Archives par mot-clé : Saint-Etienne

Entretien avec Nicolas Hourcade

Nicolas Hourcade est professeur agrégé de sciences sociales à l’École Centrale de Lyon et membre associé au CADIS (EHESS-CNRS). Spécialisé dans la sociologie de la déviance et des mouvements sociaux, il est devenu un des principaux experts français du supportérisme.

Avec Ludovic Lestrelin et Patrick Mignon, il a notamment rédigé le Livre vert du supportérisme remis en octobre 2010 à la Secrétaire d’État aux Sports, Rama Yade. Il est actuellement l’une des personnalités qualifiées de l’Instance du Supportérisme rattachée au ministère des Sports. Il répond ici aux questions de Natália Rodrigues de Melo dans le cadre de sa thèse sur les ambiances des stades de football lors de son séjour au laboratoire Pacte du CNRS.

Nicolas HOURCADE

 

Comment en êtes-vous arrivé à vous intéresser aux stades et aux supporteurs ?
J’ai d’abord travaillé sur les supporteurs et seulement après sur la question des stades. Je me suis d’abord intéressé aux supporteurs par intérêt personnel. Ma famille était passionnée de football. Je suis devenu moi-même supporteur dès l’enfance. Je suis né au début des années 1970. Quand j’étais adolescent, l’Europe a été marquée par beaucoup de drames. C’est d’abord le Heysel à Bruxelles en 1985, où il y a 39 morts. Ou encore le drame de Sheffield, en Angleterre, qui fait 96 morts en 1989. C’est une période où il y avait beaucoup de violence dans les stades et à leurs alentours. Cela m’a intéressé d’essayer de comprendre pourquoi il y avait ces phénomènes, tant le soutien au club que les débordements.

Page de couverture du « Rapport Taylor » faisant suite aux incidents d’Hillsborough, 1989.

Quand j’étais au lycée, j’avais déjà commencé à travailler dessus, notamment lors d’un dossier pour le baccalauréat. Etudiant en sociologie, il m’a paru intéressant d’enquêter sur ce thème, surtout qu’au début des années 90, il n’y avait pas encore beaucoup de travaux là-dessus. C’était un objet peu légitime et les commentateurs qui parlaient des supporteurs se focalisaient sur la violence. En particulier, la violence des hooligans anglais. A la fois dans les journaux et les articles scientifiques, on parlait essentiellement de violence et des hooligans anglais. Or quand j’allais dans les stades (à Bordeaux, ma ville natale, et aussi ailleurs en France), il pouvait y avoir de la violence, mais ce que je voyais ne correspondait pas à ce que je lisais dans les médias et dans certains textes universitaires.

L’image archétype du supporteur violent. Extrait d’A mort l’arbitre, film dramatique français de Jean-Pierre Mocky, 1984.

C’est pourquoi j’ai voulu travailler ce sujet de manière approfondie. Les premières études sérieuses en France datent de la fin des années 1980 mais elles n’étaient pas encore très connues. Elles le sont devenues au milieu des années 1990. Je pense notamment à Christian Bromberger, un ethnologue qui a mené des enquêtes ethnographiques sur les supporteurs en France, en Italie puis en Iran. J’ai également été inspiré par le sociologue Patrick Mignon qui a consacré des travaux, comparatifs, au hooliganisme et au supportérisme en Angleterre et en France, dans la lignée des recherches d’Alain Ehrenberg. Mon intérêt pour cet objet a rencontré le fait qu’il devenait un objet de recherche plus légitime. J’ai donc pu faire des recherches approfondies, qui étaient au départ centrées sur les ultras, les supporteurs les plus actifs en France.

Je trouvais que ce qu’on racontait des hooligans ne correspondait pas aux modes d’actions des ultras. J’ai donc voulu voir leurs spécificités. J’ai travaillé au départ sur Bordeaux car les chercheurs qui dirigeaient mon travail trouvaient qu’il était plus intéressant d’étudier une tribune que je connaissais déjà bien de l’intérieur. J’ai ensuite travaillé de manière comparative sur plusieurs stades dans ma thèse : Paris, Bordeaux, Rennes, Le Havre et, plus marginalement, d’autres villes… avec la spécificité que je n’ai jamais fini de rédiger le manuscrit. J’ai publié des articles sur la question mais je n’ai pas soumis la thèse étant pris entretemps sur le poste que j’occupe actuellement. C’est un poste d’enseignant – et non d’enseignant-chercheur. Mes activités de recherche se font donc sur mon « temps libre ». C’est aussi pourquoi j’ai continué à enquêter sur le même objet, tout en faisant évoluer mon questionnement.

Mes préoccupations de recherche ont en effet évolué à la fin des années 2000. D’une part vers la question des dispositifs de sécurité et la lutte contre le hooliganisme, car la loi française (comme d’ailleurs la loi brésilienne) a beaucoup évolué en la matière. Je me suis demandé comment les pouvoirs publics et les autorités sportives géraient cela. D’autre part, sur la période récente, vers la création des nouveaux stades. A quoi servent-ils ? Que veut-on en faire ? Qu’est-ce que les dirigeants du football ont en tête ? Et comment les gens s’approprient le nouveau stade, question que vous vous posez aussi dans votre thèse ? Par exemple, à Lyon, ils étaient dans le même stade depuis des décennies. Du jour au lendemain, il faut changer de stade. Qu’est-ce que cela change dans les habitudes des gens ? Qu’est-ce que cela change dans les manières d’occuper le stade, puisqu’il n’est pas conçu de la même manière ?

 Vous avez aussi travaillé sur les transformations du Parc des Princes comme dans votre article pour Métropolitiques « Ici, c’était Paris »
J’ai effectivement beaucoup travaillé sur Paris depuis 1992. L’architecture du stade n’a pas beaucoup changé depuis 2010, même s’il y a eu des aménagements, mais le Parc a connu pendant plusieurs saisons une expérience particulière de bannissement des groupes de supporters – qui ne sont revenus qu’en octobre 2016. Mon article a été publié peu avant ce retour, qui était alors plus qu’incertain. Comme l’indique le titre de l’article, qui fait un clin d’œil au slogan des supporteurs parisiens (« Ici, c’est Paris ! »), pendant ces six années, il n’y avait plus vraiment de place pour être supporteur actif au Parc. 

Parc des Princes, PSG-SC Bastia, 2017. Photo. N. Rodrigues.

Vous êtes supporteur des Girondins de Bordeaux. Est-ce que votre statut de supporteur influe sur votre façon d’aborder le sujet
Forcément. Ce que nous sommes influence notre manière d’aborder un sujet, quel qu’il soit. Après, l’objectif en tant que « scientifique social », sociologue, urbaniste, etc., est d’arriver à être conscient des centres d’intérêt personnels qu’on a pour un objet, afin de s’efforcer d’être aussi objectif que possible.

Cela dit, connaître le football aide à appréhender les thématiques liées aux supporteurs et facilite grandement le contact avec les gens. Quand vos enquêtés voient que vous connaissez le football, les stades, les supporteurs, la communication passe mieux et il peut y avoir un véritable échange. Inversement, il m’est arrivé d’être interrogé, en tant que sociologue, par des étudiants et journalistes ne connaissant pas du tout le sujet et ne faisant pas les efforts suffisants pour l’appréhender : ça ne m’incitait pas à approfondir l’analyse avec eux.

Enquêter suppose de faire l’effort de prendre du recul par rapport à ses passions. De toute façon, dès lors qu’on commence à aborder ces sujets-là en scientifique, une distance se crée. Quand je me suis engagé dans ma thèse, j’étais adhérent d’un groupe de supporteurs. J’ai choisi d’arrêter d’être membre, d’une part, parce que ça ne me paraissait pas compatible avec mes enquêtes menées dans d’autres tribunes, tant en termes de temps que d’implication personnelle. D’autre part, j’avais déjà consacré ma maîtrise et mon DEA aux ultras: à force de travailler sur les façons d’être supporteur, une distance s’était créée par rapport à ma propre passion.

Sur la période plus récente, je dois aussi maîtriser l’évolution de mon regard sur mon objet et la distance devenue beaucoup plus grande entre les pratiques des jeunes supporteurs ultras et mes propres pratiques. Je reste attaché à mon club, mais je suis beaucoup moins fan de football qu’il y a vingt ou trente ans et je dois veiller à ce que ça n’influe pas trop sur mes analyses. 

Les ambiances dans un stade fonctionnent comme un lien entre le passé et les situations actuelles. Elles font émerger des souvenirs et remplissent l’espace du récit mnémonique, qui est dicté par ce que nous appelons trauma urbain dans l’architecture. Le trauma n’est pas nécessairement une mauvaise expérience. Il s’agit d’un évènement qui a la capacité à rompre avec la vie quotidienne. De la même façon, la construction d’un stade peut constituer un trauma pour une ville par les nouvelles significations qu’il donne au quartier dans lequel il s’est inséré. Une rénovation de stade peut être un trauma pour les supporteurs. Beaucoup peuvent faire l’expérience d’un changement de relation à l’espace du stade, ni exclusivement positive ni négative. Quelles leçons tirez-vous des rénovations de stades français ?
Fondamentalement, le lien qu’un individu qui va régulièrement au stade peut avoir avec celui-ci est affectif. Il y va souvent depuis l’enfance ou l’adolescence et cela le renvoie donc à des liens familiaux et amicaux. Le lien n’est pas seulement sportif. C’est une expérience amicale ou familiale avec des liens sociaux qui sont parfois extrêmement forts. Les gens ont des attachements subjectifs à des lieux, ils ont aussi des expériences ou pratiques de routine en relation avec « leur » stade.

Puisque vous êtes allée à Saint-Etienne (cf. l’article « Impressões sobre o estádio Geoffroy-Guichard ») vous avez fait l’expérience de la rénovation des tribunes, notamment celles derrière les buts, qui a une incidence sur la manière dont les gens s’approprient le stade. Il y a une nostalgie à Saint-Etienne de l’ancienne configuration du stade. C’est le même stade, au même endroit, mais la façon dont les tribunes sont désormais aménagées ne permet plus de circuler comme avant. Il y avait par exemple un passage en bas des tribunes derrière les buts qui permettait de circuler, de retrouver facilement des amis. Ce n’est plus possible.

Les rénovations architecturales des stades impliquent des changements de pratiques auxquelles les gens s’habituent plus ou moins bien. A Saint-Etienne, les supporteurs derrière les buts trouvent qu’on ne peut plus circuler comme avant, que les tribunes sont trop grandes, et aussi qu’il n’y a plus la possibilité, pour les plus engagés, de former un groupe compact.

Ce qui me frappe c’est combien beaucoup d’architectes en charge de la transformation ou de la création des stades ne connaissent rien à l’expérience sensible du match – ça m’a même choqué en participant à une conférence avec l’un d’entre eux. Il y a bien certaines exceptions comme l’architecte de l’Emirates d’Arsenal et du Parc Olympique Lyonnais – c’est notamment pourquoi l’acoustique y est bonne – mais certains architectes conçoivent les stades seulement en fonction des normes de l’UEFA ou de la FIFA sans avoir aucune idée de la manière dont les gens se comportent réellement dans les tribunes.

Les nouveaux stades ont plus été construits par rapport à des règles théoriques que par rapport aux pratiques réelles des spectateurs. Par exemple, à Bordeaux, les concepteurs n’ont pas prévu que les supporteurs se mettraient debout dans l’une des tribunes derrière les buts, comme ils le faisaient avant. Ils n’ont pas prévu non plus que les supporteurs occuperaient les parties basses des escaliers. Les portillons séparant la tribune du terrain sont configurés pour s’ouvrir et permettre au public d’accéder au terrain en cas de mouvement de foule. Un de ces portillons s’est actionné automatiquement suite au premier but lors du match inaugural du nouveau stade parce que les supporteurs se sont précipités vers le bas de la tribune pour fêter ça. Il y a eu des blessés légers car la tribune et les portillons sont un peu surélevés par rapport au terrain.

Ensuite, le club a essayé de faire respecter les escaliers mais le principe même d’une tribune debout, c’est que les gens se rassemblent, y compris dans les escaliers où il est censé n’y avoir personne. Ils ont depuis trouvé des adaptations avec des barrières et un nouveau réglage de la pression entraînant l’ouverture des portillons. L’idée des places assises était à l’origine de contrôler le nombre exact de gens qui rentrent dans la tribune et d’éviter les mouvements de foule afin d’éviter les accidents du passé. On cherche aujourd’hui en Europe (à Vienne, à Glasgow, en Allemagne, etc.) des solutions de « safe standing », c’est-à-dire des tribunes debout sécurisées, bien sectorisées et accueillant un nombre raisonnable de personnes.

Stade Geoffroy-Guichard, Kop Sud, 2017. Photo Natalia Rodrigues.

Beaucoup de supporteurs habitués à suivre les matches derrière les buts critiquent les sièges installés dans leur tribune car ils sont dangereux et fragiles. Gestionnaires de stade et architectes ne prennent pas suffisamment en compte le fait que certains supporteurs – pas tous – souhaitent être debout pour vivre pleinement le match. Ils ne cassent les sièges que parce que ceux-ci sont inadaptés à leur pratique du match. Il n’y a pas suffisamment de consultation des supporteurs avant la réalisation de l’équipement. Dès lors, la manière même dont la tribune est conçue peut poser des problèmes par rapport aux usages des supporteurs et la tribune peut devenir dangereuse alors qu’elle est pensée pour être sûre…

J’ai étudié les changements de stade, notamment à Bordeaux et Lyon. Changer la localisation implique un changement d’habitude radical car le supporteur pratique le stade mais ce qu’il y a autour aussi. Cela impacte les espaces de sociabilité, le bar et le restaurant où on se retrouve avant, les modes de déplacement, en métro, en voiture, à pied. Changer d’habitudes peut être difficile. La particularité en France (à Lyon, Bordeaux ou Nice – à Lille c’est moins vrai) est que les nouveaux stades sont dans des zones assez éloignées du centre de la ville, où il n’y a pas grand-chose autour. Il y a le stade et rien d’autre. A Lyon, il y a des habitations aux alentours, deux ou trois bars, une autoroute… A Bordeaux, il n’y a carrément rien à part quelques immeubles de bureaux et un parc des expositions très occasionnellement occupé.

Parking relais du Groupama Stadium, 2016.

