Archives par mot-clé : Ultras

Les chants de Geoffroy

Les chants qui résonnent dans le stade sont le plus souvent courts et répétitifs. Leur durée ne dépasse guère une ou deux minutes. Ce sont parfois de simples slogans chantés ou des chansonnettes de quelques couplets avec refrain. Le vaste répertoire puise dans les grands airs connus qui appartiennent à un patrimoine musical commun au plus grand nombre : hymnes nationaux, standards de la chanson française, anglaise ou italienne (variété, rock, pop, country, etc.), musiques de dessins animés, bandes originales de films voire chants folkloriques ou grands airs de la musique classique. Retour sur un texte publié en 2006 à propos du Stade Geoffroy-Guichard.

 

Depuis l’introduction du mouvement ultra dans les tribunes au milieu des années 80, l’animation sonore de celles-ci est parfaitement organisée voire encadrée… Avant, les chants partaient ici ou là, de manière spontanée, un peu comme en Angleterre ou pour les matchs de l’équipe de France. Aujourd’hui, chaque groupe ultra possède un capo1, à la fois “chauffeur de salle” et chef d’orchestre, qui est chargé de lancer les chants à l’aide d’un mégaphone et d’une sono plus ou moins performante. Debout sur le haut du grillage et face à la tribune, il ne regarde pas le match pour se consacrer à mettre l’ambiance.

Debout sur les grilles de Geoffroy, mégaphone en main pour lancer les chants

La préférence va à des airs simples et entraînants, pour qu’un maximum de personnes puisse reprendre les paroles, donner de la voix, encourager les Verts et impressionner joueurs et supporters adverses. Dans les chants, plusieurs thèmes se dégagent qui façonnent l’identité sonore des tribunes stéphanoises. L’identité s’exprime d’abord par l’attachement à la ville, à sa région et au passé ouvrier. Sélective, la mémoire se concentre sur la mine avec le “on est amoureux de Sainté, de toutes ses mines, de ses crassiers” (sur l’air de “Amoureux de Paname” de Renaud) ou le :
“Ce soir il va falloir chanter,
Encourager les Verts, allez, allez,
Pour que la lampe de mineur,
Retrouve sa lueur”.

Tifo rappelant le passier minier de la ville, Kop sud.

Le passé glorieux du club n’apparaît lui qu’en filigrane dans les chants. Il ne s’agit pas pour les supporters d’une nostalgie mais plutôt d’un héritage dont les joueurs doivent être dignes :
“Alors honorez ce maillot vert et blanc,
Et soyez dignes de cette équipe d’antan”.

Conséquence de 25 ans de disette, les chants qui “pérorent” se font rares en dehors du vieux tube commercial de Monty :
« Qui c’est les plus forts ?
Évidemment c’est les Verts !
On a un bon public et les meilleurs supporters,
On va gagner, ça c’est juré,
Allez, allez les Verts ! »

Tambour des ultras, Kop Nord

La fierté du fan s’exprime véritablement par sa fidélité à l’équipe qui est saluée partout en France : être toujours présent, dans les moments de victoire comme de défaite, à domicile comme à l’extérieur.
“Et s’il ne reste plus que toi,
Et que tu aies encore la foi,
N’oublie jamais de chanter,
Pour tes couleurs, pour ta fierté,
Saint-Étienne allez (ter),
Saint-Étienne allez (ter).”
sur l’air du “Yellow submarine” des Beatles

Enfin, l’identité se constitue par opposition au voisin lyonnais et à Marseille, le grand rival sportif. L’animosité s’exprime la plupart du temps sous forme d’insultes, parfois un peu plus finement à travers quelques refrains. Renversement saisissant des identités, Lyon devient alors sujet de raillerie pour son activité industrielle avec le “Lyon, c’est con, ça pue et ça pollue !”, allusion au couloir de la chimie de Feyzin par lequel les Stéphanois arrivent au stade de Gerland.

Le patrimoine marseillais, fierté locale, est lui raillé. Notre Dame de la Garde, “protectrice” des supporters de l’OM ou l’artère principale de la cité phocéenne sont ainsi menacées : “La Bonne mère, la Canebière, Marseille en flamme, Marseille en flamme !”

Enceinte, Kop Nord, 2009.

Chaque kop développe son propre répertoire et veille à son autonomie dans le lancement des chants ce qui provoque une certaine polyphonie… Elle n’est interrompue que lorsque un des kops apostrophe l’autre au cri de “Nous, nous sommes les Stéphanois !” L’autre répond alors en reprenant la phrase puis les deux tribunes chantent alors l’une après l’autre : “pour voir notre équipe gagner, tous ensemble on va chanter”.

