Archives par mot-clé : Turin

Soupe de poissons, pain d’orge et mobylette zarka

Depuis six ans, le Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale, organise un atelier dans la ville de Sfax en Tunisie. Cet exercice pédagogique permet à une trentaine d’étudiants grenoblois de répondre à une commande réelle de la Ville de Grenoble et de la société sfaxienne (ville, université, associations, collectifs d’habitants). L’un des thèmes de l’année était la géographie des sports à Sfax.

Dans ce cadre-là, une douzaine d’étudiants, d’enseignants et d’habitants de la ville se sont rendus ensemble au stade Taïeb M’hiri pour assister à une rencontre de championnat de première division: CSS (Club Sportif Sfaxien) vs CO Medenine. Chacun s’est plié à l’exercice du « récit de vie ». Le corpus réuni permettra aux étudiants de comprendre la place particulière que prennent le stade M’hiri et le CSS dans la deuxième ville du pays. Voici mon récit du match.

 

Cinq ans d’attente
Voilà cinq ans que je viens chaque année à Sfax pour l’atelier de coopération internationale en urbanisme; cinq ans à passer devant le stade Taïeb M’hiri. J’y ai bien fais un « passage à vide » en 2013, dans le stade en chantier; une visite en catimini, au culot avant de me faire éconduire gentiment. La période de l’atelier correspondait soit  à la trêve internationale, soit à un match du CSS en déplacement. Cet année, on a inscrit la thématique de la géographie du sport dans la ville au programme de l’atelier d’urbanisme. Raison de plus pour y aller.

Le stade Taïeb M’hiri en travaux, 2013

On regarde dès septembre le calendrier des matchs avec les étudiants. Le CSS joue à domicile le 12 novembre contre le promu, le CO Medenine, une petite ville du Sud. Comble de malchance, le match à domicile tombe le jour de l’arrivée. Malédiction! Par un heureux hasard, inexpliqué à ce jour, le match est finalement repoussé au 15 novembre, en plein séjour. Problème: le club ne vend pas de place au grand public. Pour un match de second ordre? On essaie de contacter le club par son site internet. Peine perdue.

Sur place, les collègues de l’Université de Sfax nous expliquent que les stades ont été réduits en capacité et l’accès réservé aux seuls abonnés depuis cette année. Il n’y a pas de place à acheter. Heureusement, les Sfaxiens sont pleins de ressources. Notre collègue a un collègue qui est un ancien entraîneur de l’équipe espoir du CSS et un neveu d’une légende vivante de l’équipe fanion. Il connaît le président. Il faut donner tous les noms des personnes venant au match le matin même afin de faire le laisser-passer collectif pour la police. Pas question de payer, on sera invité.

Le téléphone arabe fonctionne. On est bientôt une douzaine à vouloir se rendre au stade: des étudiants du groupe « géographie du sport à Sfax », deux enseignants, un étudiant sfaxien accompagnateur du groupe, un habitant sfaxien mal-voyant acceptant de nous faire partager son expérience d’accessibilité… et deux étudiants des autres groupes thématiques de l’atelier mais désireux de nous aider, au cas où… Solidarité étudiante oblige!

Se rendre au stade
Nous, les enseignants, avons des rendez-vous dans une cité populaire de banlieue puis en plein centre-ville, avenue Bourguiba. On décide de se retrouver directement à la porte d’entrée au grand dam de Wassim, l’étudiant sfaxien qui s’est démené pour obtenir les précieux sésames. Il se sent responsable de tout le groupe et n’a jamais vu de match.

La réunion expédiée, on file à Bab Diwan, porte de la médina, côté «ville européenne» où se trouvent les taxis de la ville. On comprend bien vite qu’on n’aura pas facilement un taxi. Les banlieusards chassent les taxis à la place (taxi bel blaça) ou les taxis compteurs plus efficacement que nous.

Un Sfaxien nous met rapidement au parfum : on mettra plus de temps à trouver un taxi et attendre dans les bouchons qu’y aller à pied. La ville est entièrement embouteillée. Autant suivre les projecteurs comme les rois mages suivirent l’étoile du berger… et les immenses panneaux routiers bilingues, français-arabe. Le passage aux feux, stops et rond-point est affaire d’audace et détermination. Un pochoir sur un mur (de lycée ?) indique que les Ultras Sfaxiens viennent d’avoir dix ans.

