Archives par mot-clé : Ultras

Observation d’un match de football à Sfax

Septième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’un étudiant franco-syrien du master grenoblois, Maen.

 

Résultat :
CSS (Club Sportif Sfaxien) 1 – 0   Club Olympique Medenine
Date : 16 Novembre 2017 à 19h
Duré de l’observation : trois heures
Météo : 11 degré, plutôt doux
Enquêteur : Maen J.

 

Sur la route du stade
Ce match opposait à domicile le CSS (deuxième club au classement national tunisien) au Club Olympique de Medenine, actuellement classé dans le bas du tableau. La rencontre a eu lieu le jeudi 17 novembre dernier.

Nous avons dû nous rendre au stade Taïeb-Mehiri en taxi, la circulation étant très difficile en cette « heure de pointe », laquelle coïncidait avec la sortie des écoles, des bureaux et des usines. En interrogeant le chauffeur de taxi, il apparaît que l’accès au stade est toujours difficile en dépit du PDU/NAMA (Nationally Appropriate Mitigation Action[1]) mis en œuvre par la ville. La gestion de la circulation n’est pas encore, et de loin, optimisée et les transports collectifs sont, sur cet axe, relativement inefficaces. Il convient de noter qu’il n’existe pas de parking à proximité et que la grande majorité des spectateurs se rendent au stade en taxi (dont le coût est relativement faible).

Avant le match
Lors de notre arrivée au stade, deux collègues sont partis en repérage afin de mieux découvrir ce stade polyvalent d’une capacité actuelle de 22 000 places. Celui-ci, l’un des plus vieux stades du pays, a été construit en 1938 au cours de la période du protectorat français ; une année marquée par des révoltes fortement réprimées par l’armée française qui intervinrent dans un contexte marquée par la chute en France du Front Populaire et l’abandon de la politique de conciliation avec les mouvements indépendantistes d’Afrique du Nord. Le stade a été réhabilité en 2004 pour accueillir la Coupe d’Afrique de Football. Pour ma part, je suis resté posté à l’entrée numéro 1 du stade non seulement pour attendre le reste du groupe mais également pour observer les flux et les relations entre le public et les forces de l’ordre très présentes (en civil comme en uniformes)

A cette occasion, un policier m’a interpellé en me demandant en arabe ce que je faisais devant la porte « avec une fille ». Au-delà de l’explication concernant notre workshop, il est intéressant de noter que la présence au stade d’une femme est inhabituelle en dépit d’une forte aspiration des femmes tunisiennes à pouvoir accéder librement à l’ensemble des pratiques sportives (cf. compte-rendu de notre atelier de coopération internationale en urbanisme). Cette présence féminine a entraîné de la part du policier des consignes particulières à ses collègues afin d’accorder une attention particulière à notre sécurité.

Lieu de sociabilité très important à quelques mètres en face du stade, le salon de thé traditionnel qui semble être un point de passage obligé pour tous les supporters qui là encore semblaient très intrigués par notre présence, et notamment par la mixité de notre groupe. Le stade reste encore à Sfax un lieu très « masculin » (il n’existe aucune toilette pour les femmes) et endogène à la ville (la présence d’étrangers était également source d’étonnement parmi les consommateurs). Il convient de noter que le stade de Sfax n’échappe par à l’économie courante de ce type d’équipement qui repose sur des abonnements annuels pour les supporters avec peu de places vendues à titre ponctuel.

Nous étions accompagnés par un doctorant en géographie de l’Université de Sfax (Wassim) et par une personne en situation de handicap visuel afin de recueillir son témoignage sur le plan de l’accessibilité, laquelle se révélera très difficile avec une absence totale d’indication à destination des personnes à mobilité réduite.

Le lieu semble marqué fortement par les discriminations sociales : la porte 1 est réservée aux personnes aisées, les portes 2 et 3 aux classes populaires soutenant le CSS. Avant le début du match, un vendeur de graines de tournesol traverse les tribunes – elle est la seule personne à pouvoir le faire : il y a quelque chose d’amusant à penser que la distinction entre les classes sociales s’efface dans la mastication collective des graines.

Première période
Comme en Europe, après l’entrée des joueurs sur le terrain, l’ambiance dans les gradins est plutôt bon enfant, les ultras de Sfax entonnant les chants de leur club tandis que les supporters de l’équipe adverse semblent réservés et prudents afin d’éviter toute confrontation.

Dans le cadre d’un match plutôt équilibré entre les deux équipes, se terminant à la mi-temps sur un score nul (et donc peu satisfaisant pour les supporters des deux équipes), les supporteurs sfaxiens auront fait entendre la diversité de leur registre d’insultes contre tout le monde : les arbitres, les joueurs de leur club et, comme de bien entendu, ceux de l’équipe adverse – le CO.

Mi-temps
Nous avons pris la décision de nous séparer en deux groupes : l’un restant sur place tandis que le second se déplacerait vers la tribune des ultras afin de pouvoir capter l’ensemble des réactions des supporteurs au cours de la seconde période.

Deuxième période
Je me suis assis à coté de la personne malvoyante pour lui décrire le match. Cette seconde période a bien débuté pour les joueurs du CSS qui ont réussi à marquer un premier but contre l’adversaire. Les réactions des supporters tunisiens sont de ce point de vue très proches de celles des Européens (chansons, drapeaux) à ceci près que l’utilisation des fumigènes semble bien moins réglementée : vers la fin du match, leur utilisation avait été si intense que l’on ne pouvait plus voir la moitié du terrain.

Fin du match
Heureusement pour nous, l’équipe de CSS a remporté le match. Des cris immenses de joie ont résonné dès le coup de sifflet de l’arbitre. Les supporters sfaxiens sont très fiers de leur équipe et heureux d’avoir pu la soutenir pendant 90 minutes. Tout le monde s’est dirigé vers les sorties ; nous nous sommes tous retrouvés devant l’entrée principale côté intérieur pour prendre les photos de ce qui restera pour nous un beau souvenir, celui d’avoir fait l’expérience collective d’une « énergie » si communicative qu’elle peut se transmettre à tous, y compris à ceux et celles qui sont pourtant très éloignés de tout « chauvinisme sfaxien ».

S’il est vrai que, pris dans la cohue, nous n’avons pu étudier les modes de transports utilisés par les supporters à la sortie du match, il nous est apparu que cette dernière nous semblait plus fluide que son arrivée : il nous fut très facile de trouver un taxi pour rentrer à l’hôtel.

 

[1] Plan d’actions destinées à réduire les émissions de gaz à effets de serre en lien avec la Conférence de Bali de décembre 2007, les accords de Copenhague de décembre 2009.

Texte de Maen J. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

Yallah CSS : Ardeurs tunisiennes au match de football

Sixième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’une étudiante mauricienne du master grenoblois, Gabrielle.

 

Première fois que j’assiste à un match de foot. Plutôt habituée aux matchs de rugby au stade Chaban à Bordeaux, c’est le seul élément comparatif en ma possession en terme de spectacle sportif. Pour comprendre l’état du sport et de sa pratique à Sfax, voir un match du Club Sportif Sfaxien (CSS), le club rayonnant de la ville, est indispensable. Pour avoir visité les locaux du CSS, seul club professionnel de la ville, on ne peut que constater l’engouement qu’il y a autour de cette équipe et de ses joueurs. Cela se voit dans la rue, dans les cafés et dans les taxis, au travers des tags et l’affichage des couleurs, rayures blanches et noires.

Hall d’entrée majestueux du siège du CSS

Le jour de match, nous avons pris de l’avance pour observer les alentours du stade Taieb M’hiri. Trouver un taxi fut assez difficile vers cette fin de journée et il fallait se placer stratégiquement le long des remparts de la médina pour en avoir un vide. Le parcours, qui en temps normal dure une quinzaine de minutes, nous a semblé très long à cette heure d’affluence. Ce qui nous a frappés en premier lieu, c’était la forte présence policière auprès des portes. On a rejoint les autres près de la « porte 1 » et de là nous nous sommes séparés afin de couvrir le périmètre entier autour du stade.

RDV donc à la « porte 2 », l’entrée des officiels, des VIP. Plusieurs berlines ont le privilège et l’aval des policiers pour rentrer dans le stade. Les lumières attirent des flopées de chauve-souris qui circulent au-dessus de nos têtes telles des drones. Au final, il n’y avait pas de mouvement autour de cette porte, nous sommes donc allés désaltérer notre soif dans un café en face.

Les commerces aux alentours du stade avant le match

Breuvage local en attendant Wassim le détenteur des billets et le reste de l’équipe qui venait au match avec un membre de l’association des aveugles. Il n’y avait pas vraiment d’engouement autour de l’entrée du stade où on était. Le café était plutôt calme, les clients tous masculins et étonnés de voir des femmes s’y installer. Petit thé à la menthe et café ou clopes pour d’autres. Par contre, si on a une petite faim, pas moyen de se procurer un petit sandwich ou un paquet de chips. Tout les commerces à proximité sont sur le point de fermer.

Finalement on voit se profiler au loin les silhouettes de nos camarades. On se rejoint et on discute en attendant les autres qui ont eu vraiment du mal à trouver un taxi. On peut enfin entrer. Un policier, détenteur d’un document d’invitation officielle, fait l’appel des personnes qui y figurent. Nous suivons le chemin piéton pour entrer, guidé par un officiel qui nous dirige vers une tribune assise du stade.

On observe que tous les spectateurs locaux ont un petit cornet remplis de graines qu’ils grignotent en attendant le début du match. On se procure des cornets de graines de tournesol, l’unité à 1 dinar par un marchand ambulant. Pas le temps de faire le tour de la tribune par l’escalier, le marchand acrobate arrive à enjamber avec dextérité les barrières séparatives avec son panier rempli de graines. Original et très diététique comme aliment, les mains sont occupées à extirper la précieuse graine de son enveloppe. Faut juste pas la laisser filer dans le tas de pelures.

Cornet de graines de tournesol, les kloub

J’ai été impressionné par les dispositifs mis en place par les supporters pour encourager le CSS. Tissus accrochés sur la charpente du stade. Carrément un rideau qui tombe avec le symbole du groupe ultra auquel il appartient. Lancement du match, CSS contre CO Medenine. Le nombre de supporters adverses ne fait pas le poids face aux supporters sfaxiens. Je suis plus captivée par les chants et l’animation dans les tribunes des supporters que par le match qui se joue. Les chants ne se tarissent jamais. Les connaisseurs entre nous  explique un peu les différents groupes de supporters « ultras » qui sont représentés sur place.

A la mi-temps nous sommes descendus de la tribune pour observer les buvettes, etc… une envie pressente m’a mis à la recherche de WC pour femmes. Impossible d’en trouver. Je me suis donc aventurée dans ceux des hommes. A leur grande surprise. Pour avoir eu l’affirmation de la directrice financière du CSS que au-moins 1/3 des spectateurs des matches étaient des femmes, le fait qu’il n’y ait pas des toilettes appropriées pour notre genre démontre peut-être une inégalité dans les usages du stade lors des événements de spectacle sportif.

On nous propose de changer de tribune pour aller s’imprégner de l’ambiance au milieu des supporters ultras. Une partie du groupe est restée sur place, et on s’est mis en route pour le changement de tribune, guidé par un officiel. C’est impressionnant de se retrouver au milieu de milliers de jeunes gens qui chantent à tue-tête sans se tarir. Pendant le temps de parcours entre les deux tribunes, nous avons raté le seul but marqué du match par le CSS. Des tambours qui résonnent et des danses synchronisées retentissaient dans les tribunes ultras pour célébrer le dit but. Il ne faut pas contrarier les supporters sinon, pluie de bouteilles d’eau sur le terrain. Je comprends mieux pourquoi en France on interdit les bouchons des bouteilles plastiques.

Ayant toujours un petit creux, je me suis intéressée à un autre marchand ambulant qui lui, proposait sa marchandise sur caddie. Sandwichs et boissons proposés sont à disposition à l’entrée de la tribune et tour à tour, son collègue et lui se ravitaillent et font leur tournée aux extrémités des tribunes.

Sandwicherie ambulante dans la tribune ultra

L’arbitre siffle la fin du match. J’observe du mouvement près de la sortie, le marchand ambulant se dépêche de descendre la marchandise pour ne pas rater la clientèle affamée. Une flopée de supporters se dirige vers la sortie. Nous attendons qu’il y ait moins de foule pour rejoindre nos camarades. Les ultras sont d’une telle agilité pour grimper entre la fosse et la grille séparatrice pour délier les banderoles.

Stand relais à la sortie du match pour épuiser le stock de sandwichs

Nous nous dirigeons vers la sortie. Les locaux ne voient pas souvent des étrangers assister aux matchs, on nous demande de nous prendre en photo avec eux. A la sortie, pas d’attroupement, pas de verre pour célébrer la victoire.

 

A suivre…

Texte et illustration de Gabrielle C. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

De la 2D ennuyeuse à la 3D captivante. Paroles d’une profane

Cinquième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’une étudiante française de master, Florence.

 

J’adore le hockey. C’est le seul sport qui m’intéresse au niveau professionnel. Mes seules expériences du sport en tant que spectacle n’avaient jusqu’alors pris place que dans des patinoires. J’étais totalement profane des matchs de football et ne m’était jamais rendu dans un stade d’une telle ampleur. Voici donc le récit de mon premier match de foot au Stade Taieb Mhiri, à Sfax (Tunisie) et, simultanément, le récit de mon premier match de foot… tout court.

Lorsque les thématiques sur lesquels nous, étudiants en Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble, allions travailler durant l’atelier 2017 à Sfax furent annoncées, j’étais assez enthousiaste. Parmi les thématiques proposées, je me suis orientée vers la géographie du sport. Ce n’était pas tant par goût prononcé pour la pratique sportive. Le pourquoi de ce choix réside plutôt dans ce que recouvrait le sujet, au sens élargi. Il s’agissait de faire l’état des pratiques sportives, du sentiment sportif à Sfax et d’étudier l’accessibilité des équipements sportifs sfaxiens.

Je n’aime pas le sport en tant que tel, en revanche j’aime ce qu’il est capable de susciter chez les gens. L’étude des logiques qui se cachent derrière son organisation et sa promotion me semble passionnante. Il y a mille et une révélations sur la société étudiée qui peuvent se laisser découvrir par l’étude du sport. Je ne saurais pas être assidue sur la référence que je vais tenter de citer mais, je me souviens d’un cours de sociologie des religions dispensé pendant mes études en sociologie. Notre enseignant – probablement citait-il un auteur célèbre dont j’ai tout oublié – avait fait une analogie entre le sport et la religion très intéressante. Au détour de son propos, Il expliqua que ce qui se passait dans un stade pouvait être comparable à une grande messe. Ça parait peut-être ambitieux comme çà, hasardement mystique, mais j’y ai cru et, je continue de croire que la communion des supporteurs et l’engouement d’un groupe pour un sport créer quelque chose de l’ordre religieux.

Aussi, spontanément, l’idée d’étudier le sport en tant que spectacle (à distinguer de l’étude du sport en tant que pratique) m’a très fortement attiré. Il fallait donc aller voir un match. Voir un match pour étoffer nos propos sur le sentiment sportif sfaxien. Durant notre travail de terrain et nos dix jours de présence à Sfax, la problématique de notre recherche varia de nombreuses fois. Au fur et à mesure de nos rencontres et des informations recueillies il fut plusieurs fois question de remanier/repréciser ce sur quoi porterait notre étude.

A une problématique correspond une méthodologie. Une méthodologie est une méthode par laquelle les informations sont récoltées et viennent répondre à la problématique. Dans le cas présent, il semble impératif que la problématique fixée vienne justifier une participation à un match de football au stade Taieb Mhiri. C’est incontournable. En effet, nous étions tous tellement enthousiaste à l’idée de voir un match qu’il n’était pas envisageable de renier le match au profit de quelques pérégrinations méthodologiques. Le 16 novembre 2018, nous nous sommes rendus au match qui opposait le Club Sportif Sfaxien (CSS) au CO Medenine.

Il avait été convenu qu’Alicia, ma camarade, et moi passerions récupérer Sami à son domicile avant de retrouver le reste du groupe devant le stade. Sami est un Sfaxien malvoyant, président de l’association des malvoyants de Sfax, que nous avions rencontré quelques jours plus tôt. Nous l’avions invité à se joindre à nous ; ce qui était une première pour lui également. Il habite la médina. Pas de problème, nous nous rendons jusqu’à chez lui à pied près de 2h30 avant le début du match. Histoire de prendre large. Sami nous accueille très gentiment chez lui. Nous prenons le temps de la discussion (une petite demi-heure, rien d’inquiétant) puis nous décampons.

Sortis de la médina nous nous dirigeons tous les trois vers une voie principale, avec l’espoir d’alpager un taxi. Nous avons vite compris que la tâche allait s’annoncer beaucoup plus ardue que prévu. En effet, nous sommes en pleine heure de pointe, les taxis sont tous pris d’assaut. Il va falloir être patient. Nous changeons de rue, une fois, deux fois. Nous développons des stratégies. On se met aux angles, aux feux, devant une station-service… mais toutes nos tentatives se soldent par de cuisants échecs. Le stress commence à monter : et si on n’y arrivait pas ?

Lorsque par miracle on arrive à arrêter un taxi vide on lui explique que c’est au stade que nous souhaitons nous rendre. Mauvaise destination : aucun taxi n’a envie de s’engager dans un si long trajet et de s’empêtrer dans le trafic. On regrette de n’avoir su anticiper cette situation. On est mal à l’aise de mettre Sami dans une situation aussi inconfortable. Lui aussi commence à s’impatienter. Le stress s’intensifie.

A la recherche d’un taxi

C’est à ce moment que, nous retrouvons, par hasard, Tahar, un camarade que nous devions retrouver au stade. Le moment est aussi rassurant (nous ne sommes pas les seuls à galérer) qu’inquiétant (quelqu’un a-t-il donc réussi à atteindre le stade ?).

Nous sommes désormais quatre à, désespérément, tenter d’attraper un taxi. Et c’est une lutte de tous les instants. On s’agite, on s’affole, on croit y arriver… et puis non. Après près d’1h30 de combat on parvient ENFIN à tous monter dans un taxi. Il accepte notre destination sous la contrainte. On s’est jeté dans le véhicule sans laisser le choix au chauffeur. A situation urgente, méthode d’urgence. Désolée. Le trajet jusqu’au stade est sympathique. On explique au chauffeur qu’on supporte le CSS. Il est de tout cœur avec nous.

