Archives par mot-clé : IUGA

De la 2D ennuyeuse à la 3D captivante. Paroles d’une profane

Cinquième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’une étudiante française de master, Florence.

 

J’adore le hockey. C’est le seul sport qui m’intéresse au niveau professionnel. Mes seules expériences du sport en tant que spectacle n’avaient jusqu’alors pris place que dans des patinoires. J’étais totalement profane des matchs de football et ne m’était jamais rendu dans un stade d’une telle ampleur. Voici donc le récit de mon premier match de foot au Stade Taieb Mhiri, à Sfax (Tunisie) et, simultanément, le récit de mon premier match de foot… tout court.

Lorsque les thématiques sur lesquels nous, étudiants en Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble, allions travailler durant l’atelier 2017 à Sfax furent annoncées, j’étais assez enthousiaste. Parmi les thématiques proposées, je me suis orientée vers la géographie du sport. Ce n’était pas tant par goût prononcé pour la pratique sportive. Le pourquoi de ce choix réside plutôt dans ce que recouvrait le sujet, au sens élargi. Il s’agissait de faire l’état des pratiques sportives, du sentiment sportif à Sfax et d’étudier l’accessibilité des équipements sportifs sfaxiens.

Je n’aime pas le sport en tant que tel, en revanche j’aime ce qu’il est capable de susciter chez les gens. L’étude des logiques qui se cachent derrière son organisation et sa promotion me semble passionnante. Il y a mille et une révélations sur la société étudiée qui peuvent se laisser découvrir par l’étude du sport. Je ne saurais pas être assidue sur la référence que je vais tenter de citer mais, je me souviens d’un cours de sociologie des religions dispensé pendant mes études en sociologie. Notre enseignant – probablement citait-il un auteur célèbre dont j’ai tout oublié – avait fait une analogie entre le sport et la religion très intéressante. Au détour de son propos, Il expliqua que ce qui se passait dans un stade pouvait être comparable à une grande messe. Ça parait peut-être ambitieux comme çà, hasardement mystique, mais j’y ai cru et, je continue de croire que la communion des supporteurs et l’engouement d’un groupe pour un sport créer quelque chose de l’ordre religieux.

Aussi, spontanément, l’idée d’étudier le sport en tant que spectacle (à distinguer de l’étude du sport en tant que pratique) m’a très fortement attiré. Il fallait donc aller voir un match. Voir un match pour étoffer nos propos sur le sentiment sportif sfaxien. Durant notre travail de terrain et nos dix jours de présence à Sfax, la problématique de notre recherche varia de nombreuses fois. Au fur et à mesure de nos rencontres et des informations recueillies il fut plusieurs fois question de remanier/repréciser ce sur quoi porterait notre étude.

A une problématique correspond une méthodologie. Une méthodologie est une méthode par laquelle les informations sont récoltées et viennent répondre à la problématique. Dans le cas présent, il semble impératif que la problématique fixée vienne justifier une participation à un match de football au stade Taieb Mhiri. C’est incontournable. En effet, nous étions tous tellement enthousiaste à l’idée de voir un match qu’il n’était pas envisageable de renier le match au profit de quelques pérégrinations méthodologiques. Le 16 novembre 2018, nous nous sommes rendus au match qui opposait le Club Sportif Sfaxien (CSS) au CO Medenine.

Il avait été convenu qu’Alicia, ma camarade, et moi passerions récupérer Sami à son domicile avant de retrouver le reste du groupe devant le stade. Sami est un Sfaxien malvoyant, président de l’association des malvoyants de Sfax, que nous avions rencontré quelques jours plus tôt. Nous l’avions invité à se joindre à nous ; ce qui était une première pour lui également. Il habite la médina. Pas de problème, nous nous rendons jusqu’à chez lui à pied près de 2h30 avant le début du match. Histoire de prendre large. Sami nous accueille très gentiment chez lui. Nous prenons le temps de la discussion (une petite demi-heure, rien d’inquiétant) puis nous décampons.

Sortis de la médina nous nous dirigeons tous les trois vers une voie principale, avec l’espoir d’alpager un taxi. Nous avons vite compris que la tâche allait s’annoncer beaucoup plus ardue que prévu. En effet, nous sommes en pleine heure de pointe, les taxis sont tous pris d’assaut. Il va falloir être patient. Nous changeons de rue, une fois, deux fois. Nous développons des stratégies. On se met aux angles, aux feux, devant une station-service… mais toutes nos tentatives se soldent par de cuisants échecs. Le stress commence à monter : et si on n’y arrivait pas ?

Lorsque par miracle on arrive à arrêter un taxi vide on lui explique que c’est au stade que nous souhaitons nous rendre. Mauvaise destination : aucun taxi n’a envie de s’engager dans un si long trajet et de s’empêtrer dans le trafic. On regrette de n’avoir su anticiper cette situation. On est mal à l’aise de mettre Sami dans une situation aussi inconfortable. Lui aussi commence à s’impatienter. Le stress s’intensifie.

A la recherche d’un taxi

C’est à ce moment que, nous retrouvons, par hasard, Tahar, un camarade que nous devions retrouver au stade. Le moment est aussi rassurant (nous ne sommes pas les seuls à galérer) qu’inquiétant (quelqu’un a-t-il donc réussi à atteindre le stade ?).

Nous sommes désormais quatre à, désespérément, tenter d’attraper un taxi. Et c’est une lutte de tous les instants. On s’agite, on s’affole, on croit y arriver… et puis non. Après près d’1h30 de combat on parvient ENFIN à tous monter dans un taxi. Il accepte notre destination sous la contrainte. On s’est jeté dans le véhicule sans laisser le choix au chauffeur. A situation urgente, méthode d’urgence. Désolée. Le trajet jusqu’au stade est sympathique. On explique au chauffeur qu’on supporte le CSS. Il est de tout cœur avec nous.

Nous arrivons au stade avec un peu de retard par rapport à l’heure convenue avec nos collègues. Soulagée d’avoir pu atteindre le lieu mais inconscients du parcours qui nous attends encore. En effet, notre chauffeur ne nous a pas déposé à la bonne entrée, il va falloir faire le tour du stade pour rejoindre nos collègues. Et ce n’est pas une tâche simple au regard de tous les barrages de police qui encerclent le stade. Le site est sur-sécurisé. Comme un soir de nouvel an sous Vigipirate. Il nous faut passer deux ou trois barrages policiers où à chaque fois les policiers, armés, nous moralisent parce, qu’en effet, nous ne sommes pas passés par le chemin qu’il fallait pour rejoindre notre entrée.