Embouteillage sur la route menant au stade dont on devine les projecteurs dans le lointain.

Marche cadencée car on est attendu, et par les étudiants franco-tunisiens et par la Police. Marche rendue difficile par la nuit qui vient de tomber, le manque d’éclairage public et les phares des voitures venant en sens inverse. Marche dangereuse car les trottoirs servent surtout à Sfax d’extension aux cafés, aux commerces, aux ateliers de mécanique auto ou de ferronnerie qui travaillent dehors. # Sayeb-trottoirs !

Slalom entre les voitures, les scooters à moitié dépecés de leurs pare-chocs et les innombrables mobylettes zarka, ces mythiques mobylettes Peugeot bleues qui ont fait la gloire de la ville.  Les Tunisiens se moquent des Sfaxiens en disant qu’ils ne sont bons qu’à manger de la soupe de poissons avec du pain sec à l’orge et rouler en mobylette zarka.

Les abords du stade
Les projecteurs nous guident jusqu’au stade : km 0.5, rond-point Menzel Chaker pour reprendre le système d’adressage et de mesure des distances typique de Sfax. Notre point de rendez-vous est «porte de Soukra», un quartier situé à proximité de la cité El Abib.

La présence policière est importante. On se retrouve comme prévu, presque pas en retard à l’entrée latérale : « porte 1, chaise 2 », en français dans le texte. Tous les mots du stade sont d’ailleurs écrits exclusivement en français : porte, loge, chaise, pelouse, tribune d’honneur, centrale. Le stade est polyglotte: le français et l’arabe comme langues officielles, l’arabe pour les conversations et les chants, l’anglais pour les banderoles, l’italien pour le vocabulaire ultra.

Mur d’enceinte du stade Taïeb M’hiri.

Les gens arrivent à pied ou en taxis. Un bar brille de l’autre côté de l’avenue. Les voitures font des marche-arrière tranquillement en plein traffic. Ne manque que trois personnes : deux étudiants et un malvoyant. Ils n’ont pas pris la bonne entrée et ont du mal à se repérer pour nous rejoindre. On essaie d’aller à leur rencontre mais les barrages filtrants de la police nous arrêtent. Nos explications ne convainquent guère les policiers. Ils ont du mal à croire cette histoire d’invitation du club. Les forces de l’ordre nous demande plusieurs fois si on ne serait pas journalistes par hasard et si un des étudiants français ne serait pas Sfaxien. Il est grand, châtain, la peau et les yeux clairs. Son camarade a dû supprimer les photos qu’il venait de prendre des ultras rentrant au stade.

Le canal Bourguiba et les lumières du stade.

Les lumières blafardes du stade dans le lointain contrastent avec la semi-pénombre des abords. Le stade Taïeb M’hiri est un stade circo-rectangulaire avec une belle enceinte en pierre. Il est couvert au trois-quart, un presque luxe dans cette région semi-désertique. Un canal avec son eau croupie, un terre-plein à peine arboré et un mur d’enceinte sépare le stade de la ville. Est-ce le canal de ceinture, hzem Bourguiba, qui écarte les eaux pluviales des oueds loin de la ville-centre ? Semble-t-il. La séquence du franchissement du canal par un petit pont avec ses grilles et l’entrée par la porte en fer et le mur d’enceinte en pierre appareillée, donne un côté « château-fort » au lieu. Un lointain écho à l’ancienne enceinte du Besiktas d’Istanbul.

Stade Taïeb M’hiri, porte de Soukra.

L’entrée des supporters se fait au compte-goutte, sur présentation de la carte d’abonnement. Pas de fouille excessive non plus. Nous, on attend d’être tous là pour présenter la lettre officielle du club. Il n’y en pas besoin. Un policier a la même et fait l’appel. On passe l’un après l’autre.

Dans le stade avant le match
Une belle allée mène à la « tribune d’honneur », bordée par un terrain de sport annexe. Sur la gauche, un chien-policier s’ennuie jusqu’à l’arrivée bruyante d’une équipe de jeunes garçons qui courent, sans doute les futurs ramasseurs de balle qui sortent des vestiaires pour aller prendre place sur le terrain.

