par un terrain de sport annexe. Sur la gauche, un chien-policier s’ennuie jusqu’à l’arrivée bruyante d’une équipe de jeunes garçons qui courent, sans doute les futurs ramasseurs de balle qui sortent des vestiaires pour aller prendre place sur le terrain.

On se présente avec le sésame à des policiers qui nous amènent finalement à l’homme de la situation; belle stature, costume trois pièces avec le gilet jaune fluo sous la veste. Il nous attendait visiblement. Il nous ouvre un portail intérieur et nous emmène jusqu’à notre tribune, « chaise 1 », où le placement est libre. La tribune n’est pas copieusement garnie et on peut facilement prendre place dans la partie supérieure et centrale pour bénéficier d’une excellente vue sur le terrain. Les sièges baquets sont confortables. On nous gâte décidément.

Vendeur de kloubs avec son « couffin » en tribune centrale.

Un vendeur ambulant, en survêt, se déplace avec son panier traditionnel, le couffin (couffa en arabe). Il vend des graines de tournesol tunisien, kloub, rondes et noires, pas les blanches de Turquie qui sont en train de mettre à mal la production locale. Les kloubs sont vendues dans des cornets en feuilles A4 recyclées… à partir de pages de manuel scolaire de 5e année, littérature arabe. Qui a dit que sport et culture ne pouvait pas faire bon ménage ? Un dinar le cornet (environ 35 centimes d’euro). Pas de boisson. Le sol est rapidement jonché de graines de tournesol. Bruit de cage de hamsters dans la tribune.

Un autre homme distribue les programmes du match, avec l’interview exclusive du nouvel entraîneur du club, un ancien joueur tunisien du CSS qui a déjà bien « bourlingué » comme entraîneur. La possibilité de gagner 100 dinars après le match avec le n° du magazine invite à ne pas jeter celui-ci au sol.

Si le public est au quart féminin comme on nous l’a affirmé, ce n’est pas le cas de cette tribune. Il s’agit presque exclusivement d’ hommes adultes (20 à 60 ans) même si quelques couples sont visibles ici ou là. Aucun spectateur ne portent de signe distinctif du club ou d’un groupe ultra. On vient au match « en civil ».

Des stadiers privés surveillent la tribune d’honneur. De l’autre côté des grillages, sur le bord du terrain se trouvent quelques officiels, un banc de secouristes en livrée rouge et trois handicapés dans leurs voiturettes tricycles. De notre côté, des policiers discutent en bas de la tribune, les casques et matraques accrochés aux barrières. L’ambiance est paisible.

Tifo d’avant-match
On regarde à notre aise le virage des ultras du CSS. De gauche à droite, on peut distinguer cinq groupes à la vue des bâches étalées sur le haut des grilles séparant le terrain de la fosse. Le premier est dans le bloc 3, au début du virage, à côté de spectateurs assis. Il est clairement séparé des autres groupes par l’accès aux tribunes. C’est le groupe des Drughi bianconeri. Pourquoi un groupe appelé drughi bianconeri? Sans doute un clin d’oeil appuyé au groupe ultra homonyme de la Juventus de Turin, lui-même inspiré par le film Orange Mécanique avec l’italianisation du terme droogs. Pas étonnant que les autres ultras ne cherchent guère un tel voisinage…

Dans le bloc 4, derrière les buts se trouve le groupe qui semble être le plus ancien – créé en 2003 – et le plus étoffé : les Fighters avec leur bâche « black and white fighters ». Eux-aussi ont dû s’inspirer d’un groupe de la Juve. Les Fighters font preuve d’un goût certain pour l’héraldique. Leur blason se compose d’un écu crénelé rappelant les murailles du bled arabi, écartelé de sable et argent, portant le nom du groupe et sa date de création. Il comporte des « ornements extérieurs » : un gladiateur casqué avec une torche enflammée, entouré de lambrequins de flammes vertes et rouges aux couleurs de l’Italie. Le gladiateur est-il un clin d’œil à l’antique cité romaine d’El Jem avec ses arènes ? La ville de Sfax est située à une heure de route de cet amphithéâtre qui vaut le détour. Taparura et Thanae (Thyna), les établissements romains de l’agglomération de Sfax n’ont pas eu d’arènes.