Nous arrivons au stade avec un peu de retard par rapport à l’heure convenue avec nos collègues. Soulagée d’avoir pu atteindre le lieu mais inconscients du parcours qui nous attends encore. En effet, notre chauffeur ne nous a pas déposé à la bonne entrée, il va falloir faire le tour du stade pour rejoindre nos collègues. Et ce n’est pas une tâche simple au regard de tous les barrages de police qui encerclent le stade. Le site est sur-sécurisé. Comme un soir de nouvel an sous Vigipirate. Il nous faut passer deux ou trois barrages policiers où à chaque fois les policiers, armés, nous moralisent parce, qu’en effet, nous ne sommes pas passés par le chemin qu’il fallait pour rejoindre notre entrée.

Arrivés les derniers, nous venons enfin compléter le groupe. Parce que nos prénoms sont sur une liste d’invitation dont un policier se saisit, nous entrons dans l’enceinte du stade au compte-goutte à l’appel de notre prénom. Nous sommes ensuite escortés jusqu’à notre tribune. Alicia et moi escortons Sami au milieu du reste du groupe.

Il n’est pas nécessaire d’être précis sur les places, nous sommes assez libres de choisir.   Les gradins ne sont pas larges. Je guide Sami de manière assez hésitante. Parce je ne suis pas habilitée à accompagner une personne en situation de handicap j’ai peur de mal faire, d’être trop entreprenante. De l’autre côté, on s’est confronté à mille et un risque depuis qu’on a quitté la médina: la foule, la nuit, la chaussé abimée et maintenant les gradins étroits. On a tous su les affronter.

Nous sommes dans les gradins d’une des tranches « horizontales » du stade. Je suis certaine que l’endroit porte un nom plus technique mais, pour être honnête, je ne saurais pas le nommer autrement. J’imagine que la vision que nous avons du terrain est celle qui est recherchée mais, pour être encore honnête, je la trouve un peu sans saveur.

Le groupe installé dans les gradins

Je m’explique : la vue qu’on a est la même que celle qui est choisie pour les retransmissions télévisées. Les joueurs s’agitent de profil, on voit le ballon naviguer de droite à gauche. J’ai du mal à me défaire de cette image télévisuelle (jusqu’alors la seule que je connais) et je ne peux m’empêcher de la transposer ici. J’ai l’impression de voir en 2d. Seul le son est plus fort mais il apparait aussi comme un fond sonore. En effet, la tribune dans laquelle nous nous trouvons est plutôt calme dans l’ensemble. C’est un peu comme si on était au cinéma : on a une superbe et large vue sur « le spectacle »… et puis il y a les popcorns. Enfin non pas exactement les popcorns… Ce ne sont pas des cornets de maïs sucrés que tiennent les spectateurs mais des cornets de petites graines de tournesols. C’est ce que les gens ont l’habitude de grignoter pendant les matchs.

Qu’à cela ne tienne, on veut faire à Rome comme les Romains alors on en achète aussi un au vendeur qui sillonne les gradins. Faute d’avoir pu s’accoutrer au couleur du CSS, le cornet à la main, on est un peu plus accessoirisé pour le match. D’ailleurs, je suis un peu étonnée de ne pas voir énormément de personnes vêtues aux couleurs de l’équipe. Quelques rares (très rares !) personnes ont des sweats CSS, mais çà s’arrête là. Pas de vague blanche et noir, les gens sont venus comme ils sont.

Le match a commencé. Je ne m’en suis pas rendu compte. Soit le coup d’envoi s’est fait discret, soit je ne suis pas assez attentive… Les deux hypothèses se tiennent. Elles explicitent chacune à leur manière mon sentiment.

Au fait, je n’ai réussi à vivre le match en 3d qu’à partir du moment où j’ai élargi la focale. C’est-à-dire en regardant les gradins et le public qui font l’ambiance du stade. Alors certes, dévisager les tribunes c’est perdre du regard ce qui se passe sur le terrain, ça entraine une perte d’attention sur le jeu (au sens technique) mais ça permet de prendre la dimension du spectacle. Parce que, pour dire vrai, lorsqu’on n’y connait pas grand-chose au football le cœur du spectacle ce n’est pas le jeu mais l’environnement dans lequel on est. Il faut englober le stade du regard pour apprécier et vivre l’événement. Et je pense que c’est ce que mes camarades novices et moi avons le plus fait durant l’intégralité du match : on a scruté les gradins, très peu le terrain.

Dans le virage gauche, se trouvaient les supporters « Ultras » ; ceux qui, avec leurs chants scandés haut et fort, faisaient vibrer le stade. Ils donnaient au match toute sa substance d’événement populaire. A droite, les courageux supporteurs de l’équipe adverse. Ils n’étaient pas nombreux – une petite trentaine – mais ils avaient aussi l’air de supporter vivement leur équipe. Evidement leurs voix étaient laaaargement écrasées. C’était comme des fourmis marginalisées, au loin.

Supporters adverses, seuls.

En face, les spectateurs/ supporters lambda. Ceux qu’on avait essayé d’imiter en prenant un cornet de graines de tournesol mais qui grignotaient leurs graines avec mille fois plus de dextérité que nous. Très vite le sol se pare de centaine de coquilles, le jeu continue, les coquilles s’accumulent.

Au bord du terrain, il y a deux spectateurs handicapés moteurs. Ce n’est pas un détail mais la confirmation des dires recueillis la veille auprès du directeur des équipements sportifs de la direction des services techniques de la municipalité de Sfax. Un gentil monsieur qui nous avait accueilli pour une interview dans son bureau et qui, au détour des questions que nous lui avions posé sur le stade, nous avait expliqué que les handicapés avaient une place d’honneur durant les matchs. Ils sont au plus près des joueurs. C’était en effet vrai, pour les personnes handicapés moteur. Moteur seulement.

Parenthèse tant qu’on est dans les vérifications : l’affirmation de l’attaché de presse du CSS, donnée 2 jours plus tôt, selon laquelle «près d’un quart des supporters sont des femmes ; vous verrez au match» s’est révélé fausse, grassement fausse. Il doit y avoir 5 ou 6 femmes, nous comprises, dans le stade. Incontestablement, aller au stade est un loisir d’hommes.

Supporters handicapés moteur au bord du terrain

Je suis assise à côté de Sami. Je ne connais pas exactement la nature et le degré de son handicap mais on comprend qu’il n’est pas en capacité de suivre le match. Sa vision doit être assez minimale. Alors autant, je sais tenir la conversation sur divers sujets, autant, sur le football… j’ai loin d’avoir mille choses à dire. J’ai pu expliquer les règles à Alicia mais pour des commentaires techniques sur le jeu qui se déroule présentement devant nous, il faudra repasser. Alicia et moi avons peur que Sami s’ennuie et regrette un peu d’avoir accepté de nous accompagner. Le CSS a l’air de largement dominer le match, c’est le seul élément qu’on peut donner à Sami. Pour une analyse plus fine, nous faisons appel à Maen. Il est assis à l’autre bout du gradin, on lui demande s’il veut bien venir expliquer ce qui se passe à Sami. Maen commentera le match pour Sami le reste de la première période. Période durant laquelle il n’y aura aucun but.

Un but, un but… quand on est novice du football c’est ce qu’on attend avec le plus d’impatience, parce que c’est l’élément le plus tangible de la partie. Celui qu’on comprend aisément et qui explique les explosions de joie.

Pour l’heure le public de nos gradins est modérément agité. Il suit attentivement le match et s’émeut de chaque action en faveur ou en défaveur du CSS. Ce que j’appelle la concentration, ce sont des gens assis, le menton appuyé sur leur poing serré. Ce que j’appelle l’émotion, ce sont des gens levant les bras au ciel ou se tenant la tête de stress à chaque occasion de jeu. Vivement le but qui viendra apaiser tout le monde.

C’est la mi-temps. Pendant toute la première période, on grouillait d’aller là où l’ambiance est : dans la tribune Ultra. En effet, l’étude du mouvement avait fait partie de nos problématiques de recherche et rien de tel que l’empirisme pour solidifier ses hypothèses. Wassim, le doctorant sfaxien qui avait pu nous obtenir des places se renseigne auprès du personnel du stade. Après discussion il revient vers nous et nous explique que nous pouvons changer de tribune. Trop cool !

Sami ne tient pas particulièrement à changer de tribune. Il préfère ici car « c’est plus calme, plus rassurant ». Il est vrai que, vu de loin et, comparativement à la tribune où nous nous trouvons, la tribune Ultra semble déchaînée. Mais parce qu’il ne souhaite pas nous empêcher de bouger, il est prêt à faire l’effort, par gentillesse. Nous refusons de le forcer et de le mettre mal à l’aise. Une moitié de l’équipe, pas excessivement motivée à l’idée de changer, décident donc de rester là.

Nous nous faisons escorter durant la mi-temps jusqu’en « terre Ultra ». C’est pendant le temps du changement que le match reprend. A peine, le match reparti, le Club Sportif Sfaxien inaugure le score : un but, enfin ! … nous l’avons manqué. En effet, pour changer de tribune, il a fallu quitter les gradins. Le timing n’a pas joué en notre faveur. Nous avons manqué ce qui se révélera comme le seul but du match (désolée pour le spoiler).

Arrivée dans le virage où les différents groupes de supporters Ultras logent, l’ambiance est tout à fait différente. Elle est beaucoup plus animée. Les supporteurs agitent de grands drapeaux aux couleurs du club et entonnent des chants que tous connaissent par cœur.

En terre Ultra

Avant d’aller voir un match du CSS, j’étais conditionnée… presque de manière inquiétante. Depuis le début de notre voyage d’étude à Sfax je voyais du noir et du blanc partout- les deux couleurs du CSS. C’est-à-dire que mon œil et mon cerveau repéraient instinctivement les marquages urbains (tags plus ou moins complexes) et les produits dérivés (en vente un peu partout) témoins de l’entrain des Sfaxiens pour leur club. De fait, j’imaginais que le public du stade serait paré de blanc et de noir de manière indécente : il n’en était rien. Y compris en tribune Ultra. Et pourtant, nul besoin d’un accoutrement commun pour que l’ensemble des supporters semble uni. La ferveur pour le club est nettement palpable. Les chants s’enchaînent les uns après les autres avec le même entrain, puissant.

Il me semble entendre des paroles en italien par ci par là. Peut-être ai-je été sujette à des hallucinations auditives. Avant le match, pour les besoins de notre étude, nous avions survolé quelques éléments du référentiel des supporters Ultra du CSS. L’étude avait révélé que les supporters du CSS s’inspiraient librement des supporters de la Juventus. Je n’ai pas halluciné, j’ai bien entendu crier « Juve ! ».

Je crois qu’il y a un terme technique pour définir les moments de liesse et de craquage des groupes de supporters. Nous avons eu le privilège d’assister à un de ces moments. Sous les chants, encore plus intenses, les fumigènes se sont mis à fuser un par un jusqu’à recouvrir la tribune d’un épais brouillard. Vu de l’extérieur, je veux bien croire que la scène pouvait paraître apocalyptique. Pourtant, de l’intérieur, le moment paraissait incroyablement organisé. Propre. Je n’ai jamais utilisé le terme « vacarme organisé » à si bon propos. C’était spectaculaire, dans tous les sens du terme. La scène a duré quelques intenses minutes, puis les chants et les « remues » de drapeaux ont repris avec leur intensité de routine.

D’un point de vue sportif, je ne me souviens nullement ce qui s’est passé durant la seconde période de jeu ; trop occupée à regarder le remue-ménage des supporters. Cela dit, la vision « de derrière les cages » est certes, plus immersive, mais moins pratique pour suivre toute l’étendue du jeu avec précision. J’ai une excuse.

A la fin du match, après le coup de sifflet final, il n’y a pas eu de nouvelles scènes de liesse liée à la victoire. Le dernier chant, durant lequel les supporters agitaient mélodieusement la lampe torche de leur téléphone portable, était plutôt un chant apaisé. C’était une espèce d’adieu à l’équipe et au personnel du stade. Nous avons quitté les gradins dans le calme.

Avant de quitter le stade, ce fût pour nous le moment des dernières photos souvenirs. Nous avons retrouvé nos compères – restés dans la première tribune – pour une dernière photo de groupe. Chacun recueillait les impressions de chacun. On papotait entre nous si bien que notre attention s’est défaite du reste du public. Le temps de la séance photo, raisonnablement longue, le stade était totalement vide. Les supporters avaient évacué les lieux sans bruit, sans vague.

Les rues alentour étaient également déserte ! J’imaginais que les Sfaxiens zoneraient quelques temps autour du stade pour se féliciter de la victoire, mais non, ils s’étaient tous envolés, comme par magie. Le contraste entre le moment et l’ambiance 15 minutes auparavant était saisissant.

Nous avons tous agrippé un taxi (nettement plus facilement qu’à l’aller !) et nous nous sommes retrouvé en centre-ville, dans un des dénombrables bars de Sfax – le temps du débriefing.

Le lendemain matin, une de mes camarades et moi avons eu la chance de faire une visite guidée du stade, vide. La visite nous avait été proposé par un membre de la municipalité quelques jours auparavant. En ce lendemain de match, nous arrivèrent au moment du grand nettoyage. Les jardiniers remettaient la pelouse en état. Les balayeurs nettoyaient les espaces publics. Nul besoin de dire qu’il était difficile d’imaginer, sous le bruit sourd de la souffleuse qui aspirait les coquilles de graines de tournesol amassées dans les gradins, ce dont le lieu avait été le théâtre la veille.

Calme d’un lendemain de match

 

A suivre…

Texte et illustration de Florence P. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

Une soirée au stade Taieb M’hiri

Quatrième volet polyglotte d’un match au Taieb M’hiri avec le récit d’un étudiant français de master, Mathieu.

 

Comme chaque année depuis six ans, la promotion de master 2 Urbanisme et Coopération Internationale dont je fais partie, se rend à Sfax dans le cadre d’un atelier pédagogique pour répondre à des demandes provenant de la Ville de Grenoble mais également de la société civile de Sfax. Cette année, concernant le thème de l’accessibilité, un nouveau sous-thème a été identifié : celui de la géographie et des enjeux du sport dans la ville et c’est de ce groupe que je fais partie.

C’est dans cette optique que nous nous sommes intéressés à la possibilité de se rendre au stade principale de la ville : le stade Taieb M’hiri pour comprendre l’importance du CSS (Club Sportif Sfaxien) dans la vie des habitants. Grâce à Ali Benasr, professeur à l’université de géographie de Sfax, nous avons pu nous procurer des billets (car il est impossible d’acheter des billets pour le match, chaque supporter a son abonnement) afin de nous rendre à un match du CSS qui affrontait une autre équipe de la ligue tunisienne, le CO Medenine.

L’avant match
Le match était prévu à 19h, cependant, il nous semblait important de se rendre un peu plus tôt au stade afin de pouvoir analyser différents facteurs dont notre professeur Jean-Michel Roux nous avait fait part. De ce fait, à 17h, nous avons décidé avec mon groupe de nous séparer pour aller au stade.

Les routes étaient submergées de voitures (chose habituelle à Sfax mais qui le jour de match s’était décuplée) et les embouteillages commençaient à s’étendre sur les voies initialement prévues pour trois voitures mais qui sous les conditions en accueillaient quatre. Nous sommes finalement arrivés au stade dont les routes à proximité et l’encerclant étaient fermées et surveillées par de nombreux policiers qui scrutaient les alentours et s’efforçaient de ne rien laisser passer au hasard.

Nous avons décidé de nous séparer en deux groupes afin d’analyser, les différents points d’entrées, les mouvements de foules et l’entrée des supporters ultras. Nous nous sommes vite rendu compte que les ultras arrivaient petits groupes par petits groupes puisqu’une loi mise en place interdit tout rassemblement supérieur à 4 ou 5 personnes au sein de la ville. Une fois arrivé à l’entrée des ultras, nous avons ressenti une atmosphère un peu pesante due aux forces policières et aux regards des supporters ultras à notre égard.

Nous avons décidé de prendre quelques photos et soudain deux des policiers surveillant l’entrée du stade nous ont interpellé et ont commencé à s’approcher de nous. Nous nous sommes demandé ce qui se passait et de ce fait nous avons décidé d’attendre ceux-ci. Un des deux policiers a engagé la conversation en nous demandant d’où nous venions, qu’est-ce que nous faisions là et qu’il était interdit de prendre des photos du Stade.

Nous étions surpris et ne comprenions pas pourquoi cela était impossible. Soudain le policier a attrapé le téléphone d’un de mes collègues, s’est rendu sur ses photos et a commencé à supprimer toutes les photos relatives au stade avant de lui rendre et de nous ré informer de ce que nous n’avions pas le droit de faire. Une fois, cette interpellation terminée, nous avons décidé de rejoindre le reste du groupe situé de l’autre côté du stade.

Ceux-ci analysaient une autre porte d’entrée en attendant nos professeurs, Wassim (un étudiant de l’institut de géographie de Sfax) qui possédait également nos billets pour le match, et deux de nos collègues parties chercher une personne mal voyante afin de comprendre l’accessibilité de ce stade pour des personnes en condition d’handicap. Une fois tout le monde réunis, aux alentours de 18h30, nous avons décidé de rentrer dans l’édifice.

Des policiers étaient placés devant chacune des portes et laissaient rentrer l’un après l’autre les personnes ayant en leur possession leurs abonnements et en ce qui nous concerne les billets pour voir le match. Nous avons donc passé la porte sans difficultés puis une des personnes du personnel nous a amené jusqu’ à nos place en nous proposant de nous déplacer à différents endroits du stade lorsque nous le souhaitions.

Lors de notre déplacement au sein du stade jusqu’aux places que nous avions choisies, différents points m’ont interpellé. Le premier est qu’il y a un manque très clair d’aménagement pour les personnes en conditions d’handicap. En effet, rien n’a été mis en place pour faciliter leurs accès et favoriser leurs venus au stade. Le second est qu’il n’y a pas de toilette pour les femmes et que celles-ci sont en nombre limité dans les gradins. Une fois à nos places, j’ai tourné ma tête de gauche à droite pour contempler ce stade, estimer approximativement que le stade était rempli à la moitié ou au 3/5 de sa capacité globale et constater que des militaires armés étaient présents tout autour de la fosse pour contrer tout éventuel invasion du terrain.

