Archives par mot-clé : Stade Jean-Bouin

Groupama stadium

Après plusieurs années de recherche, le club de Lyon vient d’officialiser le 12 juillet 2017 la signature de la convention de naming de son nouveau stade de Décines. Exit le Stade des Lumières ou le Parc OL, veuillez dire maintenant le Groupama Stadium.

Suivant l’exemple des clubs nord-américains, britanniques ou allemands, certains clubs français cherchent de plus en plus à diversifier leurs sources de revenu et les rendre pérennes sur plusieurs années en pratiquant le naming. Cet anglicisme désigne une pratique qui consiste à renommer temporairement – généralement une dizaine d’années –  un équipement sportif du nom d’un mécène. La pratique n’est pas récente. Le pionnier français est Le Mans (MUC 72) qui obtient des Mutuelles MMA, dès 2007, quelques 10 millions d’euros sur 10 ans pour son nouveau stade.

Les sommes récoltées en France sont généralement très en-dessous de ce que les entreprises anglo-saxonnes acceptent d’investir.  En 2011, « La banque américaine JP Morgan a ainsi déboursé 300 millions de dollars (220 millions d’euros) sur 10 ans pour prêter son nom au Madison Square Garden des New-York Knicks (NBA). »1 Les principaux contrats signés à ce jour en France  ne concernent que des assureurs et ne dépassent guère les 20 millions d’euros sur 10 ans, comme pour le Matmut Atlantique de Bordeaux en 2015. Des chiffres qui ont certes doublé en 8 ans, tout en restant très bas… au point que certains clubs préfèrent parier sur leur nom historique (PSG et son Parc-des-Princes) ou choisissent à contre-courant de continuer d’honorer anciennes gloires locales (stade Jean-Bouin d’Angers renommé en 2017 Raymond-Kopa ou stade Pierre-Mauroy de Lille).

L’Olympique Lyonnais cherchait depuis 18 mois un mécène pour le naming du nouveau stade de Décines, un mécène capable de s’engager sur un « partenariat industriel global, moderne et innovant » pour reprendre les termes du club. D’après Lyon Capitale, l’objectif visé, 8 à 10 millions d’euros par an ne sera pas atteint, même si le contrat devrait osciller, selon les résultats sportifs entre 5,5 et 7 millions d’euros. Il inclurait aussi le naming du centre d’entraînement (Groupama OL Training Center) et celui du centre de formation (Groupama OL Academy), qui rapportait jusqu’ici un million d’euros par an. La confidentialité de l’accord ne permet pas de savoir si le sponsoring maillot entre en compte.

Selon le club, l’assureur verra son nom associé non seulement à l’extérieur du stade mais aussi « dans l’arène, sur le parcours des clients VIP et du grand public, ainsi que dans les zones sportives, et permettra à Groupama Rhône-Alpes Auvergne d’utiliser l’image du stade pour promouvoir ses offres et services. Groupama Rhône-Alpes Auvergne bénéficiera (…) d’un dispositif réceptif d’envergure lors de tous les événements organisés au Groupama Stadium, avec l’utilisation des espaces 365 jours par an ».

La durée du contrat, trois ans seulement, alors que ce type de mécénat s’étend généralement sur dix ans, laisse quelque peu interrogatif, tout comme les objectifs de la « structure commerciale commune » qui sera créée dans le cadre du partenariat.

Il ne faudra pas confondre le Groupama Stadium, à Décines, et le Groupama Aréna… le stade du Ferencváros TC situé à Budapest (Hongrie) et qui a été construit à l’emplacement du Stade Flórián Albert, ancien stade du club, démoli en 2013.

L’entrée principale du Groupama Aréna avec la statue de Flórián Albert (à gauche) et la statue de Ferenc Springer (à droite). source: Kispados, wikipédia hongrois

Après le MMArena du Mans, le Matmut Atlantique de Bordeaux, l’Allianz Riviera de Nice, les assureurs prennent de l’assurance dans le naming des stades de football français. L’assurance que le spectacle sera au rendez-vous?