La difficulté pour les supporteurs, c’est de créer de nouvelles habitudes et de s’adapter à la contrainte de la nouvelle localisation puisque pour beaucoup de spectateurs, il est plus loin de chez eux qu’avant… sauf, à Lyon, pour les habitants de l’est de la région lyonnaise et ceux de la Savoie, l’Ain, l’Isère, des territoires relativement peuplés. A Bordeaux et à Nice, la desserte du stade est très mauvaise, créant de vraies difficultés.

Dans ces différentes villes, les groupes de supporteurs actifs, en premier lieu les ultras, ont pu reprendre et même développer leurs anciennes pratiques dans le nouveau stade. Ils ont été peu critiques sur les nouveaux projets alors même que les ultras s’opposent souvent aux transformations actuelles du football. Ils ont eu, quelque part, la garantie que leur tribune telle qu’ils la conçoivent existerait encore dans le nouveau stade. Ils savaient qu’ils pourraient continuer à être debout avec une meilleure acoustique, qu’il y aurait plus d’ambiance et que le cadre serait plus propice à réaliser leurs animations. On rencontre donc souvent chez ces ultras une nostalgie de l’ancien stade, accompagnée de l’idée que le changement de stade était « obligatoire » et qu’il a permis de renforcer l’ambiance.

Ces nouveaux stades induisent aussi un changement assez radical de nature du spectacle sportif. D’abord, au niveau temporel. En Europe, contrairement aux Etats-Unis, les gens arrivent traditionnellement tardivement au stade et repartent rapidement après la fin du match. Avec ces stades en périphérie des villes et le souhait des dirigeants des clubs d’engranger plus d’argent, il y a l’objectif de transformer le temps au stade « à l’américaine ». C’est-à-dire de faire venir les gens plus tôt au stade, de les inciter à consommer dedans et pas dehors, de retenir une bonne partie du public dedans à la fin du match afin de fluidifier les départs et d’augmenter la consommation dans le stade.

Nous n’avons pas encore assez de recul en France pour évaluer les résultats. Ces nouveaux stades n’ont qu’un an ou deux. Pour le moment, je n’ai pas vu de changements radicaux. Les gens sont obligés d’arriver un peu plus tôt car il y a des difficultés d’accès aux stades (bouchons sur la route ou transports en commun congestionnés) mais ils n’arrivent pas aussi tôt qu’en Amérique et ne partent pas aussi tard après le match. On est dans une époque charnière.

En termes de significations du football en Europe, il y a aussi l’opposition mise en avant par les ultras, mais pas qu’eux, entre ce qu’ils appellent le « football business » et le « football populaire » qui fait référence à un « avant » (mais avant quoi ? et qu’est-ce que le football populaire ? – ça les ultras ne le disent pas clairement). Ces supporteurs ont l’impression que ces nouveaux stades contribuent à ce changement. Il y a eu de fait en France une volonté des dirigeants du football de changer de public, d’attirer un public plus haut-de-gamme, plus calme et avec un pouvoir de consommation plus fort. C’est ce que le PSG a cherché à mettre en place dans la première partie des années 2010.

C’est intéressant de comparer Paris et Lyon car le PSG est le club qui est allé le plus loin en France dans son intention de changer de public en partant du constat qu’auparavant une partie de ses supporteurs étaient violents et racistes. L’idée, à partir de 2010, a été d’attirer des gens plus calmes, plus classes, plus riches ; des VIP et des chanteurs américains en tribune d’honneur. Pas de groupe de supporteurs, pas de problèmes en tribunes. D’un côté, cela a très bien marché, avec l’augmentation considérable du prix des places et un contrôle très étroit des groupes de supporteurs s’opposant à cette transformation. Le PSG et les pouvoirs publics ont réussi à casser les phénomènes de violence et de racisme. D’un autre côté, ils se sont aperçus que leur nouveau public ne créait pas d’ambiance et était plutôt terne. 

Une disneylandisation…
Exact. C’est un terme forgé par l’ethnologue Christian Bromberger, le fait de transformer la sortie au Parc (des Princes) comme une sortie au parc d’attraction. Il y a surtout eu la volonté de changer l’image du public parisien vers un public « haut de gamme », à l’image d’une capitale où les prix des spectacles sont plus chers qu’ailleurs. Une des difficultés rencontrées par le PSG est qu’il est parvenu à vendre toutes ses places, mais les abonnés à l’année ne venaient pas à tous les matchs. Sur les écrans télé, le vide lors de certains matches mineurs ne cadrait pas avec le projet de créer un grand club et surtout il n’y avait aucune ambiance, pas beaucoup de chants.

Or, le public est censé être « le douzième homme » et un club de football est censé susciter la passion. Quand on change de public, on change la nature même de l’expérience au stade, ce n’est plus la même expérience sensible. On peut légitimer l’argent investi dans des joueurs par la passion qu’ils suscitent. Le PSG gagne donc beaucoup de titres, au moins à l’échelle française, mais il ne renvoie pas l’image de la passion et une image positive du club et de ses investisseurs sur le petit écran.

Le retour des ultras au Parc. PSG-SC Bastia, 2017. Photo N. Rodrigues.

C’est pourquoi le PSG a récemment cherché à faire revenir des supporteurs actifs pour recréer de l’ambiance et essayer d’avoir un public plus participatif tout en étant moins turbulent que dans les années 2000. Paris est un cas particulier en France mais que l’on retrouve dans les grands clubs anglais. En Angleterre, le changement de stade (comme avec l’Emirates d’Arsenal) s’est traduit par un embourgeoisement du public et une aseptisation de l’ambiance. L’enjeu pour le PSG aujourd’hui est de parvenir à concilier les impératifs de sécurité avec le retour d’une ambiance festive. 

Quel modèle suit Lyon ?
Lyon n’a pas du tout suivi cette logique. L’OL s’est plutôt inspiré de l’Allemagne où le nouveau stade doit attirer de nouveaux publics tout en gardant l’ancien. Le stade de Lyon est conçu comme les stades allemands pour accueillir à la fois l’ancien public dont on va changer l’expérience, puisqu’on n’est plus au même endroit, tout en gardant « l’esprit de l’expérience ». On garde l’idée qu’il doit y avoir des supporteurs fervents et debout, des chants, des drapeaux, des tambours. On transplante l’expérience en conservant le sens qu’elle revêt pour les gens. C’est pour cela que les groupes de supporteurs ont accepté le changement.

Campagne de publicité ciblant les femmes. Olympique lyonnais, 2017.

Certains ont gagné, d’autres ont perdu en terme de localisation et de temps de parcours entre leur domicile et le stade. Ce qui pose problème aux supporteurs lyonnais réguliers, ce n’est pas tant le stade en lui-même, c’est ce qu’il y a autour et ce qu’on peut ou ne peut pas y faire. A terme, il doit y avoir d’autres constructions autour du stade. A Lyon, le prix de l’abonnement à l’année est relativement accessible, y compris pour les revenus modestes. En revanche, pour voir un match particulier, c’est très cher, sauf pour les matches mineurs. Pour le match inaugural, j’avais payé 60 euros la place en étant au troisième niveau. En même temps qu’il choie son ancien public, l’OL essaie d’attirer de nouveaux publics en créant de nouveaux espaces, comme en Allemagne. Le wifi et les écrans géants sont censés permettre d’attirer de nouveaux supporteurs.

Capture d’écran du site web de l’Olympique Lyonnais, octobre 2017.

Tu veux être en famille ? Tu as une tribune tranquille où on maquille ton enfant. Tu veux faire du business ? Tu as des loges adaptées. Tu veux être debout, à crier et à sauter ? C’est possible derrière les buts. Le Parc des Princes entre 2010 et 2016 et les grands stades anglais sont beaucoup plus uniformes : on est assis et on regarde le match, en participant un peu.

Si on en revient à votre question du trauma, finalement, l’expérience du match a moins changé à Lyon. L’enjeu de ce nouveau stade, c’est plutôt la question du développement de la ville. En quoi le fait d’avoir un stade à l’est de Lyon va changer la ville ou non. Est-ce que cela va créer de nouveaux quartiers, une dynamique urbaine ? C’est beaucoup trop tôt pour le savoir. Les anciens stades de Bordeaux et plus encore de Lyon, celui de Gerland, étaient à l’origine situés à la périphérie de la ville. Et puis la ville a progressivement gagné la périphérie. Est-ce que cela va être pareil avec ces nouveaux stades ?

Il y a déjà des quartiers autour du stade de l’OL, dans la ville de Décines. Est-ce que le stade va contribuer à les développer ? Est-ce que cela va contribuer à créer des relations entre cette partie de l’agglomération et plus largement tout l’est lyonnais, qui comprend beaucoup de quartiers populaires, et le reste de la ville ? Est-ce le stade va changer l’agglomération ? A Lyon peut-être… A Bordeaux, ça va être plus compliqué puisque le stade est construit dans un cul-de-sac et qu’il n’y a pas grand-chose autour. 

Comment ces deux modèles résistent-ils au temps ?
Avec ces nouveaux stades, anglais ou allemands, il y a l’idée de transformer la manière d’assister au spectacle, en créant de nouveaux services, notamment digitaux, mais le monde du football est un peu contradictoire dans ses attentes. D’un côté, il veut changer l’expérience d’aller au stade afin que les gens soient plus calmes, consomment plus, et ne critiquent plus le club et sa politique, en un mot qu’ils soient consommateurs. D’un autre côté l’envie demeure forte que le public reste le « 12e homme ». Le projet de Paris montre que ces nouveaux stades peuvent transformer profondément l’expérience. Or l’idée, historiquement importante en Europe, d’une participation forte du public demeure. D’où le relatif échec du projet parisien et le retour des groupes de supporteurs.

De manière générale, derrière ces nouveaux stades, il y a l’objectif de « domestiquer » le supporteur afin de garder la passion en atténuant les côtés négatifs (violence mais aussi revendications sur la politique tarifaire, la couleur du maillot, etc.). Il y a dans les nouveaux stades, particulièrement à Paris, une volonté de contrôle. Les dirigeants du club souhaitent contrôler ce qui se passe dans le stade et organiser eux-mêmes les chorégraphies en distribuant les drapeaux et les feuilles de couleur des tifos.

Comme dans les grands sports US, ce sont les organisateurs du spectacle qui vont créer des animations auxquelles répondra le public. Dans la tradition européenne ou brésilienne, le public est autonome et crée lui-même ses animations. On va ainsi apaiser le spectacle en le contrôlant, d’où le nombre de stadiers. Contrôle de la violence, du racisme, ce qui est normal, mais aussi contrôle de ce que font les gens et de ce qu’ils pensent.

Mais, en même temps, les dirigeants du football veulent aussi de l’ambiance… On est dans une période charnière. Va-t-on aller vers plus de contrôle et une atténuation de la passion des supporteurs ? Va-t-on revenir à la situation antérieure, avec plus de passion mais aussi plus de violence ? Va-t-on trouver un nouveau modèle de stade où on va garder une certaine passion populaire tout en la transformant, tout y ajoutant de nouvelles manières de vivre le stade pour limiter la violence ? J’espère qu’on se dirigera vers la troisième option. Par ailleurs, est-ce qu’on va aller en Europe vers un modèle américain avec des sorties au stade sur la demi-journée et avec une attention moindre durant le match ? J’avoue que je n’en ai aucune idée… 

Observe-t-on une uniformisation des pratiques des acteurs du spectacle sportifs ?
Déjà, même au sein des supporteurs, tous n’ont pas la même attente, certains veulent être debout, d’autres assis. L’Allemagne a bien compris ça en jouant sur la diversité des publics. Les stades allemands peuvent changer de configuration selon qu’ils accueillent une compétition de l’UEFA (avec des sièges à dossier obligatoires) ou nationale (avec moins d’exigences sur les sièges), ce qui augmente d’ailleurs la capacité des tribunes lors des rencontres nationales.

Le spectacle du football est un enjeu politique. Il y a des débats et sûrement pas consensus entre acteurs, y compris même au sein de certaines catégories, comme les autorités publiques par exemple : tous les pays ne gèrent pas de la même manière les supporteurs. Parmi les clubs, il y a aussi des rapports très différents aux supporteurs. Certains cherchent le dialogue afin d’aider l’émergence d’ambiance, d’autres visent un public plus calme. Au sein même d’un club, les positions peuvent évoluer ou diverger entre acteurs.

Prenons le cas du PSG. Le club est allé très loin à partir de 2010 dans le contrôle des supporteurs en écartant tout groupe constitué jusqu’à ce que son président, Nasser Al-Khelaïfi, dise son désaccord quant aux résultats obtenus qui ne correspondaient pas à l’image qu’il voulait renvoyer du club. Il a donc décidé de changer la politique en la matière contre l’avis d’une partie des dirigeants du club et alors même que le PSG était devenu une référence pour le Ministère de l’Intérieur, la police française, qui ne voulait pas d’un retour des ultras au Parc. Ce qu’essaie de faire actuellement (depuis octobre 2016) le PSG c’est de faire revenir au Parc des groupes de supporteurs sans les problèmes de violence d’avant. 

Vous parlez dans vos articles de « familles du football », un terme inconnu au Brésil…
C’est un terme qui peut être entendu en deux sens. Au singulier, l’idée d’« une famille » du football renvoie au fait qu’il y aurait une communauté autour de ce sport. Au pluriel, « les familles » du football désignent les différents types d’acteurs du football : les dirigeants, les joueurs, les arbitres, les entraîneurs, etc.

La grande question est de savoir si les supporteurs font partie de « la famille » du football et s’ils peuvent en être des acteurs. Il existe en Europe des revendications de la part des supporteurs d’être considérés comme un membre de « la famille » à part entière ou – ce qui revient au même – comme « une des familles » du football ayant ses propres intérêts. Dans le passé, on disait aux supporteurs : « vous êtes le 12e homme, vous avez un rôle à jouer, vous devez encourager l’équipe ». Mais on leur disait aussi : « les supporteurs supportent, les joueurs jouent, les dirigeants dirigent ». Ainsi, les dirigeants ne demandaient jamais aux supporteurs leur avis lorsqu’il s’agissait de débattre des grandes évolutions du club ou du football en général. Les supporteurs les plus engagés pensent que sans eux le football n’existerait pas. De plus en plus, ils demandent à être consultés sur les transformations de stade, les transformations de la politique des clubs, etc. Si on regarde à l’échelle française, il a fallu attendre la loi de 2016 pour reconnaître les supporteurs comme acteurs du sport. 