Arrivés les derniers, nous venons enfin compléter le groupe. Parce que nos prénoms sont sur une liste d’invitation dont un policier se saisit, nous entrons dans l’enceinte du stade au compte-goutte à l’appel de notre prénom. Nous sommes ensuite escortés jusqu’à notre tribune. Alicia et moi escortons Sami au milieu du reste du groupe.

Il n’est pas nécessaire d’être précis sur les places, nous sommes assez libres de choisir.   Les gradins ne sont pas larges. Je guide Sami de manière assez hésitante. Parce je ne suis pas habilitée à accompagner une personne en situation de handicap j’ai peur de mal faire, d’être trop entreprenante. De l’autre côté, on s’est confronté à mille et un risque depuis qu’on a quitté la médina: la foule, la nuit, la chaussé abimée et maintenant les gradins étroits. On a tous su les affronter.

Nous sommes dans les gradins d’une des tranches « horizontales » du stade. Je suis certaine que l’endroit porte un nom plus technique mais, pour être honnête, je ne saurais pas le nommer autrement. J’imagine que la vision que nous avons du terrain est celle qui est recherchée mais, pour être encore honnête, je la trouve un peu sans saveur.

Le groupe installé dans les gradins

Je m’explique : la vue qu’on a est la même que celle qui est choisie pour les retransmissions télévisées. Les joueurs s’agitent de profil, on voit le ballon naviguer de droite à gauche. J’ai du mal à me défaire de cette image télévisuelle (jusqu’alors la seule que je connais) et je ne peux m’empêcher de la transposer ici. J’ai l’impression de voir en 2d. Seul le son est plus fort mais il apparait aussi comme un fond sonore. En effet, la tribune dans laquelle nous nous trouvons est plutôt calme dans l’ensemble. C’est un peu comme si on était au cinéma : on a une superbe et large vue sur « le spectacle »… et puis il y a les popcorns. Enfin non pas exactement les popcorns… Ce ne sont pas des cornets de maïs sucrés que tiennent les spectateurs mais des cornets de petites graines de tournesols. C’est ce que les gens ont l’habitude de grignoter pendant les matchs.

Qu’à cela ne tienne, on veut faire à Rome comme les Romains alors on en achète aussi un au vendeur qui sillonne les gradins. Faute d’avoir pu s’accoutrer au couleur du CSS, le cornet à la main, on est un peu plus accessoirisé pour le match. D’ailleurs, je suis un peu étonnée de ne pas voir énormément de personnes vêtues aux couleurs de l’équipe. Quelques rares (très rares !) personnes ont des sweats CSS, mais çà s’arrête là. Pas de vague blanche et noir, les gens sont venus comme ils sont.

Le match a commencé. Je ne m’en suis pas rendu compte. Soit le coup d’envoi s’est fait discret, soit je ne suis pas assez attentive… Les deux hypothèses se tiennent. Elles explicitent chacune à leur manière mon sentiment.

Au fait, je n’ai réussi à vivre le match en 3d qu’à partir du moment où j’ai élargi la focale. C’est-à-dire en regardant les gradins et le public qui font l’ambiance du stade. Alors certes, dévisager les tribunes c’est perdre du regard ce qui se passe sur le terrain, ça entraine une perte d’attention sur le jeu (au sens technique) mais ça permet de prendre la dimension du spectacle. Parce que, pour dire vrai, lorsqu’on n’y connait pas grand-chose au football le cœur du spectacle ce n’est pas le jeu mais l’environnement dans lequel on est. Il faut englober le stade du regard pour apprécier et vivre l’événement. Et je pense que c’est ce que mes camarades novices et moi avons le plus fait durant l’intégralité du match : on a scruté les gradins, très peu le terrain.

Dans le virage gauche, se trouvaient les supporters « Ultras » ; ceux qui, avec leurs chants scandés haut et fort, faisaient vibrer le stade. Ils donnaient au match toute sa substance d’événement populaire. A droite, les courageux supporteurs de l’équipe adverse. Ils n’étaient pas nombreux – une petite trentaine – mais ils avaient aussi l’air de supporter vivement leur équipe. Evidement leurs voix étaient laaaargement écrasées. C’était comme des fourmis marginalisées, au loin.

Supporters adverses, seuls.

En face, les spectateurs/ supporters lambda. Ceux qu’on avait essayé d’imiter en prenant un cornet de graines de tournesol mais qui grignotaient leurs graines avec mille fois plus de dextérité que nous. Très vite le sol se pare de centaine de coquilles, le jeu continue, les coquilles s’accumulent.

Au bord du terrain, il y a deux spectateurs handicapés moteurs. Ce n’est pas un détail mais la confirmation des dires recueillis la veille auprès du directeur des équipements sportifs de la direction des services techniques de la municipalité de Sfax. Un gentil monsieur qui nous avait accueilli pour une interview dans son bureau et qui, au détour des questions que nous lui avions posé sur le stade, nous avait expliqué que les handicapés avaient une place d’honneur durant les matchs. Ils sont au plus près des joueurs. C’était en effet vrai, pour les personnes handicapés moteur. Moteur seulement.

Parenthèse tant qu’on est dans les vérifications : l’affirmation de l’attaché de presse du CSS, donnée 2 jours plus tôt, selon laquelle «près d’un quart des supporters sont des femmes ; vous verrez au match» s’est révélé fausse, grassement fausse. Il doit y avoir 5 ou 6 femmes, nous comprises, dans le stade. Incontestablement, aller au stade est un loisir d’hommes.

Supporters handicapés moteur au bord du terrain

Je suis assise à côté de Sami. Je ne connais pas exactement la nature et le degré de son handicap mais on comprend qu’il n’est pas en capacité de suivre le match. Sa vision doit être assez minimale. Alors autant, je sais tenir la conversation sur divers sujets, autant, sur le football… j’ai loin d’avoir mille choses à dire. J’ai pu expliquer les règles à Alicia mais pour des commentaires techniques sur le jeu qui se déroule présentement devant nous, il faudra repasser. Alicia et moi avons peur que Sami s’ennuie et regrette un peu d’avoir accepté de nous accompagner. Le CSS a l’air de largement dominer le match, c’est le seul élément qu’on peut donner à Sami. Pour une analyse plus fine, nous faisons appel à Maen. Il est assis à l’autre bout du gradin, on lui demande s’il veut bien venir expliquer ce qui se passe à Sami. Maen commentera le match pour Sami le reste de la première période. Période durant laquelle il n’y aura aucun but.

