Archives par mot-clé : Paris

La sélection des stades pour la Coupe du monde de rugby 2023

Le 9 février 2017, la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate pour accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2023. Dix-neuf  villes étaient mentionnées lors de la présentation du dossier à la presse. Le Comité Directeur de la FFR vient de dévoiler les douze villes hôtes finalement retenues pour la candidature.

Douze villes mais onze stades ont été retenues (du plus grand au plus petit stade) :
Saint-Denis –Stade de France (80 000 places)
Marseille – Orange Vélodrome (67 000 places)
Lyon – Parc OL (59 000 places)
Lille Métropole – Stade Pierre-Mauroy (50 000 places)
Bordeaux – Matmut Atlantique (42 000 places)
Saint-Etienne – Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places)
Lens – Stade Bollaert-Delelis (38 000 places)
Nantes – Stade de la Beaujoire (37 500 places)
Nice – Allianz Riviera (35 000 places)
Montpellier – Stade de la Mosson (32 000 places)
Toulouse – Stadium de Toulouse (33 000 places)

Paris est la douzième ville. Son stade – en plus de Saint-Denis qui accueillera la finale – n’est pas encore connu: Jean-Bouin et le Parc-des-Princes sont les deux options possibles. L’U arena de Nanterre, future stade du Racing 92 a été écartée.

Sept villes se sont désistées entretemps ou n’ont pas été sélectionnées: Valenciennes (Stade du Hainaut), Le Havre (Stade Océane), Rennes (Roazhon Park), Le Mans (MMARENA), Sochaux (Stade Auguste-Bonal), Grenoble (Stade des Alpes) et donc Nanterre.

La FFR a expliqué vouloir déposer le meilleur dossier pour la Coupe du Monde 2023 et  justifie la sélection sur les critères suivants :

  • « La plus grande capacité de spectateurs potentiels (grand public et hospitalités)
  • La plus grande capacité hôtelière
  • Des stades de très haut niveau répondant aux standards des plus grands événements internationaux
  • Des villes hôtes mobilisées et expertes dans l’accueil des événements internationaux »

Notons simplement, qu’en l’état, la sélection fait la part belle aux stades de football. En-dehors du Stade de France, antre des équipes de France de football et de rugby et du Matmut Atlantique de Bordeaux qui accueille quelques affiches de l’UBB (Union Bègles-Bordeaux), les autres stades sont le domicile de clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 (Lens). Quand un club professionnel de rugby jouent dans ces villes, c’est alors dans un autre stade, plus petit: le Stade Ernest-Wallon à Toulouse, le Matmut Stadium de Lyon ou l’Altrad Stadium de  Montpellier.

La fusion n’aura pas lieu

Moins d’une semaine après avoir annoncé la fusion du Racing 92 et du Stade Français lors d’une conférence de presse, de simples communiqués  sur leurs sites internet respectifs mettaient fin à l’ambitieux projet, mort-né le 19 mars 2017.

Alors que la fusion avait été annoncée lors d’un numéro de duettiste, l’arrêt du projet est annoncée séparément par chacun des clubs . Pour le président du club francilien, le constat est amer. Un tel projet ne pouvait pas être que sportif ou économique: « J’ai entendu et compris les fortes réticences qu’a soulevé ce beau projet d’union. En tout état de cause, les conditions sociales, politiques, culturelles, humaines, sportives ne sont pas remplies. Peut-être avons-nous eu raison trop tôt, l’avenir nous le dira… Je n’ai pas mesuré à quel point la nécessité d’expliquer, de faire partager ma vision et d’en présenter les modalités jusque dans les rangs du Racing 92 étaient une priorité absolue. »

Il a manqué l’explication si ce n’est la co-construction du projet avec tous les partenaires. En premier lieu les élus qui s’inquiétaient de l’avenir du stade Jean-Bouin. En second lieu les supporteurs qui rappelaient que l’attachement à un club marque une vie comme ce fan interrogé par Libération : « On a accompagné notre club sur tous les terrains, dans la boue ou dans le froid. Dans les gradins du stade Jean-Bouin, nous sommes assis derrière les poteaux, dans un coin qu’on a la charge d’animer. Toutes ces années, on a laissé beaucoup de nous-mêmes. Mon grand-père et mon père ont joué au Stade français, moi j’ai commencé à l’âge de 5 ans. Ce club, c’est tout un engagement. A Leicester, en Angleterre, il y a un carré pour recueillir les cendres funéraires de certains amoureux du club. Supporteur, c’est à la vie à la mort ! »