« Dans toutes les villes
Et les petits villages
Devant nous défilent
Différents virages
Des tribunes en bois
Jusqu’au mythique Geoffroy
Pour le maillot vert
On sera toujours là!
la la la la la la la la… »
sur l’air du dessin animé “Remi sans famille”

Extrait de CHARBONNIER Grégory, ROUX Jean-Michel et SANQUER Cendrine, Le stade Geoffroy-Guichard. Un club, un public, Saint-Étienne : Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines n°5, 2006, 67p.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, Les chants de Geoffroy, in Au stade des villes, 01/03/2017, https://stade.hypotheses.org/433, ISSN format électronique 2556-6563.
  1. De l’italien “chef”. []

High fidelity

As a French Urban designer and a regular attendee at games of ASSE, attending a football game in Brazil at Estádio Palestra Itália[1] (Palmeiras, Saõ Paulo), gives the opportunity to verify if the atmosphere of “fans” and ultras in French stadia can match their distant models the “torcidas organizadas” from Brazil.

Façade principale de Geoffroy-Guichard
Façade principale de l’Estádio Palestra Itália

In Stade Geoffroy-Guichard (St-Etienne) as in Estádio Palestra Itália (Palmeiras), stadia are getting old and more or less decrepit. Often patched up since their construction in the 1930s, the popular stands have rare privileges nowadays. You still can watch the game standing in the terraces (gradins or arquibancadas) and they are even close enough to the pitch to smell the wet grass.

In contrast to the modern sports arenas so often located on the outer fringes of cities, they are situated in their city and also afford a view on it. At Saõ Paulo, the Estádio Palestra Itália is constructed in the Greek style of the Olympic Games, a horseshoe shaped bowl. The stadium stages the city landscape: in the foreground there are palm trees symbolising the club and in the background the vista is the skyline made of favelas and skyscrapers.

The Estádio Palestra Itália and its urban landscape

In France the Stade Geoffroy-Guichard is an English-style stadium with four grandstands staring at each other across the pitch. Between the stands the vista comprises the city factories, bars and towers and affords panoramas of the surrounding hills. In both cases, there is the same coupling of verticality and horizontality.

Geoffroy-Guichard and its industrial background

In both stadia, heterogeneous groups of fans are the main factors of atmosphere. They are massed in the popular stands and are gathered in torcidas organizadas or ultras sections. Their singing is powerful and polyphonic and carries a national reputation. The rhythm of their bands (drums, choirs) can be monotonous or hectic according to match scenario and they continue regardless of the opposing teams’ goals. The same rhythms are to be found in both stadia (sambas[2], macarena, Manu Chao, etc.) even if musical references are rarely common.

There is on the other hand a difference between the areas allocated to visitors. While in St-Etienne the away stand is situated in the grandstand, physically closed and in visually contact with the home fans in the main kop, the visitors of the Palestra Itália are placed at the end of the horseshoe, far from eyes and from the hearts of paulistes’ torcidas. Plastic covers and advertisements prevent any hope of opposing fans locking glances or making physical contact.

In both stadia emblems and flags of the supporters make similar references to the bad boys of comics such as Bart Simpson, Satanas and Diabolo or Mancha negra[3] (Phantom Blot). More surprising is the flag of the house of Savoy[4] which flies in both stadia. This similarity has arisen because of the Savoyard origins of certain fans of the AS St-Etienne and the Italian background of the club of Palmeiras called back by the flag of the house of Savoy.

Mancha negra

From a simple view of this comparison, we can advance the idea that the atmosphere of the big French stadiums show a « high fidelity » with their distant Brazilian models. With the new ultramodern and secure arenas promised by France and Brazil for their future international competitions, could these remarkable atmospheres be exploited to enrich the new models of stadia design? The projects of current stadia almost never take into account the notion of atmosphere. They are mainly interested in the constructed dimension and in the exploitation of spectators as consumers. This attitude results in a double phenomenon in new stadia design: an improvement of the architectural quality but with the progressive impoverishment of the qualities of uses and emotions.

Drapeau de la Torcida academica da Savoia


N.B. This article has been written in 2010 for  www.ambiances.net, March 2010. It refers to Geoffroy-Guichard before the Euro 2016’s modifications. The Estádio Palestra Itália has been demolished in November 2010…

[1] Also called Parque Antártica.
[2] Mancha verde, one of Palmeiras torcidas, is also a school of samba.
[3] Mancha negra is an enemy of Mickey, more active in Brazil than the ‘French’ Pat Hibulaire.
[4] The club was established by Italian immigrants and is called Palestra Itália up to the Second World War.

Cite this article as: Jean-Michel ROUX, High fidelity, in Au stade des villes, 09/02/2017, https://stade.hypotheses.org/18, ISSN format électronique 2556-6563.