  1. «Le “naming” débarque en France… avec ses contradictions», France 24, 27 janvier 2011 []

Neuf stades retenus pour la candidature au Mondial 2023 de rugby

Neuf stades et villes ont été retenus dans le dossier de candidature  pour accueillir des matches de la Coupe du monde 2023 que doit remettre la France jeudi 1er juin 2017 à World Rugby. Plusieurs villes sélectionnées lors de la première sélection disparaissent de la liste: Paris, Lens et Montpellier.

Les neuf villes sont Lille (stade Pierre-Mauroy), Nantes (La Beaujoire), Bordeaux (Matmut Atlantique), Toulouse (Stadium), Marseille (Vélodrome), Nice (Allianz-Riviera), Lyon (Parc OL), Saint-Etienne (Geoffroy-Guichard) et Saint-Denis (Stade de France).

Le comité de candidature  avait déposé la candidature de Paris en laissant ouvert le choix entre Jean-Bouin et le Parc-des-Princes. D’après l’AFP, ce dernier souhaitait retenir le Parc-des-Princes « mais n’a pu obtenir l’accord de la mairie de Paris, liée par une convention d’occupation à QSI, le propriétaire qatarien du club de football du Paris Saint-Germain opposé à la tenue de matches de la Coupe du monde 2023 dans le stade. La ville de Paris, même si elle n’accueillera pas de matches, a néanmoins été retenue comme ville hôte de la compétition ». Jean-Bouin paie quant à lui sa trop faible capacité (20 000 places).

La fédération française de rugby (FFR) remettra jeudi à Dublin à World Rugby, la Fédération internationale, son dossier de candidature pour l’organisation.  La France est en concurrence avec l’Irlande et l’Afrique du Sud. Elle met en avant dans son dossier la qualité et la capacité importante de ses stades (2,6 millions de spectateurs, dont 336.000 places d’hospitalités), dont huit ont accueilli l’Euro 2016 de football. Cette capacité permettrait de rapporter 500 millions d’euros à World Rugby via la redevance, les hospitalités, le merchandising ou encore les droits télévisuels.

La Coupe du monde 2015 en Angleterre avait rapporté 300 millions d’euros à World Rugby.

(re)Naming à l’angevine

Alors que bien des stades de l’ère plus que moderne voient leur nom traditionnel être victime du naming, le stade d’Angers se contente de changer de figure tutélaire.

Le naming ou parrainage est une technique de plus en plus développée en Europe qui consiste à renommer, moyennant finance, une enceinte sportive du nom d’une marque ou d’une société pendant une durée plus ou moins longue. Le Vélodrome de Marseille est ainsi devenu l’Orange Vélodrome. Le naming fait le bonheur des happy few, fait rêver beaucoup de dirigeants et effraient nombre de supporteurs ou élus locaux attachés aux traditions.

Loin de ces soucis, la ville d’Angers a décidé cette semaine de renommer son stade Jean-Bouin en stade Raymond-Kopa. La décision a été approuvée par le conseil municipal. Raymond Kopa, qui s’est éteint cette année à l’âge de 85 ans, avait signé son premier contrat professionnel à Angers en 1949 où il n’avait joué que deux ans avant de réussir une brillante carrière au Stade de Reims puis au Real de Madrid.

Jean Bouin, le coureur marseillais, double médaillé olympique en 1908 et 1912, triple vainqueur du Cross des Nations et mort au champ d’honneur en 1914 cède la place au héros de Noeux-les-Mines, footballeur d’origine polonaise devenu international français et vainqueur de la coupe d’Europe.  Du coureur de fond au mineur de fond, à chaque génération ses héros.

La sélection des stades pour la Coupe du monde de rugby 2023

Le 9 février 2017, la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate pour accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2023. Dix-neuf  villes étaient mentionnées lors de la présentation du dossier à la presse. Le Comité Directeur de la FFR vient de dévoiler les douze villes hôtes finalement retenues pour la candidature.