Un but, un but… quand on est novice du football c’est ce qu’on attend avec le plus d’impatience, parce que c’est l’élément le plus tangible de la partie. Celui qu’on comprend aisément et qui explique les explosions de joie.

Pour l’heure le public de nos gradins est modérément agité. Il suit attentivement le match et s’émeut de chaque action en faveur ou en défaveur du CSS. Ce que j’appelle la concentration, ce sont des gens assis, le menton appuyé sur leur poing serré. Ce que j’appelle l’émotion, ce sont des gens levant les bras au ciel ou se tenant la tête de stress à chaque occasion de jeu. Vivement le but qui viendra apaiser tout le monde.

C’est la mi-temps. Pendant toute la première période, on grouillait d’aller là où l’ambiance est : dans la tribune Ultra. En effet, l’étude du mouvement avait fait partie de nos problématiques de recherche et rien de tel que l’empirisme pour solidifier ses hypothèses. Wassim, le doctorant sfaxien qui avait pu nous obtenir des places se renseigne auprès du personnel du stade. Après discussion il revient vers nous et nous explique que nous pouvons changer de tribune. Trop cool !

Sami ne tient pas particulièrement à changer de tribune. Il préfère ici car « c’est plus calme, plus rassurant ». Il est vrai que, vu de loin et, comparativement à la tribune où nous nous trouvons, la tribune Ultra semble déchaînée. Mais parce qu’il ne souhaite pas nous empêcher de bouger, il est prêt à faire l’effort, par gentillesse. Nous refusons de le forcer et de le mettre mal à l’aise. Une moitié de l’équipe, pas excessivement motivée à l’idée de changer, décident donc de rester là.

Nous nous faisons escorter durant la mi-temps jusqu’en « terre Ultra ». C’est pendant le temps du changement que le match reprend. A peine, le match reparti, le Club Sportif Sfaxien inaugure le score : un but, enfin ! … nous l’avons manqué. En effet, pour changer de tribune, il a fallu quitter les gradins. Le timing n’a pas joué en notre faveur. Nous avons manqué ce qui se révélera comme le seul but du match (désolée pour le spoiler).

Arrivée dans le virage où les différents groupes de supporters Ultras logent, l’ambiance est tout à fait différente. Elle est beaucoup plus animée. Les supporteurs agitent de grands drapeaux aux couleurs du club et entonnent des chants que tous connaissent par cœur.

En terre Ultra

Avant d’aller voir un match du CSS, j’étais conditionnée… presque de manière inquiétante. Depuis le début de notre voyage d’étude à Sfax je voyais du noir et du blanc partout- les deux couleurs du CSS. C’est-à-dire que mon œil et mon cerveau repéraient instinctivement les marquages urbains (tags plus ou moins complexes) et les produits dérivés (en vente un peu partout) témoins de l’entrain des Sfaxiens pour leur club. De fait, j’imaginais que le public du stade serait paré de blanc et de noir de manière indécente : il n’en était rien. Y compris en tribune Ultra. Et pourtant, nul besoin d’un accoutrement commun pour que l’ensemble des supporters semble uni. La ferveur pour le club est nettement palpable. Les chants s’enchaînent les uns après les autres avec le même entrain, puissant.

Il me semble entendre des paroles en italien par ci par là. Peut-être ai-je été sujette à des hallucinations auditives. Avant le match, pour les besoins de notre étude, nous avions survolé quelques éléments du référentiel des supporters Ultra du CSS. L’étude avait révélé que les supporters du CSS s’inspiraient librement des supporters de la Juventus. Je n’ai pas halluciné, j’ai bien entendu crier « Juve ! ».

Je crois qu’il y a un terme technique pour définir les moments de liesse et de craquage des groupes de supporters. Nous avons eu le privilège d’assister à un de ces moments. Sous les chants, encore plus intenses, les fumigènes se sont mis à fuser un par un jusqu’à recouvrir la tribune d’un épais brouillard. Vu de l’extérieur, je veux bien croire que la scène pouvait paraître apocalyptique. Pourtant, de l’intérieur, le moment paraissait incroyablement organisé. Propre. Je n’ai jamais utilisé le terme « vacarme organisé » à si bon propos. C’était spectaculaire, dans tous les sens du terme. La scène a duré quelques intenses minutes, puis les chants et les « remues » de drapeaux ont repris avec leur intensité de routine.

D’un point de vue sportif, je ne me souviens nullement ce qui s’est passé durant la seconde période de jeu ; trop occupée à regarder le remue-ménage des supporters. Cela dit, la vision « de derrière les cages » est certes, plus immersive, mais moins pratique pour suivre toute l’étendue du jeu avec précision. J’ai une excuse.

A la fin du match, après le coup de sifflet final, il n’y a pas eu de nouvelles scènes de liesse liée à la victoire. Le dernier chant, durant lequel les supporters agitaient mélodieusement la lampe torche de leur téléphone portable, était plutôt un chant apaisé. C’était une espèce d’adieu à l’équipe et au personnel du stade. Nous avons quitté les gradins dans le calme.

Avant de quitter le stade, ce fût pour nous le moment des dernières photos souvenirs. Nous avons retrouvé nos compères – restés dans la première tribune – pour une dernière photo de groupe. Chacun recueillait les impressions de chacun. On papotait entre nous si bien que notre attention s’est défaite du reste du public. Le temps de la séance photo, raisonnablement longue, le stade était totalement vide. Les supporters avaient évacué les lieux sans bruit, sans vague.

Les rues alentour étaient également déserte ! J’imaginais que les Sfaxiens zoneraient quelques temps autour du stade pour se féliciter de la victoire, mais non, ils s’étaient tous envolés, comme par magie. Le contraste entre le moment et l’ambiance 15 minutes auparavant était saisissant.

Nous avons tous agrippé un taxi (nettement plus facilement qu’à l’aller !) et nous nous sommes retrouvé en centre-ville, dans un des dénombrables bars de Sfax – le temps du débriefing.