La rénovation des stades au Brésil se traduit actuellement par une très forte volonté de développer les abonnements, ce qui entraîne l’exclusion du stade des populations les plus pauvres.
C’est ce qu’on appelle la gentrification des stades ou l’embourgeoisement des publics. Le système des abonnements existe en Europe depuis longtemps : ce n’est pas une nouveauté en France et dans les pays voisins. Ce qui a changé depuis vingt ans, c’est l’augmentation des prix des abonnements et des places au match par match. Pour les clubs, l’abonnement offre des garanties de ressources à l’année. Et l’abonnement est censé récompenser le supporteur fidèle, le prix de chaque match étant bien inférieur dans l’abonnement annuel au prix que doit payer un spectateur occasionnel pour une seule rencontre.

Ce système désavantage donc les supporters occasionnels ou ceux qui n’ont pas les moyens de se payer un abonnement à l’année (mais à part en Angleterre, de nombreux abonnements dans les stades européens sont à des prix accessibles pour une grande partie de la population). Si le prix de l’abonnement est très élevé et si la plupart des places sont réservées aux abonnés, il devient difficile pour les catégories populaires d’accéder au stade. En Angleterre, certains supporteurs partagent le prix d’un abonnement et se répartissent les matches auxquels ils assistent.

Les nouveaux stades sont quant à eux censés sécuriser l’économie des clubs avec plus de rentrées d’argent sur les gadgets, les maillots, la nourriture vendue dans le stade, d’où l’idée que les gens arrivent plus tôt et partent plus tard. Le problème est que ce modèle (qui joue sur l’augmentation du prix des places et de la consommation au stade) marche en Angleterre ou en Allemagne où il y a déjà une base de public forte, mais dans les pays où le rapport au football est différent, appliquer ce modèle entraîne des difficultés. On n’attire pas du jour au lendemain 40 000 supporters dans un stade en France quand la moyenne de spectateurs tournait auparavant autour de 20 000. L’attrait du nouveau stade ne suffit pas pour multiplier l’affluence par deux. De même, on ne crée pas immédiatement de nouvelles habitudes de consommation.

Si on regarde les sports américains, les tribunes des stades de sport professionnel sont quasiment restreintes aux gens qui ont de l’argent, les autres catégories de la population regardent les matches à la télé. L’argument du PSG est de dire qu’un match ne coûte pas plus cher qu’un opéra ou un grand spectacle à Paris… mais ces différents spectacles ne touchent pas les mêmes populations aujourd’hui. La sortie au stade n’est pas comme une sortie au théâtre. Maintenant, à Madrid, Barcelone ou Paris, on voit des Japonais qui viennent au stade parce qu’ils ont acheté leur billet de match en même temps que leur voyage. Les gens viennent avec leur tablette et téléphone pour filmer. Est-ce que le spectacle sportif va rester un spectacle populaire, dans la mesure où il touche toutes les catégories y compris les plus modestes, ou sera-t-il réservé à ceux qui ont de l’argent ?

Ce que me disait mon collègue brésilien Bernardo Buarque de Hollanda sur les stades rénovés au Brésil pour la Coupe du monde, c’est qu’ils sont trop grands, inadaptés aux usages des supporteurs, trop chers. La coupe du monde de la FIFA ou les JO n’étaient pas conçues pour le peuple mais pour les élites. Ce dernier peut se sentir dépossédé. Le stade va-t-il devenir une pratique bourgeoise comme le théâtre, qui par le passé a pu être une pratique populaire avant de s’embourgeoiser ? Sorti de quelques très grands clubs comme le PSG ou Arsenal, ça me paraît quand même peu probable.

 

Entretien réalisé le 17 juillet 2017 à Lyon par Natália Rodrigues de Melo; collaboration Jean-Michel Roux (questionnaire, décryptage et mise en forme). Cet entretien s’inscrit dans le cadre d’un accueil de N. Rodrigues de Melo au laboratoire Pacte du CNRS pendant sa thèse de doctorat à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Elle bénéficie d’une bourse de la CAPES, Coordination pour l’Amélioration du Personnel Supérieur (Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoa de Nível Superior).

Un dimanche au stade Geoffroy-Guichard

« Au Stade des Villes » a pour ambition de collecter, au fil de l’eau, des « récits de vie » de personnes, de tout âge et toutes origines, se rendant plus ou moins occasionnellement au stade. Certaines personnes se rendant pour la première fois dans un stade, à l’âge adulte et presque par hasard… comme cette Grenobloise qui avait un autre projet en tête pour son dimanche après-midi.

Le 10 septembre, il y avait les « Bruleurs de Loup » contre les « Rapaces » de Gap à Echirolles.  Non pas qu’on joue dans l’équipe, mais notre fils fait du hockey roller et on aime bien les gradins de patinoire, à la fraiche.  On voulait y emmener nos copains, mais eux ils avaient prévu d’aller au match de foot…  Nous, on sait pas jouer au foot, on comprend pas les règles, encore moins le monde du football professionnel, tout juste si on savait que Neymar avait signé au PSG pendant l’été.  Mais ayant lu une bonne moitié de ce site (stade.hypothese.org), on avait envie de voir un jour, en vrai, un match au stade Geoffroy-Guichard.

D’abord, se repérer dans la billetterie en ligne.  Trouver des places pour être côte à côte plutôt que perdus au milieu de trente ou quarante mille inconnus.  Zone violette.  Numéro 28.  Tribune Jean-Snella – Jean qui ? –  Rang 2, place 113.  Au dessus du Kop sud pour les entendre, en face du Kop nord pour les voir et parce que de derrière les buts on voit bien le match, bien sur.

Zone violette, numero 28, tribune Jean Snella, rang 2, place 113

Ensuite, y aller.  Suivre un convoi de Stéphanois qui fait escale chez des Stéphanois pour prendre des forces avant le match, puis s’y retrouver dans les accès et stationnement pour le stade.  Plus on s’approche plus on voit d’écharpes de l’ASSE qui s’échappent des fenêtres des voitures, étendards rassembleurs.  Heureusement le BTP est en repos le dimanche, les voitures peuvent se mettre un peu partout à coté des engins de chantier.  Sans doute pas loin de dix mille conducteurs cherchent et trouvent une place, et tout le monde reste aimable, un beau début.

De loin on aperçoit le stade. Vite, enfiler son t-shirt vert!  Les vrais supporters s’équipent depuis plusieurs décennies donc on a un joli défilé de mode ASSE, collections toutes saisons, toutes ligues, toutes tailles. Puis on marche, on traverse les chantiers, on rejoint les rails qui ont l’air d’avoir été posées là pour la déco alors que sans doute c’est la seule chose qui reste d’un autre temps. D’ailleurs pourquoi il n’y a plus de tram pour venir au stade?  Parce qu’on ne veut pas?  Question aux supporters, aux politiques, aux sociologues ou aux urbanistes?  Avant, on y venait comment au stade Guichard?

Quartier récent, larges rues, pistes cyclables, bistro tendance, immeubles hauteur années 2000, ni trop ni trop peu.  Difficile de se souvenir des grandes heures de l’industrie, difficile de s’imaginer comment les différentes versions du stade se sont intégrées dans cet environnement.  Et le quartier, sans doute d’ordinaire chasse gardée des automobilistes, sourit de tous ces piétons verts, marcheurs du dimanche, flot continu à sens unique, manif gentille.

Sur la pelouse du stade la tension monte, on est à vingt minutes du coup d’envoi.  La fourmilière s’affaire: retrouver ses amis, ses billets imprimés, sa porte d’accès, faire la queue, passer la fouille, jeter les bouchons des bouteilles d’eau, chercher sa colonne d’escalier, suivre notre coach Jean Snella.  L’énormité du stade et l’empreinte au sol des piliers béton nous donne le sentiment d’être tout petit, l’échelle du plan semble s’être décalée.  Enfin, la première vue sur le terrain en plongée depuis le haut de tribune fait oublier l’extérieur et les cages d’escaliers impersonnels du bâtiment.  La densité des chaises, des rangées, des tribunes, et la proximité avec le terrain font rentrer instantanément dans le jeu.

Les chants chauffent la salle mollement, tradition importée d’ailleurs, mais les joueurs sont appelés un par un par la foule et acclamés à leur entrée sur le terrain.  On les aime, on les admire, et surtout on voudrait bien qu’ils nous fassent un beau match.  Les drapeaux et les tifos verts et blancs couvrent les tribunes et fabriquent ce décor éphémère qu’on garde en tête toute la durée du match, et bien après.

Décor éphémère sur le Kop nord, drapeaux et tifo vert et blanc

Le spectacle peut commencer, au milieu du brouhaha et des arrivées de dernière minute.  Le stade se réveille au premier but marqué par Saint-Etienne à la première minute de jeu, à peine si on avait entendu siffler le coup d’envoi.  Chacun rentre alors dans son rôle et les kops mènent la danse.  Au nord – en vert, fiers, bruyants, loyaux, disciplinés, investis d’une mission de représentation, officiels. Au sud – en noir, ska, insoumis, véhéments, les bad boys du stade.  Ils rivalisent d’entrain et de méthode pour mettre l’ambiance et maintenir les décibels, soutenant chacun à sa manière la même équipe, ne s’arrêtant qu’un court instant une fois dans le match pour se répondre en cadence, créant ainsi le plus bel effet acoustique du stade.

Le public a plus d’inertie à entrer dans le jeu.  Un but sur penalty du SCO d’Angers à la 9e minute plombe un peu l’ambiance, mais les Angevins ne sont qu’une poignée dans les gradins, cantonnés au coin, punis d’office.  On les oublie facilement, le match est à la maison, entre Stéphanois.  Les retardataires arrivent encore, les conversations s’installent.  Ici, on est pas scotché par les prouesses des sports extrêmes ou ébahi devant l’agilité des circassiens; on n’est pas non plus à la salle de muscu en quête d’hygiénisme du corps ou de dépassement de soi.  Non, on est là parce qu’on est dimanche après-midi et que l’équipe de Saint-E’ joue, c’est bien suffisant.  Fierté de la ville et du club, de son histoire et de ses moments de gloire, d’être en ligue 1, même si les joueurs ont changé, même si la saison dernière n’a pas été bonne.

A la mi-temps, on se dégourdi les pattes, on visite les lieux avec les enfants, la logistique suit, bien calibrée.  Puis le public reprend sa place et retourne au match, soudain décidé à en découdre, comme s’il venait de se souvenir qu’il devait donner une leçon aux Angevins et quand même en avoir pour son argent, voir un spectacle, pour de vrai.

L’arbitre hésite une fois ou deux sur des fautes, juste ce qu’il faut pour lancer les éternelles rengaines footballistiques, le stéréotype a la peau dur: il est où l’arbitre, vendu, ouvre tes yeux, incapable.  Cathartique et exutoire pour beaucoup, l’arbitre, comme au bar des sports, certains simplement pour dire quelque chose, d’autres sincères, intenses, à fleur de peau.  Le gardien de but des Angevins se fait très mal, la faute à un Stéphanois.  Le Stéphanois se fait exclure, et le gardien angevin va beaucoup mieux tout à coup.  Ca siffle fort dans les tribunes.  Les verts ont du talent mais parfois glissent et ratent leurs passes.  Les Angevins visent les cages mais rebondissent dessus.  Le ballon rond fait des allers-retours de terrain, sans vraiment y croire.  Les joueurs semblent loin, ils font leur vie sur le gazon.  Ca semble s’embourber, ne plus aller nul part, mais dans les gradins, bien au contraire, chaque spectateur commence à voir et vivre son propre match.

On suit l’action, on observe l’attaque et la défense mais le voisin lui voit la faute dix foulées plus loin.  Les experts font les pronostics de saisons, commentent les transferts de joueurs.  Les stratèges analysent et applaudissent les tactiques des verts.  Les justiciers rappellent à l’ordre les joueurs angevins pas réglo.  Les bavards se plaignent et s’enthousiasment en boucle.  Les inquiets gardent le silence et s’enfoncent peu à peu dans leur siège, comme menacés par ce score fragile de 1-1.  Les kops eux sont occupés à sauter, chanter et s’accorder, joyeux et festifs, ‘garagnas’ de 7 à 77 ans.

On est spectateur mais ici pas d’identification ni de distanciation.  Du réel, des règles, des sportifs bien entrainés, des techniques.  Chacun sa grille de lecture, chacun son match et chacun son spectacle, un peu comme au théâtre, mais bien plus encore: le stade est libre de code, ni pénombre, ni silence, ni interdiction de boire ou manger, ni restriction d’âge.  Ni bagage culturel ni texte de référence ni courant philosophico-politique.  Ici pas d’appartenance, pas de prétention sociale, pas de faire-semblant, juste l’envie d’y croire et de ne pas rater un match exceptionnel pour pouvoir dire ensuite j’y étais.  A défaut, sortir le dimanche.

On quitte le stade avec la marée humaine, on ramasse les collectors en chemin, drapeaux, feuille d’infos des supporters, boutique, quelques embouteillages.  On emporte ni victoire ni défaite, ni euphorie ni déception, mais le simple plaisir d’avoir vu un match avec les copains dans ce stade chargé d’histoire, entre capitalisme, jeux, traditions et Stéphanois.

Texte et photographies Aude A.

Un « récit de vie » qui montre qu’on peut être complètement béotien en matière de football et de stade et parvenir à saisir l’essence du match à travers une typologie de ses publics: l’expert, le stratège, le justicier, le bavard et l’inquiet. Un pas alerte vers une sociologie des publics du spectacle sportif que n’aurait pas renié Pierre Sansot…

c.f. Pierre SANSOT, « Vers une sociologie des émotions sportives », in Les formes sensibles de la vie sociale, Paris : PUF, 1986.
Le titre de l’article fait référence à Un dimanche à la campagne, un film français réalisé par Bertrand Tavernier, sorti en 1984.

Des stades déjà rentabilisés pour les JO 2024?

Le 11 juillet 2017, les représentants de la candidature de Paris pour accueillir les JO de 2024 , les coprésidents Tony Estanguet et Bernard Lapasset ainsi que la maire de Paris Anne Hidalgo, ont présenté le projet de candidature au Comité international olympique (CIO). Paris est désormais seule en lice pour accueillir cette édition après l’accord entre le CIO et Los Angeles qui se propose d’organiser l’édition de 2028. Le dossier de Paris repose sur l’utilisation au maximum des sites et équipements déjà en place afin de réduire les coûts. Mais nécessiteront-ils vraiment aucun travaux?