On se présente avec le sésame à des policiers qui nous amènent finalement à l’homme de la situation; belle stature, costume trois pièces avec le gilet jaune fluo sous la veste. Il nous attendait visiblement. Il nous ouvre un portail intérieur et nous emmène jusqu’à notre tribune, « chaise 1 », où le placement est libre. La tribune n’est pas copieusement garnie et on peut facilement prendre place dans la partie supérieure et centrale pour bénéficier d’une excellente vue sur le terrain. Les sièges baquets sont confortables. On nous gâte décidément.

Vendeur de kloubs avec son « couffin » en tribune centrale.

Un vendeur ambulant, en survêt, se déplace avec son panier traditionnel, le couffin (couffa en arabe). Il vend des graines de tournesol tunisien, kloub, rondes et noires, pas les blanches de Turquie qui sont en train de mettre à mal la production locale. Les kloubs sont vendues dans des cornets en feuilles A4 recyclées… à partir de pages de manuel scolaire de 5e année, littérature arabe. Qui a dit que sport et culture ne pouvait pas faire bon ménage ? Un dinar le cornet (environ 35 centimes d’euro). Pas de boisson. Le sol est rapidement jonché de graines de tournesol. Bruit de cage de hamsters dans la tribune.

Un autre homme distribue les programmes du match, avec l’interview exclusive du nouvel entraîneur du club, un ancien joueur tunisien du CSS qui a déjà bien « bourlingué » comme entraîneur. La possibilité de gagner 100 dinars après le match avec le n° du magazine invite à ne pas jeter celui-ci au sol.

Si le public est au quart féminin comme on nous l’a affirmé, ce n’est pas le ças de cette tribune. Il s’agit presque exclusivement d’ hommes adultes (20 à 60 ans) même si quelques couples sont visibles ici ou là. Aucun spectateur ne portent de signe distinctif du club ou d’un groupe ultra. On vient au match « en civil ».

Des stadiers privés surveillent la tribune d’honneur. De l’autre côté des grillages, sur le bord du terrain se trouvent quelques officiels, un banc de secouristes en livrée rouge et trois handicapés dans leurs voiturettes tricycles. De notre côté, des policiers discutent en bas de la tribune, les casques et matraques accrochés aux barrières. L’ambiance est paisible.

Tifo d’avant-match
On regarde à notre aise le virage des ultras du CSS. De gauche à droite, on peut distinguer cinq groupes à la vue des bâches étalées sur le haut des grilles séparant le terrain de la fosse. Le premier est dans le bloc 3, au début du virage, à côté de spectateurs assis. Il est clairement séparé des autres groupes par l’accès aux tribunes. C’est le groupe des Drughi bianconeri. Pourquoi un groupe appelé drughi bianconeri? Sans doute un clin d’oeil appuyé au groupe ultra homonyme de la Juventus de Turin, lui-même inspiré par le film Orange Mécanique avec l’italianisation du terme droogs. Pas étonnant que les autres ultras ne cherchent guère un tel voisinage…

Dans le bloc 4, derrière les buts se trouve le groupe qui semble être le plus ancien – créé en 2003 – et le plus étoffé : les Fighters avec leur bâche « black and white fighters ». Eux-aussi ont dû s’inspirer d’un groupe de la Juve. Les Fighters font preuve d’un goût certain pour l’héraldique. Leur blason se compose d’un écu crénelé rappelant les murailles du bled arabi, écartelé de sable et argent, portant le nom du groupe et sa date de création. Il comporte des « ornements extérieurs » : un gladiateur casqué avec une torche enflammée, entouré de lambrequins de flammes vertes et rouges aux couleurs de l’Italie. Le gladiateur est-il un clin d’œil à l’antique cité romaine d’El Jem avec ses arènes ? La ville de Sfax est située à une heure de route de cet amphithéâtre qui vaut le détour. Taparura et Thanae (Thyna), les établissements romains de l’agglomération de Sfax n’ont pas eu d’arènes.

Blason du Club Sportif Sfaxien et du groupe ultra des Fighters sur un mur de la ville.

Suivent, dans le bloc 5, les trois autres groupes qui se tassent les uns contre les autres : les Raged Boys 07, les Leoni et les Ultras Sfaxiens 07. Plus de trace des Vikings 03 dont le tag orne encore l’entrée principale. Ils ont dû disparaître du paysage comme les traces de la brève occupation normande de la ville1.