 

Première période
Les joueurs soudains ont fait leurs entrées sur la pelouse et l’ensemble des supporters se sont mis à chanter et à crier, les banderoles se sont levées et le stade s’est mis à prendre vie. Un marchand se déplaçait tout le long du stade pour proposer des sachets de graines de tournesol [kloub] à manger durant le match. Nous avons décidé d’en prendre quelques paquets. Cependant un problème est vite apparu, aucune poubelle n’avait été installée au sein du stade et de ce fait, l’ensemble des gens jetait au sol les coquilles de graines de tournesols déjà mangé . Les tribunes se sont donc rapidement recouvertes de déchets ce qui perturbait bien que peu le spectacle. La première mi-temps s’est déroulé sans aucune accroche, les deux équipes étaient au coude à coude jusqu’à ce que le coup de sifflet résonne et donc annonce la fin de la première période sur un score de 0-0.

Mi-temps
Durant la mi-temps, le groupe que nous étions a décidé de se scinder en deux parties. La première dont je fais partie qui a décidé de rester aux places actuelles pour voir le match. Et la seconde qui s’est déplacée au sein des tribunes ultras afin de mieux comprendre et de s’imprégner de l’ambiance.

Seconde période
La seconde mi-temps a repris sous le chant des supporters et dès les premières minutes de jeu, le CSS a ouvert le score et tout le stade est entré en ébullition. Durant cette période, les fumigènes sont venus altérer la visibilité du match qui continuait son cours, les cris et les chants résonnaient dans le stade accompagnés d’insultes lorsque l’arbitre prenait des décisions qui semblaient perturber les supporters.

L’arbitre a sifflé la fin du match et tout le stade a exprimé sa joie avant de se diriger vers la sortie. Nous avons fait de même et avons décidé d’attendre le reste du groupe qui était parti dans les tribunes ultras devant le stade avant de prendre une photo final tous ensembles pour immortaliser ce moment.

Cette expérience fut très enrichissante et c’est pourquoi, je tiens à remercier Wassim, Ali Benasr ainsi que mes enseignants pour leur disponibilité, leur enthousiasme et qui à travers leur commande m’ont permis de travailler sur un sujet qui m’intéressait. Etant français, je suis habitué à voir des matchs uniquement en France et ce fut la première fois que voyais un match à l’étranger. Cette expérience et l’entretien avec un supporter ultra réalisé quelques jours à la suite du match m’ont permis de mieux comprendre certaines logiques et engouements, autre qu’uniquement soutenir une équipe, que les supporters ont à aller au match dans un contexte politique difficile et fragile depuis 2011 et où le stade était devenu un lieu de rassemblement et de lutte contre le régime autoritaire qui les cloisonnaient.

A suivre…

Texte et illustration de Mathieu B.-C. ; édition et mise en page Jean-Michel Roux.

Sfax: un stade, un match, deux spectacles

Depuis six ans, le Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale, organise un atelier dans la ville de Sfax en Tunisie. Cet exercice pédagogique permet à une trentaine d’étudiants grenoblois de répondre à une commande réelle de la Ville de Grenoble et de la société sfaxienne (ville, université, associations, collectifs d’habitants). L’un des thèmes de l’année était la géographie des sports à Sfax.

Dans ce cadre-là, une douzaine d’étudiants, d’enseignants et d’habitants de la ville se sont rendus ensemble au stade Taïeb M’hiri pour assister à une rencontre de championnat de première division: CSS (Club Sportif Sfaxien) vs le CO Medenine. Chacun s’est plié à l’exercice du «récit de match». Le corpus réuni permettra aux étudiants de comprendre la place particulière que prennent le stade M’hiri et le CSS dans la deuxième ville du pays. Voici le récit du match de Quentin, un étudiant du Master 2 UCI, déjà fin connaisseur de la culture ultra en France.

 

L’avant-match. Découvrir l’antre des Sfaxiens
Dans le cadre d’un atelier international d’urbanisme à Sfax, nous devions comprendre la ville à travers le sport. C’est-à-dire définir les enjeux et comprendre en quoi le sport est un marqueur urbain de Sfax. Le Club Sportif Sfaxien est le club historique de la ville avec, au total, près de 23 trophées remportés. Il est considéré comme le 4e club de Tunisie. Pour comprendre son importance auprès des habitants, quoi de mieux que de se rendre au stade et découvrir Sfax à travers un match de foot.

Premier élément important, il est impossible d’acheter une place. Toutes les personnes se rendant au match possèdent un abonnement. Mais, grâce à Wassim, un doctorant de l’université de géographie de Sfax, nous avons pu nous procurer des places pour le match.

Le match s’est déroulé à 19h le jeudi 16 novembre. Notre départ s’est fait en taxi, nous étions trois étudiants et le point de rdv était fixé à 18h.  A 17h30 la route était déjà difficile, le chauffeur nous explique que l’horaire de match est au moment des grands embouteillages de fin de journée à Sfax. Une fois arrivée devant le stade, une des routes longeant le stade est barrée par une forte présence policière équipée de fusils. Il y a très peu de supporters se rendant au stade, seul un groupe d’une dizaine de supporters préparent un tifo et la bache du groupe. Ils sont entourés de policiers.

Avant de nous rendre « Porte 1 », Mathieu et moi souhaitons faire le tour afin de s’imprégner de l’ambiance d’avant-match. Nous espérions découvrir comment les Sfaxiens se préparaient avant d’assister à un match, découvrir les habitudes et rituels, d’avant match. Malheureusement, l’atmosphère était calme et pesante. En voulant prendre des photos des abords du stade, des policiers sont venus nous voir, ont regardé les photos de mon téléphone puis m’ont forcé à les supprimer. Ils nous ont questionnés sur notre présence dans un anglais très approximatif puis nous ont ordonnés de ne plus en prendre.

Le reste de la ballade autour du stade va me mettre mal à l’aise, que ce soit des forces policières ou des supporters qui nous dévisageaient. Il n’y a aucun stand de nourritures ni de produits dérivés. Les rues sont vides, seuls les portes et les barrages routiers servent de point de rendez-vous entre supporters.

En attendant l’arrivée des professeurs et des autres étudiants, nous nous rendons au seul café ouvert à proximité du stade. C’est un simple salon de thé avec une tv, il n’y a aucune décoration à l’effigie du club (fanion, peinture, photo, maillot) et personne ne semble montrer de l’importance pour le match.

Une fois les professeurs arrivés, trois étudiants accompagnés d’un mal voyant (étude sur la perception d’un match chez les personnes en situation de handicap) manquent à l’appel. Ils se sont trompés d’entrée et sont au niveau des portes n°3 et n°4. Nous partons à leur recherche, mais on nous empêche de rentrer au niveau du barrage policier. Un échange particulier se passe entre nous et les policiers :

– Policier : Vous faites quoi ?
– Mr Jean-Michel Roux : On cherche un ami.
– Policiers : Et bien cherchez ! (rires des policiers) .

De plus, un autre policier nous interpelle et s’interroge quant à notre présence. On lui explique que nous sommes des Français invités pour voir un match du CSS. Malgré nos explications, le policier se renseignera à son service avec la radio de sa voiture. Notre présence n’est pas la bienvenue de la part des forces de l’ordre. Après cette péripétie, nous parvenons à les récupérer, on se retrouve porte n°1, on entre dans le stade, que le spectacle commence !

Acte 1 : La première mi-temps, le foot des spectateurs
L’entrée dans le stade est pour moi le moment le plus important. Je suis toujours impressionné de contempler l’intérieur du stade même si je l’ai déjà vu sur des photos ou des vidéos. Le stade est de forme circo-rectangulaire, il est composé d’un toit en tôle sur les 3/4 du stade, il y a des grilles et une fosse tout autour du terrain, la séparation est signifiante entre les joueurs et les supporters.

La première mi-temps se déroule dans une atmosphère « familiale », dans cette tribune on regarde le terrain comme la scène, ses footballeurs comme des acteurs, et le match comme une pièce. On s’est placé en tribune central, juste à droite de la tribune honneur. Il y a des différenciations dans la tribune entre haute société et classe moyenne. Le placement sur les sièges se fait de façon aléatoire.

Avant le début du spectacle tous le monde est assis et reste calme. Même l’entrée des joueurs ne suscite guère d’engouement. Il faut se taire et rester assis pour ne pas déranger. Dans les gradins, le public est calme, les personnes sont assises et discutent entre elles. Pour accompagner les acteurs, des groupes ultras créent une oeuvre visuelle appelée tifo à la gloire des groupes et du CSS. Le tifo, est de style classique, c’est-à-dire avec des drapeaux, des banderoles et des fumigènes.

Le tifo pour l’entrée des joueurs. Photo. Emma B.

Dans notre tribune, les kloubs jouent le rôle du pop corn dans un cinéma, ces mi-graine mi-pistache recouvrent le sol de coquilles. Le « parcage » (tribune supporter extérieur), est plutôt calme, il y a peu de banderoles et pas de drapeaux agités.

Une tribune assise et calme. Photo Quentin C.-C.

 

Entracte : Le passage au second spectacle
Une première mi-temps qui fut calme tant au niveau du match que dans l’ambiance de notre tribune. Notre professeur propose de rejoindre le côté des ultras, pour voir le match sous un autre angle, une autre ambiance. Pendant que l’on se fait escorter jusqu’au block n°3, on entend de l’extérieur le public qui hurlent à l’unisson. Je réalise que pour que le public s’extasie autant, c’est que un but vient d’être marqué. On a raté l’unique but du match. De mon point de vue, c’est une sensation horrible. Comme lorsque que l’on se fait « spoiler » un épisode d’une série, on sait déjà ce qui s’est passé sans avoir pu le vivre par nous même.

Après avoir patienté quelques minutes, un agent de sécurité parvient à nous amener block n°3 dans la tribune des ultras

 

Acte 2 : la seconde mi-temps, le foot des passionnés
Le block n°3 est celui des Black & White Fighters, le plus ancien des groupes, la genèse du mouvement ultra à Sfax, le groupe dont sont originaires la plupart des membres des autres groupes. Il y a au total 7 groupes : Black & White Fighters 2003 (BWF’03), les Ultras Sfaxiens 2007 (US’07 ), Ultras Leoni 2007 (UL’07 ), Raged Boys 2007 (RB’07), Drughi Bianconeri 2013 (DB’13 ). C’est un mouvement qui prend comme exemple l’Italie, plus précisément le club de la Juventus de Turin (couleurs: noir et blanc).

La deuxième mi-temps se passe dans une atmosphère spectaculaire. Le terrain n’est plus le centre d’attention mais ce sont les supporters qui nous captivent . On est pris pendant 45 min dans une spirale de chants, de fumigènes et d’effervescence. Je serais incapable de me rappeler une action du match tellement j’étais pris par d’autres acteurs qui me proposaient un spectacle plus captivant. Les chants sont en arabe et en italien. Peut-être que, comme à l’Opéra, il est préférable de garder les chants dans leur langue originelle.

 

« Craquage » de fumigènes pour les 10 ans des Ultras Sfaxiens. Photo Quentin C.-C.

 

Postface: découvrir Sfax par son spectacle et ses acteurs
C’est la première fois que je me retrouvais au milieu d’un public ultra à l’étranger. La rythmique est totalement différente, elle est rapide et dansante. On chante à la gloire du club sur fond de sonorités orientales. D’ailleurs, chaque groupe produit des albums disponibles sur youtube comme ci-dessous les Ultras Leoni 2007:

Comme quoi, il faut un bon orchestre pour accompagner ses artistes. La barrière de la langue m’a empêché de prendre part à cette performance. Tous le monde dans la tribune était acteur, excepté nous.

Deux jours après, nous avons pu nous entretenir avec un membre des Ultras Sfaxiens et un autre des Ultras Leoni. Les interroger nous a donné une autre version de l’enjeu qu’il y avait dans les tribunes. La présence policière n’était pas anodine, et les relations sont plus que tendus entre policier et ultra (ce qui pourrait expliquer l’ambiance d’avant match).

Par exemple, voici une anecdote de ce qui s’est passé en tribune ultra pendant le match. Une altercation éclata à gauche du block n°3, la police intervient rapidement. Il s’agissait d’une altercation entre chef de section – ils se répartissent dans la tribune pour mieux contrôler les débordements – du groupe des Fighters mais sont originaires de différents quartiers de Sfax. La bagarre fut vite interrompue par les forces de l’ordre or habituellement les policiers aiment et les laissent se battre entre eux. L’hypothèse serait que notre présence aurait influencé la sécurité à mettre fin à cette altercation pour nous donner une bonne image.

Il est aussi interdit aux ultras d’afficher des couleurs du club et de leur groupe, c’est pourquoi il n’y a aucun stand de ventes autour du stade.

Ce fut une expérience riche et instructive pour un amateur de foot et de la mouvance ultra. Les entretiens réalisés et ce match ont confirmé que le sport pouvait apporter beaucoup à la ville de Sfax. Les autorités ont tendance à déshumaniser le mouvement ultra en le définissant de violent et immoral. Mais, c’est à travers ses groupes que l’on discerne une jeunesse sfaxienne dynamique et engagée. Le stade représente le seul endroit où ils peuvent s’exprimer et se défouler sans crainte de représailles. Pourtant, la Tunisie a connu des évènements tragiques de violences entre supporters et policiers. Le dialogue entre eux est plus que difficile.

Le mouvement ultra est craint car il est un moyen aux jeunes de contester, se regrouper et de s’unir. Ils sont organisés et ont par exemple contribué aux contestations entraînant la révolution et la chute de Ben Ali. Je n’étais pas venu personnellement pour voir un match du CSS mais pour découvrir une face cachée de la Tunisie. Découvrir ces individus qui font vivre leur passion par des chants et des danses malgré le risque encouru face à l’autorité et la répression.

Une personne qui ne regarde pas le foot vous demandera toujours pourquoi c’est si important d’aller voir un match de foot ? Pour moi, l’essentiel n’est pas le match mais l’opportunité de se défouler, de crier, chanter sans jugement ni appréhension. On se regroupe sans se connaître et on laisse vibrer sa passion et son amour pour le club et sa ville.

Un grand merci à Wassim pour les places et sa sympathie. Je remercie aussi Mr Jean-Michel Roux et Mr Ali Bennasr, les professeurs commanditaires de cet atelier autour du sport, qui a pu me donner l’opportunité d’étudier un domaine qui me passionne.

A suivre…

Texte et illustrations de Quentin C.-C.; édition, mise en page et photo   de titre de Jean-Michel Roux.

Soupe de poissons, pain d’orge et mobylette zarka

Depuis six ans, le Master 2 Urbanisme et Coopération Internationale, organise un atelier dans la ville de Sfax en Tunisie. Cet exercice pédagogique permet à une trentaine d’étudiants grenoblois de répondre à une commande réelle de la Ville de Grenoble et de la société sfaxienne (ville, université, associations, collectifs d’habitants). L’un des thèmes de l’année était la géographie des sports à Sfax.

Dans ce cadre-là, une douzaine d’étudiants, d’enseignants et d’habitants de la ville se sont rendus ensemble au stade Taïeb M’hiri pour assister à une rencontre de championnat de première division: CSS (Club Sportif Sfaxien) vs CO Medenine. Chacun s’est plié à l’exercice du « récit de vie ». Le corpus réuni permettra aux étudiants de comprendre la place particulière que prennent le stade M’hiri et le CSS dans la deuxième ville du pays. Voici mon récit du match.

 

Cinq ans d’attente
Voilà cinq ans que je viens chaque année à Sfax pour l’atelier de coopération internationale en urbanisme; cinq ans à passer devant le stade Taïeb M’hiri. J’y ai bien fais un « passage à vide » en 2013, dans le stade en chantier; une visite en catimini, au culot avant de me faire éconduire gentiment. La période de l’atelier correspondait soit  à la trêve internationale, soit à un match du CSS en déplacement. Cet année, on a inscrit la thématique de la géographie du sport dans la ville au programme de l’atelier d’urbanisme. Raison de plus pour y aller.

Le stade Taïeb M’hiri en travaux, 2013

On regarde dès septembre le calendrier des matchs avec les étudiants. Le CSS joue à domicile le 12 novembre contre le promu, le CO Medenine, une petite ville du Sud. Comble de malchance, le match à domicile tombe le jour de l’arrivée. Malédiction! Par un heureux hasard, inexpliqué à ce jour, le match est finalement repoussé au 15 novembre, en plein séjour. Problème: le club ne vend pas de place au grand public. Pour un match de second ordre? On essaie de contacter le club par son site internet. Peine perdue.

Sur place, les collègues de l’Université de Sfax nous expliquent que les stades ont été réduits en capacité et l’accès réservé aux seuls abonnés depuis cette année. Il n’y a pas de place à acheter. Heureusement, les Sfaxiens sont pleins de ressources. Notre collègue a un collègue qui est un ancien entraîneur de l’équipe espoir du CSS et un neveu d’une légende vivante de l’équipe fanion. Il connaît le président. Il faut donner tous les noms des personnes venant au match le matin même afin de faire le laisser-passer collectif pour la police. Pas question de payer, on sera invité.

Le téléphone arabe fonctionne. On est bientôt une douzaine à vouloir se rendre au stade: des étudiants du groupe « géographie du sport à Sfax », deux enseignants, un étudiant sfaxien accompagnateur du groupe, un habitant sfaxien mal-voyant acceptant de nous faire partager son expérience d’accessibilité… et deux étudiants des autres groupes thématiques de l’atelier mais désireux de nous aider, au cas où… Solidarité étudiante oblige!

Se rendre au stade
Nous, les enseignants, avons des rendez-vous dans une cité populaire de banlieue puis en plein centre-ville, avenue Bourguiba. On décide de se retrouver directement à la porte d’entrée au grand dam de Wassim, l’étudiant sfaxien qui s’est démené pour obtenir les précieux sésames. Il se sent responsable de tout le groupe et n’a jamais vu de match.

La réunion expédiée, on file à Bab Diwan, porte de la médina, côté «ville européenne» où se trouvent les taxis de la ville. On comprend bien vite qu’on n’aura pas facilement un taxi. Les banlieusards chassent les taxis à la place (taxi bel blaça) ou les taxis compteurs plus efficacement que nous.