Fort logiquement, le dossier français fait la part belle, pour le tournoi olympique de football, aux stades qui ont été construits ou rénovés pour l’Euro 2016 de football ou qui doivent servir lors de la Coupe du monde de rugby 2023, pour laquelle la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate le 9 février 2017.

Le tournoi olympique sera réparti dans neuf stades :
– Parc des Princes (48 500 places) à Paris
– Stade Pierre-Mauroy (50 000 places) à Villeneuve-d’Ascq
– Stade de la Beaujoire (37 500 places) à Nantes
– Groupama Stadium, ex-Parc OL (59 000 places) à Décines
– MatMut Atlantique (42 000 places) à Bordeaux
– Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places) à Saint-Etienne
– Allianz Riviera (35 000 places) à Nice
– Stadium de Toulouse (33 000 places)
– Stade Orange ex-Vélodrome (67 000 places) à Marseille

En-dehors du Parc-des-Princes, tous les autres figurent dans la liste des neufs stades prévus pour accueillir le rugby en 2023. Huit d’entre eux (exception faite de la Beaujoire) ont déjà accueilli l’Euro 2016. Un groupe d’une dizaine de stades se détachent donc désormais en France pour accueillir les grandes compétitions en raison de leur taille et de leur niveau d’équipement plus que pour la répartition géographique1.

Si le principe de faire l’économie de la construction de nouveaux stades pour les seuls Jeux Olympiques semblent un principe de bon sens, le dossier de Paris ne sous-estiment-ils pas cependant les coûts de remise aux normes de ces équipements, douze ans après leur livraison? L’exemple actuel du stade de la Licorne à Amiens n’incite pas à l’optimisme. Le stade du club d’Amiens, qui vient de rejoindre la première division nationale en football, a été livré il y a moins de 18 ans. Il va devoir pourtant faire l’objet de travaux de rénovation de toiture pour 8,8 millions d’euros ainsi que d’autres aménagements (nouveaux sièges pour 660 000 €, éclairage pour 350 000 € et vidéoprotection pour environ 300 000 €) afin de répondre aux exigences de la Ligue.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Des stades déjà rentabilisés pour les JO 2024?, in Au stade des villes, 09/08/2017, https://stade.hypotheses.org/843.
  1. les Hauts-de-France, l’Ile-de-France, PACA et Auvergne-Rhône-Alpes ont chacune deux stades alors que l’est et le grand ouest et le centre de la France en sont dépourvus []

Neuf stades retenus pour la candidature au Mondial 2023 de rugby

Neuf stades et villes ont été retenus dans le dossier de candidature  pour accueillir des matches de la Coupe du monde 2023 que doit remettre la France jeudi 1er juin 2017 à World Rugby. Plusieurs villes sélectionnées lors de la première sélection disparaissent de la liste: Paris, Lens et Montpellier.

Les neuf villes sont Lille (stade Pierre-Mauroy), Nantes (La Beaujoire), Bordeaux (Matmut Atlantique), Toulouse (Stadium), Marseille (Vélodrome), Nice (Allianz-Riviera), Lyon (Parc OL), Saint-Etienne (Geoffroy-Guichard) et Saint-Denis (Stade de France).

Le comité de candidature  avait déposé la candidature de Paris en laissant ouvert le choix entre Jean-Bouin et le Parc-des-Princes. D’après l’AFP, ce dernier souhaitait retenir le Parc-des-Princes « mais n’a pu obtenir l’accord de la mairie de Paris, liée par une convention d’occupation à QSI, le propriétaire qatarien du club de football du Paris Saint-Germain opposé à la tenue de matches de la Coupe du monde 2023 dans le stade. La ville de Paris, même si elle n’accueillera pas de matches, a néanmoins été retenue comme ville hôte de la compétition ». Jean-Bouin paie quant à lui sa trop faible capacité (20 000 places).

La fédération française de rugby (FFR) remettra jeudi à Dublin à World Rugby, la Fédération internationale, son dossier de candidature pour l’organisation.  La France est en concurrence avec l’Irlande et l’Afrique du Sud. Elle met en avant dans son dossier la qualité et la capacité importante de ses stades (2,6 millions de spectateurs, dont 336.000 places d’hospitalités), dont huit ont accueilli l’Euro 2016 de football. Cette capacité permettrait de rapporter 500 millions d’euros à World Rugby via la redevance, les hospitalités, le merchandising ou encore les droits télévisuels.

La Coupe du monde 2015 en Angleterre avait rapporté 300 millions d’euros à World Rugby.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Neuf stades retenus pour la candidature au Mondial 2023 de rugby, in Au stade des villes, 31/05/2017, https://stade.hypotheses.org/703.

Impressões sobre o estádio Geoffroy-Guichard

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne.

La consigne donnée est de décrire dans ses plus petits détails la journée au stade, à la façon de Pierre Sansot1: « prendre la décision de décrire, ce serait observer, se situer au plus près de ce qui se produit, être en intelligence avec ce qui s’offre : par exemple, ne pas omettre les détails que seule une longue pratique affectueuse relève, mémorise. […] La description s’attache à révéler ses mille nuances, ces détails qui semblent relever de l’anecdote et que l’on a tendance à négliger dans une micro-sociologie. Or, tous ces détails constituent la trame de la vie sociale à tel point qu’il n’y a pas grand chose à rechercher en dehors d’eux, derrière eux. […] Elle peut avoir une ambition plus grande : montrer comment à travers des comportements mineurs se dévoilent les gestes majeurs de l’Anthropos ».

 

O estádio Geoffroy-Guichard está localizado na cidade de Saint-Etienne, região de Auvergne Ródano Alpes. Tem capacidade para aproximadamente 42.000 espectadores e é conhecido como Le Chaudron ou L’Enfer Vert em referência ao time da casa, AS Saint-Etienne.

Fachada do estádio Geoffroy-Guichard. Façade principale de Geoffroy-Guichard

Para então conhecê-lo, a saga do dia 09 de abril de 2017 começou às 08h45 da manhã na linha A do VLT de Grenoble, estação Arlequin sentido Maison du Tourisme. Às 09h10 eu segui o caminho pelo VLT da linha B, Maison du Tourisme sentido Ile Verte.

Os Grenobloises, em sua maior parte, são bem simpáticos, porém são quietos, reservados. Assim, até meu destino final eu segui quieta até encontrar Jean-Michel e Louise. Um pouco mais adiante conheci Regis, Alberto e mais quatro crianças. Seguimos todos para Saint-Etienne.

Cidade de Saint-Etienne. Ville de St-Etienne, vue du Crêt-de-Roch.

O dia agradável, de sol ameno, vento fresco e casarões antigos, tornou a expectativa do jogo também agradável. Após um passeio e um almoço formidável na casa dos pais de Jean-Michel, seguimos finalmente para a partida Saint-Etienne x Nantes.

Caminhamos pelas ruas do entorno e era possível observar um “mar de gente” vestindo verde, todos sorrindo e certamente uma grande expectativa de vitória do time de Saint-Etienne. Todos caminhando em direção ao seu respectivo portão de entrada e o barulho que se ouvia era de pessoas conversando provavelmente sobre uma grande partida.

O dia azul e ensolarado, porém não muito quente, de uma tarde de primavera, contribuiu para a animação e para o grande público que estava no estádio para ver a partida do dia. As duas equipes ocupam a parte de cima da tabela, respectivamente 7ª e 8ª posições, no entanto, nenhum dos dois times tem chance de vencer o campeonato francês, ficando provavelmente com o time de Mônaco ou Paris Saint German. Dessa forma, a busca pelo estádio foi certamente motivada pela paixão ao clube, pela ambiência do estádio e o dia que estava proporcionando uma bela tarde de lazer.

Alguns torcedores estavam bebendo em alguns poucos quiosques do entorno, na espera do jogo. Era possível então sentir o cheiro dos petiscos e das bebidas, além de poder ouvir os barulhos de conversas e risos dos visitantes.

O Estádio, que foi construído em uma região de minas de carvão, foi recém reformado para a Euro 2016. Prezou-se pela ampliação do espaço, aumentando as fileiras de arquibancadas e as tribunas. Além disso, a grama foi melhorada, assim como a arquitetura em toda a sua fachada, modernizando um dos estádios mais antigos da França, inaugurado em 1931.

Entrada no portão sul do estádio. Queue pour la fouille à l’intérieur du stade.

Entramos pela tribuna sul do estádio. Enfrentamos uma pequena fila até chegarmos às catracas eletrônicas. Validamos o bilhete e passamos pela inspeção. Não queriam permitir a minha entrada com um carregador externo de bateria de celular, pois apresentava risco, caso eu quisesse jogá-lo em alguém do estádio. Ao final, consegui driblar o problema e finalmente entrei.

A entrada é ampla e ventilada. O local é bem sinalizado e indica corretamente os setores. A circulação dentro do estádio estava tranquila. Preferimos ficar na parte superior da tribuna, então subimos dois lances de escada até alcançarmos o local pretendido. Não seguimos a numeração da cadeira que estava no bilhete e ficamos onde havia espaço, assim como fazemos no Brasil, nos setores mais baratos.

A entrada é ampla e ventilada. Sous la tribune sud.

O estádio é composto por quatro tribunas, sendo duas delas com cadeiras numeradas e um restaurante (Área VIP). As outras duas tribunas, sendo uma de frente para a outra, correspondem ao espaço mais acessível do estádio, em que os ingressos são menos caros. Nelas estão as arquibancadas e o que lembra uma “geral” no Brasil. O “ultras” ou torcidas organizadas ocupam essas tribunas: de um lado os “Green Angels” e do outro os “Magic Fans”. Os valores giram em torno de 10 euros nas arquibancadas (preços mais baixos).

Ingresso da partida. Billet d’entrée, imprimé sur papier A4.

Nas tribunas leste e oeste os torcedores são mais quietos e permanecem sentados praticamente o tempo todo. Os espaços de circulação (as laterais das cadeiras) ficam todos disponíveis e as pessoas são espectadoras do jogo, assistindo calmamente a partida. No setor oeste ainda existe um restaurante, o único local do estádio que permite a venda de bebidas alcóolicas.

Nos setores norte e sul estão as torcidas organizadas ou como chamam os franceses “os Ultras”. Do lado sul o espaço é reservado para os “Green Angels” e do lado norte estão os “Magic Fans”. Ficamos no lado sul e foi possível perceber que existem mais bandeiras e um movimento circular com as flâmulas da equipe tricolor: verde, branco e preto. Os cânticos ecoam por todo o setor e os animadores não deixam que os torcedores se sentem e desanimem. Do outro lado, os “Magic Fans” são, em sua maioria, homens. Eles ficam sem as camisas e fazem um movimento de vai e vem entre eles. Cantam o tempo todo e, em alguns momentos da partida, eles cantam e fazem coreografia com o lado sul, ou seja, com os “Green Angels”. A sensação é de que uma onda atravessa o estádio e isso contagia o norte e o sul. Existe uma vibração em coro e um uníssono que impulsiona a equipe. É vibrante!

Tribuna norte. Magic Fans. Foto ilustrando a bandeira dos ultras e o nome de um torcedor morto: Olive. Kop nord lors du tifo en mémoire d’Olive, un ancien « MF ».

É interessante, pois assim como no Brasil, a maioria dos torcedores não se conhecem, mas é como se naquele instante eles fossem parte da mesma família. É um clima de solidariedade e ajuda mútua. O time depende de todos eles e todos eles sabem disso. A união nesse momento é o que mais importa.

O público da partida foi de 30 mil pessoas e a composição bastante mista: homens, mulheres, idosos e crianças. Apesar de toda uma mobilização das organizadas, o ambiente é de tranquilidade, pois Nantes não é o principal adversário do Saint-Etienne e a torcida foi praticamente única, uma vez que o time adversário teve permissão de 300 torcedores somente.

Tribuna norte (geral) e tribuna leste, cadeiras numeradas. Tribune nord (kop) et tribune est (places assises).

Há muitas bandeiras, flâmulas, hinos e coreografias para saudar e impulsionar a equipe. O espaço dos “ultras” é bastante territorializado, assim como fazem as torcidas organizadas no Brasil. O espaço de cada um é bem delimitado e, mesmo que sejam torcedores do mesmo time, eles precisam respeitar os limites e a maneira de torcer da cada um. Uma situação em particular chama bastante a atenção, a torcida dos “Green Angles” produz um jornal impresso para os torcedores no qual é narrado os pontos principais sobre a partida do dia, as próximas partidas e a classificação da primeira liga. O principal rival, Lyon, é sempre referenciado com letras minúsculas, ratificando o desprezo e rivalidade.

Jornal dos torcedores Green Angels. Fanzine des Green Angels.

Nas tribunas sul e norte não há obediência à numeração dos assentos e os torcedores ficam de pé sobre esses mesmos assentos para ter maior visibilidade do campo, já que durante a partida ninguém se senta, exceto nas tribunas mais caras. Não é possível querer seguir uma ordem nem mesmo existe uma vontade para isso. O ambiente é bastante convidativo a fazer parte, a sentir a ambiência e a torcer junto.

A partida do dia 09 acabou em empate, 1 x 1, mantendo as equipes na mesma posição da tabela. Ao sairmos do local, apesar do empate, seguimos em clima de paz. Assim como na ida, a volta é feita pelas ruas próximas ao entorno, onde os carros ficam estacionados. Ao final todos seguem indo embora para o seu destino.

Em comparação ao Brasil eu sinto que as diferenças são poucas quando se trata da partida no estádio de Saint-Etinne e com os torcedores da equipe homônima. Os estádios têm preços igualmente altos, mas no Brasil o poder aquisitivo é menor e vemos, cada vez menos, um espaço ocupado pelo “povão”. O estádio tem se tornado um espaço de segregação, mas na contramão, buscamos reivindicar mais acessibilidade do grande público e/ou ocupar outros estádios de menor tamanho e que possibilitem preços mais acessíveis.

Torcedores de pé sob os assentos das arquibancadas. Supporteurs préférant rester debout en tribune populaire.

Apesar da espetacularização que o futebol vem sofrendo, é muito difícil uma paixão ser ofuscada. Ao final, me senti empolgada com o jogo que presenciei e me restou a impressão de que o futebol é fenômeno social e acolhedor em qualquer parte do mundo, mesmo com as rivalidades. A frase de ordem que ainda ecoa dentro de mim é Allez les Verts!!!

 

Eléments de comparaison avec le Brésil
Voici maintenant, un résumé analytique du texte en portugais, fruit d’une lecture et d’un échange avec l’auteur. 


