Archives par mot-clé : Nîmes

Les poteaux étaient carrés

Nicolas a treize ans et demi en 1976 et il résume ainsi sa vie.  « Maman est partie et papa l’a remplacée par Virginie, un peu plus tard. Moi je l’ai remplacée le jour même par une équipe de football. »  Entre les troubles de l’adolescence, les copains plus dégourdis et une famille recomposée, il place ses espoirs de renaissance entre les mains d’une équipe de football, l’ASSE, qui l’emmène par procuration en finale de la coupe d’Europe des clubs champions, dans l’antre des Queen’s Park, l’Hampden Park. Le premier roman de Laurent Seyer, Les poteaux étaient carrés, n’est pas sans évoquer le Carton Jaune de Nick Hornby, lui aussi jeune banlieusard un peu paumé et fils de divorcés qui s’entiche d’Arsenal et d’Highbury. Nicolas, qui habite à Vincennes, connait pourtant son baptême du feu, bien loin de Saint-Etienne ou de l’Ecosse, à Paris. Récit d’un baptême au Parc des Princes avec son oncle Martin.

« C’était le 24 août 1973, j’avais onze ans et demi. Mon oncle Martin m’avait emmené au Parc des Princes pour voir le Paris Football Club affronter Nîmes Olympique dans le cadre de la cinquième journée du championnat de France de Division 1, que l’on appelle simplement « la D1″. J’allais assister à mon premier match de football professionnel dans un stade. Oncle Martin marchait difficilement, il devait s’arrêter toutes les cinq minutes pour reprendre son souffle, comme un vieil homme au bout du rouleau. Son allure physique était celle d’un vieillard d’au moins vingt ans de plus qu’il ne l’était en réalité. Nous avions mis près d’une demi-heure pour remonter le boulevard Murat depuis la porte d’Auteuil, où nous nous étions rendus en métro, depuis Vincennes. Caché par les immeubles, le stade ne m’étais apparu qu’au dernier moment, à un croisement de rues, alors que nous n’étions plus qu’à quelques dizaines de mètres. Le Parc des Princes avait des allures d’animal préhistorique avec ses grandes arêtes saillantes qui recouvrent son toit. Des dizaines de personnes étaient attroupées devant les portillons d’entrée. Certains faisaient la queue, d’autres formaient des petits groupes épars et animés par de vifs débats. En passant près de l’un d’eux, j’ai aperçu des mains agiter des billets.

Nous sommes entrés dans le stade quelques instants seulement avant le début du match. Une fois passée le portillon, nous avons pris un escalier, qu’oncle Martin a monté avec difficulté, en s’appuyant lourdement sur la rampe. Après avoir franchi une large porte métallique à deux battants, nous avons pénétré dans la tribune, au moment où les deux équipes faisaient leur entrée sur le terrain.

Je fus d’abord saisi par le halo de lumière qui montait de la pelouse. Il faisait encore jour en ce milieu d’après-midi, mais du carré vert en contrebas émanait une clarté éblouissante. Puis le brouhaha de fond qui m’avait intrigué à l’approche du stade s’est soudain mué en un grondement inhumain où se mêlait les cris rauques, les applaudissements saccadés et les stridences aiguës. Nous avons gagné notre place et au moment où je me suis assis, j’ai humé pour la première fois ce parfum singulier fait du mélange des odeurs du gazon fraîchement tondu et de la poudre des pétards allumés par les supporters. Ce flot de sensations nouvelles m’émerveilla. J’étais euphorique. Instantanément, je devins le fidèle d’un culte que je venais à peine de découvrir.

Cette rencontre initiatique remonte à près de trois ans et ce soir je ne suis pas au stade. L’image des tribunes que renvoie l’écran de télévision rend encore plus douloureuse la certitude de n’être pas à ma place. Ce qui pourrait être une simple soirée en famille est pour moi la révélation du mensonge sur lequel mon existence repose désormais, car ma vraie fratrie est à Glasgow ». pp. 44-46.

