Archives par mot-clé : Leblabi

Jumelage de villes et match de foot… Quel rapport ?

Depuis six ans, le Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale, organise un atelier dans la ville de Sfax en Tunisie. Cet exercice pédagogique permet à une trentaine d’étudiants grenoblois de répondre à une commande réelle de la Ville de Grenoble et de la société sfaxienne (ville, université, associations, collectifs d’habitants). L’un des thèmes de l’année était la géographie des sports à Sfax.

Dans ce cadre-là, une douzaine d’étudiants, d’enseignants et d’habitants de la ville se sont rendus ensemble au stade Taïeb M’hiri pour assister à une rencontre de championnat de première division: CSS (Club Sportif Sfaxien) vs CO Medenine. Chacun s’est plié à l’exercice du « récit de vie ». Le corpus réuni permettra aux étudiants de comprendre la place particulière que prennent le stade M’hiri et le CSS dans la deuxième ville du pays. Voici le récit du match de Wassim, un doctorant en géographie de l’Université de Sfax.

 

Une histoire vraie
Je contribue depuis quatre ans aux ateliers d’urbanisme [organisés à Sfax conjointement par l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et le Département de Géographie de Sfax]. Plusieurs thèmes ont été traités, à savoir l’accessibilité, la gestion des déchets, le transport ainsi que la question de l’agriculture urbaine à laquelle j’ai particulièrement contribuée.

Chaque année, les étudiants français me contactent quelques jours avant leur arrivée, le mois de novembre, pour que je puisse chercher des contacts et des rendez-vous. Rien de spécial pour cette année. Les étudiants sont regroupés sous forme de groupes de six personnes, sauf qu’une nouvelle thématique vient de paraitre sous consigne de notre professeur Ali Bennasr : c’est la question des équipements sportifs dans la ville de Sfax et l’accessibilité des handicapés.

Bref, on commence les préparatifs pour l’atelier avec les moyens qu’on dispose. J’ai commencé à prendre des contacts et des rendez-vous pour le groupe sur l’agriculture urbaine. Avant de partir à mon premier rendez-vous pour programmer une rencontre ultérieure avec une ingénieure agronome qui a déjà contribué à l’atelier de l’année dernière, Maryem, je discute le sujet avec le professeur Ali Bennasr. Il me donne la liberté de choisir les types de contacts, mais il me demande aussi si je connais quelqu’un qui pourrait nous aider à accéder au stade [Taieb M’hiri] un jour de match avec les Grenoblois. Dans son bureau, il a ouvert son ordinateur et regarde le calendrier des matchs pour connaitre le jour de match pour le CSS et qui sera son adversaire. Alors là, on découvre qu’un match aura lieu le mercredi 15 novembre à 19.00. Cette date coïncide avec la semaine pendant laquelle les étudiants grenoblois sont à Sfax.

 

Une campagne de recherche
Lors de ma rencontre avec Maryem, j’en profite pour lui parler de l’équipe d’étudiants qui travaille sur le sport. Je lui pose la question si elle a quelqu’un de proche qui pourrait nous fournir des tickets pour regarder le match du CSS au stade Taieb M’hiri. Sa réponse est spontanée : elle connait un vrai supporteur de CSS qui fait partie du groupe Ultra et un autre faisant partie du SIOS [probablement les socios du club] que je connais pas à ce moment-là. Elle me promet de les contacter et de m’informer de toute nouvelle.

Le lendemain, mardi 13 novembre, Maryem m’appelle pour m’informer que l’entrée au stade est permise seulement aux abonnés et que c’est pas possible d’avoir des tickets, désormais. Elle m’envoie le numéro de téléphone du supporteur qui se chargera de nous accompagner dans le stade si on a pu y accéder et pour nous mettre en contact avec les autres groupes de supporteurs que les «reconnus».

Le temps passe rapidement et le rendez-vous du match approche vite, la pression vient de s’installer. Lundi soir je regarde la liste de mes amis sfaxiens sur Facebook et je lance plusieurs conversations en même temps pour tenter ma chance espérant un coup de chance. Enfin une amie m’informe qu’elle connait quelqu’un de CSS et va lui interroger concernant les tickets de match et répondra le lendemain à ma demande. Cette fois-ci encore la réponse est négative : on ne peut pas avoir des tickets qui ne sont même pas mis en vente. Je suis obligé de revoir notre professeur Ali Bennasr et l’informer de mes tentatives.