Le lendemain matin, une de mes camarades et moi avons eu la chance de faire une visite guidée du stade, vide. La visite nous avait été proposé par un membre de la municipalité quelques jours auparavant. En ce lendemain de match, nous arrivèrent au moment du grand nettoyage. Les jardiniers remettaient la pelouse en état. Les balayeurs nettoyaient les espaces publics. Nul besoin de dire qu’il était difficile d’imaginer, sous le bruit sourd de la souffleuse qui aspirait les coquilles de graines de tournesol amassées dans les gradins, ce dont le lieu avait été le théâtre la veille.

Calme d’un lendemain de match

 

A suivre…

Texte et illustration de Florence P. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

Talking about stadia: the polyglot project.

This year, we have launched with my colleague, Afaf Abdin, a new conversation course for our French and English speaking students in our two international Master programmes at IUGA: ICUP-Urbano (International Cooperation in Urban Planning) and UCI (Cooperation Internationale en Urbanisme). The course is called Talking about stadia: the polyglot project. We invite students to question the words describing stadium and city in French (tribune), English (naming) but also in various languages such as Arabic (sâha, tarwid), Italian (tifo) or Urdu (markaz).

 

General aim
One needs to be polyglot (tongue and culture) to cooperate at international level in terms of planning. That is why in Master 2 UCI, teaching is done mostly in French with several courses given directly in English. In ICUP-Urbano, teaching is English only with some language courses in a second language (mostly French). The polyglot project is a way to practice this second language. A planner must be a translator of ideas and terms between languages but also within his own language.

The polyglot project is a way to practice a language (written – oral) i.e. Learning a languageThe polyglot project aims to introduce a cooperation attitude between two masters groups i.e. Learning to cooperateThe polyglot project aims to apply this knowledge to a understand a worldwide urban issue: stadia, i.e. Understanding a social and economical phenomena through its technical vocabulary.

Groups and topics
The thirty something students are organized in groups of three students mixing the two master programmes, nationalities (14!) and disciplines (architecture, planning, geography, sciences of education, etc.). Each group could study four words or a specific subject and will write an essay in French and English. Groups will be encouraged to write in a third language.

Amongst the topics selected:
– pre-game rituals in American colleges, Twickenham (rugby stadium in London) and Buenos Aires football grounds,
– the Arabic word tarwid and the French (se) dresser to understand the logics around the body in football grounds,
– safety in European football grounds,
– survival of ancient games in nowadays cities (bouzkachi in Afghanistan and Highlands games in Scotland),
– etc.

Final presentation (access on request) will be held the 22nd of January 2018. Some of the essays will be published in this very blog.

Note: The Master ICUP is part of an Erasmus programme. Mundus Urbano (MU) is an interdisciplinary Master of Science programme specialising in International Cooperation in Urban Development, jointly offered by four European universities, with the support of the Erasmus+ programme of the European Union (Erasmus Mundus Master Course, EMMC). It addresses the dynamic challenges faced throughout the world due to rapid urbanisation processes.

Examen L1 « La ville et ses objets »

Mon cours de Licence 1 « Géographie et Aménagement » portant sur La ville et ses objets interroge – pour partie –  la question du rapport entre le stade et la ville. Un des sujets à l’examen de 2016-2017 était  : « A quels défis urbains, environnementaux et sociétaux vont devoir (ou devraient) répondre les urbanistes et aménageurs en charge de l’organisation de la prochaine Coupe du monde de football au Qatar (2022)? » L’usage de tout type de documentation était interdit et le thème du Qatar n’avait pas été abordé en cours. Voici quelques exemples de bonnes copies (en 2 heures), très différentes selon les options suivies par les étudiants.

 

Etudiant 1 (option Aménagement)
« N’importe quel objet, si vous l’étudiez correctement, toute la société vient avec ». André-Georges Haudricourt

L’étude du stade devient alors pertinente pour comprendre les logiques qui régissent une ville. D’abord créés à la gloire des dieux, puis pour la gloire des hommes sous l’Antiquité (grecque puis romaine), les stades se sont progressivement transformés pour devenir des lieux de loisirs qui accueillent des masses venant assister à des évènements, le plus souvent sportifs. L’un de ces évènements les plus connus est la Coupe du monde de football. Celle-ci se déroule tous les quatre ans, et en 2022, elle prendra place au Qatar. Évènement mondial dont la diffusion est planétaire, elle nécessite un très gros budget mais permet le rayonnement du pays d’accueil et l’explosion du tourisme pendant le mois que dure la compétition.

De nombreux pays se battent pour être sélectionnés pour accueillir ces tournois, souvent sans prendre en compte l’avis de leur population, ce qui engendre des potentiels conflits d’acteurs. Le rôle des aménageurs et urbanistes est donc central dans l’organisation d’une Coupe du monde, puisque de leur travail dépend en partie la réussite ou l’échec de ce genre d’évènements. A quels défis principaux les aménageurs et urbanistes doivent-ils faire face dans l’organisation d’évènements de cette nature au Qatar?
Afin de répondre à cette question, nous étudierons dans une première partie le défi urbain gigantesque que pose l’organisation d’une Coupe du monde (I), nous nous intéresserons ensuite aux défis environnementaux inquiétants que soulève ce type d’évènement  au Qatar (II), enfin nous étudierons les problèmes sociaux qui peuvent en résulter (III).

 

I. L’organisation d’une coupe du monde au Qatar: un défi urbain gigantesque
Les aménageurs et urbanistes doivent, à la fois, prévoir des structures aptes à accueillir les touristes dans des conditions optimales (a) mais aussi penser à l’après-coupe du monde.

a. Une exigence de sécurité pour l’accueil de milliers de touristes
La Coupe du monde est un évènement qui nécessite à la fois la construction de stades dans de nombreuses villes (dont les travaux commencent des années avant) mais aussi de complexes hôteliers, de « villages » pour accueillir les touristes. Les urbanistes et aménageurs doivent planifier toutes ces installations, trouver des endroits appropriés pour les installer, etc. La sécurité doit être leur exigence principale afin d’éviter des drames (ex. en mai 1992 une tribune s’est effondrée en Corse lors d’un match de football).

b. La nécessité de penser l’après-coupe du monde
Les aménageurs et urbanistes doivent également travailler en pensant à la future utilisation qui sera faite de ces équipements. Pour cela, il convient d’intégrer les complexes sportifs à la ville d’en discuter avec les habitants et de leur permettre de se les approprier. Il est important de penser à la reconversion de ces constructions pour ne pas reproduire des erreurs déjà faites. En effet, la construction de nombreux stades au Brésil pour la Coupe du monde précédente a conduit à l’abandon de ces stades que personne n’entretient.