A écouter Natália Rodrigues de Melo, ce qui distingue un tel match de championnat par rapport à un équivalent au Brésil tient d’abord dans l’atmosphère sereine (clima de paz) qui se dégage des abords du stade, à l’entrée à la sortie du public et dans les tribunes.

Le contexte joue, bien entendu, un grand rôle. Il n’y a pas d’animosité particulière entre les supporteurs des deux équipes, et de plus, les autorités ont restreint le déplacement des supporteurs nantais à 300 personnes maximum. De fait, ils ne sont qu’une poignée dans leur parcage. Le match se joue un dimanche après-midi de printemps. Plus de 30 000 personnes assistent au match, beaucoup arborant les couleurs du club – vert, blanc, noir – et créent une « marée verte » (um “mar de gente” vestindo verde).

Pour l’auteur, les gens sont probablement plus attirés par la passion du club et l’ambiance du stade que par une quelconque perspective sportive, les supporteurs qu’elle rencontre avant le match ne croyant guère  à une qualification européenne, pourtant encore mathématiquement possible.  Elle souligne que les clubs n’existent guère que par cette passion qu’ont les supporteurs pour leur équipe; passion qui transforme le « spectacle » en un rituel presque sacré.

L’entrée au stade lui semble facile: une petite attente au guichet, des billets électroniques et la surprise de se voir interdire une batterie de téléphone portable (risque de jet)… mais qui sera finalement acceptée2. Le stade lui apparaît comme bien conçu avec ses entrée amples et ouvertes, une circulation aisée dans l’enceinte et une bonne signalisation. Il apparaît comme ayant – toujours – quatre tribunes qui se font face: deux (arquibancadas) avec sièges numérotés (cadeiras numeradas) et espace VIP ; deux sans numérotation des places et sans restaurant mais où les gens continuent de se mettre debout (gerals).
Le public est lui aussi affaire de surprise. L’auteur découvre les ultras, une forme de supportérisme organisé comme au Brésil avec les torcidas organizadas. L’espace des ultras est bien délimité et la chorégraphie rappellent celles des torcidas . Elle note qu’ils chantent pratiquement tout le temps; des chants repris par la tribune et qui parfois se répondent d’une tribune populaire à l’autre, créant une sensation d’ondes se répandant dans tout le stade (a sensação é de que uma onda atravessa o estádio e isso contagia o norte e o sul). Se dégage aussi une impression de solidarité entre les supporteurs sans qu’ils semblent se connaître. Les rapports sociaux lui semblent particulièrement paisibles et le stade un lieu de mixité avec non seulement des hommes mais aussi des femmes, des adolescents et des enfants.
Le prix modique des billets par rapport au pouvoir d’achat, dix euros, est en fin souligné tandis que les prix ont flambé au Brésil ces dernières années, à la grande surprise et au désespoir des Brésiliens les plus modestes, qui se trouvent exclus d’un stade et d’un spectacle auquel ils contribuaient pourtant. L’obtention de stades plus familiaux et sécurisés s’est faite, comme en Angleterre, au prix de l’éviction des plus modestes…
Au final, un beau (contre) exemple aux violences de la semaine suivante au Parc OL et au stade de Furiani.

 

Texte en portugais (Brésil) et photographies de Natália Rodrigues de Melo; introduction et éléments de comparaison (en français) de Jean-Michel Roux.

A suivre…

A lire aussi sur les ambiances des stades français et brésiliens: High Fidelity.

  1. Pierre SANSOT, Les formes sensibles de la vie sociale, Paris : PUF, collection La politique éclatée, 1986, pp. 66-67 []
  2. Le stadier fait preuve de compréhension devant l’explication que la batterie sert à un travail universitaire d’une Brésilienne []

Le feuilleton du rachat de Geoffroy, premier acte

Le 7 avril 2017, s’ouvriront les négociations pour le rachat du Stade Geoffroy-Guichard entre l’ASSE, club locataire, et Saint-Etienne Métropole, son propriétaire actuel. En attendant, petit retour historique sur dix mois d’échanges verbaux par presse interposée.

L’ASSE est actuellement locataire d’un stade qu’elle a fait construire en 1931 puis qu’elle a vendu à la mairie avant que celle-ci ne transfert la propriété à son inter-communalité. C’est cette dernière qui a assuré la maîtrise d’ouvrage des travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016 de football (72 millions d’euros). Depuis le stade constitue certes un très bel outil de travail mais le club n’en possède pas la pleine jouissance… au contraire de son voisin lyonnais ou de nombre de grands clubs européens, ce qui semble devoir mettre un frein aux ambitions sportives du club.

Travaux de rénovation du stade pour l’Euro 2016. Juillet 2014.

Lors d’une interview donnée le 8 août 2016 à l’AFP dans les locaux de France Bleue Saint-Etienne Loire, le co-président de l’ASSE, Roland Romeyer, évoque les ambitions européennes du club mais souligne que les grands clubs européens sont dans de grandes villes, or Saint-Etienne ne peut compter que sur 170 000 habitants (population de la seule ville). Le club réaliserait donc de la « sur-performance » eut égard à la taille de sa ville et son budget – le 7e ou 8e budget français – qui peine à dépasser les 70 millions d’euros.

Le co-président évoque la difficulté à faire plus que ce qui a été déjà entrepris en terme d’acquisition de ses outils de travail: « au plan marketing, nous avons repris la gestion de notre boutique, acheté l’hôtel-restaurant le Chaudron vert, nous sommes propriétaires de notre siège-centre d’entraînement et de formation et avons ouvert le premier musée en France consacré à un club (130.000 visiteurs). »

Il entrouvre alors une porte: « pour augmenter le budget, il nous faut devenir propriétaire du stade Geoffroy-Guichard, symbole de l’ASSE, comme l’incite la loi Braillard, ce qui nous permettrait d’en avoir la gestion sept jours sur sept avec l’exploitation des loges 365 jours par an ou d’un restaurant par exemple ». Il rajoute même que les collectivités semblent à l’écoute de l’idée.

Vérification faite par les journaliste de France Bleue, « l’hypothèse a simplement été évoquée verbalement. Pas de réunion, pas de groupe de travail pour évaluer l’intérêt de céder le lieu le plus connu de Saint-Étienne. L’ASSE est donc acheteuse mais Saint-Étienne Métropole n’est pas vendeuse. En tout cas pas encore (…). Saint-Étienne Métropole n’est pas dans l’urgence de vendre : elle reçoit chaque année de la part du club de foot 1,35 million d’euros pour disposer du stade, une somme qui couvre quasiment les coûts d’exploitation annuels du Chaudron avec ses douze employés à temps plein. Mais elle perdrait un patrimoine d’une valeur symbolique très élevée ».

Lors de l’automne 2016 et de l’hiver 2017, les échanges verbaux se multiplient. En février, Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Étienne Métropole, ouvre la porte aux négociations lors d’une interview avec France Bleue en rappelant cependant que, dans une vente, « il y a deux choses très importantes et qui sont et seront immuables. C’est un : l’intérêt du club – et quand je dis ça, c’est pas forcément celui des actionnaires – et deux celui de la collectivité donc Saint-Etienne Métropole. C’est ce qui va présider en tout cas les discussions. L’ASSE c’est un vecteur de communication pour le territoire qui est exceptionnel. Notre intérêt c’est que le club puisse se développer comme il le souhaite et atteindre les ambitions que nous partageons. Il faudra discuter du montage, du prix et de l’ambition pour le club. C’est présenté comme étant la solution. Nous voudrions en être sûrs. »

Le prix de 150 millions d’euro est alors avancé par le maire de Saint-Etienne ; prix qui fait bondir le club et s’étrangler son président. Fin du premier acte.

Reprise des négociations le 7 avril…

 

Pour en savoir plus sur l’histoire du stade Guichard:
– Stéphane Merle, « Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Étienne, un « monument » du sport local ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/3 | 2004, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 22 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/723 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.723
– CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p., cartes et ill.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Le feuilleton du rachat de Geoffroy, premier acte, in Au stade des villes, 22/03/2017, https://stade.hypotheses.org/560.

La sélection des stades pour la Coupe du monde de rugby 2023

Le 9 février 2017, la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate pour accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2023. Dix-neuf  villes étaient mentionnées lors de la présentation du dossier à la presse. Le Comité Directeur de la FFR vient de dévoiler les douze villes hôtes finalement retenues pour la candidature.

Douze villes mais onze stades ont été retenues (du plus grand au plus petit stade) :
Saint-Denis –Stade de France (80 000 places)
Marseille – Orange Vélodrome (67 000 places)
Lyon – Parc OL (59 000 places)
Lille Métropole – Stade Pierre-Mauroy (50 000 places)
Bordeaux – Matmut Atlantique (42 000 places)
Saint-Etienne – Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places)
Lens – Stade Bollaert-Delelis (38 000 places)
Nantes – Stade de la Beaujoire (37 500 places)
Nice – Allianz Riviera (35 000 places)
Montpellier – Stade de la Mosson (32 000 places)
Toulouse – Stadium de Toulouse (33 000 places)

Paris est la douzième ville. Son stade – en plus de Saint-Denis qui accueillera la finale – n’est pas encore connu: Jean-Bouin et le Parc-des-Princes sont les deux options possibles. L’U arena de Nanterre, future stade du Racing 92 a été écartée.

Sept villes se sont désistées entretemps ou n’ont pas été sélectionnées: Valenciennes (Stade du Hainaut), Le Havre (Stade Océane), Rennes (Roazhon Park), Le Mans (MMARENA), Sochaux (Stade Auguste-Bonal), Grenoble (Stade des Alpes) et donc Nanterre.

La FFR a expliqué vouloir déposer le meilleur dossier pour la Coupe du Monde 2023 et  justifie la sélection sur les critères suivants :

  • « La plus grande capacité de spectateurs potentiels (grand public et hospitalités)
  • La plus grande capacité hôtelière
  • Des stades de très haut niveau répondant aux standards des plus grands événements internationaux
  • Des villes hôtes mobilisées et expertes dans l’accueil des événements internationaux »

Notons simplement, qu’en l’état, la sélection fait la part belle aux stades de football. En-dehors du Stade de France, antre des équipes de France de football et de rugby et du Matmut Atlantique de Bordeaux qui accueille quelques affiches de l’UBB (Union Bègles-Bordeaux), les autres stades sont le domicile de clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 (Lens). Quand un club professionnel de rugby jouent dans ces villes, c’est alors dans un autre stade, plus petit: le Stade Ernest-Wallon à Toulouse, le Matmut Stadium de Lyon ou l’Altrad Stadium de  Montpellier.

Spectateurs, supporters, fans… et visiteurs

L’ambiance d’un stade comme Geoffroy-Guichard dépend en partie de son architecture, de la nature du match qui s’y déroule (championnat de France ou coupe du monde) mais aussi de la composition très particulière du public : spectateurs, supporters, fans mais aussi visiteurs contribuent tous, à leur manière, à façonner l’ambiance du “chaudron”. Retour sur un texte publié en 2006.

 

Le spectateur
Il vient pour assister à un spectacle mais n’est pas directement partie prenante du match. En principe plutôt sympathisant de la cause, il n’en demeure pas moins que sa posture se résume comme suit : “c’est la télé mais en mieux”. Son principal souci est de bien voir. Il recherche donc les tribunes latérales ou supérieures ce qui l’éloigne de fait des tribunes où se massent supporters et fans. Certes il vient pour écouter les “chœurs de Geoffroy-Guichard” mais il n’y participe guère. Il ne devient actif qu’à de brefs moments : sur un but marqué ou pour siffler les acteurs d’un mauvais spectacle. Il peut parfois avoir les oreilles qui sifflent lorsqu’il doit subir les “le stade avec nous !” venus des kops

(télé)spectateur d’une loge regardant le match se déroulant dans le stade sur l’écran de télévision, un soir de grand froid.

En fait, le spectateur paie non seulement pour assister à un match mais surtout pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête, pour se rendre compte de visu si Geoffroy-Guichard est vraiment à la hauteur de sa réputation. Il vient non seulement pour le match mais surtout parce que, comme le dit la chanson, l’ASSE a “un bon public et les meilleurs supporters”.

Le supporter
Le supporter vient assister à un match mais il soutient l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante du spectacle. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière qui fait que son attitude varie en fonction de l’issue du combat sur le terrain. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant à être vu en tant qu’individu. Il se trouve dans toutes les tribunes et se remarque à son accoutrement.

Supporters stéphanois et nantais, 2006

Il marque visuellement son soutien aux Verts par le port de signes distinctifs : maillot (floqué à son nom dans le meilleur des cas), perruque, écharpe, casquette, drapeau, le plus souvent achetés à la boutique officielle. Il écoute à la fois les fans chanter et reprend à l’occasion les chants avec eux. Il “chambre” ou siffle aussi quand l’équipe perd, n’hésitant pas à donner son avis, à voix haute, sur les prestations de tel ou tel joueur ou sur les choix de l’entraîneur.

Les fans
Les fans sont, quant à eux, des supporters engagés et militants. Comme l’étymologie du nom l’indique ce sont des “fanatiques”. Ils s’inscrivent parfois dans un collectif pour retrouver des personnes partageant leur passion mais beaucoup viennent au stade, seuls ou en petits groupes, basés sur la famille ou la camaraderie. Pour les fans, le match est un combat qu’il faut gagner aux côtés des joueurs. Ils ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un match et ont conscience de l’importance du rôle qu’ils y tiennent. Les tribunes derrière les cages, avec les deux kops, sont leurs points de ralliement.

Kop sud du Stade Geoffroy-Guichard, 2006

Être un supporter engagé de Saint-Étienne, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. On n’est jamais fan tout seul comme le dit le chant : “unis sous les mêmes couleurs, nous on chante tous en chœur”.  A Saint-Étienne, les fans qui sont organisés collectivement s’appellent ultras, ceux qui vont au-delà du soutien classique, ou Membres associés, ceux qui sont associés à la gestion du club.

Bâche d’une section d’Associés posée en bas de tribune, 2006.