Extrait du roman de Laurent Seyer, Les poteaux étaient carrés, Editions Finitude,  2018, 144 pages, isbn 978-2-36339-097-4, 15 euros

À propos du Parc des Princes
Le Parc des Princes que visite le petit Nicolas a un an à peine et le club résident est le Paris FC. Le Paris Saint-Germain (PSG) n’en devient résident qu’en 1974.

Le Parc a été inauguré le 25 mai 1972, après 5 ans de travaux en incluant la démolition de l’ancien parc, construit en 1932, qui commence dès 1967.  Le chantier est compliqué car il s’opère en site contraint, en pleine ville et pour partie sur l’emplacement du périphérique en cours de construction lui-aussi1. L’architecte est Roger Taillibert et le maître d’oeuvre Bouygues. Taillibert fait le choix d’un stade elliptique (grand axe de 251,50 m et petit axe de 191 m) avec une série de portiques en porte-à-faux, variables en dimension et qui portent la toiture ainsi que l’éclairage zénithal évitant les traditionnels pylônes. Ces portiques lui donnent son allure si caractéristique « d’animal préhistorique avec ses grandes arêtes saillantes ».

Taillibert devient à la suite de cette réalisation un spécialiste de l’architecture d’équipements sportifs, réalisant entre autres, le stade olympique et le Biodôme de Montréal (1976), le Stadium Nord de Villeneuve-d’Ascq (1977-81) ou la Piscine Olympique de Kirchberg au Luxembourg (1984).

À propos du livre
« 12 mai 1976. Ce soir les Verts de Saint-Étienne rencontrent le Bayern Munich à Glasgow en finale de la coupe d’Europe. Nicolas est devant la télé, comme toute sa famille, comme ses copains du collège, comme la France entière. Mais pour lui c’est bien plus qu’un match. Cette équipe de Saint-Étienne est devenue sa vraie famille. Depuis le départ de sa mère, depuis qu’il est le seul fils de divorcés de sa classe, depuis que son père vit avec cette trop séduisante Virginie, il n’en a plus d’autre. Alors il retient son souffle quand les joueurs entrent sur le terrain. C’est sûr, ce soir, ils vont gagner ».  C.f. Editions Finitude

  1. cf. François Robichon, « Parc des Princes stade médiatique », d’Architectures n°48, septembre 1994, pp. 34-35 []

Bons baisers de Nîmes

A l’époque romaine et gallo-romaine, une soixantaine de villes françaises des provinces de la Narbonnaise et de la Lyonnaise mais aussi du Nord de la Gaule ont construit d’imposants édifices – cirques, amphithéâtres, amphithéâtres à scène – pour les jeux : Nîmes, Arles, Fréjus, Lyon, Périgueux, Paris, Nice, Metz, Autun, etc. L’amphithéâtre de Nîmes figure parmi les 20 plus grands des 400 amphithéâtres connus du monde romain. Il est l’un des mieux conservés. On le voit dans cette carte postale lors d’une corrida donnée à l’occasion d’une feria1 avec la ville de Nîmes en arrière-plan.

 

Carte postale des Arènes de Nîmes, photo JLZ, Ed. Méridionales.

L’amphithéâtre de Nemausus (Nîmes) mesure 133,4 m sur 101,4 m. D’une hauteur de 21 m, il est doté de deux rangées de gradins surmontés d’un étage d’attique et d’un velum. Sa piste, recouverte de sable – arena en latin – mesure 68 m x 38 m. Il comprenait environ 24 000 places. Construit de manière tardive vers 100 après JC, deux siècle après celui de Pompéi et 20 ans après le Colisée, il a pu bénéficier des améliorations structurelles apportées au fil du temps par les architectes romains.

Ce monument est la conséquence de l’évolution de la gladiature. L’amphithéâtre correspond ainsi à l’apogée de cette pratique, au moment où celle-ci connaît sa plus grande professionnalisation. On ignore quel magistrat fait construire l’édifice mais on a une trace de son architecte.

Il sera transformé par les Wisigoths en forteresse puis en ville fortifiée au Moyen Âge (castrum arenae, le château des arènes) comme celui d’Arles ou Périgueux puis comme lieu de relégation pour miséreux et pestiférés. Les constructions médiévales seront enlevées suite à un décret de Napoléon entre 1809 et 1812. Les travaux de réhabilitation se terminent sous le Second Empire et  le bâtiment est reconverti en arène en 1863.