 

II. Une Coupe du monde au Qatar: un défi environnemental inquiétant
L’organisation de la Coupe du monde au Qatar en 2022 pose (a) de nombreux problèmes environnementaux  auxquels les aménageurs et urbanistes vont devoir répondre (b).

a. Le Qatar, un territoire peu propice
La situation géographique du Qatar, du fait de son climat très sec et chaud, risque de poser de gros problèmes environnementaux. En effet, l’intense chaleur rend la climatisation obligatoire dans tous les stades et complexes sportifs. Les déchets plastiques risquent d’être exponentiels et donc le bilan énergétique catastrophique.

b. Les défis pour réduire l’empreinte énergétique
Afin de limiter au mieux les dégâts environnementaux, les urbanistes et aménageurs peuvent par exemple planifier des structures en matières renouvelables et/ou réutilisables. Ils peuvent également utiliser l’énergie solaire pour les alimenter. De même, le choix de changer les dates pour que la Coupe du monde ait lieu en hiver est pertinent.

 

III. Les grands évènements sportifs à l’origine de problèmes sociétaux
Ces grandes manifestations sportives peuvent être à l’origine de conflits, à la fois à cause des coûts (a) et des inégalités qu’elles engendrent (b).

a. La Coupe du monde, une manifestation aux coûts importants
Les coupes du monde peuvent entraîner des problèmes sociétaux du fait des coûts qu’elles impliquent, surtout dans les pays où les inégalités sont très marquées. A titre d’exemple, il y a eu de grandes manifestations au Brésil il y a trois ans pour protester contre ce type d’évènements. De plus elles entraînent de grosses dettes pour les pays d’accueil (ex. la Grèce après les JO).

b. Un facteur à prendre en compte
Aménageurs et urbanistes doivent tenir compte de la présence de ces inégalités dans le pays où ils travaillent pour rendre la situation moins difficile. Ils doivent travailler avec les locaux et les intégrer complètement à l’évènement qui va se dérouler.

Pour conclure, aménageurs et urbanistes portent une grande responsabilité dans le bon déroulement d’une coupe du monde. Le territoire du Qatar semble être la source de nombreux défis urbains, environnementaux et sociaux. Il faudra réussir à concilier les intérêts parfois divergents car l’impact d’un évènement tel que celui-ci ne laisse aucune place à l’échec, au moment où les yeux du monde sportif seront braqués sur le Qatar.

 

Etudiant 2 (option Espaces et Sociétés)
Le Qatar est un pays situé au Moyen-Orient, petit par la taille mais grand par sa richesse et son influence géopolitique. Puissance émergente du monde, le royaume du Qatar souhaite s’affirmer à l’international dans les toutes prochaines années et ainsi peser diplomatiquement et politiquement dans les décisions du futur du XXIe siècle.  Organiser le plus grand évènement sportif de la planète est une étape et une volonté affichée du Qatar  pour s’ouvrir au monde. Ainsi de gigantesque travaux ont débuté il y a trois ans de cela et les premières difficultés apparaissent. A quels défis seront confrontés les auteurs d’un tel projet, dans un pays encore mal connu? Les enjeux urbains, environnementaux et sociaux seront énoncés et analysés respectivement dans trois parties.

I. Les villes au Qatar ne sont pas nombreuses relativement à la superficie du pays. Doha, capitale qatarienne, concentre une très grande partie des activités et des hommes du pays. Cette ville futuriste est « peuplée » de gratte-ciels et de tours. Le fait qu’une grande partie du Qatar soit entouré du désert limite ainsi le choix de l’emplacement des futures installations, que ce soit des stades, des fans zones ou encore des infrastructures sportives (complexes d’entraînement). Ainsi, le défi initial des urbanistes et aménageurs est de trouver de la place dans un pays qui en manque. Une solution risque d’être de détruire des zones d’habitation pour les plus pauvres, car comme nous le verrons en troisième partie, les inégalités sont très fortes et tout le monde ne peut habiter en ville.

La construction de nouvelles voies de communication participe au défi urbain ; des routes et des voies de bus menant les joueurs et spectateurs du stade aux hôtels devront être construites, ainsi que les logements nécessaires aux centaines de milliers de supporteurs. L’enjeu urbain est immense ; il transforma drastiquement le paysage du pays.

 

II. Le Qatar est un pays au climat très spécifique ; plus de quarante degrés à l’ombre durant l’été avec des chutes de température la nuit. La régulation de la chaleur dans et autour des stades sera un défi environnemental sans précédent dans l’histoire de la Coupe du monde ; aucun pays aussi chaud n’ayant jamais accueilli une telle compétition. Pour tempérer le climat désertique, des innovations technologiques devront être apportées. Une solution pourrait être des stades clos et climatisés ou ventilés pour descendre à une température d’une vingtaine de degrés. Ici la protection de la santé des joueurs et spectateurs entrent en jeu pour une compétition longue d’un mois.

La qualité du sol et les matériaux utilisés pour construire de telles infrastructures font également partie de la question environnementale. Les aménageurs devront ainsi s’assurer construire sur des sols adéquats en évaluant leur résistance afin d’éviter un effondrement de tribune. Un dosage précis des matériaux et de la précision dans la fabrication des pièces nécessaires seront nécessaires à l’édification des construction en béton.

On sait également que le Qatar tient sa richesse du pétrole, activité néfaste pour l’environnement. On sait également que le Qatar possède des populations très pauvres vivant dans des conditions laissant à désirer. Le rejet de particules nocives dans le désert est une plaie environnementale connue au Qatar. Ainsi de gros efforts sur le plan environnemental  doivent être mis en oeuvre au travers de cet évènement. Cette mission doit être au coeur du travail des urbanistes et aménageurs.