Douze villes mais onze stades ont été retenues (du plus grand au plus petit stade) :
Saint-Denis –Stade de France (80 000 places)
Marseille – Orange Vélodrome (67 000 places)
Lyon – Parc OL (59 000 places)
Lille Métropole – Stade Pierre-Mauroy (50 000 places)
Bordeaux – Matmut Atlantique (42 000 places)
Saint-Etienne – Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places)
Lens – Stade Bollaert-Delelis (38 000 places)
Nantes – Stade de la Beaujoire (37 500 places)
Nice – Allianz Riviera (35 000 places)
Montpellier – Stade de la Mosson (32 000 places)
Toulouse – Stadium de Toulouse (33 000 places)

Paris est la douzième ville. Son stade – en plus de Saint-Denis qui accueillera la finale – n’est pas encore connu: Jean-Bouin et le Parc-des-Princes sont les deux options possibles. L’U arena de Nanterre, future stade du Racing 92 a été écartée.

Sept villes se sont désistées entretemps ou n’ont pas été sélectionnées: Valenciennes (Stade du Hainaut), Le Havre (Stade Océane), Rennes (Roazhon Park), Le Mans (MMARENA), Sochaux (Stade Auguste-Bonal), Grenoble (Stade des Alpes) et donc Nanterre.

La FFR a expliqué vouloir déposer le meilleur dossier pour la Coupe du Monde 2023 et  justifie la sélection sur les critères suivants :

  • « La plus grande capacité de spectateurs potentiels (grand public et hospitalités)
  • La plus grande capacité hôtelière
  • Des stades de très haut niveau répondant aux standards des plus grands événements internationaux
  • Des villes hôtes mobilisées et expertes dans l’accueil des événements internationaux »

Notons simplement, qu’en l’état, la sélection fait la part belle aux stades de football. En-dehors du Stade de France, antre des équipes de France de football et de rugby et du Matmut Atlantique de Bordeaux qui accueille quelques affiches de l’UBB (Union Bègles-Bordeaux), les autres stades sont le domicile de clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 (Lens). Quand un club professionnel de rugby jouent dans ces villes, c’est alors dans un autre stade, plus petit: le Stade Ernest-Wallon à Toulouse, le Matmut Stadium de Lyon ou l’Altrad Stadium de  Montpellier.

La fusion n’aura pas lieu

Moins d’une semaine après avoir annoncé la fusion du Racing 92 et du Stade Français lors d’une conférence de presse, de simples communiqués  sur leurs sites internet respectifs mettaient fin à l’ambitieux projet, mort-né le 19 mars 2017.

Alors que la fusion avait été annoncée lors d’un numéro de duettiste, l’arrêt du projet est annoncée séparément par chacun des clubs . Pour le président du club francilien, le constat est amer. Un tel projet ne pouvait pas être que sportif ou économique: « J’ai entendu et compris les fortes réticences qu’a soulevé ce beau projet d’union. En tout état de cause, les conditions sociales, politiques, culturelles, humaines, sportives ne sont pas remplies. Peut-être avons-nous eu raison trop tôt, l’avenir nous le dira… Je n’ai pas mesuré à quel point la nécessité d’expliquer, de faire partager ma vision et d’en présenter les modalités jusque dans les rangs du Racing 92 étaient une priorité absolue. »

Il a manqué l’explication si ce n’est la co-construction du projet avec tous les partenaires. En premier lieu les élus qui s’inquiétaient de l’avenir du stade Jean-Bouin. En second lieu les supporteurs qui rappelaient que l’attachement à un club marque une vie comme ce fan interrogé par Libération : « On a accompagné notre club sur tous les terrains, dans la boue ou dans le froid. Dans les gradins du stade Jean-Bouin, nous sommes assis derrière les poteaux, dans un coin qu’on a la charge d’animer. Toutes ces années, on a laissé beaucoup de nous-mêmes. Mon grand-père et mon père ont joué au Stade français, moi j’ai commencé à l’âge de 5 ans. Ce club, c’est tout un engagement. A Leicester, en Angleterre, il y a un carré pour recueillir les cendres funéraires de certains amoureux du club. Supporteur, c’est à la vie à la mort ! »

 