Les Membres associés sont organisés à travers la France au moyen de sections qui regroupent les sympathisants d’une ville ou d’une région (par exemple la section n°1 des Associés est celle de Saint-Étienne, la section 11 celle de Limoges). Avec 212 sections de Membres associés réparties dans l’hexagone et à l’étranger, Saint-Étienne est le club de France qui possède l’organisation de fans la plus large et la plus équilibrée géographiquement. Ils possèdent la particularité d’être “associés” à la gestion du club. Ils ont ainsi des représentants au sein du Conseil d’administration, ont pignon sur rue au stade avec leur Maison des associés construite en 1998 et dans laquelle ils peuvent se retrouver les jours de match. Proche de l’état d’esprit des Membres associés, l’Union des Supporters Stéphanois (USS) rassemble des sections qui ont fait sécession depuis 2005. Elle compte 26 “groupes de supporters stéphanois”.

Les ultras sont des fans d’un genre apparu dans le milieu des années 80 à la suite de l’influence des tifosi italiens organisés sur ce modèle. Fortement structurés, ces fans lancent les chants et animent les tribunes avec rigueur et discipline. Les ultras ne sont pas toujours organisés en association de type loi 1901 et refusent tout lien avec le club. Ils préfèrent l’association de fait qui permet la liberté de parole et d’action par rapport aux dirigeants. Refusant tout financement officiel qui leur ferait perdre leur marge de manœuvre, ils possèdent leurs propres locaux en dehors du stade et organisent leurs déplacements qu’ils financent par l’adhésion de leurs membres, la gestion d’abonnements et la vente de produits dérivés (écharpes, bonnets, tee-shirts, sweat-shirts, etc.).

Contrairement aux Membres associés et à l’USS, les ultras ne sont pas structurés géographiquement. Ils possèdent bien quelques sections locales historiques1 mais ils préfèrent se rassembler en fonction d’une caractéristique liée à l’histoire du groupe (les plus âgés des Magic Fans se regroupent sous le nom de “vieille garde”, les plus jeunes sous l’appellation “jeune garde”).

Bâches ultras, Kop nord, 2006

Il y a trois groupes ultras à Saint-Étienne: les Magic Fans, les Green Angels et les Indépendantistes. Constitués en 1991, les premiers comptent plusieurs milliers de membres, ce qui en fait l’un des tous premiers groupes ultras de France par la date de fondation et l’influence. Ils occupent la tribune nord (kop nord). Créés en 1992, les Green Angels ont d’abord cohabité avec les premiers avant de rejoindre la tribune sud pour l’animer. Enfin, les Indépendantistes nés en 1998 n’occupent pas d’espace précis dans le stade et travaillent à l’organisation de déplacements.

Les visiteurs
La dernière catégorie du public de Geoffroy-Guichard est constituée par ceux qui viennent soutenir l’autre équipe. Pour le visiteur, qu’il soit spectateur, supporter ou fan, le stade Geoffroy-Guichard vaut le détour. Selon le mode d’obtention des places (par des connaissances locales, les clubs ou le marché noir), le visiteur peut se retrouver dans toutes les tribunes avec néanmoins une prédilection pour le “bloc 30”, la tribune réservée aux fans de l’autre équipe.

Ultras et fumigènes du PSG dans le bloc 30, 2006.

Ils viennent, bien entendu, pour voir le match mais aussi et surtout pour voir le fameux public stéphanois. Le moment du déploiement du tifo est ainsi particulièrement attendu. Si possible, les visiteurs vont eux aussi essayer de s’attirer les regards en organisant un petit tifo, en agitant des drapeaux, en déployant une banderole, en lançant des chants, etc. Jusqu’à l’évolution sécuritaire des années 1990, il était possible de rivaliser vocalement avec les Stéphanois. La limitation du nombre de places allouées et la concentration dans le “bloc 30” a limité les possibilités de dialogue. Quant aux contacts physiques, ils sont désormais limités par la force des choses et par les forces de l’ordre.

En fonction des matchs, il sera possible de trouver le contact avec les Stéphanois : amicalement pour les Bordelais avec qui les échanges sont paisibles ou franchement hostiles avec les Lyonnais ou les Marseillais. Stadiers et CRS chercheront alors à s’inviter dans la danse…

 

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67p.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Spectateurs, supporters, fans… et visiteurs, in Au stade des villes, 01/03/2017, https://stade.hypotheses.org/424.
  1. par exemple Ardèche ou Clermont pour les Greens Angels []

Logos, emblèmes et gestuelle

Les sections de supporters et les groupes d’ultras sont chargés d’animer le stade. Chacun possède ses propres emblèmes et logos qui les distinguent des autres. Cependant ensemble, ces différentes factions concourent à l’animation visuelle des tribunes par l’organisation de spectacles (les tifos) et d’une gestuelle complexe. Retour sur un texte publié en 2006 à propos du Stade Geoffroy-Guichard.

 

Logos et emblèmes
Chaque groupe ou section possède son logo ou sa figure emblématique. Les Membres associés et l’USS se choisissent généralement des emblèmes qui puisent dans l’imaginaire collectif des supporters de l’ASSE comme le chaudron ou la panthère noire. Plus radicaux, les Green Angels se sont choisis le chef indien Comanchero, symbole de courage, d’indépendance et de résistance ou un angelot armé d’une mitraillette.

Comanchero des Green Angels, 2006

Les Magic Fans, plus effrayants dans leurs références, ont pris pour emblème les personnages cinématographiques de Freddy et d’Alex, l’inquiétant personnage central du film Orange mécanique de Stanley Kubrick.

Freddy des Magics Fans, 2006

Les sections ou groupes marquent leur présence à un match par la pose d’une bâche, pièce rectangulaire de tissu plastifié, sur laquelle sont inscrits leur nom et logo. Elle se pose sur les grilles devant ou sur le côté de la tribune de manière à être vue. Dans le monde des ultras, “bâcher”, c’est à dire marquer sa présence, à chaque match à domicile et le plus possible à l’extérieur, est un minimum. La bâche cristallise les rivalités entre groupes ultras et elle est l’objet d’expéditions plus ou moins rocambolesques de chapardage comme autrefois les fanions des régiments… À domicile, la bâche des “IDS”1 vient rappeler que le kop nord est un sanctuaire ultra

Tifo
Lors de chaque match à Geoffroy-Guichard, une animation visuelle, le tifo((de l’italien “soutien”)),  est organisée dans chaque tribune, à l’entrée des joueurs sur la pelouse en première mi-temps (parfois en seconde période). Un tifo peut être composé de différentes façons : feuilles de différentes couleurs en plastique ou en papier, drapeaux, ballons de baudruche, banderole, rouleaux de papier toilette, confettis, voiles de tissu ou de plastique recouvrant une partie de tribune, fumigènes… Un tifo est un spectacle d’envergure créé et installé dans le stade pendant plusieurs jours.

Tifo « feuille », Kop nord, 2006

Un “tifo feuille” nécessite ainsi de scotcher des milliers de feuilles de papier sur les sièges d’une tribune. Brandies individuellement par chaque spectateur, elles feront apparaître pour ceux des autres tribunes un logo, un motif, un message. Le tifo sert avant tout à encourager l’équipe en créant un effet visuel impressionnant et spectaculaire. Il est ainsi objet de concurrence entre ultras de France, la réputation d’un groupe étant fonction de sa capacité à concocter de beaux spectacles. Il sert également à chambrer l’adversaire, en particulier lors des matchs importants.

Tito lors du derby ASSE-OL

En 2005, pour la réception de l’équipe de Lyon, les Greens Angels déploient ainsi une immense voile couvrant toute la tribune Sud. Elle représente une panthère saisissant au cou un lion blessé. Référence napoléonienne, les Magic Fans proposent pour un autre derby, un tifo représentant une pyramide avec une banderole accrochée aux grillages : “Du haut de cette tribune, dix titres vous contemplent”. Le tifo sert aussi à mettre en avant le groupe ultra en représentant ses emblèmes, ses initiales, sa date de création ou parfois rendre hommage à un membre du groupe décédé. Des messages sont aussi adressés à l’intention des joueurs, des dirigeants, à la Ligue Nationale de Football, aux chaînes de télévision ou plus généralement aux (télé)spectateurs: messages de protestation contre les matchs du lundi, la direction, les joueurs : “On accumule les kilomètres, vous accumulez les défaites. Le maillot, mouillez-le ou quittez-le !”.

« Carton rouge » adressé à la Ligue et au diffuseur du match…

Gestuelle
La “gestuelle” est l’art de créer un effet visuel de masse qui sera commun à un noyau de fans, une tribune voire à l’ensemble du stade dans les moments d’euphorie. A l’origine, il s’agit tout simplement d’agiter son drapeau ou bien de brandir une banderole au-dessus des têtes. Avec le mouvement ultra et l’impact des coupes du monde successives, la gestuelle va se développer et s’organiser en s’inspirant des exemples étrangers. Elle mobilise le corps de différentes façons : lever les bras pour indiquer le sens de l’attaque, brandir son écharpe au-dessus de sa tête pour colorer de vert et blanc la tribune, se lever et se rasseoir, se prendre par les épaules, sauter sur son siège, sauter sur son voisin (le pogo), etc.

Gestuelle ultra et fumigène, Kop sud, 2006

La coupe du monde argentine de 1978 popularise l’animation des tribunes par le lancer au-dessus des grillages de dizaines de rouleaux de papiers et l’envoi en l’air de confettis découpés dans des journaux. Datant de la coupe du monde de 1986 au Mexique, la ola consiste à lever subitement et brièvement ses bras en l’air comme ses voisins afin de créer l’effet visuel d’une vague parcourant les tribunes du stade. Quant à la figure dite de la “grecque”, elle consiste à se lever, se tenir par les bras avec ses voisins et sautiller sur place (parfois dos au terrain) pour créer un effet de houle.

Désormais interdits par la Ligue Nationale de Football pour des raisons de sécurité, les fumigènes participent aussi de l’animation des tribunes en dégageant des volutes de fumée qui rappellent que Geoffroy-Guichard est bien un chaudron. Ils continuent d’être introduits plus ou moins sous le manteau et les ultras stéphanois militent pour une utilisation raisonnée et contrôlée de ceux-ci. En attendant, les télévisions, friandes de ces images favorables à l’audimat, ouvrent régulièrement sur ces scènes colorées qui témoignent de l’intérêt du spectacle…

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Logos, emblèmes et gestuelle, in Au stade des villes, 01/03/2017, https://stade.hypotheses.org/426.
  1. c’est-à-dire les interdits de stade []

Les chants de Geoffroy

Les chants qui résonnent dans le stade sont le plus souvent courts et répétitifs. Leur durée ne dépasse guère une ou deux minutes. Ce sont parfois de simples slogans chantés ou des chansonnettes de quelques couplets avec refrain. Le vaste répertoire puise dans les grands airs connus qui appartiennent à un patrimoine musical commun au plus grand nombre : hymnes nationaux, standards de la chanson française, anglaise ou italienne (variété, rock, pop, country, etc.), musiques de dessins animés, bandes originales de films voire chants folkloriques ou grands airs de la musique classique. Retour sur un texte publié en 2006 à propos du Stade Geoffroy-Guichard.

 

Depuis l’introduction du mouvement ultra dans les tribunes au milieu des années 80, l’animation sonore de celles-ci est parfaitement organisée voire encadrée… Avant, les chants partaient ici ou là, de manière spontanée, un peu comme en Angleterre ou pour les matchs de l’équipe de France. Aujourd’hui, chaque groupe ultra possède un capo1, à la fois “chauffeur de salle” et chef d’orchestre, qui est chargé de lancer les chants à l’aide d’un mégaphone et d’une sono plus ou moins performante. Debout sur le haut du grillage et face à la tribune, il ne regarde pas le match pour se consacrer à mettre l’ambiance.

Debout sur les grilles de Geoffroy, mégaphone en main pour lancer les chants

La préférence va à des airs simples et entraînants, pour qu’un maximum de personnes puisse reprendre les paroles, donner de la voix, encourager les Verts et impressionner joueurs et supporters adverses. Dans les chants, plusieurs thèmes se dégagent qui façonnent l’identité sonore des tribunes stéphanoises. L’identité s’exprime d’abord par l’attachement à la ville, à sa région et au passé ouvrier. Sélective, la mémoire se concentre sur la mine avec le “on est amoureux de Sainté, de toutes ses mines, de ses crassiers” (sur l’air de “Amoureux de Paname” de Renaud) ou le :
“Ce soir il va falloir chanter,
Encourager les Verts, allez, allez,
Pour que la lampe de mineur,
Retrouve sa lueur”.

Tifo rappelant le passier minier de la ville, Kop sud.

Le passé glorieux du club n’apparaît lui qu’en filigrane dans les chants. Il ne s’agit pas pour les supporters d’une nostalgie mais plutôt d’un héritage dont les joueurs doivent être dignes :
“Alors honorez ce maillot vert et blanc,
Et soyez dignes de cette équipe d’antan”.

Conséquence de 25 ans de disette, les chants qui “pérorent” se font rares en dehors du vieux tube commercial de Monty :
« Qui c’est les plus forts ?
Évidemment c’est les Verts !
On a un bon public et les meilleurs supporters,
On va gagner, ça c’est juré,
Allez, allez les Verts ! »

Tambour des ultras, Kop Nord

La fierté du fan s’exprime véritablement par sa fidélité à l’équipe qui est saluée partout en France : être toujours présent, dans les moments de victoire comme de défaite, à domicile comme à l’extérieur.
“Et s’il ne reste plus que toi,
Et que tu aies encore la foi,
N’oublie jamais de chanter,
Pour tes couleurs, pour ta fierté,
Saint-Étienne allez (ter),
Saint-Étienne allez (ter).”
sur l’air du “Yellow submarine” des Beatles

Enfin, l’identité se constitue par opposition au voisin lyonnais et à Marseille, le grand rival sportif. L’animosité s’exprime la plupart du temps sous forme d’insultes, parfois un peu plus finement à travers quelques refrains. Renversement saisissant des identités, Lyon devient alors sujet de raillerie pour son activité industrielle avec le “Lyon, c’est con, ça pue et ça pollue !”, allusion au couloir de la chimie de Feyzin par lequel les Stéphanois arrivent au stade de Gerland.

Le patrimoine marseillais, fierté locale, est lui raillé. Notre Dame de la Garde, “protectrice” des supporters de l’OM ou l’artère principale de la cité phocéenne sont ainsi menacées : “La Bonne mère, la Canebière, Marseille en flamme, Marseille en flamme !”

Enceinte, Kop Nord, 2009.