Un Sfaxien nous met rapidement au parfum : on mettra plus de temps à trouver un taxi et attendre dans les bouchons qu’y aller à pied. La ville est entièrement embouteillée. Autant suivre les projecteurs comme les rois mages suivirent l’étoile du berger… et les immenses panneaux routiers bilingues, français-arabe. Le passage aux feux, stops et rond-point est affaire d’audace et détermination. Un pochoir sur un mur (de lycée ?) indique que les Ultras Sfaxiens viennent d’avoir dix ans.

Embouteillage sur la route menant au stade dont on devine les projecteurs dans le lointain.

Marche cadencée car on est attendu, et par les étudiants franco-tunisiens et par la Police. Marche rendue difficile par la nuit qui vient de tomber, le manque d’éclairage public et les phares des voitures venant en sens inverse. Marche dangereuse car les trottoirs servent surtout à Sfax d’extension aux cafés, aux commerces, aux ateliers de mécanique auto ou de ferronnerie qui travaillent dehors. # Sayeb-trottoirs !

Slalom entre les voitures, les scooters à moitié dépecés de leurs pare-chocs et les innombrables mobylettes zarka, ces mythiques mobylettes Peugeot bleues qui ont fait la gloire de la ville.  Les Tunisiens se moquent des Sfaxiens en disant qu’ils ne sont bons qu’à manger de la soupe de poissons avec du pain sec à l’orge et rouler en mobylette zarka.

Les abords du stade
Les projecteurs nous guident jusqu’au stade : km 0.5, rond-point Menzel Chaker pour reprendre le système d’adressage et de mesure des distances typique de Sfax. Notre point de rendez-vous est «porte de Soukra», un quartier situé à proximité de la cité El Abib.

La présence policière est importante. On se retrouve comme prévu, presque pas en retard à l’entrée latérale : « porte 1, chaise 2 », en français dans le texte. Tous les mots du stade sont d’ailleurs écrits exclusivement en français : porte, loge, chaise, pelouse, tribune d’honneur, centrale. Le stade est polyglotte: le français et l’arabe comme langues officielles, l’arabe pour les conversations et les chants, l’anglais pour les banderoles, l’italien pour le vocabulaire ultra.

Mur d’enceinte du stade Taïeb M’hiri.

Les gens arrivent à pied ou en taxis. Un bar brille de l’autre côté de l’avenue. Les voitures font des marche-arrière tranquillement en plein traffic. Ne manque que trois personnes : deux étudiants et un malvoyant. Ils n’ont pas pris la bonne entrée et ont du mal à se repérer pour nous rejoindre. On essaie d’aller à leur rencontre mais les barrages filtrants de la police nous arrêtent. Nos explications ne convainquent guère les policiers. Ils ont du mal à croire cette histoire d’invitation du club. Les forces de l’ordre nous demande plusieurs fois si on ne serait pas journalistes par hasard et si un des étudiants français ne serait pas Sfaxien. Il est grand, châtain, la peau et les yeux clairs. Son camarade a dû supprimer les photos qu’il venait de prendre des ultras rentrant au stade.

Le canal Bourguiba et les lumières du stade.

Les lumières blafardes du stade dans le lointain contrastent avec la semi-pénombre des abords. Le stade Taïeb M’hiri est un stade circo-rectangulaire avec une belle enceinte en pierre. Il est couvert au trois-quart, un presque luxe dans cette région semi-désertique. Un canal avec son eau croupie, un terre-plein à peine arboré et un mur d’enceinte sépare le stade de la ville. Est-ce le canal de ceinture, hzem Bourguiba, qui écarte les eaux pluviales des oueds loin de la ville-centre ? Semble-t-il. La séquence du franchissement du canal par un petit pont avec ses grilles et l’entrée par la porte en fer et le mur d’enceinte en pierre appareillée, donne un côté « château-fort » au lieu. Un lointain écho à l’ancienne enceinte du Besiktas d’Istanbul.

Stade Taïeb M’hiri, porte de Soukra.

L’entrée des supporters se fait au compte-goutte, sur présentation de la carte d’abonnement. Pas de fouille excessive non plus. Nous, on attend d’être tous là pour présenter la lettre officielle du club. Il n’y en pas besoin. Un policier a la même et fait l’appel. On passe l’un après l’autre.

Dans le stade avant le match
Une belle allée mène à la « tribune d’honneur », bordée par un terrain de sport annexe. Sur la gauche, un chien-policier s’ennuie jusqu’à l’arrivée bruyante d’une équipe de jeunes garçons qui courent, sans doute les futurs ramasseurs de balle qui sortent des vestiaires pour aller prendre place sur le terrain.

On se présente avec le sésame à des policiers qui nous amènent finalement à l’homme de la situation; belle stature, costume trois pièces avec le gilet jaune fluo sous la veste. Il nous attendait visiblement. Il nous ouvre un portail intérieur et nous emmène jusqu’à notre tribune, « chaise 1 », où le placement est libre. La tribune n’est pas copieusement garnie et on peut facilement prendre place dans la partie supérieure et centrale pour bénéficier d’une excellente vue sur le terrain. Les sièges baquets sont confortables. On nous gâte décidément.

Vendeur de kloubs avec son « couffin » en tribune centrale.

Un vendeur ambulant, en survêt, se déplace avec son panier traditionnel, le couffin (couffa en arabe). Il vend des graines de tournesol tunisien, kloub, rondes et noires, pas les blanches de Turquie qui sont en train de mettre à mal la production locale. Les kloubs sont vendues dans des cornets en feuilles A4 recyclées… à partir de pages de manuel scolaire de 5e année, littérature arabe. Qui a dit que sport et culture ne pouvait pas faire bon ménage ? Un dinar le cornet (environ 35 centimes d’euro). Pas de boisson. Le sol est rapidement jonché de graines de tournesol. Bruit de cage de hamsters dans la tribune.

Un autre homme distribue les programmes du match, avec l’interview exclusive du nouvel entraîneur du club, un ancien joueur tunisien du CSS qui a déjà bien « bourlingué » comme entraîneur. La possibilité de gagner 100 dinars après le match avec le n° du magazine invite à ne pas jeter celui-ci au sol.

Si le public est au quart féminin comme on nous l’a affirmé, ce n’est pas le ças de cette tribune. Il s’agit presque exclusivement d’ hommes adultes (20 à 60 ans) même si quelques couples sont visibles ici ou là. Aucun spectateur ne portent de signe distinctif du club ou d’un groupe ultra. On vient au match « en civil ».

Des stadiers privés surveillent la tribune d’honneur. De l’autre côté des grillages, sur le bord du terrain se trouvent quelques officiels, un banc de secouristes en livrée rouge et trois handicapés dans leurs voiturettes tricycles. De notre côté, des policiers discutent en bas de la tribune, les casques et matraques accrochés aux barrières. L’ambiance est paisible.

Tifo d’avant-match
On regarde à notre aise le virage des ultras du CSS. De gauche à droite, on peut distinguer cinq groupes à la vue des bâches étalées sur le haut des grilles séparant le terrain de la fosse. Le premier est dans le bloc 3, au début du virage, à côté de spectateurs assis. Il est clairement séparé des autres groupes par l’accès aux tribunes. C’est le groupe des Drughi bianconeri. Pourquoi un groupe appelé drughi bianconeri? Sans doute un clin d’oeil appuyé au groupe ultra homonyme de la Juventus de Turin, lui-même inspiré par le film Orange Mécanique avec l’italianisation du terme droogs. Pas étonnant que les autres ultras ne cherchent guère un tel voisinage…

Dans le bloc 4, derrière les buts se trouve le groupe qui semble être le plus ancien – créé en 2003 – et le plus étoffé : les Fighters avec leur bâche « black and white fighters ». Eux-aussi ont dû s’inspirer d’un groupe de la Juve. Les Fighters font preuve d’un goût certain pour l’héraldique. Leur blason se compose d’un écu crénelé rappelant les murailles du bled arabi, écartelé de sable et argent, portant le nom du groupe et sa date de création. Il comporte des « ornements extérieurs » : un gladiateur casqué avec une torche enflammée, entouré de lambrequins de flammes vertes et rouges aux couleurs de l’Italie. Le gladiateur est-il un clin d’œil à l’antique cité romaine d’El Jem avec ses arènes ? La ville de Sfax est située à une heure de route de cet amphithéâtre qui vaut le détour. Taparura et Thanae (Thyna), les établissements romains de l’agglomération de Sfax n’ont pas eu d’arènes.

Blason du Club Sportif Sfaxien et du groupe ultra des Fighters sur un mur de la ville.

Suivent, dans le bloc 5, les trois autres groupes qui se tassent les uns contre les autres : les Raged Boys 07, les Leoni et les Ultras Sfaxiens 07. Plus de trace des Vikings 03 dont le tag orne encore l’entrée principale. Ils ont dû disparaître du paysage comme les traces de la brève occupation normande de la ville1.

Le tifo est composé de l’animation non coordonnée de ces différents groupes. Fumigènes et drapeaux pour les uns (noir, blanc, vert et rouge); pour les autres une voile qui descend du toit du stade faisant apparaître une sorte de gangster façon Chicago avec tifo de feuilles blanches. Il semble être là pour fêter les 10 ans du groupe des Ultras Sfaxiens. Une banderole en jaune sur fond gris rassure tous le monde : « Don’t freak out. It is just ultras things » (pas de panique, c’est juste un truc d’ultras).

Virage côté ville avec le parcage visiteur du CO Medenine.

Un quart du vide est presque vide : le virage côté ville. Il ne comprend, derrière les buts, qu’une cinquantaine de supporteurs de Medenine, éparpillés dans le bloc situé sous la table de marque (éteinte). Ils n’ont pas de bâche ultra, aucun signe distinctif, un simple drapeau, long d’une dizaine de mètres, à quatre bandes jaunes et noires, posé sur le grillage. Ils ne cherchent même pas à faire corps ou un tifo. En ont-ils le loisir ou l’envie ?

La première mi-temps du match
On en oublie un peu la présentation des équipes… L’absence de speaker officiel et de matraquage publicitaire est finalement appréciable. Le coup d’envoi est donné et la partie part sur un faux rythme.

Une faute un peu appuyée d’un Sfaxien sur un défenseur engendre un carton jaune et sort le stade de sa torpeur. Trois bouteilles en plastique d’un litre et demi volent d’une tribune latérale. L’une ricoche sur le terrain et finit sa course dans les jambes d’un défenseur de Medenine qui ne s’en offusque guère. Le match n’est pas aux grandes envolées, il n’est pas aux simagrées non plus. Quelques instants plus tard, un homme descend les marches de la tribune pour venir invectiver l’arbitre dans un langage que Wassim ne souhaite pas traduire mais qu’il qualifie de fleuri. Un policier débonnaire vient le ramener en plaisantant vers les gradins.

Les Fighters se tiennent par les épaules par groupe de 20 et sautent en chantant. Ultras Sfaxien 07 et Fighters se répondent vocalement.

Mi-temps
On anticipe la pause pipi de la mi-temps pour les filles, étant donné le sous-équipement en toilettes et l’absence d’espace genré. La buvette, magnifique avec ses faïences vertes et blanches, est faiblement achalandée : quelques sandwichs et du thé à la menthe fraîche !

Buvette du stade à la mi-temps.

Certains aimeraient bien changer de places dans le stade. Wassim file s’enquérir de la possibilité. C’est semble-t-il possible si tout le groupe bouge d’un seul homme. Manque de pot, Sami, le non-voyant ne semble pas enthousiaste. Il n’est jamais venu au stade, et s’est fait une petite place confortable en tribune assise avec des présences rassurantes alentours. L’idée d’aller se mettre debout en virage… On décide de rester… sauf si la sécurité accepte une séparation du groupe en deux. Ce qu’elle accepte gentiment. On est des hôtes pénibles.

Le groupe se scinde en deux. Partent ceux qui veulent le grand frisson des virages. On passe alors successivement trois grilles fermées par des cadenas pour pénétrer dans le bloc 4, « zone Fighters », à la périphérie du noyau ultra, juste à côté des policiers. Un grand frisson rassurant. Notre présence ne suscite aucune réaction dans le bloc; ni hostilité, ni intérêt. On nous laisse regarder tranquillement la tribune plus que le match. Les policiers alentours et le vendeur de sandwichs regardent plus le match que la tribune. Ils sont calmes. Leurs collègues policiers, en faction sur la pelouse, discutent debout derrière un banc faisant face à la tribune. Leurs boucliers anti-émeutes sont sagement alignés sur la pelouse.

La seconde mi-temps du match
La seconde mi-temps est radicalement différente. Gens debout, chants permanents en arabe. Est-ce du dialecte ? On n’en comprend pas un traitre mot. Aucune rythmique n’est reconnaissable pour un public venant d’Europe. Il y a une discographie locale. Pour le reste, chants, tambours en bas de tribune, drapeaux avec les cannes à pèche, craquage massif de fumis: il y a tous les codes de la culture ultra.

Pas de kloub dans la tribune. On est debout, plus kangourou qu’hamster. Peu de marqueur vestimentaire de l’appartenance au groupe ultra : un blouson ici, un t-shirt là. Etrange pour un virage qui affichent par ailleurs nettement ses couleurs. Quelques jeunes sont torse-nu.

Les Ultras Sfaxiens ont de la suite dans les idées. Ils déploient une deuxième banderole accompagnée de quelques fumis, dans les mêmes tons jaune et gris : « Oh what. You thought that we would stop ? ». Oh ! Mince, vous pensiez que nous arrêterions ? Comme si la culture ultra n’était qu’une passade ?

Une échauffourée éclate à la marge de la zone Fighers, près des Raged Boys. Est-ce une explication de texte entre groupes ou entre membres du même groupe ? Elle ne dégénère pas et tout le monde reprend sa place en tribune.

Fumigènes en blocs 4 et 5.

En fin de partie, un second craquage de fumis a lieu dans les blocs 4 et 5, simultanément. Il est assez massif et les chants qui accompagnent portent loin. Les téléphones portables sortent des poches pour immortaliser la scène jusqu’à son transfert sur le réseau.

Fin de match.
Au fait, le match se termine sur un score de 1 à 0 en faveur du CSS. Un but qu’on aura raté lors de notre transfert d’une tribune à l’autre. En l’absence de grand écran, il faudra attendre la diffusion sur le web.

Fin de match en tribune ultra, au-dessus de la fosse.

La police accompagne les ultras en-dehors du stade gentiment mais fermement une fois les bâches repliées. A peine le temps de sauter dans la fosse aux eaux croupies, d’enlever les bâches et  de les replier que le stade est déjà vide. Même en tribune d’honneur, les gens partent vite. N’y a-t-il pas de système de loges ou de salon pour les sponsors?

Tag marquant la « zone » dévolue aux Fighters 03 (F03), le groupe ultra du bloc 4.

Dernière photo de groupe sous l’escalier d’honneur du stade puis sortie dans la rue. Elle est déjà vide et a repris son rythme. On arrête aisément deux taxis compteurs. Un pour ramener Sami, notre invité-usager mal voyant à la porte de la médina, qui s’appelle à Sfax, le bled arabi ou madina al-rabi, la « ville arabe ». Dans la précipitation on oublie qu’on a laissé les filles seules. Un gentleman est posté à dessein à l’arrivée du taxi pour les raccompagner jusqu’au lieu de débrief : la Régence.

Café de la Régence à Sfax.

Débriefing à la Régence
Le Café de la Régence est un bar du centre de Sfax. Il n’a sans doute pas changé depuis que Georges Perec l’a décrite en 1965 dans Les Choses. Bière Celtia, Orangina et plateau de fruits de mer cuits. Ambiance enfumée, exclusivement masculine jusqu’à notre arrivée, amicale. On est presque de la famille. Fayçal le videur et le patron qui est de Toulouse nous connaissent. Ici aussi, on est des hôtes d’honneur.

A suivre…

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Soupe de poissons, pain d’orge et mobylette zarka, in Au stade des villes, 24/11/2017, http://stade.hypotheses.org/1215, ISSN format électronique 2556-6563.

Tous nos remerciements à  Ali, AbdelKarim, Wassim, Sami ainsi qu’au club du CSS, son Président et son Attaché de presse. Ce texte est dédié au « grand » Ali qui dispute actuellement son match le plus important à Paris et qui aurait sans doute adoré être notre guide ce soir-là.

 

  1. Sfax est brièvement occupée par le roi normand Roger II de Sicile en 1148. Elle est reconquise par les Almohades d’Abd al-Mumin en 1159. []

Impressões sobre o estádio Stade des Alpes

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du Stade des Alpes (Grenoble) lors d’un match décisif pour la montée du GF38 du CFA en National (de la 4e à la 3e division nationale).  Quatrième et dernière étape d’un travail commencé au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne et poursuivi au Parc Olympique Lyonnais de Décines et au Parc-des-Princes de Paris.

 

O Stade des Alpes foi inaugurado em 2008 e está situado na cidade de Grenoble, região Rhone Alpes. O equipamento fica na borda do Parc Paul-Mistral e foi construído no espaço do antigo Stade Charles-Berty destruído em 2003.

Stade des Alpes e a ambiência do Parc Paul Mistral. Fonte: própria autora

A maior parte da população da cidade não aprovou a construção do estádio alegando que, por não haver tradição de futebol, ele se tornaria um “elefante branco” e um desastre financeiro. Logo, para justificar sua importância, além da equipe Grenoble Foot 38, em 2014 o estádio foi transformado em sede do FC Grenoble Rugby e da equipe de hockey Brûleurs de Loups, nos jogos de inverno.

A população também fez objeção ao estádio pela sua localização no centro da cidade, que poderia causar muito engarrafamento em dias de jogo, poluição sonora, poluição visual, bem como poderia destruir cerca de 200 árvores antigas que ficam no parque ao lado.

Uma vez aceito pela população, o estádio deveria ser construído prezando pelo meio ambiente, transparência de sua estrutura física e ter portões que abrem em dias cotidianos e se fecham enquanto acontecem as partidas. O acesso é feito pelo tram e não há estacionamento no local.

Fui conhecer o equipamento no dia 13 de maio, às 18 horas, em uma partida do Grenoble Foot 38 conta a equipe Le Puy. Era um jogo decisivo que poderia levar a equipe anfitriã da quarta divisão do Campeonato Francês para o “National” ou terceira divisão.

No Parc Paul Mistral é possível sentir a natureza por perto, um cheiro bom que sai das árvores. Logo na descida da linha C do Tram é possível avistar o estádio e o grande número de torcedores que ficam em volta. Além do odor do mato e das árvores, há um misto de cheiro de cerveja e comida que os torcedores se deleitam. É uma atmosfera de jogo e não poderia ser diferente.

