Archives par mot-clé : Stade

Tertullien contre les spectacles

Les Belles Lettres viennent de publier les oeuvres complètes de Tertullien et Roger-Pol Droit d’en faire l’article dans Le Monde des Livres du 31 mars 2017. Le chroniqueur nous rappelle que Tertullien (env. 155-env 225) était « un bouillant chrétien carthaginois, grand polémiste et grand styliste, (qui) n’y allait pas de main morte dans le rigorisme de la pureté des moeurs. Il interdit les spectacles, théâtre comme jeux du cirque, préconise jeûne sur jeûne, décrète abject et adultère tout mariage en secondes noces, ne jure que par la monogamie, érige la chasteté en vertu suprême, et recommande chaudement de mourir en martyr ».  Et pour faire bonne mesure, recommande aux chrétiennes de se couvrir le visage pour ne laisser d’ouverture que pour un oeil… Dans Contre les spectacles (De spectaculis en latin), Tertullien défend aux chrétiens d’assister au théâtre et au cirque, d’aller à l’amphithéâtre, de participer aux jeux des Grecs.

 

La « trinité satanique » d’Arles: amphithéâtre et théâtre au premier plan et cirque en arrière-plan

Dès son préambule, Tertullien nous rappelle la dangerosité du statut de chrétien dans l’empire romain précédant l’édit de l’empereur Constantin (313). Finir en martyr est un destin tellement fréquent qu’il parle des chrétiens comme d’une « race d’hommes toujours prête à mourir » pour s’approcher de Dieu. Pour s’y préparer, Tertullien recommande donc de se priver des divertissements pour se former à l’intrépidité et « mépriser plus facilement la vie, en coupant les liens qui pourraient (nous) y enchaîner, et de ne pas regretter une chose rendue inutile », car regrette-t-il, «  ceux qui persévèrent dans le plaisir ne meurent pour Dieu qu’avec regret ». D’où l’adresse du texte : « serviteurs de Jésus-Christ, (…) apprenez sur quelles règles de la foi, sur quels principes de la vérité, sur quelle loi de la discipline repose l’obligation de renoncer aux spectacles, parmi les autres erreurs du siècle, de peur que vous ne péchiez, les uns par ignorance, les autres par dissimulation ».

Sentant bien venir l’argument facile du chrétien encore un peu tendre dans sa foi, Tertullien coupe très tôt à l’argument fallacieux selon lequel, Dieu ayant créé toute chose, il doit bien avoir créer les spectacles. Qu’on ne lui raconte pas que « toutes ces créatures sont bonnes, puisque leur auteur est bon » et qu’il faille ranger parmi elles « tout ce qui compose un spectacle: le cheval, le lion, les forces du corps, les agréments de la voix ». Certes, les « amphithéâtres eux-mêmes, ne sont que des pierres, du ciment, des marbres et des colonnes » qui « sont l’ouvrage de Dieu, qui déposa ces matières dans la terre pour les besoins de l’homme » mais c’est l’homme, et lui-seul, qui a perverti la création de Dieu.

Tertullien s’attache alors à retourner, d’un revers de manche, un autre argument potentiel des défenseurs de spectacle : rien n’est dit explicitement dans les textes. Et, en effet dit-il, « nous ne trouvons nulle part cette défense: Tu n’iras point au Cirque ni au théâtre; tu n’assisteras point à des jeux ni à des représentations, textuellement énoncée»   mais il convoque David : « Heureux l’homme qui n’est pas entré dans l’assemblée des impies, qui ne s’est pas arrêté dans la voie des pécheurs, et ne s’est point assis dans la chaire de corruption! ».  Voilà donc une interprétation qu’il juge, de lui-même, assez large des textes de l’Ancien Testament, mais après tout, « les spectacles ont aussi leurs voies où l’on s’arrête» et « on appelle aussi chaires les sièges de l’orchestre destinés aux sénateurs ».

Arrive alors le pêché d’idolâtrie, auquel le baptême – qui se fait à l’époque à l’âge adulte – nous fait renoncer: « si donc je démontre que l’appareil et la magnificence des spectacles reposent sur l’idolâtrie, j’aurai établi un préjugé certain que les engagements pris à notre baptême impliquent aussi la renonciation aux spectacles, espèce de sacrifice que l’idolâtrie offre à Satan, à ses pompes et à ses anges ». Tertullien fait alors le projet de montrer le pêché originel d’idolâtrie de tous les spectacles : « nous remonterons donc à l’origine de chaque spectacle en particulier, pour savoir comment ils se sont introduits dans le monde; de là, nous examinerons les titres de quelques-uns, et les noms dont ils sont appelés; puis viendront l’appareil et les superstitions qui les accompagnent; les lieux nous montreront ensuite à quelles divinités ils sont consacrés; et enfin la nature de leurs représentations, quels ont été leurs fondateurs ».

Une fois établie « que l’idolâtrie est le fond de tous les spectacles », Tertullien rajoute que la loi divine nous interdit toutes les convoitises :  « en effet, de même que l’argent, la bonne chère, les honneurs, les voluptés charnelles et l’ambition, le plaisir a aussi sa convoitise: or, les spectacles sont une espèce de plaisir ». Si les lieux de spectacle ne souillent pas par eux-mêmes; par « les choses qui s’y passent, ils boivent le poison de l’infamie, et le répandent sur les spectateurs ». Et Tertullien de décrire le phénomène du « trouble de l’âme» : « là où il y a plaisir, il y a passion; autrement le plaisir serait insipide. Là où il y a passion, arrive aussi la jalousie; autrement la passion serait insipide. Or la jalousie traîne avec elle la fureur, la vengeance, la colère, la douleur et tout le cortège des passions incompatibles avec la règle ».

La fureur du spectacle du cirque d’après une peinture de Jean-Léon Gérôme, Musée de peinture de Chicago

Tertullien englobe, in fine, dans son interdiction des spectacles de nature et de finalité très différentes, mais tous œuvre du démon :
– l’amphithéâtre où nous « prenons plaisir au sang de l’homme » et nous repaissons « avidement les yeux du spectacle d’un corps déchiré, mis en pièces et nageant dans son sang »,
– le cirque et ses courses de char où « règne la fureur »,
– le stade dans lequel « les coups de pied, les coups de poing, les soufflets et les mille insolences dégradent la majesté de l’homme, image de Dieu » ;
– mais aussi le théâtre et son impudicité et d’où nous revenons « avec un démon intérieur ».

En conclusion, Tertullien reconnaît qu’il faut à l’homme des délassements et du spectacle. Il propose donc que, le temps de la vie sur terre, les seuls plaisirs soient « le dégoût du plaisir lui-même, le mépris du monde tout entier, la jouissance de la liberté véritable,  le calme d’une bonne conscience, et la sainteté de la vie, dégagée des terreurs de la mort! » Viendra alors le spectacle divin, « l’admirable et prochain spectacle de l’avènement du Seigneur ».

Fresque d’une église des premiers temps… dans l’amphithéâtre de Dürres, en Albanie.

 

Pour en savoir plus
Ovide, L’art d’aimer (Ars amatoria en latin), Livre I.
Roger-Pol Droit, « Que toute chrétienne soit voilée! », Le Monde des Livres, 31 mars 2017, p. 8.
Tertullien, Oeuvres complètes, traduites du latin par Antoine-Eugène de Genoude, Les Belles Lettres, « Classiques favoris », 1168 p.