Le tifo est composé de l’animation non coordonnée de ces différents groupes. Fumigènes et drapeaux pour les uns (noir, blanc, vert et rouge); pour les autres une voile qui descend du toit du stade faisant apparaître une sorte de gangster façon Chicago avec tifo de feuilles blanches. Il semble être là pour fêter les 10 ans du groupe des Ultras Sfaxiens. Une banderole en jaune sur fond gris rassure tous le monde : « Don’t freak out. It is just ultras things » (pas de panique, c’est juste un truc d’ultras).

Virage côté ville avec le parcage visiteur du CO Medenine.

Un quart du vide est presque vide : le virage côté ville. Il ne comprend, derrière les buts, qu’une cinquantaine de supporteurs de Medenine, éparpillés dans le bloc situé sous la table de marque (éteinte). Ils n’ont pas de bâche ultra, aucun signe distinctif, un simple drapeau, long d’une dizaine de mètres, à quatre bandes jaunes et noires, posé sur le grillage. Ils ne cherchent même pas à faire corps ou un tifo. En ont-ils le loisir ou l’envie ?

La première mi-temps du match
On en oublie un peu la présentation des équipes… L’absence de speaker officiel et de matraquage publicitaire est finalement appréciable. Le coup d’envoi est donné et la partie part sur un faux rythme.

Une faute un peu appuyée d’un Sfaxien sur un défenseur engendre un carton jaune et sort le stade de sa torpeur. Trois bouteilles en plastique d’un litre et demi volent d’une tribune latérale. L’une ricoche sur le terrain et finit sa course dans les jambes d’un défenseur de Medenine qui ne s’en offusque guère. Le match n’est pas aux grandes envolées, il n’est pas aux simagrées non plus. Quelques instants plus tard, un homme descend les marches de la tribune pour venir invectiver l’arbitre dans un langage que Wassim ne souhaite pas traduire mais qu’il qualifie de fleuri. Un policier débonnaire vient le ramener en plaisantant vers les gradins.

Les Fighters se tiennent par les épaules par groupe de 20 et sautent en chantant. Ultras Sfaxien 07 et Fighters se répondent vocalement.

Mi-temps
On anticipe la pause pipi de la mi-temps pour les filles, étant donné le sous-équipement en toilettes et l’absence d’espace genré. La buvette, magnifique avec ses faïences vertes et blanches, est faiblement achalandée : quelques sandwichs et du thé à la menthe fraîche !

Buvette du stade à la mi-temps.

Certains aimeraient bien changer de places dans le stade. Wassim file s’enquérir de la possibilité. C’est semble-t-il possible si tout le groupe bouge d’un seul homme. Manque de pot, Sami, le non-voyant ne semble pas enthousiaste. Il n’est jamais venu au stade, et s’est fait une petite place confortable en tribune assise avec des présences rassurantes alentours. L’idée d’aller se mettre debout en virage… On décide de rester… sauf si la sécurité accepte une séparation du groupe en deux. Ce qu’elle accepte gentiment. On est des hôtes pénibles.

Le groupe se scinde en deux. Partent ceux qui veulent le grand frisson des virages. On passe alors successivement trois grilles fermées par des cadenas pour pénétrer dans le bloc 4, « zone Fighters », à la périphérie du noyau ultra, juste à côté des policiers. Un grand frisson rassurant. Notre présence ne suscite aucune réaction dans le bloc; ni hostilité, ni intérêt. On nous laisse regarder tranquillement la tribune plus que le match. Les policiers alentours et le vendeur de sandwichs regardent plus le match que la tribune. Ils sont calmes. Leurs collègues policiers, en faction sur la pelouse, discutent debout derrière un banc faisant face à la tribune. Leurs boucliers anti-émeutes sont sagement alignés sur la pelouse.

La seconde mi-temps du match
La seconde mi-temps est radicalement différente. Gens debout, chants permanents en arabe. Est-ce du dialecte ? On n’en comprend pas un traitre mot. Aucune rythmique n’est reconnaissable pour un public venant d’Europe. Il y a une discographie locale. Pour le reste, chants, tambours en bas de tribune, drapeaux avec les cannes à pèche, craquage massif de fumis: il y a tous les codes de la culture ultra.