A ce moment-là, Ali Bennasr se souvient qu’il a un collègue professeur de sport qui s’appelle Abdelkrim, ascendant du fameux joueur de football sfaxien, Hammadi Agrebi [l’un des meilleurs joueurs tunisiens de tous les temps]. Il lui explique la situation et lui dit que je vais suivre la procédure. J’ai enregistré son numéro et je lui donne un rendez-vous dans un quart d’heure à la faculté. La rencontre ne dure pas longtemps: il me demande de rédiger une demande au président du CSS avec la liste des étudiants et enseignants désirant l’entrée au stade, dans quel cadre, suivie de la signature du directeur du laboratoire SYFACTE et on aura un rendez-vous mercredi matin à 8.30. De retour au laboratoire, je rédige rapidement la demande avec la liste des étudiants faisant partie du groupe « sport ». Hanene, ma collègue du laboratoire, retape la demande sur son ordinateur et l’imprime. Ne manque que la signature d’Ali Bennasr. A son retour, il signe instantanément la feuille.

Un timing serré
Muni de la feuille signée, on se retrouve le lendemain avec Abdelkarim devant la buvette de la faculté, à 8.30 comme prévu. On part alors dans sa voiture en direction de CSS. En route il me raconte son histoire avec le CSS et comment fonctionnait le football en Tunisie. Il me raconte aussi sa carrière d’entraîneur de la catégorie des « espoirs » de CSS. Je lui demande la raison pour laquelle il a choisi de quitter le CSS. Il me répond que c’était un choix individuel et que, depuis ce jour-là, il n’a pas pensé même de regarder un match au stade, malgré les bonnes relations avec tous les dirigeants du club. En passant par le nouveau monument de Hammadi Agrebi installé devant le stade, il me dit : « Tu connais ce personnage » et continue de me raconter son histoire.

Arrivant au parc, nous montons au premier étage au bureau de Mr Yassine Ben Taher, le directeur général de CSS. Il n’est pas à son bureau. On est obligé de l’attendre jusqu’à 9.30 alors que j’ai déjà un autre engagement avec le groupe « agriculture urbaine » à 10.00 pour un rendez-vous. L’accueil est très à l’aimable. Après toute une discussion sur l’état actuel et les besoins du club, Abdelkarim finit par le solliciter pour l’autorisation d’accès au stade pour le groupe d’étudiants avec leurs enseignants et encadrants français et tunisien. Yassine demande plus d’explications et me cède la parole pour lui expliquer la situation. Il ne proclame aucun refus, au contraire, il consulte la liste et demande si cette liste est complète.

A ce moment, je lui demande si c’est possible d’ajouter quelques noms sous demande à la dernière minute de Jean-Michel Roux. La générosité et la gentillesse du directeur sont immenses. Il demande de compléter la liste de tous ceux qui désirent assister au match. Je rappelle Jean-Michel pour compléter la liste. Il est en réunion ailleurs et nous met en attente avant de recevoir un texto de Fanny avec la liste finale. Demandant à son collègue de noter la liste complète des étudiants et de solliciter l’autorisation officielle des policiers, Yassine me donne un rendez-vous à 15.00 pour récupérer « l’ordre de mission ». Nous nous quittons avec un grand remerciement.

Je rejoins le groupe « agriculture urbaine » avec une demi-heure de retard à Sakiet Ezzit [une commune de banlieue de Sfax]. De retour au centre-ville vers 13.00, j’ai faim et je décide de prendre un leblabi harissa pois-chiche [plat populaire préparé à base de pois chiches, d’ail, de cumin ou de carvi, d’huile d’olive et d’harissa]. A cet instant, mon téléphone sonne : le président de CSS m’informe que l’ordre de mission est prêt et qu’il faut s’adresser à monsieur Wissem au «bureau d’ordre». On se donne un rendez-vous dans une demi-heure au lieu de 15.00. Arrivé dans son bureau, il me demande une preuve d’identité. Je lui montre le «journal d’appel» ; et c’est fait : l’autorisation est en ma disposition. Il me pose des questions sur l’ambiance à la Faculté des Lettres car il a fait une maîtrise de Littérature Française là-bas. De retour au laboratoire SYFACTE notre professeur Ali Bennasr me demande si tout est réglé. On s’était donné rendez-vous à 17.30 pour partir ensemble au stade mais il renonce au match après une très longue journée de travail sans cesse.

C’est parti. Trente minute d’avance. Je prends un taxi pour arriver au rendez-vous prévu à 18.00 en prenant en considération le temps alloué pour arriver au stade pour un samedi soir [jeudi soir en fait]. Je demande au chauffeur de taxi de me déposer devant la porte 1, mais il me répond qu’il n’a rien à voir avec le foot et qu’il ne connaît pas cet endroit du stade. Le chauffeur s’arrête et essaie d’interroger les policiers. Coup de chance, on est sur la route de Soukra, et les panneaux indiquent qu’on est juste au bon endroit. L’heure indique 17.50.

Pour faciliter notre entrée au stade, je pense à interroger les agents de sécurité et me présenter avant que tout le monde soit là. En se rapprochant, un agent crie à haute voix et me demande de partir si je ne dispose pas d’abonnement : « C’est que pour les abonnés. Dépêche-toi d’ici ». Je sors la lettre d’invitation et lui dit que nous sommes invités par le président du club. Je ressens un changement dans son comportement et sa façon de parler. Il demande à son chef de s’en occuper. On me demande d’attendre que tout le groupe soit présent pour nous faire rentrer tous ensemble.