 

La fusion du Racing 92 et du Stade Français

Le 13 mars 2017, les présidents du Stade Français (Paris) et du Racing 92 (Hauts-de-Seine) annonçaient par un communiqué de presse la fusion de leurs deux clubs. Ces derniers sont des monuments historiques du rugby français. Ils sont les vainqueurs des deux premières finales du championnat de France (18921 et 1893) et des deux dernières (2015 et 2016). L’enjeu de la fusion est semble-t-il économique et sportif: assurer la conquête de futurs titres dans une économie de plus en plus compétitive2. Qu’en est-il de l’enjeu territorial? Qu’adviendra-t-il des deux enceintes, dont l’une vient d’être rénovée par les collectivités publiques (le Stade Jean-Bouin) et l’autre, financée en partenariat public-privé, est sur le point d’être livrée en septembre 2017 (U Arena)?

 

Un projet éclair
Alors que tous les spécialistes du projet – qu’il soit économique, urbain ou social – expliquent qu’il faut d’abord et avant tout prendre le temps pour que tous les acteurs potentiels soient associés, il convient de souligner que le projet de fusion des deux clubs surprend par sa rapidité, sa méthode et son timing. Le projet s’est construit très rapidement, en un mois et demi, et par un très petit nombre d’affranchis : cinq d’après Le Monde (« outre les deux présidents, le DG du Stade Français, Pierre Arnald, et les deux entraîneurs du Racing 92, Laurent Labit et Laurent Travers »). Le nom du futur club n’étant pas encore trouvé…

La mairie de Paris, à travers un communiqué de sa maire, Anne Hidalgo, regrette d’avoir été alertée, semble-t-il, « quelques minutes avant la presse » ; le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine (département d’ancrage du Racing 92) ayant eu une semaine d’avance. Quant au timing sportif… le championnat n’est pas encore fini et les autres clubs s’inquiètent de l’équité sportive quand certains affronteront (ou pas) deux équipes plus ou moins démobilisées si ce n’est en grève.

Rassemblement au Stade Jean-Bouin des joueurs et supporters du Stade Français le 13 mars à la suite de l’annonce de la fusion. www.liberation.fr

Anne Hidalgo  «déplore le fait que les collectivités, les partenaires et les joueurs n’aient pas été associés à cette réflexion. (…) Il est légitime que ces clubs réfléchissent à leur avenir et à leur rayonnement en France et en Europe, mais leurs dirigeants ne doivent pas oublier que ces clubs ont aussi un ancrage local fort, que leur développement et leur réussite sont intimement liés aux villes qui les accueillent, aux supporters qui les soutiennent, et que le Stade Français a en cela une responsabilité particulière vis-à-vis de Paris». Anne Hidalgo prévient que la fusion «ne doit pas tirer un trait» sur les efforts consentis par la Ville de Paris pour rénover le stade Jean-Bouin, qui abrite également le siège du Stade Français.

L’avenir en pointillé de Jean-Bouin
Dans le même communiqué de la mairie, l’adjoint en charge du sport, Jean-François Martins, précise que la collectivité sera particulièrement attentive «à assurer la soutenabilité et l’amortissement des investissements qui ont été réalisés par la collectivité au stade Jean-Bouin». Il faut dire que le Stade Jean-Bouin a été entièrement rénové par la Ville pour les besoins du Stade Français et dans la perspective qu’il puisse servir un jour à l’accueil des jeux olympiques. Les deux présidents ont annoncé que le futur club joueraient pour partie dans la nouvelle enceinte de Nanterre et pour partie à Jean-Bouin, au-moins en attendant la livraison de la U Arena et ensuite quand cette dernière recevra des spectacles.

