Archives par mot-clé : MMArena

Brest, nouveau modèle?

Le 20 avril 2022, Elio Bono, journaliste de France Info, publiait un article sur le projet de stade à capacité réduite du Stade Brestois; article pour lequel nous lui avons donné un entretien: “Ligue 1 : avec un nouveau stade à capacité réduite, Brest propose-t-il un nouveau modèle pour le foot français ?

Comme l’explique Elio Bono, ce “mercredi 30 mars, les dirigeants du Stade Brestois ont officiellement présenté le projet de nouvelle enceinte. Annoncé une première fois en 2018, le stade devrait voir le jour en 2026.” Le Stade Brestois va s’offrir une nouvelle enceinte de 15 000 places pour une aire urbaine de 320 000 habitants. Cette capacité est similaire à celle de l’actuel stade Francis-Le Blé mais elle est inférieure à celles observables dans les stades livrés lors de la dernière décennie dans des agglomérations de taille comparable comme Le Havre (Stade Océane, 25 178 places pour 269 000 habitants, 2011), Le Mans (MMArena, 25 064 places pour 205 000 habitants) ou Valenciennes (Stade du Hainaut, 25 000 places pour 192 000 habitants).

Le programme semble inspiré par une vision business, compatible avec les caractéristiques et les moyens socio-économiques du territoire : localisation hors du centre-ville, à proximité des voies de communication, maîtrise d’ouvrage par les propriétaires actuels du club, 2 000 m2 d’espace de loisirs pour la famille et un pourcentage élevé de places VIP/Loges (3 200 places en loges sur les 15 000 au total). Les “petites métropoles”, comme Brest, et les agglomérations françaises moyennes feraient-elles l’hypothèse que, pour faire survivre leurs clubs professionnels, il faut non seulement compter sur les droits TV mais surtout bien ratisser le tissu économique environnant? Quitte à jouer sur l’effet de rareté comme le fait La Rochelle, en rugby, avec son stade Marcel-Deflandre de 16 000 places qui fonctionne régulièrement à guichet fermé (172 000 habitants dans l’agglomération). Le projet brestois, qu’on peut lier aux modèles turinois et décinois, relèverait d’une approche ‘business’, et non plus seulement ‘public’, ce qui n’empêche pas, bien au contraire, la participation de la puissance publique à la construction de ces stades.

La sélection des stades pour la Coupe du monde de rugby 2023

Le 9 février 2017, la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate pour accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2023. Dix-neuf  villes étaient mentionnées lors de la présentation du dossier à la presse. Le Comité Directeur de la FFR vient de dévoiler les douze villes hôtes finalement retenues pour la candidature.

Douze villes mais onze stades ont été retenues (du plus grand au plus petit stade) :
Saint-Denis –Stade de France (80 000 places)
Marseille – Orange Vélodrome (67 000 places)
Lyon – Parc OL (59 000 places)
Lille Métropole – Stade Pierre-Mauroy (50 000 places)
Bordeaux – Matmut Atlantique (42 000 places)
Saint-Etienne – Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places)
Lens – Stade Bollaert-Delelis (38 000 places)
Nantes – Stade de la Beaujoire (37 500 places)
Nice – Allianz Riviera (35 000 places)
Montpellier – Stade de la Mosson (32 000 places)
Toulouse – Stadium de Toulouse (33 000 places)

Paris est la douzième ville. Son stade – en plus de Saint-Denis qui accueillera la finale – n’est pas encore connu: Jean-Bouin et le Parc-des-Princes sont les deux options possibles. L’U arena de Nanterre, future stade du Racing 92 a été écartée.

Sept villes se sont désistées entretemps ou n’ont pas été sélectionnées: Valenciennes (Stade du Hainaut), Le Havre (Stade Océane), Rennes (Roazhon Park), Le Mans (MMARENA), Sochaux (Stade Auguste-Bonal), Grenoble (Stade des Alpes) et donc Nanterre.