O azul e branco da equipe Grenobloise era visto em camisas e bandeiras por todos os cantos, mas principalmente em echarpes, já que o dia estava frio e a maioria das pessoas estava usando casaco em tom neutro, como preto e cinza.

Bandeira distribuída no estádio. Fonte: própria autora

A entrada do estádio é feita pelas portas que se fecham em dias de jogo e acessamos primeiramente pelos seguranças e depois subimos as escadas que dão acesso diretamente às cadeiras. A visibilidade do campo não é total, como nas arenas, logo, quem fica em determinados locais do equipamento, como nas partes inferiores, não consegue acompanhar todo o campo de visão da partida.

Acesso ao estádio. Fonte: própria autora
Os Ultras Red Kaos. Fonte: própria autora

Diferentemente das outras partidas, os Ultras não ficam nas extremidades do estádio, pois elas estavam fechadas. Dessa forma, somente as tribunas Sud e Nord foram ocupadas. A distribuição de torcedores no espaço, que tem capacidade para aproximadamente 20.000 torcedores (25 mil quando abre para a capacidade total), fica esquematizada da seguinte maneira: Tribune Sud : 4 000 places, Tribune Nord : 6 000 places, Tribune Est : 5 000 places, Tribune Ouest : 5 000 places, Tribune presse : 68 places.

Todos estavam próximos e o local estava muito cheio. Era um misto de alegria com expectativa para uma partida decisiva para a equipe anfitriã. Os Ultras, conhecidos como Red Kaos não se calavam e davam musicalidade ao ambiente, além da evidência das cores da equipe.

O estádio transparente me dava a visibilidade dos Alpes e isso fazia daquele ambiente uma pintura, um quadro. Era difícil me concentrar na partida ao mesmo em tempo que aquela paisagem estava bem ali, bela na minha frente.

O estádio e as montanhas. Fonte: Group 38

Como em todas as partidas na França é possível acompanhar o tempo e o placar por grandes telas que ficam nos cantos do estádio. Esse jogo não tinha locutor como no jogo do PSG, mas uma pessoa que falava de coisas pontuais e importantes da partida, como o início, cartões, expulsões etc.

No intervalo a música estava muito alta e isso atrapalhava muito de conversar sobre a partida, os melhores momentos e assuntos triviais. Incomodava bastante. No Brasil é praxe recente ter músicas nos intervalos, acredito que tenha sido depois da Copa do Mundo, mas nada tão alto que chegue a atrapalhar.

Havia muitas crianças no estádio e que ficavam correndo de um lado para o outro. Jogavam papel para todos os lados e não se concentram no jogo. Coisas de crianças.

Ficamos nas cadeiras da parte inferior no primeiro tempo da partida, mas depois subimos para que pudéssemos ter melhor visibilidade do jogo. Acessamos o nível mais alto pulando as próprias cadeiras me fazendo lembrar dos jogos que ia no Mineirão, antes da reforma.

Disposição das cadeiras. Fonte: própria autora

Assim como nas outras partidas, foi possível ouvir um cântico Argentino, mais especificamente da equipe do Boca Juniors e que “viralizou” mundo afora. Os papéis picados também é inspiração Argentina e o estádio estava pleno deles, “os papelitos”. Cores, papéis, cânticos, bandeiras, gritos, euforia, enfim, uma atmosfera incrível de uma partida decisiva de futebol.

Assim como acontece com a equipe do Saint-Etiénne, os torcedores da equipe de Grenoble também confecciona um jornal para falar das partidas, classificação e demais assuntos sobre o futebol.

Jornal dos torcedores. Fonte: própria autora

Ao final, a equipe Grenoble Foot 38 conseguiu colocar 10 mil torcedores no estádio e ascender para o National. Foi uma tremenda festa. Várias fumaças coloridas, papelitos voando, a equipe saudando os torcedores. Uma enorme emoção! Acessamos o gramado para comemorarmos juntos. Me senti parte do espetáculo. Nem o frio incomodava mais. Incrível!

Comemoração. Fumaça dos Ultras e a equipe saudando os torcedores. Fonte: própria autora
“Invasão” do campo pelos torcedores que comemoram o título. Fonte: própria autora

Impressões sobre o estádio Parc des Princes

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du Parc-des-Princes de Paris lors d’un match de championnat entre PSG et le SC Bastia. Troisième étape d’un travail commencé au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne et au Parc Olympique Lyonnais de Décines.

 

O Estádio Parque dos Príncipes foi reformado para a Euro 2016 e custou em torno de 75 milhões de euros. O equipamento ocupa uma área de 70 mil metros quadrados e tem capacidade para 48 mil torcedores. Foi inaugurado em 1972 e pertence à prefeitura da cidade de Paris. É palco de jogos de rugby, mas principalmente abriga partidas de uma das equipes de futebol mais fortes da França, o Paris Saint-German.

A equipe do PSG faz parte do grupo Qatar Sports Investments e, por esse investimento milionário vindo dos Emirados Árabes, a estrutura do clube também mudou e os torcedores, por consequência, passaram a ser mais selecionados pelos altos preços dos ingressos cobrados nas partidas do seu time.

Antes dessa negociação, porém, as torcidas organizadas, aqui chamadas de Ultras, ficaram impedidas de acessar o estádio desde 2010. A medida se deu devido a episódios de violência causados por elas. No entanto, o então presidente do clube Nasser Al-Khelaifi pediu a volta dos Ultras ao estádio, pois disse que o mesmo tinha “perdido a alma” e os novos torcedores não “sabiam torcer”. Em negociação com a polícia parisiense, foi permitido o retorno dos Ultras no ano de 2016.

O jogo que eu estava indo presenciar era do segundo colocado da Ligue 1 do campeonato francês, PSG, contra o último colocado, Bastia, para a antepenúltima rodada. Era uma tarde de sábado, dia 06 de maio, e eu seguia para a estação do metrô Colonel Fabien sentido estádio Parque dos Príncipes. Encontrei dois amigos brasileiros e seguimos juntos.

O metrô seguia com torcedores, a maioria uniformizado, mas nenhum deles estava cantando ou aparentemente empolgado. O Paris estava praticamente sem chances de ganhar o campeonato, pois no jogo anterior havia perdido para a equipe de Nice e se distanciado do primeiro colocado, Mônaco.

Ao chegar no estádio a emoção tomou conta, pois sempre quis conhecer o tão famoso Parc des Princes. Logo me deparei com uma arquitetura que me lembrou o Mineirão e, dessa forma, mais encantada eu fiquei.

Fachada do estádio Parc des Princes. Fonte: própria autora

Fazia muito frio e estava chovendo um pouco no entorno, talvez por isso os torcedores seguiam diretamente para dentro do estádio. O acesso é muito fácil e havia muitos informantes. As pessoas bebiam, mas não vi muitos bares por perto. Não havia tendas de comida, nem mesmo o cheiro dela por perto. Era somente o aroma de folhas molhadas das árvores que prevalecia no ar.

Fiquei na Tribuna Boulogne, uma das extremidades do estádio. Essa tribuna faz oposição à Tribuna Auteuil, mas em ambas ficam lotados os Ultras. É comum os estádios franceses terem essa divisão: as tribunas das extremidades comportam os Ultras e nas tribunas laterais ficam os demais torcedores e expectadores de comportamento mais reservado e calmo.

Como me separei dos meus amigos – eles compraram ingresso para a Tribuna Auteuil – eu preferi ficar em um local mais tranquilo para poder observar. Não tive que seguir a numeração do meu ingresso – assim como sempre faço no Brasil – então isso facilitou bastante a escolha de um local mais tranquilo. Sentia muito frio onde estava, mas em momento algum desfez meu encantamento. Eu estava realizando um sonho! O estádio é muito monumental como tudo em Paris. A dimensão dele me fez sentir pequena diante de tamanha imensidão.

Panorâmica da parte interna do estádio Parc des Princes. Fonte: Leandro Gavião

Muitas crianças circulavam no gramado, mas nas cadeiras não havia muitas delas. Presença maciça de homens e somente algumas figuras femininas e infantis. Uma espécie de narrador/animador fala o tempo todo o que me lembrou uma partida de vôlei no Brasil. Ele incentiva os torcedores a gritarem os nomes dos jogadores enquanto eles vão sendo apresentados. É como se fosse um ritual, o primeiro nome é falado pelo narrador e o segundo nome é gritado pelos torcedores. As pessoas ficam eufóricas com o momento. Apesar desse sentimento de algo mecânico da necessidade de um narrador/animador, é empolgante sentir a torcida vibrando com o momento.

Antes do início efetivo do jogo os jogadores fizeram um minuto de silêncio pelo ocorrido no estádio do Bastia em 1992, o chamado L’Enfer de Furiani. 25 anos de uma tragédia que matou alguns torcedores pela queda de uma das partes do estádio. Um silêncio triste que me remeteu ao acidente trágico da Chapecoense e os inúmeros silêncios feitos mundo afora em homenagem a equipe. Bastante recente para esquecer. Os torcedores presentes respeitaram o momento e em silencia pareciam sentir a dor novamente do que ocorreu no passado.

O jogo começou e as extremidades seguiam cantando e encorajando a equipe do PSG. Um mosaico enorme simbolizando o estádio se abriu do lado oposto (Tribuna Auteuil), bem como um ecoar de cantos se espalhava pelo estádio. Os animadores das organizadas, figuras comuns que ficam juntos aos Ultras, seguiam incansáveis e de costas para a partida. Isso é impressionante, pois parece que essa dinâmica é um processo pertencente ao continuum do jogo, faz parte do andamento da partida. É parte fundamental ser o 12º jogador. O torcedor faz pulsar o estádio como se fosse um coração batendo, dando vida. Lembrei a Geral dos estádios brasileiros

Tribuna Auteuil. Fonte: própria autora

O tempo todo se via bandeiras e echarpes e era possível ouvir cânticos de encorajamento. As extremidades não ficavam quietas, cientes da missão máxima de colocar a equipe avante. Inclusive os Ultras não pararam de cantar nem mesmo no intervalo. Várias canções “importadas”, inclusive uma do Boca Júnior e que eu consegui acompanhar cantando junto. Isso unia os Ultras e a partir do momento que equipe anfitriã fez um gol, esses cânticos aumentaram.

De costas os animadores dos Ultras. Fonte: Leandro Gavião

Mas as extremidades seguiam sozinhas na animação, pois nas laterais, Tribunas Paris e Presidentielle, os torcedores permaneciam sentados e a vibração só ocorria quando acontecia algum gol. Tinha uma sensação que todos que estavam nas laterais eram somente expectadores de um show e estavam ali só para apreciar. Talvez isso tenha acontecido pelo frio que fazia no dia ou mesmo por ser aquele lugar mais um atrativo turístico de Paris e muitos dos expectadores eram somente curiosos em ver uma partida de uma das equipes mais conhecidas da Europa.

Tribuna Presidentielle. Fonte: própria autora

Não senti nenhum clima de animosidade por parte dos Ultras, mas eles são muito vigiados o tempo todo pelos inúmeros seguranças do estádio. É um controle excessivo, mas talvez necessário, pois não sei o que ocorreu no passado. Eu sequer pude colocar os pés na cadeira da frente, pois suponho que isso não seja permitido, uma vez que ninguém fazia. Me senti intimidade, logo, não fiz nada que havia feito no estádio de Saint-Etiénne (pés nas cadeiras, ficar de pé o tempo todo etc). Não é legal mesmo colocar os pés em outra cadeira, mas estamos em um estádio, isso é apropriação, faz parte do lugar…

Seguranças no estádio. Fonte: própria autora

No intervalo a música é alta e o narrador/animador segue incentivando o “show”. Alguns torcedores selecionados puderam ir a campo chutar a bola no gol. Tudo pelo espetáculo e distração do expectador. No Brasil isso não acontece. A pessoa encarregada de falar nos estádios tem a única missão de informar.

A partida terminou PSG 5 x 0 Bastia o que já era previsto dada a superioridade da equipe anfitriã. Embora tivesse presenciado essa goleada, eu ainda pude ver o Cavani errar um pênalti. Momento impagável. Todos torcedores com sensação de frustração.

Não sei quantos torcedores do Bastia estavam presentes, mas o público total foi de 45 mil torcedores.

Finda a partida, segui o fluxo de torcedores. Misturei aos demais para me aquecer e ouvir as conversas pós-partida. Burburinhos e olhares de felicidades São sempre interessantes os relatos das falhas, dos acertos, da delícia de estar naquele lugar. Como isso me envolve.

Encontrei meus amigos para tomarmos uma cerveja em um dos poucos bares do entorno e fazermos os nossos comentários sobre a partida. Apesar do frio, foi uma tarde sensacional.

Em um breve resumo foi possível constatar que o presidente da equipe do PSG tem total razão: os Ultras realmente dão alma ao estádio.

A suivre…

Impressões sobre o estádio Parc Olympique Lyonnais

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du Parc Olympique Lyonnais de Décines, réalisé le 10 mai 2017, lors du match retour de la demi-finale de League Europa entre l’OL et l’Ajax d’Amsterdam.

 

O Parc Olympique Lyonnais é um estádio que foi construído para a Euro 2016. A obra começou em 2007 e tem a própria equipe do Lyon como gestora. Tem capacidade para 59 mil torcedores e além do futebol, o espaço acolhe também outros eventos esportivos como rugby e eventos culturais diversos.

Em termos de capacidade ele é o terceiro estádio da França e a sua construção se deu para evidenciar a cidade de Lyon como a segunda cidade do país e sua importância perante as grandes metrópoles europeias. Em meio a polêmica de sua aceitação ou não pelos moradores da região, dada a construção em um espaço de plantação agrícola, o equipamento foi erguido pelo valor total de 640 milhões de euros e tem financiamento privado pelo Olympique Lyonnais e público pela prefeitura de Lyon que financiou as melhorias de acesso e o projeto urbano do entorno.

O jogo era em uma quarta-feira, dia 10 de maio de 2017, parte da semifinal da Europa League, partida de volta entre Lyon e Ajax, essa última uma equipe holandesa. A equipe do Lyon precisava ganhar por pelo menos três gols de diferença para seguir classificada.

Seguimos eu e um amigo francês torcedor do Olympique Lyonnais rumo à cidade de Lyon. Fomos de carro por aproximadamente 01 hora de viagem. Chovia muito o tempo todo e fazia bastante frio. Saímos às 18 horas de Grenoble e a partida estava marcada para começar às 21 horas.

O frio continuava intenso no estacionamento em que descemos para que pudéssemos pegar a “navette” que faz o trajeto até o estádio. Essa pode ser considerada a melhor opção para acessar o equipamento, pois o trânsito até o local é intenso e o ônibus especial tem uma faixa exclusiva. Havia uma fila enorme de torcedores e somente quem possuía ingresso da partida tinha a possibilidade de utilizar esse ônibus.

Fila de torcedores para acessa as “navettes”. Fonte: própria autora
Os torcedores entro da “navette”. Fonte: própria autora

Como o estádio fica aproximadamente nove minutos de distância utilizando esse meio de transporte, foi possível para apreciar bastante a paisagem no trajeto. A chuva havia cessado e foi possível ver o sol se pondo e as flores que estavam no caminho estavam colorindo o local de deslocamento. Dentro do ônibus havia burburinho de torcedores que citavam a expectativa de um grande jogo, e, mesmo com a grande desvantagem da equipe do Lyon, que deveria ganhar de três gols de diferença do adversário – pois havia perdido a primeira partida por 4 x 1 na Holanda – era possível perceber um sentimento de que poderia “dar certo” para os Lyonnais. É a famosa esperança do torcedor. Sinto a mesma coisa com a minha equipe no Brasil.

Jogo decisivo e a torcida estava em massa no estádio. As pessoas bebiam bastante, mas não há bares por perto. Elas carregavam fardos de cerveja e isso deixava o ambiente com cheiro de cerveja. Não vi nem senti cheiro de comida na parte exterior do estádio, pois não há bares nem mesmo quiosques.

Torcedores chegando no estádio. Fonte: própria autora

A entrada ao estádio foi vibrante. A maioria dos torcedores cantava, pulava e vibrava bastante com a possibilidade de uma final da equipe do Lyon. A entrada das mulheres e crianças era separadas da entrada homens. A fila dos homens estava maior do que a fila das mulheres, como esperado. Ao passar pela checagem dos seguranças havia a possibilidade de colocar as cores da equipe no rosto e eu ostentei o bleu et rouge no meu rosto como uma legítima “supporteuse”. Isso foi importante para que eu me sentisse parte do espetáculo que estava por vir.

Com as cores da equipe no rosto. Fonte: própria autora

Assim como na maioria dos estádios franceses a territorialização no Parc Olympique Lyonnais é a mesma com relação aos Ultras. Eles ocupam as extremidades do estádio e tem os animadores responsáveis por inflamar os torcedores o tempo todo, inclusive no intervalo. Como de costume, eles ficam o tempo todo de costas para a partida. As tribunas são conhecidas como Virage Bleu e Virage Rouge nessas extremidades.

Não tem um locutor específico para animar/narrar os acontecimentos do jogo. Há um locutor como nos estádios brasileiros, ele é responsável por informações pontuais, como início da partida, número de torcedores, troca de jogadores etc.

No entanto, existe uma figura que é o “chefe” dos Ultras e que antes da partida tem o direito de entrar no campo e usar de um microfone para motivar os torcedores o que torna o momento bastante empolgante, pois não é como se fosse um show, mas um ponto fundamental de um combate que vai começar. Ele chama os torcedores para que eles gritem junto o nome da equipe, o nome dos jogadores e faça movimentos com as bandeiras que ficam dispostas em todas as cadeiras do estádio.

Senti uma sensação incrível ao estar ali, em meio a uma partida muito importante, sendo parte do espetáculo, podendo cantar junto e sentir o clima daquela atmosfera que tomava conta de todo o espaço. Inclusive os 5% dos torcedores do Ajax estavam empolgados e compunha a ambiência magnifica que ali estava instaurada. Um estádio extremamente vivo!

Torcedores do Ajax. Fonte: própria autora

Na entrada das equipes a campo, o Ajax foi bastante vaiado pelos torcedores. Isso acontece muito no Brasil com partidas decisivas. Com o início do jogo um mar azul e vermelho de bandeiras distribuídas no estádio tomava conta de todo o espaço. Foi a primeira vez que vi que as tribunas laterais estavam polvorosas, todos de pé e encorajando a equipe. Além das tribunas Virage Bleu e Virage Rouge das extremidades, as tribunas das laterais são conhecidas como Tribune Blanc e Tribune Or que retomam as cores históricas do clube. Era extremamente bonita a harmonia das cores da equipe anfitriã.