 

III. Le royaume du Qatar est divisé en deux sociétés ; les très riches se regroupent dans les villes, dans les grandes tours de verre, les plus pauvres vivent dans des habitations de fortune, à l’écart des villes, en bordure du désert ou aux marges des grandes villes. On peut aussi parler des droits de la femme au Qatar, bien inférieurs à celui des hommes. Elles ne peuvent travailler sans l’accord de leur mari par exemple. Cette société est encore refermée sur elle-même et distante du monde occidental. L’ouverture sociétale sera un enjeu fort tout en préservant son identité, ses traditions, ses coutumes. Réduire les disparités sociales, encourager l’émancipation, favoriser l’accessibilité pour tous aux infrastructures font partie des défis immenses qui dépassent le football.

Les aménageurs et urbanistes chargés de l’organisation de la Coupe du monde auront des défis immenses à relever dans un pays au potentiel économique et touristique fort. Transformer les réseaux routiers et le paysage urbain, innover et faire participer la recherche en matière environnementale, permettre l’accès au plus grand nombre et dans de meilleures conditions aux stades, tout en assurant une sécurité maximale, la Coupe du monde devra relever plein de défis!

 

Etudiant 3 (option Urbanisme)
Depuis plusieurs décennies le Qatar s’illustre sur la scène internationale par son développement économique à la fois rapide et impressionnant. Le pays se hisse parmi les pays les plus riches du monde en terme de PIB/habitant, principalement par l’exploitation de la manne d’hydrocarbures mais aussi par de juteux placements boursiers et immobiliers.

Dès lors, cet émirat ne cache plus ses ambitions. Il veut afficher au monde sa réussite, dont il est fier. Fini l’époque des promoteurs de l’image et de la réussite du Qatar, tous regroupés dans les plus luxueuses stations balnéaires du monde, exhibant leurs fortunes. Désormais, ce petit pays arabe veut organiser un des plus prestigieux évènement au monde: la coupe du monde de football. Cela est prévu pour 2022 et les moyens financiers ne manquent pas à ce richissime émirat. Mais plusieurs défis attendent ce pays dans l’organisation de son évènement. Ce sont des défis de nature diverses qui assureront, s’ils sont pris en compte sérieusement, la réussite de cet évènement planétaire.

Ainsi, comment le Qatar peut-il réussir l’organisation de la Coupe du monde de football de 2022 par des leviers structurants? Nous allons donc centrer notre raisonnement sur trois principaux défis que les urbanistes et aménageurs devront réussir à relever.

 

I. Tout d’abord, le premier défi est urbain. En effet, le Qatar devra s’équiper massivement de stades de football mais aussi d’infrastructures hôtelières, commerciales et résidentielles pour assurer un accueil digne aux nombreux visiteurs. Il faudra d’abord garantir l’insertion de ces objets complexes que sont les stades dans la ville. Il faudra éviter de les implanter en centre-ville car cela peut poser de nombreux problèmes comme ceux de la circulation, du bruit, ou encore de la sécurité. Une infrastructure sportive d’envergure nécessite un complexe spatial entièrement dédié à elle.

Pour favoriser l’accessibilité, les urbanistes devront répondre à un important défi: celui des transports. Il faudra permettre à des milliers de personnes de se déplacer, en assurant la fluidité de la circulation et la sécurité des personnes. Il faudra aussi s’inscrire dans une cohérence architecturale et de valorisation paysagère.

La question des transports est essentielle pour la cohérence urbaine mais elle l’est aussi dans la logique d’un autre défi: l’environnement. Les transports urbains propres et innovants devront être au coeur des stratégies de maîtrise d’ouvrage de l’Etat du Qatar car ce pays est entièrement dépendant des énergies fossiles. Une très grande part de la population possède de gros véhicules énergivores.  Des transports propres comme des tramways ou des bus électriques pourraient enclencher la transition écologique du pays.

 

II.  Mais en matière d’environnement, d’autres défis semblent cruciaux. C’est le cas par exemple de la question de l’eau. Nous savons qu’un stade de football est très gourmand en eau du fait de sa pelouse. Nous savons aussi que les pelouses artificielles, bien que non consommatrices d’eau, n’offrent pas la même qualité de jeu, ce qui serait indigne d’une compétition internationale de renom comme la Coupe du monde. Pour cela, il faudra mettre en oeuvre une stratégie pouvant dégager des solutions face à cette problématique. Une solution pourrait être de développer des pelouses génétiquement modifié afin de s’adapter au climat. En matière d’implantation, on pourrait aussi rechercher des sites près de la mer afin de bénéficier d’une importante humidité pour empêcher que le sol ne soit en important déficit hydrique.

Le Qatar se situant en plein désert, il va poser des défis environnementaux. Le premier sera celui de la température. Les pics caniculaires rendent très compliquée une activité sportive intense. Pour cela il faudra penser les stades et les transports afin qu’ils maximisent les îlots de fraîcheur. Il faudra bâtir avec des techniques favorisant une construction durable et un isolement diminuant les dépenses et l’énergie nécessaires au refroidissement de ces lieux.

 

III. Après l’environnement, le Qatar est aussi confronté à des défis d’une autre nature: les défis sociétaux. Il y a d’abord une éthique à instaurer  et ce, dès le début des travaux. Il s’agit des travailleurs étrangers, venus de pays d’Asie-du-Sud qui reçoivent de mauvais traitements. Il faut que la maîtrise d’ouvrage impose une volonté de travail éthique et digne. Mais l’enjeu clé des défis sociaux c’est celui de la mixité sociale, de la tolérance et de l’intégration. Malgré les richesses du Qatar, il demeure de fortes inégalités socio-spatiales. Il faudra donc, au sein des quartiers les plus déclassés – ceux qui souffrent – pouvoir faire des progrès en matière de rénovation urbaine et surtout permettre l’implantation d’infrastructures hôtelières et commerciales afin de dynamiser ces territoires et de limiter la fracture territoriale et sociale dont plusieurs pays dont le Qatar souffrent.

Pour conclure, nous pouvons affirmer que pour l’organisation de la Coupe du monde 2022, le Qatar devra répondre à de nombreux défis. Il y a d’abord des défis urbains, ceux de la cohérence urbaine, de la qualité architecturale, des transports, mais aussi de la gestion des nuisances sonores. Il y a ensuite des défis environnementaux avec la gestion de la ressource en eau dans un climat désertique. Il s’agira enfin de faire face à des défis sociaux, ceux de la dignité du travail, de l’intégration, de l’inclusion et de la mixité sociale et fonctionnelle. Mais au final, le véritable défi du Qatar est celui de la communication. Il faut que l’évènement devienne la vitrine d’un pays   prospère, ambitieux et résolument tourné vers l’avenir, un pays moderne et tolérant car ce genre d’évènement peut promouvoir et développer tout un pays. Rappelons pour terminer que la Coupe du monde espagnole dans les années 80 fut la genèse de plusieurs années de prospérité et de miracle économique.