La FFR a expliqué vouloir déposer le meilleur dossier pour la Coupe du Monde 2023 et  justifie la sélection sur les critères suivants :

  • “La plus grande capacité de spectateurs potentiels (grand public et hospitalités)
  • La plus grande capacité hôtelière
  • Des stades de très haut niveau répondant aux standards des plus grands événements internationaux
  • Des villes hôtes mobilisées et expertes dans l’accueil des événements internationaux”

Notons simplement, qu’en l’état, la sélection fait la part belle aux stades de football. En-dehors du Stade de France, antre des équipes de France de football et de rugby et du Matmut Atlantique de Bordeaux qui accueille quelques affiches de l’UBB (Union Bègles-Bordeaux), les autres stades sont le domicile de clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 (Lens). Quand un club professionnel de rugby jouent dans ces villes, c’est alors dans un autre stade, plus petit: le Stade Ernest-Wallon à Toulouse, le Matmut Stadium de Lyon ou l’Altrad Stadium de  Montpellier.

Eléphant blanc – White elephant

Un éléphant blanc est une réalisation d’envergure et prestigieuse, souvent d’initiative publique, mais qui s’avère plus coûteuse que bénéfique, et dont l’exploitation ou l’entretien devient un fardeau financier((Déf. Wikipedia.org)). Les stades figurent en bonne place sur les listes.

 

Etymologie
L’expression vient de l’anglais britannique1 (white elephant) et est de traduction récente en français, langue qui  connaît plutôt des éléphants roses… L’éléphant blanc est traditionnellement un animal sacré dans les pays d’Asie du Sud-Est hindouiste ou bouddhiste (Inde, Thaïlande, etc.) car la mère de Bouddha en aurait rêvé d’un.

Dans la société aristocratique de ces pays, l’auguste animal ne peut travailler. Rarissime dans la nature, il fait l’objet de cadeaux de prestige que font certains souverains à leurs vassaux. Le cadeau peut alors rapidement devenir un fardeau pour le bénéficiaire qui se trouve dans l’obligation de le couvrir de soins et d’égards sans pouvoir en tirer un quelconque bénéfice. La bénédiction se transforme alors en malédiction. L’expression se répand dans l’Empire britannique au 18e siècle pour désigner un cadeau qui s’avère ruineux.

Caractéristiques d’un « éléphant blanc »
L’expression s’emploie aujourd’hui dans un sens large comme le souligne Wikipedia : “elle concerne des réalisations de nature pratique mais inefficace économiquement, ou bien des réalisations plus fantaisistes, voire irrationnelles. Dans les deux cas, l’éléphant blanc représente un coût de réalisation mais aussi un coût d’exploitation ou d’entretien. (…) L’éléphant blanc se distingue par divers traits :

  • l’inutilité pratique de la réalisation est évidente dès le début. (…)
  • l’entretien est une charge financière évidente et cette évidence la rend désagréable (ce n’est donc pas « l’entretien d’une danseuse» qui procure du plaisir à celui qui dépense)
  • il n’est plus possible de se débarrasser de la réalisation, pour des motifs de fierté ou de prestige”

Certains grands travaux d’équipement font figure d’éléphants blancs : l’aéroport canadien  de Montréal-Mirabel qui “ne décollera jamais”, les aéroports espagnols “fantômes” de Central-Ciudad Real, de Castellón-Costa Azahar et d’Huesca-Pirineos, fruits de la bulle immobilière ou certains projets immobiliers démesurés comme le centre commercial New South China Mall de Dongguan en Chine, conçut à son ouverture en 2005 comme le plus grand centre commercial au monde mais vide à 99%.

Les stades olympiques ou liés aux grandes compétitions de football et de rugby figurent en bonne place sur la liste: stade olympique de Montréal de 1976, stades de football portugais de Leiria et Aveiro  construits pour le championnat d’Europe de football 2004, certains stades de la coupe du monde de football en Afrique-du-Sud ou au Brésil en 2014, etc. En France, le stade du Mans (MMArena) est parfois cité tout comme le stade des Alpes à Grenoble, avec plus ou moins de raison.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Eléphant blanc – White elephant, in Au stade des villes, 07/03/2017, https://stade.hypotheses.org/240, ISSN format électronique 2556-6563.

  1. L’anglais américain l’utilise aussi mais avec le sens de cadeau bizarre et probablement coûteux et dont on finit par se débarrasser dans une brocante, une white elephant sales. []