Chaque kop développe son propre répertoire et veille à son autonomie dans le lancement des chants ce qui provoque une certaine polyphonie… Elle n’est interrompue que lorsque un des kops apostrophe l’autre au cri de “Nous, nous sommes les Stéphanois !” L’autre répond alors en reprenant la phrase puis les deux tribunes chantent alors l’une après l’autre : “pour voir notre équipe gagner, tous ensemble on va chanter”.

« Dans toutes les villes
Et les petits villages
Devant nous défilent
Différents virages
Des tribunes en bois
Jusqu’au mythique Geoffroy
Pour le maillot vert
On sera toujours là!
la la la la la la la la… »
sur l’air du dessin animé “Remi sans famille”

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67p.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Les chants de Geoffroy, in Au stade des villes, 01/03/2017, https://stade.hypotheses.org/433.
  1. De l’italien “chef”. []

L’expérience sensible du match de football. Frédéric.

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Cinquième et dernier extrait des « récits de vie » : celui de Frédéric*.

A combien de match, venez-vous par an?
J’habite à 25 km de Grenoble mais je suis abonné. Je fais tous les matchs à domicile. Dans le passé, j’ai vu 34 matchs sur 38; cette année, environ 18 pour le moment. On est un « noyau dur » d’une dizaine de personnes, plus quelques occasionnels, ça dépend de l’affiche. Il y a toujours du monde pour PLM**. On vient en car et on se gare au plus près, sur l’avenue où une bande de parking sert aux bus. On essaie d’arriver le plus tôt possible, vers 18h00 pour un match à 20h00, ce qui fait qu’on part vers 15h30 de Grenoble pour les arrêts en cours de route.

Je fais aussi plus de dix déplacements par an, on se met avec les Indépendantistes stéphanois. On retrouve le car à Valence quand on descend vers le sud, à Sainté ou Villefranche pour le nord. C’est toujours très encadré. Par exemple pour un match à Paris, on est en relation avec le PC sécurité de Saint-Etienne lui-même en relation avec le PC sécurité Paris. Le car attend sur une aire de repos puis est escorté jusqu’au stade par les CRS. Ca dépend des matchs, pour l’AJA c’est une escorte tranquille.

Quand j’ai une connaissance dans la ville, il m’arrive d’y aller seul. A Bordeaux, Monaco ou Auxerre par exemple, tu peux t’y balader en vert. Jamais à PLM. Là, j’y vais « en civil » car c’est trop risqué. De toute façon, là il faut y aller en groupe car il y a plus de sécurité. Quand on y arrive, on est parqué dans un hangar comme à Marseille en attendant la fouille. C’est long. On fait quatre à quatre. Après on nous met dans une tribune réservée avec filet au-dessus et autour.

On suit les chants et tifos mis au point par les autres groupes. Nous c’est l’organisation des déplacements, c’est tout. La section à Grenoble existe depuis 1986 et compte plus ou moins 20 membres, plus les sympathisants. Entre groupes de supporters c’est à celui qui fait le plus de bruit et à ce jeu, on est pas mal à l’extérieur.

Encourager son équipe passe-t-il par le dénigrement de l’équipe adverse? Tout dépend des matchs, mais tout le temps pour PLM. J’ai pas envie de dire qu’on est différent, mais presque. C’est un autre monde. J’irai pas leur casser la gueule. On est violent verbalement mais pas physiquement. C’est bien un contexte particulier. Il existe aussi des alliances entre groupes comme les Magics et Bordeaux.

Si je connais la ville de Saint-Etienne en-dehors des matchs?  J’y vais de temps en temps, rarement hors match ; l’été pendant la trêve. J’y vais au centre-ville pour faire des emplettes. C’est beaucoup mieux qu’à Grenoble. J’ai appris à connaître récemment. J’ai des attaches alors ça fait des « occases » de visite. Je me repère bien à pied. C’est une ville ouvrière. Il y a des gens qui ont souffert par rapport à l’histoire de la ville, pas ici (note: à Grenoble). C’est le contraire des gens qui ont l’idée que c’est gris. J’aime me balader dans le vieux Saint-Etienne. Depuis deux ans, je connais pas mal.

Ma place au stade? J’ai fait toutes les tribunes depuis le temps! En y réfléchissant… sauf le kop sud en supérieur. J’ai pas le souvenir. Et dans le kop, il n’y a pas de place attitrée. C’est pour l’ambiance plus que pour suivre le match. On sait que Saint-Etienne est le meilleur public de France. Lens aussi est très bien mais je trouve que ça fait un peu trop kermesse avec la grosse caisse, tout ça… Ca fait un peu rugby. Nice aussi: très bien. Paris aussi. Marseille c’est de pire en pire, ça baisse au fil des années. Par exemple, dimanche c’était pas bon!

J’ai toujours été supporter mais je n’avais pas d’équipe préférée; c’est par un collègue qui était dans les Associés supporters. Et puis j’ai aussi entraîné plein de gens! L’hiver j’ai toujours l’écharpe, le maillot l’été, même à l’étranger, jusqu’en Turquie. Un fois un commerçant a reconnu Sainté! Il y a des villes où si on enlève le foot, y a plus rien! Auxerre, Sainté, Lens. Les gens savent où se trouve Saint-Etienne par  rapport au foot et pas pour un monument particulier.

Il n’y a que trois villes où que je ne sois pas allé: Le Mans, Nantes et Ajaccio mais j’y vais en mai… Sinon je suis allé voir plein de matchs pourris quand on était dernier en D2. On était fou!… mais c’est des bons souvenirs, ça reste!

* Frédéric est un pseudo.
** Le PLM n’est pas une compagnie de train mais Paris, Lyon et Marseille, les trois plus importants matchs d’une saison…
Entretien réalisé le 16 mars 2006, au Bar de la Préfecture à Grenoble, par C. Aventin.

L’expérience sensible du match de football. Cédric.

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Quatrième extrait de « récit de vie » : celui de Cédric*.

 

Vous êtes supporter de l’AS Monaco. Comment êtes-vous venu au match à Geoffroy-Guichard?
J’assiste à plus de 15 matchs par an, très rarement à Louis II. On est ultra de l’ASM mais on vient d’Île-de-France. On est un groupe ultra, les Inferni Biancorossi. On se déplace en voiture ou en J9. Saint-Etienne est à 5 heures de route. On se donne rendez-vous à proximité de l’autoroute pour prendre les autres, on est très juste dans les timings… On est une association de fait, c’est trop de pépins, trop compliqué autrement et on a zéro subvention. On est un petit groupe par choix et identité, 20 personnes, à plus nombreux, les gens ne représentent pas ce qu’on veut dans les tribunes. Les gens poussaient juste pour avoir des places, on devenait un tour operator… On est un groupe atypique. On arrive juste au coup d’envoi. On est ultra pour le côté festif, les chants, les drapeaux.

Stade Geoffroy-Guichard, parcage de l’ASM en  bloc 30, 2006.

On est classé en catégorie 2: « potentiellement dangereux ». C’est plus un malentendu qu’autre chose. Après c’est plus le folklore qu’une réelle provocation. Quelques craquages de fumis. Avec l’OGC, c’est du folklore. Avec Sochaux, un malentendu, une provoc’ partie en vrille et Rennes, un groupe d’indépendants qui ont chargé tous les supps’ qui passaient.

Saint-Etienne?
Saint-Etienne? Ca a gardé son côté emblématique. C’est vraiment intéressant. Comme d’hab, ils sont égal à eux-mêmes. C’est une ambiance extraordinaire, ça soutient du début à la fin. Les deux kops se répondent. On sent un gros investissement. On imagine pour un match plus important… C’est un public de fidèles, le plus chaud que j’ai vu. On sent que ça pousse; c’est un public qui a une âme. Le Vélodrome impressionne peut-être plus de par sa configuration mais pas pour les chants.

A suivre…

* Cédric est un pseudo.
Entretien réalisé le 4 avril 2006, sur le parking du stade après le match dans le bloc 30 (visiteurs).

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, L’expérience sensible du match de football. Cédric., in Au stade des villes, 20/02/2017, https://stade.hypotheses.org/294.

L’expérience sensible du match de football. Sébastien

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Troisième extrait de « récit de vie » : celui de Sébastien*.

 

A combien de matchs assistez-vous par an?
A Saint-Etienne, ça fait longtemps que je n’y suis pas allé et à Grenoble, je vais à tous les matchs de Grenoble. J’ai passé quatre ans  à Paris, alors je suis allé une fois au Parc-des-Princes et une fois au stade de France, pour voir ce que ça donne, histoire de dire. Sinon j’allais souvent à Créteil pour voir justement et Grenoble et Saint-Etienne. Saint-Etienne ça fait longtemps que j’y suis pas allé. Je suis fan mais… modéré. Je ne fais pas de kilomètres pour voir un match. Quand je vais au match, j’amène mes neveux… et j’y vais en petit groupe. Mais bon, ça m’arrive aussi d’y aller tout seul. Surtout l’hiver. J’allais à l’extérieur quand ils allaient à Créteil. Et souvent j’allais voir les jeunes.

Mais il faut que je te dise qu’avant d’aller à Paris, quand j’étais sur Grenoble, j’étais pigiste pour le Dauphiné Libéré. Je faisais des comptes-rendus de tous les jours, comme l’équipe réserve de Grenoble et de l’équipe de jeunes qui était au niveau national. J’écrivais des articles. Et à chaque fois qu’il y avait une équipe de jeune de Saint-Etienne qui jouait dans la région, j’y allais aussi. Quelque soit l’équipe. J’étais pigiste depuis l’âge de 19 ans. J’ai arrêté quand je suis entré au CNRS. (…) J’aurais la possibilité de travailler parce qu’ils me relancent mais cela ne m’intéresse plus, ça m’a dépassionné du coup, le fait de rentrer dans… de comprendre le comment et pourquoi et puis les magouilles… c’est gangréné par l’argent.

Vous impliquez-vous dans les chants et la gestuelle?
Quand j’étais plus jeune, oui, mais maintenant moins. Parce que j’ai relativisé les… parce que les groupes de supporters, c’est plus ce que c’était. Maintenant c’est tout dans la vindicte, la… Ils s’accrochent avec l’équipe adverse, c’est plus vraiment de l’encouragement. J’ai connu Saint-Etienne, même si j’étais plus jeune, y avait pas de rivalité entre supporters et pas forcément de séparation. C’est arrivé à cause du hooliganisme, bon ben voilà. Je trouve que c’était plus sain.

Même à Grenoble, il y a eu des problèmes avec les supporters. Quand on va à Paris, tu as des cordons de CRS, tu ne peux pas te mélanger avec les supporters de base parce que c’est risqué. J’ai un copain qui a vu un mec qui a pris feu, qui s’est embrasé avec un fumigène! Dans le kop de Saint-Etienne. Alors, voilà… et puis des fois on ne voit même plus le match tellement… La fois où je suis allé au Parc-des-Princes avec un ami qui était abonné à la tribune Auteuil, donc dans un virage, et ben je suis monté tout en haut  parce que sinon on ne voyait rien. Je viens pour voir le match, pas que les supporters de PSG! C’est bien dans un sens parce que ça encourage, mais bon…

Et bon, les Stéphanois quand ils sont venus à Grenoble, la dernière fois, ils se sont battus entre eux. Il y en a un qui s’est fait tiré dessus à Mistral… Il y a des clubs de supporters de Saint-Etienne à Grenoble. Une fois un copain supporter stéphanois qui vient aussi voir les matchs à Grenoble, il s’est fait repéré par les supporters grenoblois, comme quoi c’était un supporter des Verts, il s’est fait passer à tabac. Heureusement qu’il y avait des stadiers qui étaient là. Ca devient n’importe quoi.

Des fois, même regarder le match avec mes amis, j’aime pas. Entendre des critiques qui sont pas fondées, du chauvinisme. Non. J’ai envie de regarder un match tranquillement. Le fait d’avoir travaillé dans le journalisme, sûrement. J’ai une approche du match moins passionnée. Et, bon, les débats de supporters… C’est plutôt un peu lourd quoi. Là-bas au CNRS à Paris, il y avait des Parisiens qui étaient supporters, mais quand ça allait à parler sur le foot… on n’était pas toujours d’accord et il y en a qui sont tellement excessifs. Ils vont se fâcher pour un match de foot! On va se fâcher pour des gens qui gagnent des millions, voilà!

Connaissez-vous la ville de Saint-Etienne en dehors du stade?
Pas trop. Ca fait longtemps que je n’y suis plus allé. J’ai un cousin qui habite Saint-Etienne. La dernière fois que je suis allé voir un match c’était… quand ils étaient en Ligue 2, donc… il y a trois ans je pense. J’ai des amis grenoblois expatriés! Mais je ne connais pas trop la ville et je la trouve pas trop intéressante. Sur le plan déjà, ben j’ai des échos comme quoi, il y a beaucoup de gens qui sont… par rapport au chômage… voilà, c’est un peu… ça tombe en désuétude la ville. Il y a beaucoup de population immigrée. J’ai une nièce de 19 ans qui fait ses études à Saint-Etienne. Elle me raconte que le soir elle est pas très tranquille. C’est un peu lugubre, c’est un peu… C’est plus ou moins la banlieue de Lyon. Enfin, c’est les échos que j’ai parce que moi… j’y suis allé pour les Verts, il n’y a rien de spécial qui m’a marqué.

Dessine-moi le stade?
Je ne sais pas dessiner! Comment représenter? Une sensation de vertige. Quand même la dernière que j’y suis allé, c’est le vertige. J’étais dans le stade et c’est assez raide! J’ai eu l’impression que si on bougeait trop… Vraiment cette sensation de vide. Alors, je ne sais pas comment le dessiner. Je ne sais pas. Tu es déjà monté en haut de la tribune? J’étais sur la droite et j’étais vraiment dans cette sensation…

Pente des gradins de la tribune Charles-Faurand, Stade Geoffroy-Guichard, 2006.

Depuis que cela a été rénové1, j’y suis allé deux fois je crois. J’étais dans la tribune de Paret et aussi dans la tribune d’honneur pour un match de gala mais financièrement, là, c’était une invitation. L’ambiance c’est pas comme avec le public grenoblois qui se manifeste quand… pour gueuler parce qu’ils sont pas contents. Là, c’est quand même des passionnés.

A Grenoble, ça dépend où j’ai des places. Quand il fait froid je suis souvent debout et puis bon, même si je ne suis pas un virulent, j’ai l’impression plus attentif debout, et puis comme Grenoble c’est pas toujours passionnant… Si je suis assis, j’ai l’impression que je m’endors, alors voilà, je reste debout. Je peux dire que j’ai découvert le foot à Grenoble, tout petit, et aussi grâce aux Verts juste avant la grande finale. Tout petit j’allais à tous les matchs de Grenoble et j’ai rarement dû en louper. J’ai aussi rarement payé ma place aussi! Quand j’étais petit je fraudais et maintenant je connais du monde, j’ai souvent des invitations.