 

Etudiant 4 (option Urbanisme)
Pour répondre à cette question nous allons faire un plan en trois parties: défis urbains, environnementaux, et sociétaux.

1. Tout d’abord le Qatar est un pays du Proche-Orient, composé essentiellement de désert et d’une côte maritime. La température y est extrême, dépassant les 45° C.. Le Qatar, et surtout les  aménageurs en fonction de l’organisation pour la Coupe du monde, vont devoir relever plusieurs défis.

Les défis urbains sont un point clé dans l’organisation spatiale d’un évènement. Pour la Coupe du monde de 2022 le Qatar fût sélectionné pour être le pays d’accueil. Mais en plus des équipements obligatoires (les stades), il faut tout une batterie d’infrastructures de connexion entre elles. Pour construire tout cela, il faut des bases solides, ce qui est un défi en tant que tel sur un sol sableux. Le Qatar a déjà commencé à investir la côte en développant un système d’îles flottantes qui sont artificielles. Il est connu aujourd’hui pour ses constructions géantes mais remises en cause pour leur utilité (pistes de ski, centre commercial, circuits automobiles, immeubles géants, etc.).

Pour articuler toutes ces infrastructures le Qatar a déjà mis en place un système autoroutier autour de la seule automobile. Il faudra développer non seulement le système existant mais également construire toutes les infrastructures et bâtiments secondaires, hôtels, restaurants, loisirs, magasins, etc… peut-être même un service de transport en commun pourrait être mis en place car les visiteurs seront nombreux.

2. Les défis environnementaux viennent s’ajouter aux défis urbains pour les aménageurs. Le plus gros défi est celui de la chaleur, dans un pays où la chaleur excède les 45° C. Les Qataris semblent avoir trouvé la solution avec la climatisation, de la chambre d’hôtel à la voiture, en passant par l’immeuble tout entier avec les restaurants et les bureaux. Cette climatisation des espaces communs ou privés a un coût pour l’environnement. Cette énergie provient peut-être de centrale nucléaire ou de la combustion de l’essence.

Trouver de l’eau dans un pays désertique est un plus gros défi encore que la chaleur. Le Qatar dé-salinise ou importe de l’eau (trois jours de réserve). Récapitulons. Pour avoir moins chaud, il faut de la climatisation, or l’eau utilisée pour cela est déjà rare et sa raréfaction n’est pas prêt de disparaître. Les aménageurs devront répondre à ce défi.

Le Qatar est devenu si riche et aussi rapidement en raison du pétrole… qui pollue. Si le pétrole venait à se raréfie, le Qatar devrait trouver des moyens de diversifier son économie (rachat du PSG p.ex.). Le Qatar défriche également ses seuls remparts face à l’avancée du désert (végétation basse). S’ajoute la question de l’alimentation des touristes dans un pays désertique. Les nourrir localement coûtera d’importante quantité d’eau ou il faudra les faire venir de l’extérieur (augmentation des flux et de la pollution).

ll y a aussi les tempêtes de sable, courant dans cette région. L’activité humaine se voit stoppée nette par cet évènement météorologique. Il faudra donc mettre en place des systèmes d’alerte et des infrastructures efficaces.

3. Au Qatar, les « vrais » Qataris, sont peu nombreux. La plupart des habitants sont des migrants, des travailleurs venus de pays extérieurs pour y travailler. Mais la réalité a vite changé. Selon de nombreuses ONG, les employeurs du bâtiment ont des pratiques douteuses. Les migrants se voient souvent privés de leurs passeports et obligés de travailler sous un soleil de plomb et pour un salaire de misère (beaucoup y ont malheureusement déjà perdu la vie). La Coupe du monde devrait permettre d’améliorer les conditions de vie des travailleurs les plus pauvres, proches de l’esclavage moderne.

En conclusion, les aménageurs et urbanistes en charge de l’organisation de cette coupe du monde vont devoir relever de nombreux défis: urbains, (morphologie urbaine, centre/périphérie, mobilités, sable, infrastructures, etc.), environnementaux (chaleur, rareté de l’eau, pollution, tempête de sable) et sociaux (migrants, esclavage moderne, ouverture économique, absence de classe moyenne, etc.). Le Qatar réussira-t-il son pari d’ici là?

Concevoir des stades pour demain

Vendredi 13 octobre 2017, j’ai donné une intervention dans le cadre du séminaire « Espaces et territoires » du Master 2 Design Urbain de l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine de Grenoble.

Le séminaire a commencé par un exercice d’écriture demandant aux étudiants de décrire leurs souvenirs de première visite d’un stade, de donner le nom d’un stade adoré et/ou détesté, en expliquant les réponses.

Résultats du tour de table suite à l’exercice d’écriture

Le tour de table présentait quelques résultats intéressants. Plus d’étudiants s’étaient rendus dans un stade à l’occasion d’une visite scolaire ou touristique (Firminy vert, stade olympique de Berlin, Camp Nou et stade olympique de Montjuïc à Barcelone), d’un concert ou d’un meeting et/ou cérémonie religieuse que pour assister à un match. Plusieurs ne s’étaient même jamais rendu dans un stade et n’en voyaient pas l’intérêt. Passer devant leur suffisaient pour mesurer la coupure urbaine qu’ils pouvaient engendrer… La dimension technique la plus impressionnante pour eux étaient la gestion des flux de personne et les mouvements de foule que généraient les stades.

La première visite avait été exclusivement faite en groupe: sortie scolaire, entre copains, en famille (« père et fille » revenant plus que « père et fils »!). Enfin, les souvenirs de l’évènement portaient moins sur le spectacle en tant que tel que sur l’impression qu’avait produite sur eux l’architecture (« beau et terrifiant », « une machine de guerre », « un stade qui met mal à l’aise », « un disneyland », « un cube lumineux dans la garrigue ») et sur les ambiances (« plate », « froide », « surprenamment cool », « effervescente »). Parfois les étudiants avaient plus discuté et regardé les tribunes que le spectacle.