Les arènes de Nîmes accueillent aujourd’hui des corridas et courses camarguaises ainsi que des manifestations culturelles (concerts, etc.). Les arènes font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques mais ne sont pas inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco, contrairement à celles d’Arles.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Bons baisers de Nîmes, in Au stade des villes, 02/03/2017, https://stade.hypotheses.org/286, ISSN format électronique 2556-6563.
  1. Une feria, du mot « foire » en espagnol, est une fête, en Espagne, dans le Midi de la France, au Portugal et en Amérique latine, marquée par des corridas ou autres manifestations taurines []

Les arènes de Nîmes. F. Tristan et A. Perdiguier

Écrivaine, féministe et militante socialiste (socialisme utopique), Flora Tristan est une des figures majeures des luttes sociales du XIXe siècle. Pour partir à la rencontre du monde ouvrier, elle s’engage dans un « tour de France » à l’instar des compagnons du devoir. Le passage par Nîmes lui permet de visiter les arènes en cours de restauration. Elle en sort outrée!

La ville de Nîmes a la réputation d’être très remarquable, très intéressante […] parce qu’elle a l’insigne honneur de renfermer deux morceaux de constructions romaines : les arènes et les débris du temple de Diane. Il y a des savants qui font exprès le voyage pour voir ces deux pièces curieuses […]. Beaucoup de ces mêmes savants crient au vandalisme ! en voyant qu’on ne fait pas réparer ces arènes. Il voudrait que la ville en les gardant dépensât quatre ou cinq millions pour remettre ces monuments entièrement à neuf.

Probablement qu’ensuite ils voudraient qu’on fît venir des bêtes féroces pour combattre contre des hommes. Dans ce cas, il faudrait en faire venir, car il n’y en a pas à Nîmes. Puis on ferait habiller des catholiques en païens romains et romaines, et le spectacle serait complet. Le conseil municipal de Nîmes a la faiblesse de se laisser intimider par ces absurdes criailleries et pour les apaiser, il fait semblant de réparer lesdites arènes. Chaque année on pose une douzaine de pierres, un bout de corniche, une affaire de 15 000 ou 20 000 francs. Sans doute c’est une mauvaise plaisanterie, mais enfin les 20 000 francs sont dépensés inutilement.

On ferait beaucoup mieux d’employer cet argent à construire chaque année un beau lavoir où le linge serait cette fois dans l’eau et les laveuses à pied sec et la tête à l’abri du soleil et de la pluie.

Flora TRISTAN, Le Tour de France. Journal inédit, 1844.

Les Arènes de Nîmes – 2011

Quelques années plus tard, un autre célèbre militant de la cause des ouvriers, Agricol Perdiguier, se rappelle son séjour à Nîmes dans ses Mémoires d’un compagnon. Passé par la ville quelques trente ans plus tôt,  il raconte la visite qu’il fait des arènes comme il est d’usage chez les compagnons. Le menuisier sans instruction donne une description remarquable de l’édifice… rendant hommage – sans le savoir? –  aux talents de voyance de Flora Tristan.

Les Arènes, grand amphithéâtre circulaire, elliptique, long de cent trente-deux mètres, large de cent trois mètres, entouré de deux rangs de portiques superposés, d’ordre toscan, de chacun soixante arcades, bien conservé, imposant à voir, dans l’intérieur duquel sont ou étaient de nombreux gradins, sur lesquels pouvaient s’asseoir vingt-quatre mille hommes, était autrefois destiné aux combats des gladiateurs et des bêtes féroces. Aujourd’hui, on y voit des luttes d’athlètes et des combats de taureaux: sa destination n’est donc pas complètement changée; nous sommes encore un peu païens.

Agricol PERDIGUIER, Mémoires d’un compagnon, 1852-1853.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Les arènes de Nîmes. F. Tristan et A. Perdiguier, in Au stade des villes, 10/02/2017, https://stade.hypotheses.org/34, ISSN format électronique 2556-6563.