Pas de kloub dans la tribune. On est debout, plus kangourou qu’hamster. Peu de marqueur vestimentaire de l’appartenance au groupe ultra : un blouson ici, un t-shirt là. Etrange pour un virage qui affichent par ailleurs nettement ses couleurs. Quelques jeunes sont torse-nu.

Les Ultras Sfaxiens ont de la suite dans les idées. Ils déploient une deuxième banderole accompagnée de quelques fumis, dans les mêmes tons jaune et gris : « Oh what. You thought that we would stop ? ». Oh ! Mince, vous pensiez que nous arrêterions ? Comme si la culture ultra n’était qu’une passade ?

Une échauffourée éclate à la marge de la zone Fighers, près des Raged Boys. Est-ce une explication de texte entre groupes ou entre membres du même groupe ? Elle ne dégénère pas et tout le monde reprend sa place en tribune.

Fumigènes en blocs 4 et 5.

En fin de partie, un second craquage de fumis a lieu dans les blocs 4 et 5, simultanément. Il est assez massif et les chants qui accompagnent portent loin. Les téléphones portables sortent des poches pour immortaliser la scène jusqu’à son transfert sur le réseau.

Fin de match.
Au fait, le match se termine sur un score de 1 à 0 en faveur du CSS. Un but qu’on aura raté lors de notre transfert d’une tribune à l’autre. En l’absence de grand écran, il faudra attendre la diffusion sur le web.

Fin de match en tribune ultra, au-dessus de la fosse.

La police accompagne les ultras en-dehors du stade gentiment mais fermement une fois les bâches repliées. A peine le temps de sauter dans la fosse aux eaux croupies, d’enlever les bâches et  de les replier que le stade est déjà vide. Même en tribune d’honneur, les gens partent vite. N’y a-t-il pas de système de loges ou de salon pour les sponsors?

Tag marquant la « zone » dévolue aux Fighters 03 (F03), le groupe ultra du bloc 4.

Dernière photo de groupe sous l’escalier d’honneur du stade puis sortie dans la rue. Elle est déjà vide et a repris son rythme. On arrête aisément deux taxis compteurs. Un pour ramener Sami, notre invité-usager mal voyant à la porte de la médina, qui s’appelle à Sfax, le bled arabi ou madina al-rabi, la « ville arabe ». Dans la précipitation on oublie qu’on a laissé les filles seules. Un gentleman est posté à dessein à l’arrivée du taxi pour les raccompagner jusqu’au lieu de débrief : la Régence.

Café de la Régence à Sfax.

Débriefing à la Régence
Le Café de la Régence est un bar du centre de Sfax. Il n’a sans doute pas changé depuis que Georges Perec l’a décrite en 1965 dans Les Choses. Bière Celtia, Orangina et plateau de fruits de mer cuits. Ambiance enfumée, exclusivement masculine jusqu’à notre arrivée, amicale. On est presque de la famille. Fayçal le videur et le patron qui est de Toulouse nous connaissent. Ici aussi, on est des hôtes d’honneur.

A suivre…

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Soupe de poissons, pain d’orge et mobylette zarka, in Au stade des villes, 24/11/2017, https://stade.hypotheses.org/1215.

Tous nos remerciements à  Ali, AbdelKarim, Wassim, Sami ainsi qu’au club du CSS, son Président et son Attaché de presse. Ce texte est dédié au « grand » Ali qui dispute actuellement son match le plus important à Paris et qui aurait sans doute adoré être notre guide ce soir-là.

 

  1. Sfax est brièvement occupée par le roi normand Roger II de Sicile en 1148. Elle est reconquise par les Almohades d’Abd al-Mumin en 1159. []

L’expérience sensible du match de football. Sébastien

Mais qu’est-ce qui définit une ambiance ? Comment advient-elle ? Comment la recueillir ? Comment l’analyser ? Il est possible d’aborder la question des ambiances d’un lieu (une place, une gare comme un stade) au croisement de trois dimensions : la dimension spatiale, la dimension sociale et enfin, pour ce qui nous concerne ici de la dimension sensible, ce que nos sens nous en disent.