La fusion du Racing 92 et du Stade Français

Le 13 mars 2017, les présidents du Stade Français (Paris) et du Racing 92 (Hauts-de-Seine) annonçaient par un communiqué de presse la fusion de leurs deux clubs. Ces derniers sont des monuments historiques du rugby français. Ils sont les vainqueurs des deux premières finales du championnat de France (18921 et 1893) et des deux dernières (2015 et 2016). L’enjeu de la fusion est semble-t-il économique et sportif: assurer la conquête de futurs titres dans une économie de plus en plus compétitive2. Qu’en est-il de l’enjeu territorial? Qu’adviendra-t-il des deux enceintes, dont l’une vient d’être rénovée par les collectivités publiques (le Stade Jean-Bouin) et l’autre, financée en partenariat public-privé, est sur le point d’être livrée en septembre 2017 (U Arena)?

 

Un projet éclair
Alors que tous les spécialistes du projet – qu’il soit économique, urbain ou social – expliquent qu’il faut d’abord et avant tout prendre le temps pour que tous les acteurs potentiels soient associés, il convient de souligner que le projet de fusion des deux clubs surprend par sa rapidité, sa méthode et son timing. Le projet s’est construit très rapidement, en un mois et demi, et par un très petit nombre d’affranchis : cinq d’après Le Monde (« outre les deux présidents, le DG du Stade Français, Pierre Arnald, et les deux entraîneurs du Racing 92, Laurent Labit et Laurent Travers »). Le nom du futur club n’étant pas encore trouvé…

La mairie de Paris, à travers un communiqué de sa maire, Anne Hidalgo, regrette d’avoir été alertée, semble-t-il, « quelques minutes avant la presse » ; le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine (département d’ancrage du Racing 92) ayant eu une semaine d’avance. Quant au timing sportif… le championnat n’est pas encore fini et les autres clubs s’inquiètent de l’équité sportive quand certains affronteront (ou pas) deux équipes plus ou moins démobilisées si ce n’est en grève.

Rassemblement au Stade Jean-Bouin des joueurs et supporters du Stade Français le 13 mars à la suite de l’annonce de la fusion. www.liberation.fr

Anne Hidalgo  «déplore le fait que les collectivités, les partenaires et les joueurs n’aient pas été associés à cette réflexion. (…) Il est légitime que ces clubs réfléchissent à leur avenir et à leur rayonnement en France et en Europe, mais leurs dirigeants ne doivent pas oublier que ces clubs ont aussi un ancrage local fort, que leur développement et leur réussite sont intimement liés aux villes qui les accueillent, aux supporters qui les soutiennent, et que le Stade Français a en cela une responsabilité particulière vis-à-vis de Paris». Anne Hidalgo prévient que la fusion «ne doit pas tirer un trait» sur les efforts consentis par la Ville de Paris pour rénover le stade Jean-Bouin, qui abrite également le siège du Stade Français.

L’avenir en pointillé de Jean-Bouin
Dans le même communiqué de la mairie, l’adjoint en charge du sport, Jean-François Martins, précise que la collectivité sera particulièrement attentive «à assurer la soutenabilité et l’amortissement des investissements qui ont été réalisés par la collectivité au stade Jean-Bouin». Il faut dire que le Stade Jean-Bouin a été entièrement rénové par la Ville pour les besoins du Stade Français et dans la perspective qu’il puisse servir un jour à l’accueil des jeux olympiques. Les deux présidents ont annoncé que le futur club joueraient pour partie dans la nouvelle enceinte de Nanterre et pour partie à Jean-Bouin, au-moins en attendant la livraison de la U Arena et ensuite quand cette dernière recevra des spectacles.

Jean-Bouin a été construit en 1925, rénové une première fois en 1970 puis une seconde fois en 2013 dans sa configuration actuelle par la Ville de Paris3).  C’est désormais une enceinte ultra-moderne de 20 000 places, située Porte de St-Cloud, dans le XVIe arrondissement de Paris, à deux pas du Parc-des-Princes. Le projet architectural est l’oeuvre de l’architecte Rudy Ricciotti, Grand prix national d’architecture 2006. Le stade comprend 51 loges, un parking de 500 places et une galerie commerciale. Evalué au départ à 111 millions d’euros, le projet a finalement coûté quelques 150 millions.