La seconde partie du séminaire consista à montrer les résultats d’une de mes recherches sur les liens existants dans le temps entre société et type de stade depuis les Grecs jusqu’à l’époque contemporaine. L’exposé fut l’occasion d’un échange stimulant sur les tendances émergentes en matière de conception et management des stades en Europe (modèles anglais, allemands, etc.).

 

La grande scène du foot: analyse de l’ambiance du stade Maracanã après la rénovation pour la coupe du monde de 2014

Natália Rodrigues de Melo est une jeune brésilienne qui fait une thèse d’Architecture à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue le résumé d’une conférence qu’elle donnera dans le cadre d’un séminaire de recherche de l’équipe Villes et Territoires du laboratoire le mardi 11 juillet de 15h30 à 17h30 à la Cité des Territoires, 14 avenue Marie Reynoard, Grenoble. Torcedor bienvenu.

 

Les éléments architecturaux et symboliques d’un stade (le format de l’arène, la visibilité depuis toutes les parties, la proximité physique, le terrain mise en scène), la manifestation ludique du football et les relations établies entre les supporteurs constituent les images archétypales du rituel footballistique. Ils fabriquent, aussi, la notion de Lieu et favorisent la construction d’une mémoire collective, certainement développée depuis de nombreuses années.

Par conséquent, ce contexte permet la construction d’une partie de l’identité de nombreuses personnes et contribue à l’ambiance des stades. Ces derniers sont les dépositaires d’histoires, de significations et de symboles tellement imbriqués que, une fois imprégnés et guidés par l’ambiance (ici comprise comme un domaine moral, éthique et social qui définit un groupe), ils deviennent les dépositaires de la mémoire, en particulier dans le contexte brésilien qui est marqué par un besoin pressant de développer ce sport dès le plus jeune âge.

Nous partons de l’hypothèse que cette atmosphère est un élément central et essentiel dans l’aptitude des lieux à la métamorphose. Nous essayons donc d’analyser le stade de football comme un lieu de mémoire collective et comme un terrain pour le développement d’une praxis et d’une identité spécifiques afin de comprendre le rôle prédominant de l’ambiance dans la construction de la notion du Lieu ‘footballistique’.

Notre choix est guidé par la vogue du débat autour des stades de football brésiliens qui ont accueilli la Coupe du Monde de Football de 2014 et des travaux qu’ils ont subi afin de répondre à un « standard international » qui a changé radicalement la configuration de ces espaces et, par conséquent, la configuration des lieux.

Nous avons choisi le Stade Maracanã comme terrain d’étude et nous avons utilisé l’analyse des réhabilitations qui y ont eu lieu dès son inauguration jusqu’à nos jours afin de comprendre le rôle de l’ambiance comme un précédent de la valeur physique du bâtiment.

 

Le texte ci-dessous a été écrit par Natália Rodrigues de Melo; édité et mis en forme par Jean-Michel Roux.

Références bibliographiques
ALENCAR, Helenira Fonseca de; FREIRE, José Célio. O lugar da alteridade na psicologia ambiente. Revista Mal-estar e Subjetividade. Vol. II. Nº 002. Fortaleza: Universidade de Fortaleza, 2007, pp. 305-328
AUGÉ, Marc. Não-lugares: introdução a uma antropologia da supermodernidade. Campinas: Papirus, 1994
BERGSON, Henri. Matéria e memória. Trad. Paulo Neves. 2 a ed. São Paulo: Martins Fontes, 1999.
CRUZ, Antônio. A nova economia do futebol: uma análise do processo de modernização de alguns estádios brasileiros. 114f. 2005. Dissertação (Mestrado em Antropologia Social) ─ Universidade Federal do Rio de Janeiro, Museu Nacional, Rio de Janeiro.
FERREIRA, Fernando da Costa. Maracanã: de centralidade popular a arena para a sociedade do espetáculo. Anais do XIII Simpósio Nacional de Geografia Urbana. Rio de Janeiro, 2013.
GIRÃO, Cláudia. Maracanã: destruir ou preservar. In: Vitruvius, ano 12, fev. 2012. Disponível em: http://www.vitruvius.com.br/revistas/read/projetos/12.133/4225. Acesso em setembro de 2013.
HALBWACHS, Maurice. A memória Coletiva. São Paulo: Vértice, 1990.
LIMA, Solange Terezinha de. Percepção Ambiental e Literatura – Espaço e Lugar no Grande Sertão: Veredas In: DEL RIO, Vicente; OLIVEIRA, Lívia (orgs.). Percepção Ambiental: A Experiência Brasileira. São Carlos: Editora da UfScar/ Studio Nobel, 1996, p.153-172.
LYNCH, Kevin. A Imagem da Cidade. São Paulo: Martins Fontes, 1997.
MAFFESOLI, Michel. O tempo das tribos. Rio de Janeiro: Forense Universitária,1997.
MASCARENHAS, Gilmar. Construindo a cidade moderna: a introdução dos esportes na vida urbana do Rio de Janeiro. In: Revista Estudos Históricos Nº 23. Esporte e Lazer, 1999. Rio de Janeiro: FGV, 1999.
MÁXIMO, João. Maracanã: meio século de paixão. São Paulo: DBA, 2000.
MOURA, Gisella de A. O Rio corre para o Maracanã. Rio de Janeiro: FGV, 1998.
NEGREIROS, Plínio José de C. A Nação entra em campo: futebol nos anos 30 e 40. São Paulo: Pontifícia Universidade Católica, 1998. (Tese de doutorado).
PEREIRA, Leonardo A. Footbalmania. Uma história social do futebol no Rio de Janeiro, 1902-1938. Rio de Janeiro: Nova Fronteira, 2000.
PINHEIRO, E. A Cidade no Fragmento: lugar e poiesis no Largo da Carioca. Dissertação de Mestrado. Rio de Janeiro: Proarq/FAU/UFRJ, 2004, 207p.
POLLAK, Michael. Memória e Identidade Social. In: Estudos Históricos. Rio de Janeiro, vol.5, n° 10, 1992.
POL, Enric. La apropriación del espacio. In: L. Iñiguez & E. Pol (Orgs), Cognición, representación e apropriación del espacio. (pp. 45-62) Barcelona, España: Universitat de Barcelona, 1996
TUAN, Yi-Fu. Topofilia: Um Estudo da Percepção, Atitudes e Valores do Meio Ambiente. São Paulo: DIFEL, 1981.