Lors de la saison 2005-2006, la Ville de Saint-Étienne (Archives Municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire) commande une étude sur ce sujet à trois chercheurs grenoblois. Nous reproduisons ici une partie des récits de vie de spectateurs, supporteurs, fans locaux ou d’autres équipes. Troisième extrait de « récit de vie » : celui de Sébastien*.

 

A combien de matchs assistez-vous par an?
A Saint-Etienne, ça fait longtemps que je n’y suis pas allé et à Grenoble, je vais à tous les matchs de Grenoble. J’ai passé quatre ans  à Paris, alors je suis allé une fois au Parc-des-Princes et une fois au stade de France, pour voir ce que ça donne, histoire de dire. Sinon j’allais souvent à Créteil pour voir justement et Grenoble et Saint-Etienne. Saint-Etienne ça fait longtemps que j’y suis pas allé. Je suis fan mais… modéré. Je ne fais pas de kilomètres pour voir un match. Quand je vais au match, j’amène mes neveux… et j’y vais en petit groupe. Mais bon, ça m’arrive aussi d’y aller tout seul. Surtout l’hiver. J’allais à l’extérieur quand ils allaient à Créteil. Et souvent j’allais voir les jeunes.

Mais il faut que je te dise qu’avant d’aller à Paris, quand j’étais sur Grenoble, j’étais pigiste pour le Dauphiné Libéré. Je faisais des comptes-rendus de tous les jours, comme l’équipe réserve de Grenoble et de l’équipe de jeunes qui était au niveau national. J’écrivais des articles. Et à chaque fois qu’il y avait une équipe de jeune de Saint-Etienne qui jouait dans la région, j’y allais aussi. Quelque soit l’équipe. J’étais pigiste depuis l’âge de 19 ans. J’ai arrêté quand je suis entré au CNRS. (…) J’aurais la possibilité de travailler parce qu’ils me relancent mais cela ne m’intéresse plus, ça m’a dépassionné du coup, le fait de rentrer dans… de comprendre le comment et pourquoi et puis les magouilles… c’est gangréné par l’argent.

Vous impliquez-vous dans les chants et la gestuelle?
Quand j’étais plus jeune, oui, mais maintenant moins. Parce que j’ai relativisé les… parce que les groupes de supporters, c’est plus ce que c’était. Maintenant c’est tout dans la vindicte, la… Ils s’accrochent avec l’équipe adverse, c’est plus vraiment de l’encouragement. J’ai connu Saint-Etienne, même si j’étais plus jeune, y avait pas de rivalité entre supporters et pas forcément de séparation. C’est arrivé à cause du hooliganisme, bon ben voilà. Je trouve que c’était plus sain.

Même à Grenoble, il y a eu des problèmes avec les supporters. Quand on va à Paris, tu as des cordons de CRS, tu ne peux pas te mélanger avec les supporters de base parce que c’est risqué. J’ai un copain qui a vu un mec qui a pris feu, qui s’est embrasé avec un fumigène! Dans le kop de Saint-Etienne. Alors, voilà… et puis des fois on ne voit même plus le match tellement… La fois où je suis allé au Parc-des-Princes avec un ami qui était abonné à la tribune Auteuil, donc dans un virage, et ben je suis monté tout en haut  parce que sinon on ne voyait rien. Je viens pour voir le match, pas que les supporters de PSG! C’est bien dans un sens parce que ça encourage, mais bon…

Et bon, les Stéphanois quand ils sont venus à Grenoble, la dernière fois, ils se sont battus entre eux. Il y en a un qui s’est fait tiré dessus à Mistral… Il y a des clubs de supporters de Saint-Etienne à Grenoble. Une fois un copain supporter stéphanois qui vient aussi voir les matchs à Grenoble, il s’est fait repéré par les supporters grenoblois, comme quoi c’était un supporter des Verts, il s’est fait passer à tabac. Heureusement qu’il y avait des stadiers qui étaient là. Ca devient n’importe quoi.

Des fois, même regarder le match avec mes amis, j’aime pas. Entendre des critiques qui sont pas fondées, du chauvinisme. Non. J’ai envie de regarder un match tranquillement. Le fait d’avoir travaillé dans le journalisme, sûrement. J’ai une approche du match moins passionnée. Et, bon, les débats de supporters… C’est plutôt un peu lourd quoi. Là-bas au CNRS à Paris, il y avait des Parisiens qui étaient supporters, mais quand ça allait à parler sur le foot… on n’était pas toujours d’accord et il y en a qui sont tellement excessifs. Ils vont se fâcher pour un match de foot! On va se fâcher pour des gens qui gagnent des millions, voilà!

