Archives par mot-clé : Pacaembu

Les stades du Mondial seront des éléphants blancs

Christopher Gaffney, géographe américain, auteur d’un ouvrage de référence sur les stades sud-américains1 , répond aux questions de Jean-Michel Roux pour le numéro 393 de la revue Urbanisme.

Quel a été le processus d’introduction des stades et des sports modernes en Amérique du Sud ?
L’introduction du football est un bon exemple du mercantilisme britannique de la fin du XIXe siècle. Ce sport a été importé par les communautés d’expatriés britanniques (marins, dockers, entrepreneurs). Sa paternité est disputée entre São Paulo et Rio de Janeiro. Les Paulistes mettent en avant l’Anglais Charles Miller qui aurait créé la première équipe avec des employés de la compagnie de chemin de fer. Les Cariocas avancent le nom d’un Écossais qui aurait introduit le football dans une usine anglaise à Bangu. Il est associé au process de développement des infrastructures du pays sous le contrôle de capitaux étrangers. Ces étrangers ont introduit le jeu et ses équipements, même si les Brésiliens l’ont ensuite considérablement développé.

Les étrangers ont aussi importé l’architecture des premiers stades. Le premier fut construit à Rio en 1910, dans le quartier de Fluminense, au voisinage immédiat du Palais du Gouverneur. Il était typiquement anglais, avec des tribunes rectangulaires bordant le terrain. Le stade faisait partie d’un ensemble social plus large. C’était un outil parmi d’autres de reproduction des élites. Le Fluminense Football Club n’était pas qu’une simple association sportive mais un lieu de socialisation et d’affaires où les jeunes élites locales se mêlaient aux élites européennes.

D’autres clubs rivaux vont se créer par la suite, comme Botafogo, America ou Flamengo – par scission d’avec Fluminense – et s’implanter dans des espaces urbains plus informels mais toujours sur le même mode élitiste, avec des pratiques sociales « exclusives » et des stades « à l’anglaise ». Le premier stade « brésilien » est celui de São Januário (ou Estádio Vasco da Gama) inauguré en 1927. Construit dans un faubourg de Rio par des ingénieurs brésiliens pour une bourgeoisie locale qui met en avant son héritage portugais, ce stade propose un nouveau langage architectural. Sa façade principale néobaroque est particulièrement élaborée. Elle rappelle les expéditions de Vasco de Gama par l’emploi de tuiles blanches et bleues, la croix de Malte et le drapeau portugais. À bien des égards, c’est encore un bâtiment colonial.

Dans les années 1930, d’autres influences vont se faire sentir, dont le stade Pacaembu de São Paulo est le prototype. De style moderniste, il présente une architecture presque fasciste dans la mesure où, à cette époque, l’innovation architecturale en matière de stade est portée par l’Italie, l’Allemagne ou les USA. Les Brésiliens importent donc ces modèles. Avec ses colonnes gigantesques, son nom en caractères Art déco, son implantation au sommet d’une colline, sa mise en scène par une immense esplanade, tout concourt à faire du Pacaembu un lieu de représentation politique, un geste politique plus qu’un lieu de reproduction d’une élite étroite.

Torcida des Corinthians, extrait de Thomaz Farkas, Pacaembu, Saõ Paulo

L’expression la plus aboutie du modernisme dans les stades brésiliens est le Maracanã de Rio. Tous les architectes qui participent au concours sortent de l’École des beaux-arts de Rio où ils ont subi l’influence très traditionnelle de Le Corbusier – qui se rendait souvent dans cette ville –, d’Oscar Niemeyer, ainsi que des influences diverses et variées venant des écoles d’architecture européennes. Le Maracanã s’inscrit ainsi dans la lignée des stades modernistes de Berlin, Rome ou Los Angeles. Ces stades sont financés par la collectivité publique et porteurs d’une idéologie politique.