A vivacidade do estádio só foi interrompida pelos lugares marcados que devem ser respeitados. Até o momento eu não precisei respeitar essa regra, mas, segundo meu amigo, esse “preciosismo” aconteceu devido ao alto número de torcedores que estavam ali para acompanhar o jogo decisivo – ao todo 54 mil pessoas. Mesmo assim eu não sei se isso seria de fato importante, pois no Brasil, principalmente em partidas decisivas, os torcedores se colocam de pé, em qualquer lugar que possam ter boa visibilidade e encorajam o tempo todo a equipe.

No intervalo o cântico continuava, mesmo com a equipe do Lyonnais perdendo de 1 x 0 e tendo que fazer naquele momento 4 gols para poder ir para a final do campeonato. Os líderes dos Ultras continuavam de costas e liderando a torcida. Novamente me lembrei da Geral no Brasil, mas sem a o tom “ameaçador”, uma vez que se não cantasse eu poderia ser xingada ou até mesmo levar empurrões dos torcedores brasileiros mais afoitos.

Os líderes dos Ultras. Fonte: própria autora

Ao retorno da partida no segundo tempo o estádio todo continuava encorajando a equipe, cantando, vibrando com cada gol, se valendo do papel importante que a torcida tem em cada jogo, sabendo que poderiam fazer total diferença naquele combate. De fato eles fizeram, pois a equipe do Lyon conseguiu fazer 3 gols e ganhar a partida por 3 x 1. Apesar disso, a equipe não se classificou.

O olhar desolado dos torcedores foi de entristecer. Enquanto os torcedores do Ajax eram impedidos de sair do estádio até que a torcida do Lyon saísse, a fim de evitar confusão, os demais iam cabisbaixos corredores afora. O anfitrião amargava uma eliminação. Ficamos até que a maioria dos torcedores do Lyonnais saísse do local, ouvíamos somente a torcida do Ajax vibrando, mas o estádio tinha um “ar triste”, uma atmosfera que me remetia a um funeral.

A saída foi triste, com um sentimento de derrota que deixou um silêncio pairando no ar. Uma enorme fila se posicionou até as “navettes” e enquanto isso os torcedores seguiam comentando as falhas, os problemas ocorridos com a equipe. Muito frio e tristeza a ambiência da saída do estádio.

Fila da saída do estádio. Caminho para o acesso às “navettes”. Fonte: própria autora

Seguimos em direção novamente ao estacionamento e voltamos ouvindo um “podcast” sobre a narração da partida. Apesar de todo o sentimento ruim de uma eliminação, eu pude vivenciar um estádio vivo e uma torcida completamente apaixonada pela sua equipe. “Qui ne saute pas n’est pas Lyonnais!”

A suivre…

Impressões sobre o estádio Geoffroy-Guichard

Natália Rodrigues de Melo est une jeune « tourismologue » brésilienne qui fait sa thèse à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro au sein de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Son sujet de recherche porte sur l’analyse de l’ambiance des stades de football rénovés pour la coupe du monde 2014. Elle est accueillie au printemps 2017 à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble et au laboratoire PACTE du CNRS. Le texte ci-dessous constitue  un travail d’observation situé du stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne.

La consigne donnée est de décrire dans ses plus petits détails la journée au stade, à la façon de Pierre Sansot1: « prendre la décision de décrire, ce serait observer, se situer au plus près de ce qui se produit, être en intelligence avec ce qui s’offre : par exemple, ne pas omettre les détails que seule une longue pratique affectueuse relève, mémorise. […] La description s’attache à révéler ses mille nuances, ces détails qui semblent relever de l’anecdote et que l’on a tendance à négliger dans une micro-sociologie. Or, tous ces détails constituent la trame de la vie sociale à tel point qu’il n’y a pas grand chose à rechercher en dehors d’eux, derrière eux. […] Elle peut avoir une ambition plus grande : montrer comment à travers des comportements mineurs se dévoilent les gestes majeurs de l’Anthropos ».

 

O estádio Geoffroy-Guichard está localizado na cidade de Saint-Etienne, região de Auvergne Ródano Alpes. Tem capacidade para aproximadamente 42.000 espectadores e é conhecido como Le Chaudron ou L’Enfer Vert em referência ao time da casa, AS Saint-Etienne.

Fachada do estádio Geoffroy-Guichard. Façade principale de Geoffroy-Guichard

Para então conhecê-lo, a saga do dia 09 de abril de 2017 começou às 08h45 da manhã na linha A do VLT de Grenoble, estação Arlequin sentido Maison du Tourisme. Às 09h10 eu segui o caminho pelo VLT da linha B, Maison du Tourisme sentido Ile Verte.

Os Grenobloises, em sua maior parte, são bem simpáticos, porém são quietos, reservados. Assim, até meu destino final eu segui quieta até encontrar Jean-Michel e Louise. Um pouco mais adiante conheci Regis, Alberto e mais quatro crianças. Seguimos todos para Saint-Etienne.

Cidade de Saint-Etienne. Ville de St-Etienne, vue du Crêt-de-Roch.

O dia agradável, de sol ameno, vento fresco e casarões antigos, tornou a expectativa do jogo também agradável. Após um passeio e um almoço formidável na casa dos pais de Jean-Michel, seguimos finalmente para a partida Saint-Etienne x Nantes.

Caminhamos pelas ruas do entorno e era possível observar um “mar de gente” vestindo verde, todos sorrindo e certamente uma grande expectativa de vitória do time de Saint-Etienne. Todos caminhando em direção ao seu respectivo portão de entrada e o barulho que se ouvia era de pessoas conversando provavelmente sobre uma grande partida.

O dia azul e ensolarado, porém não muito quente, de uma tarde de primavera, contribuiu para a animação e para o grande público que estava no estádio para ver a partida do dia. As duas equipes ocupam a parte de cima da tabela, respectivamente 7ª e 8ª posições, no entanto, nenhum dos dois times tem chance de vencer o campeonato francês, ficando provavelmente com o time de Mônaco ou Paris Saint German. Dessa forma, a busca pelo estádio foi certamente motivada pela paixão ao clube, pela ambiência do estádio e o dia que estava proporcionando uma bela tarde de lazer.

Alguns torcedores estavam bebendo em alguns poucos quiosques do entorno, na espera do jogo. Era possível então sentir o cheiro dos petiscos e das bebidas, além de poder ouvir os barulhos de conversas e risos dos visitantes.

O Estádio, que foi construído em uma região de minas de carvão, foi recém reformado para a Euro 2016. Prezou-se pela ampliação do espaço, aumentando as fileiras de arquibancadas e as tribunas. Além disso, a grama foi melhorada, assim como a arquitetura em toda a sua fachada, modernizando um dos estádios mais antigos da França, inaugurado em 1931.

Entrada no portão sul do estádio. Queue pour la fouille à l’intérieur du stade.

Entramos pela tribuna sul do estádio. Enfrentamos uma pequena fila até chegarmos às catracas eletrônicas. Validamos o bilhete e passamos pela inspeção. Não queriam permitir a minha entrada com um carregador externo de bateria de celular, pois apresentava risco, caso eu quisesse jogá-lo em alguém do estádio. Ao final, consegui driblar o problema e finalmente entrei.

A entrada é ampla e ventilada. O local é bem sinalizado e indica corretamente os setores. A circulação dentro do estádio estava tranquila. Preferimos ficar na parte superior da tribuna, então subimos dois lances de escada até alcançarmos o local pretendido. Não seguimos a numeração da cadeira que estava no bilhete e ficamos onde havia espaço, assim como fazemos no Brasil, nos setores mais baratos.

A entrada é ampla e ventilada. Sous la tribune sud.

O estádio é composto por quatro tribunas, sendo duas delas com cadeiras numeradas e um restaurante (Área VIP). As outras duas tribunas, sendo uma de frente para a outra, correspondem ao espaço mais acessível do estádio, em que os ingressos são menos caros. Nelas estão as arquibancadas e o que lembra uma “geral” no Brasil. O “ultras” ou torcidas organizadas ocupam essas tribunas: de um lado os “Green Angels” e do outro os “Magic Fans”. Os valores giram em torno de 10 euros nas arquibancadas (preços mais baixos).

Ingresso da partida. Billet d’entrée, imprimé sur papier A4.

Nas tribunas leste e oeste os torcedores são mais quietos e permanecem sentados praticamente o tempo todo. Os espaços de circulação (as laterais das cadeiras) ficam todos disponíveis e as pessoas são espectadoras do jogo, assistindo calmamente a partida. No setor oeste ainda existe um restaurante, o único local do estádio que permite a venda de bebidas alcóolicas.

Nos setores norte e sul estão as torcidas organizadas ou como chamam os franceses “os Ultras”. Do lado sul o espaço é reservado para os “Green Angels” e do lado norte estão os “Magic Fans”. Ficamos no lado sul e foi possível perceber que existem mais bandeiras e um movimento circular com as flâmulas da equipe tricolor: verde, branco e preto. Os cânticos ecoam por todo o setor e os animadores não deixam que os torcedores se sentem e desanimem. Do outro lado, os “Magic Fans” são, em sua maioria, homens. Eles ficam sem as camisas e fazem um movimento de vai e vem entre eles. Cantam o tempo todo e, em alguns momentos da partida, eles cantam e fazem coreografia com o lado sul, ou seja, com os “Green Angels”. A sensação é de que uma onda atravessa o estádio e isso contagia o norte e o sul. Existe uma vibração em coro e um uníssono que impulsiona a equipe. É vibrante!

Tribuna norte. Magic Fans. Foto ilustrando a bandeira dos ultras e o nome de um torcedor morto: Olive. Kop nord lors du tifo en mémoire d’Olive, un ancien « MF ».

É interessante, pois assim como no Brasil, a maioria dos torcedores não se conhecem, mas é como se naquele instante eles fossem parte da mesma família. É um clima de solidariedade e ajuda mútua. O time depende de todos eles e todos eles sabem disso. A união nesse momento é o que mais importa.

O público da partida foi de 30 mil pessoas e a composição bastante mista: homens, mulheres, idosos e crianças. Apesar de toda uma mobilização das organizadas, o ambiente é de tranquilidade, pois Nantes não é o principal adversário do Saint-Etienne e a torcida foi praticamente única, uma vez que o time adversário teve permissão de 300 torcedores somente.

Tribuna norte (geral) e tribuna leste, cadeiras numeradas. Tribune nord (kop) et tribune est (places assises).

Há muitas bandeiras, flâmulas, hinos e coreografias para saudar e impulsionar a equipe. O espaço dos “ultras” é bastante territorializado, assim como fazem as torcidas organizadas no Brasil. O espaço de cada um é bem delimitado e, mesmo que sejam torcedores do mesmo time, eles precisam respeitar os limites e a maneira de torcer da cada um. Uma situação em particular chama bastante a atenção, a torcida dos “Green Angles” produz um jornal impresso para os torcedores no qual é narrado os pontos principais sobre a partida do dia, as próximas partidas e a classificação da primeira liga. O principal rival, Lyon, é sempre referenciado com letras minúsculas, ratificando o desprezo e rivalidade.

Jornal dos torcedores Green Angels. Fanzine des Green Angels.

Nas tribunas sul e norte não há obediência à numeração dos assentos e os torcedores ficam de pé sobre esses mesmos assentos para ter maior visibilidade do campo, já que durante a partida ninguém se senta, exceto nas tribunas mais caras. Não é possível querer seguir uma ordem nem mesmo existe uma vontade para isso. O ambiente é bastante convidativo a fazer parte, a sentir a ambiência e a torcer junto.

A partida do dia 09 acabou em empate, 1 x 1, mantendo as equipes na mesma posição da tabela. Ao sairmos do local, apesar do empate, seguimos em clima de paz. Assim como na ida, a volta é feita pelas ruas próximas ao entorno, onde os carros ficam estacionados. Ao final todos seguem indo embora para o seu destino.

Em comparação ao Brasil eu sinto que as diferenças são poucas quando se trata da partida no estádio de Saint-Etinne e com os torcedores da equipe homônima. Os estádios têm preços igualmente altos, mas no Brasil o poder aquisitivo é menor e vemos, cada vez menos, um espaço ocupado pelo “povão”. O estádio tem se tornado um espaço de segregação, mas na contramão, buscamos reivindicar mais acessibilidade do grande público e/ou ocupar outros estádios de menor tamanho e que possibilitem preços mais acessíveis.

Torcedores de pé sob os assentos das arquibancadas. Supporteurs préférant rester debout en tribune populaire.

Apesar da espetacularização que o futebol vem sofrendo, é muito difícil uma paixão ser ofuscada. Ao final, me senti empolgada com o jogo que presenciei e me restou a impressão de que o futebol é fenômeno social e acolhedor em qualquer parte do mundo, mesmo com as rivalidades. A frase de ordem que ainda ecoa dentro de mim é Allez les Verts!!!

 

Eléments de comparaison avec le Brésil
Voici maintenant, un résumé analytique du texte en portugais, fruit d’une lecture et d’un échange avec l’auteur. 


A écouter Natália Rodrigues de Melo, ce qui distingue un tel match de championnat par rapport à un équivalent au Brésil tient d’abord dans l’atmosphère sereine (clima de paz) qui se dégage des abords du stade, à l’entrée à la sortie du public et dans les tribunes.

Le contexte joue, bien entendu, un grand rôle. Il n’y a pas d’animosité particulière entre les supporteurs des deux équipes, et de plus, les autorités ont restreint le déplacement des supporteurs nantais à 300 personnes maximum. De fait, ils ne sont qu’une poignée dans leur parcage. Le match se joue un dimanche après-midi de printemps. Plus de 30 000 personnes assistent au match, beaucoup arborant les couleurs du club – vert, blanc, noir – et créent une « marée verte » (um “mar de gente” vestindo verde).

Pour l’auteur, les gens sont probablement plus attirés par la passion du club et l’ambiance du stade que par une quelconque perspective sportive, les supporteurs qu’elle rencontre avant le match ne croyant guère  à une qualification européenne, pourtant encore mathématiquement possible.  Elle souligne que les clubs n’existent guère que par cette passion qu’ont les supporteurs pour leur équipe; passion qui transforme le « spectacle » en un rituel presque sacré.

L’entrée au stade lui semble facile: une petite attente au guichet, des billets électroniques et la surprise de se voir interdire une batterie de téléphone portable (risque de jet)… mais qui sera finalement acceptée2. Le stade lui apparaît comme bien conçu avec ses entrée amples et ouvertes, une circulation aisée dans l’enceinte et une bonne signalisation. Il apparaît comme ayant – toujours – quatre tribunes qui se font face: deux (arquibancadas) avec sièges numérotés (cadeiras numeradas) et espace VIP ; deux sans numérotation des places et sans restaurant mais où les gens continuent de se mettre debout (gerals).
Le public est lui aussi affaire de surprise. L’auteur découvre les ultras, une forme de supportérisme organisé comme au Brésil avec les torcidas organizadas. L’espace des ultras est bien délimité et la chorégraphie rappellent celles des torcidas . Elle note qu’ils chantent pratiquement tout le temps; des chants repris par la tribune et qui parfois se répondent d’une tribune populaire à l’autre, créant une sensation d’ondes se répandant dans tout le stade (a sensação é de que uma onda atravessa o estádio e isso contagia o norte e o sul). Se dégage aussi une impression de solidarité entre les supporteurs sans qu’ils semblent se connaître. Les rapports sociaux lui semblent particulièrement paisibles et le stade un lieu de mixité avec non seulement des hommes mais aussi des femmes, des adolescents et des enfants.
Le prix modique des billets par rapport au pouvoir d’achat, dix euros, est en fin souligné tandis que les prix ont flambé au Brésil ces dernières années, à la grande surprise et au désespoir des Brésiliens les plus modestes, qui se trouvent exclus d’un stade et d’un spectacle auquel ils contribuaient pourtant. L’obtention de stades plus familiaux et sécurisés s’est faite, comme en Angleterre, au prix de l’éviction des plus modestes…
Au final, un beau (contre) exemple aux violences de la semaine suivante au Parc OL et au stade de Furiani.

 

Texte en portugais (Brésil) et photographies de Natália Rodrigues de Melo; introduction et éléments de comparaison (en français) de Jean-Michel Roux.

A suivre…

A lire aussi sur les ambiances des stades français et brésiliens: High Fidelity.

  1. Pierre SANSOT, Les formes sensibles de la vie sociale, Paris : PUF, collection La politique éclatée, 1986, pp. 66-67 []
  2. Le stadier fait preuve de compréhension devant l’explication que la batterie sert à un travail universitaire d’une Brésilienne []

L’ambiance des stades

Le texte ci-dessous est la reproduction d’un article publié dans le numéro 393 de la revue Urbanisme qui consacrait son dossier aux « Grands stades en quête d’urbanité » à l’occasion de la Coupe du monde de football de 2014 au Brésil.

Si l’ambiance d’un match peut déconcerter voire inquiéter, elle sait aussi motiver et passionner public autant que joueurs. Les médias ne s’y trompent pas, lorsqu’ils commencent les retransmissions par un zoom sur les tribunes en fête et par l’usage du bien nommé « micro d’ambiance ». La réputation des stades se fonde pour partie sur les représentations que nous avons de leurs ambiances : survoltée du Vélodrome, délétère du Parc des Princes, bon enfant du Roudourou1 ou de ce stade de club amateur.

L’ambiance est un enjeu : économique (vendre un événement, rentabiliser un équipement, développer une entreprise de spectacle sportif), social (créer une identité collective), politique (signifier l’avènement d’un territoire ou d’une nation). S’assurer une bonne ambiance devrait aussi être un sujet d’analyse et un enjeu de projet pour les concepteurs de stade, les gestionnaires et les élus locaux2. Mais qu’est-ce qui fait l’ambiance d’un stade et comment l’évaluer ? Est-il possible de prédire, projeter et manager une ambiance ? Le champ de la recherche architecturale et urbaine – entre autres avec le laboratoire Cresson3– a tenté depuis une quinzaine d’années de qualifier cette notion d’ambiances architecturales et urbaines. Une ambiance implique un rapport sensible au monde, synesthésique (par chacune des modalités sensorielles) autant que cénesthésique (impression générale). Elle ne se réfère pas à une échelle spatiale ou temporelle particulière. Elle nécessite dans son analyse une approche pluridisciplinaire portant une attention aux dimensions construites, sociales et sensibles de l’espace habité4.