Il est 18.00 et personne n’est présent. J’appelle Jean-Michel. Il m’indique qu’ils sont en train d’arriver au stade à pied et qu’ils sont très proches de l’entrée. A 18.30 tout le monde est arrivé. On demande au policier de nous permettre l’accès au stade. A peine demandé, il sort une copie de notre lettre et commence de nous faire rentrer un par un en faisant l’appel. On attend que tout le monde soit accepté et nous rentrons ensemble au stade. Fanny me demande si je connais l’ambiance du stade, alors que c’est la première fois que je rejoins le stade de Taieb M’hiri. Elle proclame : « Ah ! D’accord, c’est grâce à la coopération alors que tu regardes ce match»!

Au match
A l’intérieur, un agent bien habillé en costume nous attend pour ouvrir la porte et nous accompagne jusqu’à ce qu’on arrive aux gradins et nous prenons place comme on veut sur des petits sièges. Avant l’entame de match, un monsieur se promène avec son couffin et vend des petit corneaux de grains de tournesols [kloub en arabe tunisien] à un dinar le corneau ; nous en prenons un pour chacun.

Avant l’entrée de joueurs, des chansons « Mia More » sont lancées dans les baffles à fond et les supporters réagissent. A l’entrée des joueurs, les drapeaux sont au rendez-vous. La concurrence est extrême entre les Fighters et les Ultras. En contrepartie, dans les pelouses latérales, quelques dizaines de supporters de l’équipe adversaire sont éparpillés sous le panneau de score déjà éteint. Enfin le coup d’envoi est sifflé par l’arbitre sous les encouragements continus des supporters. Le rythme du match n’est pas assez rapide, des ruptures de jeu sont signalées par l’arbitre et il y a très peu d’occasions. L’équipe adverse, l’Olympique Médenine, est très défensive et joue sur la contre-attaque. La mi-temps est sifflée à un score de 0 à 0.

Entre les mi-temps, on sollicite l’autorisation de passer au virage. Il [l’agent bien habillé] nous demande de nous mettre en groupe. On est accompagné d’un malvoyant qui est venu regarder le match avec nous. Il préférerait ne pas prendre de risque et de ne pas aller au virage. Je suis obligé de revenir vers l’agent de sécurité avec Jean-Michel et lui expliquer la situation et voir si c’est possible de séparer le groupe en deux. Il me répond que l’essentiel c’est notre sécurité et de bien se retrouver après le match. On lui rétorque qu’il n’y a aucun soucis : tous le monde a un téléphone et on peut s’arranger entre nous. Pour se diriger vers le virage, on est obligé de franchir trois portes avec l’agent de sécurité qui a un laisser-passer. Il nous accompagne jusqu’à ce qu’on trouve le bon endroit où on peut regarder le match tranquillement, avec un policier juste à côté de nous pour la surveillance.

On est dans les couloirs lorsque l’arbitre siffle le début de deuxième mi-temps. Une attaque rapide, dès les premières minutes, finit dans les filets de l’équipe adversaire de CSS. Malheureusement, on a connu le résultat qu’après le match, par la télé.

L’ambiance était magnifique au virage : des chansons d’encouragement, parfois des insultes à l’arbitre et au président de la fédération ainsi que des flammes [fumigènes] qui rendent la vision impossible. L’ambiance continue et les chansons ne s’arrêtent jamais sous les percussions des tambours, malgré le rythme très lent du match qui connaît quelques occasions modestes dans les deux côtés.

Après trois minutes supplémentaires l’arbitre annonce la fin de match. Les supporters commencent à quitter le stade sous la surveillance des policiers qui invitent les gens à quitter les lieux rapidement. Des bénévoles se chargent de démonter les bâches et les affiches pour les prochains matchs.

Avant de quitter le terrain, on rejoint le reste du groupe avec Fanny et Sami et ceux qui avaient choisi de garder leurs chaises. On prend une photo de groupe pour les souvenirs d’un premier match au stade Taieb M’hiri avant de se séparer et rentrer chez soi.

C’était mon histoire du premier match au stade Taieb M’hiri grâce à la coopération internationale… Au final, je tiens de remercier pour la superbe ambiance tous ceux qui nous ont aidés à accomplir cette mission, en particulier notre professeur Ali Bennasr, Abdelkarim et le président de CSS Yassine Ben Taher ainsi que le groupe grenoblois qui était présent au stade.

A suivre…

Récit de Wassim, étudiant en thèse de Géographie à l’Université de Sfax ; rédaction des titres et notes entre crochets, et mise en page de Jean-Michel Roux.