Archives par mot-clé : Naming

Groupama stadium

Après plusieurs années de recherche, le club de Lyon vient d’officialiser le 12 juillet 2017 la signature de la convention de naming de son nouveau stade de Décines. Exit le Stade des Lumières ou le Parc OL, veuillez dire maintenant le Groupama Stadium.

Suivant l’exemple des clubs nord-américains, britanniques ou allemands, certains clubs français cherchent de plus en plus à diversifier leurs sources de revenu et les rendre pérennes sur plusieurs années en pratiquant le naming. Cet anglicisme désigne une pratique qui consiste à renommer temporairement – généralement une dizaine d’années –  un équipement sportif du nom d’un mécène. La pratique n’est pas récente. Le pionnier français est Le Mans (MUC 72) qui obtient des Mutuelles MMA, dès 2007, quelques 10 millions d’euros sur 10 ans pour son nouveau stade.

Les sommes récoltées en France sont généralement très en-dessous de ce que les entreprises anglo-saxonnes acceptent d’investir.  En 2011, « La banque américaine JP Morgan a ainsi déboursé 300 millions de dollars (220 millions d’euros) sur 10 ans pour prêter son nom au Madison Square Garden des New-York Knicks (NBA). »1 Les principaux contrats signés à ce jour en France  ne concernent que des assureurs et ne dépassent guère les 20 millions d’euros sur 10 ans, comme pour le Matmut Atlantique de Bordeaux en 2015. Des chiffres qui ont certes doublé en 8 ans, tout en restant très bas… au point que certains clubs préfèrent parier sur leur nom historique (PSG et son Parc-des-Princes) ou choisissent à contre-courant de continuer d’honorer anciennes gloires locales (stade Jean-Bouin d’Angers renommé en 2017 Raymond-Kopa ou stade Pierre-Mauroy de Lille).

L’Olympique Lyonnais cherchait depuis 18 mois un mécène pour le naming du nouveau stade de Décines, un mécène capable de s’engager sur un « partenariat industriel global, moderne et innovant » pour reprendre les termes du club. D’après Lyon Capitale, l’objectif visé, 8 à 10 millions d’euros par an ne sera pas atteint, même si le contrat devrait osciller, selon les résultats sportifs entre 5,5 et 7 millions d’euros. Il inclurait aussi le naming du centre d’entraînement (Groupama OL Training Center) et celui du centre de formation (Groupama OL Academy), qui rapportait jusqu’ici un million d’euros par an. La confidentialité de l’accord ne permet pas de savoir si le sponsoring maillot entre en compte.

Selon le club, l’assureur verra son nom associé non seulement à l’extérieur du stade mais aussi « dans l’arène, sur le parcours des clients VIP et du grand public, ainsi que dans les zones sportives, et permettra à Groupama Rhône-Alpes Auvergne d’utiliser l’image du stade pour promouvoir ses offres et services. Groupama Rhône-Alpes Auvergne bénéficiera (…) d’un dispositif réceptif d’envergure lors de tous les événements organisés au Groupama Stadium, avec l’utilisation des espaces 365 jours par an ».

La durée du contrat, trois ans seulement, alors que ce type de mécénat s’étend généralement sur dix ans, laisse quelque peu interrogatif, tout comme les objectifs de la « structure commerciale commune » qui sera créée dans le cadre du partenariat.

Il ne faudra pas confondre le Groupama Stadium, à Décines, et le Groupama Aréna… le stade du Ferencváros TC situé à Budapest (Hongrie) et qui a été construit à l’emplacement du Stade Flórián Albert, ancien stade du club, démoli en 2013.

L’entrée principale du Groupama Aréna avec la statue de Flórián Albert (à gauche) et la statue de Ferenc Springer (à droite). source: Kispados, wikipédia hongrois

Après le MMArena du Mans, le Matmut Atlantique de Bordeaux, l’Allianz Riviera de Nice, les assureurs prennent de l’assurance dans le naming des stades de football français. L’assurance que le spectacle sera au rendez-vous?

  1. «Le “naming” débarque en France… avec ses contradictions», France 24, 27 janvier 2011 []

(re)Naming à l’angevine

Alors que bien des stades de l’ère plus que moderne voient leur nom traditionnel être victime du naming, le stade d’Angers se contente de changer de figure tutélaire.

Le naming ou parrainage est une technique de plus en plus développée en Europe qui consiste à renommer, moyennant finance, une enceinte sportive du nom d’une marque ou d’une société pendant une durée plus ou moins longue. Le Vélodrome de Marseille est ainsi devenu l’Orange Vélodrome. Le naming fait le bonheur des happy few, fait rêver beaucoup de dirigeants et effraient nombre de supporteurs ou élus locaux attachés aux traditions.

Loin de ces soucis, la ville d’Angers a décidé cette semaine de renommer son stade Jean-Bouin en stade Raymond-Kopa. La décision a été approuvée par le conseil municipal. Raymond Kopa, qui s’est éteint cette année à l’âge de 85 ans, avait signé son premier contrat professionnel à Angers en 1949 où il n’avait joué que deux ans avant de réussir une brillante carrière au Stade de Reims puis au Real de Madrid.

Jean Bouin, le coureur marseillais, double médaillé olympique en 1908 et 1912, triple vainqueur du Cross des Nations et mort au champ d’honneur en 1914 cède la place au héros de Noeux-les-Mines, footballeur d’origine polonaise devenu international français et vainqueur de la coupe d’Europe.  Du coureur de fond au mineur de fond, à chaque génération ses héros.