Blason du Club Sportif Sfaxien et du groupe ultra des Fighters sur un mur de la ville.

Suivent, dans le bloc 5, les trois autres groupes qui se tassent les uns contre les autres : les Raged Boys 07, les Leoni et les Ultras Sfaxiens 07. Plus de trace des Vikings 03 dont le tag orne encore l’entrée principale. Ils ont dû disparaître du paysage comme les traces de la brève occupation normande de la ville1.

Le tifo est composé de l’animation non coordonnée de ces différents groupes. Fumigènes et drapeaux pour les uns (noir, blanc, vert et rouge); pour les autres une voile qui descend du toit du stade faisant apparaître une sorte de gangster façon Chicago avec tifo de feuilles blanches. Il semble être là pour fêter les 10 ans du groupe des Ultras Sfaxiens. Une banderole en jaune sur fond gris rassure tous le monde : « Don’t freak out. It is just ultras things » (pas de panique, c’est juste un truc d’ultras).

Virage côté ville avec le parcage visiteur du CO Medenine.

Un quart du vide est presque vide : le virage côté ville. Il ne comprend, derrière les buts, qu’une cinquantaine de supporteurs de Medenine, éparpillés dans le bloc situé sous la table de marque (éteinte). Ils n’ont pas de bâche ultra, aucun signe distinctif, un simple drapeau, long d’une dizaine de mètres, à quatre bandes jaunes et noires, posé sur le grillage. Ils ne cherchent même pas à faire corps ou un tifo. En ont-ils le loisir ou l’envie ?

La première mi-temps du match
On en oublie un peu la présentation des équipes… L’absence de speaker officiel et de matraquage publicitaire est finalement appréciable. Le coup d’envoi est donné et la partie part sur un faux rythme.

Une faute un peu appuyée d’un Sfaxien sur un défenseur engendre un carton jaune et sort le stade de sa torpeur. Trois bouteilles en plastique d’un litre et demi volent d’une tribune latérale. L’une ricoche sur le terrain et finit sa course dans les jambes d’un défenseur de Medenine qui ne s’en offusque guère. Le match n’est pas aux grandes envolées, il n’est pas aux simagrées non plus. Quelques instants plus tard, un homme descend les marches de la tribune pour venir invectiver l’arbitre dans un langage que Wassim ne souhaite pas traduire mais qu’il qualifie de fleuri. Un policier débonnaire vient le ramener en plaisantant vers les gradins.

Les Fighters se tiennent par les épaules par groupe de 20 et sautent en chantant. Ultras Sfaxien 07 et Fighters se répondent vocalement.

Mi-temps
On anticipe la pause pipi de la mi-temps pour les filles, étant donné le sous-équipement en toilettes et l’absence d’espace genré. La buvette, magnifique avec ses faïences vertes et blanches, est faiblement achalandée : quelques sandwichs et du thé à la menthe fraîche !

Buvette du stade à la mi-temps.

Certains aimeraient bien changer de places dans le stade. Wassim file s’enquérir de la possibilité. C’est semble-t-il possible si tout le groupe bouge d’un seul homme. Manque de pot, Sami, le non-voyant ne semble pas enthousiaste. Il n’est jamais venu au stade, et s’est fait une petite place confortable en tribune assise avec des présences rassurantes alentours. L’idée d’aller se mettre debout en virage… On décide de rester… sauf si la sécurité accepte une séparation du groupe en deux. Ce qu’elle accepte gentiment. On est des hôtes pénibles.

Le groupe se scinde en deux. Partent ceux qui veulent le grand frisson des virages. On passe alors successivement trois grilles fermées par des cadenas pour pénétrer dans le bloc 4, « zone Fighters », à la périphérie du noyau ultra, juste à côté des policiers. Un grand frisson rassurant. Notre présence ne suscite aucune réaction dans le bloc; ni hostilité, ni intérêt. On nous laisse regarder tranquillement la tribune plus que le match. Les policiers alentours et le vendeur de sandwichs regardent plus le match que la tribune. Ils sont calmes. Leurs collègues policiers, en faction sur la pelouse, discutent debout derrière un banc faisant face à la tribune. Leurs boucliers anti-émeutes sont sagement alignés sur la pelouse.