Le public grenoblois, il est plus froid, plus spectateur. Il y a un petit kop, mais bon, en fait il s’appelle « kop sud » et il est dans le virage nord, ça m’a toujours fait rire! Je ne sais pas pourquoi il s’appelle comme ça. Ca montre le niveau. Oui donc assez froid, je pense que c’est un public de connaisseurs. Je pense sincèrement que s’il y avait eu l’équipe en Ligue 12 il y aurait eu beaucoup plus de monde, et peut-être plus d’ambiance. Parce qu’il y a beaucoup de Grenoblois qui vont voir des matchs soit à Saint-Etienne, soit à Lyon, soit même à Turin. Moi aussi je suis un peu supporter de Turin. J’ai trois équipes avec Grenoble, Saint-Etienne et Turin. J’ai des cousins, tous les quinze jours, il y a le club des supporters, ils vont à Turin voir un match. Moi non. Pour un match de foot, je ne suis pas assez…

A suivre…

* Sébastien est un pseudo.
Entretien réalisé le 21 mars 2006, à Grenoble, par C. Aventin.

  1. A la suite des travaux de rénovation pour la Coupe du Monde 1998 []
  2. Le GF 38 évoluera en Ligue 1 deux saisons: 2008-09 et 2009-10 []

L’expérience sensible du match de football. Valérie

Le club de football de l’AS Saint-Étienne a la réputation de bénéficier dans son Stade Geoffroy-Guichard d’une des meilleures ambiances de France. Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Deuxième extrait de « récit de vie » : celui de Valérie*.

 

Combien de fois venez-vous au stade par saison ?
Presque tous les matchs. Depuis à peu près un an…Un peu plus d’un an. Avant je venais de temps en temps. C’est un prétexte de sortie. J’ai la chance d’être invitée dans les loges à chaque match, ça fait une sortie où je retrouve des gens que je connais. Tous le monde se connaît. Mais de tout façon, Saint-Etienne c’est un gros village, et le type de personnes qui est invité dans les loges… (hésite)… représente une certaine partie de la société stéphanoise, plutôt en général des gens actifs ou des chefs d’entreprise ou des politiques, une couche assez restreinte, et on se connaît tous.

Donc le lieu de rencontre à Saint-Etienne, c’est le stade ?
Oui. A Lyon ce serait l’opéra (rires). Oui c’est un lieu de rencontre, où on rencontre des gens de tous les âges. Parce que si on va à l’Esplanade c’est des gens plus âgés. Là on rencontre surtout les gens actifs de Saint-Etienne, parce qu’ils se servent tous des loges pour faire leurs affaires.

La loge sert à quoi ?
Ca sert à faire plaisir à certains clients, à tisser des liens commerciaux. Même quand l’équipe marche mal, les loges fonctionnent. Ca fait toujours plaisir. J’ai l’impression que les gens sont toujours contents d’être invités en loge. Même quand les verts étaient en D2. C’est vrai qu’il y avait moins de monde. C’est pratiquement plein à chaque fois. Quand il fait froid je regarde le match à l’intérieur. On se fait des échanges entre loges, on va se voir.

Alors finalement on sort peu dehors ?
Peu dehors, oui. Sauf quand il y a un match à gros enjeux, bon le derby évidemment on n’en perd pas une miette. Mais au début de la saison je regardais un peu plus et là je suis un peu démotivé…un peu démotivé par le comportement de l’équipe. J’ai l’impression que les joueurs s’en fichent complètement et puis je trouve pas qu’il y ait une bonne ambiance sur le terrain et je sens pas… parce que ensuite, après les loges on va souvent dans les salons du président… Qui sont en dessous, c’est un endroit très fermé, il faut montrer patte blanche, et là on voit un peu les dirigeants, on voit les gens qui sont vraiment impliqués dans le management de l’équipe et du club.

Je trouve que c’est pas dynamique du tout, l’équipe dirigeante n’a pas d’aura, pas de punch, ce sont des petits gestionnaires qui viennent avec leurs voitures immatriculées 69… Ah oui ! Le président, le président adjoint, c’est tous des 69. Je sais pas, ils ont dû s’acheter un joujou, et puis ils ont pas bien compris ce qu’est l’esprit stéphanois j’ai l’impression. A mon avis ça choque. Ca choque, c’est pas grand chose d’immatriculer une voiture, il y a toujours des moyens. Ce serait un peu une marque de respect pour l’équipe de se faire immatriculer 42, c’est symbolique, mais les symboles c’est fort.

L’équipe c’est un symbole, l’ASSE c’est un symbole. Il ne faut pas négliger ce genre de choses. Je pense que des dirigeants qui ne comprennent pas ça, il doit y avoir beaucoup de choses à côté desquels ils doivent passer et pas comprendre. Quand une équipe est démotivée c’est comme dans une entreprise, comme partout, c’est que la tête n’est pas bonne. Bon, moi je connais pas tout, mais c’est un sentiment que j’ai, une impression et que je ressens très fort aussi quand je vais dans les salons du président. Je sens pas une dynamique d’équipe, je sens pas une chaleur. On voit passer le président il est froid, distant.

Qu’est-ce que l’esprit stéphanois ?
L’esprit stéphanois c’est plusieurs choses. Il y a ce côté bon enfant, chaleureux, un petit peu, un côté… C’est un mélange : un côté paysan de la Haute-Loire descendu à la ville, mélangé avec l’esprit de la mine. Le mélange qu’il y a toujours eu entre les ouvriers et les patrons qui allaient dans les mêmes bistrots, dans les mêmes endroits. En ville, c’est difficile de trouver vraiment un beau quartier, parce que c’est toujours mélangé : un bel immeuble, ensuite des immeubles pourris, un bel immeuble. Tout le monde vit mélangé. C’est ça pour moi l’esprit stéphanois. Ca se ressent… dans le caractère des gens. Et la direction actuelle est trop distante. Je pense que du temps de Roger Rocher c’était autre chose. C’est pour ça que ça a marché. Pour que les supporters boudent comme ça, c’est qu’il y a un malaise.

Des loges, est-ce qu’on est proche des tribunes populaires ?
Oui, c’est important. Des fois je regarde plus les supporters que le jeu, je les trouve tellement plus vivant que les joueurs parfois. Mes fils ont leurs écharpes, mes oncles ont des écharpes, mes cousins ont des écharpes; moi j’ai pas d’écharpe.

Moi, je venais déjà au stade quand j’étais jeune. J’y venais quand j’avais 16 ans. J’étais dans les gradins debout, à l’époque où il n’y avait pas toutes ces grandes grilles, où les supporters escaladaient les poutrelles. Ils se mettaient à cheval sur les poutrelles qui soutenaient – parce que tout a été changé- qui soutenaient le toit. Oui, sous le toit ! Et puis, on avait le droit d’apporter à boire, c’était beaucoup plus… il y avait pas les problèmes qu’il y a maintenant dans les stades. Un service de sécurité beaucoup plus important.

Match ASSE-Aris Salonique, 1979. Source inconnue.

C’est drôle parce que je garde une certaine nostalgie de cette époque, l’époque de la grande équipe de Saint-Etienne, où je me gelais avec mes copains là-bas et qu’on rentrait on avait plus de voix, c’était à celui qui avait le moins de voix. On chantait, on criait, on sautait, dans les années 70. C’était beaucoup moins bien organisé. Il y avait pas… comment ça s’appelle ? Quand ils font des figures…

Les tifos ?
Oui, voilà, il y avait pas ça. C’était surtout des chants. C’est à cette époque qu’ils ont créé la chanson « Allez les verts ». Les autres chants ? Je ne me souviens plus, c’est vieux maintenant. C’est drôle parce que tout à l’heure quand on est arrivé en voiture vers le parking le plus rapproché du stade, il y avait les supporters qui arrivaient à pied et ceux qui faisaient la queue pour acheter leurs merguez et les hot-dogs. J’ai dis à Charles* : « j’ai envie d’un hot-dog avec un demi, j’ai pas du tout envie d’aller manger leurs petits machins sophistiqués dans les loges, un hot dog et un demi c’est ça qui me ferait envie…! » Même un peu grillé, c’est pas grave, ça fait partie de l’ambiance. Et puis on resquillait, à l’époque, on pouvait arriver à escalader les murs.

Et vous vous rappelez de votre premier match ?
Non… Je pense que j’avais 6 ans, avec mon père. Je m’ennuyais d’ailleurs à 6 ans dans les tribunes. Mais mes meilleurs souvenirs c’est là-bas dans les tribunes debout. C’était vers 76. J’ai dû les voir tous, mais je ne me souviens pas des noms, les grands matchs. Mon meilleur souvenir c’est la qualification pour la finale en 76, (elle hésite) quand ils ont gagné aux prolongations, je sais plus…

Et votre pire souvenir ?
J’en ai pas. A l’époque, mes copains partaient voir les matchs, ils étaient partis à Eindhoven, ils partaient en voiture… J’étais une fille, c’était surtout les garçons qui y allaient. Pour les matchs à la maison, c’était fréquent les filles, oui, oui. C’est vrai qu’aujourd’hui il y a plus d’hommes, mais il y a un bon pourcentage de femme, j’ai cette impression. Parfois j’ai eu peur, mais c’était pas de la violence. Les mouvements de foule faisaient peur, quand on se retrouvait tous à descendre, collés contre les grillages.

Et il y a un moment où vous avez cessé d’aller au stade?
Après j’ai quitté Saint-Etienne, j’avais 20 ans quand je suis partie. Après j’y suis pas retourné parce que j’avais un mari qui n’aimait pas le foot. Mon retour au stade est complètement parallèle à ma reprise de contact avec mes vieilles connaissances stéphanoise, une réintégration avec le milieu stéphanois.

C’est un retour en ville, qui se traduit par un retour au stade. Comme si la ville et le club était lié.
C’est indissociable. Enfin, pour moi… J’aimerais bien que l’équipe gagne. Je suis un mauvais supporter parce que, en fait, je suis contente quand ils jouent bien, mais je trouve – d’autant plus maintenant, avec la tournure qu’a pris le football – c’est plus qu’une histoire financière. Avec ce que gagnent les joueurs, j’ai du mal à admettre qu’ils s’en fichent, qu’ils aillent se soûler en semaine dans les boîtes de nuits, ça je l’admets pas.

Est-ce que vous avez des équipes que vous appréciez ou que vous n’aimez pas bien voir ?
Il y a un match qui m’a beaucoup plu, à cause justement de la bonne entente, c’est Bordeaux, parce que les supporters stéphanois sont partis saluer les supporters bordelais. Tout de suite, c’est toujours plus sympathique, quand les équipes se respectent, et qui s’apprécient, quelque fois il y a des vilains matchs où tous les coups sont permis…

A suivre…

* Valérie et Charles sont des pseudos.
Entretien réalisé lors d’ASSE/Nantes le 04 mars 2006 (température glaciale, neige au sol), 20h45, dans les loges du club.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, L’expérience sensible du match de football. Valérie, in Au stade des villes, 19/02/2017, https://stade.hypotheses.org/255.

Récit de l’auteur. Partie 4/4 – nouveau stade

4e et dernière partie de mon « récit de vie ».

Nouveau stade
Que dire sur le nouveau stade, livré pour le prochain Euro  ? Nouveau tellement les changements l’impactent. Il est au-moins resté en ville, contrairement à ce pauvre Gerland qu’on abandonne et qui mériterait au-moins une chanson cri de Sardou.

Il produit une ambiance trop manufacturée à mon goût. Il y a un langage « indu » du béton, de l’acier, des lumières crues. C’est bien travaillé… mais c’est travaillé. Ce n’est pas la résultante d’une lente évolution ; c’est le fruit d’un projet architectural (trop) maîtrisé par des archis qui ont bien appris leur leçon. Rien qui ne s’échappe, pas de faille, pas d’aspérité. Heureusement, les supporteurs stéphanois lui donneront du crédit, quoiqu’il arrive.

Je doute de l’intérêt d’englober les tribunes dans une enveloppe de métal dispendieuse et précieuse dans son discours. J’ai l’impression qu’il était inutile de faire plus que fermer les angles ; que le projet a renforcé l’introversion, singeant les stades elliptiques. Inutile. Ces stades-là ont pour fonction de donner l’illusion aux spectateurs d’appartenir à un seul corps et c’est pour cela qu’on les retrouve chez les Romains ou les grandes dictatures, là où il fallait, par l’architecture, ordonner les corps et les esprits. Sainté n’avait pas besoin de cela. Le football transcende encore naturellement toutes les couches de la société et la disposition des tribunes n’y joue pas de rôle. Le public des loges y est encore très populaire.

J’aimais Geoffroy quand il était un stade « à l’anglaise » avec quatre tribunes qui se regardaient, offrant des cadrages serrés sur les usines, les barres et tours des collines alentours. Un couplage de verticalité et d’horizontalité. Mais c’est le destin des stades à l’anglaise qui réussissent que de se fermer. Le cadrage serré sur la ville et ses collines a été maintenu dans le projet et revendiqué comme tel. Je n’y vois qu’un vasistas sur la ville.

Par contre, le travail sur les kops est intéressant. Leur taille, leur profondeur et hauteur sont impressionnantes. Des kops qui peuvent évoquer les anciennes populaires d’avant 1984 ou le mur de la Südtribüne du Westfalenstadion si on verse dans la dithyrambe. Le balcon supérieur est peut-être un des endroits les plus réussis : dedans et au-dessus à la fois. Hétérotopique.

En fait, je crois que j’aime le stade en chantier. J’y ai emmené deux amis le visiter récemment ainsi que des lycéens de Rive-de-Gier. Je l’avais déjà fait avec mon cousin lors des travaux pour la Coupe du Monde. Nous étions rentrés sur le chantier au culot et avions fait notre choix parmi les débris : des morceaux de béton peint des kops et ces fameux sièges criards. Ma mère les a retrouvé récemment au garage croyant avoir déniché un authentique morceau du mur de Berlin. Je n’ai jamais visité Berlin et un morceau de kop ne vaut-il pas plus qu’une relique de la Guerre froide, non ?

Jean-Michel ROUX, 4 novembre 2015