Le Maracanã s’implante au coeur d’un Rio qui est encore la capitale et véhicule un message disciplinaire. Il peut rassembler jusqu’à 170 000 personnes dans un espace ouvert de co-visibilité totale qui oblige à discipliner son corps et à accepter les normes sociétales. Il n’offre que quatre niveaux de places : les gerals, tout en bas, pour les plus pauvres, deux hauteurs de tribunes pour les classes moyennes et supérieures – les arquibancadas – et un espace pour les médias et les VIP. Ce dernier ne compte guère que 150 places ! Le Maracanã est vraiment l’expression du bien public par opposition à la reproduction des élites.

Tous ces marqueurs idéologiques d’une insertion sociale par le stade ont été détruits par la suite. Bien entendu, les stades sont toujours ouverts à tous, ou plutôt à tous ceux qui peuvent se permettre la dépense car les prix sont fous. À présent, seuls les plus riches peuvent y accéder. Le stade est devenu un lieu de consommation plus que de socialisation.

Match du Flamengo au Maracanã (2008). Photo N. Tixier

Tout est territorialisé dans le stade brésilien, chaque centimètre carré doit générer du cash. Son extérieur ressemble d’ailleurs à un supermarché, un shopping mall. Tout est propre et dégagé alentour : plus d’arbres, quand bien même il fait chaud, nulle part où s’asseoir, boire, manger ou aller aux toilettes. On aseptise l’environnement urbain pour inciter les gens à entrer et consommer ce qui est vendu à l’intérieur.

Boutique officielle du FC Sao Paulo, Stade Morumbi, 2009.

Dans le vieux Maracanã, les frontières étaient poreuses. Aujourd’hui, le spectateur doit franchir toute une série de barrières qui n’autorisent au final l’accès qu’à un segment très limité de la population. Par rapport au coût de la vie, les billets d’entrée des stades brésiliens sont probablement les plus chers du monde. J’étais récemment à la demi-finale du tournoi de l’État entre deux rivaux historiques, Vasco et Fluminense, et il n’y avait que 12 000 spectateurs. Un peu embarrassant, non ?

Dans votre blog, vous qualifiez certains grands stades d’« éléphants blancs »2. Y a-t-il un risque à les introduire dans les jungles urbaines du Brésil ?
Je pense que tous les stades seront des éléphants blancs, un de ces cadeaux que l’on nous fait parfois et pour lesquels on se retrouve à payer ad vitam æternam. L’expression renvoie à ce mythe indien dans lequel un prince accueilli dans une ville laisse en présent un éléphant blanc. Le cadeau devient alors un fardeau pour la population qui se ruine à l’entretenir. Il va en être de même pour les stades… sauf qu’il faudra aussi payer pour les construire ! Les stades seront privatisés après la Coupe du Monde, s’ils ne le sont déjà. Les citoyens de ces villes vont payer pour les construire, comme ils payeront pour les démolir quand ils seront obsolètes. Et, entre-temps, ils payeront pour assister à des matchs et feront des stades des sources de profit.

Construit sur des terrains publics et avec de l’argent public, le stade aura servi aux bénéfices du secteur privé. Et certaines villes comme Cuiabá, Manaus, Brasilía, Natal et peut-être Recife ne seront même pas en mesure d’organiser des matchs après la Coupe du Monde. Si les entreprises privées qui géreront ces stades ne parviennent pas à l’équilibre grâce aux revenus des centres commerciaux et des parkings situés à l’intérieur ou grâce aux spectacles qui y seront donnés, le fardeau du stade redeviendra public par contrat. Cela s’appelle socialiser les risques et privatiser les profits.

Les stades sont construits par de grandes entreprises brésiliennes du BTP en partenariat avec des multinationales, américaines pour partie comme AEG, qui sont spécialisées dans la gestion de clubs professionnels – football, basket-ball, etc. –, d’arenas ou de stades. Leur gestion sera opérée par concessions d’exploitation de trente-cinq ans, ce qui correspond à la durée de vie d’un éléphant blanc, à travers une combinaison de hautes technologies et de matériaux bon marché. Le stade redeviendra public quand il sera dépassé techniquement et qu’il faudra lourdement investir pour le réhabiliter ou le détruire.

Propos recueillis et traduits par Jean-Michel Roux. Interview reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

  1. C. Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the cultural landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin, University of Texas Press, 2009 []
  2. C. Gaffney a une définition plus large de l’éléphant blanc que celle communément admise []