La seconde mi-temps du match
La seconde mi-temps est radicalement différente. Gens debout, chants permanents en arabe. Est-ce du dialecte ? On n’en comprend pas un traitre mot. Aucune rythmique n’est reconnaissable pour un public venant d’Europe. Il y a une discographie locale. Pour le reste, chants, tambours en bas de tribune, drapeaux avec les cannes à pèche, craquage massif de fumis: il y a tous les codes de la culture ultra.

Pas de kloub dans la tribune. On est debout, plus kangourou qu’hamster. Peu de marqueur vestimentaire de l’appartenance au groupe ultra : un blouson ici, un t-shirt là. Etrange pour un virage qui affichent par ailleurs nettement ses couleurs. Quelques jeunes sont torse-nu.

Les Ultras Sfaxiens ont de la suite dans les idées. Ils déploient une deuxième banderole accompagnée de quelques fumis, dans les mêmes tons jaune et gris : « Oh what. You thought that we would stop ? ». Oh ! Mince, vous pensiez que nous arrêterions ? Comme si la culture ultra n’était qu’une passade ?

Une échauffourée éclate à la marge de la zone Fighers, près des Raged Boys. Est-ce une explication de texte entre groupes ou entre membres du même groupe ? Elle ne dégénère pas et tout le monde reprend sa place en tribune.

Fumigènes en blocs 4 et 5.

En fin de partie, un second craquage de fumis a lieu dans les blocs 4 et 5, simultanément. Il est assez massif et les chants qui accompagnent portent loin. Les téléphones portables sortent des poches pour immortaliser la scène jusqu’à son transfert sur le réseau.

Fin de match.
Au fait, le match se termine sur un score de 1 à 0 en faveur du CSS. Un but qu’on aura raté lors de notre transfert d’une tribune à l’autre. En l’absence de grand écran, il faudra attendre la diffusion sur le web.

Fin de match en tribune ultra, au-dessus de la fosse.

La police accompagne les ultras en-dehors du stade gentiment mais fermement une fois les bâches repliées. A peine le temps de sauter dans la fosse aux eaux croupies, d’enlever les bâches et  de les replier que le stade est déjà vide. Même en tribune d’honneur, les gens partent vite. N’y a-t-il pas de système de loges ou de salon pour les sponsors?

Tag marquant la « zone » dévolue aux Fighters 03 (F03), le groupe ultra du bloc 4.

Dernière photo de groupe sous l’escalier d’honneur du stade puis sortie dans la rue. Elle est déjà vide et a repris son rythme. On arrête aisément deux taxis compteurs. Un pour ramener Sami, notre invité-usager mal voyant à la porte de la médina, qui s’appelle à Sfax, le bled arabi ou madina al-arbi, la « ville arabe ». Dans la précipitation on oublie qu’on a laissé les filles seules. Un gentleman est posté à dessein à l’arrivée du taxi pour les raccompagner jusqu’au lieu de débrief : la Régence.

Café de la Régence à Sfax.

Débriefing à la Régence
Le Café de la Régence est un bar du centre de Sfax. Il n’a sans doute pas changé depuis que Georges Perec l’a décrite en 1965 dans Les Choses. Bière Celtia, Orangina et plateau de fruits de mer cuits. Ambiance enfumée, exclusivement masculine jusqu’à notre arrivée, amicale. On est presque de la famille. Fayçal le videur et le patron qui est de Toulouse nous connaissent. Ici aussi, on est des hôtes d’honneur.

A suivre…

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Soupe de poissons, pain d’orge et mobylette zarka, in Au stade des villes, 24/11/2017, https://stade.hypotheses.org/1215, ISSN format électronique 2556-6563.

Tous nos remerciements à  Ali, AbdelKarim, Wassim, Sami ainsi qu’au club du CSS, son Président et son Attaché de presse. Ce texte est dédié au « grand » Ali qui dispute actuellement son match le plus important à Paris et qui aurait sans doute adoré être notre guide ce soir-là.

  1. Sfax est brièvement occupée par le roi normand Roger II de Sicile en 1148. Elle est reconquise par les Almohades d’Abd al-Mumin en 1159. []