Vue aérienne du Parc-des-Princes (gauche) et du Stade Jean-Bouin (droite) http://forums.bigsoccer.com

La U Arena de Nanterre
Le Racing 92 attend dans le même temps la livraison de sa nouvelle enceinte – située à proximité de l’Arche de la Défense – dont le maître d’ouvrage est Racing Arena, filiale de la holding Ovalto Investissement créée par Jacky Lorenzetti, EPADESA4 et la Ville de Nanterre, soit un partenariat public-privé.

L’U Arena (appelée ainsi dans l’attente de son naming) a été conçue par un autre grand architecte français – Christian de Portzamparc -pour être une enceinte modulable et polyvalente capable d’accueillir 32 000 spectateurs en mode stade de rugby et de 10 à 40 000 spectateurs en mode concert. Sa page wikipédia rappelle que, initialement prévue pour avoir un toit rétractable, « elle sera dotée d’un toit permanent, les rencontres de rugby se jouant sur une pelouse synthétique. (…) Y seront adjoints des commerces dans l’enceinte du stade, ainsi que 33 000 m2 de bureaux. En configuration spectacle, l’Arena 925 sera la plus grande salle de spectacle de France, très loin devant le Palais omnisports de Paris-Bercy qui contient 20 300 places et l’Arena du Stade Pierre-Mauroy à Lille qui peut accueillir 25 000 personnes en configuration concert. Elle sera équipée de 22 buvettes, cent loges privatives et une partie importante des place seront des sièges business ».

Evolution en direct du chantier de la U Arena. www.uarena.com

Devenir des stades
Les deux enceintes partagent donc le fait d’avoir fait l’objet d’investissements conséquents de la part des pouvoirs publics, à la demande d’entrepreneurs de spectacles sportifs, qui assuraient alors possible la co-présence de deux grands clubs en Ile-de-France si les collectivités aidaient à la « modernisation de l’outil de travail ». Les deux enceintes sont aussi de tailles trop similaires (20 et 32 000 places) pour que l’une puisse servir à accueillir les matchs ordinaires et l’autre les affiches. Il semble que l’U Arena soit destinée à être le stade principal. Il faut dire que le modèle économique d’une telle enceinte nécessite sans doute un nombre assuré de matchs.

La Ville de Paris est donc maintenant confrontée presque seule au devenir du stade Jean-Bouin et à son équilibre économique. Le Red Star de St-Ouen, un club de football de L2, y jouent actuellement ses matchs à domicile en attendant la mise aux normes du vétuste Stade Bauer. Très loin d’être suffisant à assurer la pérennité de l’équipement qui risque de basculer dans la catégorie des « éléphants blancs ».

 

  1. Maniant la symbolique des lieux, l’annonce de la fusion s’est faite par les deux présidents, Thomas Savare (Stade Français) et Jacky Lorenzetti (Racing 92) dans les salons des Jardins de Bagatelle, «là où s’est déroulée la première finale du Championnat de France, en 1892, remportée par le Racing-Club de France» []
  2. Thomas Savare, président du Stade Français explique ainsi lors du communiqué de presse: « mon envie était de pérenniser ce club mais je n’ai pas trouvé de modèle économique viable, malgré les titres de Champion de France et malgré Jean-Bouin. Un modèle économique, c’est un club qui n’a pas besoin de mécène pour survivre. C’est vers ça que je voulais tendre. » []
  3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_Jean-Bouin_(Paris []
  4. L’Établissement public d’aménagement de la Défense Seine Arche – EPADESA – est un établissement public à caractère industriel et commercial chargé d’aménager le site de la Défense pour le compte de l’État et des collectivités locales concernées. Son périmètre fait l’objet d’une opération d’intérêt national et concerne une partie du territoire des communes de Courbevoie, La Garenne-Colombes, Nanterre et Puteaux dans le département des Hauts-de-Seine []
  5. Son ancien nom de code. []