Jean-Bouin a été construit en 1925, rénové une première fois en 1970 puis une seconde fois en 2013 dans sa configuration actuelle par la Ville de Paris3).  C’est désormais une enceinte ultra-moderne de 20 000 places, située Porte de St-Cloud, dans le XVIe arrondissement de Paris, à deux pas du Parc-des-Princes. Le projet architectural est l’oeuvre de l’architecte Rudy Ricciotti, Grand prix national d’architecture 2006. Le stade comprend 51 loges, un parking de 500 places et une galerie commerciale. Evalué au départ à 111 millions d’euros, le projet a finalement coûté quelques 150 millions.

Vue aérienne du Parc-des-Princes (gauche) et du Stade Jean-Bouin (droite) http://forums.bigsoccer.com

La U Arena de Nanterre
Le Racing 92 attend dans le même temps la livraison de sa nouvelle enceinte – située à proximité de l’Arche de la Défense – dont le maître d’ouvrage est Racing Arena, filiale de la holding Ovalto Investissement créée par Jacky Lorenzetti, EPADESA4 et la Ville de Nanterre, soit un partenariat public-privé.

L’U Arena (appelée ainsi dans l’attente de son naming) a été conçue par un autre grand architecte français – Christian de Portzamparc -pour être une enceinte modulable et polyvalente capable d’accueillir 32 000 spectateurs en mode stade de rugby et de 10 à 40 000 spectateurs en mode concert. Sa page wikipédia rappelle que, initialement prévue pour avoir un toit rétractable, « elle sera dotée d’un toit permanent, les rencontres de rugby se jouant sur une pelouse synthétique. (…) Y seront adjoints des commerces dans l’enceinte du stade, ainsi que 33 000 m2 de bureaux. En configuration spectacle, l’Arena 925 sera la plus grande salle de spectacle de France, très loin devant le Palais omnisports de Paris-Bercy qui contient 20 300 places et l’Arena du Stade Pierre-Mauroy à Lille qui peut accueillir 25 000 personnes en configuration concert. Elle sera équipée de 22 buvettes, cent loges privatives et une partie importante des place seront des sièges business ».

Evolution en direct du chantier de la U Arena. www.uarena.com

Devenir des stades
Les deux enceintes partagent donc le fait d’avoir fait l’objet d’investissements conséquents de la part des pouvoirs publics, à la demande d’entrepreneurs de spectacles sportifs, qui assuraient alors possible la co-présence de deux grands clubs en Ile-de-France si les collectivités aidaient à la « modernisation de l’outil de travail ». Les deux enceintes sont aussi de tailles trop similaires (20 et 32 000 places) pour que l’une puisse servir à accueillir les matchs ordinaires et l’autre les affiches. Il semble que l’U Arena soit destinée à être le stade principal. Il faut dire que le modèle économique d’une telle enceinte nécessite sans doute un nombre assuré de matchs.

La Ville de Paris est donc maintenant confrontée presque seule au devenir du stade Jean-Bouin et à son équilibre économique. Le Red Star de St-Ouen, un club de football de L2, y jouent actuellement ses matchs à domicile en attendant la mise aux normes du vétuste Stade Bauer. Très loin d’être suffisant à assurer la pérennité de l’équipement qui risque de basculer dans la catégorie des « éléphants blancs ».

 

  1. Maniant la symbolique des lieux, l’annonce de la fusion s’est faite par les deux présidents, Thomas Savare (Stade Français) et Jacky Lorenzetti (Racing 92) dans les salons des Jardins de Bagatelle, «là où s’est déroulée la première finale du Championnat de France, en 1892, remportée par le Racing-Club de France» []
  2. Thomas Savare, président du Stade Français explique ainsi lors du communiqué de presse: « mon envie était de pérenniser ce club mais je n’ai pas trouvé de modèle économique viable, malgré les titres de Champion de France et malgré Jean-Bouin. Un modèle économique, c’est un club qui n’a pas besoin de mécène pour survivre. C’est vers ça que je voulais tendre. » []
  3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_Jean-Bouin_(Paris []
  4. L’Établissement public d’aménagement de la Défense Seine Arche – EPADESA – est un établissement public à caractère industriel et commercial chargé d’aménager le site de la Défense pour le compte de l’État et des collectivités locales concernées. Son périmètre fait l’objet d’une opération d’intérêt national et concerne une partie du territoire des communes de Courbevoie, La Garenne-Colombes, Nanterre et Puteaux dans le département des Hauts-de-Seine []
  5. Son ancien nom de code. []

L’expérience sensible du match de football. Sébastien

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Troisième extrait de « récit de vie » : celui de Sébastien*.