Connaissez-vous la ville de Saint-Etienne en dehors du stade?
Pas trop. Ca fait longtemps que je n’y suis plus allé. J’ai un cousin qui habite Saint-Etienne. La dernière fois que je suis allé voir un match c’était… quand ils étaient en Ligue 2, donc… il y a trois ans je pense. J’ai des amis grenoblois expatriés! Mais je ne connais pas trop la ville et je la trouve pas trop intéressante. Sur le plan déjà, ben j’ai des échos comme quoi, il y a beaucoup de gens qui sont… par rapport au chômage… voilà, c’est un peu… ça tombe en désuétude la ville. Il y a beaucoup de population immigrée. J’ai une nièce de 19 ans qui fait ses études à Saint-Etienne. Elle me raconte que le soir elle est pas très tranquille. C’est un peu lugubre, c’est un peu… C’est plus ou moins la banlieue de Lyon. Enfin, c’est les échos que j’ai parce que moi… j’y suis allé pour les Verts, il n’y a rien de spécial qui m’a marqué.

Dessine-moi le stade?
Je ne sais pas dessiner! Comment représenter? Une sensation de vertige. Quand même la dernière que j’y suis allé, c’est le vertige. J’étais dans le stade et c’est assez raide! J’ai eu l’impression que si on bougeait trop… Vraiment cette sensation de vide. Alors, je ne sais pas comment le dessiner. Je ne sais pas. Tu es déjà monté en haut de la tribune? J’étais sur la droite et j’étais vraiment dans cette sensation…

Pente des gradins de la tribune Charles-Faurand, Stade Geoffroy-Guichard, 2006.

Depuis que cela a été rénové1, j’y suis allé deux fois je crois. J’étais dans la tribune de Paret et aussi dans la tribune d’honneur pour un match de gala mais financièrement, là, c’était une invitation. L’ambiance c’est pas comme avec le public grenoblois qui se manifeste quand… pour gueuler parce qu’ils sont pas contents. Là, c’est quand même des passionnés.

A Grenoble, ça dépend où j’ai des places. Quand il fait froid je suis souvent debout et puis bon, même si je ne suis pas un virulent, j’ai l’impression plus attentif debout, et puis comme Grenoble c’est pas toujours passionnant… Si je suis assis, j’ai l’impression que je m’endors, alors voilà, je reste debout. Je peux dire que j’ai découvert le foot à Grenoble, tout petit, et aussi grâce aux Verts juste avant la grande finale. Tout petit j’allais à tous les matchs de Grenoble et j’ai rarement dû en louper. J’ai aussi rarement payé ma place aussi! Quand j’étais petit je fraudais et maintenant je connais du monde, j’ai souvent des invitations.

Le public grenoblois, il est plus froid, plus spectateur. Il y a un petit kop, mais bon, en fait il s’appelle « kop sud » et il est dans le virage nord, ça m’a toujours fait rire! Je ne sais pas pourquoi il s’appelle comme ça. Ca montre le niveau. Oui donc assez froid, je pense que c’est un public de connaisseurs. Je pense sincèrement que s’il y avait eu l’équipe en Ligue 12 il y aurait eu beaucoup plus de monde, et peut-être plus d’ambiance. Parce qu’il y a beaucoup de Grenoblois qui vont voir des matchs soit à Saint-Etienne, soit à Lyon, soit même à Turin. Moi aussi je suis un peu supporter de Turin. J’ai trois équipes avec Grenoble, Saint-Etienne et Turin. J’ai des cousins, tous les quinze jours, il y a le club des supporters, ils vont à Turin voir un match. Moi non. Pour un match de foot, je ne suis pas assez…

A suivre…

* Sébastien est un pseudo.
Entretien réalisé le 21 mars 2006, à Grenoble, par C. Aventin.

  1. A la suite des travaux de rénovation pour la Coupe du Monde 1998 []
  2. Le GF 38 évoluera en Ligue 1 deux saisons: 2008-09 et 2009-10 []