Laissons ici de côté les dimensions construites et sociales5 pour nous concentrer sur la dimension sensible. Nous faisons l’hypothèse que la conception et le management actuels des stades français prennent mal en compte cette dimension sensible. Ils sont principalement intéressés par le construit et partiellement par les usages, le plus souvent vus sous l’angle de la sécurité ou du marketing. Un grand nombre d’études ou de rapports portent sur l’aspect fonctionnel des stades ou sur la sociologie des publics, rarement sur leur perception sensible par leur public, et croisent plus rarement encore les trois dimension6.

Une expérience sensible
Aller au stade et assister à un match, c’est faire une expérience sensible dans la mesure où nos cinq sens seront convoqués. Cette expérience sera qualitativement différente selon de nombreux paramètres (qualité du spectacle, conditions météorologiques, emplacement dans les tribunes, etc.). L’expérience sensible dépendra aussi de la typologie des publics du match. Une personne peut être, c’est selon, spectateur, supporter ou fan. Le premier vient voir un spectacle quand le second assiste à un match en soutenant l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante. Les fans (ultras, associés, etc.) sont, quant à eux, des supporters engagés et militants qui escomptent peser collectivement sur l’issue d’un « combat ».

La nature, l’intensité, la qualité des stimuli sensoriels seront d’autant plus fortes que l’implication de l’individu dans le match ira croissant, comme le montrent les résultats d’une enquête réalisée sur le stade Geoffroy-Guichard lors de la saison 2005-2006. Sachant qu’une ambiance se vit et se raconte, nous avons mobilisé plusieurs techniques venant de l’analyse sociale des espaces publics, afin de qualifier les ambiances d’un match : observation située, collecte de récits de vie, carte mentale et captation photographique, sonore ou vidéographique7 . Limitons-nous ici aux résultats de la seule expérience visuelle.

Le spectateur regarde sans être vu : son expérience sensible reste de faible intensité et qualité. Il paie pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête et pour se rendre compte de visu si le stade est à la hauteur de sa réputation. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière. Son expérience sera, quoiqu’il arrive, relativement sensible. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant parfois à être vu grâce à son accoutrement. Les fans ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un combat aux côtés des joueurs et ont conscience de leur importance. Être un fan, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. L’expérience visuelle est intense, même si elle peut paraître a priori insatisfaisante. Et bien que placés dans les tribunes ayant la moins bonne vision, les fans sont l’objet de tous les regards. Ils cherchent d’ailleurs à produire un effet visuel à travers leurs tifos (spectacles d’avant-match) et une gestuelle complexe et collective qui visent, en faisant masse, à animer le stade et impressionner le visiteur.

L’ambiance d’un match nous semble ainsi relever pour partie de la combinaison de ces types de publics. Les spectateurs s’additionnent imparfaitement et leur nombre n’est jamais la garantie d’une bonne ambiance. Ils sont avant tout une somme d’individus parvenant à faire corps dans les moments d’excès sensoriel et à produire un effet multiplicateur. Tout dépend cependant du résultat du match, et l’effet peut être aussi bien positif que négatif : c’est la ola ou la bronca. Seuls les fans sont des facteurs d’ambiance, l’effet de leur regroupement étant de l’ordre de la démultiplication.

Des ambiances en projet
Ainsi, par la mise en récit des usagers et par l’analyse minutieuse des dispositifs spatiaux, des organisations sociales et des configurations sensibles des stades et de leurs publics, est-il possible de s’approcher d’une compréhension des ambiances ? Est-il envisageable de prédire une ambiance, de la concevoir, de la garantir, de la gérer ? Il semble imaginable de penser le projet et la gestion des stades afin de rendre possible certaines configurations spatiales, sociales, sensibles favorables à l’émergence d’une « bonne ambiance ». Mais sa prédictibilité paraît quasi impossible. Pour qu’une ambiance « prenne » comme une mayonnaise, il faut a minima rassembler tous les ingrédients mais, quand bien même, la réussite restera aléatoire…

Faisons ensuite le constat que, depuis le rapport Taylor8 en 1990 et sous l’influence des instances nationales et internationales régissant le football (ligues nationales, UEFA, FIFA, États, etc.), la qualité construite des stades a considérablement été améliorée en Europe. La réflexion sur la dimension sociale a aussi entraîné un profond bouleversement dans la façon dont est considéré l’usager.

Nous sommes entrés dans l’âge du « stade plus que moderne », celui du contrôle et de la consommation9. Les foules sont ségréguées, privées de toute valeur sociale et les individus atomisés, réduits à l’état de clients. Les frontières externes comme internes sont désormais complètement imperméables. Les stades, qui étaient des espaces publics socialisants au même titre que les parcs ou les places, deviennent des espaces de consommation, des tradiums10. Certes dus à des architectes de renom, ils sont l’objet d’une grande sophistication technique mais leur « authenticité » est désormais manufacturée. Il en ressort un double phénomène : une amélioration de l’équipement et de son usage pour le consommateur mais un appauvrissement de la qualité sensible pour le spectateur. Concepteurs et gestionnaires cherchent à agrandir les stades afin d’atteindre une taille critique nécessaire à la bonne économie des projets, espérant ainsi que le nombre de spectateurs sera de nature à générer par lui-même de l’événement.

Cependant, comme nous venons de le voir, le nombre de spectateurs ne garantit pas une bonne ambiance. Seuls les fans, qui existent d’abord en tant que corps social plus ou moins constitué, sont des facteurs d’ambiance. Leurs instincts grégaires les conduisent à faire masse et leur sens social à faire corps à travers des associations, sections ou clubs… mais ils sont difficilement prédictibles et gérables.

Lever un paradoxe
Pour envisager une meilleure prise en compte de la dimension sensible, il conviendrait de lever un paradoxe. Alors que nous venons de voir les ambiances – et la bonne commercialisation du spectacle sportif – dépendre de la présence de supporters et de fans, tout est mis en oeuvre au profit des seuls spectateurs. L’homme est pensé comme une menace quand il s’agrège à son voisin. Projeteurs et gestionnaires de stade n’apprécient guère que leurs clients atomisés puissent faire masse et fusionner avec leurs voisins pour produire une réaction chimique aléatoire. Clubs et gestionnaires encouragent le corps intermédiaire et rassurant qu’est la famille, tolèrent parfois l’association de supporters dans la mesure où elle se place sous leur autorité, se méfient ou combattent les ultras.

Si masses il y a, ce sont pourtant celles des mass media. Depuis vingt-cinq ans, la télévision a considérablement modifié l’architecture et la gestion des stades (toit rétractable, pelouse chauffée et/ou synthétique, éclairage artificiel, etc.). Le temps ritualisé du match a cédé la place au spectacle permanent. Le coût de gestion des enceintes sportives a considérablement augmenté en conséquence. Il en a résulté une nécessité d’augmenter également les prix des billets et de générer des recettes de merchandising supplémentaires. L’homme est pensé individuellement comme consommateur d’un spectacle sportif et de ses produits dérivés. On veille à son confort (assise, vision, sécurité) afin de le mettre dans les meilleures dispositions pour passer à l’achat. C’est la sainte trinité des aménités : « buvettes, toilettes, emplettes ».

Victimes symboliques de ce changement de paradigme, les « places debout » sont combattues avec énergie… alors même que des clubs nord-américains les réintroduisent, justement afin de recréer une atmosphère propice à la commercialisation de l’événement11.

Prendre en compte l’homme et sa douleur
Une fois ce paradoxe levé, peut-être conviendrait-il de remettre l’homme au coeur du projet. Accepter qu’il puisse éprouver ses propres émotions. Prenons le cas de la douleur, comme nous le suggère Pierre Sansot dès 198612. La douleur d’être au stade est une réalité que presque aucun projeteur ou gestionnaire ne souhaite prendre en considération. Elle est pourtant intrinsèque au spectacle sportif, comme le montrent nombre de récits de vie de supporters13.

Comparaison est parfois faite des stades et des églises. Sauf que dans l’ambiance d’une église, le construit, les usages, le sensible convergent pour signifier que nous sommes dans un lieu où joie, douleur et espoir sont indissociables. Les scènes de nativité, d’entrée glorieuse dans Jérusalem, de procès, de torture, d’abandon, de supplice, de mort et de résurrection se succèdent ou coexistent. Rien de tout cela dans un stade neuf. Nulle ambiance manufacturée des stades modernes ne prend en compte la douleur du supporter. Il arrive même souvent qu’on souhaite effacer une mémoire douloureuse, comme en rebaptisant un stade théâtre d’un drame14.

Il est certes difficilement concevable de gérer la douleur, mais nous pouvons prendre en considération dans un projet les lieux et les hommes qui les habitent. Il y a ainsi différentes façons, plus ou moins symboliques, d’avancer sur ce point :

• offrir des bouts de pelouse ou de béton du stade à démolir… mais pas les vendre comme ce fut le cas pour le Maracanã de Rio lors de sa récente rénovation ;
• garder la mémoire. Le stade de l’Olympiakos Le Pirée, qui accueille les fans de la Gate 7 dont plusieurs membres ont péri lors d’un accident, conserve une trace de leur présence par des sièges de couleurs différentes correspondant aux absents ;
• permettre la dispersion des cendres d’un fan sur le – ou à côté du – stade, comme le demande ce supporter de Boca Junior : « S’il vous plaît, faites votre possible pour que mes cendres puissent être introduites dans la Bombonera et dispersées sur le terrain »15 ;
• permettre le travail de deuil. Nombre de supporters et de fans s’imposent d’assister au « dernier match », afin de faire le deuil du haut niveau, du trop vieux stade ou du club quand il est mis en liquidation… Les clubs éteignent parfois les lumières en vitesse et poussent dehors les supporters qui restent là, silencieux, hagards ou furieux. Poussons-nous les membres d’une famille hors d’un cimetière une fois la tombe refermée ?

Comment faire alors pour prendre en compte la dimension sensible dans le projet et la gestion des stades ? Peut-être une solution serait-elle de repenser les stades à travers le triple prisme de l’espace public, du temps public et du corps public. Le stade, même privé, est un lieu recevant du public, socialisant, même imparfaitement, et générant des enjeux urbanistiques et sociaux qui méritent de le considérer comme tel.

 

ROUX Jean-Michel, « L’ambiances des stades », Urbanisme, n°393, dossier « Grands stades en quête d’urbanité », 2014, pp. 60-62, ill. Article reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, L’ambiance des stades, in Au stade des villes, 08/03/2017, http://stade.hypotheses.org/488, ISSN format électronique 2556-6563.
  1. Stade de Guingamp. []
  2. La Ligue nationale de football en a pris la mesure, qui a mis en place un « championnat de France des tribunes ». www.lfp.fr []
  3. Le Cresson est un laboratoire de l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble et du CNRS, UMR 1563 « Ambiances architecturales & urbaines ». Cf. sur ce thème : Jean-François Augoyard, « L’environnement sensible et les ambiances architecturales », in L’espace géographique, 1995, n° 4, pp. 302-318, ou Pascal Amphoux, Jean-Paul Thibaud et Grégoire Chelkoff (dir.), Ambiance en débats, Bernin, Éditions À la Croisée, 2004. []
  4. Nicolas Tixier, dossier « Ambiance(s). Ville, architecture, paysages », Culture et Recherche, n° 113, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, 2007. []
  5. L’ambiance d’un stade dépend de sa dimension construite, i.e. de son insertion dans une ville ou un quartier, et de son architecture mais aussi de la sociologie des publics, de la qualité du spectacle et du type d’événement qui s’y déroule. []
  6. Cf. par exemple Jean-Louis Valentin (rapporteur) et Philippe Seguin (président), « Grands Stades Euro 2016 », Rapport de la commission Grands Stades Euro 2016 présenté au ministre des Sports, Paris, 2008. []
  7. Jean-Michel Roux (dir.), Un stade dans la ville. L’analyse des ambiances et publics d’un stade de football. Le cas de Geoffroy-Guichard à Saint-Étienne, Ville de Saint-Étienne, Archives municipales et Unité Ville d’Art et d’Histoire, 2005-2006 ; ou Grégory Charbonnier, Jean-Michel Roux et Cendrine Sanquer, Le Stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines, n° 5, 2006. []
  8. Peter Taylor, The Hillsborough Stadium Disaster, 15 April 1989. Inquiry by the RT Hon. Lord Justice Taylor, Final Report, Presented to Parliament by the Secretary of State for the Home Department by Command of Her Majesty, Londres, HMSO, 1990. []
  9. Christopher Gaffney, Temples of the Earthbound Gods. Stadiums in the Cultural Landscapes of Rio de Janeiro and Buenos Aires, Austin (États-Unis), University of Texas Press, 2008. []
  10. Néologisme de John Bale dans Sport, Space, and the City en 2001 de la contraction de trade (commerce) et stadium. []
  11. Tom Dunmore, « Denver Does Terraces: Standing in Major League Soccer », http://pitchinvasion.net. []
  12. Pierre Sansot, « Vers une sociologie des émotions sportives », in Les Formes sensibles de la vie sociale, PUF, 1986, p. 92. []
  13. Par exemple, Tim Parks dans Une saison de Vérone (2002). []
  14. Á Bruxelles, l’appellation « Stade du Roi Baudouin » essaie péniblement d’effacer les stigmates du drame du Heysel, en 1985. []
  15. So Foot. Football total et contre-culture, Solar Éditions, 2010, p. 52. []

Spectateurs, supporters, fans… et visiteurs

L’ambiance d’un stade comme Geoffroy-Guichard dépend en partie de son architecture, de la nature du match qui s’y déroule (championnat de France ou coupe du monde) mais aussi de la composition très particulière du public : spectateurs, supporters, fans mais aussi visiteurs contribuent tous, à leur manière, à façonner l’ambiance du “chaudron”. Retour sur un texte publié en 2006.

 

Le spectateur
Il vient pour assister à un spectacle mais n’est pas directement partie prenante du match. En principe plutôt sympathisant de la cause, il n’en demeure pas moins que sa posture se résume comme suit : “c’est la télé mais en mieux”. Son principal souci est de bien voir. Il recherche donc les tribunes latérales ou supérieures ce qui l’éloigne de fait des tribunes où se massent supporters et fans. Certes il vient pour écouter les “chœurs de Geoffroy-Guichard” mais il n’y participe guère. Il ne devient actif qu’à de brefs moments : sur un but marqué ou pour siffler les acteurs d’un mauvais spectacle. Il peut parfois avoir les oreilles qui sifflent lorsqu’il doit subir les “le stade avec nous !” venus des kops

(télé)spectateur d’une loge regardant le match se déroulant dans le stade sur l’écran de télévision, un soir de grand froid.

En fait, le spectateur paie non seulement pour assister à un match mais surtout pour avoir le sentiment excitant d’être de la fête, pour se rendre compte de visu si Geoffroy-Guichard est vraiment à la hauteur de sa réputation. Il vient non seulement pour le match mais surtout parce que, comme le dit la chanson, l’ASSE a “un bon public et les meilleurs supporters”.

Le supporter
Le supporter vient assister à un match mais il soutient l’un des protagonistes. Il est déjà partie prenante du spectacle. Le supporter fait une expérience personnelle en venant assister à un match de son équipe. Il a une attente émotionnelle forte par rapport au résultat et à la manière qui fait que son attitude varie en fonction de l’issue du combat sur le terrain. Il est là pour regarder le match, bien entendu… mais tout en cherchant à être vu en tant qu’individu. Il se trouve dans toutes les tribunes et se remarque à son accoutrement.

Supporters stéphanois et nantais, 2006

Il marque visuellement son soutien aux Verts par le port de signes distinctifs : maillot (floqué à son nom dans le meilleur des cas), perruque, écharpe, casquette, drapeau, le plus souvent achetés à la boutique officielle. Il écoute à la fois les fans chanter et reprend à l’occasion les chants avec eux. Il “chambre” ou siffle aussi quand l’équipe perd, n’hésitant pas à donner son avis, à voix haute, sur les prestations de tel ou tel joueur ou sur les choix de l’entraîneur.

Les fans
Les fans sont, quant à eux, des supporters engagés et militants. Comme l’étymologie du nom l’indique ce sont des “fanatiques”. Ils s’inscrivent parfois dans un collectif pour retrouver des personnes partageant leur passion mais beaucoup viennent au stade, seuls ou en petits groupes, basés sur la famille ou la camaraderie. Pour les fans, le match est un combat qu’il faut gagner aux côtés des joueurs. Ils ne sont pas au spectacle, ils sont partie prenante d’un match et ont conscience de l’importance du rôle qu’ils y tiennent. Les tribunes derrière les cages, avec les deux kops, sont leurs points de ralliement.

Kop sud du Stade Geoffroy-Guichard, 2006

Être un supporter engagé de Saint-Étienne, c’est faire immanquablement du match une expérience très sensible et collective. On n’est jamais fan tout seul comme le dit le chant : “unis sous les mêmes couleurs, nous on chante tous en chœur”.  A Saint-Étienne, les fans qui sont organisés collectivement s’appellent ultras, ceux qui vont au-delà du soutien classique, ou Membres associés, ceux qui sont associés à la gestion du club.

Bâche d’une section d’Associés posée en bas de tribune, 2006.

Les Membres associés sont organisés à travers la France au moyen de sections qui regroupent les sympathisants d’une ville ou d’une région (par exemple la section n°1 des Associés est celle de Saint-Étienne, la section 11 celle de Limoges). Avec 212 sections de Membres associés réparties dans l’hexagone et à l’étranger, Saint-Étienne est le club de France qui possède l’organisation de fans la plus large et la plus équilibrée géographiquement. Ils possèdent la particularité d’être “associés” à la gestion du club. Ils ont ainsi des représentants au sein du Conseil d’administration, ont pignon sur rue au stade avec leur Maison des associés construite en 1998 et dans laquelle ils peuvent se retrouver les jours de match. Proche de l’état d’esprit des Membres associés, l’Union des Supporters Stéphanois (USS) rassemble des sections qui ont fait sécession depuis 2005. Elle compte 26 “groupes de supporters stéphanois”.