 

A combien de matchs assistez-vous par an?
A Saint-Etienne, ça fait longtemps que je n’y suis pas allé et à Grenoble, je vais à tous les matchs de Grenoble. J’ai passé quatre ans  à Paris, alors je suis allé une fois au Parc-des-Princes et une fois au stade de France, pour voir ce que ça donne, histoire de dire. Sinon j’allais souvent à Créteil pour voir justement et Grenoble et Saint-Etienne. Saint-Etienne ça fait longtemps que j’y suis pas allé. Je suis fan mais… modéré. Je ne fais pas de kilomètres pour voir un match. Quand je vais au match, j’amène mes neveux… et j’y vais en petit groupe. Mais bon, ça m’arrive aussi d’y aller tout seul. Surtout l’hiver. J’allais à l’extérieur quand ils allaient à Créteil. Et souvent j’allais voir les jeunes.

Mais il faut que je te dise qu’avant d’aller à Paris, quand j’étais sur Grenoble, j’étais pigiste pour le Dauphiné Libéré. Je faisais des comptes-rendus de tous les jours, comme l’équipe réserve de Grenoble et de l’équipe de jeunes qui était au niveau national. J’écrivais des articles. Et à chaque fois qu’il y avait une équipe de jeune de Saint-Etienne qui jouait dans la région, j’y allais aussi. Quelque soit l’équipe. J’étais pigiste depuis l’âge de 19 ans. J’ai arrêté quand je suis entré au CNRS. (…) J’aurais la possibilité de travailler parce qu’ils me relancent mais cela ne m’intéresse plus, ça m’a dépassionné du coup, le fait de rentrer dans… de comprendre le comment et pourquoi et puis les magouilles… c’est gangréné par l’argent.

Vous impliquez-vous dans les chants et la gestuelle?
Quand j’étais plus jeune, oui, mais maintenant moins. Parce que j’ai relativisé les… parce que les groupes de supporters, c’est plus ce que c’était. Maintenant c’est tout dans la vindicte, la… Ils s’accrochent avec l’équipe adverse, c’est plus vraiment de l’encouragement. J’ai connu Saint-Etienne, même si j’étais plus jeune, y avait pas de rivalité entre supporters et pas forcément de séparation. C’est arrivé à cause du hooliganisme, bon ben voilà. Je trouve que c’était plus sain.

Même à Grenoble, il y a eu des problèmes avec les supporters. Quand on va à Paris, tu as des cordons de CRS, tu ne peux pas te mélanger avec les supporters de base parce que c’est risqué. J’ai un copain qui a vu un mec qui a pris feu, qui s’est embrasé avec un fumigène! Dans le kop de Saint-Etienne. Alors, voilà… et puis des fois on ne voit même plus le match tellement… La fois où je suis allé au Parc-des-Princes avec un ami qui était abonné à la tribune Auteuil, donc dans un virage, et ben je suis monté tout en haut  parce que sinon on ne voyait rien. Je viens pour voir le match, pas que les supporters de PSG! C’est bien dans un sens parce que ça encourage, mais bon…

Et bon, les Stéphanois quand ils sont venus à Grenoble, la dernière fois, ils se sont battus entre eux. Il y en a un qui s’est fait tiré dessus à Mistral… Il y a des clubs de supporters de Saint-Etienne à Grenoble. Une fois un copain supporter stéphanois qui vient aussi voir les matchs à Grenoble, il s’est fait repéré par les supporters grenoblois, comme quoi c’était un supporter des Verts, il s’est fait passer à tabac. Heureusement qu’il y avait des stadiers qui étaient là. Ca devient n’importe quoi.

Des fois, même regarder le match avec mes amis, j’aime pas. Entendre des critiques qui sont pas fondées, du chauvinisme. Non. J’ai envie de regarder un match tranquillement. Le fait d’avoir travaillé dans le journalisme, sûrement. J’ai une approche du match moins passionnée. Et, bon, les débats de supporters… C’est plutôt un peu lourd quoi. Là-bas au CNRS à Paris, il y avait des Parisiens qui étaient supporters, mais quand ça allait à parler sur le foot… on n’était pas toujours d’accord et il y en a qui sont tellement excessifs. Ils vont se fâcher pour un match de foot! On va se fâcher pour des gens qui gagnent des millions, voilà!

