Archives par mot-clé : Stade Océane

Brest, nouveau modèle?

Le 20 avril 2022, Elio Bono, journaliste de France Info, publiait un article sur le projet de stade à capacité réduite du Stade Brestois; article pour lequel nous lui avons donné un entretien: “Ligue 1 : avec un nouveau stade à capacité réduite, Brest propose-t-il un nouveau modèle pour le foot français ?

Comme l’explique Elio Bono, ce “mercredi 30 mars, les dirigeants du Stade Brestois ont officiellement présenté le projet de nouvelle enceinte. Annoncé une première fois en 2018, le stade devrait voir le jour en 2026.” Le Stade Brestois va s’offrir une nouvelle enceinte de 15 000 places pour une aire urbaine de 320 000 habitants. Cette capacité est similaire à celle de l’actuel stade Francis-Le Blé mais elle est inférieure à celles observables dans les stades livrés lors de la dernière décennie dans des agglomérations de taille comparable comme Le Havre (Stade Océane, 25 178 places pour 269 000 habitants, 2011), Le Mans (MMArena, 25 064 places pour 205 000 habitants) ou Valenciennes (Stade du Hainaut, 25 000 places pour 192 000 habitants).

Le programme semble inspiré par une vision business, compatible avec les caractéristiques et les moyens socio-économiques du territoire : localisation hors du centre-ville, à proximité des voies de communication, maîtrise d’ouvrage par les propriétaires actuels du club, 2 000 m2 d’espace de loisirs pour la famille et un pourcentage élevé de places VIP/Loges (3 200 places en loges sur les 15 000 au total). Les “petites métropoles”, comme Brest, et les agglomérations françaises moyennes feraient-elles l’hypothèse que, pour faire survivre leurs clubs professionnels, il faut non seulement compter sur les droits TV mais surtout bien ratisser le tissu économique environnant? Quitte à jouer sur l’effet de rareté comme le fait La Rochelle, en rugby, avec son stade Marcel-Deflandre de 16 000 places qui fonctionne régulièrement à guichet fermé (172 000 habitants dans l’agglomération). Le projet brestois, qu’on peut lier aux modèles turinois et décinois, relèverait d’une approche ‘business’, et non plus seulement ‘public’, ce qui n’empêche pas, bien au contraire, la participation de la puissance publique à la construction de ces stades.

La sélection des stades pour la Coupe du monde de rugby 2023

Le 9 février 2017, la Fédération Française de Rugby (FFR) s’est déclarée candidate pour accueillir la Coupe du Monde de rugby en 2023. Dix-neuf  villes étaient mentionnées lors de la présentation du dossier à la presse. Le Comité Directeur de la FFR vient de dévoiler les douze villes hôtes finalement retenues pour la candidature.

Douze villes mais onze stades ont été retenues (du plus grand au plus petit stade) :
Saint-Denis –Stade de France (80 000 places)
Marseille – Orange Vélodrome (67 000 places)
Lyon – Parc OL (59 000 places)
Lille Métropole – Stade Pierre-Mauroy (50 000 places)
Bordeaux – Matmut Atlantique (42 000 places)
Saint-Etienne – Stade Geoffroy-Guichard (42 000 places)
Lens – Stade Bollaert-Delelis (38 000 places)
Nantes – Stade de la Beaujoire (37 500 places)
Nice – Allianz Riviera (35 000 places)
Montpellier – Stade de la Mosson (32 000 places)
Toulouse – Stadium de Toulouse (33 000 places)

Paris est la douzième ville. Son stade – en plus de Saint-Denis qui accueillera la finale – n’est pas encore connu: Jean-Bouin et le Parc-des-Princes sont les deux options possibles. L’U arena de Nanterre, future stade du Racing 92 a été écartée.

Sept villes se sont désistées entretemps ou n’ont pas été sélectionnées: Valenciennes (Stade du Hainaut), Le Havre (Stade Océane), Rennes (Roazhon Park), Le Mans (MMARENA), Sochaux (Stade Auguste-Bonal), Grenoble (Stade des Alpes) et donc Nanterre.

La FFR a expliqué vouloir déposer le meilleur dossier pour la Coupe du Monde 2023 et  justifie la sélection sur les critères suivants :

  • “La plus grande capacité de spectateurs potentiels (grand public et hospitalités)
  • La plus grande capacité hôtelière
  • Des stades de très haut niveau répondant aux standards des plus grands événements internationaux
  • Des villes hôtes mobilisées et expertes dans l’accueil des événements internationaux”

Notons simplement, qu’en l’état, la sélection fait la part belle aux stades de football. En-dehors du Stade de France, antre des équipes de France de football et de rugby et du Matmut Atlantique de Bordeaux qui accueille quelques affiches de l’UBB (Union Bègles-Bordeaux), les autres stades sont le domicile de clubs de football de Ligue 1 et Ligue 2 (Lens). Quand un club professionnel de rugby jouent dans ces villes, c’est alors dans un autre stade, plus petit: le Stade Ernest-Wallon à Toulouse, le Matmut Stadium de Lyon ou l’Altrad Stadium de  Montpellier.