Les ultras sont des fans d’un genre apparu dans le milieu des années 80 à la suite de l’influence des tifosi italiens organisés sur ce modèle. Fortement structurés, ces fans lancent les chants et animent les tribunes avec rigueur et discipline. Les ultras ne sont pas toujours organisés en association de type loi 1901 et refusent tout lien avec le club. Ils préfèrent l’association de fait qui permet la liberté de parole et d’action par rapport aux dirigeants. Refusant tout financement officiel qui leur ferait perdre leur marge de manœuvre, ils possèdent leurs propres locaux en dehors du stade et organisent leurs déplacements qu’ils financent par l’adhésion de leurs membres, la gestion d’abonnements et la vente de produits dérivés (écharpes, bonnets, tee-shirts, sweat-shirts, etc.).

Contrairement aux Membres associés et à l’USS, les ultras ne sont pas structurés géographiquement. Ils possèdent bien quelques sections locales historiques1 mais ils préfèrent se rassembler en fonction d’une caractéristique liée à l’histoire du groupe (les plus âgés des Magic Fans se regroupent sous le nom de “vieille garde”, les plus jeunes sous l’appellation “jeune garde”).

Bâches ultras, Kop nord, 2006

Il y a trois groupes ultras à Saint-Étienne: les Magic Fans, les Green Angels et les Indépendantistes. Constitués en 1991, les premiers comptent plusieurs milliers de membres, ce qui en fait l’un des tous premiers groupes ultras de France par la date de fondation et l’influence. Ils occupent la tribune nord (kop nord). Créés en 1992, les Green Angels ont d’abord cohabité avec les premiers avant de rejoindre la tribune sud pour l’animer. Enfin, les Indépendantistes nés en 1998 n’occupent pas d’espace précis dans le stade et travaillent à l’organisation de déplacements.

Les visiteurs
La dernière catégorie du public de Geoffroy-Guichard est constituée par ceux qui viennent soutenir l’autre équipe. Pour le visiteur, qu’il soit spectateur, supporter ou fan, le stade Geoffroy-Guichard vaut le détour. Selon le mode d’obtention des places (par des connaissances locales, les clubs ou le marché noir), le visiteur peut se retrouver dans toutes les tribunes avec néanmoins une prédilection pour le “bloc 30”, la tribune réservée aux fans de l’autre équipe.

Ultras et fumigènes du PSG dans le bloc 30, 2006.

Ils viennent, bien entendu, pour voir le match mais aussi et surtout pour voir le fameux public stéphanois. Le moment du déploiement du tifo est ainsi particulièrement attendu. Si possible, les visiteurs vont eux aussi essayer de s’attirer les regards en organisant un petit tifo, en agitant des drapeaux, en déployant une banderole, en lançant des chants, etc. Jusqu’à l’évolution sécuritaire des années 1990, il était possible de rivaliser vocalement avec les Stéphanois. La limitation du nombre de places allouées et la concentration dans le “bloc 30” a limité les possibilités de dialogue. Quant aux contacts physiques, ils sont désormais limités par la force des choses et par les forces de l’ordre.

En fonction des matchs, il sera possible de trouver le contact avec les Stéphanois : amicalement pour les Bordelais avec qui les échanges sont paisibles ou franchement hostiles avec les Lyonnais ou les Marseillais. Stadiers et CRS chercheront alors à s’inviter dans la danse…

 

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67p.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Spectateurs, supporters, fans… et visiteurs, in Au stade des villes, 01/03/2017, http://stade.hypotheses.org/424, ISSN format électronique 2556-6563.
  1. par exemple Ardèche ou Clermont pour les Greens Angels []

Logos, emblèmes et gestuelle

Les sections de supporters et les groupes d’ultras sont chargés d’animer le stade. Chacun possède ses propres emblèmes et logos qui les distinguent des autres. Cependant ensemble, ces différentes factions concourent à l’animation visuelle des tribunes par l’organisation de spectacles (les tifos) et d’une gestuelle complexe. Retour sur un texte publié en 2006 à propos du Stade Geoffroy-Guichard.

 

Logos et emblèmes
Chaque groupe ou section possède son logo ou sa figure emblématique. Les Membres associés et l’USS se choisissent généralement des emblèmes qui puisent dans l’imaginaire collectif des supporters de l’ASSE comme le chaudron ou la panthère noire. Plus radicaux, les Green Angels se sont choisis le chef indien Comanchero, symbole de courage, d’indépendance et de résistance ou un angelot armé d’une mitraillette.

Comanchero des Green Angels, 2006

Les Magic Fans, plus effrayants dans leurs références, ont pris pour emblème les personnages cinématographiques de Freddy et d’Alex, l’inquiétant personnage central du film Orange mécanique de Stanley Kubrick.

Freddy des Magics Fans, 2006

Les sections ou groupes marquent leur présence à un match par la pose d’une bâche, pièce rectangulaire de tissu plastifié, sur laquelle sont inscrits leur nom et logo. Elle se pose sur les grilles devant ou sur le côté de la tribune de manière à être vue. Dans le monde des ultras, “bâcher”, c’est à dire marquer sa présence, à chaque match à domicile et le plus possible à l’extérieur, est un minimum. La bâche cristallise les rivalités entre groupes ultras et elle est l’objet d’expéditions plus ou moins rocambolesques de chapardage comme autrefois les fanions des régiments… À domicile, la bâche des “IDS”1 vient rappeler que le kop nord est un sanctuaire ultra

Tifo
Lors de chaque match à Geoffroy-Guichard, une animation visuelle, le tifo((de l’italien “soutien”)),  est organisée dans chaque tribune, à l’entrée des joueurs sur la pelouse en première mi-temps (parfois en seconde période). Un tifo peut être composé de différentes façons : feuilles de différentes couleurs en plastique ou en papier, drapeaux, ballons de baudruche, banderole, rouleaux de papier toilette, confettis, voiles de tissu ou de plastique recouvrant une partie de tribune, fumigènes… Un tifo est un spectacle d’envergure créé et installé dans le stade pendant plusieurs jours.

Tifo « feuille », Kop nord, 2006

Un “tifo feuille” nécessite ainsi de scotcher des milliers de feuilles de papier sur les sièges d’une tribune. Brandies individuellement par chaque spectateur, elles feront apparaître pour ceux des autres tribunes un logo, un motif, un message. Le tifo sert avant tout à encourager l’équipe en créant un effet visuel impressionnant et spectaculaire. Il est ainsi objet de concurrence entre ultras de France, la réputation d’un groupe étant fonction de sa capacité à concocter de beaux spectacles. Il sert également à chambrer l’adversaire, en particulier lors des matchs importants.

Tito lors du derby ASSE-OL

En 2005, pour la réception de l’équipe de Lyon, les Greens Angels déploient ainsi une immense voile couvrant toute la tribune Sud. Elle représente une panthère saisissant au cou un lion blessé. Référence napoléonienne, les Magic Fans proposent pour un autre derby, un tifo représentant une pyramide avec une banderole accrochée aux grillages : “Du haut de cette tribune, dix titres vous contemplent”. Le tifo sert aussi à mettre en avant le groupe ultra en représentant ses emblèmes, ses initiales, sa date de création ou parfois rendre hommage à un membre du groupe décédé. Des messages sont aussi adressés à l’intention des joueurs, des dirigeants, à la Ligue Nationale de Football, aux chaînes de télévision ou plus généralement aux (télé)spectateurs: messages de protestation contre les matchs du lundi, la direction, les joueurs : “On accumule les kilomètres, vous accumulez les défaites. Le maillot, mouillez-le ou quittez-le !”.

« Carton rouge » adressé à la Ligue et au diffuseur du match…

Gestuelle
La “gestuelle” est l’art de créer un effet visuel de masse qui sera commun à un noyau de fans, une tribune voire à l’ensemble du stade dans les moments d’euphorie. A l’origine, il s’agit tout simplement d’agiter son drapeau ou bien de brandir une banderole au-dessus des têtes. Avec le mouvement ultra et l’impact des coupes du monde successives, la gestuelle va se développer et s’organiser en s’inspirant des exemples étrangers. Elle mobilise le corps de différentes façons : lever les bras pour indiquer le sens de l’attaque, brandir son écharpe au-dessus de sa tête pour colorer de vert et blanc la tribune, se lever et se rasseoir, se prendre par les épaules, sauter sur son siège, sauter sur son voisin (le pogo), etc.

Gestuelle ultra et fumigène, Kop sud, 2006

La coupe du monde argentine de 1978 popularise l’animation des tribunes par le lancer au-dessus des grillages de dizaines de rouleaux de papiers et l’envoi en l’air de confettis découpés dans des journaux. Datant de la coupe du monde de 1986 au Mexique, la ola consiste à lever subitement et brièvement ses bras en l’air comme ses voisins afin de créer l’effet visuel d’une vague parcourant les tribunes du stade. Quant à la figure dite de la “grecque”, elle consiste à se lever, se tenir par les bras avec ses voisins et sautiller sur place (parfois dos au terrain) pour créer un effet de houle.

Désormais interdits par la Ligue Nationale de Football pour des raisons de sécurité, les fumigènes participent aussi de l’animation des tribunes en dégageant des volutes de fumée qui rappellent que Geoffroy-Guichard est bien un chaudron. Ils continuent d’être introduits plus ou moins sous le manteau et les ultras stéphanois militent pour une utilisation raisonnée et contrôlée de ceux-ci. En attendant, les télévisions, friandes de ces images favorables à l’audimat, ouvrent régulièrement sur ces scènes colorées qui témoignent de l’intérêt du spectacle…

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67 p.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Logos, emblèmes et gestuelle, in Au stade des villes, 01/03/2017, http://stade.hypotheses.org/426, ISSN format électronique 2556-6563.
  1. c’est-à-dire les interdits de stade []

Les chants de Geoffroy

Les chants qui résonnent dans le stade sont le plus souvent courts et répétitifs. Leur durée ne dépasse guère une ou deux minutes. Ce sont parfois de simples slogans chantés ou des chansonnettes de quelques couplets avec refrain. Le vaste répertoire puise dans les grands airs connus qui appartiennent à un patrimoine musical commun au plus grand nombre : hymnes nationaux, standards de la chanson française, anglaise ou italienne (variété, rock, pop, country, etc.), musiques de dessins animés, bandes originales de films voire chants folkloriques ou grands airs de la musique classique. Retour sur un texte publié en 2006 à propos du Stade Geoffroy-Guichard.

 

Depuis l’introduction du mouvement ultra dans les tribunes au milieu des années 80, l’animation sonore de celles-ci est parfaitement organisée voire encadrée… Avant, les chants partaient ici ou là, de manière spontanée, un peu comme en Angleterre ou pour les matchs de l’équipe de France. Aujourd’hui, chaque groupe ultra possède un capo1, à la fois “chauffeur de salle” et chef d’orchestre, qui est chargé de lancer les chants à l’aide d’un mégaphone et d’une sono plus ou moins performante. Debout sur le haut du grillage et face à la tribune, il ne regarde pas le match pour se consacrer à mettre l’ambiance.

Debout sur les grilles de Geoffroy, mégaphone en main pour lancer les chants

La préférence va à des airs simples et entraînants, pour qu’un maximum de personnes puisse reprendre les paroles, donner de la voix, encourager les Verts et impressionner joueurs et supporters adverses. Dans les chants, plusieurs thèmes se dégagent qui façonnent l’identité sonore des tribunes stéphanoises. L’identité s’exprime d’abord par l’attachement à la ville, à sa région et au passé ouvrier. Sélective, la mémoire se concentre sur la mine avec le “on est amoureux de Sainté, de toutes ses mines, de ses crassiers” (sur l’air de “Amoureux de Paname” de Renaud) ou le :
“Ce soir il va falloir chanter,
Encourager les Verts, allez, allez,
Pour que la lampe de mineur,
Retrouve sa lueur”.

Tifo rappelant le passier minier de la ville, Kop sud.

Le passé glorieux du club n’apparaît lui qu’en filigrane dans les chants. Il ne s’agit pas pour les supporters d’une nostalgie mais plutôt d’un héritage dont les joueurs doivent être dignes :
“Alors honorez ce maillot vert et blanc,
Et soyez dignes de cette équipe d’antan”.

Conséquence de 25 ans de disette, les chants qui “pérorent” se font rares en dehors du vieux tube commercial de Monty :
« Qui c’est les plus forts ?
Évidemment c’est les Verts !
On a un bon public et les meilleurs supporters,
On va gagner, ça c’est juré,
Allez, allez les Verts ! »

Tambour des ultras, Kop Nord

La fierté du fan s’exprime véritablement par sa fidélité à l’équipe qui est saluée partout en France : être toujours présent, dans les moments de victoire comme de défaite, à domicile comme à l’extérieur.
“Et s’il ne reste plus que toi,
Et que tu aies encore la foi,
N’oublie jamais de chanter,
Pour tes couleurs, pour ta fierté,
Saint-Étienne allez (ter),
Saint-Étienne allez (ter).”
sur l’air du “Yellow submarine” des Beatles

Enfin, l’identité se constitue par opposition au voisin lyonnais et à Marseille, le grand rival sportif. L’animosité s’exprime la plupart du temps sous forme d’insultes, parfois un peu plus finement à travers quelques refrains. Renversement saisissant des identités, Lyon devient alors sujet de raillerie pour son activité industrielle avec le “Lyon, c’est con, ça pue et ça pollue !”, allusion au couloir de la chimie de Feyzin par lequel les Stéphanois arrivent au stade de Gerland.

Le patrimoine marseillais, fierté locale, est lui raillé. Notre Dame de la Garde, “protectrice” des supporters de l’OM ou l’artère principale de la cité phocéenne sont ainsi menacées : “La Bonne mère, la Canebière, Marseille en flamme, Marseille en flamme !”

Enceinte, Kop Nord, 2009.

Chaque kop développe son propre répertoire et veille à son autonomie dans le lancement des chants ce qui provoque une certaine polyphonie… Elle n’est interrompue que lorsque un des kops apostrophe l’autre au cri de “Nous, nous sommes les Stéphanois !” L’autre répond alors en reprenant la phrase puis les deux tribunes chantent alors l’une après l’autre : “pour voir notre équipe gagner, tous ensemble on va chanter”.

« Dans toutes les villes
Et les petits villages
Devant nous défilent
Différents virages
Des tribunes en bois
Jusqu’au mythique Geoffroy
Pour le maillot vert
On sera toujours là!
la la la la la la la la… »
sur l’air du dessin animé “Remi sans famille”

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67p.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Les chants de Geoffroy, in Au stade des villes, 01/03/2017, http://stade.hypotheses.org/433, ISSN format électronique 2556-6563.
  1. De l’italien “chef”. []

High fidelity

As a French Urban designer and a regular attendee at games of ASSE, attending a football game in Brazil at Estádio Palestra Itália[1] (Palmeiras, Saõ Paulo), gives the opportunity to verify if the atmosphere of “fans” and ultras in French stadia can match their distant models the “torcidas organizadas” from Brazil.

Façade principale de Geoffroy-Guichard
Façade principale de l’Estádio Palestra Itália

In Stade Geoffroy-Guichard (St-Etienne) as in Estádio Palestra Itália (Palmeiras), stadia are getting old and more or less decrepit. Often patched up since their construction in the 1930s, the popular stands have rare privileges nowadays. You still can watch the game standing in the terraces (gradins or arquibancadas) and they are even close enough to the pitch to smell the wet grass.

In contrast to the modern sports arenas so often located on the outer fringes of cities, they are situated in their city and also afford a view on it. At Saõ Paulo, the Estádio Palestra Itália is constructed in the Greek style of the Olympic Games, a horseshoe shaped bowl. The stadium stages the city landscape: in the foreground there are palm trees symbolising the club and in the background the vista is the skyline made of favelas and skyscrapers.

The Estádio Palestra Itália and its urban landscape

In France the Stade Geoffroy-Guichard is an English-style stadium with four grandstands staring at each other across the pitch. Between the stands the vista comprises the city factories, bars and towers and affords panoramas of the surrounding hills. In both cases, there is the same coupling of verticality and horizontality.

Geoffroy-Guichard and its industrial background

In both stadia, heterogeneous groups of fans are the main factors of atmosphere. They are massed in the popular stands and are gathered in torcidas organizadas or ultras sections. Their singing is powerful and polyphonic and carries a national reputation. The rhythm of their bands (drums, choirs) can be monotonous or hectic according to match scenario and they continue regardless of the opposing teams’ goals. The same rhythms are to be found in both stadia (sambas[2], macarena, Manu Chao, etc.) even if musical references are rarely common.

There is on the other hand a difference between the areas allocated to visitors. While in St-Etienne the away stand is situated in the grandstand, physically closed and in visually contact with the home fans in the main kop, the visitors of the Palestra Itália are placed at the end of the horseshoe, far from eyes and from the hearts of paulistes’ torcidas. Plastic covers and advertisements prevent any hope of opposing fans locking glances or making physical contact.

In both stadia emblems and flags of the supporters make similar references to the bad boys of comics such as Bart Simpson, Satanas and Diabolo or Mancha negra[3] (Phantom Blot). More surprising is the flag of the house of Savoy[4] which flies in both stadia. This similarity has arisen because of the Savoyard origins of certain fans of the AS St-Etienne and the Italian background of the club of Palmeiras called back by the flag of the house of Savoy.

Mancha negra

From a simple view of this comparison, we can advance the idea that the atmosphere of the big French stadiums show a « high fidelity » with their distant Brazilian models. With the new ultramodern and secure arenas promised by France and Brazil for their future international competitions, could these remarkable atmospheres be exploited to enrich the new models of stadia design? The projects of current stadia almost never take into account the notion of atmosphere. They are mainly interested in the constructed dimension and in the exploitation of spectators as consumers. This attitude results in a double phenomenon in new stadia design: an improvement of the architectural quality but with the progressive impoverishment of the qualities of uses and emotions.

Drapeau de la Torcida academica da Savoia


N.B. This article has been written in 2010 for  www.ambiances.net, March 2010. It refers to Geoffroy-Guichard before the Euro 2016’s modifications. The Estádio Palestra Itália has been demolished in November 2010…

[1] Also called Parque Antártica.
[2] Mancha verde, one of Palmeiras torcidas, is also a school of samba.
[3] Mancha negra is an enemy of Mickey, more active in Brazil than the ‘French’ Pat Hibulaire.
[4] The club was established by Italian immigrants and is called Palestra Itália up to the Second World War.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, High fidelity, in Au stade des villes, 09/02/2017, http://stade.hypotheses.org/18, ISSN format électronique 2556-6563.