Connaissez-vous la ville de Saint-Etienne en dehors du stade?
Pas trop. Ca fait longtemps que je n’y suis plus allé. J’ai un cousin qui habite Saint-Etienne. La dernière fois que je suis allé voir un match c’était… quand ils étaient en Ligue 2, donc… il y a trois ans je pense. J’ai des amis grenoblois expatriés! Mais je ne connais pas trop la ville et je la trouve pas trop intéressante. Sur le plan déjà, ben j’ai des échos comme quoi, il y a beaucoup de gens qui sont… par rapport au chômage… voilà, c’est un peu… ça tombe en désuétude la ville. Il y a beaucoup de population immigrée. J’ai une nièce de 19 ans qui fait ses études à Saint-Etienne. Elle me raconte que le soir elle est pas très tranquille. C’est un peu lugubre, c’est un peu… C’est plus ou moins la banlieue de Lyon. Enfin, c’est les échos que j’ai parce que moi… j’y suis allé pour les Verts, il n’y a rien de spécial qui m’a marqué.

Dessine-moi le stade?
Je ne sais pas dessiner! Comment représenter? Une sensation de vertige. Quand même la dernière que j’y suis allé, c’est le vertige. J’étais dans le stade et c’est assez raide! J’ai eu l’impression que si on bougeait trop… Vraiment cette sensation de vide. Alors, je ne sais pas comment le dessiner. Je ne sais pas. Tu es déjà monté en haut de la tribune? J’étais sur la droite et j’étais vraiment dans cette sensation…

Pente des gradins de la tribune Charles-Faurand, Stade Geoffroy-Guichard, 2006.

Depuis que cela a été rénové1, j’y suis allé deux fois je crois. J’étais dans la tribune de Paret et aussi dans la tribune d’honneur pour un match de gala mais financièrement, là, c’était une invitation. L’ambiance c’est pas comme avec le public grenoblois qui se manifeste quand… pour gueuler parce qu’ils sont pas contents. Là, c’est quand même des passionnés.

A Grenoble, ça dépend où j’ai des places. Quand il fait froid je suis souvent debout et puis bon, même si je ne suis pas un virulent, j’ai l’impression plus attentif debout, et puis comme Grenoble c’est pas toujours passionnant… Si je suis assis, j’ai l’impression que je m’endors, alors voilà, je reste debout. Je peux dire que j’ai découvert le foot à Grenoble, tout petit, et aussi grâce aux Verts juste avant la grande finale. Tout petit j’allais à tous les matchs de Grenoble et j’ai rarement dû en louper. J’ai aussi rarement payé ma place aussi! Quand j’étais petit je fraudais et maintenant je connais du monde, j’ai souvent des invitations.

Le public grenoblois, il est plus froid, plus spectateur. Il y a un petit kop, mais bon, en fait il s’appelle « kop sud » et il est dans le virage nord, ça m’a toujours fait rire! Je ne sais pas pourquoi il s’appelle comme ça. Ca montre le niveau. Oui donc assez froid, je pense que c’est un public de connaisseurs. Je pense sincèrement que s’il y avait eu l’équipe en Ligue 12 il y aurait eu beaucoup plus de monde, et peut-être plus d’ambiance. Parce qu’il y a beaucoup de Grenoblois qui vont voir des matchs soit à Saint-Etienne, soit à Lyon, soit même à Turin. Moi aussi je suis un peu supporter de Turin. J’ai trois équipes avec Grenoble, Saint-Etienne et Turin. J’ai des cousins, tous les quinze jours, il y a le club des supporters, ils vont à Turin voir un match. Moi non. Pour un match de foot, je ne suis pas assez…

* Sébastien est un pseudo.
Entretien réalisé le 21 mars 2006, à Grenoble, par C. Aventin.

  1. A la suite des travaux de rénovation pour la Coupe du Monde 1998 []
  2. Le GF 38 évoluera en Ligue 1 deux saisons: 2008-09 et 2009-10 []